Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 24 septembre 2008

L’ESOTERISME CHIITE, par RESTIF

 

 

 

imam_ali_m21_190.jpg

 


Imam Ali

 

 

Ce que l’Islam à  de plus haut se trouve sans doute être l’ésotérisme chiite, ésotérisme lumineux dont Henri Corbin (1903-1978), élève d’Etienne Gilson et Jean Baruzi, également de Louis Massignon qui lui révèle la « théosophie orientale » de Sohravardi ce qui orientera définitivement sa vocation philosophique, alors qu’après plusieurs séjours en Allemagne, il publie en 1937 la première traduction française d'Heidegger sous le titre « Qu'est-ce que la métaphysique ? », plus tard attaché à l'Institut français d'Istanbul (1939 à 1945), où il sera chargé de fonder le département d'iranologie à l'Institut français de Téhéran, fondant la « Bibliothèque iranienne » où seront publiés les classiques de cette tradition oubliée, ésotérisme donc, dont il a magnifiquement parlé dans les quatre volumes de son monumental « En Islam iranien ».

Nous sommes finalement ici en pays de connaissance. Les grands mystiques persans usent du langage d’un Louis-Claude de Saint-Martin,  et plus encore d’un Jacob Boehme. Henri Corbin a pris  vingt ans de sa vie pour donner un ordre à ce qui lui fut le plus cher, à ce qu’il connût mieux qu’homme au monde (les érudits persans étaient émerveillés par Corbin).
Il écrit dans le livre " Le Chiisme et Iran" : « Cela présuppose que l’on admette l’existence d’univers spirituels permanents, posant à l’homme une interrogation permanente, lui  adressant une invite permanente. On ne peut l’admettre, certes, sans avoir vaincu le "réflexe agnostique" spontané chez l’homme  occidental de nos jours. A qui n’a pas vaincu  ce réflexe il ne reste plus qu’à confondre philosophie et sociologie de la philosophie. Il y a un abyme entre l’une et l’autre ».

 

 

 

12imamlarb.jpg


Les douze Imams, de l'admiration des Chiites :

Imam Ali (599-661)
Imam Hassan (624-670)
Imam Hussein (625-680)
Imam Zeyn-el Abidin (659-719)
Imam Bakir (677-733)
Imam Djafer Sâdik (699-765)
Imam Moussa Kazim (745-799)
Imam Riza (765 -818)
Imam Taki (811-835)
Imam Naki (829-868)
Imam Hassan el Askeri (846-874)
Imam Mehdi (870-878)

 


Bien sûr, Corbin use du terme « philosophie » en son sens premier, recherche de la « Sophia », on est loin de Hegel et de Kant, ce qui nous démontre que l’Histoire et la géographie (entres autres facteurs) contribuent à forger des différences essentielles. Ainsi,  on peut se demander si La Perse, d'où provient le principal peuple chiite - n’a pas amené à l’Islam son génie si particulier, celui qui nous avait déjà donné ce dualisme d’où devait surgir le manichéisme si influent sur certaines théories gnostiques, puis Zoroastre enfin le Démon, puisque la très grande majorité - religieux compris quand ils sont savants - des spécialistes des deux testaments et de la figure diabolique s’accordent à reconnaître dans le Satan de Paul et de l’Evangile l’Ahriman iranien (sa très forte influence disons), alors que celui de l’Ancien Testament est l’outil de Dieu, pas son ennemi (cf. le Livre de Job et d ‘autres épisodes où le texte dit « Dieu envoya un Satan »).

Hélas, les croyants refusent trop souvent dans ces cas là d’écouter même les sévères pères dominicains qui marchent la main dans la main avec leurs collègues protestants et agnostiques - les textes sont là et on voit combien est différent le Satan juif et l’être d’iniquité de saint Paul, le « Prince de ce Monde » de l’Evangile, tentateur de Notre Seigneur. Reste évidemment le serpent de la Genèse « le plus rusé de tous les animaux » dans lequel il est bien difficile de ne pas reconnaître « notre » Satan et qui ici intervient bien comme un ennemi du projet divin.

Nos chercheurs n’ont pas d’explications à cela, mais ils ont raison sur les autres apparitions de l’Adversaire dans l’Ancien Testament (je ne dis pas que d'autres pensées soient inconcevables : de toute manière le diable n'est pas le plus petit mystère de la Bible et de la théologie chrétienne!).

 

corbin1.jpg

 

Henri Corbin (1903-1978)

 

 

Tout ceci pour dire que la civilisation Perse à toujours eu un génie singulier, que nous lui devons énormément et qu’il n’est donc pas tellement étonnant que le plus grand mysticisme islamique, son ésotérisme le plus riche ne soit pas arabe ( le plus riche et le plus ouvert si on en croit ces textes « soufis-shiite » ou des chrétiens interviennent (cf. « Le livre du dedans », Rûmi) et discutent avec la petite assemblée des initiés - certains disent que les Templiers avaient de fraternelles accointances avec certains surgeons soufis… on retrouve d’ailleurs le Graal -La lumière de gloire et le Saint Graal, Henri Corbin, en islam iranien, t.2, chap.IV) et même une chevalerie mystique, lire le Futuwa. D’après Corbin le véritable ésotérisme iranien n’a RIEN de prosélyte, bien au contraire… Et comme tous les gens sérieux il est infiniment discret

 

 

 

 

 

22:43 Publié dans Sédévacantisme | Lien permanent | Commentaires (113) | Tags : islam, musulman, religion, spiritualité, religions |  Imprimer | | | | | Pin it!