Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 01 novembre 2008

SŒUR EMMANUELLE : PERVERTIE PAR LE POISON DE VATICAN II !


Soeur Emmanuelle 20.jpg
Réunion d'Assise_big.jpg

La Religion d'Assise, source d'exemple et modèle de Soeur Emmanuelle

 

 

Une évidence apparaît aisément au regard du parcours de Sœur Emmanuelle, celle de la profonde et pernicieuse corruption de la pensée de cette religieuse par les thèses les plus absurdes du concile Vatican II.

En effet, lorsque le Cardinal Vingt Trois, archevêque de Paris, ouvrit la célébration funèbre en la cathédrale Notre-Dame et s’adressa au Président de la République, lors des obsèques de Sœur Emmanuelle, il lui dit,  avec déférence : « je vous remercie pour l’hommage de la France que vous avez bien voulu organisé... » (sic). Mais quelle est la raison d’un concert de louanges si important, rendu par une Nation singulièrement à la dérive qui, déjà, avait "largement" décorée Sœur Emmanuelle puisque détentrice de la Légion d’honneur, faites Commandeur le 1er janvier 2002 des mains de Jacques Chirac qu’elle tutoyait, et promue Grand Officier le 31 janvier 2008 des mains de Nicolas Sarkozy, alors même que si la religieuse se distingua par son dévouement auprès des chiffonniers du Caire, on ne peut pas dire qu’elle brilla particulièrement par ses positions évangélisatrices en terre musulmane, loin de là même, puisqu’au moment où les Coptes, sous sa fenêtre, étaient tous les jours l’objet d’une ignoble persécution et d’une féroce répression, elle osait scandaleusement proclamer, à la suite du Concile : « Par essence, le musulman n’est ni un violent, ni un fanatique » [1] se disant hostile à tout prosélytisme, à toute entreprise de conversion des musulmans, renonçant même à sa vocation missionnaire de chrétienne, au prétexte délirant que : " Cela n’est vraiment pas un service à rendre en terre d’islam ! Ce serait comme arracher un arbre à sa terre, les couper de leur milieu, peut-être les condamner à mort. "

On saisit de la sorte avec plus de facilité les mécanismes pervers des thèses oeucuméniques de Vatican II, qui favorisèrent chez elle les propos qu’elle crut bon de tenir dernièrement sur RTL, le 20 février 2008, dans l'émission "face à face", à 13h30, assurant tranquillement sans se rendre compte de l’énormité de ses affirmations comme si le Dieu trinitaire avait quelques rapports avec l’inaccessible monade mahométane  : " Allah est l'équivalent de Dieu [des chrétiens], il n'y a qu'un seul Dieu et nous avons tous le même. "

Rajoutant, montrant ainsi le degré d’égarement de son esprit infecté par le fol universalisme si en vogue depuis le Concile Vatican II et la Déclaration " Nostra Aetate " [2], et son évidente séduction vis-à-vis de l’hérésie de Mahomet, lorsqu’un reporter lui posa cette question :

- "A un kamikaze, qui se préparer à se faire exploser, que diriez vous ? "


Réponse  :

- " Rien, car cela ne sert à rien, il se prépare la veille, se purifie, se parfume et il prie et est imprégné de toute cela. Je prie pour lui et je suis sûr que Dieu lui pardonnera."

 

 

vvuo5rzm.jpg

"[Le terroriste] se prépare la veille, se purifie, se parfume et il prie et est imprégné de toute cela.

Je prie pour lui et je suis sûr que Dieu lui pardonnera… "




Quelle image de la religion avait donc bien pu se former dans son esprit intoxiqué par les confusions doctrinales de Vatican II, celle qui affirmait tranquillement que les terroristes assassins, fauteurs de carnages abjects, de crimes inexpiables, sont pardonnés par Dieu. C’est de la pure folie ! On mesure d’ailleurs concrètement ici, à quel degré d’absurdité peuvent conduirent les thèses utopiques du dernier Concile.

En revanche, quelle  sévérité et inflexible hargne à l’égard des tenants de la tradition dans l’Eglise, lui donnant une liberté de ton et facilité de parole qui autorisa dans les médias celle que Libération dénomma la " vieille none indigne ", à se faire l’avocate à la radio et télévision, du mariage des prêtres, de la pilule, du stérilet et du préservatif, assurant même un jour à un journaliste de France 2, comme l’aurait fait une vulgaire péripatéticienne du boulevard Saint-Denis offrant facilement ses accueillants orifices aux clients de passage : " j’en ai plein les poches ! "

Curieux contraste en effet que cet assourdissant silence en Egypte et sa démission devant la nécessaire dénonciation de l’injuste traitement réservé à la minorité chrétienne égyptienne, et son scandaleux pardon accordé aux terroristes criminels, absurde et stupide "dinguerie" proférée tranquillement sur les ondes marque d’une incroyable complaisance à l’égard des fous d’Allah laissant le soin à chacun d’apprécier à leur juste valeur ces déclarations démentielles, et les puissantes clameurs de ses attaques contre l’héritage vénérable de l’Eglise, distillant à fortes doses son troublant discours ultra moderniste en Occident.



I. La révélation du goût pour le " plaisir solitaire " de Madeleine Cinquin

 

Mais le pire, sur le plan du discours insensé et déplacé, était à venir post mortem, puisque l’ex Madeleine Cinquin, réservait une surprise de taille à ses admirateurs avec ses « Mémoires » destinées à être publiées après son trépas, "Mémoires"  dans lesquelles elle avait décidé de se livrer, sans aucune pudeur excessive, à un déballage indécent de son penchant pour la masturbation qui la travailla de son enfance à l’adolescence.

courbet.jpeg

"(…) mon corps d’adolescente restait tout de même avide de “nourritures terrestres”

 

Voici ce qu’elle crut bon d’écrire : "Comment et à quelle occasion ai-je commencé à me masturber, je ne m’en souviens pas. Je pensais que ce n’était pas bien, puisque je le faisais en cachette et plus volontiers à l’école, où je me croyais plus en sûreté. Mais la maîtresse s’en aperçut et prévint ma mère. Un jour, les joues en feu, je me trémoussais en classe et subitement je l’ai vue me regarder sévèrement à travers la vitre de la porte. Elle m’expliqua ensuite que c’était vilain pour une petite fille et que je ne devais plus recommencer. Mais c’était devenu une habitude et je n’étais guère accoutumée à obéir. Quand l’assaut du désir m’assaillait, seule quelque présence étrangère avait le pouvoir de m’arrêter, sinon je m’avouais impuissante devant l’avidité du plaisir. (…) mon corps d’adolescente restait tout de même avide de “nourritures terrestres”. Je me sentais désormais contrainte de choisir entre le plaisir solitaire et la communion…" ("Confessions d'une religieuse", Flammarion, 2008.)


II. Les influences perverses de Sœur Emmanuelle

 

Une question dès lors, devant ses idées délirantes concernant les crimes des islamistes, et l’expression impudique de ce qui se passait "sous ses culottes" dans sa jeunesse, s’impose : comment expliquer une telle attitude si peu conforme à l’état d’une religieuse de Notre-Dame de Sion ? Comment comprendre qu’une âme consacrée piétine sans crainte les principes spirituels de sa règle ?

La réponse tient sans doute dans certains liens que noua tardivement, hélas ! Sœur Emmanuelle, liens qui l’éloignèrent considérablement de l’exigence de l’Ordre qui l’avait accueillie en 1929 dans sa congrégation à Paris, et accepté qu’elle y prononce ses voeux le 10 mai 1931 en prenant le nom de Soeur Emmanuelle.

 

a) Le bouddhisme tantrique

 

En effet, si l’évolution néfaste de sa Congrégation Notre-Dame de Sion [3] depuis Vatican II, qui se précipita sans crainte dans les francs délires modernistes et naturalistes qui triomphèrent dans l’Eglise des années 60, a indéniablement influencé dans ses positions et son attitude Sœur Emmanuelle, beaucoup cependant ignorent le rôle singulier qu’exerça auprès d’elle sa nièce, Sofia Stril-Rever [3], écrivain et traductrice, sanskritiste, diplômée d’Etudes indiennes de l’Université Paris III, ayant reçu une formation traditionnelle auprès de pandits indiens, et à l’Université Bouddhiste de Sarnath (Inde) auprès de maîtres spirituels tibétains, s’étant spécialisée dans la traduction des textes racines de la tradition du  Tantra Kalachakra, tradition extrêmement sexualisée et problématique, propre au bouddhisme tibétain.

 

 

 

kalachakra.jpg

 

Dans l’initiation au Tantra du Kalachakra trimondi , des rites sexuels magiques ont lieu

dont le but est de transformer la “sexualité”en puissance temporelle et spirituelle.

 

 

Sofia Stril-Rever a ainsi co-signé plusieurs livres avec sa tante (" 365 Méditations de Soeur Emmanuelle " ; " Mille et Un bonheurs : Méditations de Soeur Emmanuelle " ; " La folie d'amour : Entretiens avec Soeur Emmanuelle " ; " Mon Testament spirituel " amazon.fr déclarant qu’elle a trouvé en Inde sa terre spirituelle.

Intime de sœur Emmanuelle dont elle a recueilli les propos dans " La Folie d'amour " qui est tout un programme assez fantaisiste baignant dans un idéalisme post hippie, Sofia affirme que sa rencontre avec le Dalaï-lama l'a libérée des formes de la croyance, lui révélant la transparence du cœur dans le partage spirituel. Mais le plus relevé vient du fait qu’ayant reçu une formation traditionnelle à l'université de Sarnath (Inde) et dans un monastère tibétain, elle a ensuite traduit du sanskrit et publié pour la première fois en langue occidentale les Ecritures bouddhistes de Kalachakra, dont elle est une spécialiste mondiale. Cofondatrice du portail BuddhaLine et membre de l'International Kalachakra Network, elle guide un groupe de pratique au Centre Kalachakra de Paris. Le problème, et il est de taille, c’est que ce si parfait Tantra de Kalachakra, tant vanté par la nièce de sœur Emmanuelle, est sujet à bien des dérives, puisque le Tantra de Kàlachakra est une pratique bouddhique de méditation qui appartient à la classe des "Tantra du Yoga suprême" qui est tout sauf pacifiste prophétisant et encourageant de façon idéologique une guerre de religion sanglante entre bouddhistes et non-bouddhistes pour la domination du monde (mythe du Shambhala). Le texte nomme explicitement les leaders des trois religions monothéistes (le judaïsme, le christianisme et l’islam) comme étant les adversaires du bouddhisme: “Adam, Hénoch, Abraham, Moïse, Jésus, celui en habit blanc (Mani), Mohamed et Mathani (le Mahdi)”. Le Tantra du Kalachakra les décrit comme “la famille des serpents démoniaques” (Shri-Kalachakra I. 154). Ainsi le tantra du Kalachakra se positionne contre toutes les religions ayant des racines sémites et a été, pour cette raison, utilisé par des cercles antisémites radicaux de droite pour leur propagande raciste. Par ailleurs, ce que l’on se garde bien de révéler, dans les plus hautes initiations magiques, on emploie des “substances” dites “malpropres”. Le Tantra du Kalachakra recommande la dégustation de viandes de diverses sortes d’animaux tabous. Même la chair humaine (maha-mamsa) est employée comme substance pour le rite [3]. Enfin, lors des étapes supérieures et secrètes de l’initiation au Tantra du Kalachakra  trimondi , des rites sexuels magiques ont lieu dont le but est de transformer la “sexualité” en puissance temporelle et spirituelle.

 

 

b) Les terribles pièges de la psychanalyse

 

Même si l’on ne peut que rester interdit devant de telles sources voisinant de si près, nous pourrions dire même " intimement" sur le plan familial, avec les pages qu’écrivit en collaboration avec sa nièce adepte du tantrisme Sœur Emmanuelle, il nous faut pourtant poursuivre plus avant si l’on souhaite mettre en lumière l’ensemble des influences perverses qui s’exercèrent sur la religieuse de Notre-Dame de Sion.

De fait, on a du mal à expliquer chez Sœur Emmanuelle, qui est tout de même d’une culture et d’une génération où l’on ne parlait pas de ces " choses-là ", cette soudaine nécessité de nous entretenir de sa passion de jeunesse envers la masturbation, ce qui ressemble fort, si l’on y réfléchit, à une exhibition grotesque de penchants inavouables, exhibition malsaine un rien exagérée et grossièrement impudique d’autant plus inutile qu’elle ternit plus encore l’image déjà fort contrastée de la none du Caire.

 

 

courbet-lorigine-du-monde.1205133926.jpg


L’Origine du monde tableau de Gustave Courbet (1866),
dont le dernier propriétaire privé fut Jacques Lacan qui le conservait caché derrière un rideau.

 

 

Or, derrière cette confession à caractère sexuel, qui sent bon, et de très loin, le mauvais aveu sur le divan d’un psychanalyste, se cache effectivement le très curieux  accoucheur des confessions érotiques de Sœur Emmanuelle, à savoir Philippe Asso, théologien et prêtre du diocèse de Nicedirecteur de l’Institut Supérieur de théologie de Nice-Sophia Antipolis, qui depuis douze ans collabore à la rédaction de tous les écrits de Soeur Emmanuelle.

Emmanuelle amazon ; elle dira d’ailleurs un jour de ce prêtre : " Ce jeune prêtre du diocèse de Nice est essentiel dans ma vie spirituelle, il m'a incité à écrire ce livre, aidé à approfondir ma pensée, à sortir de moi-même, puis a tout relu, avec rigueur. "

Ainsi, si l’on examine rapidement l’activité de ce prêtre " essentiel dans la vie spirituelle " (sic) de Sœur Emmanuelle, que découvre-t-on. Qu’il participe à des séminaires psychanalytiques portant sur le phénomène lacanien, et qu’il anima tout dernièrement (année 2006/2007) dans le cadre de l’Université de Nice Spohia-Antipolis, un laboratoire sur le thème : "Sexe(s) et différence(s), De la suppression des inégalités à l’érosion de la différence ". Quand on sait les immenses dégâts que firent les prétendues lumières de la psychanalyse sur l’Eglise depuis des décennies, encourageant des  milliers de religieux et de religieuses à la débauche, à la pratique débridée du sexe dans le cadre de " formations " très spéciales, de stages d’écoute ou de redécouverte du corps, tout ceci béni par la hiérarchie conciliaire sous prétexte de dépassement des névroses culpabilisantes, on reste stupéfait et effondré devant tant de naïveté [4].

Tout cela devient donc parfaitement clair, et l’on comprend mieux le rôle particulièrement nocif qu’auront pu jouer auprès de Sœur Emmanuelle, pourtant déjà suffisamment perturbée par ses fièvres charnelles et la puissante désorientation conciliaire de son Ordre, tant sa nièce, la spécialiste du bouddhisme tantrique Sofia Stril-Rever, que le prêtre psychanalyste Philippe Asso, qui sans doute suggéra à l’icône des médias de se mettre entièrement à nu par souci d’une prétendue exigence de vérité, elle qui ne rêvait secrètement que de cela finalement [5], en lui soufflant aux oreilles d’oser faire sauter le couvercle des conventions et confesser publiquement ses libidineuses activités d’enfance et de jeunesse afin de réveiller les consciences des catholiques encore bien trop prudes en matière de sexe, comme nous l’a démontré dans ses enseignements du mercredi Jean-Paul II.

 

III. Conclusion



C’est un bien triste spectacle, au fond, que nous offre en partant cette pauvre religieuse otage des pires dérives intellectuelles et des séductions spirituelles contemporaines nauséeuses, aujourd’hui s’imposant au sein même de l’Eglise moderne depuis le dernier Concile, et qui, sous prétexte de liberté, confondit ce qui fit le sens même de sa primitive vocation, à savoir témoigner aux hommes de notre temps de la Parole de l’Evangile, avec le dévergondage de l’écrit en étant l’active collaboratrice du complaisant étalage psychanalytique des élans obscurs des désirs enfouis, excusant les actes criminels des terroristes musulmans, tout en critiquant, tant et plus, les bases de la tradition catholique.

De la sorte on est fondé à pouvoir dire que Sœur Emmanuelle fut positivement l’objet d’influences perverses, qui lentement oeuvrèrent à transformer efficacement, et à plaisir pour satisfaire leur sinistre projet moderniste, la fille de Notre-Dame de Sion, en une " vieille none indigne " radicalement empoisonnée par le venin doctrinal qui inspira Vatican II.




Notes


[1] Significatives, à ce titre, ces lignes absurdes de " Notra Aetate  " que Sœur Emmanuelle dut méditer pour la plus grande désorientation de sa vocation missionnaire : " L'Eglise regarde aussi avec estime les musulmans, qui adorent le Dieu Un, vivant et subsistant, miséricordieux et tout-puissant, créateur du ciel et de ta terre, qui a parlé aux hommes. Ils cherchent à se soumettre de toute leur âme aux décrets de Dieu, même s'ils sont cachés, comme s'est soumis à Dieu Abraham, auquel la foi islamique se réfère volontiers. Bien qu'ils ne reconnaissent pas Jésus comme Dieu, ils le vénèrent comme prophète; ils honorent sa mère virginale, Marie, et parfois même l'invoquent avec piété. De plus, ils attendent le jour du jugement où Dieu rétribuera tous les hommes ressuscités. Aussi ont-ils en estime la vie morale et rendent-ils un culte à Dieu, surtout par la prière, l'aumône et le jeûne. Si, au cours des siècles, de nombreuses dissensions et inimitiés se sont manifestées entre les chrétiens et les musulmans, le Concile les exhorte tous à oublier le passé et à s'efforcer sincèrement à la compréhension mutuelle, ainsi qu'à protéger et à promouvoir ensemble, pour tous les hommes, la justice sociale, les valeurs morales, la paix et la liberté. » (Déclaration Nostra Aetate sur l’Eglise et les religions non-chrétiennes, § 3, 28 octobre 1965).



brothers2-1.gif [2] L’origine de la congrégation Notre-Dame de Sion, trouve sa source dans cette journée du  vendredi 23 juin 1797, en la fête du Sacré Cœur de Jésus, où dans une petite chapelle perdue sur une des cimes des Vosges, Turkenstein, trois personnes vouaient leurs cœurs, leurs forces, leur vie entière à l’instruction chrétienne de la jeunesse et au soin des malades, en abritant leur union dans le Cœur Sacré de Jésus. Ces trois personnes étaient : l’abbé Colmar qui assurait la direction spirituelle, Madeleine Louise Humann et Marie Thérèse Breck. Plusieurs années après, dans l’esprit du pacte de Turkenstein, Louise Human ouvrit sa maison à un groupe d’étudiants en philosophie. Parmi ces étudiants, Louis Bautin (qui fonda plus tard les sœurs de St Louis) et Théodore Ratisbonne (le fondateur de Notre Dame de Sion). Louise Human devint la « Mère Spirituelle » du groupe et a joué un rôle important dans le chemin de foi de Theodore qu’elle baptisa le Samedi Saint 14 Avril, 1827. Toutefois, si l’Ordre de Notre Dame de Sion, oeuvra à la conversion du peuple Juif pendant des années, le tournant apostolique du concile Vatican II va amener un radical changement d’attitude : on passe de la prière dans l’attente de la conversion des Juifs, à la vigilance et à l’action pour un changement de la mentalité catholique en vue du respect de leur tradition, à leur écoute. À Sion, le changement mûrit pendant plusieurs décennies, vigoureusement impulsé par deux supérieures générales : mère Marie-Félix (1951-1964) puis mère Laurice (1964-1975). Les premiers signes de cette dénaturation de la congrégation sont apparus dès 1955. En 1957 seront définitivement supprimées les « prières de règle pour la conversion des Juifs », peu avant que le pape Jean XXIII prenne la même décision pour l’oraison du Vendredi Saint « pro perfidis judaeis ».

[3] D’après les commentaires traditionnels du Tantra Kalachakra venant du grand maître tantrique et roi du Shambhala, Pundarika, cette viande humaine provient habituellement de personnes « étant mortes au combat à cause de leur mauvais karma ou ayant été tuées suite à des fautes personnelles » et il ajoute que la prise de ces substances sous forme de pilules est recommandée.

[4] Exemple relativement symbolique des dérives démentes de l’Eglise moderne, le cas du docteur Tony Anatrella, nommé par Jean-Paul II au conseil pontifical pour la famille et récemment confirmé dans ses fonctions par Benoît XVI, qui prodiguait des thérapies très spéciales, se livrant apparemment à des actes curieux avec ses patients sous couvert de méthode curative, cultivant des pratiques bien étranges : à savoir, " des touchers et des masturbations justifiées de façon très sophistiquée ". Lire :

- " Nouveau scandale dans l'Eglise ? Les thérapies très spéciales de Mgr Anatrella "
Hebdo.nouvelobs.com/


- Après Christine Boutin, Tony Anatrella est confirmé consulteur pontifical par Benoît XVI
Ligue Odebi



[5] elle déclarait : " je veux me dénuder. D'abord par exigence de vérité : voilà ce que je suis. " Lepoint.fr

 

 

 

 

18:57 Publié dans Polémique | Lien permanent | Commentaires (25) | Tags : soeur emmanuelle, bouddhisme, psychanalyse, sexualité, religion |  Imprimer | | | | | Pin it!

dimanche, 31 décembre 2006

Voeu

 

medium_medium_05-thumb.jpg




 Qu'il revienne!
 
Avec son coeur immense, avec son coeur de flamme, son âme de pauvre et son sourire.
 
Qu'il  revienne !
 
Et le Coeur Immaculé de Marie triomphera ! 
 
 
 
 
 
 

10:00 Publié dans Fêtes | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : Sexualité, Politique, Amour, Art contemporain, Peinture, Blabla de fille |  Imprimer | | | | | Pin it!