Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 01 avril 2011

Les Papes et le Talmud

 Pape Jules III.jpg

Le Talmud.jpg

 

 

« Le Talmud contient des blasphèmes

contre Dieu le Christ et la Vierge Marie. »

 

Innocent IV (Impia Judaeorum perfidia, 1244).

 

 

Talmud hébreu.jpgLe Talmud (תַּלְמוּד « étude ») est l’un des textes les plus importants du judaïsme rabbinique, tout de suite placé après la Bible hébraïque, dont il est, en quelque sorte, le complément. Composé de la Mishna et de la Guemara, il réunit, rassemble et résume, l’ensemble des discussions rabbiniques sur tous les sujets de la Loi juive, sujets qui sont classés et partagés en six ordres (shisha sedarim, etc.), abordant tous les problèmes relatifs aussi bien à la religion, l’éthique, la morale, la vie conjugale, la médecine, l’économie, et les relations avec les non juifs [1].

Très tôt l’Eglise s’est inquiétée de cet ouvrage dont on pouvait constater l’influence nocive sur le comportement des populations juives, mais il fallut cependant attendre le XIIIe siècle pour qu’une véritable politique d’examen approfondi du contenu du texte soit entreprise afin d'en déterminer la nature exacte, et surtout qu’en soient fermement condamnées les affirmations principales et les blasphèmes absolument scandaleux que l’on découvrit dans les pages du Talmud.

I. La première condamnation : Innocent IV Impia Judaeorum perfidia

CODEX_~1.JPGC’est à Paris, en 1240, que le premier procès du Talmud se déroula, lorsque, après avoir été expulsé de l’école juive dans laquelle il se trouvait, Nicolas Donin (+ 1287), qui s’était converti en 1235 au christianisme et devint franciscain, dénonça les principaux passages antichrétiens du texte, ceci dans une confrontation publique avec le rabbin Yehiel de Paris (+1286) qui était alors le responsable de l’école talmudique (yeshiva), confrontation où furent présents Eudes de Châteauroux chancelier de la Sorbonne,ainsi  que du côté juif, Moïse de Coucy, Juda ben David et Samuel ben Salomon. Faisant suite à sa démonstration, qui épouvanta les examinateurs et théologiens ecclésiastiques dans laquelle Donin cita des passages entiers du Talmud, dont il prouva qu’il était devenu pour les juifs une autre loi (alia lex) quasi supérieure à celle de la Torah,  montrant qu'il contenait d’horribles blasphèmes, encourageait à la haine envers les chrétiens et autorisait les juifs à se jouer des « goyim », de les voler voire les tuer, 24 charrettes remplies de manuscrits talmudiques furent brûlées en place de Grève le 20 juin 1242.

 

Bûcher Talmud.jpg

Les manuscrits talmudiques furent brûlés

en place de Grève à Paris le 20 juin 1242.

 

 

Grégoire IX.jpgC’est à cette époque, en écho direct avec cette confrontation où de nombreux passages épouvantables du Talmud furent révélés aux consciences chrétiennes qui en étaient ignorantes [2], que le pape Innocent IV (1180-1254), l'un des meilleurs canonistes de son époque - reprenant les directives de Grégoire IX qui avait demandé le 9 juin 1239, suite à la promulgation de la bulle Sufficere dibuerat (l5 mars 1233),aux évêques de France de faire confisquer tous les exemplaires du Talmud - écrivit une lettre pontificale qu’il intitula : Impia Judaeorum perfidia (la perfidie impie des Juifs), publiée  le 9 mai 1244, lettre adressée au roi Saint Louis (1226-1270) afin que le souverain puisse légiférer pour se protéger des idées talmudiques en France.

 

 Innocent IV.jpg

Innocent IV exhorta saint Louis

à brûler publiquement le Talmud,

devant le clergé et le peuple.

 

Dans la lettre Impia Judaeorum perfidia, Innocent IV exhortait saint Louis à brûler et faire brûler Saint Louis.jpg publiquement le Talmud, livre abusif, dans son royaume, devant le clergé et le peuple, (praedictum abusionis librum […] coram Clero et populo, incendio concremarint). Innocent IV indique que Jésus Christ, par sa miséricorde et sa longanimité tolère la cohabitation entre Juifs et chrétiens, mais ceci dans l’attente de la conversion des Juifs, même si ces derniers désignés comme « ingrats » n'admettent aucune repentir de leur faute et ne « révèrent pas l'honneur de la foi Chrétienne, avoir renoncé à la loi de Moise et des Prophètes, suivent quelques traditions de leurs aînés » (Ipsi enim ingrati Domino Jesu Christo […] nec reverentes honorem fidei Christianae, omissis […] lege Mosaica et Prophetis, quasdam traditiones suorum seniorum sequuntur).

C’est pourquoi le pape, s’appuyant sur saint Matthieu (XV, 3), après avoir rappelé que les Juifs ont volontairement renoncé au mandat divin à cause de leur tradition qui enseigne des doctrines faussées et les éloigne de la loi et des prophètes, soulignait que les enfants des Juifs étaient nourris et enseignés par le Talmud qui contient « des blasphèmes contre le Dieu et son Christ, la Vierge Marie, des abus faux et des bêtises inouïes » ( « sunt blasphemiae in Deum et Christum ejus, ac beatam Virginem manifestae, abusiones erroneae, ac stultitiae inauditae »). Finalement, le pape demandait expressément qu'il soit interdit aux Juifs d'avoir des serviteurs chrétiens, et que les nourrices chrétiennes n’aillent pas dans les maisons juives, de peur de donner l’impression d’encourager la perfidie judaïque.

II. Les condamnations pontificales du Talmud

Cet acte pontifical va faire autorité pendant plusieurs siècles, et c’est sur lui que vont s’appuyer tous les pontifes ultérieurs qui auront à légiférer contre les Juifs et leurs écrits. On mesure donc combien cet examen de la doctrine du Talmud, suivi de sa condamnation, va s’avérer important au cours des périodes successives de l’Eglise afin de déterminer et fixer l’attitude officielle et magistérielle de Rome à l’égard du texte talmudique.

 

Martin V.jpg

 

« Les Juifs n’ayant pu anéantir le peuple chrétien

en tuant le Christ,

ont voulu le bafouer par la rédaction du Talmud,

un tissu d’horreurs anti-chrétiennes. »

Martin V, Sedes Apostolica, 1425.

 

a) Martin V

Disputatio.jpgLes confrontations entre docteurs chrétiens et talmudistes se multiplièrent évidemment après Innocent IV, et la liste est longue retraçant l’historique des grands débats qui se déroulèrent entre rabbins et théologiens chrétiens. Ainsi à Tortosa, en 1413, à l'instigation de Geronimo de Santa Fé (Joshua Lorki), ancien érudit juif devenu chrétien et médecin du pape Martin V, on démontra que les infâme accusations talmudiques envers les païens et les apostats en des termes outrés, concernaient bien les chrétiens, obligeant Martin V à interdire aux Juifs de lire le Talmud, de par la perversité, faisant devoir aux autorités civiles et religieuses qu’elles en saisissent et détruisent toutes les copies existantes : « Les Juifs n’ayant pu anéantir le peuple chrétien en tuant le Christ ; ils ont voulu le bafouer par la rédaction du Talmud, un tissu d’horreurs anti-chrétiennes. »

 

Jules III.jpg

« Que le Talmud,

mentionnant Jésus Christ ignominieusement

soit damné et brûlé »

Jules III, Cum sicut nuper (1554).

 

b) Jules III

vcindice1.jpgCe fut ensuite Jules III qui, dans sa bulle Cum sicut nuper datée du 29 mai 1554,  ordonna que le Talmud et d'autres livres mentionnant Jésus Christ ignominieusement soient damnés et brûlés (damnaverint et igne comburi fecerint), demandant, de plus, que soit mise en œuvre une nouvelle investigation attentive des écritures talmudistes, stipulant que si les livres contenaient des passages blasphématoires, ils devaient être détruits et retirés des mains des Juifs, sous peine de châtiments pécuniaires ou, si leur obstination ou qualité du délit l'exige, corporelles. (« debitis poenis, tam pecuniariis […] quam si eorum contumacia, aut qualitas delicti exegerit, corporis »).

 

Saint Pie V.jpg

«Les Juifs, par  leurs  sortilèges, incantations,

méfaits et  superstitions magiques,

exposent beaucoup de gens étourdis et infirmes

aux impostures de Satan »

S. Pie V, Hebraeorum gens (1569).

 

c) S. Pie V

kabbale.jpgSi dans sa bulle Hebraeorum gens du 4 mars 1569,  saint Pie V ne se penche pas directement sur la question du Talmuld, expliquant que les Juifs furent méprisés et dispersés à cause de leur incroyance et parce qu'ils avaient été perfides et ingrats quand ils ont rejeté leur Sauveur par la mort indigne (perfida et ingrata suum Redemptorem indigna morte peremptum impie reprobarit), soulignant que les moyens par lesquels ils combattent la faim sont, exécrables et infâmes (foedas et infames artes, quibus famem tolerare possit), le saint pape insistait cependant sur les « sortilèges, les incantations, les méfaits et les superstitions magiques, par lesquelles ils exposent beaucoup de gens étourdis et infirmes aux impostures de Satan » (sortilegiis, incantationibus, magicisque superstitionibus et maleficiis dediti, quamplurimos incautos atque infirmos, Sathanae praestigiis inducunt »), ce qui laissait nettement supposer que les Juifs possédaient et utilisaient des ouvrages de sorcellerie et de magie, dont le Talmud faisait évidemment partie.

 

Grégoire XIII.jpg

« L'ancienne méchanceté des juifs reste exécrée,

[eux] qui ont repoussé le fils de Dieu

et attenté à sa vie criminellement »

Grégoire XIII, Antiqua judaeorum improbitas  (1581).

 

d) Grégoire XIII

Peu de temps après, c’est Grégoire XIII, par le motu proprio Antiqua judaeorum improbitas de 1581, désigné de par ses premiers mots « L'ancienne méchanceté des juifs reste exécrée dans les fils, d'autant plus qu'ils faillissent gravement pour accumuler la mesure de ses pères qui ont repoussé le fils de Dieu et attenté à sa vie criminellement » (Antiqua Judaeorum improbitas tanto execratior consistit filiis, quanto ipsi ad cumulandam patrum suorum mensuram in Dei filio repudiando, ejusque in mortem nefarie conspirando, gravius deliquerunt), qui réitérait les condamnations pontificales.

Dans son Motu proprio Grégoire XIII expliquait qu'après avoir été condamnés à la servitude perpétuelle et dispersés dans tous les pays du monde de par leur crime, les juifs n'ont pas trouvé plus grande clémence que dans les terres des chrétiens (non maiorem in cuiusquam ditione clementiam, quam in Christianorum Provinciis maxime vero in Apostolicae pietatis gremio invenerunt), l’Eglise s'efforçant de les attirer doucement à la lumière de la vérité. Mais, précisait Grégoire XIII, les juifs ne se sont pas adoucis, étant hostiles aux membres du Christ et n'ont pas cessé de commettre des choses effroyables contre la religion chrétienne. En conséquence Grégoire XIII autorisait les inquisiteurs à intervenir dans plusieurs cas où pouvaient s’exercer les impiétés judaïques, obligeant les évêques et tous les prélats à publier son Motu proprio, et à procéder dûment selon son contenu

Lire la suite