Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 25 mars 2009

Le préservatif : la grotesque et ridicule icône de la culture de mort !

triomphe.jpg
preservatifs.jpg

 

 

Benoît XVI s’oppose de toutes ses forces par ses récentes déclarations à la culture de mort, dont le préservatif est devenu l’emblème, le symbole intouchable, l’icône grotesque par excellence, au point de susciter des réactions délirantes de toutes parts. En effet, une civilisation entière semble aujourd’hui s’identifier à un objet en plastique distribué scandaleusement de façon indistincte, depuis les grand-mères depuis longtemps ménopausées jusqu’aux jeunes enfants pré-pubères, à la sortie des écoles et des églises, telles d'innocentes pastilles à la menthe, objet qui ne protège ni du vice, ni de la perversion des mœurs, ni de la désorientation spirituelle, ni de la ruine de l’âme.


bouquet-preservatifs-capotes-1.jpg

 

Les préservatifs sous forme de chrysanthèmes

sur le tombe de la civilisation


Qu’un pape rappelle les exigences de l’Evangile qu’y a-t-il d’extraordinaire à cela ? Qu’un souverain pontife, affirme que la solution n’est pas le laxisme en matière sexuelle, en encourageant des soi-disant « relations protégées » (qui sont d’ailleurs parfois refusées par les homosexuels eux-mêmes ), alors qu’elles ne protégent en réalité en rien le devenir spirituel de l’esprit de l’homme qui possède son authentique vocation dans la sainteté, en quoi cela est-il étonnant ?

 

En réalité, ce que beaucoup, y compris parmi les chrétiens et non des moindres, ne comprennent pas, c’est que par sa mission confiée à elle par le Christ, l'Eglise n'a pas à se trouver en phase avec « le monde ». La raison d'être de l'Eglise est au contraire d’être un signe de contradiction, d'éclairer le monde, d'être la « lumière du monde », en ne ménageant ni ses critiques, ni ses vigoureux rappels de la Loi Divine. Le monde, vit dans les ténèbres, il a pour Prince Satan et se trouve sous la domination de ses légions. Ses valeurs sont des valeurs ténébreuses qui ne peuvent que le conduire à refuser les lumières de l'Eglise qui est logiquement qualifiée d'obscurantiste, car ici-bas tout est inversé, rien n’est à sa place ; comme le disait Joseph de Maistre, l’ordre de la nature, depuis la Chute, est une « contre-nature ». Il est donc important, en ces instants, de méditer les Paroles de Jésus, qui projettent sur ces sujets, un éclairage surnaturel et nous montrent la perspective véritable du chrétien en ce monde : « Car Dieu n'a pas envoyé le Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par Lui. Qui croit en Lui n'est pas jugé, qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils Unique de Dieu. Et tel est le jugement : la lumière est venue dans le monde et les hommes ont mieux aimé les ténèbres que la lumière, car leurs œuvres étaient mauvaises. Quiconque, en effet, commet le mal hait la lumière et ne vient pas à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient démontrées coupables, mais celui qui fait la vérité vient à la lumière afin qu'il soit manifesté que ses oeuvres sont faites en Dieu. » (Jean 3, 17-22)

 

 

débauche.jpg

"Dis-moi comment avoir une partie de jambes en l’air tranquille..."

 

En raison de son intérêt, nous reproduisons l’entretien réalisé avec Dominique Morin , malade du sida, qui remercie le Pape d’avoir brisé un tabou., réagissant à la polémique actuelle et expliquant pourquoi le préservatif répond à une absurde logique.

 

 Avez-vous jugé scandaleux les propos récents de Benoît XVI ?


Ce que je trouve scandaleux, ce sont ces choeurs de vierges effarouchées. Qu’a dit Benoît XVI ? L’homme ne peut se résigner à vivre des comportements sexuels à risque (vagabondage sexuel ou homosexualité), ni la société fonder une prévention du sida sur l’échec. Il a rappelé que l’homme est doté d’une raison, d’une liberté, et qu’il est capable de poser des actes. La réponse à donner au sida est dans ses moyens de propagation. Le seul moyen sûr d’endiguer le risque est d’éviter les comportements à risque. C’est du simple bon sens, mais ce n’est pas le mieux partagé à l’heure actuelle ! Alors je dis merci au Pape d’avoir brisé un tabou.

Benoît XVI ne nous transmet pas une théorie qu’il vient d’inventer. Il ne fait que rappeler ce que prône l’Eglise, basée sur la Révélation. Dans l’Ancien Testament déjà est écrit "je te montrerai le chemin de la vie et de la mort. Tu choisiras la vie". Comme Dieu, l’Eglise croit en nous. Elle croit l’homme capable de poser des choix. Ces choix font sortir d’une logique fataliste qui fait de l’homme l’esclave de ses pulsions.


 N’est-ce pas rendre service aux jeunes que de leur recommander le port d’un préservatif ?


Je témoigne dans les écoles depuis quinze ans. Aujourd’hui, les jeunes pensent qu’une sexualité pulsionnelle, instinctive, est leur seul horizon. Or, derrière leur demande "Dis-moi comment avoir une partie de jambes en l’air tranquille" se cache une aspiration profonde, le désir d’aimer sans savoir comment s’y prendre. Dire qu’un jeune est obligé d’avoir des relations sexuelles pour se découvrir et apprendre à aimer correspond à la logique freudienne, qui est fausse. Pour des catholiques, faire de Freud un docteur de l’Eglise en dit long sur leur vision de l’homme !

Il existe une autre voie que celle de la pornographie, la masturbation, les relations instables. Oublier de leur dire cette vérité revient à leur mentir. Celui qui leur dit d’utiliser un préservatif se lave les mains et s’offre une bonne conscience à peu de frais. Le jeune se retrouve face aux limites du moyen et de relations sans confiance. Le préservatif est un leurre et une escroquerie !

 

 Vous êtes vous même porteur du HIV. Quel a été votre parcours ?


Dans les années 80, je vivais dans la délinquance, la drogue, le sexe, et la violence politique. En 1986, j’ai commencé à me convertir. Je n’en pouvais plus de toute cette violence. Par la pratique religieuse, j’ai découvert une joie que je ne connaissais pas. J’ai décidé de me confesser, persuadé de me faire jeter ! Or j’ai rencontré la miséricorde de Dieu, à travers le sourire bienveillant du prêtre et son absolution. Puis j’ai découvert en 1993 que j’étais infecté du sida, en phase 4. J’étais fichu.


 Vous parlez de politique de prévention, comme le Saint-Père. Ce discours peut-il tenir face à un séropositif ?


Il existe bien sûr des cas d’exception, mais une morale ne se détermine pas en fonction d’un échec ni d’un mal. Jamais l’Eglise n’a dit d’aller s’infecter sans préservatif. Certaines pulsions sont parfois si fortes, notamment chez les homosexuels, que la personne n’est pas toujours capable, malgré ses efforts, d’y résister. Dans ce cas-là, bien sûr, le prêtre invite à ne pas en plus propager la mort.


 Comment avez-vous tenu ce pari de la chasteté ?


Je n’ai pas eu de relations sexuelles depuis 29 ans et c’est pour moi le seul moyen complètement sûr de ne pas transmettre le virus. Je ne suis pas meilleur que les autres malades. Ma conversion m’a fait changer de perspective sur moi, mon corps, ma relation aux autres. La prière et les sacrements m’ont donné les grâces nécessaires pour déraciner en moi des habitudes et combattre ma faiblesse. J’ai appris à me "domestiquer". J’ai aussi découvert des relations chastes avec des filles. L’abstinence sexuelle est parfois difficile, mais le plaisir dont cela me prive ne me manque pas tellement, au regard de la vie apaisée que je connais aujourd’hui.


 Vous êtes-vous senti condamné par l’Eglise ?


Jamais je ne me suis senti rejeté par l’Eglise, au contraire. Elle m’a ouvert ses portes, elle m’a accueilli comme j’étais, là où j’en étais. Je me suis senti aimé. Car l’Eglise distingue la personne de ses actes. Avant ma conversion, je me sentais condamné par les propos de l’Eglise, parce que je croyais faire corps avec mes actes. Je croyais que lorsque l’Eglise condamnait tel acte, elle condamnait l’homme. Or, "la vengeance de Dieu, c’est de pardonner", comme disait Pagnol. Dieu ne sait qu’aimer. Il couvre d’un amour de prédilection les malades du sida.

 

 Beaucoup accusent l’Eglise aujourd’hui...


C’est oublier que l’Eglise fut la première à se soucier des sidéens. Dès les années 80, aux Etats-Unis, le Cardinal O’Connor a ouvert un service spécial pour les accueillir, alors qu’on ignorait encore les risques de contamination. Mère Teresa est venue créer le premier centre "The gift of love" à New-York, dédié aux malades du sida. Il en existe plusieurs aujourd’hui, à travers le monde.

L’Eglise veut le bonheur de l’homme. Le Pape tient son rôle de père, de pédagogue, lorsqu’il rappelle que l’homme est destiné à aimer en vérité, et non dans le mensonge, dans la peur et le risque de la mort. Il nous montre un chemin exigeant, sans chercher à plaire ni à séduire. Le sida se propage par le multi partenariat. Le seul moyen de l’endiguer est de revenir à la racine de l’amour. Chacun aspire à l’amour vrai, fondé sur la confiance. Voilà le véritable enfer : non pas être puni des conséquences de son péché, mais avoir peur d’aimer.

 

Sources :


Famille chrétienne

Dominique Morin

22:38 Publié dans Polémique | Lien permanent | Commentaires (103) | Tags : préservatif, société, actualités, pape, afrique, homosexualité, médias |  Imprimer | | | | | Pin it!

Commentaires

L' "affaire Benoît XVI " ou la putréfaction des médias français

Les médias français n'ont cessé de se déchaîner contre le pape Benoît XVI à qui il est reproché d'avoir dit : "On ne peut pas résoudre ce fléau par la distribution de préservatifs : au contraire, le risque est d’augmenter le problème ". Et les commentateurs de s'exciter, allant jusqu'à dire que le pape condamne l'utilisation du préservatif. En fait, les déclarations du pape ont été tronquées et voici ce qu'il a réellement dit:
Question - " Votre Sainteté, parmi les nombreux maux qui affligent l’Afrique, il y a également en particulier celui de la diffusion du sida. La position de l'Église catholique sur la façon de lutter contre celui-ci est souvent considérée comme n’étant pas réaliste et efficace. Affronterez-vous ce thème au cours du voyage "?
Benoît XVI - " Je dirais le contraire : je pense que la réalité la plus efficace, la plus présente sur le front de la lutte contre le sida est précisément l'Église catholique, avec ses mouvements, avec ses différentes réalités. Je pense à la Communauté de Sant’Egidio qui accomplit tant, de manière visible et aussi invisible, pour la lutte contre le sida, aux Camilliens, à toutes les religieuses qui sont à la disposition des malades… Je dirais qu’on ne peut pas surmonter ce problème du sida uniquement avec des slogans publicitaires. Si on n’y met pas l’âme, si les Africains ne s’entraident pas, on ne peut pas résoudre ce fléau par la distribution de préservatifs : au contraire, le risque est d’augmenter le problème. La solution ne peut se trouver que dans un double engagement : le premier, une humanisation de la sexualité, c’est-à-dire un renouveau spirituel et humain qui apporte avec soi une nouvelle manière de se comporter l’un avec l’autre, et le deuxième, une véritable amitié également et surtout pour les personnes qui souffrent, la disponibilité, même au prix de sacrifices, de renoncements personnels, à être proches de ceux qui souffrent. Tels sont les facteurs qui aident et qui conduisent à des progrès visibles. Je dirais donc cette double force de renouveler l’homme intérieurement, de donner une force spirituelle et humaine pour un juste comportement à l'égard de son propre corps et de celui de l’autre, et cette capacité de souffrir avec ceux qui souffrent, de rester présents dans les situations d’épreuve. Il me semble que c’est la juste réponse, et c’est ce que fait l’Église, offrant ainsi une contribution très grande et importante. Nous remercions tous ceux qui le font ".
On constate la manipulation éhontée à laquelle se sont livrés les médias dans cette affaire mais il n'en sont pas restés là : ils ont complètement ignoré le point de vue des Africains, et pour cause, puisque leurs propos vont dans le même sens que ceux du pape :
" Mgr Slattery, de Tzaneen, en Afrique du Sud, présente le documentaire intitulé «Semer dans les larmes», qu'il vient de réaliser avec le producteur Norman Servais, sur l'épidémie du SIDA dans son pays. Ce documentaire vient de gagner le «Grand Prix» au 22ème festival international multimédia catholique «Niepokalanow 2007» : "En dépit de la promotion qui est faite dans les écoles pour le préservatif, il y a un taux de grossesse élevé parmi les filles en âge scolaire, parfois jusqu'à 20%". Mgr Slattery explique que les avantages économiques d'une telle situation sont réels, l'industrie du préservatif étant une industrie multimillionnaire.> "L'Afrique du Sud et les pays voisins du Botswana et du Swaziland ont les taux d'infection les plus élevés au monde et les taux de distribution de préservatifs également les plus élevés. [...] la conclusion est évidente : plus de préservatifs signifient plus de cas de SIDA et plus de morts [...] il est bien sûr ‘politiquement incorrect' aussi bien ici que dans le monde occidental, d'envisager l'éventualité que le préservatif puisse en réalité alimenter cette maladie mortelle au lieu de la freiner". L'objectif de l'Église dans le pays est de «lever le voile du secret sur le SIDA et d'inciter les gens à en parler ouvertement». "On leur fait croire qu'il n'y a pas de véritable crise. Ils voient que beaucoup de jeunes meurent mais on leur dit qu'ils attrapent le SIDA parce qu'ils n'utilisent pas le préservatif correctement. Derrière tout cela il y a une croyance largement répandue selon laquelle les personnes qui meurent du SIDA ont été ensorcelées". "L'Ouganda a été le premier pays à combattre résolument l'épidémie du SIDA au début des années 90. La position forte et claire du président Museveni a constitué l'élément décisif qui a ralenti la diffusion du SIDA, faisant passer le taux de personnes affectées de plus de 25% à 6% en 2002. Il a prêché le bon sens et non le préservatif, encourageant l'abstinence avant le mariage et la fidélité dans le mariage, comme des valeurs culturelles". Mgr Slattery précise que des rumeurs sur le rôle de l'abstinence et de la fidélité pour combattre le SIDA, circulent au sein du gouvernement d'Afrique du Sud ". Ajoutons les propos du président du Burkina Faso, Blaise Compaoré : Vous présidez personnellement le Comité national de lutte contre le sida. Pourquoi ? C'est un engagement moral quand on est responsable d'une communauté de 12 millions de personnes. En Afrique de l'Ouest, le sida menace la vie de millions d'hommes et de femmes. Son impact sur la société est considérable. Le chef de l'Etat doit être à l'avant-garde. Le Burkina a développé un cadre stratégique classique avec les éléments clés de la lutte contre le sida : la prévention, le suivi épidémiologique, et la prise en charge des malades. Nous commençons à enregistrer des résultats - le taux de prévalence est passé de 7% en 1997 à 4% en 2003. [...] Face aux organismes internationaux, il faut savoir résister. On peut nous conseiller, mais pas faire à notre place. [...] Les Européens n'éprouvent pas le danger du sida de la même manière que nous. Pour les Burkinabés, le danger est immédiat. La pandémie est une réalité visible, elle frappe votre famille, vos amis les plus proches. En Europe, vous avez peut-être le loisir de faire des thèses pour ou contre la morale. Au Burkina, nous n'avons pas le temps. […]. Il y a souvent un gouffre entre ce que disent les médias et ce qui se passe sur le terrain. En Afrique, nous vivons avec le sida au quotidien. Le débat sur le préservatif, tel que vous le présentez, ne nous concerne pas. Les Français aiment la polémique, c'est leur côté gaulois ! Certains critiquent la position de l'Eglise en prétendant défendre les Africains. Soit. Mais la plupart n'ont jamais mis les pieds chez nous ! Je leur conseille de venir faire un séjour au Burkina. Chez nous, l'imam, le prêtre et le chef coutumier travaillent de concert : tous ont l'ambition d'affronter le même mal. Se focaliser sur le préservatif, c'est passer à côté du problème du sida. [...] Beaucoup de gens ignorent le travail de l'Eglise en Afrique. En France, l'intelligentsia ne comprend pas cette proximité avec les responsables catholiques. Chez nous, l'Eglise est d'abord synonyme d'écoles et de dispensaires. Le débat sur le sida n'est pas théorique, il est pratique. L'Eglise apporte sa contribution. Si l'abstinence est un moyen de prévention, nous n'allons pas nous en priver ! [...] L'Eglise n'a pas le monopole de l'abstinence ! En tant que chef de l'Etat, j'ai pris des engagements dans ce sens depuis 2002 dans le cadre de la campagne "C'est ma vie". L'objectif était de mettre les gens devant leurs responsabilités. Parmi les engagements proposés, certains faisaient directement appel à l'abstinence : "J'ai décidé de m'abstenir de tout rapport sexuel quand mon mari (ma femme) est absent(e)", et "J'ai décidé de m'abstenir de toute relation sexuelle jusqu'au mariage"."
Au lieu de cela, nous avons assisté à un véritable lynchage médiatique et contre le pape, tout est permis : désinformation, simplification, déformation des propos, caricatures, injures, incitations à la haine… Ce n’est pas tout : ce phénomène est particulier à la France car les médias étrangers n’en ont pas fait une telle montagne. Toutes les occasions d’attaquer l’église catholique sont bonnes, malgré la déchristianisation de notre pays et le faible poids de celle-ci dans notre société; pourquoi? Simplement parce que la France républicaine, issue de la Révolution est un échec qu’on cherche à dissimuler en attaquant le pape comme au début du XXème siècle, la IIIème république "bouffait du curé" pour masquer ses divisions internes.

Écrit par : Patrick Ferner | lundi, 23 mars 2009

Je ne sais si cette chronique verra le jour. Elle nage, en effet, scandaleusement à contre-courant de la levée de boucliers suscitée par les propos du Pape. L’occasion était trop belle de taper sur le Saint Père, on n’allait pas la rater. Haro sur le Pape ! Quelle aubaine pour attiser la polémique. On allait pouvoir se déchaîner contre la religion, les ânes allaient braire et les loups hurler. Cela n’a pas raté. Quel concert !

Et, pourtant, si le Pape avait raison ?

Écrit par : Et, pourtant, si le Pape avait raison ? | lundi, 23 mars 2009

Ce n'est pas a grosse presse qui évoquera les faits justifiant les propos de Benoît XVI. Et surtout pas les déclarations du directeur du Projet de recherche sur la prévention du sida à la prestigieuse université de Harvard aux Etats-Unis. Edward C. Green a jeté un véritable pavé dans la mare du trompeur consensus médiatique mondial. Mais il n’y aura pas d’onde de choc : les mêmes médias mondiaux s’intéressent à tout, sauf à la réalité.

Écrit par : Edward C. Green | lundi, 23 mars 2009

" Loin de désespérer les catholiques sincères et au-delà, tous les hommes épris de vérité et de liberté, la déferlante contre Benoît XVI constitue l’occasion d’une triple prise de conscience libératrice, politique, médiatique et religieuse. On peut y discerner en effet trois phénomènes convergents :

- Celui d’un énorme terrorisme médiatique issu de ce que l’on peut appeler les lobbies ou mieux encore les états confédérés de la haine contre la morale judéo-chrétienne du Décalogue (...)

- Celui d’un alignement politique de la fausse droite à l’extrême gauche dans l’exécration de l’autorité morale du pape, de son devoir et de son droit de rappeler dans la charité pour les personnes et les peuples – libre à eux de l’écouter – dans le respect du Décalogue, les chemins de la liberté et des choix entre le bien et le mal, le vrai et le faux (...)

- Celui d’un triste état de déliquescence du pays légal catholique où sauf exception de quelques évêques et journalistes courageux, le pape, de fait, est trahi. Soit qu’il soit désavoué plus ou moins doucereusement avec les mots d’une fétide tiédeur dans un hypocrite soutien de pure forme, soit qu’on ne se prive point de l’expression de l’acrimonie, du fiel et de la haine dans des publications telles que La Vie ex-catholique, rachetée par le capitalisme de gauche (...)

Mais en revanche, s’éveille et réagit de plus en plus ce que l’on peut appeler le pays libre catholique qui désormais a pris conscience de la désinformation et de la haine de la nomenklatura politico-médiatique hostile à son Eglise, à son pape et à sa foi. Sous le bombardement, Benoît XVI accomplit ainsi une grande œuvre de restauration et de libération spirituelle et culturelle. "

Écrit par : Benoit XVI : le révélateur du pays libre catholique | lundi, 23 mars 2009

Bien évidemment, nous sommes devant une manipulation médiatique.
A lire son dernier ouvrage, on ne peut douter de l'intelligence et de la finesse de jugement du Saint Père. Alors il est évident qu'il connaissait l'impact de ses dires sur le monde et en particulier l'Europe.
Donc, la seule question que je me pose, c'est pourquoi l'a t il fait et quelle est sa volonté pour la suite de cette affaire?

Écrit par : La Fouine | mardi, 24 mars 2009

Pourtant c'est clair la Fouine. En libérant la Parole, en affirmant son autorité il se comporte COMME UN PERE; ce faisant il nous élève, il nous porte haut, il nous porte plus haut:

Allez-y les p'tits gars! Levez-vous, exprimez-vous!

Fini la culpabilité d'être catholique! Fini de se taire! Fini de vivre caché! Fini le mépris! Fini la tiédeur, plus de compromis!
A vous de travailler, de vous organiser pour trouver des solutions:

http://www.facebook.com/group.php?gid=76231825218

à vous d'approfondir votre foi, à vous de lire pour mieux défendre votre religion.


Ce petit pape travaille à long terme, nous tend un miroir, nous met le nez dans le caca!
Un mot s'impose
MERCI BENOIT XVI

Écrit par : MERCI BENOIT XVI | mardi, 24 mars 2009

@ La Fouine :"la seule question que je me pose, c'est pourquoi l'a t il fait et quelle est sa volonté pour la suite de cette affaire?" Mais tout simplement, car il est le Saint Père, le représentant du Christ par succession des apôtres, pour rappeler que le salut contre l'actuel sida des corps et des âmes n'est pas dans la capote mais dans l'exigence évangélique de sainteté !

Écrit par : Sulpice | mardi, 24 mars 2009

Oui merci Benoit XVI,
C'est est son rôle de Pasteur et je n'ai aucun doute sur son "acharnement" à le pratiquer ni sa compétence en ce domaine.
Je voulais parler de sa volonté politique en cette circonstance.
Par rapport à vous, je pense que ce Pape, vu son age avancé, tend à brusquer les opinions afin que son successeur poursuive sa tentative de retour à la Tradition. Politiquement, ce ne serait pas idiot ?

Écrit par : La Fouine | mardi, 24 mars 2009

Merci à Patrick Ferner, toujours très bien documenté, de nous faire connaître les propos du Président du Burkina Faso, Blaise Compaoré, concernant la question du sida et du préservatif du côté africain le plus directement concerné par le problème évidemment :

- "En Afrique, nous vivons avec le sida au quotidien. Le débat sur le préservatif, tel que vous le présentez, ne nous concerne pas. Les Français aiment la polémique, c'est leur côté gaulois ! Certains critiquent la position de l'Eglise en prétendant défendre les Africains. Soit. Mais la plupart n'ont jamais mis les pieds chez nous ! Je leur conseille de venir faire un séjour au Burkina. Chez nous, l'imam, le prêtre et le chef coutumier travaillent de concert : tous ont l'ambition d'affronter le même mal. Se focaliser sur le préservatif, c'est passer à côté du problème du sida."

Écrit par : Lozère | mardi, 24 mars 2009

@ La Fouine : "je pense que ce Pape tend à brusquer les opinions afin que son successeur poursuive sa tentative de retour à la Tradition. Politiquement, ce ne serait pas idiot ?" Oui, bien vu ! Mais pas que politiquement ; n'oubliez-pas la nécessaire réforme spirituelle, liturgique et métaphysique de l'Eglise qui est une tâche vitale pour le devenir de l'épouse du Christ.

Écrit par : Sulpice | mardi, 24 mars 2009

Effectivement Lozère, cette polémique sur le préservatif relève de la vielle rengaine, une fois encore, des leçons que les blancs, dans leurs médiocres lumières, souhaitent donner aux petits nègres sur la façon de baiser.

Au fond c'est un problème de bobos du Marais et du Queen cette histoire de la capote miracle, réponse quasi surnaturelle d'act up et des pédés occidentaux au sida.

Le Pape à raison, il faut situer le débat comme le fait l'évangile au niveau de l'exigence morale des êtres. C'est donc le seul à ne pas prendre les noirs pour des crétins demeurés et leur parler le langage de la vérité.

Pour les autres, leur vision colonialiste est claire : le nègre est un queutar polygame incapable de fidélité et chasteté - un pur animal sexuel quoi...

Écrit par : Dan | mardi, 24 mars 2009

Lu chez Fromage + : "L’Église est très claire : répondre au Sida par le préservatif, c’est clairement abandonner la quête de la sainteté, et reconnaître victorieux l’ennemi de l’Amour véritable, lequel s’incarne dans l’idéal familial [monogamie, fidélité, fécondité,...]. L’Église ne répond pas au Mal en ripostant avec les armes du Mal, elle répond en envoyant les escouades du services de déminage : miséricorde, humilité, fidélité, moralité !"

Écrit par : Gabriel | mardi, 24 mars 2009

Entièrement d'accord avec vous Sulpice.
Quant à vous Dan, je ne suis pas moins en accord. Votre analyse, quoique musclée a le mérite d'être claire !

Écrit par : La Fouine | mardi, 24 mars 2009

@ Dan - Je vous sens en forme ce matin ! La question du sida trustée par les homosexuels dégénérés du Marais et leurs compères de la presse parisienne vous aura donné une excellente énergie. Attention toutefois, n'abusez pas trop du popers !

Écrit par : Falk | mardi, 24 mars 2009

Ne vous inquiétez pas trop pour ma santé Falk ; question snif je préfère le viks vapo rhume lorsque nécessaire que me fournit mon aimable pharmacien métro-sexuel à souhait, et surtout, mais vous l'auriez deviné sans peine, l'encens le dimanche généreusement dispensé par mon curé !

Écrit par : Dan | mardi, 24 mars 2009

@ Dan. Vous dites : "Au fond c'est un problème de bobos du Marais et du Queen cette histoire de la capote miracle, réponse quasi surnaturelle d'act up et des pédés occidentaux au sida" - alors pourquoi les lesbiennes en font elles aussi tout un foin et une arme de guerre ?

Écrit par : Hire | mardi, 24 mars 2009

Vraiment ce débat médiatique me fait rire (lol comme disent les jjeuns).
Ce monde en délabrement avancé, se permettant tout et n'importe quoi se met tout à coup à enquérir le Pape sur un moyen de contraception alors qu'il commet les pires et les plus abjects méfaits.
Il serait malheureux que le Saint Père ait une autre opinion que celle là. Il n'est pas médecin ni sociologue.
C'est un peu comme si un criminel demandait l'autorisation d'utiliser un Opinel plutôt qu'un couteau de cuisine à un juge !!!!

Écrit par : La Fouine | mardi, 24 mars 2009

Hire,
Solidarité sainte de l'artisanat comme disait Brassens

Écrit par : La Fouine | mardi, 24 mars 2009

@ Hire, Parce que les gouines elles aussi militent pour la même idéologie sexuelle libertaire mortifère, foncièrement ennemie de l'Eglise et de son exigence morale spirituelle.

Par ailleurs, ne mésestimez pas le fait, si vous voulez des détails précis (je suis médecin...) que lors des pratiques lesbiennes courantes comme le cunnilingus ou l’anulingus (pour être poli mais on peut parler afin d'être plus clair d'exercice de léchage intensif des zones fécales ou urinaires féminines), les risques s'ils sont faibles tendent à devenir plus importants en période de règles ou s’il existe des lésions dans la bouche d’une des deux partenaires. D'autre part, l’échange de godemichés est également une pratique à risque de contamination. Dès lors, l’ensemble de ces pratiques, si elles sont non protégées, peuvent transmettre, de manière beaucoup plus fréquentes, et certaine, d’autres IST, type chlamydia, herpès, gonorrhée etc., sans oublier les hépatites.

Conclusion, les gouines, ce que beaucoup ignorent, sont exposées à des dangers tout aussi importants et qui peuvent avoir des conséquences graves, d'autant si vous incluez, ou plus exactement rajoutez à ce raisonnement, la multiplicité des partenaires qui est un sport assez largement répandu et fort prisé...

Écrit par : Dan | mardi, 24 mars 2009

@ Dan - Merci pour votre exposé qui respire à certains endroits (hum) les secourables lumières scientifiques de la Faculté !

@ La Fouine - Effectivement, entre copains et copines on se serre...les coudes !

Écrit par : Hire | mardi, 24 mars 2009

@ Dan - "la multiplicité des partenaires qui est un sport assez largement répandu et fort prisé..." Please, le nom et l'adresse du club où l'on se livre à ce sport ?

Écrit par : Fs | mardi, 24 mars 2009

Dan,

Il est malheureux que des kms nous séparent certainement car j'aurais aimé avoir un médecin référent comme vous.
Prévenez avant d'envoyer une autre remarque de la trempe de celle là pour que l'on puisse absorber du Primpéran préalablement !

Écrit par : La Fouine | mardi, 24 mars 2009

@ Fs. Le club c'est le "Monde" au sens évangélique du terme ! Toutes les occasions sont bonnes pour, comme dit la note, se payer "une partie de jambes en l’air tranquille.."

@ Hire - De rien mon cher. Mais pensez à mettre un mouchoir devant votre nez pour respirer plus profondément les lumières de la Faculté sur ces parties...

@ La Fouine - Je consulte à domicile, mais vous payerez le déplacement en fonction du nombre de kilomètres et dans ce cas, je crains que l'addition risque pour vous d'être salée ou pimentée selon vos gouts... culinaires ;-)

Écrit par : Dan | mardi, 24 mars 2009

La déclaration du pape actuel sur le SIDA est le point d’orgue d’un désastre concernant la crédibilité de la parole de l’Église. Elle marque bien la ligne d’intransigeance et de sécheresse de cœur qui se manifestent plus que jamais chez nombre de responsables du catholicisme.

Écrit par : Cécile | mardi, 24 mars 2009

Cécile, "La déclaration du pape actuel sur le SIDA est le point d’orgue" d’une réaffirmation, enfin nette et directe, des lois essentielles de la Révélation que l'on trouve dans l'évangile de Matthieu : "Soyez parfaits comme votre Père du Ciel est parfait" !

Saint Matthieu 5, 43-48 :

"Comme les disciples s’étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Vous avez appris qu’il a été dit : Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi. Eh bien moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent, afin d’être vraiment les fils de votre Père qui est dans les cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et tomber la pluie sur les justes et sur les injustes. Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense aurez-vous ? Les publicains eux-mêmes n’en font-ils pas autant ? Et si vous ne saluez que vos frères, que faites-vous d’extraordinaire ? Les païens eux-mêmes n’en font-ils pas autant ? Vous donc, soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait."


Qu'y a-t-il d'extraodinaire à ce qu'un pape rappelle ces vérités aux chrétiens qui l'écoutent ? Je ne vois pas où est le problème, si ce n'est à considérer que l'on s'adresse à des idiots incapables de suivre les commandements de l'Ecriture. Est-ce votre cas ?

Écrit par : Lozère | mardi, 24 mars 2009

Je ne suis pas toujours d'accord avec Lapinos, c'est le moins qu'on puisse dire, tellement le lapin délirant a tendance à déblatérer n'importe quoi avec une parfaite suffisante ignorance. Mais sa définition du collaborateur de la revue pseudo tradi "La Nef" ["le crétin Jacques de Guillebon, espèce de tapette catholique boutiniste, étalait son ignorance de cette question à la télé"], est assez objective, d'autant que l'illuminé chevelu admirateur des lumières de Vatican II, a fait le navrant étalage l'autre soir sur France 3, d'une pitoyable incapacité à débattre.

Une leçon à retenir : lorsqu'on est mauvais à l'oral il vaut mieux rester à la maison !

Écrit par : Falk | mardi, 24 mars 2009

"["le crétin Jacques de Guillebon, espèce de tapette catholique boutiniste, étalait son ignorance de cette question à la télé"], est assez objective, d'autant que l'illuminé chevelu admirateur des lumières de Vatican II, a fait le navrant étalage l'autre soir sur France 3, d'une pitoyable incapacité à débattre.

Une leçon à retenir : lorsqu'on est mauvais à l'oral il vaut mieux rester à la maison !"

Ah c'est sûr que Lapinos n'est ni une "Tapette" ni un "Crétin", lui qui n'est, comme nous tous ici, qu'un fantôme internautique. Il est par ailleurs bien évident que vous non plus, Falk, n'êtes, pour reprendre les mots de Lapinos, ni une "tapette" ni un "crétin", et que votre petite personne, sur un plateau télé entièrement dressé contre vous, aurait su, quant à elle, triompher de l'adversité.


Par ailleurs je suis toujours ravi de lire vos commentaires qui ne sont ni ceux d'une "tapette" ni ceux d'un "crétin" ; et j'espère vivement vous voir un jour sur un plateau télé faire triompher la Vérité ! Pour Lapinos j'ai déjà ma petite idée quand au courage dont il fera preuve pour défendre ses idées hors du chaud cocon que lui offre Internet !

Écrit par : RL | mardi, 24 mars 2009

@ RL - Rien n'est plus absurde que de vouloir défendre des idées en se montrant incapable d'y parvenir ; d'autant que le journaliste animateur de l'émission n'était pas, visiblement, franchement hostile à de Guillebon, lui accordant comme on l'aura constaté, autant qu'il le souhaitait la parole. Il y a donc un réel problème d'art dialectique non maitrisé chez ce cher Jacques, si empressé à tresser des couronnes à l'herméneutique de la continuité dans le pseudo tradi mensuel la Nef, mais si incapable de défendre l'abécédaire du droit naturel face à des sombres crétins... et surtout infectes crétines.

Ainsi, lorsque Lapinos, qui est un dingue c'est vrai, mais qui à des yeux comme tout le monde, voit de Guillebon se faire ridiculiser en ridiculisant les idées qu'il dit représenter, il le désigne comme étant un crétin et une tapette - c'est fort, mais au fond pas si inexact. Pourquoi ? tout simplement parce que le petit jeu des rigolos comme JdG et Cie, consistant à caresser les médias dans le sens du poil et à les draguer en se voulant cathos branchés et dans le coup, alors même que la doctrine catholique traditionnelle est trop grosse pour eux, ça ne tient pas très longtemps. Résultat il se retrouvent à contre-emploi et apparaissent à la moindre occasion comme horriblement mauvais - mauvais cathos, et mauvais branchés. Spectacle profondément ridicule lorsque étalé aux heures de grande audience.

Toutefois une petite chose me taraude cependant dans votre réaction. Vous paraissez blessé par les propos de Lapinos et réagissez de façon épidermique comme s'il s'agissait de votre petite personne. Auriez-vous des sympathies secrètes pour la Nef et ses rédacteurs ?

Méfiez-vous, sur un fil dont le thème est le préservatif, on pourrait rapidement vous soupçonner d'amitiés masculines particulières...

Écrit par : Falk | mardi, 24 mars 2009

"Méfiez-vous, sur un fil dont le thème est le préservatif, on pourrait rapidement vous soupçonner d'amitiés masculines particulières.."

Comme c'est élégant ! Mais bon je vous laisse à vos insultes qui en disent plus long sur vous que sur moi !

Pour ce qui est de l'émission nous n'avons pas vu la même - certes Taddeï a fait son boulot mais c'était du 5 contre 1, et Jacques de Guillebon à peine avait-il dit une évidence genre : un enfant a un père et une mère qu'il se faisait traité de fachos, pour ce qui est de la rhétorique, on repassera !

Quant à finir sur de Guillebon, lui possède le mérite de partir au front, je veux dire d'exposer sa personne ! Ce qui n'est le cas de personne ici, ni vous ni moi ! Par ailleurs, j'imagine sans mal que les propos méprisant à l'égard de de Guillebon sont motivés par des raisons nettement moins saines que ce qu'il n'y parait... je ne serai pas loin d'ailleurs d'y voir de la jalousie... mais je dois mal voir...

Écrit par : RL | mardi, 24 mars 2009

@ RL. Vous voyez mal en effet... ni la même émission que chacun s'entend à avoir vu (ce que je fis en compagnie de quelques amis, donc mon jugement n'est pas isolé, ce n'était pas exactement du 5 contre 1 car il y avaient, ouverts par Taddeï des boulevards larges comme des autoroutes pour faire passer les bonnes idées), ni la prestation ridicule de JdG.

Quant à la jalousie rassurez-vous, j'ai, largement ce qu'il me faut comme compensations alternatives aux spots télé et magazines pseudos tradis, que d'ailleurs j'abandonne volontiers à ceux qui cherchent les lumières artificielles pour donner un sens à leurs mornes existences d'écrivaillons besogneux.

Écrit par : Falk | mardi, 24 mars 2009

@ RL. Bon on va pas y passer la nuit. De Guillebon fut mauvais, c'est pas grave mais un peu dommage pour nos idées, voilà tout. Maintenant reste le courage, ou l'inconscience de se présenter dans ce type de traquenard lorsqu'on a pas un gros potentiel de contradicteur très pugnace et capable de tenir tête à plusieurs spécimens de connards. Si le rédacteur de la Nef lisez autre chose que Gaudium et Spes, il aurait peut-être des armes plus solides face aux progressistes télévisuels.

Écrit par : Dan | mardi, 24 mars 2009

Comme un garçon, Jacques de Guillebon a les cheveux longs. Il est catholique, comme on le dirait d'une victime. Sans arquebuse, ni roue, ni inquisition, et surtout sans cette indispensable paire de couilles qu'il faut pour se lever de sa chaise et gifler les importuns, il n'a pas pesé lourd. Englouti en une seule bouchée, il m'a fait penser au canard de Prokoviev qu'on entend «caqueter dans le ventre du loup, car dans sa hâte le loup l'avait avalé vivant.»

http://lachroniqueadeuxballes.20minutes-blogs.fr/archive/2009/03/19/y-a-bon-catho.html#comments

Écrit par : Y'a bon, catho ! | mercredi, 25 mars 2009

Autant juger sur pièce !

Débat sur les nouveaux contours de la famille, l’homoparentalité, le statut des beaux parents… Avec Nadine Morano, Marcela Iacub, François de Singly, Sarah Chiche, Jacques de Guillebon et Louis Georges Tin.


http://ce-soir-ou-jamais.france3.fr/index-fr.php?page=emission&id_rubrique=599

Écrit par : DEBAT SUR LA FAMILLE | mercredi, 25 mars 2009

C'est tout de même un drôle ce Jacques de Guillebon, lui, incapable de se débarrasser dans un débat de deux demeurées quasi muettes, d'une ministre catho mère de 3 enfants, d'un sociologue non revenu des manifs de soixante huit et d'un noir illuminé évolutionniste, et qui affirmait il y a pas si longtemps, sans crainte du ridicule :

- "Concrètement, quand Ardisson m’invite pour parler de mon livre, je dis mon catholicisme et quelle est la grandeur ineffable de ma foi, et pourquoi je l’ai choisie. Et, remarquez, c’est facile car personne pour me huer, ni m’insulter, ni me moquer, finalement."

On ne dira jamais assez l'incroyable bêtise satisfaite des crétins conciliaires.


Mais le plus hilarant est à suivre :

- "je demeure persuadé qu’il faut tout faire pour éviter la chute dans la sphère d’une fausse pureté qui ressortit bien plus du catharisme et du calvinisme que du catholicisme apostolique et romain. Elle est dure à tenir notre position, il est sombre l’avenir tel que nous voyons qu’il se dessine à court terme, ce n’est pas moi qui le nierais. Pourtant, le salut, comme toujours, n’est pas dans la fuite, il est plongée dans la mêlée, tête la première..."

Un conseil jacquot, pour plonger dans la mêlée il faut se muscler un peu plus sérieusement la cervelle qu'avec les déclarations délirantes de Vatican II !

Tout ce charabia débile se lit ici : http://caelumetterra.hautetfort.com/archive/2007/03/06/entretien-avec-jacques-de-guillebon-i.html

Écrit par : Falk | mercredi, 25 mars 2009

Jacques de Guillebon, semble avoir un net penchant vers la niaiserie pompeuse, comme en témoigne son échange de courriers avec Stalker qui en fit même un billet intitulé par moquerie "Vivre, penser et surtout écrire comme Jacques de Guillebon", et commençant par ces mots :

"Je me demande si, tout compte fait, je ne préfère pas une stupidité amplement affirmée, crasse, quasi ontologique, naïve comme celle du grêle Greloty, stupidité touchante si je puis dire, généreuse bref, tout ce qu'il y a de plus chrétienne, à une pompeuse imbécillité qui, déguisée sous les oripeaux d'un Isaïe fulminant devant un parterre de scouts, n'en paraît que plus immonde une fois dénudée."



http://stalker.hautetfort.com/archive/2005/05/18/vivre_penser_et_surtout_ecrire_comme_jacques_de_guillebon.html

Écrit par : Ecrire comme Jacques de Guillebon | mercredi, 25 mars 2009

Puisqu'on en est à la galerie des écrivaillons conciliaires, n'oublions pas le niais pornographe Fabrice Hadjadj, qui continue à répandre les miasmes putrides de son infecte prose libidineuse dans les salles paroissiales, salles qui vont jusqu'à placarder sur leurs affiches les pensées lumineuses du théoricien de l'érection matinale du Rédempteur :

L’Église est-elle experte en sexualité ?

Conférence du professeur en littérature et philosophie Fabrice HADJADJ

le lundi 27 avril 2009 à Chambéry

L’auteur dédicacera ses livres (vente sur place).

« Il est dit que l’Église est contre le sexe. Comment pourrait-elle l’être puisque la Genèse nous dit que la relation homme/femme est à l’image de Dieu ? C’est pourquoi, en vérité, l’Église est pour le sexe à fond ! Démonstration en une heure." (Fabrice HADJADJ)


http://francecatholique.info/Fabrice-HADJADJ-a-Chambery-le-27.html

Écrit par : Délirer comme Fabrice Hadjadj | mercredi, 25 mars 2009

Non pas hadjadj de bon matin SVP !!!!!!!!

Écrit par : La Fouine | mercredi, 25 mars 2009

La Fouine calmez-vous ! ou on augmente la dose de Hadjadj dans votre traitement journalier en y rajoutant une grosse cuillère du "niais pompeux catholique" (dixit Stalker) de Guillebon ;-)

Écrit par : Dan | mercredi, 25 mars 2009

Trop cruel Dan !

Écrit par : La Fouine | mercredi, 25 mars 2009

Je ne connaissait pas Guillebon avant l'émission de Taddeï, et ce qui était frappant, c'est de voir à quel point il était monté en boucle sur une seule affirmation : le projet de loi sur la famille, c'est la porte ouverte à l'homoparentalité et c'est très maladroitement qu'il n'a cessé de faire ce procès d'intention à Nadine Morano au lieu de s'en faire une alliée dans ce débat particulièrement déséquilibré. La lecture orgasmique des textes conciliaires infectés de progressisme darwinien par notre jeune homme chevelu a sérieusement ébranlé ses facultés intellectuelles et contre ça, il n'y a pas de préservatif. Et quant à l'autre abruti, cet essayiste membre éminent du CRAN, organisation qui voit la France à travers l'Amérique des années 1960, celle de Malcom X et qui prétend que l'hétérosexualité est " culturelle ", il est bon de lui rappeler l'ancienne loi hébraïque au sujet de l'homosexualité qui, si elle est aujourd'hui caduque (à la différence de certains versets du Coran) devrait au moins nourrir la réflexion des chrétiens " progressistes " :

" Tu ne coucheras point avec un homme comme on couche avec une femme. C'est une abomination. (Lév.18.22 ) "
" Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable; ils seront punis de mort: leur sang retombera sur eux. (Lév. 20.13) "

Voilà ce que le "niais pompeux catholique" (dixit Stalker) de Guillebon aurait pu utiliser comme argument pour lui clouer le bec. Mais pour ça, il faut s'être donné la peine de lire la Bible, caractéristique qu'il partage, il est vrai, avec de nombreux catholiques, principalement les conciliaires qui doivent probablement considérer, dans leur SIDA moderniste, que l'Ancien Testament est une vieillerie sans intérêt, que c'est ringard.

Enfin, pour en revenir au sujet de la note, et au point où nous en sommes de la décadence " sociétale ", qui nous dit qu'un jour, Act Up, qui a inventé le fascisme de la capote, ne demandera pas au maire de Paris d'ériger, en guise de Stupa, et dans le quartier du Marais (qui n'a jamais si bien porté son nom) un phallus qu'on recouvrirait d'une capote et qu'on pourrait retirer lorsque la neige tomberait sur Paris : effet visuel garanti et nouvelle expression de l'art moderne?

Écrit par : Ronin | mercredi, 25 mars 2009

Une sorte de triomphe primo-traditionaliste guénonien en quelque sorte, au centre du Paris lesbien et gay - votre idée sera donc sans doute retenue par le maire, sensible à la modernité artistique, lors d'une prochaine séance du conseil à l'hôtel de ville !

Écrit par : Falk | mercredi, 25 mars 2009

Falk, je suis allé voir les déclarations de notre Jacquot sur caelum et terra, et c'est pire que ce que j'imaginais : il ne connaît même pas le Nouveau Testament car à aucun moment, il ne se réfère à l'Evangile. Pour le reste, ses propos relèvent de la bouffée délirante, avec toutefois, des moments de lucidité quand il se qualifie lui-même de "serviteur inutile"ou quand il dit ceci:.
"Votre question est bien embarrassante et ma réponse prétentieuse"

En attendant, lire Guillebon, c'est un vrai calvaire et avec lui, c'est sûr, la Nef va couler!

Écrit par : Ronin | mercredi, 25 mars 2009

Vous avez raison Ronin, cet esquif ridicule baptisé la Nef, dirigé par de pseudos tradis qui n'eurent jamais le courage de s'opposer véritablement aux folies doctrinales de Vatican II, a trouvé en Jacquot un codirecteur idéal.

En effet le "niais pompeux" convient parfaitement à cette sensibilité de grotesques prétentieux incapables de refuser sérieusement les sirènes de la modernité, dont ils espèrent, dans leurs rêves naïfs inavoués, recueillir quelques lauriers en caressant le ridicule espoir d'une reconnaissance émerveillée de leur besogneux génie de prétendus scribouillards catholiques - syndrome hélas fort répandu dans le milieu littéraire parisien au sein duquel la conversion deviendra bientôt le nouveau sésame indispensable pour être publié et faire parler de soi.

Écrit par : Falk | mercredi, 25 mars 2009

Dépêche AFP - 24.03.2009 - Dernier discours de Benoît XVI
“L’Église catholique [...] seule détentrice [...] de la Vérité, [...] compte riposter [...] violemment [...] contre les ennemis du véritable [...] pâté en croûte [...] aux morilles.”

L’industrie agro-alimentaire s’est dite scandalisée par ces propos, et prête à mobiliser autour d’elle toutes les forces du progrès pour contrer les assauts de l’obscurantisme. Le syndicat des restaurateurs n’est pas en reste, appelant à la démission de Benoît XVI dont l’avis est jugé “totalement illégitime en matière de charcuterie“. Nadine Morano a décidé d’organiser sur le parvis de Notre-Dame un grand pique-nique festif et citoyen à base de pâté en croûte aux morilles écoresponsable pour exprimer son désaccord avec le souverain pontife. Dalil Boubakeur s’est indigné, jugeant ces propos “discriminatoires à l’encontre des convictions alimentaires partagées par les musulmans de France“. Interrogé ce matin par Marc-Olivier Fogiel, Bernard Henri-Lévy n’a pas hésité à en appeler à la désobéissance civile face au retour des heures les plus sombres de notre Histoire. Dans le courant de l’après-midi, la blogosphère ultra-catholique prenait la défense du Pape en arborant un logo à l’effigie du maréchal Pétain.

Écrit par : Huhu!! | mercredi, 25 mars 2009

Les évêques du Cameroun estiment qu'une "certaine presse" a fait de la "désinformation", créant la polémique autour des des propos sur les préservatifs et la lutte contre le sida du pape Benoît XVI lors de son voyage en Afrique, dans une déclaration obtenue mercredi par l'AFP.

"Une certaine presse s'est fait l'écho d'un malaise qu'auraient suscité les propos du Saint-Père sur l'usage des préservatifs et sur le VIH-sida", affirme la Conférence épiscopale nationale du Cameroun, dans une réaction à "une telle désinformation".

Les évêques "s'étonnent de ce que les journalistes ne retiennent de cette déclaration du pape (...) que l'opposition aux préservatifs, occultant toute l'action de l'Eglise sur la lutte contre le sida et la prise en charge des malades".

Ils accusent "les médias occidentaux notamment (d'avoir) oublié les autres aspects pourtant essentiels du message africain du Saint-Père sur la pauvreté, la réconciliation, la justice et la paix".

"Ceci est très grave, lorsqu'on sait le nombre de morts que causent d'autres maladies en Afrique et sur lesquelles il n'y a aucune publicité véritable, lorsqu'on sait le nombre de morts que causent en Afrique les luttes fratricides dues aux injustices et à la pauvreté", écrivent-ils.

Ils assurent ne pas nier "pour autant pas la réalité du sida, ni son effet dévastateur dans les familles au Cameroun".

"L'engagement (...) auprès des personnes vivant avec le virus du sida, l'accompagnement des personnes infectées et affectées sont des priorités" pour l'Eglise, poursuit le texte.

L'Eglise "ne méprise pas les malades du sida et n'encourage nullement la propagation de la maladie" contrairement à ce qu'avancent "certains médias", estiment les évêques. Elle a cependant "l'impérieux devoir de rappeler aux chrétiens que toute pratique sexuelle en dehors du mariage et non rangée est dangereuse et propice à la diffusion du sida", ajoute cette déclaration."

En route pour sa première visite en Afrique (17-20 mars), Benoît XVI avait affirmé que l'on ne pouvait "pas résoudre le problème du sida (...) avec la distribution de préservatifs" et que, "au contraire", leur "utilisation (aggravait) le problème".

Écrit par : Sida/propos du pape: les évêques du Cameroun dénoncent une "désinformation" | mercredi, 25 mars 2009

A son retour à Rome, par une belle après-midi ensoleillée, le Pape aurait confié à une journaliste : “Il fait beau aujourd’hui !”
Ces propos ont aussitôt soulevé dans le monde entier une immense émotion et alimentent une polémique qui ne cesse de grandir.

Quelques réactions :
Le maire de Bordeaux : “Alors même que le pape prononçait ces paroles, il pleuvait à verse sur Bordeaux ! Cette contre-vérité, proche du négationnisme, montre que le pape vit dans un état d’autisme total. Cela ruine définitivement, s’il en était encore besoin, le dogme de l¹infaillibilité pontificale !”

Le Grand Rabbin de France : “Comment peut-on encore prétendre qu’il fait beau après la Shoah ?”

Le titulaire de la chaire d’astronomie au Collège de France : “En affirmant sans nuances et sans preuves objectives indiscutables qu”il fait beau aujourd’hui”, le pape témoigne du mépris bien connu de l’Église pour la Science qui combat ses dogmes depuis toujours. Quoi de plus subjectif et de plus relatif que cette notion de “beau” ? Sur quelles expérimentations indiscutables s’appuie-t-elle ? Les météorologues et les spécialistes de la question n’ont pas réussi à se mettre d’accord à ce sujet lors du dernier Colloque International de Caracas. Et Benoît XVI, ex cathedra, voudrait trancher, avec quelle arrogance ! Verra-t-on bientôt s’allumer des bûchers pour tous ceux qui n¹admettent pas sans réserve ce nouveau décret ?”

L’Association des Victimes du Réchauffement Planétaire : “Comment ne pas voir dans cette déclaration provocatrice une insulte pour toutes les victimes passées, présentes et à venir, des caprices du climat, inondations, tsunamis, sécheresse ? Cet acquiescement au “temps qu¹il fait” montre clairement la complicité de l’Église avec ces phénomènes destructeurs de l’humanité, il ne peut qu’encourager ceux qui participent au réchauffement de la planète, puisqu’ils pourront désormais se prévaloir de la caution du Vatican.”

Le Conseil Représentatif des Associations Noires : “Le pape semble oublier que pendant qu’il fait soleil à Rome, toute une partie de la planète est plongée dans l’obscurité. C’est là un signe intolérable de mépris pour la moitié noire de l’humanité!”

L¹Association féministe Les Louves : “Pourquoi “il” fait beau et pas “elle” ? Le pape, une fois de plus s¹en prend à la légitime cause des femmes et montre son attachement aux principes les plus rétrogrades. En 2009, il en est encore là, c¹est affligeant !”

La Ligue des Droits de l¹Homme : “Ce type de déclaration ne peut que blesser profondément toutes les personnes qui portent sur la réalité un regard différent de celui du pape. Nous pensons en particuliers aux personnes hospitalisées, emprisonnées, dont l’horizon se limite à quatre murs ; et aussi à toutes les victimes de maladies rares qui ne peuvent percevoir par leurs sens l’état de la situation atmosphérique. Il y a là, sans conteste, une volonté de discrimination entre le “beau”, tel qu’il devrait être perçu par tous, et ceux qui ressentent les choses autrement. Nous allons sans plus tarder attaquer le pape en justice.”

A Rome, certains membres de la Curie ont bien tenté d’atténuer les propos du pape, prétextant son grand âge et le fait qu’il ait pu être mal compris, mais sans succès jusqu’à présent.

On s’y croirait, non?



http://forumfc.xooit.fr/t1541-Encore-un-nouveau-scandale-suite-a-une-interview-du.htm#p18190

Écrit par : Nouveau scandale | mercredi, 25 mars 2009

Texte très amusant. Mais il est assez comique de voir le cordonnier pentecôtiste, sociologue à ses heures spécialisé dans les "structures mentales", laisser croire sur le blog naturiste qu'il aurait pu en être l'auteur...

Le pape doit-il démissionner?
Le 25/03/09 à 12:48 par XP
http://ilikeyourstyle.net/2009/03/25/le-pape-doit-il-demissionner/

Écrit par : Fs | mercredi, 25 mars 2009

Lorsqu'on pense que le spécialiste de pornographie trinitaire, Fabrice Hadjadj, fut l'un des premiers à ce précipiter pour signer la pétition de La Vie anti-catholique afin de signifier au pape qu'il s'était gouré en levant l'excommunication d'un des évêques sacrés par Mgr Lefebvre, et qu'il fait placarder sur les murs de la cité savoyarde des saloperies de ce genre :

« l’Église est pour le sexe à fond ! Démonstration en une heure." (Fabrice HADJADJ)

Écrit par : Falk | jeudi, 26 mars 2009

Penaude justification a postériori du geste inconsidéré et scandaleux de Hadjadj dans une lettre ouverte ridiculement emplie d'auto-flagellations plutôt maladroites, lettre intitulée "J’ai signé la pétition contre le négationnisme", dans laquelle l'idiot utile frénétiquement judéophile instrumentalisé par les gauchistes de La Vie anti-catholique déclare : "S’il y a de ma part une erreur, elle est là, dans ce que j’aurais pu simplement attendre que cela se tasse, assuré que le Saint-Père ne manquerait pas de parler. Mais c’est mon Père, après tout, et j’ai été comme le fils affamé qui demande du pain..."


Du pain et des jeux tant qu'on y est, et pourquoi pas un peu sexuels aussi, puisque "l'Eglise est pour le sexe à fond" (sic !) ?

http://www.diocese-frejus-toulon.com/J-ai-signe-la-petition-contre-le.html

Écrit par : HADJADJ SE FLAGELLE | jeudi, 26 mars 2009

Lorsqu'on pense que le clownesque et ridicule signataire de l'infâme déclaration du torche-cul gauchiste La Vie anti-catholique, qui mit son nom aux côtés des bien peu traditionalistes René Girard, Claude Geffré, Jacques Delors ou encore Marc Zarrouati [ http://www.lavie.fr/l-hebdo/une/article/0938-pas-de-negationnistes-dans-leglise/retour/11/hash/e9e3398696.html ], était allé se précipiter à toute vitesse à Paris aux pieds du Saint Père en septembre dernier, lors de son discours au Collège des Bernardins, accompagnant sa présence de mielleuses et filandreuses courbettes de courtisan zélé afin de montrer son distingué minois conciliaire, sans doute afin de recevoir l'onction suprême qui aurait fait de lui, définitivement et pour l'éternité en papier glacé des journaux féminins et revues branchées, un "intellectuel catholique" quasi officiel, n'oubliant cependant pas de laisser tomber de façon insidieuse en la circonstance de ses lèvres délicatement perverses cette libidineuse et érotique sentence conforme aux thèses indigentes et insanes qui nourrissent sa littérature pornographique : « ...la célébration de la chair, de la matière dans l’art contemporain est directement issue du patrimoine catholique, du mystère de l’Incarnation. »

http://www.fides-ratio.com/modules/smartsection/item.php?itemid=2116&keywords=urs

On peut donc considérer aujourd'hui, face aux évènements actuels qui révèlent son immonde et indigne attitude d'évidente traitrise pétitionnaire, ce qu'il pouvait y avoir de sincère dans la fidélité au Pape et à Rome chez l'écrivaillon ridicule aimé des chaisières abonnées au Pèlerin qui, rappelons-le à ceux qui l'ignorent, osa nommer Marie "l’Immaculée de sa Mère", mettant vulgairement sa plume au service de ses nauséeux fantasmes en n'ayant pas hésité à écrire, pour faire vendre son ordure littéraire disponible au rayon "Essais" à la Procure, des exquises expressions comme : "ce qui fulgure en Dieu (…) ce qui émerge dans le poireau" ; glissant par ailleurs, si l'on peut dire, entre deux excrémentielles pages indécentes, cette indication qui en dit long sur sa vision de l'amour chrétien : "la femme roucoule : « Maman ! maman ! » [quand elle jouit]"(Cf. La Profondeur des sexes).

Écrit par : Zak | jeudi, 26 mars 2009

Sida : le pape Benoît XVI a raison... Communiqué de l’Association Catholique des Infirmières et Médecins, le 23 mars 2009 Quand le sida a été découvert comme une maladie mystérieuse 400 cas avaient été repérés dans le monde. Quelle était la solution ? Le préservatif. En 1987, 51.000 personnes dans le monde étaient recensées comme ayant cette maladie (L’Express n° 1722). Valeurs actuelles écrit : « Deux populations à risque : les homosexuels américains et les Africains de la région subsaharienne » (13 juillet 1986). Cette revue ne voit à l’époque qu’une seule solution : « le retour à la moralité ». Que prône Le Point à cette époque : le préservatif (23 mars 1987, page 89) ? Entre ces deux options laquelle était la bonne ? Le monde entier a choisi la seconde. Le sida passera de 400 cas à 4000 cas, puis à 40.000 cas, puis 400.000 cas, puis 4 millions de cas, puis 40 millions de cas avec cette seule option qu’était le préservatif présenté au nom de la liberté sexuelle.

Sans doute faudra-t-il arriver à 400 millions de cas pour qu’enfin on se pose cette question ? Le préservatif est-il la seule méthode d’empêcher la propagation du sida ?

La réponse du pape est qu’il s’agit d’un pis aller. Pourquoi ? Tout simplement parce que le préservatif ne protège que partiellement du sida, comme il évite partiellement les grossesses. Tous les gynécologues obstétriciens le savent (taux d’échec 4 à 12 % année-femme). Tout simplement parce que le virus du sida est 500 fois plus petit qu’un spermatozoïde selon le professeur Lestradet de l’Académie Française. Et qu’un préservatif présente toujours des petits trous de l’ordre de 5 microns (millionième de mètre).

En Afrique du Sud, une expérimentation d’une gelée anti-sida a été faite sur 82.000 femmes avec utilisation rigoureuse et absolue du préservatif. Cette gelée s’est avérée inefficace mais en plus 4 % des utilisateurs avaient attrapé le sida (Info Q.d.M. du 8.12.08).

Tel est le taux d’échec. Qui dans le monde accepterait de donner à un enfant un jouet qui dans quatre cas sur cent va le tuer au bout d’une année ? Personne. C’est pourtant ce qui se passe avec la promotion du préservatif chez les adultes. Le pape nous rappelle simplement à la raison. Le préservatif est en fait la roulette russe qui par un faux effet de sécurité condamnera à mort au bout d’une année quatre personnes sur cent. Alors quelle est la solution ? Elle est donnée par l’ONU elle-même dans son programme réactualisé du 19 mars 2009 évoquant le moyen de réduire le nombre des contaminations. « Retarder l’âge du premier rapport sexuel, s’abstenir sexuellement, prendre des risques moindres en étant fidèle à son partenaire lorsqu’aucun des deux partenaires n’est infecté, réduire le nombre des partenaires sexuels et...utiliser régulièrement des préservatifs ». Ceci rédigé en dehors de toute considération morale catholique bien évidemment venant de cet organisme.

C’est en réalité ce que dit le pape Benoît XVI qui ne prétend d’ailleurs nullement imposer aux autres religions ce qu’il demande aux catholiques auxquels il s’adressait en atterrissant en Afrique. Or nous constatons que le seul pays au monde qui a vu s’effondrer le nombre des malades atteints du sida est l’Ouganda qui a fait de la fidélité conjugale et de la lutte contre la polygamie son cheval de bataille.

Mais par exemple nous voyons les Philippines avec seulement 9.000 cas connus qui arrive au 149 ème taux le plus bas de contagion de la planète sur 167 pays recensés (Google : Philippines sida /Comparaison de Pays / VIH/SIDA - taux d’incidence du sida). Par rapport à la population totale, il y a autant de patients atteints de la maladie sur tout l’Archipel que la France en génère chaque année et qui a actuellement 120.000 à 140.000 patients recensés. Pourquoi ? Tout simplement parce que le gouvernement et l’Eglise ont appelé la population à modifier son comportement sexuel. Ce qui a évité à ce pays la tragédie que connaît l’Afrique.

Il nous est demandé à longueur d’antennes de modifier notre comportement en matière de conduite automobile, d’hygiène alimentaire, dentaire, sportive, d’usage du tabac et de l’alcool ; mais pas question de modifier le comportement des peuples en matière de sexualité. Nous allons donc en payer le prix. Nous le payons d’ailleurs déjà par le coût exorbitant des traitements pour le sida, responsable en partie du trou de la sécurité sociale. En attendant l’arrivée d’un hypothétique vaccin.

C’est ce qu’a voulu nous rappeler le Pape. Il joue en cette matière un rôle véritablement prophétique. Et il n’a cure de se voir accabler par les médias qui suivent la mode comme des moutons de Panurge. Il est là pour défendre la vérité et la morale enseignées par Jésus-Christ. Nous approuvons son courage face à la meute des loups qui le harcèle.

Benedictus sit. Qu’il soit béni.

Dr Jean-Pierre Dickès

Écrit par : Benoît XVI a raison | vendredi, 27 mars 2009

L'analyse du Dr Dickès est fort juste : "Il nous est demandé à longueur d’antennes de modifier notre comportement en matière de conduite automobile, d’hygiène alimentaire, dentaire, sportive, d’usage du tabac et de l’alcool ; mais pas question de modifier le comportement des peuples en matière de sexualité. Nous allons donc en payer le prix."

Mais le problème reste de savoir pourquoi il n'est pas question de changer de comportement en matière sexuelle - peut-être la crainte d'être taxé d'une déviance morale catholique ?

Écrit par : Hire | vendredi, 27 mars 2009

L'ordre moral Hire, voilà ce qui inquiète notre société décadente plus que SIDA !

Imaginez le risque terrifiant pour ce système que représente le retour de l'ordre moral, de la loi de l'Eglise, des valeurs chrétiennes. Une authentique menace épouvantable pour l'idéologie de la mort vous dis-je.

Écrit par : Lozère | vendredi, 27 mars 2009

Hire, les sociétés occidentales, depuis 1968, considèrent la "libération sexuelle" comme emblématique du progrès de l'humanité, et la remettre en cause, c'est ni plus ni moins s'attaquer au modernisme et au progressisme. Et qu'on y voie ou non une punition divine, le SIDA bat en brèche ce dogme, d'où les débats passionnés autour de cette maladie et les comportements scandaleux comme ceux d'Act Up. Seules les valeurs chrétiennes peuvent inspirer des comportements responsables, et les sociétés africaines qui ont gardé des modes de vie traditionnels et qui sont donc beaucoup moins contaminées par le modernisme, sont beaucoup plus réceptives au message de l'Eglise qu'en Occident.

Écrit par : Ronin | vendredi, 27 mars 2009

Bien de votre avis Ronin. Le SIDA est une preuve patente de l'échec du progressisme libéral et de sa pensée permissive. Le "vivre libre et jouir en paix" des 60's a reçu le plus terrible des démentis avec l'infection virale. Toutefois on se demande vraiment ce qu'il faudrait comme catastrophe pour que le esprits se réveillent et admettent que la loi naturelle, foncièrement homophobe entre parenthèses, est fondée sur des principes divins que nous ne pouvons enfreindre impunément c'est-à-dire, pour être clair, sans encourir une punition que l'on nomme d'ailleurs, en langage biblique, un "châtiment".

Écrit par : Hire | vendredi, 27 mars 2009

Mais à bien y réfléchir Zak, le "torche-cul gauchiste La Vie anti-catholique" n'est-il pas le lieu idéal pour que celui qui fait de la prose à prétention théologique, que l'on peut situer sur le plan littéraire à celui de Play-Boy, étudiant avec une délectation gourmande ce qui "émerge dans le poireau", vienne y déposer son auguste signature de spécialiste de la croupe transcendante ?

Écrit par : Dan | vendredi, 27 mars 2009

Effectivement, à bien y réfléchir...

Écrit par : Falk | samedi, 28 mars 2009

« Pour protester contre les propos scandaleux de Benoît XVI sur le préservatif, nos associations Lesbiennes, Gaies, Bi et Trans et de lutte contre le SIDA organisent une « Folle Messe », le dimanche 29 mars à 10h30 sur le parvis de la Basilique de Fourvière avec comme mot d'ordre : "La capote c'est la vie, l'Eglise l'interdit". »

(via François Desouche)


On espère que ACT HOPE va faire le coup de poing
http://www.facebook.com/group.php?gid=76231825218

Écrit par : Immonde provocation | samedi, 28 mars 2009

à Pierre Harribey, lu sur Facebook

"Dans la lignée du provocant Act Up qui a déjà empêché l'accès a Notre Dame de Paris il y a peu, des associations gays lesbiennes et transsexuels ont décidé de faire de même a Fourvière demain, dimanche 29 mars. Ces individus veulent naturellement geindre contre les bons propos de Sa Sainteté en se mettant de nouveau en scène. Ils l'ont fait à Paris il y a quelques semaines : des catholiques les attendaient !! Faisons honneur à notre Pape, à notre Eglise, à notre foi, à notre Pays, à notre Evèque et à Notre Dame de Fourvière : venons nous opposer à cette indignation.


Le rendez vous est fixé a 9h30 devant Fourvière.
N'hésitez pas a inviter des amis, à prévenir le plus grand nombre, nous y allons avant tout pour montrer que nous sommes nombreux a soutenir le pape!"

Écrit par : rendez vous est fixé a 9h30 devant Fourvière. | samedi, 28 mars 2009

Falk, ne m'aviez-vous pas indiqué un jour que vous étiez lyonnais ? Si c'est toujours le cas, prenez quelques uns de vos amis et allez, demain matin, bénir comme il se doit l'arrière train des gouines et des pédés qui souhaitent se livrer à une profanation à Fourvière...n'oubliez pas vos outils de jardinage et votre produit défoliant...

Écrit par : Dan | samedi, 28 mars 2009

Je reviens justement de chez Jardiland...

Écrit par : Falk | samedi, 28 mars 2009

Alors que nos amis d'Act-Hope viennent de voir leur vidéo, assez modérée au demeurant et qui se voulait une proposition de défense des valeurs catholiques, être interdite et censurée par Daily-Motion, ce qui fait l'objet d'une information sur le site E-Deo, voici ce que jugea bon de réponde le "niais pompeux" (dixist Stalker) Jacques de Guillebon :


JG dit :
25 mars 2009 à 12:26

Pardonnez-moi, je n’ai pas l’habitude de donner des conseils aux blogueurs catholiques qui font du bon travail, vous particulièrement, mais cette vidéo “Les catholiques défendent leur Pape”, me semble d’un singulier mauvais goût.
Surtout avec les paroles “Habemus papam” en arrière-fond.

“Remets ton épée au fourreau, Pierre”.

Ce n’est pas ainsi qu’on défend l’honneur du Christ, de son Vicaire et de son Eglise.

Ce n’est pas un combat politique.

On ne combat pas les portes de l’Enfer avec des coups de poing.

Bien cordialement,

Jacques de Guillebon


________________________________________________________

Fort heureusement Zacharias, avec l'efficacité qu'on lui connaît, est allé rappeler au co-directeur de la Nef deux ou trois vérités minimales :

Jacques de Guillebon croit intelligent de venir distribuer un conseil suite à la honteuse et scandaleuse censure dont viennent d'être l'objet les courageux animateurs d'Act-Hope : "cette vidéo “Les catholiques défendent leur Pape”, dit-il, me semble d’un singulier mauvais goût."

Or, ce qui est de très mauvais goût, c'est de venir rajouter une fielleuse remarque au geste liberticide de Daily Motion. Il manquait à nos amis d'Act-Hope, le coup de pied de l'âne, le voici, et des plus hideux s'il en est.

Il faut dire, il est vrai, que du point de vue de la défense de la famille et des valeurs de la morale chrétienne piétinées par la société moderne, heureusement que certains se dotent d'armes plus efficaces que les piètres arguments servis par Jacques de Guillebon lors de son médiocre show télévisuel sur FR3 où il se fit tristement ridiculiser.
http://ce-soir-ou-jamais.france3.fr/index-fr.php?page=emission&id_rubrique=599

Préférant sans doute l'atmosphère ouatée des salons littéraires à la lutte pour la défenses de la religion, M. de Guillebon s'empresse de citer le “Remets ton épée au fourreau, Pierre”, en oubliant que face à ceux qui se livraient à l'indigne sacrilège du Temple, le Christ sut chasser durement et armé d'un fouet les immondes blasphémateurs.

Et puisque celui qui abandonne ses frères lorsqu'ils sont injustement attaqués et censurés aime les citations, rappelons-lui celle-ci : "Comme la Pâque des Juifs approchait, Jésus monta à Jérusalem. Il trouva installés dans le Temple les marchands de boeufs, de brebis et de colombes, et les changeurs. Il fit un fouet avec des cordes, et les chassa tous du Temple ainsi que leurs brebis et leurs boeufs ; il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs : Ses disciples se rappelèrent cette parole de l'Écriture : L'amour de ta maison fera mon tourment. " (Jean 2, 13-17)


Réaffirmons donc avec saint Paul, qu'on doit combattre vaillamment les portes de l’Enfer, certes avec la prière qui est la plus grande des armes, mais aussi avec l'épée de la vérité et le casque du salut, c'est-à-dire avec une armure réelle, et non en se réfugiant dans la soumission aux ennemis de l'Eglise et de la Foi. Mais pour cela il faut un minimum de virilité spirituelle et du courage authentique, éléments qui semblent singulièrement manquer à Jacques de Guillebon à qui l'on demandera de se remémorer ce passage de l'Ecriture : "Ils l'ont vaincu à cause du sang de l'agneau et à cause de la parole de leur témoignage, et ils n'ont pas aimé leur vie jusqu'à craindre la mort. " (Apocalypse 12,11 )




http://e-deo.info/archives/6947/comment-page-1#comment-6683

Écrit par : J. DE GUILLEBON SE RIDICULISE | dimanche, 29 mars 2009

e-deo Rotating Header Image
Après Dailymotion, Vimeo !
mar 31st, 2009
by Thibaud.

C’est au tour de Vimeo de censurer le clip du collectif Act’Hope.

N’en déplaise aux censeuses de l’ordre immoral, le groupe créé par le collectif Act’Hope sur Facebook rassemble déjà 1 930 jeunes. Contre… par exemple 39 membres pour Act-Up Toulouse.





Page not found
Sorry, "Act-Hope - Soutenir notre Pape partout et toujours" was deleted at 3:46:34 Tue Mar 31, 2009. Vimeo has removed or disabled access to the following material as a result of a third-party notification by LGnet claiming that this material is infringing: Act-Hope - Soutenir notre Pape partout et toujours. We have no more information about it on our mainframe or elsewhere.


http://vimeo.com/3895952

Écrit par : Act-Hope de nouveau victime de la censure | mardi, 31 mars 2009

Le magazine Gala a publié un article mensonger et insultant sur Benoit XVI et son invitation à une sexualité responsable en Afrique.

Nous vous invitons à lire l’article et à réagir courtoisement mais fermement auprès de la journaliste et de la rédaction de Gala, en renvoyant par exemple le courriel type ci-dessous, qu’il vous suffit de signer en bas et féminiser au début pour les lectrices. N’hésitez pas à diffuser largement autour de vous cette réponse.

Le mail est à renvoyer à :

- la journaliste Justine Boivin : jboivin@prisma-presse.fr
- et à Valérie Domain et Juliette Serfati, reponsable éditoriale et chef de rubrique : redaction@gala.fr

Vous pouvez réagir aujourd’hui, concrètement et rapidement pour que cessent ce type d’attaques et de déformations journalistiques !

========================

Madame,

Lecteur occasionnel de Gala, je tenais à vous faire part de ma très grande stupeur à la lecture d’un article du 17 mars, sous votre plume, intitulé « Benoît XVI en transit vers l’Afrique: l’avion papal ne capote pas ».

C’est la liberté de Gala que de traiter de façon légère un sujet aussi sérieux, touchant à des questions de santé publique. Le créneau éditorial de votre magazine n’est pas l’information de fond, et la majeure partie des journalistes n’est peut être pas spécialistes des questions religieuses.

Pour autant la déontologie et le respect des personnes sont des valeurs communes à tous les journalistes.

J’ai été d’autant plus surpris de constater des propos tronqués, ne reproduisant pas la pensée de leur auteur dans l’article incriminé. Gala n’incarne pourtant pas, dans l’esprit des français, un vulgaire tabloïd à scandale.

Vous n’êtes pas sans savoir que l’Eglise catholique représente 25% des structures d’accueil pour les malades du sida dans le monde. Ce que le Pape a dit, c’est que pour répondre à long terme au problème du Sida, il fallait se concentrer sur la cause de l’épidémie et proposer une sexualité responsable, qui respecte le partenaire. Se contenter de distribution de préservatifs est certes une solution, mais à court terme qui ne peut suffire pour endiguer l’épidémie.

Pourquoi cette déformation de la réalité ? Gala aurait-il succombé à la tentation du scandale gratuit ?

J’ai également été véritablement choqué, blessé, par l’ironie malsaine avec laquelle vous parlez du Pape qui « perdrait ses facultés de discernement » sous l’effet de l’altitude. Où est le respect de la personne et au delà des centaines de millions de personnes qui adhèrent librement à un idéal de vie et de sexualité ? A commencer par nombre de lecteurs de Gala qui j’en suis certain sont aujourd’hui perplexes devant la légèreté de votre article.

Le Pape Benoit XVI a passé une semaine à la rencontre de la réalité de l’Afrique, ce qu’aucun chef d’Etat n’a fait, à commencer par M. Sarkozy qui n’a visité que trois pays en 36 heures. La visite du Pape mériterait une analyse plus poussée, qui reprenne par exemple ses nombreuses propositions pour l’accès gratuit de tous les Africains aux soins.

J’aimerai donc savoir pourquoi vous avez publié ce raccourci préjudiciable et vous demander la parution, dans le prochain numéro de Gala, d’un article précisant le contenu exact des propos de Benoit XVI.

Vous remerciant par avance, je vous demande de croire, Madame, à mon souvenir le meilleur.

XXXX

NB : Copie à Madame Valérie Domain, responsable éditoriale, et à Madame Juliette Serfati.

Écrit par : [Action] Selon “Gala”, le Pape “perdrait ses facultés de discernement” | mardi, 31 mars 2009

Réponse de Jacquot de Biberon :

"Pardonnez-moi, je n’ai pas l'habitude de donner des conseils aux catholiques qui font du bon travail, vous particulièrement, mais ce modèle de lettre à Justine Boivin me semble d’un singulier mauvais goût.
Surtout avec ces paroles en arrière-fond "l’ironie malsaine du Pape qui « perdrait ses facultés de discernement » sous l’effet de l’altitude."

Ce n’est pas ainsi qu’on défend l’honneur du Christ, de son Vicaire et de son Eglise.

Ce n’est pas un combat politique.

On ne combat pas les portes de l’Enfer avec des letrres timbrées.

Bien cordialement,

Jacquot de Biberon

Écrit par : Jacquot de Biberon | mercredi, 01 avril 2009

Réponse de Jaja de Biberon :

Pardonnez-moi, je n’ai pas l'habitude de donner des conseils aux catholiques qui font du bon travail, vous particulièrement, mais cette déclaration d'un dénommé Jean de Patmos, me semble d’un singulier mauvais goût.
Surtout avec ces paroles en arrière-fond : "Ils l'ont vaincu à cause du sang de l'agneau et à cause de la parole de leur témoignage, et ils n'ont pas aimé leur vie jusqu'à craindre la mort. " (Apocalypse 12,11 )

Ce n’est pas ainsi qu’on défend l’honneur du Christ, de son Vicaire et de son Eglise.

Ce n’est pas un combat guerrier.

On ne combat pas les portes de l'Enfer avec des appels inconsidérés au martyr.

Bien cordialement,

Jaja de Biberon

Écrit par : Jaja de Biberon | mercredi, 01 avril 2009

Je regrette, vos attaques contre un poltron salonard sont injustes et pas gentilles, d'autant que couvertes par l'anonymat,
ce n'est pas beau l'anonymat, regardez moi je dis mon nom,
je m'appelle Rase Lesmurs.

Écrit par : Rase Lesmurs | mercredi, 01 avril 2009

tiens justement JB répond sur ce fil, concernant sa prestation chez Tadeï



http://caelumetterra.hautetfort.com/archive/2007/03/06/entretien-avec-jacques-de-guillebon-i.html

Écrit par : C'est Qui ? | mercredi, 01 avril 2009

Et moi, je m'appelle Renseignements Généraux ; RL, plus que jamais, rasez les murs!

Écrit par : RG | mercredi, 01 avril 2009

Enfin une reconnaissance du travail de La Question sur E-DEO:


http://e-deo.info/archives/6947

Écrit par : C'est qui? | mercredi, 01 avril 2009

M. Raspail - Voys exprimez bien ce que nous sommes plusieurs jeunes étudiants à penser : “l’intervention de Zakarias, si elle fut rude, est plutôt de bon sens.” En
effet Zacharias,
avec l’art qu’on lui connait, ce qui en
fait une des plumes tradis les plus efficaces sur le net, a résumé ce que nous pensons. Son intervention nous conforte dans notre engagement chrétien et la justesse de nos initiatives, et pour cela nous le remercions au moment où nous sommes critiqués de toutes parts.

MERCI

Écrit par : JP | mercredi, 01 avril 2009

Jaja de biberon vient de se prendre une bonne fessée chez E-deo

Écrit par : Jaja de biberon | jeudi, 02 avril 2009

Zacharias doit être mort de trouille car on n'imagine pas tout ce que peut lui faire Jaja avec ses petits poings vengeurs !

Écrit par : La Fouine | vendredi, 03 avril 2009

Le pauvre on en frémis d'avance!

Écrit par : Noir Lucid | vendredi, 03 avril 2009

A mon humble avis, tout ça laisse présager, comme toujours, une prochaine mise au point salée sur La Question de la part de Zacharias, qui finalement si l'on y fait attention, reçoit pas mal de lauriers sur e-deo, nous faisant découvrir un rayonnement de ses (nos) positions, y compris auprès des jeunes militants d'Act-Hope, ce qui est plutôt encourageant.

Écrit par : Acer | vendredi, 03 avril 2009

Un exemple de partialité des médias, fourni par l'AFP :

"Dans la foulée a été créé le 22 mars un collectif "Act'Hope", qui dit regrouper "une soixantaine d'individus". Ils entendent "défendre la dignité de l'Homme dont le Souverain pontife est l'un des plus fervents défenseurs". Ils se sont fait connaître en perturbant une distribution de préservatifs organisée la semaine dernière par Act Up devant la cathédrale Notre-Dame de Paris".

Pour l'AFP, c'est Act Hope, l'élément pertubateur! Sans autres commentaires...

Écrit par : Ronin | vendredi, 03 avril 2009

qui dit regrouper "une soixantaine d'individus".

L'AFP a un train de retard, il y a 2 007 membres

Écrit par : Noir Lucid | vendredi, 03 avril 2009

Un article de Plunkett à faire gerber un Zak!
(tiens je la garde sous le coude celle-là! Faire gerber un Zak huhu)


http://plunkett.hautetfort.com/archive/2009/03/22/au-calme-citoyens.html#more

Écrit par : Noir Lucid | vendredi, 03 avril 2009

Plunkett est une pourriture dont l'itinéraire personnel est pour le moins sinueux. Si vous postez un commentaire sur son blog qui n'a pas l'heur de lui plaire, il ne le mettra pas en ligne car c'est un lâche qui refuse le dialogue. Son article est particulièrement fielleux car en feignant de distinguer les jeunes d'Act Hope des éléments d'extrême-droite, il en arrive à suggérer l'équation suivante: défense des valeurs chrétiennes = fascisme et fait passer ceux qui les expriment pour des imbéciles manipulés par l'extrême-droite, d'autant plus qu'il est un inconditionnel de Vatican II. Aucune indignation de sa part à l'égard de l'attitude scandaleuse des militants d'Act Up qui ont une capote à la place du cerveau. Quand il dit que l'Eglise a des problèmes de communication, il sait très bien, en tant qu'ancien journaliste, que les médias dénaturent systématiquement son message pour la démolir. Cet homme est en fait un ennemi du christianisme qui fait le jeu de l'Adversaire, un traître.

Écrit par : Ronin | samedi, 04 avril 2009

"Le Christ ne s'est pas présenté pour rallier les opinions majoritaires ou se conformer à la pensée correcte de son temps"

Ceux http://www.urgencecomcatho.com/ qui ne voient dans les dernières attaques contre l'Eglise qu'une conséquence d'un problème de communication du Vatican et de l'Eglise catholique en général devraient méditer les paroles prononcées par Mgr Vingt-Trois à Lourdes. En effet, pour le président des évêques de France, le problème ne se réduit pas "à une analyse du fonctionnement institutionnel" :

23 "Notre Église n'est pas un bateau en perdition (...) la récente épreuve (…) nous a peut-être encouragés à revenir au cœur de la mission qui est la nôtre, sans nous laisser emporter et détourner (…) par la violence des polémiques (...) [Notre mission], c'est un retour permanent vers la croix du Christ. Le Christ ne s'est pas présenté pour rallier les opinions majoritaires ou se conformer à la pensée correcte de son temps."

C'est bien le fond qui a été attaqué (levée des excommunications, drame de Recife, SIDA) et non la forme !

Écrit par : Revue de presse | samedi, 04 avril 2009

Voilà le genre de Chemin de Croix que nous allons avoir vendredi:

« Je cherche ton visage, Seigneur !

Ne me cache pas ton visage ! »


Il est homo : c’est le Christ.

Elle est séropositive : c’est le Christ.

Il hurle la colère de ses « pourquoi » : c’est le Christ.

Écrit par : Noir Lucid | samedi, 04 avril 2009

CENSURE SUR E-DEO!

La note "Face à ACT-UP, tu n'es plus seul! sur E-Deo a "disparu" après mon dernier commentaire à propos de la lavette Jacques de Guillebon; En effet, après la réponse de minable qu'il avait faite à Zacharias, Je me suis adressé au chevelu en ces termes :

"JG, derrière votre vernis d'homme policé, vous vous révélez sous le jour d'un cuistre dans votre réponse à Zacharias : "Si en revanche vous souhaitez user de ce blog pour calmer une ardeur nouvellement pubère, vous vous égarez. Je ne discute pas sur internet avec des inconnus qui parce qu’ils n’ont qu’insultes et vomi au bord des lèvres se prennent pour des fils de Bloy". On ne peut pas faire plus nul et plus indigne dans l'argumentation : le masque tombe. Vous en faites une affaire personnelle, alors que Zacharias a dénoncé votre attitude dans le cadre d'un enjeu qui dépasse votre misérable petite personne, à savoir la défense des valeurs chrétiennes qui ne sont pas solubles dans la modernité, cela vous refusez de l'admettre et vous voulez faire le grand écart entre les deux. D'où l'incohérence de vos propos qui virent à la bouffée délirante sur le blog " caelum et terra ":

http://caelumetterra.hautetfort.com/archive/2007/03/06/entretien-avec-jacques-de-guillebon-i.html

Un exemple de votre prose : " je demeure persuadé qu’il faut tout faire pour éviter la chute dans la sphère d’une fausse pureté qui ressortit bien plus du catharisme et du calvinisme que du catholicisme apostolique et romain. Elle est dure à tenir notre position, il est sombre l’avenir tel que nous voyons qu’il se dessine à court terme, ce n’est pas moi qui le nierais. Pourtant, le salut, comme toujours, n’est pas dans la fuite, il est plongée dans la mêlée, tête la première..." J'y vois là les dommages collatéraux des folies de Vatican II. Toutefois, je vous reconnais quelques moments de lucidité quand vous vous qualifiez vous-mêmes de " serviteur inutile " ou quand vous dites : " Votre question est bien embarrassante et ma réponse prétentieuse ".
Vous vous voyez avec le statut d'écrivain catholique labellisé par les médias. C'est mal parti après vous avoir vu chez Taddeï : vous m'avez laissé l'image d'un cocker qui s'est fait renvoyer dans sa niche, vous qui parlez à qui veut l'entendre de " virilité spirituelle ". Par conséquent, on ne vous imagine pas vous opposer aux militants d'Act Up ; personne ne vous le reproche mais au moins ne critiquez pas ceux qui le font".

JG fit un réponse de pleurnichard, s'estimant insulté, et suite à une commentatrice, Hortense de Villiers qui s'étonnait de ces joutes, j'écrivai :

"@ Hortense,

Tout le monde n'a pas accès aux médias et JG doit son invitation à la télé au fait qu'il est directeur délégué de la Nef, revue pseudo-tradi qui n'a pas eu le courage de s'opposer aux délires de Vatican II, et dont l'influence reste confidentielle. J'ignorais jusqu'à l'existence de ce jeune homme avant de le voir paraître sur le petit écran. Quant à parler de courage, je suis convaincu qu'il est plutôt venu à la télé pour se faire connaître. En voulez-vous une preuve ?Allez sur Wikipedia et tapez " La Nef " : le nom de Jacques de Guillebon est mentionné, sans plus : il n'y a pas de fiche le concernant, c'est dire le peu de notoriété dont il jouit. Être chrétien, ce n'est pas être "bisounours" car Dieu a deux aspects, la miséricorde et la justice, cette dernière consistant à trancher entre le vrai et le faux, le réel et l'illusoire. Cela doit inspirer tout chrétien dont le devoir est de défendre le message du Christ, surtout quand il est attaqué de l'intérieur comme l'a fait JG : oser qualifier de mauvais goût le fait que des catholiques rappellent que leur chef spirituel est le Pape est proprement scandaleux et conduit à lui demander : JG, qu'est-ce qui est de mauvais goût? Le fait de brandir une pancarte " Habemus papam " ou de distribuer des préservatifs sur le parvis des églises en insultant le Saint Père? Qu'il nous dise d'abord dans quel camp il est! Outre ce que je viens de mentionner, ce qui motive des propos acérés chez quelques-uns d'entre nous, c'est le ton incroyablement prétentieux, donneur de leçons (qui s'élève sera abaissé, qui s'abaisse sera élevé) de cet individu qui veut bien aller discourir sur les blogs mais refuse en fait de répondre aux arguments qui lui sont opposés et qui réagit comme un petit gamin pleurnichard dans le style : " Ouh, les méchants, il m'ont insulté "! Sa vision d'internet est comique : il n'y voit que des petits jeunes excités, ce qui me fait bien rire, moi qui ai connu l'Église catholique d'avant Vatican II. Quand on se dit chrétien, on se comporte comme tel, ce qui n'est pas le cas pour JG qui fait figure de Tartuffe, et qui apparaît comme un être étriqué et mesquin, un petit monsieur et en voici la preuve dans son échange avec Juan Asensio, qui, lui, sait écrire à la différence de notre sous-Rastignac des lettres germanopratines:

http://stalker.hautetfort.com/archive/2005/05/18/vivre_penser_et_surtout_ecrire_comme_jacques_de_guillebon.html

Cet homme se présente comme un tradi, alors qu'il ne soutient pas le Pape, n'est qu'un imposteur qui se voudrait être la figure emblématique des nouvelles lettres catholiques à travers sa revue, la Nef qui, avec lui, c'est sûr, va couler"!

L'explication? Comme par hasard, le premier commentaire apparu sur la note d'e-deo fut celle de JG pour poignarder dans le dos les militants d'Act Hope et le dernier commentaire fut le mien, le deuxième reproduit plus haut; ils furent tous les deux validés par la modération d'e-deo. Sur ce, passe le week-end et guettant une improbable réponse de JG, apparaît "Error 404" : note introuvable ainsi que les posts qui l'accompagnent! Toujours comme par hasard, le rédacteur d'e-deo publie un article du directeur de la Nef, Christophe Geoffroy, qui fait une publicité pour sa revue et annonce La prochaine création d'un blog.

http://e-deo.info/archives/7459

Rien à dire sur le fond, bien que ses propos se réduisent à une protestation indignée à défaut d'être solidement argumentés et documentés à la différence de ceux tenus sur la Question.

Donc la cause est entendue : la Nef n'a pas supporté d'être dénoncée comme une revue pseudo-tradi, surtout après que son protégé s'est fait ramasser comme il le méritait. D'où une question: e-deo est-il un sous-marin de la Nef? En attendant, cette censure ne fait qu'accréditer les propos que Zacharias et moi avons tenus sur e-deo, JG n'ayant aucun argument valable à nous opposer, elle ne fait que souligner sa lâcheté, exemple supplémentaire donné par la conclusion de son article dans la Nef, "Eviter Massada" :

"Plutôt que d’aller mettre son poing sur le nez des militants d’Act Up comme le prônent des excités guidant des incultes, cette tâche nous requiert. Encore une fois. Il n’est d’or fin qui ne soit passé au feu"

http://www.lanef.net/t_article/eviter-massada-jacques-de-guillebon.asp

Il est certain, pour l'avoir vu à la télé,que c'est le genre de type qui, si on lui donne une baffe ira pleurer: "Maman, il a abîmé mon brushing"!

Cela dit, le fond de l'affaire, selon moi, c'est que les dirigeants de la Nef ne supportent pas la concurrence d'Act Hope qui eux, sont sincères dans leur défense du catholicisme et qui ont senti que celui-ci n'a pas à composer avec ce monde régi par le prince des ténèbres.

Écrit par : Ronin | lundi, 06 avril 2009

Avouons-le, nous avons senti ces dernières semaines la colère monter en nous comme une mauvaise fièvre, une influenza qu’il nous faudrait éructer sous peine de mort. Sous peine d’y succomber étouffé. Avouons-le, nous avons eu la tentation de haïr, non pas seulement ce monde qui le mérite, mais aussi cette humanité qui l’habite, principalement l’occidentale, la nôtre, celle dans quoi nous sommes nés, peut-être pour notre malheur terrestre, mais plus certainement encore pour notre félicité future. Alors, refuserons-nous de porter cette lourde charge, qui a toutes les caractéristiques d’une apocalypse, d’une apocalypse à notre médiocre mesure, certes ? Demeure tout de même certain que ce que nous voyons finir, c’est le monde ancien ; que ce que nous voyons, c’est la définition intrinsèque de l’humanité remise en cause, et attaquée, et profanée, par cette même humanité.
Ce qui est fondamentalement nouveau dans cette situation, c’est que nous devenons nos propres bourreaux : ce n’est plus une race qu’on détruit, plus une civilisation qui s’effondre, plus une religion qu’on persécute, c’est le principe de la possibilité d’existence de tout cela qui est oublié. A l’évidence, le langage s’est retourné contre lui-même et comme chez Orwell, plus que chez Orwell qui n’avait pas prévu que la propagande fût intégrée à ce point dans les consciences, la vérité maintenant c’est le mensonge, la guerre c’est la paix, la mort c’est la vie. Comment parler avec des frères humains devenus des fanatiques de leurs propres opinions sous-argumentées ? Semblables aux pharisiens, ils sont persuadés d’être éclairés par leurs « Lumières » : « Et nous, sommes-nous des aveugles ? – Vous dites que vous voyez, aussi votre péché demeure ». Même un Socrate, et même le Christ qui nous a montré dans son éclatante force la vertu du silence en de certains cas, ne pourraient arracher d’un seul coup un arbre du mensonge qui s’est donné de si profondes racines. Et profondes non comme l’amour, mais comme l’enfer en ses derniers cercles. La vérité est une, le mensonge est multiple. Il s’appelle légion.

Si donc nous avons dans les apparences quelques raisons pour nous pousser par là, vers la révolte imminente et violente, considérons combien nous en avons au contraire de nous retenir, ou plutôt de choisir la vraie révolte. Plus que jamais, dans un monde de la réaction immédiate, la vraie révolte s’appelle patience et persévérance. Que l’on ne croie pas qu’il s’agisse ici d’un discours de la lâcheté, de l’atermoiement et de la collaboration avec ce monde. Au contraire, si nous le récusons véritablement en bloc, nous récusons aussi ses armes. Qui veut utiliser Mammon doit savoir au préalable quelle allégeance on lui réclame, et que presque toujours c’est Mammon qui use de celui qui crut naïvement s’en servir. De même pour la violence, qui a ses dieux, plus pervers et manipulateurs qu’on ne l’imagine. Il n’y a jamais qu’Arthur, l’enfant au cœur pur, pour parvenir à brandir Excalibur. Et qui d’entre nous peut y prétendre ? Il n’y a que Perceval pour apercevoir le Graal, que Geneviève, Jeanne, Marguerite-Marie et Marthe pour nous obtenir la victoire. La France particulièrement est un pays où les hommes d’armes ne valent jamais que s’ils sont conduits par des femmes. Pas n’importe quelles femmes d’ailleurs, mais des bergères.

Notre résistance légitime, qui implique évidemment de répondre au mensonge, ne peut durer qu’en tant qu’elle sera doublée d’une résistance à l’agressivité qui nous travaille nous aussi intérieurement, cette agressivité préparatrice de toutes les injustices. Souvenons-nous des Grands Cimetières sous la lune. Souvenons-nous surtout de Massada, orgueilleuse forteresse dominant la Mer morte où périt l’ancien peuple juif après la destruction du Temple. Où il se suicida plutôt que de se rendre. Quelques décennies plus tard, la révolte de Bar Kochba acheva de précipiter la grande dispersion dont nos frères aînés dans la foi ne se sont toujours pas remis. Pendant ce temps, une poignée de disciples de l’obscur crucifié de l’an 33 ensemençait le monde, de sa sueur et de son sang, préparant de plus grands matins. Plutôt que d’aller mettre son poing sur le nez des militants d’Act Up comme le prônent des excités guidant des incultes, cette tâche nous requiert. Encore une fois. Il n’est d’or fin qui ne soit passé au feu.

Jacques de Guillebon

Écrit par : Jacques de Guillebon | lundi, 06 avril 2009

Qui a dit :"Je vomis les tièdes"?
Sacré Jaja, va !

Écrit par : La Fouine | lundi, 06 avril 2009

"des excités guidant des incultes" : Chez Act Hope, ils vont adorer!

Écrit par : Ronin | lundi, 06 avril 2009

"Que l’on ne croie pas qu’il s’agisse ici d’un discours de la lâcheté, de l’atermoiement et de la collaboration avec ce monde".

Menteur!

Écrit par : Ronin | lundi, 06 avril 2009

guidant des incultes"

Je ne comprends pas! de qui veut-il parler?

Écrit par : Georges Delapat | lundi, 06 avril 2009

Je signale que la page du diocèse de Gap a été supprimée!

En espérant que ce texte scandaleux de Mgr di Falco a été sauvegardé par l'un de nous


L'article que vous avez demandé n'existe plus.
Vous pouvez revenir sur la page d'accueil du blog diocesedegap, ou bien vous rendre sur http://www.over-blog.com/ pour effectuer une recherche.

Écrit par : Se déshabituer du scandale de la Croix | mardi, 07 avril 2009

J'ai retrouvé l'article et les commentaires qui l'accompagnent sur le lien suivant :

http://www.diocesedegap.com/article-29944072.html

En fait, il a été déplacé sur le site du diocèse et voici le texte scandaleux :

« Je cherche ton visage, Seigneur !  Ne me cache pas ton visage ! »
(Psaume 26)
 
 

Elle a été assassinée dans les chambres à gaz : c’est le Christ.
Il porte des guenilles : c’est le Christ.
Elle est en prison : c’est le Christ.
Il est immigré : c’est le Christ.
 
« Je cherche ton visage, Seigneur !
Ne me cache pas ton visage ! »
 
Elle agonise sur son lit de souffrance : c’est le Christ.
Il est sale, il sent mauvais, il mendie : c’est le Christ.
Elle se drogue : c’est le Christ.
Il est battu à mort : c’est le Christ.
 
« Je cherche ton visage, Seigneur !
Ne me cache pas ton visage ! »
 
Elle a faim, il a soif : c’est le Christ.
Il est condamné à mort : c’est le Christ.
Elle se prostitue : c’est le Christ.
Il a été torturé : c’est le Christ.
 
« Je cherche ton visage, Seigneur !
Ne me cache pas ton visage ! »

Il est homo : c’est le Christ.
Elle est séropositive : c’est le Christ.
Il hurle la colère de ses « pourquoi » : c’est le Christ.
Elle a tenté de se suicider : c’est le Christ.
 
« Je cherche ton visage, Seigneur !
Ne me cache pas ton visage ! »
 
Seigneur, comment te reconnaître sous le visage défiguré de chacune de ces personnes malmenées, méprisées, cassées ? Tu as donné ta vie pour elles. Avec toi, le crucifié, l’Amour est écartelé. Mais nous ne voyons plus tes membres transpercés sur deux bouts de bois, aveuglés que nous sommes par l’habitude. Sur une croix ou sur une chaise électrique, tu portes sur tes épaules tout le malheur du monde.
 
Ton chemin est celui de tout homme. Chemin de croix, chemin de mort, il peut devenir chemin de vie. Mettre ses pas dans tes pas sur ton chemin de souffrance, c’est se laisser entraîner vers la lumière de la Résurrection où l’Amour crucifié devient l’Amour transfiguré.
 
 
                                                                                          + Jean-Michel di FALCO LEANDRI
                                                                                              Evêque de Gap et d’Embrun
                                                                                              Semaine Sainte 2009

Et voici les justifications de l'évêque de Gap :

Présentation de PIETA par Mgr Jean-Michel di Falco Léandri
Plusieurs personnes m’ont posé cette question. « Pourquoi avez vous voulu exposer cette sculpture dans votre cathédrale ? ». En fait il y a de nombreuses raisons. J’en retiens au moins deux. La première, mon intérêt pour l’art moderne. Non que j’aime tout ce qui se produit mais les artistes sont les interprètes des sentiments qui traversent notre société. Ils expriment à leur manière les doutes, les angoisses, les contradictions, les désespoirs mais aussi les joies de nos contemporains. C’est pourquoi je m’y intéresse même si j’ai parfois un peu de peine à décoder certaines œuvres. Les artistes m’aident à mieux connaître et à comprendre celles et ceux avec qui je vis et à qui je dois annoncer le Christ ressuscité.
La seconde raison est plus spirituelle. Lorsqu’il y a quelques mois j’ai visité l’exposition où était présentée cette sculpture du Christ assis sur une chaise électrique j’ai été ému. Cette œuvre est forte. Je me suis demandé pourquoi je n’éprouvais pas la même émotion devant un crucifix. J’en ai conclu que c’était dû à l’habitude. Nous ne voyons plus le scandale de cet homme cloué sur deux bouts de bois telle une bête. C’est ainsi qu’est née l’idée de faire partager mon émotion aux chrétiens de mon diocèse en faisant venir cette sculpture à Gap. Cela a été rendu possible grâce à Monsieur François Pinault.
Certains m’ont demandé si je ne craignais pas de scandaliser ou choquer. Tel n’est pas le but. En revanche j’espère bien que cette sculpture va bousculer ceux qui viendront la voir. Nous déshabituer du scandale de la croix ! S’il y a scandale pour certains il n’est pas là où ils pensent. Le scandale, ce n’est pas le Christ assis sur une chaise électrique. S’il était condamné à mort aujourd’hui on utiliserait les instruments barbares pour donner la mort qui ont encore cours dans certains pays. Le scandale c’est notre indifférence devant la croix du Christ.
« Il ne faut pas oublier qu’avant de devenir le symbole glorieux de la foi des chrétiens, un objet de culte et de dévotion, la croix ne fut rien d’autre d’abord qu’un atroce instrument de torture et de mort, objet d’horreur et de dégout. Chez les Romains, la crucifixion était un châtiment honteux et cruel, réservé aux esclaves qui punissait le meurtre, le vol, la trahison.
Le rituel de l’exécution était réglé pour accentuer l’humiliation : le supplice devait servir de leçon. Le condamné était d’abord fouetté puis chargé de la grande poutre transversale. Sur le lieu du supplice, bien en vue de tous, il était dépouillé de ses vêtements puis cloué sur la barre transversale et, enfin, hissé sur la poutre verticale déjà en terre. Un écriteau cloué au-dessus de sa tête indiquait le motif de sa condamnation. En proie à des souffrances atroces, le supplicié agonisait pendant de longues heures. Il mourait d’épuisement et surtout d’asphyxie pour peu qu’on lui ait brisé les jambes, lui ôtant toute possibilité de se redresser pour reprendre son souffle.
La crucifixion du Christ, supplice des plus infamants, deviendra le symbole de l’amour infini du Seigneur. » (Père Philippe Baud)
C’est vrai qu’il y a des gens qui crient au scandale facilement, mais en général on ne les entend pas devant le scandale de la clameur de ceux qui souffrent à leurs côtés. Si l’exposition de cette sculpture est une occasion de débats sur le Christ en croix entre hommes et femmes de bonne volonté, le but sera atteint.
On me dit encore : «  La prière que vous avez mise au dos de l’image reproduisant la sculpture risque de choquer car vous désignez comme étant le Christ des personnes qui sont parfois dans des situations qui les font montrer du doigt, à qui on tourne le dos. » Oui c’est vrai, le Christ a pris sur lui toutes les souffrances des hommes. Là encore ceux qui seront choqués montreront qu’ils ont oublié l’Evangile du jugement dernier. Vous vous souvenez ? « Ce que vous avez fait aux plus petits d’entre les miens c’est à moi que vous l’avez fait. »

Enfin, pour la petite histoire, j'avais posté hier sur le site du diocèse un commentaire rappelant, comme je l'ai déjà fait ici, comment l'ancienne loi hébraïque traitait de l'homosexualité en citant les deux passages du Lévitique. Il n'a pas été mis en ligne: apparemment, ce n'était pas "politiquement correct".

Écrit par : Ronin | mardi, 07 avril 2009

Di Falco est tout simplement à vomir !

Écrit par : Dan | mardi, 07 avril 2009

Espérons que le catéchisme, sur Gap,n'enseigne pas ce poème licencieux.
Il faut penser que cette ville doit être en osmose avec son évêque car elle n'a pas du tout suivi l'ancien (Lagrange, je crois) qui était trop traditionnel à son gout.

Écrit par : La Fouine | mardi, 07 avril 2009

Vous souhaitez vendre des pochettes de préservatifs à 1€ dans votre commerce ?
Aidez-nous à promouvoir le préservatif à 20 centimes en multipliant les points de vente pour rendre accessible un produit de consommation courante et provoquer l'achat impulsif.

C'est franchement honteux

On a pas entendu Michel de Guibert sur le sujet???

Écrit par : provoquer l'achat impulsif de préservatifs | mercredi, 08 avril 2009

Lu sur Causeur cette ode ridicule à la gloire des idées ridicules du cordonnier naturiste qui, comme un ignare profond foncièrement narcissique, se fait louanger par les pires ennemis de l'Eglise :

"Comme il est loin le temps où il était facile de neutraliser les papes qui déplaisaient aux puissants de ce monde. Epoque bénie où ils pouvaient, sans trop de difficultés, être martyrisés (saint Pierre, saint Callixte, saint Pontien…), assassinés (Formosus, Jean XIV…) ou même assignés à résidence dans le Vaucluse (1309-1376). Il semble plus délicat désormais de régler ce genre de problème si simplement, même si certains, tels les commanditaires d’Ali Agca, s’y sont courageusement essayés. On en déduira donc que la voie démocratique est la plus raisonnable pour se débarrasser de l’encombrant Benoît XVI, et qu’il faut donc, faute de rémission, exiger sa démission, ainsi que nous l’a prouvé l’ami XP sur Ilys."



http://www.causeur.fr/benoit-xvi-vers-la-demission-divine,2189

Écrit par : Falk | mardi, 14 avril 2009

Ce comportement n'est pas étonnant Falk, depuis longtemps le blog naturiste et en particulier l'abruti cordonnier, se signalent comme des sortes d'alliés objectifs des ennemis de l'Eglise et de la Tradition.

Écrit par : Dan | mercredi, 15 avril 2009

Le préservatif est un moyen qui manifeste qu’on a pas confiance en l’autre, puisqu’on le soupçonne de pouvoir nous transmettre un virus de mort. Il est le reflet d’une attitude où l’on ne veut pas prendre le temps de connaître l’autre car on veut consommer du sexe. Ou même, au sein d’une relation suivie, qu’on ne croit pas pleinement en sa fidélité, car il aurait pu être infecté pendant ce temps par des relations avec un autre partenaire. Lorsque le préservatif est nécessaire, la relation n’est jamais en pleine vérité et confiance, et l’amour véritable est impossible. La relation sexuelle ne devrait donc pas avoir lieu.

Le pape nous dit que le meilleur moyen de lutter contre le SIDA est la fidélité au sein du couple, ce que confirment les scientifiques. Si on s’en tenait au discours de l’Eglise, le SIDA disparaîtrait totalement en l’espace de deux générations !

Écrit par : André | jeudi, 16 avril 2009

Un directeur d’hôpital raconte :

« À Kinshasa savez-vous ce qu'on fait des préservatifs ? Les ONG locales qui les distribuent, reçoivent des ‘’per diem’’ généreux des organismes internationaux pour les distribuer... Ils les distribuent à l'entrée du stade (80.000 places à Kinshasa !), pour être efficaces vis-à-vis des organismes, et les supporters les gonflent comme des ballons de baudruche pour les faire exploser... À l'intérieur du pays, on nous a rapporté que les militaires n'ayant pas les moyens d'acheter du cirage pour leurs chaussures, utilisent les préservatifs qui ont un bon lubrifiant, pour lustrer leurs bottes et c'est aussi très efficace. »

Écrit par : « À Kinshasa savez-vous ce qu'on fait des préservatifs ? » | samedi, 25 avril 2009

Le vaillant évêque d’Orléans est aujourd’hui attaqué pour avoir porté bien haut le message apostolique. Fiers de cet évêque courageux, les catholiques français sont invités à lui exprimer leur soutien pour qu’il continue sa mission malgré les hurlements des loups.

Par mail : assdiocorleans@club-internet.fr

Par téléphone au 02.38.78.86.00

ou par courrier au 14 Cloître St Aignan 45057 ORLEANS cedex 1

Un petit geste pour que monseigneur Fort continue à “ne pas se laisser impressionner” comme il le confiait il y a peu à l’un de nos rédacteurs.

Écrit par : Soutenons Mgr Fort! | mardi, 12 mai 2009

L'Afrique bonne hôtesse


Pour remercier le pape de sa visite en Afrique, le Cameroun a offert quatre pages de publireportage dans plusieurs magazines français. Avec un titre choc: «Benoît XVI a pris l'Afrique dans ses bras». Et sans préservatif!

Écrit par : Marianne | mardi, 12 mai 2009

- C'est d'abord en tant qu'il est "traditionaliste" que je combats Benoît XVI. Le traditionalisme n'a aucun fondement évangélique et il est une insulte aux martyrs chrétiens. L'idée de doctrine sociale n'est pas moins satanique que la monarchie française de droit divin, les croisades, etc. La tolérance sociale de l'apôtre Paul est très réduite, et comme par hasard la tradition ne retient qu'elle.
- Opposer la culture de vie à la culture de mort relève de la pure tartuferie, telle qu'elle s'étale de la première à la dernière page du magazine publicitaire "Famille Chrétienne" chaque semaine. Le nazisme précédemment, ou bien Nitche, avaient au moins la franchise de réunir les symboles vitaux avec les symboles macabres. Toutes les sociétés païennes oscillent nécessairement entre le vitalisme et le baiser avec la mort, pour des raisons qu'un enfant de douze ans comprendra facilement. Il n'y a pas de "société chrétienne".

Écrit par : Lapinos | dimanche, 14 août 2011

@ Lapinos


Ce qui est très amusant avec vous, c'est qu'au moins, tout ce que représente et défend La Question vous est étranger. Ainsi donc, rejetant en bloc l'ensemble de la pensée traditionaliste, au moins le débat économise t-il de longues digressions afin d'amener à des considérations parfois plus mesurées ou équilibrées. Là, avec vous, pas de moitié prix, on liquide directement au panier : Benoît XVI, la Tradition, saint Paul, la doctrine sociale de l'Eglise, etc., et toute ce rejet au profit de quoi ? Tout simplement pour nous expliquer que l'auteur de Zarathoustra ou le nazisme ont au moins pour eux "la franchise de réunir les symboles vitaux avec les symboles macabres" !


La prochaine fois, lors d'un nouveau passage, n'hésitez-pas, allez plus loin encore dans le délire,si, si, je vous assure, en matière de rire libérateur vous êtes un excellent médecin... malgré-lui.

« Géronte. — Il me semble que vous les placez autrement qu'ils ne sont ; que le cœur est du côté gauche, et le foie du côté droit.

Sganarelle. — Oui, cela était autrefois ainsi, mais nous avons changé tout cela. » (Acte II, scène IV)

Écrit par : Lozère | mardi, 23 août 2011

CADAVRE EXQUIS


Des milliards de milliards

à donner le vertige

tournoient comme des mouches

dans la bouche d'un mort.



Si ce mort est un homme.



Je le vois ligoté

sur un lit de cailloux

les yeux écarquillés

joues glabres à peau molle.



Si cet homme est un homme.

(lire le texte sur lapetiteguerre.overblog.com)

Écrit par : valentini | mercredi, 27 février 2013

Les commentaires sont fermés.