Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 04 octobre 2009

L’infidélité spirituelle des Juifs

ou la culpabilité historique du judaïsme moderne

 

 

 

 

synago.jpg

La synagogue représente le lieu où le Christ

est toujours rejeté et condamné !

 

00_159_247_PS2.jpg
suffrin-roee-2.jpg

Les Juifs sont complices du déicide

aussi longtemps qu’ils ne se distancient pas

de la culpabilité de leurs pères

en reconnaissant la divinité du Christ

et en acceptant le baptême.

 

 

 

 

caiphe20.gifAvec la mort du Christ le rideau du Temple s’est déchiré, l’Alliance ancienne fut abolie et l’Eglise qui contient tous les peuples, cultures, races et différences sociales, cette Eglise est née de par le côté transpercé du Rédempteur. En cela les Juifs, de nos jours, ne sont pas nos frères aînés comme le prétendait lors de sa visite à la synagogue à Rome en 1986, le Pape Jean-Paul II. Les Juifs sont complices du déicide aussi longtemps qu’ils ne se distancient pas de la culpabilité du Sanhédrin [1], de la culpabilité de leurs pères en reconnaissant la divinité du Christ et en acceptant le baptême.

 

De la sorte, c’est une radicale erreur que de se vouloir bon chrétien en manifestant de la déférence à l’égard des180px-Chisinau_jew.jpg Juifs de la synagogue, car ils sont, positivement, lorsqu’ils proclament leur croyance, porteurs d’une faute qui les rend semblables à leurs pères qui condamnèrent le Christ. Les Juifs modernes, en faisant profession de leur judaïsme, s’affirment indirectement comme co-responsables du crime scandaleux du Golgotha, et ne méritent donc pas qu’un chrétien, si du moins il se veut conscient des exigences de sa religion, leur exprime un hommage particulier ou leur accorde une quelconque piété, attitude que l’on rencontre malheureusement assez souvent depuis Vatican II chez les chrétiens modernes, bien qu’elle soit pourtant singulièrement déplacée et profondément injustifiable.

 

 

 

 

 

42Luk23_44_TheDarknessAtTheCrucifixionDore.jpg

 

Avec la mort du Christ le rideau du temple s’est déchiré,

l’Ancienne Alliance fut abolie.

 

 

I. Erreur de Vatican II à l’égard du judaïsme

 

marc-chagall-05.jpgLe Concile Vatican II, concile schismatique selon Mgr Lefebvre [2] car il est traversé par de thèses inacceptables,Old%20man%20vithe%20sefer%20torah.jpg déclare en revanche qu’on ne peut charger les Juifs de notre temps ni tous ceux ayant vécu à l’époque des évènements de la souffrance du Christ. Est-ce conforme avec l’enseignement de saint Pierre qui interpelle les Juifs sans distinction, et selon lequel ils seraient les assassins du Sauveur ? Les Juifs croyants de l’Ancien Testament Abraham, Isaac et Jacob sont évidemment nos frères aînés dans la foi, et nous chrétiens sommes leurs fils spirituels car nous croyons au Messie qui s’est manifesté parmi nous et qui demeure parmi nous dans son Eglise. Les Patriarches, Abraham, Isaac, Jacob ont cru en son avènement, ils l’ont espéré et désiré, ils sont de ce fait membres de l’Eglise de Jésus-Christ, et nous sommes leurs héritiers. Mais il n’en va absolument pas de même des Juifs d’aujourd’hui, des Juifs de la synagogue qui, refusant le Christ, sont infidèles au judaïsme préchrétien, et finalement, sont concrètement, sur le plan spirituel et religieux, ennemis de l’Eglise du Christ, ennemis de la Foi. C’est pourquoi, nous voyons avec tristesse que le pape Jean-Paul II et maintenant aussi Benoît XVI, entrent dans les synagogues Juives, alors que la synagogue représente le lieu où le Christ est nié et est toujours rejeté et condamné.

 

JP2Rome.jpg
BenedictXVIinsynagogue.jpg
Nous voyons avec tristesse que les papes Jean-Paul II et Benoît XVI
entrent dans les synagogues Juives.
218_RatzSynagogue.jpg

Praying_mchm14.jpgL’assertion de l’Eglise de Vatican II, selon laquelle les Juifs d’aujourd’hui portent la faute de leurs pères doit être uniquement limitée aux Juifs quiRunningWithTorah.jpg approuvent la mise à mort de Jésus-Christ, est inexacte. Comme le soulignait fort justement Mgr Lémann : « Parmi les assemblées qui sont demeurées responsables devant la postérité, il en est une sur laquelle pèse une responsabilité exceptionnelle : c'est l'assemblée qui présida aux derniers jours de la vie nationale du peuple juif. Ce fut elle qui fit comparaître et condamna Jésus-Christ. Elle porte dans l'histoire un nom à part ; on l'appelle le sanhédrin. Prononcer devant des Israélites ce nom de sanhédrin c'est rappeler, selon eux, l’assemblée la plus docte, la plus équitable, la plus honorable qui fût jamais. Malheur à celui qui oserait, en présence de ses coreligionnaires, émettre le moindre blâme à l'égard des hommes ou des actes de cette assemblée ; il ne serait pas moins coupable que s'il parlait contre l'arche d'alliance. Et cependant, la connaissent-ils à fond, les Israélites, cette assemblée qu'ils tiennent en si grande vénération ? Nous osons affirmer que non. On les habitue dès l'enfance à la respecter ; mais ce qu'elle était, ce qu'elle a fait, ils l'ignorent. Ignorance terrible, imposée à dessein par le rabbinisme. C'est toujours le mot de Saint-Paul : la vérité captive (Rom., I, 18) ! Nous allons, avec le secours de Dieu, déchirer les voiles. Nos anciens coreligionnaires pourront enfin connaître la vérité. » [2]

 

 

II. L’Ancienne Alliance est morte !

 

marguerite.jpg

 

L’Eglise est née

de par le côté transpercé du Rédempteur.

 

 

the_Menorah_2_2.jpgDans un texte saint Augustin, développant en détail le sens propre des Alliances, nous explique leur signification et leur place, et surtout, insiste sur un fait de la plus haute importance, le non rétablissement par Dieu d’une Alliance lorsqu’elle est échue. En effet Dieu ne revient pas sur ce qui est dépassé à ses yeux, il ne rétablit pas ce qui est mort ; lorsque les temps sont consommés il passe à un autre ordre des choses, il s’engage dans un autre type d’attitude et de rapport avec les hommes. L’Histoire, qui n'est pas cyclique comme le prétend René Guénon, est en devenir, elle est portée par une force, par un projet divin, elle ne balbutie pas. De la sorte la place de chaque Alliance et la connaissance que nous devons en avoir ne doit souffrir d’aucune réserve, c’est là un des points cruciaux de notre Foi et de sa validité vis-à-vis des revendications du maintien de la validité de l’Alliance ancienne, perpétuelle litanie inlassablement répétée sur tous les tons de la gamme de la théologie moderniste par les courants modernes qui se font les avocats d’un christianisme judaïsé. [3]

 

Redisons-le avec force, depuis Jésus-Christ les traditions anciennes sont caduques et vidées de sens, elles sont mortes ! C’est pourquoi le judaïsme contemporain est non seulement porteur d’une grave culpabilité en raison de son accord avec ceux qui exigèrent des romains la mort du Sauveur, mais il est également un rappel de l’actuelle infidélité des Juifs.

 

suffrin-roee-3.jpg

Depuis Jésus-Christ

le judaïsme ancien est vidé de sens,

il est mort !

  

Ecoutons saint Augustin :

 

Cohen4.jpg« Les sacrifices institués par Dieu convenaient à l’ancienne économie mais plus maintenant. Dieu a ordonnézpage433.jpg un changement qui convient à notre temps, car il sait infiniment mieux que l’homme ce qui convient à chaque époque. Qu’il donne ou ajoute, qu’il ôte, annule ou limite, qu’il augmente ou diminue, il demeure le Créateur immuable de choses changeantes, qui dans sa providence ordonne tous les événements jusqu’à l’achèvement du temps — dont les composants sont les économies adaptées à chaque époque successive — comme la mélodie magnifique d’un compositeur infiniment sage. Alors ceux qui l’adorent ici de façon acceptable par la foi et non par la vue pourront contempler Dieu de façon immédiate. [...] Il n’y a pas de changement chez Dieu, bien que pendant l’ancienne période de l’histoire du monde il ordonna des offrandes différentes de celles qu’il ordonna pendant la période ultérieure, car il y ordonna des actions symboliques en rapport avec la doctrine de la vraie religion, de sorte que les changements des époques successives ne s’accompagnaient d’aucun changement en Lui. [...] Il est donc établi que des choses ordonnées à juste titre pour une époque peuvent être changées à juste titre dans une autre époque : la différence indique un changement dans l’œuvre, mais non dans le plan de celui qui opère le changement. Ce plan étant conçu par l’intelligence de Celui qui n’est pas conditionné par la succession dans le temps, des choses sont simultanément présentes à son esprit alors qu’elles ne peuvent se réaliser en même temps, car les époques se succèdent les unes aux autres. » [4]

 

L’évêque d’Hippone, comme pour mieux insister encore s’agissant de la mort définitive du judaïsme mosaïque écrit :

 

«Les détails de l’histoire liée aux Alliances font ressortir de façon très intéressante à la fois les principes et la patience dont Dieu a usé pour régler la question du mal et de l’échec de l’homme, et la manière dont il œuvra pour créer chez les siens la foi en ses propres perfections ainsi mises en valeur. Toutefois, les Alliances elles-mêmes témoignent toutes d’un principe directeur ou d’une intervention de Dieu, d’une condition dans laquelle Dieu a placé l’homme, des principes qui en eux-mêmes sont éternellement sanctionnés par Dieu [...]. Dans chaque Alliance antérieure, il y eut un échec total et immédiat de la part de l’homme, même si la patience de Dieu supportait cet échec et par grâce permettait la poursuite d’une Alliance où l’homme avait ainsi échoué dès le début. Mais ce qu’il importe de se souvenir, c’est que nous ne voyons aucun exemple du rétablissement d’une Alliance ancienne lorsqu’elle est morte. » [5]

 

 

Conclusion

sintzhei.jpg

 

Jésus-Christ

est aussi pour les Juifs le Rédempteur

et la seule Voie pour le Salut

 

 

varsovie_juive0015.jpgOn ne saurait être plus direct et précis sur ce sujet où l’on voit une foule de chrétiens sans discernement, s’aligner sur une défense erronée du judaïsme synagogal, refusant que soit prêché l’Evangile aux Juifs, sous prétexte fallacieux et inexact que Dieu les veut tels qu’ils sont. Il importe donc d’y insister en nos temps de confusion théologique, Jésus-Christ, Dieu fait homme, est pour les Juifs aussi le Rédempteur et la seule Voie pour le Salut : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie : personne ne peut aller au Père si ce n’est par Moi. » (Jean, 14,6).

 

Il n’y a pas pour eux de chemins de salut séparés.

 

C’est pourquoi Saint Pierre, un Juif, le premier Pape, appelait déjà ses auditeurs Juifs à se convertir et à se faire baptiser au Nom de Jésus Christ (Actes 2, 38).

 

Cet appel solennel n’a perdu, ni son actualité ni sa validité religieuse, selon l’avertissement formel du Christ :

 

« Je vous ai dit que vous mourrez dans vos péchés,

car si vous ne croyez pas que Moi [Jésus-Christ] Je Suis,

vous mourrez dans vos péchés. »

(Jean 8, 24).

 

 

 

Notes.

 

 

1. Mgr Lefebvre déclarait clairement, à propos du concile Vatican II : « Nous croyons pouvoir affirmer, en nous en tenant à la critique interne et externe de Vatican II, c’est-à-dire en analysant les textes et en étudiant les avenants et aboutissants de ce Concile, que celui-ci, tournant le dos à la Tradition et rompant avec l’Église du passé, est un Concile schismatique. » (Mgr Lefebvre, le Figaro, le 4 août 1976.)

 

2. Mgr Joseph Lémann, Valeur de l’Assemblée qui prononça la mort contre Jésus-Christ, 1877.

 

3. La Nouvelle Alliance, dernière et la plus parfaite des Alliances contractées entre Dieu et les hommes, ce qui est oublié totalement par les chrétiens modernes fourvoyés dans leur inexacte déférence vis-à-vis de la synagogue, répond à plusieurs impératifs et en premier celui d’adapter le plus parfaitement possible les moyens de conduire les créatures vers la destination céleste qui est la leur. C’est ce que saint Irénée rappelle en ces termes : « Car, comme la Nouvelle Alliance était connue et prédite par les prophètes, Celui qui devait l’établir était prêché lui aussi conformément au bon plaisir du Père : il était manifesté aux hommes de la manière que Dieu voulait, afin que ceux qui mettraient en lui leur confiance puissent progresser sans cesse et, par les diverses Alliances, atteindre à la plénitude achevée du salut. Il n’y a qu’un seul salut et qu’un seul Dieu ; mais pour conduire l’homme à son achèvement, il y a des préceptes multiples, et nombreux sont les degrés qui l’élèvent jusqu’à Dieu. Eh quoi ! A un roi terrestre, qui n’est qu’un homme, il est loisible d’octroyer maintes fois de grands avancements à ses sujets : et il ne serait pas permis à Dieu, tout en demeurant identique à lui-même, de distribuer toujours plus abondamment sa grâce au genre humain et, par des dons toujours plus grands, d’honorer constamment ceux qui lui plaisent ? » (S. Irénée, Contre les Hérésies, IV, 9.)

 

4. S. Augustin, À Marcellinus, CXXXVIII, 5, 7.

 

5. Ibid.

 

 

 

 

 

12:18 Publié dans Religion | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : judaïsme, juifs, église catholique, histoire sainte |  Imprimer | | | | | Pin it!

Commentaires

Sur cette importante question du judaïsme moderne, il faut lire l'ouvrage majeur de l'ex-rabbin Paul DRACH:" De l'harmonie entre l'Église et la Synagogue" Paris, Mellier, 1844, en 2 tomes. DRACH se convertit au catholicisme ( il fit le catéchisme au jeune François LIBERMANN, autre juif converti...) et fut soutenu dans son œuvre écrite par trois Papes, successivement (qui dit mieux?): LÉON XII, PIE VIII et GRÉGOIRE XVI profond hébraïsant.

Écrit par : Jean-Marie MATHIEU | dimanche, 04 octobre 2009

La présence des papes Jean-Paul II et Benoît XVI dans les synagogues, pour la première fois dans l'histoire de l'Eglise, est un crachat de plus lancé à la face du Christ !

Écrit par : Hacquinières | lundi, 05 octobre 2009

Les chrétiens judéophiles ont oublié toutes les leçons de l'Evangile. Il n'y a pas de plus grande honte que cette génuflexion de l'Eglise de Vatican II devant les Juifs !

Écrit par : Pascal | lundi, 05 octobre 2009

Voilà une évidence théologique que l'on se garde bien de professer aujourd'hui dans les paroisses conciliaires, mais qu'il était bon de souligner à des esprits bien oublieux des exigences de la foi chrétienne : "Les Juifs modernes, en faisant profession de leur judaïsme, s’affirment indirectement comme co-responsables du crime scandaleux du Golgotha".

Effectivement, pour choquant que cela puisse paraître aux modernes catholiques renégats, c'est la stricte vérité.

Écrit par : Serrus | lundi, 05 octobre 2009

"C’est pourquoi Saint Pierre, un Juif, le premier Pape, appelait déjà ses auditeurs Juifs à se convertir et à se faire baptiser au Nom de Jésus Christ (Actes 2, 38)."

D'où cette prière pour les Juifs:

"Prions aussi pour les Juifs afin que Dieu Notre Seigneur enlève le voile qui couvre leurs cœurs et qu'eux aussi reconnaissent Jésus, le Christ, Notre-Seigneur. (…) Dieu qui n'exclut pas même les juifs de la miséricorde, exauce nos prières que nous t'adressons pour l'aveuglement de ce peuple, afin qu'ayant reconnu la lumière de ta vérité qui est le Christ, ils sortent de leurs ténèbres."

Avec le motu proprio Summorum Pontificum restaurant le rite tridentin dont cette prière fait partie, le Pape Benoît XVI a cependant cédé au "politiquement correct" en la modifiant ainsi:

"Prions aussi pour les Juifs, afin que notre Seigneur et Dieu illumine leurs cœurs, et qu’ils reconnaissent le sauveur de tous les hommes. (…) Dieu éternel et tout-puissant, qui veux que tous les hommes soient sauvés et viennent à la connaissance de la vérité, fais que, la plénitude des nations entrant dans ton Église,tout Israël soit sauvé".

Cette modification transforme cette prière en un vœu pieux, si j'ose dire, et en dénature la signification en dédouanant les Juifs de toute faute comme si leurs cœurs allaient s'illuminer comme par un coup de baguette magique, alors que, comme Zacharias l'a bien montré, ce sont les hommes qui se coupent de Dieu et non l'inverse, ce qu'illustre la phrase dite par les Espagnols: "Vayas con Dios", "Va avec Dieu " et non pas "Que Dieu soit avec toi" car Il est toujours avec nous, c'est nous qui avons une propension à ne pas être avec Lui.

Écrit par : Thaddée | lundi, 05 octobre 2009

@ Thaddée,

Vous avez parfaitement raison de souligner le lien étroit existant entre la prière pour les Juifs de l'ancien Ordo Missae et les Actes des Apôtres que Zacharias évoque dans son texte, Actes dans lesquels se trouve la déclaration formelle de saint Pierre au sujet de la responsabilité du peuple Juif dans la crucifixion du Messie.

Voici d'ailleurs cette déclaration qui ne laisse place à aucune contestation possible :


"Hommes Israélites, écoutez ces paroles ! Jésus de Nazareth, cet homme à qui Dieu a rendu témoignage devant vous par les miracles, les prodiges et les signes qu'il a opérés par lui au milieu de vous, comme vous le savez vous-mêmes ; cet homme, livré selon le dessein arrêté et selon la prescience de Dieu, vous l'avez crucifié , vous l'avez fait mourir par la main des impies."

(Actes 2, 22-23)

Écrit par : Lapide | mercredi, 07 octobre 2009

Chers amis,

N'oublions-pas que saint Paul dit exactement la même chose que saint Pierre, avec beaucoup plus de force encore !

Il suffit de lire ce qu'il écrit positivement à ce sujet :

"Ce sont ces Juifs qui ont fait mourir le Seigneur Jésus..."

(I Thessalonicens 2, 15)


Le passage complet :

"Ce sont ces Juifs qui ont fait mourir le Seigneur Jésus et les prophètes, qui nous ont persécutés, qui ne plaisent point à Dieu, et qui sont ennemis de tous les hommes, nous empêchant de parler aux païens pour qu'ils soient sauvés , en sorte qu'ils ne cessent de mettre le comble à leurs péchés. Mais la colère a fini par les atteindre."

(I Thessalonicens 2,15-16)


Ces lignes sont à l'évidence impressionnantes car, outre l'incontestable "déicide" qui se dégage des termes employés et que l'on ne pourra que difficilement nier, elles soutiennent que les Juifs, puisque leurs efforts sont conjugués pour empêcher que l'Evangile soit annoncé aux païens, sont "ennemis de tous les hommes" ; on est très loin de Nostra Aetate !

Écrit par : Zacharias | mercredi, 07 octobre 2009

À l'arrivée du septième millénaire, écoutons bien ce que saint PIERRE, le 1er Pape, déclara aux israélites: "Et maintenant, frères, je sais que vous avez agi par ignorance, aussi bien que vos chefs. Mais Dieu a, de la sorte, accompli ce qu'Il avait prédit par la bouche de tous les prophètes, à savoir que son Christ devait souffrir. Repentez-vous donc et convertissez-vous, afin que vos péchés soient effacés. Ainsi des temps de rafraîchissement viendront de la part du Seigneur, et Il enverra Celui qui vous est destiné, le Christ JÉSUS, que le ciel doit accueillir jusqu'au temps du rétablissement universel, dont Dieu a parlé jadis par la bouche de ses saints prophètes." ( Ac 3, 17-21)

Écrit par : Jean-Marie MATHIEU | jeudi, 08 octobre 2009

Effectivement, cette parole de l'Ecriture est terrible : "les Juifs, sont ennemis de tous les hommes".

C'est le type de forte vérité qui est difficilement audible aujourd'hui dans l'Eglise conciliaire, mais pourtant, malgré ce que certains souhaiteraient sans doute, on ne peut modifier les termes le texte révélé !

Écrit par : Serrus | lundi, 02 novembre 2009

bonjour,

comment un peuple peut-il être déicide, puisque Dieu est immortel ?

Écrit par : bastien lenoir | lundi, 07 décembre 2009

http://resistance-catholique.org/documents/2009/RC_2009-12-01_Benoit-XVI-promoteur-de-la-religion-mondiale-noachide.pdf
> est ce que j'avais trouvé lorsque je faisais une recherche sur le
> noachisme.
>
> Le masque des ennemis de l'Eglise tombe de plus en plus.
>
> Je vous propose
> http://proposition.hautetfort.com/archive/2009/12/03/lettre-ouverte-a-1984-juncker-mahomet.html,
> principalement à cause d'une citation de
> http://catholicapedia.net/Documents/cahier-saint-charlemagne/documents/C046_Mgr-Jouin_Etudes-sur-l.occultisme_23p.pdf.
>
> Que dis-je?
>
> http://catholicapedia.net/Documents/cahier-saint-charlemagne/documents/C056_Chretiens_ou_Marranes_12p.pdf
> pourra ouvrir les yeux à ceux qui sont prêts à prendre leur distance
> d'un abbé apostat.
>
> Lisez peut-être
> http://catholicapedia.net/Documents/cahier-saint-charlemagne/documents/C161_Pallieres_Le-Sanctuaire-Inconnu_61p.pdf
> avec les commentaires de Louis-Hubert Remy, qui a compris beaucoup de
> choses et ne se trompe guère d'ennemi!
>
> Tôt ou tard vos sites disparaîtront (l'illuminé de Bavière n'est pas
> le Saint-Père, mais vous avez beaucoup d'informations qui font peur à
> l'«élite», aux juifs notamment): Profitez bien du temps pour offrir
> encore plus de qualité!
>
> Quis ut Deus!

Écrit par : YW | mercredi, 03 février 2010

Heureux que soit dissociée l'infidélité d'Israël et la notion de déicide. Reprenant la pensée d'Emmanuel LEVYNE, du Cardinal DANIELOUN notamment, je me permettais de proposer cette analyse afin d'éviter les mauvaises attaques à l'encontre de Benoît XVI :
http://theologie-et-questions-disputeses.blogspot.com/

Écrit par : J-P BONNEROT | lundi, 14 mars 2011

Les commentaires sont fermés.