Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 07 novembre 2009

Le Sionisme et l’Antéchrist

ou le sens véritable du "retour" des Juifs en Israël

 

 

 

 

 

 

etoile_de_david_b.gif 
satan_goat.jpg

« L'Antéchrist établira le principal siège de son empire à Jérusalem,

afin de s'asseoir dans le Temple de Jérusalem

relevé par lui et s'y faire, adorer ! »

 

 

 

 

herzl.jpgUn « fait » semble être déterminant pour certains sionistes chrétiens : les Juifs sont de retour en Israël ! A partirChristianZionistLogo.jpg de là ils induisent, fautivement, une essence à ce fait, non en fonction de sa nature véritable, mais par la seule vertu de sa positivité concrète.

 

Développant un raisonnement sophistique, que l'Eglise condamna toujours,  singulièrement fallacieux et grandement insoutenable pour plusieurs raisons convergentes : si les Juifs sont de retour en Palestine c’est que les Temps sont advenus, donc nous assistons à l’accomplissement de l’Histoire divine, donc le sionisme est d’essence divine. CQFD.

 

Or, on ne peut faire mieux dans l’absurde !

 

- 1°) Tout d’abord c’est faire totalement l’impasse sur les conditions de la réalisation de ce fait. Les Juifs ne se sont pas retrouvés par hasard de nouveau sur cette terre, ni par l’effet d’une intervention de Dieu. Les conditions de ce retour en 1948 sont absolument criminelles, injustifiables et scandaleuses.

 

- 2°) le Retour n’est pas de l'ordre du miracle, ce « mouvement », ne relève pas d’une origine divine ! Il sont, conjointement, une entreprise de brigandage et de terrorisme de haut niveau qu’il serait fastidieux de décrire en son ensemble, et la conséquence d’un immoralisme frappé de l’Étoile de David.

 

Certes Notre Seigneur dans les Ecritures parle du retour en Terre Sainte des Juifs (Luc XXI, 24), bien qu'il convienne de voir ce qu’il faut entendre par là, mais jamais d’un retour obtenu dans les horribles conditions qui accompagnèrent le mouvement sioniste !

 

Nous sommes là en présence d’une histoire, caricaturale, parodique, immorale, antéchrist et, autant dire le mot : satanique !

 

Jamais en effet, l’élection du peuple Juif ne lui donne pour mission de devoir reconquérir, comme une sorte de profanation incroyable, la TerreZionism2.jpg Sainte par les armes, l’occupation militaire et l’oppression criminelle des peuples de la région. On ne peut trouver à tout ceci aucune justification théologique et aucune trace dans l’Ecriture.

 

Ce qui est donc certain, c’est qu’il n’y a aucune dimension spirituelle et divine dans le projet sioniste. Ni dans son intention (vision matérialiste, athée, laïque, raciale), ni dans ses méthodes scandaleuses (meurtres, attentats, violences, oppressions, spoliations, humiliations, etc.). Dieu, fut et est totalement absent du plan actuel d’occupation de la Palestine par les Juifs.

 

Le « Fait » de leur présence, qui donne d’amusantes extases de fin de l’Histoire aux sionistes chrétiens, est la conséquence des pires exactions commises par des voyous et des assassins !

 

Rien de divin là-dedans, bien au contraire !

 

Rien qui ne corresponde à ce « retour », dont nous allons voir de quelle façon il faut l’entendre, qui serait le signal de la "fin des temps".

 

C’est ce qu’expliquait Mgr Dadolle en 1901, Recteur des facultés catholiques, face aux premières manifestations du projet sioniste à Bâle :

 

- «  Le rêve des propagateurs du mouvement sioniste prétend s'appuyer sur des prophéties; il suppose par conséquent une sorte de foi, sans doute faussée (…)   mais le problème se pose : Oui ou non, les prophéties de l'un et de l'autre Testament autorisent-elles l'espérance d'une restauration d'Israël dans une patrie juive ? d'une restauration de Jérusalem dans la dignité de capitale d'un royaume juif ? enfin d'une restauration de l'ancien Temple, soit pour être consacré au Christ, en hommage de réparation, soit pour être le théâtre et l'objet d'une suprême profanation ? (…) il y a dans l'écriture des deux Testaments, un enseignement parfaitement explicite et clair, selon lequel le Christ est la fin de la Loi. L'avènement du Messie a mis un point final à l'histoire vivante des institutions judaïques, de telle sorte que de celles-ci rien ne doit revivre, ni le Temple, ni la Cité sainte, pas plus que la liturgie de la vieille Synagogue. C'est pourquoi la conversion des Juifs, généralement attendue pour la fin des temps, n'aura point pour suite et pour récompense leur réintégration dans la terre des tribus. »

 

 

Voilà le problème clairement posé : la fin des temps attendue, qui a pour corollaire la conversion des Juifs, ne l’oublions pas assez peu évidente cependant aujourd’hui, n'aura point pour suite, et pour récompense, leur réintégration dans leur terre !

 

m006_LemannBrothers.jpg

 Joseph et Augustin Lemann

 

 

A  partir de là, sachant que les Juifs infidèles n’ont pas à réintégrer leur terre, mais autre chose de bien supérieur compris sous cette appellation, on perçoit immédiatement que la thèse du sionisme chrétien s’effondre toute seule, pitoyablement, comme un fragile château de cartes renversé par le souffle du sens véritable des prophéties.

 

 

Jerusalem.jpg
250px-GustaveDoreParadiseLostSatanProfile_color.jpg

 

 « Le mode d'interprétation des exégètes que nous combattons

n'est pas autre chose, en effet, que le renouvellement de l'erreur juive,

s'en tenant uniquement à la lettre des prophéties

et repoussant systématiquement le sens caché sous la lettre,

sens relatif à la libération spirituelle, au royaume spirituel, par le Messie. »

 

Augustin Lemann, l'Avenir de Jérusalem.

 

 

 

Ce sens véritable des prophéties Mgr Augustin Lemann l’expliqua longuement dans un ouvrage remarquable publié en 1901 : L’Avenir de Jérusalem. C’est cette position traditionnelle, conforme à celle des Pères de l’Eglise, qui est contestée par les modernes sionistes chrétiens embrumés par les positions des réformés évangéliques et leur interprétation littéraliste des Ecritures.

 

Afin de rendre justice aux thèses de la Tradition catholique, nous avons répondu, par un écrit synthétique, à l’Essai de M. Vincent Morlier, visiblement gagné par les thèses millénaristes des protestants évangéliques : La Résurrection nationale d'Israël, signe eschatologique, par un texte que nous mettons à la disposition des lecteurs de La Question :

 

 

 

skull_star_david.jpg
bcg8.jpg

 

 

Le Caractère satanique du Sionisme !

 

 

 

Le Caractère Satanique du Sionisme.pdf 

 

 

Réponse de M. Vincent Morlier

 

 

Israel_Coat_of_Arms.jpg

 

 

M. Vincent Morlier nous a, enfin, fait parvenir l’intégralité de son texte : « La Résurrection d’Israël, signe eschatologique », ainsi qu’une « Réfutation de la Réponse de Zacharias ». De manière à contribuer à l’enrichissement du débat, et afin que chacun puisse accéder à ces éléments qui précisent mieux encore les positions pro-sionistes de Vincent Morlier, et comme il lui fut déclaré, nous mettons ci-dessous à la disposition des lecteurs de La Question, les deux textes, en format pdf. Une réponse sera évidemment effectuée, dans le cadre d’une nouvelle note en préparation de Zacharias, dont le titre, déjà arrêté, est :  « Le chef des Juifs : l’Antéchrist ! »

 

 

La Résurrection nationale d'Israël - V. Morlier.pdf

 

Réfutation de la Réponse de Zacharias.pdf

 

 

 

19:37 Publié dans Religion | Lien permanent | Commentaires (82) | Tags : sionisme, catholicisme, judaïsme, église, israël |  Imprimer | | | | | Pin it!

Commentaires

Au moins l'intervention de Vincent Morlier aura eu pour effet la réalisation de ce texte par Zacharias : "Le Caractère satanique du Sionisme", qui éclaire parfaitement l'erreur du sionisme, et de ceux qui s'en font les aveugles admirateurs.

Écrit par : Hacquinières | dimanche, 08 novembre 2009

Remarquable réponse que je partage pour l'ensemble aux interprétations fumeuses, zélotes, littérales et matérialistes, de monsieur Morlier quant à la façon d'interpréter les prophéties relatives au "retour des Juifs en Israël".

Écrit par : Ingomer | dimanche, 08 novembre 2009

En une présentation directe et claire, "Le Caractère satanique du Sionisme" de Zacharias fait la lumière sur un point fondamental de théologie : l'explication du sens caché des Ecritures concernant la signification authentique du retour en Terre Sainte des Juifs à la fin des temps !


Félicitations !

Écrit par : Lozère | dimanche, 08 novembre 2009

Comment des chrétiens peuvent-ils tomber dans un piège aussi grossier que celui du sionisme ? Intoxiqués par la propagande juive, en se faisant les défenseurs de ce régime criminel et assassin, les voilà aux antipodes des positions traditionnelles de l'Eglise.

C'est sans doute un effet du mystère de séduction de Satan !

Écrit par : Serrus | dimanche, 08 novembre 2009

Bien d'accord avec Ingomer, réponse remarquable de Zacharias à Vincent Morlier, s'appuyant sur l'abbé Lemann, afin de mettre en lumière le caractère faussée de l'interprétation des prophéties selon la position de la Tradition catholique.


J'ai mis ce texte en bonne place, car sa vertu pédagogique est excellente pour guérir quelques idées fausses.

D'ailleurs, j'ai plusieurs amis chrétiens séduits par les positions de l'Eglise moderne sur le sujet, à qui je l'ai envoyé sans tarder.

Merci encore...

Écrit par : Charles | dimanche, 08 novembre 2009

On ne pouvait dire mieux Zacharias. Vous précisez dans l'introduction que vous ne vouliez faire un livre complet sur le sujet : mais au fond s'en est un. Court, précis, très clair, au service de la doctrine de l'antisionisme traditionnel catholique.

En effet, comme vous le montrez, il y a un accord entre le Nouveau et l'Ancien Testaments pour traiter de chimère toute tentative en vue de reconstituer un nouvel État juif à Jérusalem.

Le Temple n'a pas à être réédifié,Jérusalem n'a plus vocation à redevenir la capitale d'un État juif, de même que la Palestine n'est pas appelée à être de nouveau le royaume d'Israël. Tout ceci relève d'un "Autre Ordre des choses !"

Écrit par : Moria | dimanche, 08 novembre 2009

La thèse de Vincent Morlier est identique au thème du "rétablissement d'Israël" que l'on retrouve de façon constante dans tous les bastions protestants américains. Le "sionisme chrétien", mot qui a fait en 1992 la une du célèbre Christianity Today magazine évangélique distribué à des millions d'exemplaires, représente un lobby pro-israélien très puissant aux USA. Compte tenu de la démographie - 70 millions de chrétiens born-again (nés de nouveau), convertis ou revenus à la foi, comme George Bush -, les lobbies sionistes chrétiens sont donc actuellement cinq fois plus nombreux que la communauté juive...

Pour les sionistes chrétiens, le doute n'est pas permis : c'est en Israël que le Messie reviendra après avoir matériellement, c'est-à-dire physiquement, rassemblé le peuple juif en Terre sainte. Pour accélérer le retour de Jésus, les évangéliques américains ont même fondé en 1980 l'Ambassade chrétienne internationale à Jérusalem. Ils soutiennent à fond l'émigration de tous les juifs en Israël, financent des colonies en Cisjordanie et à Gaza, et font un travail de lobbying intense au Congrès en faveur d'Israël.

En 1998, pour le 50e anniversaire de la création de l'Etat d'Israël, Benyamin Nétanyahou, alors premier ministre, déclara à Orlando en Floride, devant une assemblée de Voices United for Israël (Voix unies en faveur d'Israël), réseau de 200 organisations évangéliques pro-israéliennes : "Nous n'avons pas de meilleurs amis et alliés que les gens assis dans cette salle."

Écrit par : Valence | dimanche, 08 novembre 2009

Ah ! si les Juifs savaient ce qu'ils disent lorsqu'ils proclament, depuis 2000 ans, cette phrase les soirs de Pessah : « l’an prochain à Jérusalem » !


Non ! les Juifs n'y sont revenus M. Morlier ! L'ALYAH promise au peuple Juif, comme l'explique l'Eglise, est spirituelle, et cette ALYAH reste à réaliser pour les temps soient advenus.


Jérusalem est évoquée plus de 800 fois dans la Bible. Elle est désignée de 70 noms dans la littérature post-biblique. Sa destruction occupe une place exceptionnelle dans la mémoire collective juive, dans la liturgie, dans les jeûnes (en particulier celui de Tisha beAv qui met fin à trois semaines de deuil). Les Juifs du monde entier prient en direction de Jérusalem. La tradition de briser un verre sous le dais nuptial qui conclut la cérémonie du mariage juif est symbolique : la joie ne peut être totale tant que Jérusalem n'est pas reconstruite dans sa splendeur passée. De même, les Juifs orthodoxes laissent dans leurs maisons un endroit non plâtré en souvenir du Temple. La Haggadah de Pessah et les prières de Yom Kippour s'achèvent sur une phrase prononcée avec ferveur : « L'an prochain à Jérusalem ! »

Anecdote significative, un jour, Napoléon fit son entrée dans une synagogue un jour de Tisha beAv. Il y vit des Juifs assis par terre qui se lamentaient et demanda la raison de leur affliction. On lui répondit que les personnes présentes pleuraient la destruction de Jérusalem et du Temple. « Quand cela advint-il ? », demanda l'empereur. « Il y a deux mille ans », lui répondit-on. Et Napoléon de rétorquer : « Un peuple qui se souvient de sa patrie pendant deux mille ans finira par y retourner. » Il avait raison, mais son seul oubli, était que ce retour prédit par l'Ecriture et le Christ est de nature mystique !

Écrit par : Lapide | lundi, 09 novembre 2009

Chers Amis,


Vous avez parfaitement perçu l'enjeu fondamental de ce débat, et l'importance d'une juste compréhension des prophéties sur le plan des conséquences directes qu'ont les vues faussées du Sionisme, hélas ! relayées aujourd'hui par des chrétiens abusés.

En effet, au fil du temps, Jérusalem est devenue la conscience du judaïsme perfide (au sens littéral), qui persévère dans son hostilité au Christ et à son Eglise. Evidemment s. Paul et tous les Pères de l'Eglise ont expliqué très tôt aux Juifs ce que signifiait la "Jérusalem" a retrouver pour eux. Peine perdue depuis deux mille ans !

Jérusalem, pour les Juifs charnels obstinés et à la nuque raide, c'est la ville, pas autre chose ! Les Juifs ont toujours refusé avec une fureur terrible une autre Jérusalem.

Depuis plus de 25 siècles sans arrêt, sans pause, sans interruption, et sans vouloir admettre une autre vision que charnelle, ils répètent: « Si je t'oublie Jérusalem, que ma droite me refuse son service. que ma langue se colle à mon palais si je ne place pas Jérusalem au sommet de mes joies... »

Il n'est donc pas surprenant aujourd'hui de constater que sous la pression d'une interprétation littéraliste du texte biblique, absolument contraire à l'esprit de l'Evangile, la possession de Jérusalem comme capitale du nouvel Etat Juif ait non seulement obtenu l'adhésion de tous les partis politiques israéliens sans aucune exception, mais soit devenue une plate forme commune et programmatique qui rencontre l'unanimité du Sionisme sous ses différentes composantes de partout dans le monde.

Il faut voir que l'attachement inconditionnel du peuple juif à sa capitale n'est pas un accident fortuit. Il a été forgé au cours des siècles et nourri par les enseignements antichrétiens du Talmud. D'ailleurs un des deux Talmudim est appelé "Talmud de Jérusalem", même s'il a été rédigé en Galilée et composé à Césarée. Le nom qui a été attribué à ce Talmud marque l'engouement qu'éprouvaient ses rédacteurs pour la ville. [Cf. Talmud Yerushalmi, Daniel Bomberg, Anvers, 1523]

http://www.judeopedia.org/ExTalmudJer.aspx

Le plus terrible est de voir des chrétiens à présent, ou prétendus tels, donner raison et avaliser les vues charnelles et fautives du Talmud, se mettant en contradiction avec la Tradition catholique !

N'oublions pas que pour perpétuer le souvenir de la destruction du Temple et faire rappeler au peuple, jusque dans les actes de sa vie quotidienne, la perte qu'il avait supportée, évidemment en ne disant jamais que c'était en punition du déicide, les rabbins talmudistes ont systématiquement marqué de mille pratiques permanentes et constantes la vie juive afin de mettre Jérusalem au centre de la conscience Juive.

A tout mariage on rappelle que nulle joie ne sera parfaite tant que Jérusalem ne retrouvera pas sa gloire. Pendant la cérémonie, l'époux brise un verre en souvenir de la destruction de Jérusalem. Si l'on construit une maison, un pan de mur doit rester inachevé pour signifier qu' Israël est en deuil tant que Jérusalem n'est pas relevée de ses ruines. Une femme néglige un détail de sa toilette et de son maquillage pour se souvenir de la ville sainte saccagée. Les prières quotidiennes sont orientées vers Jérusalem qui est devenue l'étoile polaire de toutes les Synagogues, etc.

On mesure donc la signification réelle de cette question dans la conscience juive ; et on comprend également, en quoi, sa résolution spirituelle définitive et transcendante, par la conversion en masse des Juifs qui reviendront dans l'authentique "Jérusalem" qui est l'Eglise, et le véritable "Israël" qui est le Christ, sera cette fois-ci incontestablement, la "Fin des Temps" !

Comme l'écrivit très justement Mgr Augustin Lemann : "Le rétablissement des Juifs, à l'époque de leur conversion, ne sera donc point un rétablissement politique temporel, mais un rétablissement spirituel. La terre où ils seront ramenés ne sera point ce coin de terre situé entre deux mers, la Palestine, mais l'Église même de Jésus-Christ répandue dans le monde entier. C'est là leur propre terre, parce que la tige de l'olivier franc sur laquelle les Gentils ont été entés est leur propre tige. C'est sur elle qu'ils reprendront leur place. Dans le style mystérieux des apôtres et des prophètes, leur olivier et leur terre sont des termes synonymes qui désignent également l'Église de Jésus-Christ. La punition des Juifs a été non seulement d'être bannis de la Judée et dispersés parmi les nations, mais encore d'être bannis de l'Église et mis au rang des nations infidèles ; d'être retranchés de l'olivier franc qui est leur propre tige, et d'être jetés sur la face de la terre comme des branches mortes et abandonnées. Ce qui leur est promis, lorsque le Seigneur annonce par ses prophètes qu'ils seront ramenés dans la terre de leurs pères, dans leur pays, c'est qu'ils rentreront dans l'Église, qu'ils seront entés de nouveau sur l'olivier franc qui est leur propre tige. Le bonheur de l'homme n'est pas d'habiter dans la Terre sainte, mais d'habiter dans l'Église de Jésus-Christ, de devenir citoyen des saints, cives sanctorum et domestici Dei (Épît. aux Éphés., II, 19.)" [A. Lemann, L'Avenir de Jérusalem, 1901).

Ce bonheur, qu'explique et que décrit magnifiquement Augustin Lemann, est porteur d'un fruit doux et bon qui est la Paix donnée par le Christ à tous les hommes de bonne volonté.

L'autre fruit, celui de Satan, dans lequel ont tragiquement mordu les Sionistes, est pourvoyeur du crime, de la guerre, de l'horreur et de la barbarie, et son bénéficiaire principal a pour nom dans les temps qui sont nôtres : l'Antéchrist !

Écrit par : Zacharias | lundi, 09 novembre 2009

L'Evangile du jour (dans le rite ordinaire du missel romain), au 9 novembre, Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean 2,13-22, confirme providentiellement ce que nous disons : Ni Jérusalem ni le "temple de Jérusalem" ne sont les murs, les bâtiments... Le Christ est le nouveau temple de Jérusalem. Et donc depuis la rédemption en Christ, Jérusalem c'est l'Eglise, l'Eglise qui est l'"épouse" et le "corps du Christ" (je cite) :

Les Juifs l'interpellèrent : « Quel signe peux-tu nous donner pour justifier ce que tu fais là ? »
Jésus leur répondit : « Détruisez ce Temple, et en trois jours je le relèverai. »
Les Juifs lui répliquèrent : « Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce Temple, et toi, en trois jours tu le relèverais ! »
Mais le Temple dont il parlait, c'était son corps.
Aussi, quand il ressuscita d'entre les morts, ses disciples se rappelèrent qu'il avait dit cela ; ils crurent aux prophéties de l'Écriture et à la parole que Jésus avait dite.

Source : http://www.levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=readings&localdate=20091109

Écrit par : Ingomer | lundi, 09 novembre 2009

Il est étonnant que personne ici ne prenne un peu de hauteur et ne recadre le débat. Le point central n'est pas le sionisme ni le judaïsme, le point central c'est l'islam.

Le problème est simple: l'islam est en train de tuer ce qui reste de christianisme dans la plupart des endroits du monde. On peut déjà dire que la France est par lui conquise, et une grande partie de l'Europe. L'islam est anti-chrétien par nature; son refus du Christ est pire que le refus têtu des Juifs, puisqu'il est postérieur à la Révélation.

Or il se trouve que sur la route de l'islam conquérant la planète se dresse l'Etat d'Israël, qui est un Etat juif. Si tant de chrétiens sont dans une position de soutien plus ou moins tacite d'Israël, c'est parce qu'ils pressentent que ce petit grain de sable peut-être un facteur décisif dans la défaite finale de l'islam, dont nous rappellons ici la nature satanique.

Est-ce que cela suffit pour légitimer catholiquement le sionisme? bien entendu, non. Mais cela mérite peut-être d'avoir toute sa place dans le débat. Il y a un éléphant dans votre pièce, cessez de l'ignorer.

Écrit par : aquinus | lundi, 09 novembre 2009

aquinus - L'Islam n'est pas ignoré sur La Question, loin de là même ! reportez-vous aux articles consacrés au sujet en ces lieux : http://www.la-question.net/islam/

Mais à la différence de beaucoup, nous ne confondons pas les effets avec la cause ; lorsqu’il nous est arrivé d’aborder l’islam nous le faisons d’un point de vue purement théologique, qui est d’ailleurs le principal pour savoir ce qu’il faut penser de cette religion, et avoir des arguments pour prêcher le Christ à ces hommes et femmes et en faire des chrétiens par la grâce du Ciel.

Certes une vague massive d'immigration a importé avec elle sa religion sur le territoire européen et a modifié grandement le visage de la pratique religieuse en terre anciennement chrétienne. Mais que reprocher aux musulmans pieux qui souhaitent pratiquer leur religion chez nous ? ne sont-ils pas fidèles aux principes de leur foi ? Est-ce une crime ? Cela ne vaut-il pas mieux, surtout qu’il s’agit d’une population démographiquement jeune, que les codes moraux et spirituels de sa tradition soient respectés plutôt que de voir ces déracinés être happés par les vapeurs du gangstérisme hip hop, la drogue, le sexe et l’argent ?

En revanche distinguer les causes réelles, et les acteurs véritables qui favorisèrent et encouragèrent cette immigration de masse, là est notre rôle. Pas de désigner à la vindicte, sous couvert de laïcité républicaine, une partie de la population encore respectueuse du Décalogue (l'islam n'étant pas l'islamisme).

Or, ces cause touchent directement à divers éléments qui tous ont leur base doctrinale dans les conceptions révolutionnaires antichrétiennes qui détruisirent la France et l'Europe, et ce depuis avant même le XVIIIe siècle.

Ces conceptions sont celles qui participent de l'ordre du monde moderne (libéralisme, consumérisme, désacralisation, inversion morale, etc.) Désigner les coupables de la situation (désigner l'ennemi au sens de la théorie du catholique Carl Schmitt qu'il développa dans "Politische Theologie, Vier Kapitel zur Lehre von der Souveränität" en 1922. Rappelons que pour lui le politique est le lieu de la distinction ami/ennemi, distinction qui permet de donner au politique son objet spécifique, son objectif), voilà qui est pleinement cohérent, pas de tomber dans le piège catégorique proposé par quelques littérateurs aveuglés à la Dantec, qui en sont venus à défendre l'indéfendable, comme les conditions et la nature de l'instauration de l'Etat Sioniste en Palestine, pour revenir à notre sujet.

En politique, et votre pseudo vous désigne comme proche de la philosophie réaliste, il convient de ne pas se tromper de cible ! L’Eléphant, qui réside dans notre jardin commun, n’est peut-être pas celui que vous croyez…


PS. Une précision. Le refus du Christ par l'islam n'est pas "pire que le refus têtu des Juifs, postérieur à la Révélation". Auriez-vous oublié que le refus des Juifs est lui aussi postérieur à cette dite Révélation ? Et que leur rôle, manifestant une obstination farouche contre le christianisme, n'est pas négligeable dans la constitution de l'islam ?

Écrit par : Falk | lundi, 09 novembre 2009

Ingomer, merci beaucoup pour ces informations, venant du bréviaire, qui confirment grandement la justesse de la position traditionnelle de l'Eglise !

Écrit par : Antoine de Berny | lundi, 09 novembre 2009

Le fait du retour évoqué par Vincent Morlier, quelle que soit sa nature, n’est pas niable. Lorsqu’on songe qu’en 1842 il y avait 35 000 juifs en Palestine, puis 350 000 en 1948, on mesure l’ampleur extraordinaire de l’évolution qui s’est produite ces dernières années puisqu’Israël compte aujourd’hui plus de 4 millions et demi d’habitants.
Certes, il en est de ce signe-là comme des autres, ils sont à prendre avec prudence, mais on peut au moins considérer que nous assistons aujourd’hui à un commencement du plein accomplissement de l’ensemble des signes qui doivent avoir lieu selon les prophéties.

Écrit par : Jean | lundi, 09 novembre 2009

Mais Jean, on se tue à dire et répéter ici que ce retour doit être conçu de manière non pas charnelle, contrairement à la conception fautive des Juifs, mais de façon MYSTIQUE !

- La Terre Sainte que doivent retrouver les Juifs à la fin des temps, selon l’interprétation des prophéties effectuée par les Pères de l’Eglise, c’est L’EGLISE !

- Et l’ISRAËL que les Juifs doivent de nouveau avoir pour Royaume, c’est LE CHRIST !

Cessez de lire les Ecritures à l’aide des lunettes réformées évangéliques !

Écrit par : Falk | lundi, 09 novembre 2009

Les juifs, vieille stratégie de division pluriséculaire, cherchent à opposer les peuples entre eux pour régner et les dominer. Si on tombait dans ce piège, c’est eux qui en seraient les premiers bénéficiaires.

Les musulmans français, qui seraient 10 fois plus nombreux est-il nécessaire de le rappeler, si la France avait gardé l’Algérie, le Maroc et la Tunisie, ont leur place chez nous s’ils sont pieux et respectent les lois. Pourquoi combattre un Islam pacifique ? Pourquoi interdire, au nom d’une laïcité antichrétienne, le port du voile à des jeunes filles qui souhaitent suivre les préceptes de l’Islam ?

Comme le disait Falk, il est préférable que les jeunes issus de l’immigration pratiquent leur religion plutôt que d’être des déracinés à la solde des boutiquiers yankees.

Écrit par : Hire | lundi, 09 novembre 2009

Le grand rabbin de France Zadoc-Fahn expliquait admirablement au XIXe, que « Le Sionisme…remonte à la destruction du Temple de Jérusalem par Titus …Mais il y a une énorme différence entre le Sionisme actuel et celui d’il y a dix-huit siècles. POUR LES FIDELES DES TEMPS ANTIQUES C’ETAIT LE MESSIE ENVOYE PAR DIEU… QUI DEVAIT MIRACULEUSEMENT RECONSTRUIRE SION… PERSONNE N’AURAIT JAMAIS NI MEME LOINTAINEMENT PENSE A ARRIVER A CE BUT AU MOYEN DES VOIES NATURELLES. » (Archives israélites, 23 septembre 1987)

Écrit par : Jorg | lundi, 09 novembre 2009

Zacharias, le Pharisien c'est vous, la "nuque raide", c'est vous ! Je ne vous parle pas de votre pharisaïsme mais plutôt de votre cécité, car tel un aveugle vous ne nous éclairez sur rien, à part une religion stérile sans amour.

Écrit par : Nathanael | lundi, 09 novembre 2009

Le vrai problème du Sionisme, comme l’a très bien vu l’Eglise, c’est qu’il n’est pas la réponse à la question Juive. Bien au contraire, par les tensions qu’ils suscite, il met dans une situation très dangereuse le peuple hébreu.

Écrit par : Henri Albeert | lundi, 09 novembre 2009

Les juifs sont un peuple forgé par la mentalité des Rabbins, spécialement les Rabbins pharisiens. Le pharisien nous montre sur le vif le carnalisme judaïque, charnel dans le sens que Jésus-Christ donnait à ce mot quand Il jetait l’anathème sur la tendance d’attribuer une interprétation littérale, inférieure, et terrestre à ce qui, dans l’esprit de Dieu a un sens spirituel, supérieur et céleste.

« Les pharisiens, au lieu de suivre les traces des Prophètes qui comme Isaïe ou Ezéchiel, avaient prêché l’adoration de Dieu en esprit, la componction du cœur, la réforme des mœurs, la charité envers tous les hommes, s’acharnèrent à inculquer au peuple l’observance littérale de rites mesquins et un sentiment d’orgueil pour le fait de la descendance charnelle du Patriarche Abraham. « Nous sommes fils de notre père Abraham », clamaient-ils orgueilleusement, comme si la chair justifiait. (Saint Jean, VIII, 31, sq). » Abbé Julio Meinvielle.

Écrit par : Sylvain M. | lundi, 09 novembre 2009

Joseph Lemann, le frère d’Augustin, disait :

- « l’Aveuglement des juifs déicides fut plus étonnant et plus lugubre que les ténèbres de la nature survenant à midi, ils ont emporté, du Golgotha, des ténèbres dans leurs yeux et dans leur cœur, et se les transmettent, depuis près de deux mille ans, de génération en génération. Mais l’aveuglement des chrétiens apostats est plus étonnant et plus lugubre que celui des juifs déicides. »

Écrit par : Serrus | lundi, 09 novembre 2009

Chers amis,

J'espère que tout le monde a bien pesé la portée de ce texte. Il ne s'agit pas seulement de dénoncer le sionisme comme un projet malfaisant. Les mots de Zacharias sont très forts.

Car d'une certaine manière, si je suis bien les propos de Zacharias, le retour des Juifs talmudistes en Terre d'Israël est quand même un signe ! Le signe de la Bête. Les citations des Pères de l'Eglise m'ont personnellement beaucoup impressionné. Saint Irénée ou Saint Anselme avaient donc entrevu dans les Ecritures cette perspective d'un retour des Juifs hérétiques à Jérusalem. Et effectivement, si on lit l'Apocalypse et les avertissements apocalyptiques de Jésus, cette possibilité transparaît.

Cette interprétation est suffisamment originale pour que chacun s'y arrête et fasse le point sur ce que cela implique en terme de Foi ! C'est énorme.

Jusqu'il y a peu, je considérais cette possibilité avec une certaine prudence. J'avais découvert cette interprétation sur le site pierre2.org dont certains aspects relativistes m'avaient déplu, tout en restant favorablement impressionné par la pertinence de certaines analyses.

J'en profite pour poser à Zacharias cette question. Que pense-t-il de ce passage de Saint-Matthieu : "Quand donc vous verrez l'abomination de la désolation, annoncée par le prophète Daniel, établie en lieu saint - que celui qui lit entende - alors que ceux qui sont dans la Judée s'enfuient dans les montagnes..."

Lorsque je lis votre longue description des massacres commis par les brigades juives contre la population palestinienne, je ne peux m'empêcher de penser à ces avertissements du sauveur.

En communion de prières

Écrit par : avouedusaintsepulcre | mardi, 10 novembre 2009

En 1943 Mgr Tardini, Secrétaire pour les affaires extraordinaires du Saint-Siège, critiqua le vision politique du Sionisme, en affirmant : «…Le Saint-Siège n’a jamais approuvé le projet de faire de la Palestine un home juif.»

Le Vrai Israël aujourd’hui, le « Verus Israël », c’est l’Eglise, pas la Palestine !

Écrit par : Franck | mercredi, 11 novembre 2009

A titre personnel je n’ai jamais su trop quoi penser de ce problème du sionisme. Ce que je remarque c’est qu’il y a une similitude impressionnante entre la position catholique traditionnelle et celle des Juifs orthodoxes. Ce fait, ne peut être le simple résultat du hasard.

Voici un extrait de la Déclaration des Jews United Against Sionism, dont les termes ne peuvent laisser indifférent tous ceux qui s’intéressent à la question de la Paix au Moyen-Orient :

« La foi juive et le sionisme sont deux philosophies très différentes. Elles sont aussi opposées que le jour et la nuit. Le peuple juif a existé depuis des milliers d’années. Au cours de leurs 2000 ans d’exil suite à un décret divin, aucun juif n’a jamais cherché à mettre fin à l’exil et établir une entité souveraine quelque part.

Le mouvement sioniste a crée l’état israélien. Le but essentiel était et est de changer la nature du peuple juif d’une entité religieuse en un mouvement politique.

La vérité simple reste non réfutée et irréfutable :
SELON LA FOI JUIVE ET LA LOI DE LA TORAH IL EST INTERDIT AU PEUPLE JUIF D’AVOIR SON PROPRE ETAT EN ATTENDANT L’EPOQUE MESSIANIQUE

Le Créateur nous a donné la Terre Sainte il y a des milliers d’années. Mais, lorsque nous avons péché, il l’a repris et nous a envoyé en exil. Depuis cette époque notre tâche s’est d’attendre qu’il envoie le Messie. Alors, seul le Créateur, sans qu’aucun être humain n’ait à lever le petit doigt ou dire un mot, nous rassemblera et nous sortira de l’exil.

De même il établira la paix universelle parmi tous les êtres humains et tous le serviront de leur plein gré.

La communauté des juifs fidèles à la Torah attend patiemment la rédemption messianique. Ils n’ont rien à voir avec un pseudo « état juif » et ses agressions contre les autres peuples. Ils ont une sympathie profonde pour la misère des palestiniens qui ont souffert le plus des enseignements faux du sionisme et de ses actions barbares. L’état sioniste n’est pas un état juif. Les sionistes sont les seuls responsables de leurs actions. La vraie communauté juive continuera de s’opposer à l’existence même de cet état blasphématoire. »

Écrit par : Aloïs | mercredi, 11 novembre 2009

avouedusaintsepulcre - Vous avez raison, ce que dit Zacharias est énorme. je suis un peu comme vous. Jusqu'à présent mon rejet du sionisme participait d'une analyse fondée sur une critique de la politique insensée de l'Etat d'Israël. Je ne pouvais également reconnaître une marque divine dans ce système criminel.

Mais là c'est autre chose je suis bien d'accord. Si Israël représente la Bête, oui pour le coup, comme vous dites, c'est vraiment autre chose en face de quoi nous nous trouvons !

Écrit par : Falk | mercredi, 11 novembre 2009

Ceci est bien vrai ! La présence des Juifs en Terre sainte est la conséquence des pires exactions commises par des voyous et des assassins !

Écrit par : Celias | mercredi, 11 novembre 2009

avouedusaintsepulcre,




Je réponds à votre question, très intéressante, car ce passage de l’Ecriture est effectivement plus que lié à la triste actualité de nos temps présents.

Je rappelle le texte de l’Evangile :

- « Lorsque vous verrez l'abomination de la désolation, dont a parlé le prophète Daniel, établie en lieu saint, -que celui qui lit fasse attention ! alors, que ceux qui seront en Judée fuient dans les montagnes (…) Car alors, la détresse sera si grande qu'il n'y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu'à présent, et qu'il n'y en aura jamais.» (Matthieu 24, 23-24).

Quelques précisions s’agissant de ce dont a parlé le Prophète Daniel.

Ce texte renvoie, selon les Commentaires de Bossuet (qui reprend et s'appuie sur les Pères de l’Eglise C.f. Bossuet, Méditations sur les Evangiles, Bibliotheque De La Vraie Et Solide Piété, 1903), aux passages de l’Ecriture qui sont les suivants :

- « Et voici, dit l'Eternel, un signe auquel vous connaîtrez que je vous châtierai dans ce lieu, afin que vous sachiez que mes paroles s'accompliront sur vous pour votre malheur. » (Jérémie 44, 29)

- « Le dévastateur commettra les choses les plus abominables, jusqu'à ce que la ruine et ce qui a été résolu fondent sur le dévastateur. » ( Daniel 9, 27)

- « Des troupes se présenteront sur son ordre; elles profaneront le sanctuaire, la forteresse, elles feront cesser le sacrifice perpétuel, et dresseront l'abomination du dévastateur. » (Daniel 11, 31)

On voit très bien que la mise en garde formelle de s. Matthieu, laisse entendre que ce dont parle Daniel est une présence abominable désignée comme étant « Le Dévastateur ». Cette figure inquiétante fait pour la première fois son apparition dans Isaïe, voici ce qui en est dit :

- « Le dévastateur a rompu l’Alliance, il méprise les villes, il n’a de respect pour personne. » (Esaïe 33, 8).

On comprend sans peine que celui qui a rompu l’Alliance est bien l’Ennemi de Dieu, l’Adversaire sinistre de l’Eternel.

Sachant cela, il nous faut interroger clairement la situation à laquelle fait référence Matthieu pour être certain de ne point se tromper. Le texte se poursuit ainsi :

- « Si quelqu'un vous dit alors: Le Christ est ici, ou: Il est là, ne le croyez pas. Car il s'élèvera de faux Christs et de faux prophètes; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de séduire, s'il était possible, même les élus. Voici, je vous l'ai annoncé d'avance. » (Matthieu 24, 25)

Ces indications manifestent parfaitement la confusion à laquelle conduit une lecture erronée des faits chez les chrétiens sionistes, qui croient naïvement voir une "marque divine" dans le retour des Juifs en Palestine.

Mais, plus saisissant encore, ce parallèle indiqué par s. Augustin entre le passage de Matthieu et l’évangéliste s. Luc, qui nous dit ceci, en rapport avec la désolation annoncée sur Jérusalem :

- « Lorsque vous verrez Jérusalem investie par des armées, sachez alors que sa désolation est proche. » (Luc 21, 20)

Cette désolation prédite est sans contestation possible la marque de la Bête, confirmée par une liste impressionnante de Pères qui affirment tous que Jésuralem sera, dans les temps futurs, le siège de l’Antéchrist.

Mgr Lemann écrit : « C'est, en effet, le sentiment commun des Pères de l'Église, et aussi de nombreux exégètes, que l'Antéchrist sera reçu par les Juifs et acclamé par eux comme Messie. » [L'Avenir de Jérusalem, IIIe part. Ch. ], Faisant état de cette citation de Saint Éphrem : « C'est d'une manière exceptionnelle que l'Antéchrist entourera de faveurs la nation juive. Mais c'est aussi d'honneurs extraordinaires que la nation déicide le couvrira et qu'elle applaudira son règne. » [Ephr., Serm. de Antichr.]

Il y donc beaucoup d’éléments qui peuvent nous convaincre que nous assistons en ce moment sous nos yeux à un épisode terrifiant de l’Histoire.

D’autant que lorsqu’on sait qu'Israël (148e Etat mondial en superficie depuis 1967), a la dimension de deux départements français ou de la Slovénie, mais tient entre ses mains une possibilité de feu, sur le plan nucléaire, inversement proportionnelle à sa taille puisque disposant de quatre cents têtes nucléaires, selon la très documentée Jane’s Intelligence Review, représentant une puissance d’ensemble de 50 mégatonnes équivalant à 3850 bombes d’Hiroshima ! On prend conscience de ce qui est en train de se jouer là-bas, d’autant que tout le monde sait que l'Etat hébreu n’hésitera pas un instant, et sans scrupule aucun, à en faire usage si besoin est, pouvant provoquer un gigantesque cataclysme de dimension mondiale !

http://lebloglaquestion.wordpress.com/2009/11/09/larsenal-nucleaire-de-letat-sioniste/


Le « fait », ce « Fait » du retour des Juifs à Jérusalem et en Palestine, qui impressionne si fortement Vincent Morlier, et avec lui tant d’autres chrétiens enivrés par les vapeurs trompeuses du Sionisme, n’est donc pas à proprement parler un « Fait divin », mais un "signe" évidemment, un "signe" épouvantable, bien en rapport avec les événements qui se déroulent en Israël actuellement, signe relativement contraire à celui que nos chrétiens sionistes abusés et aveuglés par une lecture littérale de la Bible croient y voir : c’est le signe de la Bête !

Ce règne annoncé de la Bête doit passer par un triomphe et une possession de Jérusalem par les Juifs, mais d’une nature extraordinairement différente de ce que le Seigneur, dans sa sagesse, avait voulu pour les hébreux, à savoir, après une conversion et un ferme repentir de leurs péchés, une sublime transposition en mode mystique des promesses qui furent prédites à travers les siècles par les prophètes.

Il y donc tout lieu de penser que se joue en Israël, non pas un retour « miraculeux » des Juifs dans leur terre, Terre Sainte qui, rappelons-le n’est plus, depuis la venue du Christ, la Palestine de ce monde, mais l’Eglise, une effroyable tragédie qui met en place tous les éléments d’une concrète inversion de l’Histoire, dont les conséquences, tant pour les Juifs que pour les peuples alentour et au-delà, seront peut-être à la mesure de l’horreur qui est en train de se préparer si celui qui instrumente tout cela s’avère être, mais il n’y a pas, hélas ! lieu d’en douter me semble-t-il, l’Adversaire de Dieu, c’est-à-dire l’Antéchrist lui-même !

On en déduira ainsi logiquement, et aisément, ce que j’ai essayé de mettre en lumière dans mon texte « Le Sionisme et son caractère satanique », que la nature réelle du visage qui se cache derrière le Sionisme…est une puissance liée aux ténèbres de l'Enfer !

Écrit par : Zacharias | mercredi, 11 novembre 2009

Certains parlent, de façon absurde et erronée, de l’attente commune aux chrétiens et aux Juifs du Messie, alors qu’il faudrait absolument préciser que les chrétiens attendent la parousie, le second retour de Jésus qui correspondra à la fin du monde et au Jugement universel, alors que les juifs, qui ont refusé Jésus, attendent seulement la première manifestation du Messie.

Ainsi, postuler la réunion du christianisme et du judaïsme dans l’attente du Messie est incompatible avec la foi catholique, car le Messie que le judaïsme talmudique s’évertue à attendre c’est l’Antéchrist.

Écrit par : Moria | mercredi, 11 novembre 2009

Les horreurs multiples qui se déroulent sous les yeux impuissants des pays occidentaux depuis plus de 50 ans en Palestine, nous font mieux comprendre pourquoi, comme vous le dites Zacharias, et même si ça choque pas mal de monde, le Sionisme est une puissance liée aux ténèbres de l'Enfer !

Je crois qu'il faut être capable d'aller jusque là, vous avez raison. D'autant, et j'ai lu avec attention vos explications démontrant l'erreur des positions pro-sionistes de Vincent Morlier, que les Pères de l'Eglise annoncent clairement cette situation.

Écrit par : François Chemin | vendredi, 13 novembre 2009

Quelle terrible prophétie ! "L'Antéchrist établira le principal siège de son empire à Jérusalem" !!

Écrit par : Hector | vendredi, 13 novembre 2009

Mais tout cela est épouvantable ! Si c'est vrai, et il y a tout lieu de le croire selon plusieurs signes très probants, alors on assiste à l'accomplissement horrible du règne de la Bête en Israël !

Écrit par : Ghijd | vendredi, 13 novembre 2009

Pour ma part je n'ai aucun besoin de m'appuyer sur des citations bibliques pour voir dans le Sionisme une entreprise satanique.
Et, concernant les interprétations données concernant "l'abomination de la désolation", je les trouve un peu faciles et superficielles.

En vous servant de ce verset pour appuyer votre thèse, vous le détachez totalement de son contexte et vous seriez bien embêtés si je vous demandais d'expliquer l'ensemble du chapitre 13 de Saint-Marc en vous basant sur cette interprétation. Pour ma part, je ne vois aucune raison de penser que Jésus est en train de répondre à une autre question que celle posée par les disciples. Ceux-ci, juste après la prophétie sur la destruction du temple, demandent "quand cela se passera t'il et quel sera le signe". Si on part du principe que Jésus répond à la question des disciples, on y voit clair dans tout le texte qui se rapporte donc clairement à la destruction du temple en 70. La réponse à la question du signe est la suivante: "quand vous verrez l'abomination de la désolation... qu'ils fuient". Si Jésus ne dit pas tout de suite le signe c'est parce que cela provoquerait un déséquilibre chez les disciples. Si il disait de suite "qu'ils fuient" les disciples se demanderaient "pourquoi ils et pas nous? et nous les disciples où serons-nous?", c'est pourquoi au préalable Jésus leur dit que eux quatre ne seront pas vraiment concernés par les évènements: "... il faut d'abord (càd avant 70) que la bonne nouvelle soit annoncée à toutes les nations...vous serez livrés... on vous mènera devant les tribunaux..."...
Le signe "abomination de la désolation se tenir là où elle ne doit pas" correspond certainement à l'acte commis par Jiscala en 66. Celui-ci en effet a investi le temple pour en faire une forteresse, et comme les grands prêtres n'étaient pas d'accord, il les a tués dans le temple! Dans le lieu sacré par excellence, Jiscala fait couler le sang des lévites... Je comprends qu'après avoir entendu parler de cela, les chrétiens aient fui à l'étranger, ce qu'ils ont fait en effet alors qu'on a des traces de leur présence à Jérusalem deux ans auparavant (Mort de Jacques, évêque de Jérusalem).
Et puisque Jésus s'est posé absent pendant toute cette histoire (récit de la chute du temple, des faux messies et de la torture de ses disciples...), il leur parle du fils de l'homme qui reviendra dans sa gloire. Cette révélation apocalyptique n'a d'autre but que d'encourager les disciples à "tenir bon" (comme il dit dans Mc 13), et d'ailleurs ces deux évènements (le courage des martyrs et la fin des temps) sont rapprochés en un autre endroit dans Mc (fin du chapitre 8:) "celui qui rougira de moi et de mes paroles, le fils de l'homme aussi rougira de lui quand il reviendra dans la gloire de son Père avec ses anges et ses saints", ce qui marque bien la cohérence des idées de Jésus et de Marc.
On voit donc que le discours de Jésus se comprend très bien sans faire appel à autre chose que les évènements de 60-70 PCN. Au contraire, celui qui s'amuse à voir dans l'abomination de la désolation autre chose que la réponse à la question des disciples, celui-là ne comprend plus rien à l'ensemble du chapitre 13. Tout cela introduit du désordre dans un texte qui sans cela serait clair.
La question de la date de la chute du temple est également claire "une génération" (c'est à dire une quarantaine d'années). Je ne vois pas pourquoi on verrait partout des paroles énigmatiques de Jésus alors qu'il s'exprime clairement.
Quant à la date de la fin des temps "Personne ne sait, pas même le Fils" (Mc 13, 32)

Écrit par : Bernard-Guy | samedi, 14 novembre 2009

Le commentaire de Bernard-Guy se tient. C'est une interprétation que je trouve tout à fait recevable. Il est fort probable en effet que l'abomination de la désolation dans le lieu saint se rapporte aux évènements de 66-70 après J.-C. et ceux de 135 ap. J-C. dont il ne parle pas, évènements qui voit la venue de faux messies juifs, la destruction de Jérusalem et la souillure du Temple par les Romains. Toutefois, comme souvent dans les Ecritures, une même prophétie peut évoquer plusieurs évènements historiques similaires advenus (ici 66-70; 135) ou encore à venir. Si bien que les deux interprétations, sont recevables.

Écrit par : Ingomer | lundi, 16 novembre 2009

REFUTATION DE LA REPONSE DE ZACHARIAS, "LE CARACTERE SATANIQUE DU SIONISME", par Vincent Morlier.

Cher Zacharias,

Je vous donne du " cher ", car vous êtes catholique, et c'est à ce catholique-là que je veux m'adresser, et qui, donc, bien sincèrement croyez-le, m'est " cher ". Je veux oublier le néo-pharisien que vous manifestez par votre thèse contre la signification divine & prophétique formelle du Retour des juifs dans leur mère-patrie, comprenant trop bien que vous êtes la victime de tout un courant scolastique obscurantiste anti-prophétique qui hélas ne date pas d'hier, et ne m'adresser qu'au catholique qui vit en vous.
Je me propose donc par les présentes, Zacharias, de réfuter votre 1ère réponse, celle que vous avez cru devoir faire en prenant feu après avoir lu… le premier ¼ seulement (!) de mon article " La résurrection nationale d'Israël, signe eschatologique " (quand on lit le quart seulement d'un texte, Zacharias, la réponse qu'on y fait ne peut qu'être bancale).
Il me semble que la meilleure & plus simple méthode pour cela, c'est, comme je vais le faire, de tourner les pages de votre pdf, en commençant à la page… 1, comme aurait dit le marquis de La Palice.




_________________________________________


LA REFUTATION DE VINCENT MORLIER A ETE INSEREE SOUS FORME DE FICHIER pdf DANS LE CORPS DE LA NOTE, A LA SUITE DU DU TEXTE DE ZACHARIAS : "LE CARACTERE SATANIQUE DU SIONISME". AINSI QUE LA TOTALITE DE : "LA RESURRECTION NATIONALE D'ISRAËL, SIGNE ESCHATOLOGIQUE", DE SORTE QUE TOUS PUISSENT S'Y REFERER.

La Question


_________________________________________

Écrit par : MORLIER | lundi, 16 novembre 2009

Morlier ne prouve rien ; il se contente de contredire Zacharias, et surtout, il l'insulte, ce qui marque toujours une absence d'arguments. Quand on lit sa "réponse", on se dit qu'on a affaire à un autiste doublé d'un barjot, monté en boucle, répétant sans cesse le mot "pharisaïque" ou ses dérivés, et n'hésitant pas à se lancer dans un imprécation finale :

"Ensuite, quand vous serez satisfait du tout, que vous comprendrez enfin le caractère sata-nique de… l’anti-sionisme, vous enlèverez de vous-même, après concertations & accord avec votre comité, toutes les pages anti-sionistes de votre blog, qui, pour l’instant, soyez-en sûr, attirent très-certainement la Colère de Dieu sur vous & les vôtres".

Morlier est bon pour Charenton ; non seulement, le sionisme rend sourd, mais il peut également rendre fou.

Écrit par : Ronin | lundi, 16 novembre 2009

La prétendue "Réfutation de la Réponse de Zacharias" par Morlier est une vaste blague ! Ce type, fermé au dialogue, qui balaye sans examen les arguments, insulte les papes, n'écoute rien et se croit investi d'une mission apocalyptique et millénariste, est un ridicule pro-sioniste infecté par les thèses primaires des protestants évangélistes et manipulé par les partisans de Eretz Israël. Du balai rapidement les valets de l'Etat sioniste ; inutile de perdre son temps avec ce type de rigolo illuminé.

Écrit par : Falk | mardi, 17 novembre 2009

Pour ma part je ne suis pas allé au-delà de la page 1 de la détestable et repoussante Réfutation de Morlier.

En effet après avoir lu ceci : "L’abominable phrase qu’aurait proférée ce pape (dont Zacharias,vous ne donnez pas la référence précise : pourriez-vous donner cette référence s’il vous plaît, pour lever tout doute sur son authenticité ?), à savoir : « Les juifs n’ont aucun droit de souveraineté sur la Terre sainte ». Cette phrase, Zacharias, déclenche en moi la sainte-colère Boanergès (= fils du tonnerre)... Je dirai qu’ici, par cette phrase abominable, Benoît XV A PISSÉ À CÔTÉ DU POT", j'ai refermé immédiatement ce texte lamentable ! Un type qui se croit autorisé à mépriser ainsi les déclarations des Papes, est disqualifié immédiatement.


Au fait, cet abruti de Morlier, autiste et sourd profond, qui évidemment n'est plus catholique, aurait dû lire avec plus d'attention la Réponse de Zacharias. La référence de la phrase de Sa Sainteté Benoît XV est donnée en note [3] du "Caractère satanique du Sionisme", que je pense utile de citer :


"Saint Pie X, dès 1904, déclarait fermement à Theodor Herzl, père fondateur de l’idéologie sioniste : « Nous ne pourrons pas empêcher les Juifs d’aller à Jérusalem, mais nous ne pourrons jamais les y encourager. Le sol de Jérusalem n’a pas toujours été sacré, mais il a été sanctifié par la vie de Jésus. Les Juifs n’ont pas reconnu Notre Seigneur et nous ne pourrons donc pas reconnaître le peuple juif. Non possumus. » (Saint Pie X, 25 janvier 1904, Cité du Vatican).
Cette position fut ensuite reprise et réaffirmée par Benoît XV, qui souligna de façon extrêmement explicite : « Les Juifs n'ont aucun droit de souveraineté sur la terre sainte.» (Note en marge de la déclaration de Belfort 1917).

Écrit par : Serrus | mardi, 17 novembre 2009

A voir : une vidéo en deux parties sur les 7 idées reçues à propos d'Israël (et bien sûr propagées par les sionistes)

http://www.agoravox.tv/article.php3?id_article=24257

Écrit par : Patrick Ferner | mardi, 17 novembre 2009

"C’est ainsi que si « révisionnisme » s’écrit avec deux « n » dans le dictionnaire, « traditionalisme » par contre, qui est pourtant construit de la même manière que ce mot et qui logiquement aurait donc dû recevoir le même traitement orthographique que lui, ne s’écrit cependant qu’avec un seul « n »".

Si l'on en croit le Larousse, il y a un mot qu'on peut écrire aussi bien avec un "n" qu'avec deux "n" :

http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/connard

Écrit par : Ronin | mardi, 17 novembre 2009

Ronin - Excellent diagnostic : "Morlier est bon pour Charenton."

Une précision, Morlier ne deviendra pas fou, il l'est déjà. Les critères de la pathologie dont souffre Vincent Morlier sont assez faciles, à la lecture de ses textes, à mettre à jour : Nous sommes en présence d'une forme classique de personnalité paranoïaque exprimant des délire de revendication qui se traduisent toujours par un discours halluciné et idéaliste de type passionné centré sur l'idéologie politique et mystique, avec une envie irrépressible de la transmettre aux autres.

Aucun dialogue n'est possible avec ce type de sujet. Frappé par une surestimation de soi-même (orgueil, suffisance, etc.), il n'a jamais tord et s'obstine à imposer ses idées et vues. La fausseté de jugement produit ainsi un caractère soupçonneux, qui déformera les événements et interprétera à sa façon les faits.



Verdict médical :

- Neuroleptiques.

- Antidépresseurs si dépression.

Écrit par : Dan | mardi, 17 novembre 2009

Zacharias,
Je note avec satisfaction que vous avez tenu parole en publiant mes deux textes, et c'est bien. A défaut du reste, je vous félicite pour cela car mes textes détruisent à la racine même votre antisionisme prétendument catholique. C'est courageux de votre part.
Maintenant, si vous me permettez un conseil, ce serait d'étudier SERIEUSEMENT les arguments que j'y développe, et qui annihilent radicalement votre thèse anti-sioniste. Pour l'instant, vous fuyez. Et tout le monde peut voir que vous fuyez. Il ne sert de rien en effet de repartir sur un autre texte en développant d'autres arguments (ou plutôt, en ce qui vous concerne, d'autres contrevérités & affirmations gratuites), si vous ne réfutez pas mes arguments contre l'antisionisme un par un, comme je l'ai fait avec votre texte à vous.
Zacharias, si nous parlons tous les deux l'un à côté de l'autre sans jamais nous rencontrer, où sera le dialogue constructif, ad aedificationem ? Moi j'ai fait l'effort de vous réfuter, point par point de votre argumentation antisioniste, vous devez, si vous en êtes capable, faire l'effort de même de reprendre point par point les arguments de mon texte "Réfutation de la 1ère réponse de Zacharias". Ou alors, d'admettre que mes arguments sont irréfutables, et... vous y convertir. Et le reconnaître humblement devant tout le monde, que vous trompez pour l'instant par votre antisionisme. Car si vous ne le faites pas, alors, convenez que je serais tout-à-fait obligé de conclure que, décidément, vous n'avez vraiment rien dans le fond du... enfin, vous m'avez compris.
D'autre part, pourriez-vous expliquer aux petits cabots morveux, enragés, séniles, débiles, piqués & sûrement contaminés, de votre "fan's club", qui se montrent très-méprisables dans leurs aboiements épidermiques & imbéciles, que quand on est catholique & homme respectable, on s'attelle à réfuter un adversaire par des ARGUMENTS et non par de petits jappements impuissants de roquets qui, à peine lancés dans l'air, s'évanouissent "comme cire fond devant le feu" (exorcisme de Léon XIII) ? A moins qu'aucun de vos thuriféraires serviles n'aient autre chose à la place de la cervelle, que du hachis parmentier ?!? Vous n'avez su générer vraiment que ce genre de zombis-fans, Zacharias ? Quelle honte !
Vincent Morlier
PS : d'autre part, la référence de la citation de Benoît XV n'est pas suffisante et c'est pourquoi je vous l'avais demandée. "Note en marge de la déclaration de Belfort" (= Pas Belfort, mais Balfour, Zacharias, Balfour !!!), n'est pas suffisante, il y faut la réf. des AAS (Acta Apostolicae Sedis) ou bien la réf. OR (Osservatore Romano). Merci de me la fournir, ce qui m'aidera à vous prendre au sérieux.
Vincent Morlier

Écrit par : MORLIER | mardi, 17 novembre 2009

Les sophismes de M. Morlier, mis en lumière par Zacharias qui en quelques chapitres de sa "Démonstration de la radicale erreur
de la thèse contenue dans : « La résurrection nationale d'Israël,
signe eschatologique »", a parfaitement mis à jour l'absurdité des thèses sionistes, sont doublés par un ton inacceptable à l'égard des Saints Pères, en particulier Benoît XV et saint Pie X.

Cet homme déraisonne visiblement, en croyant nécessaire d'y ajouter l'incorrection détestable à l'égard des Papes, flétris et dénoncés comme "pharisaïques", "inconscients", "scolastiques", et autres divers compliments inconvenants.

Outre que le blog La Question se distingue noblement en offrant, comme il avait été promis, la possibilité à M. Morlier de diffuser et faire connaître ses textes (on dira après cela que la censure interdit tout débat en ces lieux), elle permet de mieux nous faire saisir la nature des folles positions réformées évangéliques, car c'est bien là ce à quoi se réfère et fait allégeance positivement Morlier sur le plan théologique, et d'évaluer l'immense distance qui sépare, fort heureusement, la Tradition de l'Eglise en ces domaines des chimères du néo-biblisme américain.


Précision : La citation de Benoît XV critiquant les intentions des Sionistes, que M. Morlier fait semblant de ne pas connaître, ce qui est tout de même inquiétant pour quelqu'un qui prétend parler de ces sujets, est aisément disponible : Cosa nobis, "Actes de Benoît XV", tome III, Bayard, Paris 1926, p. 85.


Voici les détails : "Pendant la Première Guerre mondiale, Nahum Sokolow, un des leaders sionistes de l’Organisation sioniste de Londres, fut reçu le 4 mai 1917 par le pape Benoît XV qui lui déclara : « Le problème des Lieux saints est pour nous d’une extraordinaire importance. Leur sainteté doit être protégée. Nous allons régler cela entre l’Église et les Puissances. Il vous faudra y respecter pleinement les droits. Tout de suite après la Première Guerre mondiale, le Saint-Siège, exclu de la Conférence de la paix à Versailles aux termes de l’article 15 du Pacte de Londres, voulut faire en sorte qu’un État juif, qui aurait constitué une menace pour les Lieux saints et offensé les sentiments chrétiens, ne voit pas le jour. Comme s’en expliquait Benoît XV le 13 juin 1921, on craignait que « les Juifs ne viennent à se trouver en Palestine en position de prépondérance et de privilège."


Cf. Benoît XV, Causa nobis, in Sergio I. Minerbi, The Vatican and Zionism : Conflict in the Holy Land 1895-1925, New York & Londres, Oxford University Press, 1990, p. 148.




On se reportera également pour comprendre la position du Saint Siège :


http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/afdi_0066-3085_1968_num_14_1_1486

Écrit par : Eremo | mardi, 17 novembre 2009

J'avoue que je commençais à m'ennuyer et puis tout à coup deux bonnes nouvelles. Le fada nouveau est arrivé par la plume sautillante et névrotique de ce Morlier et ceci nous a valu une nouvelle ordonnance de notre toubib préféré que je salue au passage.
C'est ce qui fait la magie de la Question !

Écrit par : La Fouine | mercredi, 18 novembre 2009

Une question me travaille depuis le post, de très haut niveau argumentaire avouons-le, de Morlier : suis-je un "zombis-fans", membres des "petits cabots morveux, enragés, séniles, débiles, piqués & sûrement contaminés, qui se montrent très-méprisables dans leurs aboiements épidermiques & imbéciles" ?

Quel langage chez cet homme de Dieu ! c'est un plaisir de lire d'exquises poésies portant à la méditation des desseins de l'Eternel sur la Terre Sainte....

Écrit par : Hire | mercredi, 18 novembre 2009

Sa Sainteté Pie XII, a clairement exposé la façon dont il faut lire l'Ecriture afin d'en dégager son sens spirituel :

"Les faits de l'Ancien Testament ont été merveilleusement ordonnés et disposés par Dieu de telle manière que le passé signifiât d'avance d'une manière SPIRITUELLE ce qui devait arriver sous la nouvelle alliance de la grâce. C'est pourquoi l'exégète, de même qu'il doit rechercher et exposer le sens littéral des mots, tel que l'hagiographe l'a voulu et exprimé, ainsi doit-il exposer le sens spirituel, pourvu qu'il résulte certainement qu'il a été voulu par Dieu. Dieu seul, en effet, peut connaître ce sens spirituel et nous le révéler. Or, un pareil sens, notre Divin Sauveur nous l'indique et nous l'enseigne lui-même dans les Saints Evangiles, à l'exemple du Maître, les apôtres le professent aussi par leurs paroles et leurs écrits ; la tradition constante de l'Eglise le montre ; enfin, le très ancien usage de la liturgie le déclare quand on est en droit d'appliquer l'adage connu : " La loi de la prière est la loi de la croyance."

Pie XII - DIVINO AFFLANTE SPIRITU - § 29

Écrit par : Sulpice | jeudi, 19 novembre 2009

La Fouine heureux de vous retrouver également. Mais vous connaissez mon goût pour le décryptage linguistique, ainsi cette expression "fada" sous votre plume témoigne que vous n'êtes sans doute pas originaire des Flandres ! Je soupçonne quelques évidentes traces méditerranéennes, voire, cela ne serait pas surprenant vu votre tempérament, plus au sud encore... Bon, cela dit êtes-vous toujours attentif à votre traitement ? N'oubliez-pas que les pilules de nectar tibétaines vous sont toujours fortement déconseillées !

Écrit par : Dan | jeudi, 19 novembre 2009

Léon XIII, dans Providentissimus deus (1893), a mis fermement en garde les catholiques contre les dangers d'une vision exclusivement littérale de l'Ecriture, piège dans lequel tombe naïvement Vincent Morlier dans son interprétation des prophéties, qu'il prend au pied de la lettre en les détachant de leur contexte historique et de leur sens spirituel, s'alignant ainsi sur les méthodes faussées de lecture des textes utilisées par les réformés évangéliques :

« Il importe, en effet, de remarquer à ce sujet qu'aux autres causes de difficultés qui se présentent dans l'explication de n'importe quels auteurs anciens, s'en ajoutent quelques-unes qui sont spéciales à l'interprétation des Livres Saints.

Comme ils sont l'œuvre de l'Esprit-Saint, les mots y cachent nombre de vérités qui surpassent de beaucoup la force et la pénétration de la raison humaine, à savoir les divins mystères et ce qui s'y rattache. Le sens est parfois plus étendu et plus voilé que ne paraîtraient l'indiquer et la lettre et les règles de l'herméneutique ; en outre, le sens littéral cache lui-même d'autres sens qui servent soit à éclairer les dogmes, soit à donner des règles pour la vie.

Aussi, l'on ne saurait nier que les Livres Saints sont enveloppés d'une certaine obscurité religieuse, de sorte que nul n'en doit aborder l'étude sans guide..."

Écrit par : Clément | jeudi, 19 novembre 2009

Bravo Dan, encore une fois dans le mille !
J'ose à peine en dire plus de peur que vous ne deviniez mon adresse et mon nom!

Écrit par : La Fouine | jeudi, 19 novembre 2009

Il serait utile que Zacharias réponde à Bernard-Guy car sa réponse est argumentée. Pour ma part, je continue à voir dans ce passage "l'abomination de la désolation" un avertissement apocalyptique car le Christ commente ses avertissements ainsi : "car il y aura alors une si grande détresse, qu'il n'y en a point eu de semblable depuis le commencement du monde jusqu'ici, et qu'il n'y en aura jamais. Et si ces jours n'étaient abrégés, nul n'échapperait; mais à cause des élus, ces jours seront abrégés" (Matthieu, XXIV, 21-22).

Écrit par : avouedusaintsepulcre | jeudi, 19 novembre 2009

Chers amis,


Rapidement sur le point soulevé par Bernard-Guy (joli patronyme....). Il y a effectivement un avertissement apocalyptique évident dans la formule employée par Notre Seigneur. Les prophéties attirent notre attention sur ce qui doit se passer en Terre Sainte, où, à cause de leur penchants déréglés et leurs « nuques raides », les Juifs, et particulièrement à Jérusalem, à la fin des temps, révèreront l'Antéchrist. Saint Matthieu le dit très clairement : "L'Abomination de la désolation en lieu Saint.. », c’est-à-dire en Judée. C'est alors qu'on dira : « voici le Christ ou le voilà » (Matthieu XXIV,23-24). Ainsi, les Israéliens, et ce fou délirant de Morlier à leur suite, ont cru que certains de leurs chefs militaires, politiques ou religieux étaient des Prophètes, voire le Messie.

C’est pourquoi, lorsque Daniel parla de l'Abomination de la désolation (Daniel IX,27 / XII,11), il rapporte que ce qui lui fut révélé a été scellé : "Ces paroles sont closes et scellées jusqu'au temps de la Fin" (Daniel XII,4 - 9).

Marc nous dit bien à ce titre que : "L'Abomination de la désolation là où elle ne doit pas être..." (Marc, XIII,14), c’est-à-dire en Judée !

Voyez les autres versets de l’Ecriture :

Luc 21,21-24 : "Quand vous verrez Jérusalem investie par les armées (l'armée et les colonies israéliennes)...".
Apoc 11,2 : "...ils fouleront la Ville Sainte » (Jérusalem).
Apoc 11,8 : "...là où leur Seigneur aussi fut crucifié » (Jérusalem).
Apoc 20,9 : "...ils investirent le camp des saints, la Cité bien-aimée. » (Jérusalem).

Il y a donc une relation directe entre cet avertissement, confirmée par de nombreux Pères de l’Eglise, et les évènements qui conduisent les Juifs à accueillir l’Antéchrist, ce que la prochaine note démontrera clairement.

Mgr Lemann le disait ainsi avec grande justesse :
« (…) toujours Jérusalem gardera le cachet de tristesse, les signes de deuil et de sujétion qu'a imprimés sur elle le vendredi saint. Jamais elle ne jouira de cette complète et tranquille splendeur qui fait l'ornement de la plupart des grandes villes du monde. Les pèlerinages auront beau « y amener des milliers de pèlerins ; une pléiade de communautés religieuses aura beau y élever de magnifiques couvents au point que la ville ne sera plus reconnaissable» toujours elle présentera des signes de la désolation décrétée. » (L’Avenir de Jérusalem)

Écrit par : Zacharias | jeudi, 19 novembre 2009

@ Falk:

//PS. Une précision. Le refus du Christ par l'islam n'est pas "pire que le refus têtu des Juifs, postérieur à la Révélation". //

Réponse tardive, désolé. Je suis consterné par votre réponse, sous-entend que tant que les musulmans respectent leur foi il va mieux que de les voir devenir gangsters. Ne voyez-vous donc pas que l'islam est une arme théologique massive pour ruiner à jamais la Révélation? ne voyez-vous donc pas que c'est l'arme la plus léthale dans les mains de l'Ennemi pour faire oublier aux hommes leur vocation chrétienne??

C'est en cela que cette question est LA question de notre temps, la seule, et qu'elle est infiniment plus importante que celle du sionisme. Il faut être mono-maniaque pour ne pas le reconnaître au moment où un continent tout entier est englouti par l'islam en très peu de temps. L'Europe est en ruines et devient islamique, oubliant jusqu'au nom du Seigneur; est-ce la faute d'Israël, dîtes-moi???

Écrit par : aquinus | jeudi, 19 novembre 2009

Hello, les zouzous !
J'espère qu'aucun d'entre vous n'a omis de regarder le magnifique documentaire d'hier soir sur Arte, consacré à la guerre des 6 jours ? C'était délicieux, j'ai tout simplement joui...

____________________________________________________________________________________


[Passage supprimé]

AVERTISSEMENT : Vincent Morlier, si vous voulez intervenir sérieusement dans le débat, alors même qu’on vous accorde généreusement une tribune dans le cadre de cette note pour exposer vos vues, soyez un peu plus modéré dans vos propos à l’égard de vos interlocuteurs, et en particulier vis-à-vis de votre principal contradicteur, à savoir Zacharias.

Sachez que vos inutiles remarques discourtoises, déplacées et grossières, nuisibles pour la discussion, seront systématiquement supprimées.

La Question


____________________________________________________________________________________


Tout le monde parmi vous a pris connaissance de l'intégralité de mes deux textes, apparemment. Vos petites calomnies verbales à mon égard (qui me font bien rire, merci), ne sauraient apporter la victoire à votre camp, alors que pour l'instant mes arguments "sionistes" sont strictement sans aucune réponse de votre part.
Je note cependant dans vos commentaires, avec quelque espoir secret de trouver parmi vous quelqu'un qui a une cervelle normalement constituée, des velléités de réflexions (on appelle ça des inchoations virtuelles en théologie).
Par exemple, Eremo, parmi vous, fait l'effort d'élever la réflexion, en me fournissant une réf. de livre que je ne connaissais et je l'en remercie. Je lui fais simplement remarquer qu'elle ne change rien, hélas, au fond du débat, qui est que la papauté à partir de saint Pie X se positionne damnablement contre le Retour, appellé péjorativement sionisme, complètement AVEUGLEE qu'elle est sur l'origine divine du Mouvement, qui pourtant crève les yeux des plus aveugles.
A propos de "sionisme" justement, ce mot qu'on a diabolisé, je vous conseille à tous de lire le lien suivant, et j'espère que je ne jette pas les perles aux pourceaux (c'est ainsi que Notre-Seigneur appelle ceux qui méprisent et haïssent la Vérité) : http://contrecourant1.wordpress.com/2009/05/24/les-racines-du-sionisme-2-sionisme-et-judaisme/
Félicitations à Sulpice, également, je l'inscris au tableau d'honneur. Il me cite le § 29 de l'encyclique de Pie XII que j'ai citée dans ma "Réfutation de la 1ère réponse de Zacharias". Mais il ferait bien de remarquer une chose : c'est que la citation du pape qu'il fait confirme tout-à-fait ce que je dis sur la lecture de la sainte-Ecriture. Vous mettez, Sulpice, en majuscules, le mot "SPIRITUELLE" pour souligner le fait que les textes de l'Ancien-Testament doivent être lus avec le sens spirituel. Vous enfoncez là une porte ouverte. Les "sionistes chrétiens" savent aussi bien que vous qu'il y a un sens spirituel aux textes de l'Ancien-Testament, et ils le respectent, bien sûr ! Ce n'est pas ça le fond du problème. Le fond du problème réside dans le fait de ne vouloir lire les textes vétérotestamentaires QU'AVEC le sens spirituel, comme vous le voulez, vous, les antisionistes prétendument catholiques. Or, croyant condamner les sionistes par votre méthode exégétique de ne vouloir voir QUE le sens spirituel, vous vous condamnez vous-même : car en effet, votre lecture exégétique exclusivement spirituelle est CONDAMNEE. Vous n'avez qu'à lire la deuxième phrase de Pie XII, que vous avez lu apparemment sans la comprendre, que vous citez pourtant, pour le saisir : "C'est pourquoi l'exégète, de même qu'il doit rechercher et exposer le sens littéral des mots, tel que l'hagiographe l'a voulu et exprimé, ainsi doit-il exposer le sens spirituel, pourvu qu'il résulte certainement qu'il a été voulu par Dieu". Notez bien, Sulpice, que le pape indique aux exégètes l'égalité de traitement qui doit être faite entre le sens spirituel et le sens littéral : les DEUX, nous dit-il, doivent être respectés, comme je le disais bien dans ma réfutation de Zacharias, et l'un ne saurait supprimer l'autre, et l'autre ne saurait supprimer l'un. Si le sens littéral supprime le sens spirituel, alors, on tombe dans l'hétérodoxe lecture judaïque charnelle de la sainte-Ecriture ; mais à l'opposé, si le sens spirituel supprime le sens littéral, et c'est exactement ce que vous professez tous à la suite de Zacharias, (…) alors, vous tombez très-certainement, très-sûrement, dans une autre lecture hétérodoxe et condamnable de la sainte-Ecriture, quoique radicalement opposée à la première. Et notez bien d'autre part, que le PREMIER sens dont parle le pape dans sadite seconde phrase est le sens... littéral, l'autre, le spirituel, se greffe subséquemment sur lui, mais n'est pas le FONDEMENT du texte scripturaire. Ce qui signifie que quand les prophètes de Yahweh prophétisent l'Aliyah à la fin des temps sur "le sol que j'ai donné à vos pères", il est strictement interdit de ne pas y voir le sol physique, géographique, AVANT TOUT, comme PREMIER sens qui réalise la prophétie. Le sens spirituel, qui existe bien sûr (et qui regarde la conversion des juifs dans le "sol spirituel" de l'Eglise catholique), vient APRES ce PREMIER sens littéral, à respecter impérativement si on a l'ambition d'être catholique dans sa lecture de la sainte-Ecriture. Ainsi donc, ces textes prophétiques du Retour, prophétisent le Retour physique des juifs en terre physique d'Israël-Palestine... ce que réalise le grand Retour fin XIXe siècle. Voilà, j'espère que cette fois-ci, vous aurez tous compris la leçon. Si quelqu'un d'entre vous garde encore un doute, qu'il veuille bien lever la main, et poser sa question.
Par ce qui précède, Clément, vous voyez bien que le reproche que vous me faites tombe complètement à faux. Vous me reprochez d'avoir "une vision exclusivement littérale de l'Ecriture". Or, justement non, je n'ai pas, comme vous dites "une vision EXCLUSIVEMENT littérale de l'Ecriture", j'ai tout catholiquement, "une vision littérale de l'Ecriture", sur laquelle, pour suivre ce que dit Pie XII, je greffe une vision spirituelle, que je n'ignore évidemment pas. Dans votre accusation, c'est le qualificatif "exclusivement" qui est faux et mensonger. Votre reproche, donc, tombe à faux. Je ne tombe pas dans ce piège, pas même naïvement... Vous voudrez bien noter d'ailleurs que Léon XIII que vous citez, vous non plus sans apparemment le comprendre, respecte parfaitement bien le sens littéral. Il ne le supprime pas, comme vous le faites hérétiquement. Relisez sa dernière phrase par exemple : "... en outre, le sens littéral cache lui-même d'autres sens qui servent soit à éclairer les dogme, etc.". Cette phrase dit bien que le sens littéral non seulement existe, mais qu'il continue à exister quand bien même on dégage de lui des sens spirituels (que le pape du reste demande aux exégètes, d'être très-prudents à le désenvelopper). C'est ce que vous n'avez pas compris pour l'instant. Le pape en effet, n'écrit pas et professe encore moins : "... en outre, le sens littéral, qui cesse d'exister quand on découvre en lui les sens spirituels qu'il cache, etc."
Voyez donc, mes amis, que ce simple rappel des règles exégétiques classiques en matière de lecture de la sainte-Ecriture, CONDAMNE votre lecteur antisioniste des textes du Retour... car vous êtes là dans une très-mauvaise voie qui ne peut qu'attirer sur vous tous la sainte et redoutable Colère de Dieu.

Écrit par : MORLIER | jeudi, 19 novembre 2009

@ Aquinus,

Question maintes fois traitées, cela devient lassant. La différence fondamentale entre les juifs et les musulmans est que les musulmans reconnaissent en la personne du Christ un prophète et respectent son Auguste Mère. Dans le Coran, Jésus est aussi celui qui reviendra à la Fin des Temps.

Chez les Juifs, Jésus est un imposteur, un batard, sa mère est une prostituée et de nombreux passages du Talmud se félicitent de l'avoir envoyé sur la Croix. Si c'était à refaire, ils recommenceraient.

L'Islam est hérétique mais franchement, entre les deux, je préfère parler à un musulman qui est beaucoup plus facilement réceptif à la religion catholique (la vraie bien entendu, pas l'ersatz judaïsé d'après Vatican II) !

Réponse à votre deuxième question: Oui, Israël est directement responsable de l'immigration en France ! Vous connaissez la LICRA, le B'nai Brith ou le CRIF, Monsieur Aquinus ? Lisez donc le livre d'Anne Kling "La France Licratisée" et vous comprendrez qui est responsable de l'immigration de masse dans ce pays. Vous connaissez, monsieur Aquinus, la version stupide de l'histoire qu'on enseigne à toutes nos têtes blondes dans les classes et qui est destinée à culpabiliser notre peuple pour ses horreurs racistes commises dans le passé ? Ce ne sont pas les musulmans qui nous l'enseignent, ce sont les officines juives sionistes. Il faut être aveugle ou de très mauvaise foi pour ne pas s'en rendre compte.

De même qui est dans la majorité des cas l'auteur d'une propagande christophobe dans nos médias ? Les méchants musulmans à la tête d'Hollywood et de nos émissions de variété ? Franchement votre raisonnement est ridicule. On va finir par croire que vous êtes payé par Tel Aviv pour venir faire de la retappe sur les blogs catholiques antisionistes...

ATTAQUEZ VOUS AUX CAUSES ET NON AUX EFFETS !

Écrit par : avouedusaintsepulcre | vendredi, 20 novembre 2009

Morlier,

Non, contrairement à ce que vous dites, "la papauté à partir de saint Pie X ne se positionne pas "damnablement contre le Retour, appellé sionisme", elle n'est pas "complètement AVEUGLEE qu'elle est sur l'origine divine du Mouvement, qui pourtant crève les yeux des plus aveugles", elle voit bien plutôt, par la lumière conférée par l'Esprit Saint qui guide son Eglise, en quoi ce mouvement ne correspond pas au dessein de Dieu sur son peuple aimé et se met en rupture directe avec les vues, sages et prudentes, de la Divine Providence pour les Juifs, qui n'ont pas à reconstituer un Etat, calqué sur les Etats-nations européens, en Palestine, mais ont à répondre, religieusement, à la vocation qui leur a été conférée par le Ciel et qu'ils refusent toujours obstinément.

Ne voyez-vous pas que le Sionisme est une caricature, une singerie de l'Adversaire de Dieu. Comment pouvez-vous parler des papes de cette manière vulgaire ! Vous croyez-vous supérieur à eux en intelligence et en autorité théologique. Quel orgueil monstrueux, vous êtes complètement désorienté, vous amusant et lançant des considérations déplacées !

Ainsi, vous dites avoir "joui" (sic !) du spectacle de la guerre des six jours, alors qu'il y a des morts, des hommes, Juifs et arabes, pris au piège d'une mécanique infernale, qui furent victimes de la folie criminelle que croit devoir mettre en oeuvre un Etat voyou pour survivre contre la volonté de Dieu. C'est honteux que de tenir de tels propos !

Lorsqu'on songe que l’envoyé du Vatican en Terre sainte, et les archevêques de trois autres églises, dont le patriarche latin catholique Mgr Michel Sabbah ont lancé une attaque conjointe suffisamment rare pour devoir être signalée contre le mouvement sioniste chrétien, en l’accusant notamment de « promouvoir l’exclusivisme raciste et la guerre perpétuelle », il faut vraiment avoir bien peu de cervelle pour se prétendre plus au fait de la situation qu'eux.

Ces hommes de Dieu déclarent :

- « L’agenda sioniste chrétien campe une vision du monde dans laquelle l’Évangile est identifié à l’idéologie impériale, au colonialisme et au militarisme. Nous rejetons les enseignements du sionisme chrétien, qui facilitent et soutiennent cette politique, en mettant en avant l’exclusivisme racial et la guerre perpétuelle ».


Je disais dans un précédent message que vous déraisonniez, cela se vérifie, mais il faut que je rajoute, à vous lire, que vous errez grandement sur le plan spirituel et religieux, et cela relève d'un péché grave : le péché contre l'Esprit !

Écrit par : Eremo | vendredi, 20 novembre 2009

A "La Question".


Je réponds donc ici à "La Question", que je considère comme le comité directeur du présent blog.

Vous vous êtes positionnés damnablement dans l'antisionisme primaire et inintelligent.
J'ai étudié toutes ces questions fort graves pendant plus de trente-cinq ans, et en ai fait une douzaine de livres & brochures (qu'on peut consulter au lien suivant : http://www.fatima.be/fr/editions/avm/index.php), Pour faire court et positif, j'invite donc ici Zacharias à reprendre avec moi dans la sérénité le débat à partir de ma "Réfutation, que j'ai faite à sa première réponse.

____________________________________________________________________________________

Vincent Morlier


Nous vous avons rappelé les règles déontologiques du dialogue sur La Question. Elles ne sont pas discutables. Si vous voulez sérieusement engager un débat, respectez certains principes. Vous pouvez tancer vos adversaires, même fortement, mais les propos outrés n’ont pas leur place ici. Tenez-vous à ces règles.


La Question

____________________________________________________________________________________

[…]


Alors, Zacharias, soyons "sérieux", puisque "La Question" le demande.
Ce sérieux exige que vous réfutiez chacun des points de ma "Réfutation, etc." par lesquels je réfute votre position antisioniste.
De deux choses, l'une :
1/ Si vous êtes capable de me répondre, c'est-à-dire de montrer la fausseté de ma réfutation, FAITES-LE. Afin que tout le monde qui vous lit, puisse prendre conscience de la fausseté de mes arguments, et du bien-fondé de votre antisionisme. Moralement, déontologiquement, vous n'avez pas le droit de ne pas le faire.
2/ Si vous n'êtes pas capable de me répondre, c'est-à-dire si mes arguments irréfutables vous obligent à prendre conscience du mal-fondé de votre argumentaire antisioniste, RECONNAISSEZ-LE. Devant Dieu et les âmes que vous trompez, vous en avez l'obligation morale. Cela vous sera dur, je le conçois aisément, mais je vous mets dans ma prière pour que vous ayez le courage de le faire. Ce travail d'humilité dans votre âme, vous donnera sûrement de grandes grâces de bénédiction pour que vous puissiez aider VRAIMENT les âmes par la suite...
Un dernier mot à l'adresse de "La Question". Vous dites : "on vous accorde généreusement une tribune dans le cadre de cette note pour exposer vos vues". Vous savez, je ne sais pas qui est le plus généreux, ou de vous, ou de moi, dans ce débat. Croyez-vous vraiment que je n'ai que cela à faire, d'écrire des 26 pages de réfutations, de composer des commentaires comme celui-ci, ce qui prend beaucoup de temps ? Or, dans l'affaire, puisque c'est moi qui me dévoue pour la Vérité, c'est-à-dire pour Jésus-Christ, je crois bien que c'est moi qui suis généreux envers vous... Tâchez d'en profiter. Car derrière le petit instrument que je suis, c'est peut-être bien DIEU qui veut parler à vos âmes.
Vincent Morlier

Écrit par : MORLIER | vendredi, 20 novembre 2009

Morlier - Vous ne lisez pas correctement ce que vous avez sous les yeux. Avant que de traiter, avec une désinvolture assez étonnante, les autres d'aveugles, il faut mieux vous pencher sur les textes.

Ainsi, par l’encyclique Divino afflante spiritu de
Pie XII (1943), le Magistère romain a officiellement légitimé l’usage de la méthode historico-critique et le discernement des genres littéraires, permettant d'éviter le piège du littéralisme protestant dans lequel vous sombrez. Il a été largement démontré que des erreurs fantastiques furent commises au nom du littéralisme strict qui est une conception fautive de l'Ecriture. Voyez l’étude très documentée de P. Lathuilière, Le Fondamentalisme, Editions du Cerf, coll. « Cogitatio Fidei », n° 189, 1995.


De même en 1994,la Commission Biblique Pontificale, a souligné que l’interprétation de la Bible dans l’Eglise est toujours soumise à l'autorité des papes (que vous refusez) et du Magistère (que vous méprisez), rejetant catégoriquement par ailleurs, de façon explicite, la lecture fondamentaliste de l’Ecriture.

La conclusion de cette section est particulièrement sévère :
"Le fondamentalisme invite sans le dire à une forme de suicide de
la pensée. Il met dans la vie une fausse certitude, car il confond inconsciemment les limitations humaines du message biblique avec la substance divine de ce message." (Commission Biblique Pontificale, L’interprétation de la Bible dans l’Eglise, traduction française, Editions du Cerf, 1994, p. 64.)


Ceci résume fort bien votre situation : vous confondez, inconsciemment ou consciemment, les limitations humaines du message biblique avec la substance divine de ce message, vous conduisant à de folles positions qui manifestent une conception insuffisante de la foi. Comme c’était le cas dans une certaine apologétique rationnelle du XIXe siècle, vous recherchez des preuves historiques d’événements qui, par nature, dépassent la capacité d’une enquête historique. Certes, la foi n’est pas seulement un pur pari au sens pascalien, elle repose sur des motifs de crédibilité. Mais, même si les évangiles témoignent d’un certain nombre de données historiques sur Jésus de Nazareth, jamais ils ne pourront fournir une preuve historique de sa véritable identité. Ce que nous recevons comme « parole d’Evangile », ce ne sont pas les détails historiques sur son passage parmi les hommes, mais Jésus-Christ comme Messie, Fils de Dieu et Seigneur. Il en va de même pour les prophéties.

Écrit par : Sulpice | vendredi, 20 novembre 2009

Morlier,



Ainsi donc vous vous impatientez, vous souhaitez fébrilement une réponse, en assortissant votre demande des habituelles outrances verbales, aussi risibles que ridicules d’ailleurs, qui vous caractérisent. Pas d’inquiétude elle arrive cette réponse, réponse qui mettra en lumière, point par point votre erreur, tant sur le plan théorique, doctrinal que religieux, et montrera l’absurdité de votre sinistre thèse sioniste.

Il est vrai, on peut comprendre que vous ayez hâte de découvrir la démonstration de vos égarements, démonstration renouvelée car « Le caractère satanique du sionisme », que vous n’avez visiblement pas compris, faisait déjà amplement justice des criantes folies dont vous vous faites le prétentieux avocat. Mais, lorsque l’on porte à ce point d’obstination maladive, une suite répétée de faussetés, toutes dénoncées de nombreuses fois par l’Eglise et ses autorités, jusqu’en ces temps derniers lors de la publication de la « Déclaration de Jérusalem » sous les auspices de Mgr Michel Sabbah, qui condamne le sionisme chrétien en des termes très forts :

http://www.la-question.net/archive/2009/01/07/declaration-de-jerusalem-sur-le-sionisme-chretien.html

Lorsqu’on s’enferre dans une logique perverse, construite par vos propres soins, qui se fonde sur des concepts fallacieux, on espère d’en être délivré pour retrouver la paix de l’âme et la quiétude de l’esprit, paix et quiétude dont vous êtes visiblement dépourvu à lire les propos hystériques dont vous nous abreuvez. [Merci à ce titre aux administrateurs de La Question de faire le nécessaire, et exemplaire, travail de modération à l’égard des déclarations démentielles et insensées de Vincent Morlier, apparemment incapable de contrôler sa plume].

C’est peut-être ce qui surviendra, même si j’ai de grands doutes concernant l’équilibre de vos facultés, lorsque vous découvrirez le texte qui arrivera dans les jours prochains : « Le Chef des Juifs : l’Antéchrist ! »

Alors Morlier, si jamais vous reconnaissez votre désorientation patente et manifeste, sans doute remercierez-vous secrètement le Ciel d’avoir été reconduit vers la Foi traditionnelle de l’Eglise dont vous vos êtes éloigné de façon impressionnante en faisant vôtres les positions des protestants évangéliques, les pires ennemis de Rome et de la papauté avec lesquels vous pactisez intellectuellement et théologiquement. Vous regretterez alors amèrement d’avoir ainsi craché à la face de Benoît XV et de saint Pie X, et demanderez pardon pour votre péché qui conjugue impiété, immoralisme et désobéissance à l’égard de l’Eglise.

Votre thèse, moderne et téméraire, est en contradiction avec les Pères de l’Eglise, les théologiens, les papes, et vous prétendez, juché sur un illusoire promontoire prophétique bâti de vos mains maladroites, donner des leçons de catholicisme à qui veut vous entendre, mais vous vous moquez du monde Morlier ! Enivré par une orgueilleuse conviction, n’hésitant pas à manipuler, avec un goût douteux, quelques méthodes dérisoires passablement grotesques qui vous ridiculisent aux yeux des lecteurs et ne font rires que vous-même, vous préférez vous opposer à la position de l’Eglise plutôt que d’admettre votre erreur.

Tant d’aveuglement entêté est effectivement attristant, et vos derniers messages, prouvent le délire puissant dans lequel vous vous complaisez étrangement, séduit par des sirènes spirituelles mortifères qui vous embrument et enténèbrent l’esprit.


Comme le déclarait, ainsi que je le rappelais plus haut, il y a quelques mois à l’occasion des exactions commises par l’Etat Israélien dans la bande de Gaza, Monseigneur Federico Lombardi, porte-‎parole du Vatican : «Les crimes commis par les ‎sionistes ne font qu'augmenter la répugnance mondiale envers ‎les Israéliens et que réduire l'espoir en la paix ». Défendre l’indéfendable au nom d’une conception erronée de l’interprétation des Ecritures puisée chez les protestants réformés, voilà la triste situation dans laquelle vous vous trouvez Morlier ! Votre agitation névrotique ne saurait remédier à cette tragique réalité, vous n’êtes plus catholique, vous le savez et n’osez l’avouer. Ou du moins le devinons-nous nettement dans certains passages de vos textes.

Je vous cite :

« Pourquoi nos yeux affligés, déçus, sont-ils acculés à voir des protestants fondamentalistes, évangéliques, charismatiques ou pentecôtistes, (…) fort bien saisir le caractère prophétique du Retour contemporain, et subsé¬quemment com¬prendre d’enthousiasme le devoir chrétien d’aider les juifs à retourner dans leur pays (…) Quelle leçon humiliante de voir des sa¬maritains courir dans les voies & désirs du Seigneur… MAIS PAS LE PAPE, MAIS PAS LES CA¬THOLIQUES ! » (La Résurrection nationale d’Israël, p. 24).

Vous vous êtes donc placé, de votre propre aveu, par votre opinion exagérée, littéraliste réformée évangélique et millénariste, à une distance impressionnante de l’Eglise et de la Foi catholique Morlier. Il vous faudra faire un long chemin de conversion pour revenir dans le sein de la Sainte Institution fondée par Jésus-Christ et guidée par l’Esprit-Saint, sous peine de devoir, par une obstination coupable, vous en séparer pour rester cohérent avec vos convictions perverses.

Priez le Ciel de vous délivrer de vos erreurs et d’éclairer, enfin, votre âme abusée par des signes trompeurs et mensongers que vous interprétez fautivement en vous appuyant sur les théories hérétiques du dispensionalisme réformé, en refusant, par l'effet d'un fol orgueil satanique, la doctrine, sainte et pieuse, de l'Eglise catholique !

Écrit par : Zacharias | vendredi, 20 novembre 2009

A Sulpice,
C'est vous, Sulpice, qui ne savez pas lire correctement ce que vous avez sous les yeux. Contrairement à ce que vous dites, Pie XII n'a pas fait son encyclique pour mettre en garde contre le sens littéral de l'Ecriture, qu'au contraire, comme je vous l'ai rappelé, il demande instamment de respecter dans le § 27, mais il l'a rédigé contre les tenants du néo-modernisme qui outraient le sens... spirituel, voulant trouver des sens spirituels qui contredisaient le sens littéral. Autrement dit, Sulpice, avant de causer, il "faut mieux vous pencher sur les textes". Il faut savoir de quoi vous causez avant d'étaler votre ignorance et en plus avoir l'outrecuidance de reprocher à votre interlocuteur mieux au fait des choses que vous, votre propre péché "d'aveuglement", "avec une désinvolture assez étonnante". Toute la suite de votre commentaire ne vaut rien, puisque, dans cette encyclique, Pie XII n'avait nullement l'intention de barrer la route au "littéralisme protestant" comme vous le dites dans votre ignorance crasse, mais au contraire, il avait l'intention de barrer la route au spiritualisme débridé... dont votre antisionisme antéchristique est un aspect. Il m'amuse par ailleurs beaucoup que vous citiez des clercs modernistes de 1994, 1995, ou une déclaration profondément calomnieuse et antéchristique du patriarche MODERNISTE de Jérusalem, pour cautionner votre thèse réprouvée antisioniste, sur un site qui prétend avoir des idées traditionalistes... Pour le reste de votre petit discours, vous tâchez de rivaliser avec Zacharias dans le chariabia pseudo-théologique (je parie que vous ne comprenez même pas ce que vous dites), à la remorque des modernistes. Vous me pardonnerez de passer là-dessus...
A "La Question" qui n'aime pas "LA REPONSE".
Je vois que vous avez supprimé la MOITIE de mon précédent texte. Certes, vous en avez le droit, mais pas en mentant à vos lecteurs. Vous m'accusez d'avoir des "propos outrés" dans cedit texte. Il n'y en a AUCUN dans le texte que vous avez enlevé, je n'y faisais que dénoncer l'incompétence intellectuelle et théologique de Zacharias, qui n'est que trop fondée.
Il est bien évident que dans ces conditions, tout débat "sérieux", comme vous avez l'outrecuidance de dire, devient impossible. Parce que vos procédés vous rendent indignes de connaître la Vérité ("Ne jetez pas les perles aux pourceaux", avertit fort bien Notre-Seigneur). Si vous supprimez à la convenance de votre thèse antisioniste réprouvée, les arguments forts que je développe, évidemment, votre blog devient indigne de ma participation. Je vous somme donc de remettre l'intégralité de mon précédent texte. Ce n'est qu'à cette condition que je continuerai éventuellement le débat, qui pourra se dérouler alors dans la dignité qui lui est dûe et que pourtant l'instant votre blog refuse.
A Zacharias,
Décidément, mon pauvre vieux, vous faites de plus en plus dans l'énerguménat plein d'orgueil, possédé perseverare diabolicum dans ses erreurs profondes, toutes écoutilles hermétiquement fermées, à exorciser d'urgence, de toute urgence, mettant votre gloire dans ce qui devrait faire votre honte...
Vincent Morlier

Écrit par : MORLIER | vendredi, 20 novembre 2009

Quelle compassion sous votre plume, Zacharias, envers le "fada".
Continuez à nous produire d'excellents sujets plutôt que de donner de perles aux pourceaux. Dans l'état d'excitation et de délabrement intellectuel dans lequel il se trouve, je crains que vous ne puissiez pas faire grand bien à ses méninges atrophiés par les délires de la branche new age pseudo-chrétienne.

Écrit par : La Fouine | vendredi, 20 novembre 2009

"Or, dans l'affaire, puisque c'est moi qui me dévoue pour la Vérité, c'est-à-dire pour Jésus-Christ, je crois bien que c'est moi qui suis généreux envers vous... Tâchez d'en profiter. Car derrière le petit instrument que je suis, c'est peut-être bien DIEU qui veut parler à vos âmes".

Et en plus, il blasphème!

Écrit par : Ronin | samedi, 21 novembre 2009

Morlier tourne en rond, se répète à chaque ligne ou presque (s'en rend-il compte ?), ne présente aucune argumentation de fond, aucun contre-argument, tombe dans l'insulte des commentateurs et de son contradicteur, cela en devient pitoyable (pour lui) et pénible.

Bref, Zacharias, comme le relève La Fouine, ne jetez pas vos perles aux pourceaux de crainte que ne se retournant ils ne vous déchirent ! Continuez de rédiger d'autres analyses de fond. Haut les coeurs ! Le débat avec ce Morlier est clos faute de contradicteur.

Écrit par : Ingomer | dimanche, 22 novembre 2009

Vincent Morlier,


Qu'une chose soit bien claire : nous ne débattons-pas avec vous ! Pour ce qui nous concerne, nous considérons que votre position, fausse et en rupture coupable avec l’enseignement traditionnel de l’Eglise, ne mérite aucun intérêt.

En revanche Zacharias, au nombre des administrateurs de La Question évidemment, mais à titre personnel, juge nécessaire d’aller au bout de la dénonciation de votre théorie, considérant qu’elle se retrouve chez beaucoup de catholiques modernes intoxiqués par les thèses évangéliques protestantes que vous avez adoptées, et qu’il importe d’en montrer le caractère absolument mensonger.

Veuillez donc prendre bonne note de cette nuance.

Dès lors, vos considérations douteuses à l’endroit du blog dont vous croyez utile d'accompagner vos messages, non seulement nous indiffèrent, mais, n'en soyez pas surpris, sont effectivement systématiquement supprimées.

La Question

Écrit par : LA QUESTION | lundi, 23 novembre 2009

Vincent Morlier,


Vous ne manquez pas d'un certain culot ! Je ne sais pas lire Pie XII qui aurait écrit son Encyclique contre les tenants du sens spirituel ?

Mais vous déraisonnez mon pauvre ami; bien au contraire, comme il est démontré, si Pie XII s'inquiète de la méthode historico-critique ou de la tendance mystique, les regardant comme insuffisantes, c'est pour mettre en valeur le sens "théologique" de l'Ecriture selon-lui oublié. Depuis, afin de favoriser ce que Pie XII, au § 28 nomme la "doctrine théologique" de l'Ecriture, il a été fait, depuis des décennies un effort considérable de synthèse, grâce à des exégètes de très haut niveau essayant de faire ressortir le sens "spirituel" de l’Écriture à partir de l’usage rigoureux des méthode linguistiques et historiques.

la Commission Biblique Pontificale se réunit chaque année, la deuxième semaine après Pâques, sur un thème précédemment choisi par le cardinal président.

Voyez les sujets abordés depuis quarante ans :

- En 1977-1978 c'est la théologie de la libération, alors en question, qui est l'objet de leur étude, du moins dans sa façon d'utiliser l'Écriture.
- En 1979, l’inculturation dans l'Écriture sainte. A l'issue de cette assemblée plénière, les interventions furent publiées dans le volume Fede e cultura alla luce della Bibbia (littéralement Foi et culture à la lumière de la Bible LDC, Turin 1981).
- En 1980 la commission se penche sur le rapport entre herméneutique et christologie, thème dont l'étude se prolongea jusqu'en 1983 et donna lieu à la promulgation de De sacra Scriptura et christologia.
- De 1985 à 1988, la commission a étudié les rapports entre les Eglises locales et l'universalité du Peuple de Dieu : le 11 avril 1988 était publié un document de 20 pages intitulé : Unité et diversité dans l'Eglise.
- En 1989 il s'agit de l'interprétation de la Bible (c'est le sujet qui nous occupe) ; le travail de la commission se déroule sur plusieurs années, et le 15 avril 1993 est produit le document "L'interprétation de la Bible dans l'Eglise", avec une préface du cardinal président, Joseph Ratzinger, qui critique sévèrement le littéralisme protestant.
- De 1994 à 1996 les travaux de la commission portent sur l’universalité du salut par le Christ et la diversité des religions.
- A partir de 1997 il s'est agi des rapports entre Ancien Testament et Nouveau Testament, entre chrétiens et Juifs : la conclusion en a été faite en 2000 et a donné lieu à la publication en novembre 2001 du document Le peuple juif et ses Ecritures saintes dans la Bible chrétienne, montrant l'impossibilité d'une revendication territoriale de la Terre sainte au titre des Ecritures par les Juifs.

Le document de 1994 de la Commission Biblique Pontificale : « L’interprétation de l’Écriture dans l’Église », qui déclare que "Le fondamentalisme invite à une forme de suicide de
la pensée en mettant dans la vie une fausse certitude, car il confond inconsciemment les limitations humaines du message biblique avec la substance divine de ce message", est donc à ce titre très important et clair, cette Commission n'étant pas "moderniste" contrairement à ce que vous avancez follement de manière fantaisiste, mais a été conduite par des savants et théologiens au contraire considérés comme traditionnels, y compris par les milieux hostiles à Vatican II.

Cette Commission est actuellement présidée par le cardinal William Joseph Levada (préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi) avec comme secrétaire l'érudit bibliste le Rev. P. Klemens Stock, S.I.


http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/pcb_documents/rc_con_cfaith_pro_14071997_pcbible_it.html


Au titre de ses actes antérieurs à Vatican II, je vous invite à lire :

Opus cui titulus «Die Einwanderung Israels in Kanaan» reprobatur, condamnation de l'ouvrage «Die Einwanderung Israels in Kanaan» (27 février 1934), faisant justice des conceptions historiques modernistes, justement un peu trop "littéralistes" au sujet de la Terre sainte.

Pour le reste, en ce qui est de votre orgueil et votre attitude bornée, dont vous taxez les autres d'être frappés, vous en faites une démonstration incroyable, remplie de vanité vous déclarant plus au fait de la situation scandaleuse en Palestine que Mgr Michel Sabbah, patriarche latin catholique de Jérusalem ! Difficile d'aller plus loin dans l'outrecuidance. Mais Mgr Sabbah est sans doute à vos yeux, après Benoît XV et saint Pie X, victime de pharisaïsme lui aussi...

Votre discours est tout simplement délirant !

Écrit par : Sulpice | lundi, 23 novembre 2009

Pour moi tout se résume à ce que vous avez écrit Zacharias et qui rappelle ce qu'ont dit eux-mêmes tous les Pères de l'Eglise : "La fin des temps attendue, qui a pour corollaire la conversion des Juifs, ne l’oublions pas assez peu évidente cependant aujourd’hui, n'aura point pour suite, et pour récompense, leur réintégration dans leur terre !"

Il n'y a rien à rajouter à ça. Aller plus loin c'est vouloir se faire plus savant que Dieu, c'est donc un péché d'orgueil.

Écrit par : Hacquinières | lundi, 23 novembre 2009

Je partage globalement l'avis général, le débat est clos avec Morlier (complètement ravagé et enragé sur le plan psychologique) qui n'avance plus aucun argument nouveau et se contente de reproduire à l'infini sa thèse : le retour des Juifs en Terre sainte est d'origine divine. Cette thèse est d'autant plus absurde que ce mouvement criminel, comme il est facile de le constater, est tout sauf de nature divine. Cette rage à vouloir de force nous convaincre d'une nature inexistante est étrange d'ailleurs, car elle contredit justement la prétendue réalité du "fait" qui sature la réflexion de Morlier et de ses amis sionistes chrétiens évangéliques.

Cela dit j'attends avec intérêt le texte à venir de Zacharias qui mettra un point définitif à cette controverse, qui aura tout de même eu le mérite de nous révéler la puissance d'aveuglement des théories sionistes sur les chrétiens. Rien que pour cela il était important que cette mise au point ait lieu.

Écrit par : Falk | mardi, 24 novembre 2009

Bien de votre avis Falk ; et pour connaître un peu notre ami Zacharias, je pense que nous n'allons pas être déçus par le texte qui arrive...

Écrit par : Radek | jeudi, 26 novembre 2009

A tous.
Si vous avez l'ambition d'être catholique, il y a une chose que vous ne devez absolument pas perdre de vue et qui, concernant la "question juive", est la toute première à prendre en considération sous peine de forfaiture & de disqualification ipso-facto, c'est à savoir que le Retour des juifs en Israël-Palestine initié fin XIXe siècle et qui s'est continué pendant tout le XXème EST UN MIRACLE.
Je rappelle, pour ceux parmi vous qui ne savent pas lire (et les analphabètes, et même très-bêtes, semblent être nombreux parmi vous, veuillez m'excuser de vous le dire aussi crûment...), ce que j'écrivais et qu'apparemment AUCUN d'entre vous semble n'avoir lu : "Aucun phénomène sociologique similaire en effet, de près ou même de très-loin, de drainage universel de poussières d’ethnie dispersées dans des multitudes de peuples étrangers & lointains, qu’il s’agisse d’ailleurs d’ethnies juives ou autres, vers leur antique mère-patrie, à partir de tous les coins du globe à la fois & en même temps (!), après un temps extrêmement long de dispersion, n’a été enregistré dans toute l’Histoire de l’humanité. Parce que, tout simplement, c’est un fait humainement, sociologiquement, sociopolitiquement, etc., ABSOLUMENT IMPOSSIBLE. Il faut donc premièrement bien prendre conscience que cedit phénomène est EN LUI-MÊME un extraordinaire miracle" ("La résurrection nationale d'Israël, etc., p. 26).
Voilà, les amis, c'est le tout premier point à prendre en considération dans notre affaire.
Or, évidemment, si le Retour est un MIRACLE, alors, c'est que c'est le Bon Dieu qui en est à l'origine. Car... Dieu seul fait les miracles. Donc, conclusion du syllogisme, le Retour VIENT DE DIEU, cqfd.
Et c'est cela dont il faut que vous preniez conscience, sous peine de disqualification radicale, dès l'abord.
Tout ce qui vient, dans la question qui nous occupe, contre ce tout premier constat à faire par tout homme de bonne volonté (y en a-t-il parmi vous ? je l'espère), est invalidé. Tous les pseudo-raisonnements que vous tenez et qui aboutissent à nier et rejeter ce tout premier point, sont faux, mensongers, et viennent donc du démon. Car il est bien inutile de prétendre renverser ce premier point par une prétendue argumentation, vous ne ferez que vous casser les dents les unes après les autres jusqu'à la dernière contre ce constat, que je rappelle, pour les têtesplus que dures que vous êtes tous : 1/ Le Retour est un miracle ; 2/ tout miracle vient de Dieu ; 3/ Le Retour vient donc de DIEU, au moins dans son essence et sa nature profondes.
Si vous prenez le (mauvais) parti de nier ce premier point, alors, vous prenez le chemin des antiques pharisiens, et c'est pourquoi j'ai qualifié le positionnemement antisioniste de "néo-pharisien", connotation qui, à juste titre certes, semble avoir dérangée quelques-uns parmi vous...
Eux aussi, sachez vous le remettre en mémoire, voyaient, faits par Notre-Seigneur Jésus-Christ, des miracles patents, authentiques, sûrs, avérés, devant les yeux. Mais ils ne voulaient pas en prendre conscience, ni se rendre devant lesdits miracles qui prouvaient la divinité de Jésus-Christ, sous le vain & fallacieux prétexte que Jésus ne passait pas par l'autorité de la synagogue pour accomplir sa Mission messianique (d'où leur interrogation vicieuse à la toute-fin de la Vie publique du Christ : "Par quelle autorité faites-vous ces choses [entre autres : les miracles] et qui vous a donné ce pouvoir ?"). Sous le mauvais prétexte que Jésus n'était pas soumis à leur autorité synagoguale, alors, ils niaient la réalité des miracles de Jésus, pourtant d'authenticité indiscutable. Vous, de même, exactement de même que les antiques pharisiens, vous me montrez la même attitude profondément diabolique : sous le calomniateur & mensonger prétexte que les juifs sont revenus de manière criminelle (ce qui est parfaitement faux) en Israël-Palestine, alors, vous croyez pouvoir vous autoriser à nier le miracle que constitue EN SOI le phénomène du Retour... Vous ne comprenez même pas que même si le Retour était criminel (ce qui est archi-faux), cela ne supprimerait de toutes façons et en tout état de cause, EN RIEN le caractère miraculeux dudit Retour ! Car : contra factum, non argumentum. On n'argumente pas contre des faits, on s'y soumet humblement, et c'est là que le bât blesse chez vous tous, vous me montrez un grand orgueil de ne pas vouloir soumettre vos esprits au simple fait.
Après ce premier grand point qui réduit en poudre votre antisionisme, traitons à présent, en vrac, de vos différents commentaires :
1/ Sulpice. Comme vous dites : "vous ne manquez pas d'un certain culot !" Non seulement, vous n'êtes même pas capable de prendre conscience de votre erreur sur l'encyclique de Pie XII, mais en plus, vous "continuez à déraisonner mon pauvre ami", en étalant avec une rare impudence votre ignorance crasse en la matière que vous prétendez traiter magistralement (ce qui caractérise d'ailleurs tous les commentaires de vos petits copains antisionistes). Allons, allons, allez donc vous asseoir à côté de Zacharias, sur le petit banc d'écolier, sortez votre porte-plume, et écoutez la leçon.
Le contexte ecclésiologique de l'encyclique est très-simple : dans les années 1940-50, le pape voyait avec un pressentiment angoissé qui l'honore une résurgence du modernisme, que les historiens tradis. baptiseront à juste titre "néo-modernisme". Ce néo-modernisme tâchait de pénétrer l'Eglise très-notamment par la voie exégétique. Avant de sortir vos âneries prétentieuses, Sulpice, il vous manque de saisir ce qu'est le modernisme en matière exégétique. C'est essentiellement d'outrer le sens spirituel des Ecritures en ne tenant plus aucun compte de la lettre littérale du texte biblique, à tel point que le moderniste peut s'autoriser à soutenir un prétendu sens spirituel qui contredit formellement le sens littéral, allant jusqu'à ne plus voir ce dernier que comme un "mythe" (on se souvient avec horreur de la définition du catéchisme moderniste "Pierres vivantes", de l'Ascension : "C'est une image pour dire que..." !). Voilà donc, ignorant Sulpice, la motivation profonde de l'encyclique Divino Afflante Spiritu : lutter contre ceux qui voulaient gommer le sens littéral, ne voulant plus le voir que comme un mythe. Avouez que vous êtes très-loin de compte dans votre explication complètement à côté des motivations de Pie XII. Bien sûr que le pape voulait faire ressortir le sens "théologique", c'est-à-dire, si on lit bien l'explication que lui-même en donne au § 28, qu'en bon analphabète antisioniste vous n'avez pas vraiment lu, le sens ascétique moral, pour le salut d'un chacun, MAIS le § 27 ne souffre aucune discussion là-dessus, il indique que ce sens "théologique" doit être dégagé du texte biblique A PARTIR DU SENS LITTERAL. Et précisément, ignorant Sulpice, le but de l'encyclique était de rappeler aux néo-modernistes qu'ils pouvaient développer tous les sens spirituels qu'ils voulaient, mais SEULEMENT à partir du sens littéral du texte biblique et sans jamais le contredire, ce sens littéral dont les néo-modernistes voulaient hérétiquement s'affranchir. Le pape était très, très loin, comme vous le voyez, de dénoncer une lecture fondamentaliste du sens littéral... puisque, tout au contraire, il le remettait en valeur, comme seule base valable pour désenvelopper tout vrai sens spirituel !
Voilà, j'espère que vous avez bien tout noté sur votre petit cahier, du sens profond de l'encyclique dont s'agit.
Je vois que pour faire savant, vous avez été prendre par "copier-coller" je suppose, toute une liste des travaux de la Commission biblique pontificale... liste complètement HORS-SUJET, qui ne concerne en rien notre débat. Mais cela fait savant (c'est le but du jeu des ignorants : faire des citations livresques impressionnantes, pour... impressionner).
Je vous rappellerai simplement que ladite Commission biblique pontificale, qui vit le jour sous Léon XIII et saint Pie X, et dont le but était de lutter contre le modernisme, est une des institutions vaticanes qui tourna elle-même très-rapidement... au modernisme. La citation de 1994 que vous faites en est un bel exemple !
Quant à votre Mgr Sabbah, pas très... sabbattique en effet (il est plutôt enragé palestinien), seule autorité "catholique" que vous citez et dont vous vous gargarisez en non-stop, je vous suggère de cliquer sur le lien suivant, dans l'espoir que ce que vous y lirez pourra vous remettre un peu les pieds sur terre (il est question de Mgr Sabbah dans le dernier tiers de l'article) : http://www.israelvalley.com/news/2007/04/09/9727/israel-vatican-juifs-et-chretiens-la-reconnaissance-par-le-vatican-dun-etat-juif-en-terre-sainte
2/ A Falk & Ingomer, qui m'accusent de "tourner en rond", de "ne plus avancer d'arguments nouveaux" : ben oui, les amis, je fais comme Jésus qui, Lui aussi, tournait en rond en rappelant, martellant sans cesse aux pharisiens sa mission divine messsianique. Quant à la nature divine "inexistante" du sionisme, je mets Falk au défi de répondre au syllogisme que j'ai énoncé en commençant ces présentes lignes, à savoir : 1/ Le Retour est EN SOI un MIRACLE ; 2/ Tout miracle vient de DIEU ; 3/ Donc, le Retour vient de DIEU.
3/ A Hacquinière, je suggère, s'il ne veut pas revêtir une camisole de force, de méditer que puisque les juifs sont DEJA "réintégrés dans leur terre" de nos jours, donc AVANT leur conversion, ils y seront a fortiori (= à plus forte raison) APRES leur conversion, contrairement à ce que radote Zacharias à la suite de l'épiscope Dadolle... en vrais irrécupérables.
4/ Mais je m'adresse maintenant à LA QUESTION, qui, visiblement, hait LA réponse catholique, et dont les propos m'ont beaucoup scandalisés. Si je vous lis bien, en disant "nous ne débattons pas avec vous !", "nuance" dont je devrais prendre "bonne note", vous voulez dire qu'en tout état de cause, il ne saurait être question pour vous de réviser votre position sur l'antisionisme ? Même si je vous prouve & démontre son caractère faux et erroné ?!? Mais comprenez bien que vous faites là devant tout le monde profession de (mauvaise) foi d'IMPENITENTS ENDURCIS !? Dès l'abord, vous posez qu'il ne saurait être question de revoir votre copie, même si je vous prouve que vous êtes dans un mauvais positionnement. Je ne peux certes pas vous y obliger, ça va sans dire, je peux simplement vous dire que, une fois de plus, vous imitez là vos pères, à savoir les antiques pharisiens qui, quoique Notre-Seigneur pouvait bien faire pour eux, refusaient par principe et volonté formelle, de se convertir. Cette "nuance"-là, vous avez l'air de vous piquer d'honneur de la formuler, elle étale plutôt à tous les yeux votre honte. Refuser de se convertir alors que la position défendue est radicalement enfoncée, est HONTEUX. Et vous mène, vous et ceux qui ont le malheur de vous suivre, dans la voie de la damnation.
Pour ce qui est de Zacharias et de son nouveau texte, j'avertis d'ores et déjà que je n'ai que faire de sa nouvelle logorrhée diarrhéique, à base de compression de cervelle fumée. J'ai fait l'effort de réfuter point par point son premier texte. En pure perte je le vois bien, mais ce n'est pas ma faute. Il ne saurait être question de suivre dans ses nouveaux sophismes votre petit maître à mal penser, dans son chemin d'erreur qu'il NE veut PAS quitter, à l'instar de "LA QUESTION". Continuez à travailler avec ce genre d'individus, c'est cela que dénonce l'Evangile quand elle avertit : "Ne jetez pas les perles aux pourceaux".
Donc, pour finir, j'avertis ici que je ne continuerai le débat qu'avec ceux d'entre vous qui accepteront d'humilier leur esprit en reconnaissant le bien-fondé du PREMIER POINT à admettre, que j'ai développé au début de ces lignes, à savoir : le Retour est EN SOI un miracle, donc il vient de DIEU. Tout celui d'entre vous qui ne voudra pas admettre ce premier point fondamental dans le débat qui nous occupe, se disqualifie de lui-même, et ne méritera bien entendu aucune réponse.
Vincent Morlier

Écrit par : MORLIER | jeudi, 26 novembre 2009

Morlier, lorsque vous écrivez à propos du Retour : "cedit phénomène est EN LUI-MÊME un extraordinaire miracle", vous vous illusionnez.

Ce phénomène scandaleux est la mise en oeuvre d'un projet politique criminel que les Juifs pieux regardent avec mépris, que les rabbins orthodoxes au XIX et XXe siècles ont condamné et condamnent toujours, que l'Eglise considère comme étant une caricature de ce que doit être le vrai Retour, et vous y voyez un miracle ! Changez de lunettes !


Vous voulez avoir raison contre toutes les autorités spirituelles traditionnelles afin d'avaliser l'acte de forfaiture sioniste. Vous êtes un obstiné profondément désorienté, intoxiqué par les thèses protestantes évangéliques. Votre thèse n'est pas catholique.

Écrit par : Falk | vendredi, 27 novembre 2009

@ Morlier,

"2/ A Falk & Ingomer, qui m'accusent de "tourner en rond", de "ne plus avancer d'arguments nouveaux" : ben oui, les amis, je fais comme Jésus qui, Lui aussi, tournait en rond en rappelant, martellant sans cesse aux pharisiens sa mission divine messsianique. Quant à la nature divine "inexistante" du sionisme, je mets Falk au défi de répondre au syllogisme que j'ai énoncé en commençant ces présentes lignes, à savoir : 1/ Le Retour est EN SOI un MIRACLE ; 2/ Tout miracle vient de DIEU ; 3/ Donc, le Retour vient de DIEU."

Relisez-vous, le "syllogisme", vous vous répétez là encore plusieurs fois, tel un sioniste se frappant la tête contre le mur... Votre "syllogisme" est tellement ridicule, presque risible si le souci de votre âme ne nous importait pas (raison de ma réponse), votre texte tellement bourré d'obsessions criantes, toute personne sensée et charitable vous expliquera qu'il y a des "miracles" qui n'en sont pas, il y a des "miracles" qui ne viennent pas de Dieu (!), mais du démon, lui aussi capable de prodiges, et qui finissent soit par empirer soit par entraîner d'autres complications plus graves (crises mondiales, guerres mondiales, famines..., pandémie... mondiale...) Voilà pour "le syllogisme".

Le "retour". Concrètement, ce n'est pas un miracle, c'est simplement l'aboutissement d'un processus géopolitique criminel tout ce qu'il y a de plus humain. Ce processus commença fin XIXe siècle. Ouvrez des livres, lisez Mgr Delassus, Soljénytsine (Deux siècles ensemble), Laurence d'Arabie...

Le simple aspect criminel du processus sioniste (vols, expropriations, déportations, massacres, assassinats, mensonges, manipulations de l'information...) suffit à authentifier la signature satanique. Aujourd'hui, nous constatons que le centre de la tumeur cancéreuse mondiale est l'état criminel et mafieux d'Usraël soutenu à bout de bras par la mafia financière mondialiste, et comme par hasard, par les franmaques.

P.S. Inutile d'employer des lettres majuscules...

Écrit par : Ingomer | vendredi, 27 novembre 2009

Morlier,

J'ai l'honneur de réfuter le premier point; ce qui me donne l'avantage d'éviter un débat avec vous!

Écrit par : La Fouine | vendredi, 27 novembre 2009

@Morlier

Votre raisonnement est complètement stupide Monsieur Morlier. C'est à nous de vous qualifier d'"idiot" et d'"analphabète", pour ne pas dire "désorienté par les puissances ténébreuses". Un fait extraordinaire ne vient pas nécessairement de Dieu, uniquement parce qu'il est extraordinaire. Ce raisonnement n'a aucune valeur. Le diable a aussi sur cette Terre une puissance terrestre capable de réaliser de grandes choses. Je vous rappelle d'ailleurs les avertissements du Christ sur la Fin des Temps. Il y aura de faux Christs, capables de réaliser de grandes choses au point d'illusionner un grand nombre de personnes. Cet avertissement correspond tout à fait à ce qui se passe en Israël. Les juifs s'ilusionnent sur le caractère divin de leur retour et vous avec. Mais les vrais catholiques ont bien compris que ce phénomène était d'essence démoniaque car le VERUS Israël c'est l'Eglise. En conséquence cet israël juif reconstitué qui rejette l'Eglise ne peut être que l'Antechrist. Le comportement des juifs en Palestine suffit d'ailleurs à démontrer de façon évidente que leur retour est frappé du sceau du diable.

La seule chose que nous reconnaissons avec vous, c'est qu'un certain nombre d'entre eux se convertiront au Christ, peut-être dans un avenir pas si lointain, mais je doute sincèrement que ce soient les sionistes radicaux ! Je pencherais plutôt du côté des juifs antisionistes.

Dispersez donc la fumée du diable et convertissez vous au coeur sacré de Jésus Monsieur Morlier, il n'est pas trop tard.

Écrit par : avouedusaintsepulcre | samedi, 28 novembre 2009

Ah, que de larme versées, le soir de la mort de Pan, mais, est il vraiment mort..........

Écrit par : wolf | samedi, 28 novembre 2009

Une question pour les traditionnalistes de ce site.

Comment conjuguez-vous exaltation de la Tradition et respect des dogmes établis récemment tel que l'immaculée conception (19ème siècle) ?

N'est-ce pas contradictoire quelque part ?

Écrit par : Skeptic | vendredi, 18 décembre 2009

L'Antéchrist fera de Jerusalem son royaume ,les sionistes seront ses esclaves, les sionistes s'abreuveront des mensonges de l'Antécrist, le Fils de Dieu reviendra pour y anéantir le Mal !

Écrit par : Belle | mercredi, 10 mars 2010

bonjour,

Pourquoi vous inquiétez-vous de la propagande du mal (que vous attribuez bizarrement aux juifs) et de la venue de l'antéchrist, puisque cela doit s'accomplir? N'avez-vous pas confiance en Dieu à ce point ?

Écrit par : bastien lenoir | vendredi, 02 avril 2010

C'est ridicule la troisième image de cette page, la tête de bouc dans l'étoile juive, vous savez bien que le diable a été inventé après le christianisme, et cette représentation animal du diable est calquée sur celle du dieu grec Pan, afin de discrédité les anciennes croyances païennes.

Écrit par : wolf | mardi, 13 juillet 2010

Le Sionisme est d’essence satanique !


***************************


Le blog « Ripoublik » se définit comme « un journal quotidien » sur internet, ayant choisi pour ligne éditoriale « d’observer et d’expliquer la situation actuelle de décadence de la France et de comprendre le contexte géopolitique international à travers un regard français et catholique », déclarant par ailleurs : « nous nous efforcerons à travers ce petit espace de liberté sur le net, d’offrir des articles sérieux et de qualité en vue de la formation, de l’information de la jeunesse catholique de France. » Voilà qui est fort louable.

Ainsi donc, pour contribuer à cette information et formation de la jeunesse catholique, ce blog vient de nous signaler qu'à son initiative un débat contradictoire sur le thème du « Sionisme chrétien » présenté en ces termes : « Les arguments catholiques pourront provenir de la référence actuelle en la matière: le blog La Question”, a été organisé récemment, auquel renvoie le lien ci-dessous :
http://ripoublik.com/la-place-de-leglise/debat-le-sionisme-chretien/

Nous ne pouvons, évidemment, que nous féliciter d'une telle volonté de clarification, qui seule permettra à terme de dissiper bien des confusions dans l’esprit des catholiques.

En effet il est fondamental, pour la juste perception du problème évoqué, de comprendre la nature perverse du Sionisme selon la théologie traditionnelle de l’Eglise, et partant l’erreur du Sionisme chrétien contemporain. Pour cela la lecture de la critique effectuée sur ce sujet par Zacharias, qui a développé sur « La Question » une dénonciation théorique systématique et approfondie des thèses philo-sionistes, ne peut être que très profitable afin de dissiper bien des inexactitudes et erreurs que l’on retrouve, notamment - mais pas seulement comme il est apparu avec les thèses du monarchiste légitimiste Vincent Morlier - dans les milieux catholiques modernistes.

Rappelons que les prophéties, dont se targuent les Juifs aujourd’hui dans leur appropriation des territoires situés en Terre Sainte, étaient de nature non charnelle, et c’est pourquoi l’Eglise d’avant Vatican II, malgré les assurances que Theodor Herzl apportait à saint Pie X quant au statut des Lieux saints, opposera toujours le fameux « Non Possumus ! » qui fut la réponse catholique dans son attitude face au sionisme et à l'Etat d'Israël ; attitude antisioniste fondée sur le refus théologique durable d'un retour des Juifs sur leur terre ancestrale obtenu, certes sans le concours de la Divine Providence par l’utilisation de moyens inacceptables et des méthodes en contradiction complètes avec les lois de Dieu, dont les terribles effets n’ont de cesse de produire les fruits pervers dont une constante actualité nous montre les redoutables conséquences, mais surtout en contradiction absolue avec toute la perspective des Ecritures.

Ceci explique en quoi Jérusalem ne doit plus jamais être juive, mais est appelée à devenir la cité commune des enfants de Dieu, dans laquelle ne se reconnaissent pas les distinctions d'origine terrestre, de race ni de peuple, montrant en quoi également il faut donc traiter de chimère sanglante et antichrétienne toute espérance, toute tentative qui aurait pour objet la restauration d'une Jérusalem terrestre, destinée à devenir la capitale d'un nouvel État Juif.

Mgr Augustin Lemann le dit très bien et avec justesse : « Les prophéties mêmes de l'Ancien Testament, sur lesquelles les Juifs ont appuyé si longtemps leur espoir chimérique, s'opposent, à une pareille restauration.(…) les prophéties viennent toutes se parfaire, s'accomplir définitivement dans une construction plus haute, plus excellente, parce qu'elle n'est plus matérielle mais spirituelle, l'Église de Jésus-Christ. Entreprendre de rétablir une Jérusalem terrestre juive, ce n'est pas autre chose que tenter de saisir et d'édifier une ombre. » [A. Lemann, L’Avenir de Jérusalem, espérance et chimères, 1901]

********************************

On lira, pour un développement complet de la critique théologique du sionisme :

- Le Sionisme et l’Antéchrist
ou le sens véritable du « retour » des Juifs en Israël
http://www.la-question.net/archive/2009/11/07/le-sionisme-et-l-antechrist.html

- Le Chef des Juifs : l’Antéchrist !
Le ténébreux secret du projet sioniste
http://www.la-question.net/archive/2009/11/28/le-chef-des-juifs-l-antechrist.html

- Israël : la « Synagogue de Satan ! »
ou la nature perverse du judaïsme après Jésus-Christ
http://www.la-question.net/archive/2010/02/03/israel-la-synagogue-de-satan.html

Écrit par : LA QUESTION | lundi, 23 août 2010

Bonjour cher Zakarias, tout d'abord merci pour votre énorme travail et pour sa qualité, qui fait figure de référence sur le sujet (comme je l'ai signalé sur le blog Ripoublik.com)

J'ai voulu lancer ce débat car nous avons un chrétien orthodoxe et accessoirement sioniste qui vient défendre dur comme fer ses thèses d'un sionisme chrétien décomplexé.

N'ayant pas encore eu le temps de me former complétement sur le sujet, j'ai voulu ouvrir ce débat afin de lire les arguments des uns et des autres, et ensuite consulter notamment vos écrits et vos réponses à Vincent Morlier. J'espère pouvoir le faire dès que possible et pouvoir m'atteler à mon niveau à propager la bonne parole!

En attendant, si vous avez un peu de temps et que vous voulez répondre de manière rapide et synthétique à certains des arguments développé sur Ripoublik.com, vous êtes naturellement le bienvenue.

http://ripoublik.com/la-place-de-leglise/debat-le-sionisme-chretien/

Encore une fois, bravo pour ce que vous faite, vous avez tout mon soutien!

Écrit par : FromDaWu | lundi, 23 août 2010

Vous avez sur http://manoufox.free.fr/la%20revelation.htm une étude que je trouve remarquable concernant le retour de Jésus qui risque de vous arrêter, mais qu'importe, continuez avec le retour d'Israël et enfin le rôle de l'islam et de son armée qui va être détruit par un feu venu du ciel.
Etude sérieuse s'il en est à en croire votre St Malachie, et confirmée par cette non moins sérieuse sourate 17:106 (+/- 3 versets selon les traductions) qui dit : "quand viendra l'heure de la Résurrection Je vous ramènerai en foule dans votre terre". (Je cite de mémoire. Vérifiez)
J'attirerai particulièrement votre attention sur l'explication qui est donnée de la parabole de Lazare dans ce document, que je n'ai jamais entendu ailleurs, mais qui est bien dans le contexte d'Israël !
Ah Jésus ! Je t'aime. Trouveras-tu la foi te demandais-tu !
Emmanuel

Écrit par : Camus | vendredi, 13 janvier 2012

Il n'y a pas une particule aussi infime qui soit qui ne bouge sans que D n'y donne
son approbation

Écrit par : hj | mardi, 26 juin 2012

cher camus on peut retrouver ce verset dans la sourat EL ISRA DU coran, effectivement DIEU ramenera les juifs en terre sainte pour les aneantir à la suite de la venu de l antichrist qui sera tué lui et ses apotres par jesus et ses soldats musulmans venus de khorassan et non les musulmans arabes car les arabes seront anéantis d ici là d ailleurs la machine est en marche avec les printemps arabes qui n ont rien de printemps puisqu'ils sont entrain de courir tous à leur perte et le futur proche nous le démontrera; c est pour cette raison d'ailleurs que les vrais juifs refusent de rentrer à israel car ils savent pertinemment qu ils courent un grand danger une fois là bas .Certains meme disent que la fin des temps est très proche vue la rapidité des évenements dans la région

Écrit par : sara | mercredi, 19 décembre 2012

Les commentaires sont fermés.