Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 20 février 2009

L'ISLAM : UNE HÉRÉSIE BLASPHÉMATOIRE

 

 

Par PATRICK FERNER

 

 

 


Kaaba.jpg

 

islam menace.jpg

 

« S'il y a une chose que les islamistes redoutent par-dessus tout,

c'est qu'on porte à la connaissance du public tous les versets guerriers,

haineux et vengeurs qui représentent à peu près un tiers du Coran.

Ce qui revient à dire que la meilleure arme que l'on puisse utiliser contre l'islam,

c'est le Coran lui-même. »

 

 

« L'islam est la seule religion au monde qui prône dans ses textes,

l'anéantissement de toutes les autres.»

 

 

 

Nous avons le plaisir de mettre à la disposition de nos lecteurs, à propos d’un sujet vital et d’actualité s’il en est, afin que soit faite toute la lumière sur la nature réelle de l’islam - dont il convient, ainsi que nous y invitent les docteurs de l'Eglise (s. Jean Damascène, s. Thomas d'Aquin, etc.), de faire une critique théologique - au moment d’ailleurs où les pires âneries ont été colportées depuis des décennies à la suite des déclarations du Concile Vatican II, un texte fort intéressant et documenté de Patrick Ferner, texte portant sur la nature de l’islam dont il apparaît de plus en plus clairement qu’il relève de la grossière et patente hérésie blasphématoire, ainsi qu’il est démontré dans les lignes instructives de cette note qu’on lira avec grande attention.

 

 

« L'Eglise regarde aussi avec estime les musulmans, qui adorent le Dieu Un,

vivant et subsistant, miséricordieux et tout-puissant, créateur du ciel et de ta terre,

qui a parlé aux hommes. Ils cherchent à se soumettre de toute leur âme aux décrets de Dieu,

même s'ils sont cachés, comme s'est soumis à Dieu Abraham, auquel la foi islamique se réfère volontiers.

Bien qu'ils ne reconnaissent pas Jésus comme Dieu, ils le vénèrent comme prophète; ils honorent sa mère virginale,

Marie, et parfois même l'invoquent avec piété.

De plus, ils attendent le jour du jugement où Dieu rétribuera tous les hommes ressuscités.

Aussi ont-ils en estime la vie morale et rendent-ils un culte à Dieu, surtout par la prière, l'aumône et le jeûne. »

 

(Nostra Aetate, chap. 3).

 

 

 

Il faut croire que les rédacteurs de ce texte n'ont jamais lu le Coran,

y compris Jean-Paul II.

 

 

 

pope_kisses_koran.jpg

 

 

Jean-Paul II embrassant le Coran !

 

 

Coran.JPG

 

"Le dieu de Mahomet change l’éternelle beauté du Ciel

en un lieu de prostitution, dont les orgies dépassent en lubricité multiple et stérile

tout ce que l’idolâtrie elle-même, dans ses conceptions les plus abjectes, avait pu rêver."

 

  

 

mosquee3.jpg

 

 

Benoît XVI priant dans la Mosquée bleue d'Istanbul, dite du Sultan Ahmet,

le 30 novembre 2006, en compagnie du grand mufti Mustafa Cagrici.

 

 

 

Nous avons constaté que ceux qui ont une attitude bienveillante, pour ne pas dire naïve à l'égard de l'islam et ceux qui sont remontés contre lui ont un point commun : Ils n'ont jamais lu le Coran. Or s'il y a une chose que les disciples de Mahomet redoutent par-dessus tout, c'est qu'on porte à la connaissance du public tous les versets guerriers, haineux et vengeurs qui représentent à peu près un tiers du Coran. Ce qui revient à dire que la meilleure arme que l'on puisse utiliser contre l'islam, c'est le Coran lui-même.

 

Dans cette perspective, il est nécessaire d'en prendre connaissance afin de dénoncer son caractère à la fois hérétique et blasphématoire. [1]

De prime abord, la lecture du Coran laisse une impression étrange : d'un côté, il y a des invocations à Allah qui constituent les prières des musulmans, lesquels, pour la plupart, s'en tiennent à cet aspect de leur livre sacré, et d'un autre côté, on y trouve des appels au meurtre, voire au massacre, à la haine religieuse.

 

Lecture du Coran, mode d'emploi

Cela s'explique par le fait qu'il y a deux Mahomet : l'un, fasciné par l'exemple de Jésus, pieux, sensible à la tendresse et la douceur, l'autre, celui de Médine, véritable chef de clan, organisant des razzias, ordonnant des massacres, ou des assassinats comme le ferait de nos jours un parrain de la maffia lançant des "contrats" sur la tête de ses ennemis. Cela correspond à deux périodes de sa vie symbolisées par deux villes, La Mecque et Médine : né vers 570 apr. JC, il vécut à La Mecque, menant une existence de notable jusqu'en 622, monogame et fidèle à sa femme, Khadîdja. Mahomet, qui ne supportait pas l'abondante diversité des rites païens qui sévissaient à l'époque en Arabie, prêchait une religion dans laquelle tous les Arabes pourraient se reconnaître.

Les Mecquois se moquèrent de lui, moqueries qui confinèrent même à une hostilité à son égard, à tel point qu'il dut fuir à Médine, et ce fut l'Hadjira, qu'on traduit soit par fuite (traduction violemment rejetée par les musulmans), soit par émigration, l'Hégire, qui marque le début du calendrier islamique, pour nous le 16 juillet 622, date à laquelle Mahomet et son clan s'installèrent à Médine. Pour comprendre le Coran, il faut distinguer entre les versets pré-Hégire et les versets post-Hégire regroupés par chapitres appelés sourates. Là où les choses se compliquent un peu, c'est que les sourates ne respectent pas la chronologie de ces deux types de versets et elles sont classées par ordre de taille décroissante (à l'exception de la première qui n'est qu'un prologue), soit 286 versets pour la deuxième sourate, et 6 pour la dernière (114ème).

Deuxième clé de compréhension, les versets post-Hégire sont dit "abrogeants" lorsqu'ils reviennent sur des thèmes déjà traités par les versets de la période mecquoise : c'est ainsi que Mahomet tient des propos bienveillants à l'égard des chrétiens et des juifs, alors que les versets de Médine les vouent aux gémonies, et c'est donc ces derniers qui abrogent les versets précédents. Il est donc facile pour les musulmans de faire croire à tous ceux qui ne connaissent pas le Coran, de ne citer que les versets pré-Hégire pour leur présenter l'islam comme une religion d'amour et de tolérance à l'égard des autres religions, surtout quand ils revendiquent l'héritage judéo-chrétien :

"Il [Allah] a fait descendre sur toi le Livre avec la vérité, confirmant les Livres descendus avant lui. Et Il fit descendre la Thora et l'évangile". (S.3, v.3)

"Dis : “Nous croyons en Allah, à ce qu'on a fait descendre sur nous, à ce qu'on a fait descendre sur Abraham, Ismaël, Isaac, Jacob et les Tribus, et à ce qui a été apporté à Moïse, à Jésus et aux prophètes, de la part de leur Seigneur : nous ne faisons aucune différence entre eux; et c'est à Lui que nous sommes soumis”". (S.3, v.84)

A la base, les musulmans sont fortement attachés à la filiation abrahamique :

"Dis : “C'est Allah qui dit la vérité. Suivez donc la religion d'Abraham, Musulman droit. Et il n'était point des associateurs”". (S.3, v.95)

 

 

 

Une prétendue filiation abrahamique

 

 

 

Les musulmans se réfèrent à Abraham par l'intermédiaire d'Ismaël, cet enfant qu'Abraham eut avec une servante égyptienne, Agar. Que nous dit la Bible à ce sujet ? Abram, et son épouse, Saraï, se désespéraient d'avoir une descendance, d'autant plus que cette dernière avait passé l'âge d'enfanter. C'est alors que celle-ci mit carrément sa servante, Agar, dans le lit de son époux : " Quand elle se vit enceinte, elle regarda sa maîtresse avec mépris. Et Saraï dit à Abram : " L'outrage qui m'est fait retombe sur toi. J'ai mis ma servante dans ton sein ; et quand elle a vu qu'elle était enceinte, elle m'a regardée avec mépris. Que l'Eternel soit juge entre toi et moi ! Abram répondit à Saraï : " Voici, ta servante est en ton pouvoir ; agis à son égard comme tu le trouveras bon ". Alors Saraï la maltraita ; et Agar s'enfuit loin d'elle. L'ange de l'Eternel la trouva près d'une source d'eau dans le désert, près de la source qui est sur le chemin de Schur. Il dit : " Agar, servante de Saraï, d'où viens-tu ?, et où vas-tu ? Elle répondit : Je fuis loin de Saraï, ma maîtresse. L'ange de l'Eternel lui dit : " Je multiplierai ta postérité, et elle sera si nombreuse qu'on ne pourra la compter ". L'ange de l'Eternel lui dit : " Voici, tu es enceinte, et tu enfanteras un fils, à qui tu donneras le nom d'Ismaël ; car l'Eternel t'as entendue dans ton affliction. Il sera comme un âne sauvage ; sa main sera contre tous, et la main de tous sera contre lui ; et il habitera en face de tous ses frères ". [...] Agar enfanta un fils à Abram ; et Abram donna le nom d'Ismaël au fils qu'Agar lui enfanta" (Genèse, XVI, 4-16).

 

Donc, Ismaël n'est pas appelé à une alliance avec Dieu à travers sa descendance, puisqu'il est né à la fois d'une Egyptienne et d'une union illégitime. Ceci est confirmé plus loin lorsque l'Eternel apparaît à Abram (dont le nom signifie "père élevé") pour le renommer Abraham ("père d'une multitude") en l'instaurant père d'une multitude de nations ; mais surtout, il lui annonce que Saraï, qu'il doit désormais appeler Sara, donnera naissance à un fils : "Et Abraham dit à Dieu : " Oh ! Qu'Ismaël vive devant ta face! " Dieu dit :" Certainement Sara, ta femme, t'enfantera un fils ; et tu l'appelleras du nom d'Isaac. J'établirai mon alliance avec lui comme une alliance perpétuelle pour sa postérité après lui. A l'égard d'Ismaël, je t'ai exaucé. Voici, je le bénirai, je le rendrai fécond, et je le multiplierai à l'infini ; il engendrera douze princes, et je ferai de lui une grande nation. J'établirai mon alliance avec Isaac, que Sara t'enfantera à cette époque-ci de l'année prochaine " (Genèse, XVII, 18-21). Et que devint Ismaël ? La Bible en termine avec lui en nous donnant sa postérité, et ses fils devinrent les douze chefs de leurs peuples. Ismaël finit ses jours paisiblement.

 

La filiation abrahamique revendiquée par l'islam est non seulement nulle et non avenue, mais elle constitue un contresens complet, puisque, comme on vient de le voir, elle va à l'encontre de la volonté divine. Et si l'on s'en tient à des considérations purement géographiques et anthropologiques, quel lien peut-il y avoir entre Ismaël, vivant au pays de Canaan, la Palestine actuelle, et les populations de la péninsule arabique? Aucun. Mais ces affabulations ne s'arrêtent pas là :

 

"Et quand Abraham et Ismaël élevaient les assises de la Maison [La Kaaba] : "Ô notre Seigneur, accepte ceci de notre part ! Car c'est Toi l'Audient, l'Omniscient". (S.2, v.127)

Donc, la Kaaba, selon le "prophète", fut construite par Abraham et Ismaël ! Et René Guénon (dont les ouvrages figurent en bonne place à la bibliothèque de la Grande Mosquée de Paris) en rajoute:

"Le Nom El Shaddaï est, vous le savez, celui qu’on dit avoir été invoqué plus particulièrement par Seyidna Ibrahim [Abraham] ; il est plus que probable que, en général, on ne doit guère comprendre quel rapport il peut y avoir entre celui-ci et les rites des constructeurs (je n’ai d’ailleurs jamais vu soulever cette question nulle part) ; mais ne pourrait-on pas dire que ce rapport résulte de ce qu’il bâtit de ses mains la Kaaba avec Seyidna Ismaîl ?" [2]

 

Là, on est en plein conte oriental ; toutefois, Mahomet ne s'arrête pas là : il détourne à son profit le Christ pour tenter de se légitimer.

 

 

pilgrim-at-mosque-wp-cc-Ali-Mansuri.jpg

 

 

"Ni les Juifs, ni les Chrétiens ne seront jamais satisfaits de toi,

jusqu'à ce que tu suives leur religion.

- Dis : “Certes, c'est la direction d'Allah qui est la vraie direction”.

(S.2, v.120)

 

Une lamentable appropriation du Messie

 

Mahomet dénie au Christ sa qualité de Fils de Dieu :

"Ô gens du Livre (Chrétiens), n'exagérez pas dans votre religion, et ne dites d'Allah que la vérité. Le Messie Jésus, fils de Marie, n'est qu'un Messager d'Allah, Sa parole qu'Il envoya à Marie, et un souffle (de vie) venant de Lui. Croyez donc en Allah et en Ses messagers. Et ne dites pas “Trois”. Cessez ! Ce sera meilleur pour vous. Allah n'est qu'un Dieu unique. Il est trop glorieux pour avoir un enfant. C'est à Lui qu'appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre et Allah suffit comme protecteur." (S.4, v.171).

En fait, voilà où Mahomet veut en venir :

Et quand Jésus fils de Marie dit : “ Ô enfants d'Israël, je suis vraiment le Messager d'Allah [envoyé] à vous, confirmateur de ce qui, dans la Thora, est antérieur à moi, et annonciateur d'un Messager à venir après moi, dont le nom sera “Ahmad”. Puis quand celui-ci vint à eux avec des preuves évidentes, ils dirent : “C'est là une magie manifeste”. (S. 61, v.6)

Mais là, on atteint le sommet du ridicule :

"Et à cause leur parole : “Nous avons vraiment tué le Christ, Jésus, fils de Marie, le Messager d'Allah”... Or, ils ne l'ont ni tué ni crucifié; mais ce n'était qu'un faux semblant ! Et ceux qui ont discuté sur son sujet sont vraiment dans l'incertitude : ils n'en ont aucune connaissance certaine, ils ne font que suivre des conjectures et ils ne l'ont certainement pas tué". (S.3, v.157)

En résumé, Jésus n'est que le Prophète annonçant Muhammad, grâce à Marie que les musulmans honorent en tant que mère du Messie. Ce qui est risible, c'est d'affirmer que la crucifixion du Christ n'est qu'une mise en scène! Pour notre "prophète", la Trinité, c'est le Père, Jésus et Marie et non le Père, le Fils et le Saint-Esprit.

 

Appel.jpg

 

"Ne faiblissez donc pas et n'appelez pas à la paix

alors que vous êtes les plus hauts,

qu'Allah est avec vous,

et qu'Il ne vous frustrera jamais [du mérite] de vos œuvres".

(S.47, v.35)

 

 

Un pitoyable syncrétisme

 

"4 ou 5 chapitres du Coran sont assez agréablement tournés, j’en conviens ; mais... qu’est-ce que peuvent faire 5 chapitres pour racheter les prodigieuses niaiseries, les maximes jetées sans ordre, les hiéroglyphes bizarres, les non-sens habituels et les flagrantes contradictions qui remplissent les 114 chapitres de ce tome indigeste ?" […] "Mahomet emprunte à chacune des religions existantes à son époque une portion de ses doctrines, et de cet amalgame incohérent qui prétend ménager le chrétien, le juif, le sabéen, l’idolâtre, il forme son symbole et lui donne pour suprême couronnement son aphorisme : ’Il n’y a de Dieu que Dieu, et Mahomet est son prophète’... Il se fonde sur l’amalgame des doctrines, et se couronne par l’orgueil de la personne"... […]"Dans le Coran je n’ai rien trouvé de bien neuf. Presque tout, excepté les infamies, y est emprunté et contrefait. Ce qui est vrai se trouve dans le Pentateuque et dans l’Evangile ; ce qui est faux, dans le Talmud, dans les légendes arabes ou sabéennes, dans les évangiles apocryphes... Or, on voudrait faire descendre fraîchement du Ciel ce qui est déjà vieux sur la terre, et ce que je rencontre au fond de la boue !" [3]

Ce syncrétisme n'empêche pourtant pas un monothéisme obsessionnel et sectaire :

"Ce sont, certes, des mécréants ceux qui disent : “En vérité, Allah c'est le Messie, fils de Marie.” Alors que le Messie a dit : "Ô enfants d'Israël, adorez Allah, mon Seigneur et votre Seigneur”. Quiconque associe à Allah (d'autres divinités) Allah lui interdit le Paradis; et son refuge sera le Feu. Et pour les injustes, pas de secoureurs "! (S.5, v.72)
"Ce sont certes des mécréants, ceux qui disent : “En vérité, Allah est le troisième de trois.” Alors qu'il n'y a de divinité qu'Une Divinité Unique ! Et s'ils ne cessent de le dire, certes, un châtiment douloureux touchera les mécréants d'entre eux". (S.5, v.73)

Pour Mahomet, la Sainte Trinité consiste à ajouter, selon lui, des "associés" à Allah, ce sont donc des mécréants (ou infidèles) :

"Certes Allah ne pardonne pas qu'on Lui donne quelqu'associé. A part cela, Il pardonne à qui Il veut. Mais quiconque donne à Allah quelqu'associé commet un énorme péché". (S.4, v.48)

On voit tout de suite ceux qui sont visés dans ces diatribes : les chrétiens.

 

 

islam_action.jpg

 

 

"Et tuez-les [les chrétiens], où que vous les rencontriez;

et chassez-les d'où ils vous ont chassés :

l'association est plus grave que le meurtre.''

(S.2, v.191)

 

 

 

Antichristianisme virulent

 

"Et les Juifs disent : “Les Chrétiens ne tiennent sur rien”; et les Chrétiens disent : “Les Juifs ne tiennent sur rien”, alors qu'ils lisent le Livre ! De même ceux qui ne savent rien tiennent un langage semblable au leur. Eh bien, Allah jugera sur ce quoi ils s'opposent, au Jour de la Résurrection". (S.2, v.113)


"Ni les Juifs, ni les Chrétiens ne seront jamais satisfaits de toi, jusqu'à ce que tu suives leur religion. - Dis : “Certes, c'est la direction d'Allah qui est la vraie direction”. Mais si tu suis leurs passions après ce que tu as reçu de science, tu n'auras contre Allah ni protecteur ni secoureur". (S.2, v.120)

"Abraham n'était ni juif ni chrétien. Il était entièrement soumis à Allah (Musulman). Et il n'était point du nombre des associateurs". (S.3, v.67)


Ô les croyants ! Ne prenez pas pour alliés les Juifs et les Chrétiens; ils sont alliés les uns des autres. Et celui d'entre vous qui les prend pour alliés, devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes. (S.5, v.51)

 

Les chrétiens sont considérés comme mécréants, voici le sort qui leur est réservé :

"Et tuez-les, où que vous les rencontriez; et chassez-les d'où ils vous ont chassés : l'association est plus grave que le meurtre. Mais ne les combattez pas près de la Mosquée sacrée avant qu'ils ne vous y aient combattus. S'ils vous y combattent, tuez-les donc. Telle est la rétribution des mécréants". (S.2, v.191)

 
"Après que les mois sacrés expirent, tuez les associateurs où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Si ensuite ils se repentent, accomplissent la Salat et acquittent la Zakat, alors laissez-leur la voie libre, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux". (S.9, v.5)
 


"La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et Son messager, et qui s'efforcent de semer la corruption sur la terre, c'est qu'ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu'ils soient expulsés du pays. Ce sera pour eux l'ignominie ici-bas; et dans l'au-delà, il y aura pour eux un énorme châtiment". (S.5, v.33)


"Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru frappez-en les cous. Puis, quand vous les avez dominés, enchaînez-les solidement. Ensuite, c'est soit la libération gratuite, soit la rançon, jusqu'à ce que la guerre dépose ses fardeaux. Il en est ainsi, car si Allah voulait, Il se vengerait Lui-même contre eux, mais c'est pour vous éprouver les uns par les autres. Et ceux qui seront tués dans le chemin d'Allah, Il ne rendra jamais vaines leurs actions". (S.47, v.4),


"Il les guidera et améliorera leur condition". (S.47, v.5)


"Et les fera entrer au Paradis qu'Il leur aura fait connaître. (S.47, v.6)

 

"Ne faiblissez donc pas et n'appelez pas à la paix alors que vous êtes les plus hauts, qu'Allah est avec vous, et qu'Il ne vous frustrera jamais [du mérite] de vos œuvres". (S.47, v.35). En clair, on fait la paix quand le rapport de force est défavorable, le djihad n'étant que partie remise : il ne s'arrête jamais.

Ces versets sont blasphématoires : Comment peut-on faire croire que non seulement Dieu, bon et miséricordieux ordonne de massacrer une partie de l'humanité et de surcroît récompense les criminels en les faisant entrer au paradis ?

 

Hérésie et blasphème : le dieu de Mahomet n'est pas le vrai Dieu !

 

"Vois-tu celui qui prend sa passion pour sa propre divinité ? Et Allah l'égare sciemment et scelle son ouïe et son cœur et étend un voile sur sa vue. Qui donc peut le guider après Allah ? Ne vous rappelez-vous donc pas "? (S.45, v.23)


"Et quoi ! Celui à qui on a enjolivé sa mauvaise action au point qu'il la voit belle... ? - Mais Allah égare qui Il veut, et guide qui Il veut - Que ton âme ne se répande donc pas en regrets pour eux : Allah est Parfaitement Savant de ce qu'ils fabriquent". (S.35, v.8)

Ceci est en totale contradiction avec le plan divin, tel qu'il apparaît dans la Bible : l'Eternel, ayant créé l'homme à son image, ne cesse, depuis Adam, de le ramener à lui à chaque fois qu'il chute, pour au bout du compte, lui envoyer son Fils afin de racheter tous les péchés. Ce sont donc les hommes qui s'égarent et qui se coupent de Dieu qui, Lui, ne les abandonne jamais. Mais affirmer, comme le fait Mahomet, que Dieu "égare sciemment" une partie de l'humanité, cela revient à lui attribuer un rôle satanique, car c'est le Diable qui divise et là on est en plein dans le blasphème. Dans l'esprit du "prophète" ceux qu'Allah guide sont les musulmans et ceux qu'il égare n'adhèrent pas au Coran.

 

Mgr Pavy.jpg

 

Mgr Pavy, évêque d'Alger, déclarait en 1853 :

"L’islam est une prétendue religion...

Le dieu de Mahomet change l’éternelle beauté du ciel

en un lieu de prostitution, dont les orgies

dépassent en lubricité multiple et stérile

tout ce que l’idolâtrie elle-même,

dans ses conceptions les plus abjectes, avait pu rêver."

 

En réalité, le Dieu de Mahomet n'est qu'une projection humaine ainsi que l'expliquait Mgr Pavy en 1853 dans un Sermon :

"Est-ce le Dieu véritable que le dieu de Mahomet ? Non ! Le faux prophète a donc fait un dieu nouveau ? Pas davantage. Il a fait de son dieu ce qu’il a fait de tout le reste, un bizarre assemblage des qualités les plus opposées ; il l’a arrangé à sa façon. Son dieu unique, mes frères, est si faible qu’il n’ose jurer par lui-même!... Son dieu unique est le plus cruel des tyrans, puisqu’il fait lui-même tout dans l’homme, jusqu’au péché, puisqu’il ordonne à tous de croire à la nouvelle révélation du Coran, et déclare en même temps qu’il ne veut pas que les infidèles puissent y croire. Son dieu unique est un dieu sans cœur ; il n’aime pas, et il ne demande pas qu’on l’aime !

Le dieu de Mahomet change l’éternelle beauté du ciel en un lieu de prostitution, dont les orgies dépassent en lubricité multiple et stérile tout ce que l’idolâtrie elle-même, dans ses conceptions les plus abjectes, avait pu rêver. Le dieu de l’islam, c’est un être tellement immonde, en sa complaisante faiblesse, que si l’autorité chargée de la garde des mœurs rencontrait dans nos rues quelque chose de semblable, elle devrait à l’instant l’arrêter et le dérober aux yeux d’un public, hélas, pourtant si facile ! Et se serait là le vrai Dieu ?

Oh, non, non, ce n’est pas là le vrai Dieu du ciel et de la terre, le Dieu des nations, le Dieu des prophètes, le Dieu de Moïse, le Dieu de Jésus-Christ. Ce n’est pas Vous, ô Sainte Trinité, que cet homme a violemment combattue. Ce n’est pas Vous, ô Père saint, ô Verbe éternel, ô Esprit de lumière et de charité ! Ce n’est pas Vous, Jésus, le salut et la vie de mon âme... Cet homme, Mahomet, ne vous a pas connu, il n’a pas su vous aimer, lui. Pardon, Seigneur, si, pour la défense de votre nom, j’ai parlé d’un autre dieu que vous !" [4]

 

 

SubmissionFOTO5.jpg

 

"Mahomet, vaincu par la chair,

accepte comme une loi divine sa domination absolue,

par ses instincts les plus indignes."

 

 

La vraie nature de l'islam

 

"Le Coran exprime, en de pompeuses paroles, les grandes idées des vertus naturelles, et lâche en même temps ouvertement la bride aux penchants les plus violents et les plus sulfureux... Il supprime les remords en introduisant le fatalisme... Mahomet, vaincu par la chair, accepte comme une loi divine sa domination absolue, par ses instincts les plus indignes."

La morale de l’islam ? "L’association du sang à la volupté, la guerre à l’infidèle, guerre permanente, guerre qui doit durer jusqu’à leur entière extermination ou soumission au tribut."

"En lisant l’Evangile, j’ai appris à prier ; en lisant le Coran, je n’ai rien appris, et le musulman, j’en suis sûr, n’y apprend, lui, qu’à répéter de creuses et de vides formules. Je serais tenté de dire qu’une telle prière est un outrage, puisqu’elle s’adresse à un dieu qui n’existe pas, ou qui existe avec des attributs tout opposés à ceux que lui prête la doctrine du musulman." [5]

 

saint_thomas_d_aquin.jpg

Saint Thomas d'Aquin affirme :

"Mahomet a séduit les peuples

par des promesses de voluptés charnelles

au désir desquelles pousse la concupiscence de la chair."

Somme contre les Gentils, livre 1, question 6.

 

 

Déjà, Saint Thomas d'Aquin dénonçait l'imposture de Mahomet :

 

"...Les fondateurs de sectes ont procédé de manière inverse. C'est le cas évidemment de Mahomet qui a séduit les peuples par des promesses de voluptés charnelles au désir desquelles pousse la concupiscence de la chair.

Lâchant la bride à la volupté, il a donné des commandements conformes à ses promesses, auxquels les hommes charnels peuvent obéir facilement. En fait de vérités, il n'en a avancé que de faciles à saisir par n'importe quel esprit médiocrement ouvert. Par contre, il a entremêlé les vérités de son enseignement de beaucoup de fables et de doctrines des plus fausses. Il n'a pas apporté de preuves surnaturelles, les seules à témoigner comme il convient en faveur de l'inspiration divine, quand une œuvre visible qui ne peut être que l'œuvre de Dieu prouve que le docteur de vérité est invisiblement inspiré. Il a prétendu au contraire qu'il était envoyé dans la puissance des armes, preuves qui ne font point défaut aux brigands et aux tyrans.

 

D'ailleurs, ceux qui dès le début crurent en lui ne furent point des sages instruits des sciences divines et humaines, mais des hommes sauvages, habitants des déserts, complètement ignorants de toute science de Dieu, dont le grand nombre l'aida, par la violence des armes, à imposer sa loi à d'autres peuples. Aucune prophétie divine ne témoigne en sa faveur ; bien au contraire, il déforme les enseignements de l'Ancien et du Nouveau Testament par des récits légendaires, comme c'est évident pour qui étudie sa loi. Aussi bien, par une mesure pleine d'astuces, il interdit à ses disciples de lire les livres de l'Ancien et du Nouveau Testament qui pourraient le convaincre de fausseté. C'est donc chose évidente que ceux qui ajoutent foi à sa parole, croient à la légère." [6]

 

On réalise maintenant à quel point la vision du Christ qu'ont les musulmans relèvent d'une incompréhension vertigineuse : pour eux, c'est un "loser" qui s'est laissé crucifier et que son Père a abandonné, reprenant ce passage de l'Evangile :

 

" Les passants l'injuriaient, et secouaient la tête, en disant: Toi qui détruis le temple, et qui le rebâtis en trois jours, sauve-toi toi-même! Si tu es le Fils de Dieu, descends de la croix! Les principaux sacrificateurs, avec les scribes et les anciens, se moquaient aussi de lui, et disaient: Il a sauvé les autres, et il ne peut se sauver lui-même! S'il est roi d'Israël, qu'il descende de la croix, et nous croirons en lui. Il s'est confié en Dieu; que Dieu le délivre maintenant, s'il l'aime. Car il a dit: Je suis Fils de Dieu". (Mat. XXVII, 39-43)

 

Mais en même temps, le Coran dit que ce n'est pas lui ! [7] Quoi qu'il en soit, et d'une façon inattendue, l'islam rejoint sur cette vision du Christ le judaïsme talmudique, héritier des pharisiens et persécuteur de chrétiens. On mesure à quel point les auteurs de Nostra Aetate étaient à côté de la question, et le Conseil Pontifical pour le dialogue interreligieux (encore un fruit vénéneux de Vatican II), en la personne de son président, le Cardinal Jean-Louis Tauran fait pire quand il déclare : «Comment a fait Dieu pour revenir dans nos sociétés. C’est le grand paradoxe : grâce aux musulmans». «Ce sont les musulmans qui, devenus en Europe une minorité importante, ont demandé de l’espace pour Dieu dans la société». Il ferait mieux de se demander comment l'Eglise a réduit l'espace pour Dieu dans nos sociétés depuis Vatican II et 1968, pourquoi, après le Concile, on a interdit de pratiquer le rite de Saint Pie V jusqu'à ce que les motu proprio Ecclesia Dei (promulgué par Jean-Paul II) et surtout Summorum Pontificum (Promulgué par Benoît XVI) mettent fin à cette situation. Comme quoi, le chemin de la dhimmitude [8] et de l'apostasie est pavé de bons sentiments…

 

 

La seule façon de combattre l'hérésie est de se recentrer sur sa propre doctrine, et la décision de Benoît XVI de lever l'excommunication des évêques de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X va au-delà d'un simple pardon : elle permet de préserver le véritable cœur de l'Eglise qui a failli disparaître sous la pression des intégristes modernistes post-conciliaires, lesquels, oublieux de la Révélation, ont fini par rabaisser leur religion au même niveau que les autres au point de mettre sur le même plan le Coran et les Saintes Ecritures. En définitive, le christianisme et l'islam nous renvoient à Abel et Caïn : le christianisme est une religion d'Abel, celle de Dieu, et l'islam, une religion de Caïn, celle des hommes. On sait quel sort Caïn réserva à Abel et on sait depuis quatorze siècles, quel sort l'islam réserve aux chrétiens et aux juifs, et plus récemment dans l'Histoire aux hindous et aux bouddhistes car c'est la seule religion au monde qui prône dans ses textes prétendument sacrés l'anéantissement de toutes les autres, les versets coraniques l'exprimant on ne peut plus clairement.

 

 

 

Notes
 
 
 
1.  Le Coran est disponible en téléchargement au format PDF à l'adresse suivante :
http://res0.esnips.com/doc/85a47d32-c091-40a9-ae6a-e9327e...

 

2. Lettre du 15 juin 1947 de René Guénon à Frithjof Schuon

 

3. ]Extraits du sermon prononcé par Monseigneur Louis Pavy, évêque d’Alger, en la cathédrale d’Alger pendant le Carême de 1853. Source: http://www.euro-reconquista.com/site/spip.php?article30

 

4. bid.

 

5. bid.

 

6.. Saint Thomas d'Aquin (1225-1274) "Somme contre les Gentils" (les païens) - livre 1, question 6.

Jean Damascène.jpgSaint Jean Damascène explique également à ce sujet : « Mahomet, comme il a été dit, a composé de nombreux écrits stupides et donné un titre à chacun d’eux. Ainsi l’écrit de la Femme, où il est prescrit clairement à chacun de prendre quatre femmes et mille concubines, si c’est possible, autant que sa main en retient soumises en dehors des quatre femmes ; et il peut répudier une, s’il le veut, et en prendre une autre. Il a établi cette loi pour la raison suivant : Mahomet avait un compagnon appelé Zayd. Cet homme avait une belle femme dont Mahomet s’éprit. Alors qu’ils étaient assis ensemble, Mahomet dit : Ami, Dieu m’a donné l’ordre de prendre ta femme. Zayd répondit : Tu es un envoyé, fais comme Dieu t’a dit, prend ma femme. Ou plus exactement, pour prendre le récit par le commencement, il lui dit : Dieu m’a donné l’ordre que tu répudies ta femme. Celui-ci la répudia. Quelques jours plus tard il dit : Dieu m’a donné l’ordre de la prendre moi-même. Après l’avoir prise et commis l’adultère avec elle, il promulgua cette loi : Que celui qui le désire répudie sa femme. Mais si après l’avoir répudiée, il revient vers elle, qu’un autre l’épouse. Il n’est pas permis, en effet de la prendre si elle n’a pas été épousée par un autre. Et si c’est un frère qui répudie, que son frère l’épouse s’il le désire. Dans le même écrit il donne des recommandations de ce genre : “Laboure la terre que Dieu t’a donnée, et met-y tout ton soin ; fais cela, et de telle façon” – pour ne pas dire comme lui des obscénités. » (Cf. Liber Haeresorum). 

 

7.  Voir supra

 

8. Néologisme forgé sur le mot dhimmi qui désigne le statut réservé aux juifs et aux chrétiens vivant dans les pays musulmans : ils doivent payer un impôt spécial, ils sont taillables et corvéables à merci, relégués au bas de l'échelle sociale et doivent pratiquer leur culte en catimini et enfin n'arborer aucun signe de leur religion. Soit dit en passant, c'est pour échapper à ce statut qu'une partie de la population de Bosnie-Herzégovine, à l'époque de l'empire ottoman, se convertit à l'islam.

 

 


 

Liens :


 

PATRICK FERNER

PATRICK FERNER SUR AGORAVOX


 


 

Commentaires

La photo de Jean-Paul II me tord les entrailles.
Quant à celle de Benoît XVI, je ne sais que penser,
jusqu'où allons nous aller?
Ceci dit la note de Patrick Ferner est magistrale.
La vidéo de Fitna semble ne pas fonctionner; J'ai trouvé ce lien

http://pointdebasculecanada.ca/spip.php?article338

Écrit par : Jean-Pierre | vendredi, 20 février 2009

C'est terrible tout ça ! Effectivement cette note de Patrick Ferner met en avant des points incroyables dans le Coran. C'est une religion non pas antichrétienne mais Antichrist

Écrit par : Louis | vendredi, 20 février 2009

Concernant les influences du christianisme originel sur l'Islam naissant, élément abordé par Patrick Ferner, signalons l'existence de l'étrange Evangile de Barnabé. Il est probable que les premiers musulmans et Muhammad aient été en contact avec des chrétiens "hérétiques" s'inspirant de cette tendance rattachée à l'Evangile de Barnabé. On y retrouve des références "historiques" reprises plus tard dans l'Islam. De même, la théologie de l'ouvrage, très sémite (pas de notion d'incarnation) ne reprend pas les catégories développées par les chrétiens de la même époque. En un sens, cet ouvrage est resté très "sémite".

Écrit par : Harun | vendredi, 20 février 2009

Encore et toujours les mêmes inépties dans cet article mensonger et dans les commentaires très partisans.
Comment associer l'Islam à la terreur alors que l'Islam est avant tout une religion de paix ?
Dans le mot Islam on retrouve la racine silm qui désigne la paix. Paix de l'âme, paix d'esprit pour la soumission à un Seul et Unique Maître qui n'est que Dieu. Le mot "musulman" comprend également cette racine de silm. Lorsque des Musulmans se rencontrent, ils se saluent par le message de la paix, le fidèle termine sa prière par une salutation de la paix. Le Coran lui-même est descendu une nuit de paix (sourate 97).
Par ailleurs, durant le hadj les pélerins sont soumis à des règles strictes (ils ne doivent pas par exemple : se disputer, s'insulter, tuer des insectes, arracher des branches, des plantes, se couper les ongles, les cheveux...) et ce symbole démontre que l'Islam a enseigné aux Musulmans le sens de la paix.
Cependant, les Musulmans peuvent être amenés à utiliser la force justement pour lutter contre l'injustice et que la paix ne peut être comprise que dès le moment où il y a à la base de nos actions une détermination contre le mal

Écrit par : Al Kitab | vendredi, 20 février 2009

Tout ceci est une insulte à l'islam écrite par des chrétiens fanatiques. L'islam ne s'est pas répandu par le sabre. Historiquement, le Prophète (saw) et ses Compagnons sont restés 13 années à la Mecque et pendant ces 13 années, ils ont subi les persécutions, ils ont subi une dure épreuve et ils ne se sont pas défendus et n'ont fait que transmettre le message et lorsque de Médine sont venus des pélerins et qu'il y a eu ce serment d'allégeance d'Al Aqaba, ce premier serment d'allégeance ne s'est pas fait dans le sang c'est lui qui ouvrait les portes de Médine aux Musulmans, et les Musulmans sont allés à Médine (Hégire) et y ont établi la première année la cité de Médine, la cité Musulmane et il n'y,eu aucune goutte de sang de versé.

Comment d'ailleurs penser que 8000 soldats ont pu conquérir l'Egypte, y répandre leur religion, leur langue, leur culture par la force et la contrainte c'est impensable ! c'est irréalisable !

Si l'Islam s'est répandu c'est parce qu'il apportait un "Haut", une autre civilisation, et parce que les gens ont vu dans l'Islam une libération pour eux et ils désiraient cet Islam contrairement à ce que l'on dit ! et les Arabes n'ont pas pu vaincre les empires perses et byzantins par la force, il l'ont répandu parce qu'ils apportaient un message qui était céleste, un message qui avait une force absolue, un message spirituel.

Écrit par : Hani Ramanade | vendredi, 20 février 2009

Eh bien revoilà nos soufis guénoniens ou musulmans actifs qui nous resservent les mêmes couplets archi entendus mille fois, et toujours aussi inexacts. Merci à Patrick Ferner pour cet excellent article. On comprend que les muslims soient furieux puisqu'on dévoile des textes qu'ils aimeraient pouvoir nier...

Écrit par : Hire | vendredi, 20 février 2009

Al Kitab, oseriez-vous dire que les versets de violence extraits du Coran et cités dans cet article sont mensongers ? Pour le reste, les relations de douceur que vous décrivez ne concernent que les musulmans; franchement, on se croirait chez les Bisounours. Quand on voit les affrontements entre sunnites et chiites, l'islam ce n'est pas si "cool" que ça.

Hani Ramanade, Muhammad est parti de la Mecque parce que ses prêches délirants suscitaient des quolibets qui viraient à l'hostilité auprès de son auditoire. De là à parler de persécution...Je vous rappelle que votre cher prophète a fait massacrer une tribu juive à Médine. S'il est vrai que l'islam a trouvé une adhésion auprès des populations sémitiques dites arabes, on ne saurait en dire autant pour le reste du bassin méditerranéen.
Vous dites :"Comment d'ailleurs penser que 8000 soldats ont pu conquérir l'Egypte, y répandre leur religion, leur langue, leur culture par la force et la contrainte c'est impensable ! c'est irréalisable ! Pourtant les faits historiques sont là.
Quand à l'apport de l'islam, voici ce qu'en dit Mgr Pavy cité dans l'article :
"Et la science ? "Elle a paru, chez eux, comme un météore ; elle est restée, chez nous, comme un soleil dont les feux alimentent sans cesse l’activité de l’intelligence humaine... Quel progrès ont-ils fait dans l’agriculture ? Aucun ; et, tandis que nos moines défrichaient l’Europe, les musulmans ont abandonné à la stérilité ces belles provinces de la Syrie et de l’Afrique, si fertiles et si peuplées à l’époque où l’islamisme s’abattit sur elles."
Enfin, dans les pays musulmans, lorsque d'aventure les chrétiens peuvent pratiquer leur culte, ils doivent le faire discrètement. Et au nom d'une juste réciprocité, je vous enjoins à faire de même chez nous, car nous sommes ici en terre chrétienne et l'Eurabia n'est pas pour demain. Du reste, on devrait avoir dans toutes les communes de France une rue, une place ou une avenue Charles Martel.

Écrit par : Ronin | vendredi, 20 février 2009

Vous êtes un intégriste chrétien Ronin qui, comme Patrick Ferner et ce blog infect, travaillez à monter les communautés les unes contre les autres. Voici ce que dit le Saint Coran : "Ô Humains! Nous vous avons créés d'un mâle et d'une femelle et vous avons désignés en nations et tribus pour que vous vous entre-connaissiez. Le plus noble parmi vous, auprès de Dieu, est le plus pieux." (Coran 49/13)On trouve des signes du Prophète Mohammed, Béni soit son Nom, dans l'ancien et le nouveau testament, même si le Coran se suffit largement à lui même pour conclure à sa véracité. Ce qui a poussé des savants juifs et chrétiens à embrasser l'Islam: ce n'était pour eux qu'une continuité logique.

Écrit par : Hani Ramanade | vendredi, 20 février 2009

Rien n'est plus facile à retenir que le Coran. Dieu a dit: "Nous avons voulu que le Coran fut facile à retenir". Les enfants eux-mêmes peuvent l'apprendre en fort peu de temps; et malgré la tiédeur religieuse qui règne de nos Jours, on pourrait trouver plus de cent mille Musulmans qui savent le Coran par coeur, de sorte qu'on pourrait le transcrire tout entier de leur bouche sans se tromper d'une syllabe.

En Europe, au contraire, c'est à peine si on trouverait un nombre de personnes sachant l'Evangile égal à celui d'un petit village de l'Egypte, malgré la tranquillité d'esprit des Chrétiens et l'ardeur avec laquelle ils cultivent les arts et les sciences depuis trois cents ans. C'est une faveur que Dieu a accordée au peuple de Mohammad - que le salut et la bénédiction de Dieu soient sur lui - en preuve de leur supériorité et de la divine origine de leur livre.

Écrit par : Abdullah al Kitab | vendredi, 20 février 2009

On ne dira jamais assez combien la perception actuelle qu'ont les Occidentaux de l'islam est nourrie, forgée par de très vieilles images ancrées dans les mémoires. Comme si ces images avaient fini par former un paysage dans lequel s'insèrent tous les événements récents. Comme pour confirmer d'anciennes craintes. Et si l'on ajoute, comme nous pouvons le constater aujourd'hui, une médiatisation permanente d'un "islam de combat" ; alors les conclusions pleuvent avec autant d'évidence : l'exotique musulman a la pratique rigide et têtue et le propos tranchant ou perfide.

Écrit par : Tarik | vendredi, 20 février 2009

Tarik, ce type de baratin gardez-le pour le prêche à la mosquée, car ici il vous sera difficile de convaincre quiconque de la douceur civilisatrice de l'islam.

Écrit par : Falk | vendredi, 20 février 2009

Exact Dan, mais pour le prêche, nous conseillons à nos aimables soufis en mal d'exotisme, les oeuvres complètes du mulsulman René Guénon. Ils y trouveront des éléments doctrinaux de premier choix concernant le rôle eschatologique de l'islam. C'est le genre d'argument puéril qui a tendance à rassurer ceux qui se tapent la tête par terre pour prier.

Écrit par : . | samedi, 21 février 2009

Ronin l'Islam ne s'est pas répandu par le sabre pour une bonne raison : parce que cela est contraire même aux enseignements du Coran : "La Ikraha fi dine" "Pas de contrainte en religion" (verset 256/2), et Dieu dit encore "Dis la vérité est de votre Seigneur, celui qui veut qu'il croit et celui qui veut qu'il rejette la vérité !", c'est une affaire avant tout de conscience et nous trouvons encore ce verset "Et si un polythéiste cherche protection auprès de toi, protège le jusqu'à ce qu'il entende la parole de Dieu, fais le parvenir ensuite en lieu sûr pour lui car les Polythéistes sont en vérité des gens qui ne savent pas" (Tawba n°9). Il est clairement dit que le Musulman doit protéger le polythéiste quand il cherche refuge jusqu'à ce qu'il entende la parole de Dieu. Donc si nous protégeons ainsi les polythéistes à plus forte raison, nous protégeons les Gens du Livre, les Chrétiens et les Juifs dans la communauté musulmane.

Écrit par : L. M. A | samedi, 21 février 2009

L.M.A., vous illustrez parfaitement ce que dit Patrick Ferner :
"Il est donc facile pour les musulmans de faire croire à tous ceux qui ne connaissent pas le Coran, de ne citer que les versets pré-Hégire pour leur présenter l'islam comme une religion d'amour et de tolérance à l'égard des autres religions [...]" ; le verset que vous citez est pré-Hégire.
Quant à l'autre muslim qui me traite de fanatique, cela reviendrait à se faire traiter de truand par Mesrine. Et si le Coran est facile à retenir, c'est qu'il s'adresse au départ à des individus bruts de décoffrage.

Écrit par : Ronin | samedi, 21 février 2009

Je suis chrétien et n'adhère pas à la question de masse consistant à diaboliser l'islam. Accuser l'islam d'être anti-juifs c'est pareil que ceux qui accusent les écrits de Saint Paul de l'être, c'est faux et hors contexte, cela sert à la propagande consistant à diaboliser en qualifiant d'antisémite tout ce qui bouge. Au niveau des chrétiens, plusieurs théories mettent en avant que les Naçara du Coran et plus précisément d'un verset ne concerne pas les chrétiens dans le sens de la communauté majoritaire, ayant foi en la conception aussi majoritairement partagée. Cela vous est expliqué brièvement ici (tout en bas de la page) : http://revue.objections.free.fr/002/002.022.b.htm
Cependant je souhaite réagir à certaines objections sans aucun apriori ni haine de ma part, je ferai simplement noter qu'il faut pas détourner la vérité au profit du romancé, les troupes musulmanes durant les siècles suivant l'Hégire ont été conquérantes et n'importe quel musulman du Proche Orient vous le dira sans aucun problème. Les terres du Proche Orient était chrétienne et des tribus arabes aussi l'étaient elles se sont converties sous la présence et dominance musulmane, mais aujourd'hui encore il reste des minorités chrétiennes. Au niveau de la signification, étymologiquement, c'est autre : http://www.cnrtl.fr/etymologie/islam Cela n'est en rien une critique, mais c'est juste pour recentrer cette discussion.

Que Dieu nous guide et que tous les hommes de paix (nos frères musulmans musulmans et nos frères chrétiens chrétiens) vivent avec cette paix de Dieu. Ceux vivant avec cette paix du Très-Haut n'ont point de haine pour leur prochain (même si c'est difficile lorsqu'on est attaqué mais c'est une source de force mentale inépuisable et insoupçonné).

Écrit par : Marco | samedi, 21 février 2009

Le problème Marco, c'est que l'islam, fondé sur le Coran, est incapable de cette paix, même s'il dit en avoir la volonté, car toute sa perspective en ce monde est celle d'une conversion des infidèles par la violence. (Voyez les déclarations de Mgr Lefebvre à ce sujet, lui qui fut au contact des musulmans pendant des années en Afrique : "Le Coran, qui est la loi de l'Islam, provoque à la discrimination, à la haine et à la violence. Ne m'attribuez pas ce que je dénonce. Les preuves de cette haine et de cette violence sont légions dans le passé et dans le présent. Tant que les Musulmans sont une minorité insignifiante dans un pays chrétien, ils peuvent vivre amicalement parce qu'ils acceptent les lois et les coutumes du pays qui les reçoit. Mais dès qu'ils sont nombreux et organisés, ils deviennent agressifs et veulent imposer leurs lois hostiles à la civilisation européenne. Les exemples abondent.")

http://www.la-question.net/archive/2009/02/19/mgr-lefebvre-le-coran-la-loi-de-l-islam-provoque-a-la-haine.html


Bien évidemment que la paix est à établir, mais il ne convient pas de se méprendre face au danger que représente l'islam, que je considère pour ma part comme le principal, rejoignant Patrick Ferner, qui menace l'Occident.

Écrit par : Lozère | samedi, 21 février 2009

Vous êtes tous des infidèles blaspémateurs ! Honte à ce sacrilège que vous commettez Patrick Ferner. Le Coran est un Livre Saint ! C'est le Livre Saint !

Écrit par : Mishary | samedi, 21 février 2009

L'Islam est le religion d'Allah, de celui et de seul Dieu vrai, comme le dit Vatican II. Ce n'est pas seulement la religion prêchée par Muhammad, mais la religion prêchée par chaque prophète qu'Allah a béni l'humanité avec, à partir d'Adam et Jésus Noé, Abraham, Ismaël, Isaac, Jacob, Joseph, Moïse, Aaron, David, Solomon, Elias, Jonas, Jean-Baptist et le sceau des prophétes Muhammad, paix et bénédiction soit sur eux tous.

Écrit par : Saad Ghamidi | samedi, 21 février 2009

Saad, il faut vous le dire comment ? Jésus n'est pas un prophète, désolé d'avoir à vous decevoir, mais le FILS DE DIEU ! C'EST DIEU LUI-MÊME !!

Écrit par : Falk | samedi, 21 février 2009

Le chef de l’état a déclaré à Orléans le 14 janvier 2009 : "L’antisémitisme, l’islamophobie seront condamnés avec la même sévérité [parce qu’il] n’y a pas de place dans la République pour des antisémites ou des islamophobes".



http://www.euro-reconquista.com/site/spip.php?article40

Écrit par : Jean-Pierre | samedi, 21 février 2009

Merci pour cette information Jean-Pierre. Mais autant l'antisémitisme, puisque relevant du racisme, est aisément identifiable, autant "l'islamophobie" m'apparaît plus que nébuleux comme concept car pour le coup on sort du domaine sacro-saint de la laïcité pour mettre les pieds dans les questions religieuses qui, théoriquement, ne relèvent pas de la compétence de l'Etat. A moins que pour Sarkozy, l'islam ne s'identifie aux populaions d'outre-méditerranée qui vivent sur le sol Français, ce qui serait assez curieux comme raisonnement.

Écrit par : Hire | samedi, 21 février 2009

@ Nebo - Bien lu vos articles, pas mal également, et bon complément à conseiller à la note de Patrick Ferner.

Écrit par : Sulpice | samedi, 21 février 2009

" La religion la plus con, c'est quand même l'islam. Quand on lit le Coran, on est effondré... effondré"
Michel Houellbecq

Écrit par : Fs | samedi, 21 février 2009

Continuez bien M. Ferner à écrire des textes comme celui-ci, vous irez bientôt tout droit devant les tribunaux, car l'Islamophobie n'est pas une opinion, c'est un délit !

Écrit par : A. J | samedi, 21 février 2009

Pour l'instant A.J. on a encore la possibilité, et même le devoir de dénoncer ce qui dans le Coran est profondément inacceptable.

D'ailleurs je vais vous donner un conseil gratuit, si vous voulez mettre un terme à l'islamophobie, faites retirer de la vente tous les exemplaires du Coran, car avec ce qui s'y trouve à l'intérieur, c'est le meilleur adversaire de votre cause !

Écrit par : Dan | samedi, 21 février 2009

A.J. (comme anonymous jihad?),les déclarations de Sarkozy, le premier dhimmi de France, sont d'une connerie inversement proportionnelle à sa taille en mettant sur le même plan l'islamophobie et l'antisémitisme qui est effectivement une forme de racisme. L'islamophobie n'est pas un délit et si c'était les cas ça voudrait dire qu'on ne pourrait plus critiquer l'islam. Je sais bien que dans vos fantasmes les plus fous, c'est ce que vous souhaitez. Ne rêvez pas car si un législateur s'avisait de le faire, la loi ne passerait pas auprès du Conseil Constitutionnel : ce serait vouloir interdire la critique d'une religion particulière et soit cette loi est invalidée, soit on interdit la critique de toutes les religions mais alors ce serait remettre en cause à la fois la laïcité et surtout la liberté d'expression. D'ailleurs, quand des plaignants dans votre genre ont traîné Philippe Val devant les tribunaux pour avoir publié les caricatures de Mahomet dans son journal Charlie Hebdo, pour racisme, ceux-ci, fort logiquement furent déboutés, en première instance, et en appel, les magistrats n'ayant pas assimilé la critique de l'islam au racisme.
Pour reprendre les propos de Dan, ce sont nous, les chrétiens qui devrions nous plaindre du caractère christianophobe du Coran dont certains versets tombent sous le coup de notre loi républicaine : incitation à la haine, à la discrimination religieuse et au meurtre (Tuez-les, tuez-les"). Vous voulez la jouer juridique ? Je propose que demain, on attaque toutes les organisations musulmanes devant les tribunaux pour qu'elles fassent retirer du Coran tous ces versets litigieux générateurs de cette islamophobie que vous vivez avec vos copains du CCIF de façon totalement paranoïaque car je tiens à vous rassurer : ce n'est pas parce qu'on critique ouvertement l'islam qu'on va susciter la chasse aux djellabahs dans les rues. Nous sommes toujours dans un pays civilisé à la différence par exemple, de l'Arabie Saoudite où on coupe encore la main des voleurs comme il est prescrit dans le Coran. Non, dans notre bon pays de France, chacun peut pratiquer la religion de son choix à condition de ne pas irriter nos concitoyens quand on voit des évènements comme celui qui s'est déroulé il y a quelques semaines à Saint Martin d'Hères, banlieue de Grenoble dont la municipalité socialo-communiste fut bien mal récompensée de sa dhimmitude : des muslims furibards manifestèrent devant la mairie pour réclamer un terrain afin de construire une mosquée malgré la loi de 1905 qui l'interdit formellement ; sur ce, ils se mirent à prier sur l'avenue qui passe devant la mairie. Ce sont des évènements de ce genre qui peuvent susciter l'islamophobie. Et si vous n'êtes pas complètement aveuglé par la haine, réfléchissez-y.

Écrit par : Ronin | samedi, 21 février 2009

Je le redis tranquillement, ceux qui écrivent des textes comme celui de cette note se retrouveront bientôt devant les tribunaux, car le Président Sarkozy l'a dit et affirmé, et le Parlement Européen le déclarera sous peu : « Nous devons combattre avec une détermination sans faille toute forme de racisme, toute forme d'islamophobie, toute forme d'antisémitisme. Il n'y a rien de plus semblable à un antisémite qu'un islamophobe. Tous deux ont le même visage : celui de la bêtise et de la haine. (…) Le racisme, l'islamophobie et l'antisémitisme ne s'expliquent pas. Ils se combattent. Ce qui vaut pour la France vaut partout ailleurs dans le monde. »(Nicolas Sarkozy, 3 décembre 2007)

Ainsi, gravez-vous ça profond dans la tête, l'islamophobie, assimilable à l'antisémitisme selon le Président Sarkozy, qui est le nom donné à la discrimination, l' hostilité ou les préjugés à l'encontre de l'islam ou à l'encontre des musulmans, n'est pas une opinion, c'est un délit !

Écrit par : A. J | samedi, 21 février 2009

A.J., je ne vais pas polémiquer avec vous, vu que vous êtes monté en boucle et ne confondez pas votre charia avec nos lois : il n'y a pas dans le code pénal français un article réprimant l'islamophobie. Quant au nabot à talonnette croit qu'il pleut quand il bave, il oublie qu'il a été avocat et que ses propos ne tiennent pas la route. De plus, l'islam est pratiqué par les Arabes qui représentent en gros 20% des muslims, le reste se partageant entre Africains de l'Afrique noire, indonésiens, pakistanais,Ouïgours, etc...

Quant au parlement européen vous allez être déçu:

"Ayaan Hirsi Ali applaudie au parlement européen

Le 14 février, l’Europe politique s’est mobilisée pour soutenir Ayaan Hirsi Ali et lui offrir une protection.
À Paris, nous avons demandé qu’Ayaan soit naturalisée. Pour que la France tienne ses promesses, celle de protéger les femmes « martyrisées ». À Bruxelles, nous avons demandé à l’Union européenne de financer la protection d’Ayaan. Pour que l’Europe tienne ses promesses. Celle de la Chartre des droits fondamentaux, qui garantit la liberté d’expression et de mouvement à ses ressortissants.

On a souvent reproché à cette Charte de n’être qu’un bout de papier. C’est l’occasion de prouver qu’il n’en est rien. Si la majorité du parlement — 393 députés européens — signait la question écrite déposée en janvier par Benoît Hamon et trois autres députés socialistes européens1, l’Europe politique n’aurait plus rien d’un vœu pieux. Entre janvier et février, 83 députés l’ont signé. A l’origine, le meeting du 10 février à Paris a été pensé pour faire connaître cette initiative. Son succès est allé bien au-delà.

Ce 14 février, dans le train qui nous mène à Bruxelles, je tente de lire dans le regard d’Ayaan quelques restes de ce rêve européen qui l’habitait jadis. L’espoir d’une Europe où l’on peut penser et vivre en toute liberté l’a poussé à fuir sa famille, et un mariage forcé, pour y trouver refuge lorsqu’elle avait à peine plus de vingt ans. Quinze ans plus tard, la voilà qui doit fuir aux Etats-Unis. « J’étais un symbole, je suis devenue un problème » explique-t-elle aux journalistes.

Ses propos contre l’excision, les mariage forcés, contre le sexisme, ne lui ont pas seulement coûté des menaces de mort, très sérieuses, mais aussi des insultes et des calomnies. Alors que les islamistes bon teint profitent abondamment de la liberté d’expression offerte par l’Europe, que tout le monde s’offense lorsque leurs mensonges à eux sont démontés, Ayaan doit se justifier d’avoir menti sur un détail pour obtenir le statut de réfugiée politique. Elle doit se cacher pour penser en toute liberté.
Lorsqu’elle vivait aux Pas-Bas, le gouvernement l’a déménagée 22 fois de logement sous prétexte de la protéger. On l’a même exfiltré sur des bases militaires, où elle « vit » entourée de gros bras sans pouvoir sortir. Aucune maison ne semble convenir, jamais. Quand elle finit par en trouver une, ses voisins portent plainte et obtiennent de la faire expulser. La goutte d’eau. Ce jour là, elle décide d’abandonner la politique et de postuler auprès de n’importe quel centre de recherche, fut-il néo-conservateur, pour pouvoir sortir de cet enfer et partir travailler aux Etats-Unis.

Mais l’enfer la rattrape. Désormais, elle doit limiter ses sorties aux maximum si elle ne veut pas épuiser les fonds privés levés servant à financer sa protection. Les Etats-Unis ne peuvent prendre le relais sans un statut diplomatique. Les Pays-Bas n’ont même pas voulu l’envisager. C’est dire si venir au Parlement européen, après cet accueil fou à Paris, signifie quelque chose pour Ayaan. Le président du Parlement a tenu à la voir juste avant la conférence organisée par Benoît Hamon. Un geste fort. Sa neutralité l’empêche de donner des consignes, mais il soutient cette initiative publiquement.

À l’heure du meeting, beaucoup de médias européennes sont présent et foncent sur nous. Je peine à rejoindre mes camarades — Ayaan, Benoît Hamon et Bernard-Henri Lévy — à la tribune. Hamon présente les enjeux de cette question écrite : il ne s’agit pas d’une initiative socialiste mais d’une initiative européenne, qui doit rassembler tout le monde. Il existe un budget spécial pour des « projets pilotes », qui déjà été utilisés pour crééer un fond indemnisant les victimes du terrorisme. L’un de ces projets pourrait servir à crééer un Fond européen en vue de protéger les personnes menacées de mort en raison de leurs opinions. Je préviens : l’Europe politique est la dernière terre d’asile pour les esprits libres comme Ayaan. Bernard-Henri Lévy insiste : « Personne n’incarne mieux les valeurs européennes qu’Ayaan Hirsi Ali ». Ayaan, enfin, prend la parole pour rappeler son parcours. Celui qui l’amène aujourd’hui à demander l’aide de l’Union européenne : « J’aime la vie et je veux vivre ».

Depuis la salle, des députés européens prennent le micro pour dire combien ils la soutiennent. Seuls quelques journalistes des Pays-Bas et quelques journalistes arabes boudent l’athmosphère magique de ce pur moment d’utopie européenne. « Tout cela est-il bien réaliste ? » demande un confrère néérlandais. Je ne résiste pas : « Vous savez, il existe une très belle devise qui pourrait servir à relancer l’Europe politique : ils ne savaient pas que c’était impossible… alors ils l’ont fait. »

De retour à Paris, nous apprenons que Taslima Nasreen a enfin obtenu un visa de 6 mois pour rester en Inde, à condition de se taire. Le complot contre Kurt Westergaard, le dessinateur danois, a été déjoué. Dix-sept journaux danois on publié sa caricature pour le soutenir. Enfin. La tension persiste, la vigilance demeure. Mais cette semaine, incontestablement, les esprits libres ont plutôt bien résisté".

Caroline Fourest

* Benoît Hamon (France),Véronique De Keyser (Belgique), Harlem Désir (France) et Ana Gomes (Portugal), au bureau du Parlement Européen.


Posté par Caroline Fourest à 12:04 - Articles - Rétroliens [0] - Permalien [#]



http://carolinefourest.wordpress.com/2008/03/23/ayaan-hirsi-ali-applaudie-au-parlement-europeen/

Écrit par : Ronin | samedi, 21 février 2009

Ronin, notre muslim n'est pas au bout de ses désillusions au sujet du parlement européen:

"Islam: Proposition de Charte visant les Musulmans d'Europe

Strasbourg, Parlement Européen : mercredi dernier Sam Solomon, ex musulman converti au christianisme, a carrément proposé une « Charte Musulmane » sponsorisée par un membre du parlement européen britannique Gérard Batten exigeant des musulmans qu'ils rejettent publiquement «l'interprétation extrémiste» de leurs textes religieux.

Une Charte Musulmane présentée au Parlement Européen demande aux musulmans de prêter serment et rejeter l'extrémisme.

Une nouvelle initiative a été présentée au parlement européen à Strasbourg mercredi dernier demandant aux communautés musulmanes en Occident d'adopter dans le cadre de leur intégration une attitude claire sur le fondamentalisme et l'extrémisme.

L'auteur de cette Charte Sam Solomon,* expert en Sharia, (loi islamique) vient de proposer une Charte au parlement européen dite « Charte Musulmane ».Le britannique Gérard Batten, parlementaire européen, * a lui même contribué à l'introduction écrite de ce texte.

Selon Sam Salomon, la Charte »permettra aux musulmans de toutes tendances de faire savoir qu'ils rejettent les interprétations extrémistes de leurs textes religieux qui promeuvent ou excusent la violence et font que l'Islam entre en conflit avec le Monde Moderne ».

La Charte appelle les musulmans à :

"Respecter les religions non musulmanes et prononcer une fatwa (décret religieux islamique) interdisant l'utilisation de la force, la violence ou les menaces vis-à-vis des membres de ces religions.

Respecter toutes les civilisations, cultures et traditions et promouvoir la compréhension de la prééminence des lois nationales sur la Charia.

Respecter les libertés occidentales, spécialement de croyance et d'expression, et interdire les réactions violentes contre les personnes qui font usage de ces libertés.

Interdire de prononcer toute fatwa qui résulterait en violence et menaces contre des individus ou des institutions.

Exige des institutions islamiques de réviser et donner de nouvelles interprétations des versets coraniques appelant au Jihad et à la violence contre les non musulmans."

Salomon dit :

« Nous appelons toutes les organisations représentant la foi islamique… à faire leur et signer cette Charte en exemple pour tous les musulmans européens. En faisant cela, elles montreront clairement que « l'Islam est une religion de paix… et que les actes de terrorisme commit en son nom sont ceux d'individus égarés qui ont mal compris et mal interprétés ses enseignements. »

Dans l'Introduction à la Charte, le parlementaire européen britannique Gérard Batten (UKIP : Parti Indépendant UK élu pour travailler au retrait de la GB de l'UE) écrit :

« Le point de vue européen occidental de la religion, acquis après des siècles de bain de sang, de conflit et de division, c'est que la religion est un sujet de croyance et de conscience privée. Les fondamentalistes islamiques ne partagent pas ce point de vue… Ils croient en une théocratie islamique… De tels points de vue ne sont simplement pas compatibles avec la démocratie libérale occidentale… La vaste majorité des musulmans et des non musulmans rencontrés dans le quotidien sont des personnes décentes, respectables, obéissant aux lois, et travaillant dur. Les gouvernements et sociétés occidentales doivent leur offrir leur soutien tout en restant fermes à l'égard des extrémistes. « La Charte est un grand pas dans ce processus ».

Et si quelqu'un refuse de signer cette Charte ?

Quelles sont ses suggestions ? Comment peut on obliger à la signer ?

Sam Salomon a réponse à tout :

« Cette Charte c'est comme une demande de passeport. Si quelqu'un ment, il sera poursuivi. Si elle était acceptée, les autorités auraient la possibilité de poursuivre les personnes en justice. On sait qu'ils peuvent mentir, mais cette fois, cela ne concernerait pas les individus mais les dirigeants de communautés, et ce serait mettre leurs nez dans la poussière, et en l'acceptant pour ce qu'elle est, que la cause réelle du terrorisme vient de l'interprétation de certains versets coraniques par certaines factions de leur religion. De toute façon, ils n'ont jamais été défiés de cette façon avant. »

Cette Charte doit d'abord être présentée au parlement européen comme document de discussion. Certains qui la soutiennent espèrent créer un débat au sein du public européen et des parlementaires, et que l'un d'eux du MEP, Gérard Batten peut être, fasse une proposition pour qu'elle soit votée en tant que loi.

Salomon et Batten la voient comme une proposition obligeant les dirigeants musulmans qui la signent à être tenus pour responsables d'une quelconque violation. Et s'ils ne signent pas, si cette loi était votée et des décrets d'application passés, ils seraient alors passibles de poursuite.

* Sam Solomon : ex musulman converti au christianisme, est professeur de Sharia, vit en exil à Londres, participe à des émissions radio de la web radio Faith Talk où il parle contre l'Islam. Il est consultant auprès du parlement Britannique et du Congres américain".

(Jerusalem Post/Parlement Européen)

date: 2007-01-29 |
http://www.voxdei.org/afficher_info.php?id=18038.88

Écrit par : Patrick Ferner | dimanche, 22 février 2009

Douceur de l'islam :


"Vous infligerez à l'homme et à la femme adultère cent coups de fouet à chacun. Que la compassion ne vous entrave pas dans l'accomplissement de ce précepte de Dieu, si vous croyez en Dieu et au jour dernier. Que le supplice ait lieu en présence d'un certain nombre de croyants."(24.2 / K)

Autre version :

"La fornicatrice et le fornicateur, fouettez-les chacun de cent coups de fouet. Et ne soyez point pris de pitié pour eux dans l'exécution de la loi d'Allah - si vous croyez en Allah et au Jour dernier. Et qu'un groupe de croyants assiste à leur punition." (24.2 / U)

Écrit par : Ghijd | dimanche, 22 février 2009

le sort réservé aux infidèles, mécréants et opposants par le Coran, ou quand la haine du non musulman tourne à l'obsession :

"Combattez-les jusqu’à ce que vous n’ayez point à craindre la tentation, et que tout culte soit celui du Dieu unique. S’ils mettent un terme à leurs actions, plus d’hostilités. Les hostilités ne seront dirigées que contre les impies." (2.189 / K)

Autre version :

"Et combattez-les jusqu'à ce qu'il n'y ait plus d'association et que la religion soit entièrement à Allah seul. S'ils cessent, donc plus d'hostilités, sauf contre les injustes." (2.193 / U)


"Ceux qui refuseront de croire à nos signes, nous les approcherons du feu ardent. Aussitôt que leur peau sera brûlée, nous les revêtirons d'une autre, pour leur faire éprouver un supplice cruel. Dieu est puissant et sage." 4.59 / K)

Autre version :

"Certes, ceux qui ne croient pas à Nos Versets, (le Coran) Nous les brûlerons bientôt dans le Feu. Chaque fois que leurs peaux auront été consumées, Nous leur donnerons d'autres peaux en échange afin qu'ils goûtent au châtiment. Allah est certes Puissant et Sage!" (4.56 / U)

"Quand vous rencontrerez les infidèles, tuez-les jusqu'à en faire un grand carnage et serrez les entraves des captifs que vous aurez faits." (47.4 / K)

Autres versions :

(47.4 / U) Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru frappez-en les cous. Puis, quand vous les avez dominés, enchaînez-les solidement. Ensuite, c'est soit la libération gratuite, soit la rançon, jusqu'à ce que la guerre dépose ses fardeaux. Il en est ainsi, car si Allah voulait, Il se vengerait Lui-même contre eux, mais c'est pour vous éprouver les uns par les autres. Et ceux qui seront tués dans le chemin d'Allah, Il ne rendra jamais vaines leurs actions.

(47.4 / I) Quand vous rencontrerez les infidèles, frappez-les à la nuque jusqu'à en faire un grand carnage.

(47.4 / I) Si vous rencontrez les infidèles, combattez-les jusqu'à ce que vous en ayez fait un grand carnage; chargez de chaînes les captifs.

Écrit par : Ghijd | dimanche, 22 février 2009

Pour Oriana Fallaci, le 11 septembre est comme le révélateur de la vraie nature de l'islam, estimant que les "fils d'Allah" sont tous des millions de fanatiques, d'extrêmistes du Djihad, de délinquants, de violeurs, de prostitué(e)s, de sidaïques et de "sauvages qui pissent dans les baptistères et se multiplient comme des rats" (La Rage et l'Orgueil).

Oriana Fallaci explique qu'elle n'en a pas dit assez et fustige en plus les européens "aveuglés", "collaborateurs et traîtres d'une Europe qui devient chaque jour davantage une colonie de l'Islam". Selon elle, "Penser qu'il y a un bon Islam et un mauvais Islam va contre la raison".

http://www.republique-des-lettres.fr/130-oriana-fallaci.php

Écrit par : Dan | dimanche, 22 février 2009

À la différence des aveugles professionnels, des adeptes de «l'autruchisme», Oriana avait bien vu que toute une frange de l'Islam avait déclaré la guerre à l'Occident et à tout ce qu'il représente sur le plan des valeurs, qu'il était absurde de mettre en accusation les Etats-Unis et de rendre ce dernier pays coupable de tous les péchés du monde, elle aurait pu citer, Jean Daniel, qui s'est pourtant si souvent trompé: «L'anti-américanisme est le socialisme des imbéciles». Elle connaissait sans aucun doute ce qu'écrivait Alain Bauer et Xavier Raufer, en 2002 dans leur ouvrage, plus que jamais d'actualité, La guerre ne fait que commencer: «La médiasphère n'a qu'une explication pour le crime ou le terrorisme: c'est la misère qui les provoque. Cent études indiscutablement scientifiques ont été produites au long des deux dernières décennies montrant qu'il n'en est rien. Bienséante autant que romantique, l'affirmation est tout simplement fausse. Mais rien n'y fait... Après le 11 septembre, le serpent de mer des misérables sombrant dans le fanatisme refait surface, ce qui est grotesque».

http://www.libertyvox.com/article.php?id=214

Écrit par : C. Kintzler | dimanche, 22 février 2009

Rappel : "Je trouve honteux que la presse s'indigne de voir les chars israéliens cerner l'Eglise de la Nativité, alors qu'elle ne s'indigne pas de savoir que deux cents terroristes palestiniens, dont des chefs du Hamas et d'El Aqsa, armés, avec munitions et explosifs, soient, dans cette église les hôtes non désirés des moines (et qu'ils acceptent, des mains des soldats des chars, des bouteilles d'eau minérale et du miel)." Oriana Fallaci

Écrit par : Jude | dimanche, 22 février 2009

Il faut savoir qu’Oriana Fallaci a donné, par testament avant de mourir, l’ensemble de sa bibliothèque à l’Université Pontificale du Latran, dont Mgr Fisichella est le Recteur.

Ces dernières années, les prises de position très polémiques et provocatrices de cette femme hors du commun avaient défrayé la chronique. Elle y étrillait en particulier l’Islam ce qui lui vaut des accusations et des procès pour racisme et xénophobie.

Ainsi, dans un essai qui fit scandale, "La Rage et l’Orgueil" (Paris, Plon, 2002) elle ira jusqu’à écrire : " il y a quelque chose, dans les hommes arabes, qui dégoûte les femmes de bon sens " ; ou encore " au lieu de contribuer au progrès de l’humanité, ils passent leur temps avec le derrière en l’air à prier cinq fois par jour ".

Selon elle, en Europe, les arabes " se multiplient comme des rats ".

Écrit par : Xavier | dimanche, 22 février 2009

Avant de mourir, Fallaci voulait dessiner une caricature humoristique sur Mahomet septuagénaire avec ses neuf femmes, dont une fillette, et une chamelle avec la burqa. Et elle disait vouloir faire sauter à la dynamite la mosquée qui devait surgir de terre à Colle Val d’Elsa. Ainsi, il n’est pas fortuit du tout que la vie de la journaliste écrivain se soit conclue pendant que le pape Ratzinger ressentait l’impérieux besoin de citer une invective d’il y a 700 ans, de l’empereur Manuel II Paléologue : « Montre moi donc ce que Mahomet a apporté de nouveau, et tu n’y trouveras que des choses mauvaises et inhumaines ».

Entre la bilieuse athée toscane et le théologien bavarois qui l’avait reçue il y a un an, il y avait un véritable feeling.

Écrit par : Nath | dimanche, 22 février 2009

Dans une interview à Playboy, elle disait que les gays « se déhanchent et remuent la queue ». Elle disait aussi des musulmans somaliens immigrés qui clochardisent en Italie qu'ils « laissent des traces jaunes, d’urine, sur la marbre, en profanant la cathédrale de Florence », redoutant le jour où les musulmans « cagueront dans la Chapelle Sixtine ».

Écrit par : Jude | dimanche, 22 février 2009

Des passages entier du Coran ne sont que des reprises de légendes folkloriques !

- la sourate XVIII dite "la caverne"
- La légende des Sept dormants d'Ephèse
- La légende de moïse
- La légende d’alexandre le grand

Par ailleurs, Zayd le secretaire du prophete etait probablement juif, or Zayd est l'artisant principal de la collecte du coran , Zayd a fréquenté l’école juive de Yathrib il savait de l’araméen ou du syriaque . Le Coran est donc issu d'un travail collectif, l'arameen et le syriatique étant une des solution pour decoder les versets n'ayant aucune signification.

On se bornera à donner un exemple pour illustrer ces aspects. Il s'agit de cette crux interpretum qu'est la sourate 108 (dite « Al Kawthar », « l'Abondance »):

« En vérité, Nous t'avons donne 1'Abondance. / Prie donc en l'honneur de ton Seigneur et sacrifie ! / En vérité, celui qui te hait se trouve être le Déshérité » (traduction de Régis Blachère).

Plusieurs chercheurs occidentaux reconnaissent que cela ne fait pas sens. Les exégètes musulmans, eux, manifestent leur embarras ; la rime et le sens du « mystère » aidant, ils y voient pourtant une merveille. Finalement, la majorité d'entre eux considèrent qu'Al-Kawthar est le nom d'un fleuve du paradis ! Dans la lecture syro-araméenne de Luxenberg, cela devient: « Nous t'avons donné [la vertu] de la persévérance ; / Prie donc ton Seigneur et persiste [dans la prière] ; / Ton adversaire [Satan] est [alors] le vaincu. »

A l'origine de cette courte sourate se trouve une liturgie syriaque, réminiscence de la Première Epître de saint Pierre (5, 8-9) d'après le texte de la pshitta (traduction syriaque de la Bible)... et qui est aussi la lecture de l'office des complies dans le bréviaire romain !

Écrit par : Rordorf | lundi, 23 février 2009

La condition féminine fait partie des plus grands scandales générés par le Coran. La hiérarchie entre femmes et hommes doit obéir à la règle machiste fort répandue (II, 228): "Les maris sont supérieurs à leurs femmes". La femme idéale est plus proche de l'esclave soumis que d'une personne apte à décider de sa vie (IV, 38): "Les hommes sont supérieurs aux femmes à cause des qualités par lesquelles Dieu a élevé ceux-là au dessus de celles-ci, et parce que les hommes emploient leurs biens pour doter les femmes. Les femmes vertueuses sont obéissantes et soumises.". Ou encore, sur la servitude à laquelle la femme est assignée (VII, 188): "C'est lui qui vous a créés tous d'un seul homme, qui en a produit son épouse afin qu'il habitât avec elle, elle porta d'abord un fardeau léger et marchait sans peine."

La femme est une possession du mâle dont il peut disposer comme bon lui semble, tant en ce qui concerne l'épouse (II, 223): "Les femmes sont votre champ. Cultivez-le de la manière que vous l'entendrez, ayant fait auparavant quelque acte de piété.", que les filles (II, 220): "Ne donnez point vos filles aux idolâtres tant qu'ils n'auront pas cru.". Et comme tout bien de consommation est jeté lorsqu'il n'a plus les faveurs de l'utilisateur, la femme peut être répudiée avec facilité et la procédure est précisée en (II, 229 à 233) et (LXV, 1 à 4).

Le mépris dans lequel sont tenues les femmes éclate dans l'équivalence "1 homme = 2 femmes" lors du besoin de témoins dans le règlement d'un litige en (II, 282): "Appelez deux témoins choisis parmi vous; si vous ne trouvez pas deux hommes, appelez-en un seul et deux femmes parmi les personnes habiles à témoigner; afin que, si l'une oublie, l'autre puisse rappeler le fait.".

Cette même inégalité de traitement prévaut aussi dans les droits de succession (IV, 12): "Dieu vous commande, dans le partage de vos biens entre vos enfants, de donner au fils mâle la portion de deux filles; s'il n'y a que des filles, et qu'elles soient plus de deux, elles auront les deux tiers de la succession; s'il n'y en a qu'une seule, elle recevra la moitié.", ainsi que (IV, 175). La primauté de l'homme provient de son apparition première (III, 193): "Les femmes sont issues des hommes.", et (IV, 1): "O hommes! craignez votre seigneur qui vous a créés tous d'un seul homme; de l'homme il forma sa compagne.". La polygamie est officiellement acceptée en (IV, 3): "Si vous craignez d'être injustes envers les orphelins, n'épousez que peu de femmes, deux, trois ou quatre parmi celles qui vous auront plu.", et Mahomet montre l'exemple (XXXIII, 6): "Le prophète aime les croyants plus qu'ils ne s'aiment eux-mêmes; ses femmes sont leurs mères." et (XXXIII, 27) ainsi que (XXXIII, 47): "O prophète! il t'est permis d'épouser les femmes que tu auras dotées, les captives que Dieu a fait tomber entre tes mains, les filles de tes oncles et de tes tantes maternels et paternels qui ont pris la fuite avec toi, et toute femme fidèle qui livrera son cœur au Prophète, si le Prophète veut l'épouser.".

Le machisme musulman ne se limite pas à établir une supériorité homme - femme mais prévoit aussi la réprimande violente et l'exprime avec la plus grande clarté (IV, 38): "Vous [les hommes] réprimanderez celles dont vous avez à craindre l'inobéissance; vous les relèguerez dans des lits à part, vous les battrez; mais aussitôt qu'elles vous obéissent, ne leur cherchez point querelle. Dieu est élevé et grand."

Le Coran montre ici son vrai visage de religion rétrograde et agressive, qui ne survit que par la terreur qu'il inspire aux unes et par l'attribution d'une supériorité factice à des hommes dépourvus de raison. De même en (IV, 19): "Si vos femmes commettent l'action infâme (l'adultère), appelez quatre témoins. Si leurs témoignages se réunissent contre elles, enfermez-les dans des maisons jusqu'à ce que la mort les visite ou que Dieu leur procure un moyen de salut."

La mort pour les femmes adultères, seul remède pour un islam brutal qui, par contre, n'envisage pas le cas de l'homme adultère. Autre exemple d'infidélité conjugale à la charge des épouses en (LXVI, 10), avec toujours la mort comme issue pour une religion de la domination masculine. Appeler à la mort de l'autre, de celui qui est différent, n'est pas la marque d'une réflexion particulièrement élaborée comme voudraient nous en persuader les théologiens.

Écrit par : Celias | lundi, 23 février 2009

L'islam entretient un soupçon tenace à l'égard de la foi des femmes, ce qu'un hadith résume en disant "Les femmes manquent de raison et de religion." La femme n'est plus autorisée quand elle a ses règles à participer à la prière, ni à pratiquer le jeûne, ni même à réciter valablement le Coran, toutes prescriptions obligatoires pour les fidèles à part entière, les hommes. Même pour l'accomplissement des rites du Pèlerinage à La Mekke, le vêtement spécial requis est réservé aux hommes.

Mais la plus significative sans doute des discriminations dont sont victimes les femmes est celle du vendredi : la prière du vendredi est interdite aux femmes. Or cette prière célébrée à la grande-mosquée dès que la communauté atteint un certain nombre de fidèles ( 12 ou 40 selon les usages locaux ou les circonstances) est la manifestation fondamentale de l'existence de la communauté musulmane. L'assistance y est obligatoire pour les hommes. Elle est dirigée par un imam qui y prononce la harangue religieuse et politique qui guide et conduit la communauté. L'interdiction faite aux femmes d'y assister confirme qu'elles ne sont pas des membres à part entière de la communauté. Ce qui est sur le plan religieux la traduction de la suspicion de l'islam vis à vis des femmes et sur le plan social et politique, l'aveu du mépris dans lequel on tient leur opinion.

Écrit par : Buloyer | lundi, 23 février 2009

A.J,
Je suis entièrement en accord avec vous. Ce serait intéressant qu'un Juge traite le Coran d'islamophobe car M. Ferner n'a fait que citer des textes de ce livre.
Il est à noter aussi que la Bible est le livre le plus anti sémite et le Nouveau Testament le livre le plus anti chrétien.
Mais ces deux derniers ne font que mettre en avant la corruption de l'homme alors que le premier ne s'en prend qu'aux adversaires.

Drôle de société qui pointe du doigt la pensée dite "incorrecte".
Je pense que les choses doivent être tout simplement dites et citer l'islam comme une hérésie chrétienne, cela se tient sur le plan de l'argumentaire.
Je ne sais pourquoi mais je pense à Churchill qui a dit à peu près :
Entre la guerre et le déshonneur, ils ont choisi le déshonneur et ils ont perdu la guerre.
De plus A.J, vous confondez racisme et critique de l'islam. C'est le racisme qui est condamnable. Nous sommes dans une société laïque et nous avons le droit de parler d'une religion quelconque. Vous oubliez que les arabes ne représente que 20% des musulmans !
D'ailleurs, qui se gêne de proférer pléthore de blasphèmes sur la chrétienté ?
Maintenant, et pour vous vous conforter dans votre jugement négatif vis à vis de nous, je vous dirai tout simplement qu'un vrai chrétien (qui ne peut que considérer le Christ comme Fils de Dieu et sauveur de l'humanité entière) envisage les religions antérieures au Seigneur comme préparatoires à sa venue et celles postérieures comme fausses.
De plus, le Père qui envoya son Fils unique en holocauste ne peut pas être confondu avec Allah et son Coran que nie sa Divinité. Pour nous, il ne peut y avoir qu'une Révélation.
N'en déplaise à René Guénon et ses adeptes !

Écrit par : La Fouine | mardi, 24 février 2009

Voici un article d'une islamologue réputée, Anne-Marie Delcambre dont j'ai publié deux de ses articles sur mon blog :

Lettre ouverte au Cardinal Tauran

Anne-Marie Delcambre adresse une lettre à Son Eminence, le cardinal Jean-Louis Tauran, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux.

"Votre Eminence,

Quand on lit vos propos («Comment a fait Dieu pour revenir dans nos sociétés. C'est le grand paradoxe : grâce aux musulmans». «Ce sont les musulmans qui, devenus en Europe une minorité importante, ont demandé de l'espace pour Dieu dans la société».) et qu'on a connaissance du sermon de Son Excellence, l'évêque d'Alger, Mgr Pavy, prononcé en 1853, il y a un siècle et demi, on se demande si tous les deux appartenez bien à la même religion !
Voici, Eminence, des extraits de l'homélie de ce prélat du XIXème siècle. Sa franchise de ton, concernant l'islam, est tellement éloignée de votre frilosité pleine de soumission qu'on a peine à croire ce qu'on lit.

«Pour commencer, celui qui prétend être le prophète d'Allah, Mahomet, devrait avoir des lettres de créances", c'est-à-dire la prophétie, les miracles et l'intégrité de l'ensemble de sa vie... "Rien de tout cela ne se trouve chez Mahomet, cet homme de pillage et de sang qui prêche sa doctrine à coup de cimeterres, en promenant la mort sur un tiers du globe alors connu !
Prophète ? "Il n'a même pas su deviner qu'un jour le poison lui serait servi par des mains soumises".
Et les miracles ? "Mahomet répète jusqu'à satiété que Moïse, Jésus-Christ et les autres prophètes ont fait des miracles, témoignage précieux pour notre foi, mais que lui n'est pas chargé d'en faire : il n'est chargé que de la prédication ; voilà la confession de son impuissance et par conséquent de son imposture et de son erreur". Par ailleurs, dit-il "j'ai lu le récit de ses 18 miracles, d'après les auteurs arabes. Ce sont des phénomènes sans raison d'être, des contes puérils où tout au plus des tours de sorcellerie qui feraient rire de pitié nos fameux prestidigitateurs... Tantôt ce sont des arbres qui se promènent, des pierres qui parlent et autres niaiseries que nous avons honte de rapporter ici. Voilà tout son bagage de thaumaturge" ! Et manque d'arguments et de miracles Mahomet fait croire que "le miracle des miracles, c'est le Coran, prodige qui dépasserait en beauté toutes les formes humaines..."
"4 ou 5 chapitres du Coran sont assez agréablement tournés, j'en conviens ; mais... qu'est-ce que peuvent faire 5 chapitres pour racheter les prodigieuses niaiseries, les maximes jetées sans ordre, les hiéroglyphes bizarres, les non-sens habituels et les flagrantes contradictions qui remplissent les 114 chapitres de ce tome indigeste" ?
"Dans le Coran je n'ai rien trouvé de bien neuf. Presque tout, excepté les infamies, y est emprunté et contrefait. (….)
Le dieu de Mahomet "change l'éternelle beauté du ciel en un lieu de prostitution, dont les orgies dépassent en lubricité multiple et stérile tout ce que l'idolâtrie elle-même, dans ses conceptions les plus abjectes, avait pu rêver. Le dieu de l'islam, c'est un être tellement immonde, en sa complaisante faiblesse, que si l'autorité chargée de la garde des moeurs rencontrait dans nos rues quelque chose de semblable, elle devrait à l'instant l'arrêter et le dérober aux yeux d'un public, hélas, pourtant si facile ! Et ce serait là le vrai Dieu ?"
"Oh, non, non, ce n'est pas là le vrai Dieu du ciel et de la terre, le Dieu des nations, le Dieu des prophètes, le Dieu de Moïse, le Dieu de Jésus-Christ. Ce n'est pas Vous, ô Sainte Trinité, que cet homme a violemment combattue. Ce n'est pas Vous, ô Père saint, ô Verbe éternel, ô Esprit de lumière et de charité ! Ce n'est pas Vous, Jésus, le salut et la vie de mon âme... Cet homme, Mahomet, ne vous a pas connu, il n'a pas su vous aimer, lui. Pardon, Seigneur, si, pour la défense de votre nom, j'ai parlé d'un autre dieu que vous !"
"L'islam est une prétendue religion que certains Français entourent encore de tant de respect... Quelle morale est-ce donc, mes frères, que celle dont votre évêque n'ose pas exposer les principes, même pour les flétrir ?"
La morale de l'islam ? "L'association du sang à la volupté, la guerre à l'infidèle, guerre permanente, guerre qui doit durer jusqu'à leur entière extermination ou soumission au tribut. "
"En lisant l'Evangile, j'ai appris à prier ; en lisant le Coran, je n'ai rien appris, et le musulman, j'en suis sûr, n'y apprend, lui, qu'à répéter de creuses et de vides formules. Je serais tenté de dire qu'une telle prière est un outrage, puisqu'elle s'adresse à un dieu qui n'existe pas, ou qui existe avec des attributs tout opposés à ceux que lui prête la doctrine du musulman. "
Et la science ? "Elle a paru, chez eux, comme un météore ; elle est restée, chez nous, comme un soleil dont les feux alimentent sans cesse l'activité de l'intelligence humaine... Quel progrès ont-ils fait dans l'agriculture ? Aucun ; et, tandis que nos moines défrichaient l'Europe, les musulmans ont abandonné à la stérilité ces belles provinces de la Syrie et de l'Afrique, si fertiles et si peuplées à l'époque où l'islamisme s'abattit sur elles. "
"Et la famille ? L'époux y est un capricieux despote, la femme une esclave ; point d'instruction, même élémentaire, pour elle ; point de mosquées où elle puisse prier avant l'âge de la vieillesse. (...)"
Ces extraits du sermon prononcé par Monseigneur Louis Pavy, évêque d'Alger, en la cathédrale d'Alger pendant le Carême de... 1853 pourraient être du Père Samuel, prêtre catholique belge, injustement accusé.
Pour Mgr Pavy, comme pour le Père Samuel, le Dieu des chrétiens n'est pas le Dieu des musulmans. Mais il suffit d'examiner la théologie catholique pour constater qu'ils ont raison. Entre l'islam et le catholicisme il y a une totale incompatibilité théologique. C'est l'opinion de (saint) Jean Damascène (8ème s) aussi bien que celle de (saint) Thomas d'Aquin (13ème s).
Or, Eminence, vous et vos prêtres favorables au dialogue islamo-chrétien, subissez l'attraction de l'islam et êtes terriblement tentés par cette religion. Et là vous épousez la vision de l'orientaliste Louis Massignon qui persuada les milieux chrétiens que l'islam se rattachait à Abraham et que le Coran était aussi une révélation. En fait Louis Massignon dont l'homosexualité n'était un secret pour personne, ne pouvait rester serein devant la virilité arabe qui le bouleversait jusqu'au plus profond de lui-même.
Cette attirance envers les musulmans ne s'accompagnait pas d'une attirance pour les juifs, bien au contraire. Il avait une nette préférence pour les musulmans, jugés «meilleurs» que les juifs puisqu'ils reconnaissent Jésus et Marie, croient à la virginité de cette dernière, ce que les juifs ne font pas. Peu importait à Massignon que ce ne soit pas le même Jésus et la même Marie !
En bon disciple de Massignon, Eminence, vous vous rapprochez de l'islam. Mais en même temps vous vous écartez du judaïsme. Vous perturbez la relation entre juifs et chrétiens, rendue si difficile dans le passé. Vous brouillez les cartes, obscurcissez les esprits de vos fidèles, et ceci parce qu'au fond de vous et de vos prêtres demeure un fond d'antisémitisme qui ne dit pas son nom ou qui le déguise en antisionisme.
L'Eglise, la vôtre, ne sait plus ce qu'elle croit ni pourquoi elle le croit. Elle glisse vers l'islam, sans s'en apercevoir.
Dans le passé beaucoup de Chrétiens d'Orient ont été vendus à l'islam, par leurs pasteurs. C'est le cas en Egypte, en Syrie, en Afrique du Nord.
Parce que vous vous sentez affolé par le refroidissement de la foi et de la pratique religieuse en pays européens, vous admirez la dévotion musulmane. Vous vous émerveillez de ces hommes qui, dans un hangar ou dans la rue, se prosternent pour la prière. Mais en revanche quand les fidèles catholiques du Père Samuel prient avec ferveur dans un hangar ou dans un dancing… quand ils se privent pour acheter une église, ils n'ont droit qu'à du mépris de la part de leur évêque, Mg Guy Harpigny, disciple de Massignon et fervent défenseur du dialogue islamo-chrétien.
Le père Samuel qui vient d'Orient, qui parle araméen, turc et persan, qui connaît l'islam de l'intérieur, n'est pas vu, par vous et vos confrères, comme un égal, comme un frère en religion. Quel insupportable racisme.
Ce curé vous semble ridicule, avec son chapeau rond, sa barbe, son christ qu'il brandit à chaque instant. Vous ? vous ne mettez la pourpre cardinalice que dans les cérémonies à l'église. Sinon dans la rue, on pourrait vous prendre pour un directeur de supermarché.
Pour le Père Samuel il n'y a pas de distinction entre sa vie privée et sa vie publique. Il est entièrement prêtre catholique au point d'en devenir gênant pour vous.
Vous ne l'acceptez pas mais vous trouvez des beautés dans la religion musulmane traditionnelle que vous admirez pour ses traditions, son esprit communautaire, sa chaleur humaine, sa généreuse hospitalité.
Mais la gentillesse, la générosité, l'érudition du prêtre catholique oriental, cela ne vaut rien. La communauté du Père Samuel, l'évêque de Tournai, en Belgique, la rejette avec dégoût et s'entend avec des juristes pour l'assimiler à une secte ou à une association de malfaiteurs. Et le Père Samuel est vu comme un escroc, un malfrat et personne ne bouge dans la hiérarchie. Quelle honte!
Eminence, ce n'est pas Dieu que les musulmans ont fait revenir dans nos sociétés. Ce sont les démons du fanatisme, du totalitarisme religieux, de la violence aveugle".

© Anne-Marie Delcambre pour LibertyVox et Euro-Reconquista

http://www.libertyvox.com/article.php?id=358

Écrit par : Patrick Ferner | mardi, 24 février 2009

Merci Patrick Ferner pour cet éclairage au sujet du caractère profondément pervers et malsain du Coran. Reconnaissons également à la Question une certaine cohérence. Il était nécessaire qu'un équilibre soit réalisé entre la critique du judaïsme post chrétien, comme le fit Zacharias, et l'islam, ce qui est chose à présent effectué. Par ailleurs, pertinente analyse de La Fouine : "Ce serait intéressant qu'un Juge traite le Coran d'islamophobe car M. Ferner n'a fait que citer des textes de ce livre."

Une question cependant La Fouine, que faites-vous des passages les plus féroces contre les Juifs contenus dans les Evangiles, ne pourrions-nous pas dire que la Bonne Nouvelle n'en est pas vraiment une pour les hébreux ?

Écrit par : Nectco | mardi, 24 février 2009

Alerte info


L'Autriche s'inquiète de ses imams


Libération.fr


Plus d'un cinquième des enseignants autrichiens en religion islamique n'adhèrent pas à la démocratie et 18 % d'entre eux approuveraient la mise à mort d'un musulman apostat : les résultats de l'enquête menée par le sociologue Mouhanad Khorchide, 37 ans, de confession musulmane, ont déclenché un tollé, aussi bien dans l'opinion qu'au sein de la classe politique autrichienne.

Écrit par : Radio libre | mardi, 24 février 2009

Nectco,
Certes, la Bonne Nouvelle n'en est pas une pour les hébreux puisqu'ils n'ont pas reconnu le Messie.
Toutefois, de mémoire, les passages les plus féroces sont surtout destinés aux pharisiens qui, justement, ont gardé la forme mais perdu l'esprit.
D'une manière générale, les critiques ne sont là que pour illustrer la perversion humaine; que ce soit dans l'Ancien ou le Nouveau Testament.
Ce n'est pas le cas pour le coran.

Écrit par : La Fouine | mardi, 24 février 2009

La Fouine - Les Pharisiens ne seraient-ils pas hébreux ? voire les plus fidèles dévots de la Loi ? Le probème reste entier...

Écrit par : Nectco | mercredi, 25 février 2009

Suresnes découvre l'islam

V Salle réservée à la femme voilée. Ces quelques mots inscrits sur le prospectus publicitaire d’un salon de coiffure de Suresnes, le Marrakech, en ont interloqué plus d’un. Du syndicat des coiffeurs aux associations de quartier en passant par la mairie, «on n’a jamais vu ça». Bienvenue dans le monde réel...


http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2009/02/suresnes-d%C3%A9couvre-lislam.html

Écrit par : Bienvenue dans le monde réel | mercredi, 25 février 2009

Nectco,

Je ne vois pas où vous voulez en venir.
Que déduisez vous de la colère de Notre Seigneur envers les pharisiens?
Oseriez vous comparer cela aux versets dont Ferner parle ?

Écrit par : La Fouine | mercredi, 25 février 2009

Bonsoir,
Ce que je voulais surtout dire c'est que prendre des passages pour dire c'est antisémite, c'est relativement caricatural car un message malgré tout ce que l'on peut dire ne se résume pas à ça.

Ce serait comme réduire le message chrétien à ces verset arguant qu'ils sont antisémites (c'est ce que disent certaines personnes)
1 Thessaloniciens 2.15
Ce sont ces Juifs qui ont fait mourir le Seigneur Jésus et les prophètes, qui nous ont persécutés, qui ne plaisent point à Dieu, et qui sont ennemis de tous les hommes

Dire que les juifs sont ennemis de tout homme peut être aussi perçu comme une insulte, sortie du contexte de l'écrit c'est difficilement compréhensible mais le verset et même celui d'avant qui est :
2.14 Car vous, frères, vous êtes devenus les imitateurs des Églises de Dieu qui sont en Jésus Christ dans la Judée, parce que vous aussi, vous avez souffert de la part de vos propres compatriotes les mêmes maux qu'elles ont soufferts de la part des Juifs.

Ce dernier illustre un contexte de souffrance et persécution ce qui fait que ce passage est virulent contre les juifs (et non pas seulement les pharisiens), avec le Coran c'est un pareil, entre les versets Mecquois et Médinois qui changent de ton (les plus rudes étant donc les derniers).

Depuis quelques temps ici on diabolise l'islam et le monde arabe plus globalement et là-bas chez eux on diabolise le christianisme et les juifs, on peut se demander qui cela peut donc servir. Je ne dis pas que les musulmans (ou autres) sont tout rose, loin de là, mais ils ne le sont ni plus ni moins que tout homme, en tenant compte de ce qui l'entoure. De nos jours le statut de Dhimmi c'est finit dans la plupart des pays (certains le faisant indirectement par la pression de certain groupe sur la société) et la plupart des minorités souhaitent rester dans ces pays (mais les guerres menées par les US et consorts les font partir telle que c'est le cas en Irak ou en Palestine), la plupart des minorités chrétiennes du Proche-Orient) sont imprégnés de culture arabe et musulmane tout en ayant gardé leur tradition chrétienne, pour comprendre ce que je dis je vous propose de consulter ce lien :
http://paxchristi.cef.fr/docs/Histoire-geo-%20chr-tiens%20med%5B1%5D.%2007.pdf

Extrait :
"Cette spécificité tient au fait que, étant arabes, nous appartenons fortement au monde musulman et je dois dire que, par cette pécificité arabe, chaque chrétien du Moyen-Orient peut se dire ainsi - s'il vit sa culture en profondeur - culturellement musulman."

Écrit par : Marc | mercredi, 25 février 2009

Marc,
Mes propos sont rarement argumentés et sont plutôt des réactions humoristiques sur des sujets sensibles (pseudo ; La Fouine).
Dire que la Bible (ou la Torah) est antisémite est un raccourci que je tiens d'un ami juif professeur d'hébreu et de spiritualité hébraïque.
En quelque sorte, pour ma part c'est un compliment adressé à ce peuple qui possède un humour que bien d'autres lui envient.
Il semble que vous connaissez bien les pays arabes (y demeurez vous certainement ?) et je suis entièrement en accord avec votre analyse.
Toutefois, en Europe, nous subissons une islamisation de la société et de la pensée par le développement de cette religion post-chrétienne qui ne se présente pas toujours comme elle est dans le fond.
Si vous habitez dans un pays islamique, vous devez prendre conscience qu'il en faut peu pour être condamné comme prosélyte.
Un chrétien qui embrasse l'islam en Europe ne subit pas de contrainte mais le contraire est même "interdit".
Une des plus belles imbécilité de ce monde est le racisme, je vous le concède. Il est vrai que notre attitude de résistance peut entrainer des troubles pour les chrétiens arabes. Mais doit on pour cela tout admettre en Occident?
Même si c'est plus facile pour moi que pour vous je vous redirai ces mots de Churchill : entre la guerre et le déshonneur, ils ont choisi le déshonneur et ils ont perdu la guerre.
Je reproduis votre extrait :
"Cette spécificité tient au fait que, étant arabes, nous appartenons fortement au monde musulman et je dois dire que, par cette spécificité arabe, chaque chrétien du Moyen-Orient peut se dire ainsi - s'il vit sa culture en profondeur - culturellement musulman."
Je partage ce point de vue mais peut on dire que les les arabes vivant en Europe soient "culturellement chrétiens".
En conclusion, je vomis le racisme mais je ne peux que me poser des questions sur une religion qui prône son développement par la force sur des terres "culturellement chrétiennes".
C'est peut être à cela que sert ce blog!

Écrit par : La Fouine | jeudi, 26 février 2009

Vous dites : "la Bonne Nouvelle n'en est pas vraiment une pour les hébreux..." erreur, elle était aussi une Bonne Nouvelle pour les hébreux Nectco, pour eux comme pour les autres ! Seule une volonté égoïste de conserver pour eux uniquement la possibilité des promesses du Royaume leur empêcha de l'accueillir pleinement, mais elle leur était tout autant destinée et préparée par Dieu.

Écrit par : Lozère | jeudi, 26 février 2009

La Fouine : "En Europe, nous subissons une islamisation de la société et de la pensée" - oui d'accord. Mais est-ce que le plus grand danger, pour les musulmans comme pour nous, n'est pas, grâce au puissant pouvoir des forces universelles dont l'unique divinité est l'argent, l'indiférence en matière religieuse, l'athéisme pratique et la désacralisation générale ?

Écrit par : Pierre | jeudi, 26 février 2009

OK Pierre

Écrit par : La Fouine | jeudi, 26 février 2009

Bonsoir La Fouine

Vous avez raison, je dirais même que c'est ce que dit l'auteur du fichier que j'ai cité plus haut, je vous met ici la suite de la phrase que j'ai cité :

" +Phrase que j'ai cité+. De même que je pense que des musulmans qui vivent en France depuis quelques générations pourraient se dire - moi je le ferais - qu'il est un musulman de culture chrétienne parce qu’il ne peut pas faire abstraction dans la culture française, de tout ce qu'il y a de chrétien, même si l’identité chrétienne de l’Europe est niée. C'est très frappant donc, même au plan religieux : la présence depuis des siècles dans le monde musulman fait que nous sommes aussi, d'une certaine manière, musulmans. Si cela est accueilli comme un plus, alors nous avons une force positive formidable, c'est que nous sommes, Sir Laurence disait « des passeurs », nous sommes plus que des passeurs, nous sommes « des ponts » qui existent constamment en eux-mêmes, avec le monde musulman et par rapport au monde musulman."

Quant à votre question, je pense qu'il faut faire la différence (c'est ce qu'oublie probablement cet auteur), les chrétiens du Proche Orient sont là depuis toujours et ont vécu au gré de l'histoire régional. Alors qu'en Europe c'est une immigration récente, c'est à dire qui n'est pas de culture locale à la différence des chrétiens du Proche Orient qui étaient là avant l'islam et le sont toujours avec sa présence. Ils sont donc forcément imprégnés de la culture arabo-musulmane. C'est une différence non négligeable, je pense en effet que les non chrétiens en France peuvent se dire de culture occidental car ils le sont pour beaucoup et donc imprégnés de culture chrétienne sur certains aspects mais ce n'est pas pareil que si il étaient français depuis des générations, musulmans depuis le début de l'islam et ayant vécu avec les français chrétiens depuis toujours. En gros ce n'est pas pareil que le cas des chrétiens en Orient, dont la présence au Proche Orient est apostolique donc le temps fait aussi les choses, ce qui n'est pas le cas de l'islam en France. Mais prenons l'exemple des Balkans, ils ont des autochtones musulmans depuis plusieurs siècles il me semble qu'ils sont aussi imprégnés aussi de la culture locale, donc chrétienne, et que leur conception de l'islam n'est pas celle que l'on retrouve dans les pays arabes d'une manière générale, elle il me semble est moins rigoureuse.

Sinon pour vous répondre, non je vis en France.
Au niveau de la "résistance" le nationalisme se voit confronté à des question qui le limite. Soit il est basé sur l'origine ethnique, l'appartenance à une culture, une nation mais dans ces cas là il fait abstraction du côté religieux mettant sur la touche ceux qui sont d'une ethnie voir culture différente même si ils partagent la même religion. Soit il se fonde sur la religion et là ce n'est plus du nationalisme au sens exact du terme, et il fait donc abstraction de la composante religieuse minoritaire de leur sociéyé qui partage pourtant tout le reste en dehors de la foi.

Les enjeux diffèrent aussi, les idées nationalistes dans lesquels un certain nombre chrétiens étaient fortement engagés (pour l'exemple nous pourrions citer les très connus Michel Aflak fondateur du parti Baas ; Antoun Saadé fondateur d'un parti Syrien, ou encore comme Georges Habache l'un des fonateurs du FPLP un parti de résistance de gauche palestinien) n'ont plus la même influence aujourd'hui qu'hier où l'aspect religieux a été ravivé depuis, l'islam devient pour les musulmans l'élément rassembleur, les non-musulmans étant plus ou moins sur la touche puisque justement non-musulmans et donc ne pouvant pas se reconnaitre entièrement sous la bannière religieuse.

Vous avez tout à fait raison de noter que certains actes causes des troubles pour les chrétiens qui vivent là-bas, le discours de Ratisbonne a crée des violences sur des édifices religieux chrétiens, la guerre US en Irak est un grand malheur pour les chrétiens irakiens qui ont fuis par millier le pays, oppressés par l'occupation et la situation dégradée et des groupes les prenant pour cible. Les chrétiens occidentaux oublient souvent les origines de leur religion et les populations qui font partis des premiers chrétiens, qui ont persisté à vivre malgré les aléas de leur histoire.

Sinon je dirais aussi que j'ai rarement vu des juifs ou musulmans insulter ouvertement le christianisme en France, par contre à chaque actualité mêlant un fait à caractère plus ou moins religieux il y a pas mal (dont les médias) de personnes probablement athées et irrespectueuses tout en étant souvent d'origine chrétienne, qui insultent la ou les religions selon le cas.

Je ne dis pas qu'il faut se taire, il faut au contraire exposer ce que l'on pense mais je pense dans le respect et aussi en évitant l'attaque qui décrédibilise toute lutte ou message. On ne voit plus que l'attaque et on ne prend plus en compte le fond du message pourtant parfois constructif. De la même façon, je pense que plus on diabolise une personne, plus on la renforce (à l'image de ce que disait Nietzsche 'ce qui ne me tue pas, me rend plus fort').

Mais là je m'éloigne du sujet, désolé pour ce long message.

Écrit par : Marc | jeudi, 26 février 2009

L'interdiction faite aux enseignantes musulmanes, dans la moitié des Länder allemands, de porter le foulard islamique devant leurs élèves, constitue une grave discrimination envers les femmes et envers l'islam, selon Human Rights Watch (HRW). Pour cette organisation, l'interdiction de porter le "hidjab" est tout aussi critiquable que l'obligation faite aux femmes, dans "des pays comme l'Afghanistan, l'Arabie Saoudite et l'Iran", de porter des vêtements religieux !

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2009/02/human-rights-watch-soutient-lislamisation.html


Après les mosquées, les écoles musulmanes

A Chelles (Seine-et-Marne), une école privée musulmane est en projet. Depuis novembre, les responsables de la mosquée courent les marchés et les salles de prière pour exposer leur plan : construire un établissement abritant des classes de primaire, de collège et de lycée dispensant aussi des cours traditionnels sur l’islam. Edouard Le Breton, l’avocat de la mosquée, indique :

"Il s’agit de construire une école du même type que celles qui existent, en nombre et avec succès, chez les catholiques. L’ambition est que ce groupe scolaire soit, à terme, complet et sous contrat avec l’Education nationale."

L'antenne locale du Front National a déjà réagi.

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2009/02/apr%C3%A8s-les-mosqu%C3%A9es-les-%C3%A9coles-musulmanes.html

Écrit par : Human Rights Watch soutient l'islamisation | vendredi, 27 février 2009

@Marc,

le texte dont vous avez donné le lien me fournit l'occasion de procéder à quelques clarifications, notamment sur l'équation fausse selon laquelle arabe = musulman.
Il est utile de rappeler que l'islam, né en Arabie, a connu un succès très rapide dans les populations sémitiques du Moyen-Orient que l'on a regroupées sous le vocable d' "Arabes" et Samir Khalil a raison lorsqu'il dit : «Le mot "arabe" ne qualifie pas une race... en dehors des chevaux» ! Ces populations, bien que parlant des dialectes différents, avaient un tronc linguistique commun, se livraient à des pratiques religieuses polythéistes, de sorte que l'islam apporta une énorme simplification dans ce domaine et une langue commune mais pas seulement car cette religion comporte trois piliers: le Coran, la sunna qui représente la tradition prophétique incluant les hadiths, paroles attribuées à Mahomet, et le fiqh, droit musulman. L'islam a donc unifié ces populations tribales (au détriment du christianisme qui avait éclaté, soit dit sans jeux de mots, en de multiples chapelles bien avant le Grand Schisme) puisqu'il n'est pas seulement une religion mais aussi un système juridique et politique. A ce propos, il est intéressant de constater qu'il s'est propagé dans des sociétés tribales, reposant lui-même sur un système familial endogame, c'est-à-dire qu'on y pratique le mariage entre cousins. Et c'est bien ce qui apparaît quand on regarde l'atlas mondial de l'islam : on voit à l'échelle de la planète une bande étroite s'étirer du Sénégal en passant par le Tchad, le Soudan, l'Iran jusqu'à l'Indonésie. Ce qui veut dire que l'islam n'est pas universel, contrairement au christianisme qui est présent partout dans le monde et aux propos de Samir Khalil : « De l'Islam européen émerge une nouvelle culture islamique, alliant l'universalisme du discours islamique aux spécifiques des sociétés européennes ». Alors que le fondement des sociétés européennes, c'est le christianisme dont l'universalité est affirmée par le Christ lui-même: " Or, je vous déclare que plusieurs viendront de l'orient et de l'occident, et seront à table avec Abraham, Isaac et Jacob, dans le royaume des cieux ". (Mat, 8.11). Le motazillisme était un courant qui proposait une étude critique des textes coraniques, avec cette question essentielle: en faisant du Coran un attribut divin, n'en fait-on pas un associé, ce que celui-ci interdit? On voulait substituer la notion de Coran créé à celle de Coran incréé. Malheureusement, le califat, à l'époque, voulut imposer brutalement cette réforme, et entraîna son rejet par les populations, si bien qu'on en resta à cette notion de Coran incréé, fermant définitivement la porte aux exégèses, et surtout le coupant de la marche du monde: si jusque-là l'islam faisant bon ménage avec les hommes de science, l'échec du motazillisme, provoqua une coupure définitive entre la religion et la science et entraîna le déclin de l'empire abbasside qui finit par tomber sous les coups des Turcs en 1299 et être supplanté par l'Empire ottoman. C'est ainsi que, de la façon la plus spectaculaire qui soit, l'islam avait largement débordé le cadre des populations arabes avec les Turcs originaires d'Asie Centrale et dont la langue se rattache à celles dites " ouralo-altaïques ". Six siècles plus tard, les Britanniques, pour précipiter la chute de l'Empire ottoman, exacerbèrent le nationalisme arabe qui ne pouvait que reposer sur l'islam. Alors fut fondé, le 22 septembre 1932, l'Arabie Saoudite avec pour doctrine officielle, le wahhabisme, qui se caractérise par une lecture à la lettre du Coran, en fait un véritable intégrisme. La découverte et l'exploitation du pétrole renforça ce nationalisme arabe.
Alors, oui, l'islam, même pour un Arabe complètement détaché de sa religion et occidentalisé, c'est sa culture, c'est son identité, d'où la confusion que je dénonçais plus haut et dans laquelle est tombée Sarkozy.
Il y a dans le texte de Samir Kalhil une contradiction quand il dit: « Ce monde immense qu'est l'islam a ouvert le monde chrétien. » alors que son exposé dit exactement le contraire! Surtout quand il cite Gebran Tuéni : " [...] La présence des Chrétiens d'Orient au sein des sociétés arabes dont ils font partie intégrante, est source de développement de notre potentiel intellectuel,scientifique et technique, sans parler du rôle économique qui est le leur du fait de leur ouverture historique au monde des échanges avec l'Occident. " Acte manqué? Quel bel hommage rendu au christianisme et à sa capacité d'ouverture! Et quel aveu d'échec pour un islam replié sur lui-même et incapable d'évoluer!

Écrit par : Patrick Ferner | vendredi, 27 février 2009

Je viens de lire votre article Patrick Ferner. C'est très instructif. Mais moi qui suis encore étudiant, je peux vous dire qu'à la fac, les musulmans sont beaucoup plus pieux, leurs copines voilées et non, comme les françaises, en string, fumant des joints buvant de la bierre et couchant avec tous les garçons.
C'est un comportement qui possède une force exemplaire qu'il ne faut pas négliger dans l'attrait de l'islam auprès de certains jeunes, et dont les chrétiens pourraient s'inspirer.

Écrit par : Jean-Charles | samedi, 28 février 2009

Merci pour votre témoignage Jean-Charles. Oui l'islam est une religion bienfaisante qui construit des hommes pieux et droits respectant Dieu. Ce que ne voient pas des êtres comme Patrick Ferner qui sont d'une partialité aveugle, et tous ceux qui l'écoutent, c'est que le Coran ne se limite pas à des versets sortis de leur contexte.
D'ailleurs on pourrait en trouver des centaines dans la Bible tout aussi violents, voire pires, et même dans les évangiles où Jésus a des paroles et des gestes violents. À côté du Dieu Père qui “fait lever son soleil sur les justes et les injustes”, il parle d’un Dieu juge qui condamne sans appel, et quand il s’en prend aux chefs du peuple, il sait se montrer particulièrement dur et inflexible.

Les Musulmans sont violents nous dit-on ici ? Mais les Chrétiens, qui ont soi-disant un évangile d'amour, le sont eux aussi! Les Musulmans ont leur djihad ? Oui mais qu’en est-il des Croisades et de l'Inquisition, de la chasse aux sorcières, de l'extermination des cathares, des albigeois, etc. ?

Et puisque le bon chrétien de mauvaise foi qui lit sa Bible avec dévotion M. Ferner aime les citations donnons-en lui :


- « Lorsque l’Éternel, ton Dieu, t’aura fait entrer dans le pays dont tu vas prendre possession, et qu’il chassera devant toi beaucoup de nations, les Héthiens, les Guirgasiens, les Amoréens, les Cananéens, les Phéréziens, les Héviens et les Jébusiens, sept nations plus nombreuses et plus puissantes que toi; lorsque l’Éternel, ton Dieu, te les aura livrées et que tu les auras battues, tu les dévoueras par interdit, tu ne traiteras point d’alliance avec elles, et tu ne leur feras point grâce» (Deutéronome 7:1–2).

- « Quand tu t’approcheras d’une ville pour l’attaquer, tu lui offriras la paix. Si elle accepte la paix et t’ouvre ses portes, tout le peuple qui s’y trouvera te sera tributaire et asservi. Si elle n’accepte pas la paix avec toi et qu’elle veuille te faire la guerre, alors tu l’assiégeras. Et après que l’Éternel, ton Dieu, l’aura livrée entre tes mains, tu en feras passer tous les mâles au fil de l’épée. Mais tu prendras pour toi les femmes, les enfants, le bétail, tout ce qui sera dans la ville, tout son butin, et tu mangeras les dépouilles de tes ennemis que l’Éternel, ton Dieu, t’aura livrés. C’est ainsi que tu agiras à l’égard de toutes les villes qui sont très éloignées de toi, et qui ne font point partie des villes de ces nations-ci. Mais dans les villes de ces peuples dont l’Éternel, ton Dieu, te donne le pays pour héritage, tu ne laisseras la vie à rien de ce qui respire.» (Deutéronome 20:10–17).

- «Maintenant, tuez tout mâle parmi les petits enfants, et tuez toute femme qui a connu un homme en couchant avec lui; mais laissez en vie pour vous toutes les filles qui n’ont point connu la couche d’un homme.» (Nombres 31:17–18).


Mais tout cela c'est l'Ancien Testament dira-t-il. Alors rafraichissons la mémoire de l'ignorant qui se double d'un blasphémateur qui un jour sera devant les tribunaux pour islamophobie, avec des passages de son Evangile si pacifique :


- « Je vous le dis, on donnera à celui qui a, mais à celui qui n’a pas on ôtera même ce qu’il a. Au reste, amenez ici mes ennemis, qui n’ont pas voulu que je régnasse sur eux, et tuez-les en ma présence.» (Luc 19:16–27).

- « Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre ; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée. Car je suis venu mettre la division entre l’homme et son père, entre la fille et sa mère, entre la belle-fille et sa belle-mère.» (Matthieu 10:34–35).


C'est beau l'amour du christianisme...

Écrit par : Al Kitab | samedi, 28 février 2009

Selon une étude établie par des spécialistes, la Bible possède deux fois plus de versets cruels ou violents que le Coran.


Nombre de passages cruels ou violents :
Bible 842
Coran 333


http://translate.google.fr/translate?hl=fr&langpair=en|fr&u=http://skepticsannotatedbible.com/cruelty/bible_quran.html&prev=/translate_s%3Fhl%3Dfr%26q%3Dbible%2Bpassages%2Bviolents%26tq%3Dviolent%2Bbible%2Bpassages%26sl%3Dfr%26tl%3Den

Écrit par : Al Kitab | samedi, 28 février 2009

Jean Charles,

La société fut comme cela ...........au IXXe siècle.

S'il le veut bien, vous pouvez toutefois épouser la sœur d' Al Kitab.

Quant à vous Al Kitab, pour sortir les phrases du contexte, vous dépassez de loin Ferner.

Écrit par : La Fouine | samedi, 28 février 2009

Il y a pas un problème avec les mathématiques chez vous La Fouine ? 842 passages ça fait beaucoup de "hors contexte" sur l'ensemble d'un livre sacré...

Et puis dans le Coran c'est "dans le contexte", et dans la Bible c'est "hors contexte" ? Pas très sérieux La Fouine, retournez vous amuser avec votre ami Ferner avant de dire des bêtises.

Écrit par : Al Kitab | samedi, 28 février 2009

"Les Musulmans ont leur djihad ? Oui mais qu’en est-il des Croisades et de l'Inquisition, de la chasse aux sorcières, de l'extermination des cathares, des albigeois, etc. ?" Là faut avouer Ali que c'est un problème. Je ne sais pas ce que peut en dire Patrick Ferner.

Écrit par : Gabrielle | samedi, 28 février 2009

Sans compter Gabrielle pour être complet, sans vouloir me mêler d'une histoire qui ne me regarde pas, que la Shoah c'est pas les musulmans qui en sont responsables, mais des chrétiens lecteurs de l'évangile !

Écrit par : Al Kitab | samedi, 28 février 2009

Al Kitab,

A fond la forme, si vous continuez, vous allez créer un groupe d'anti chrétien sur facebook.

Écrit par : La Fouine | samedi, 28 février 2009

Réponse "hors contexte" La Fouine. N'éludez pas les questions qui fâchent.

Écrit par : Ali Kitab | samedi, 28 février 2009

Ali il faut vous calmer. Patrick Ferner ne parle-pas du comportement des hommes, toujours immonde en raison de la nature même de la créature, mais de ce qui se trouve à l'intérieur du texte du Coran. Or, si l'Ancien Testament est encore marqué par la figure de l'Eternel incomprise de son peuple, et donc traversé par un aspect volontiers guerrier de Dieu, les évangiles annoncent la Bonne Nouvelle du Salut d'un Homme-Dieu qui aime tellement les hommes qui va jusqu'à donner sa vie pour eux.

Il y a pas une petite différence entre les évangiles et Mahomet et son Coran d'après-vous ?

Écrit par : Hire | samedi, 28 février 2009

Hire,

Je crois que vous perdez votre temps avec Al Kitab qui n'est là que pour "propagander".

Le plus triste est de voir des chrétiens le bader ou parler du moyen age et des erreurs humaines chrétiennes. Ils ne se rendent même pas compte que l'ancien testament est la colère de Dieu envers son peuple traitre alors que le coran est en grande partie la haine d'une religion envers les autres.
Cela a même valu à notre cher Al Kitab une remarque dithyrambique sur la Shoah.

Écrit par : La Fouine | samedi, 28 février 2009

Belle attitude de bédouin Ali Kitab. On se fixe sur des moments de l'Histoire inter-chrétienne (pour votre gouverne, les luttes contre les cathares ou les albigeois, l'Inquisition, etc., se faisaient contre des chrétiens hérétiques, par contre des musulmans), et on en vient à mettre sur le même plan la Bible et le Coran, ce qui est un tour de passe-passe digne des magiciens orientaux, dont vous êtes un singulier exemple.


Voyons vos arguments.

Vous nous citez ce passage de la Bible : « Maintenant, tuez tout mâle parmi les petits enfants, et tuez toute femme qui a connu un homme en couchant avec lui; mais laissez en vie pour vous toutes les filles qui n’ont point connu la couche d’un homme.» (Nombres 31:17–18).

Voilà du sérieux, non? Tout aussi grave que : «tuez les incroyants où que vous les trouviez» (Coran 9:5), ou : «lorsque vous rencontrez au combat ceux qui ont mécru frappez-en les cous. Puis, quand vous les avez dominés, enchaînez-les solidement.» (Coran 47:4)

En réalité Non ! Il n'y a rien de comparable à moins que vous ne soyez héthien, guirgasien, amoréen, cananéen, phérézien, hévien ou jébusien, ce qui n'est pas votre cas j'imagine. En effet, ces passages bibliques ne concernent strictement que les peuples nommés.

Le Coran exhorte en revanche les croyants à combattre les incroyants sans jamais spécifier dans le texte que seuls certains incroyants sont visés, ou pour une certaine période seulement, ou avec une quelconque autre distinction. S’il en faut en croire les textes tels qu’ils sont, l’ordre donné aux Musulmans de faire la guerre aux incroyants est illimité et universel.

L’Ancien Testament, au contraire, prévoit expressément que les ordres guerriers donnés aux Israélites ne s’appliquent qu’à certains peuples bien précis. Ces injonctions tranchent avec la sensibilité actuelle, c’est indéniable, mais elles sont très différentes dans leur impact. C’est la raison pour laquelle les Chrétiens, comme les Juifs, n’ont pas formé de groupes terroristes qui, aux quatre coins du monde, citent ces textes sacrés pour justifier le massacre de civils non combattants. Et encore moins pouvait-on s'appuyer sur l'Evangile, ceci pour répondre à votre remarque insidieusement perverse, pour mettre en oeuvre la politique du régime nazi qui relève, dans sa tendance dure, d'une idéologie matérialiste athée, darwinienne, raciste et néo-païenne.

"En revanche, Oussama Ben Laden, qui n’est que le membre le plus visible d’un réseau terroriste s’étendant de l’Indonésie au Nigéria, avec des antennes jusqu’en Europe occidentale et en Amérique du Nord et du Sud, cite généreusement le Coran dans ses communiqués. Dans sa «Déclaration de guerre contre les Américains occupant le pays des deux lieux saints» de 1996, il cite les sourates 3:145, 47:4–6, 2:154, 9:14, 47:19, 8:72 et naturellement le fameux «verset de l’épée», le 9:5. En 2003, au premier jour de la fête sacrée musulmane de l’Eid al-Adha, la Fête du Sacrifice, il commença son sermon par: «Loué soit Allah qui révéla le verset de l’épée à son serviteur et messager [le prophète Mahomet] afin d’instaurer la vérité et d’abolir le mensonge.»

Bien sûr, un esprit malveillant peut citer les Écritures à son profit, mais là où il y a une différence, c'est que l’utilisation que fait Oussama Ben Laden de ces passages et d’autres est tout à fait conforme à l’acceptation islamique traditionnelle du Coran.

Lorsque les Juifs et les Chrétiens actuels lisent leur Bible, il est tout naturel pour eux de ne pas interpréter les passages mentionnés plus haut comme autant d’exhortations à violenter les incroyants. Cela est dû à des siècles de traditions de réflexion et d’interprétation qui ont permis de s’éloigner du sens littéral de ces passages. Mais en Islam, il n’existe aucune tradition comparable.

Les passages djihadiques du Coran ne sont absolument pas lettre morte. En Arabie Saoudite, au Pakistan et ailleurs, les écoles islamiques sont des foyers de recrutement essentiels des groupes terroristes djihadiques: les élèves y apprennent qu’ils sont tenus de faire le djihad, et ces groupes leur en offrent la possibilité concrète."

Extrait du livre de de Robert Spencer «The Politically Incorrect Guide to Islam (and the Crusades)»Traduit par Liberty Vox.

Source :

http://occidentalis.com/article.php?sid=3097

Écrit par : Falk | samedi, 28 février 2009

Ils écrivent:

"... qu’en est-il des Croisades et de l'Inquisition, de la chasse aux sorcières, de l'extermination des cathares, des albigeois, etc. ?"

Ébauche de Réponses:

La typique argumentation pour réduire au silence les catholiques. Les ignorants de l'Histoire de l'Eglise utilisent l'argumentation construite par les fabriques hollywoodienne de film. Vous savez, les films construits avec des idées simplistes et des images choquantes pour bien imprimer une idéologie construite sur mesure. C'est ce que le bon peuple a-historique et ignorant utilise à son tour comme argumentation contre l'Eglise Catholique Romaine et cela fonctionne à merveille. On en voit même les traces ici dans les commentaires.

Aucun de ces incultes a-historiques n'est capable de vous dire ce qu'étaient exactement les Croisades sinon de vous distiller la grosse idée hollywoodienne du "méchant de chrétien d'Occident qui tue des gentils mahométans innocents". - Intéressant non ! Il ne connaissent même pas la raison pour laquelle des milliers de chrétiens d'Occident se sont rués vers l'Orient armés jusqu'au dent. Personne ne leur dit et c'est cela qui est étrange et bien sûr voulu. Personne ne leur a jamais dit que l'Orient était dans sa majorité chrétienne quand les hordes de barbares sanguinaires du désert déferlaient sur les terres chrétiennes de l'Orient et massacraient des chrétiens par milliers. NON PERSONNE NE LEUR DIRA CELA ET ILS SONT TELLEMENT INCULTE QU'ILS NE SAVENT MÊME PAS QUE L'ISLAM ARRIVA 600 ANS APRÈS LE CHRISTIANISME.

Et j'en passe des autres arguments du style: Inquisition par exemple. Personne ne leur dira qui brulèrent le plus de femmes dites sorcières fut le Bras Séculier (justice étatique). Lors que l'Église catholique laissa la justice aux États et Seigneuries ceux-ci eurent une justice criminelle qu'on se souvient encore aujourd'hui dans la conscience populaire que des femmes dites sorcières furent brulées mais on oublie de dire qui les brula. - Intéressant à quel point l'ignorance historique et la culture hollywoodienne rayonne à merveille. Personne ne leur dira que se furent les régions protestantes qui brulèrent le plus de femme, personne ne leur dira que ce furent les justices civiles qui causèrent le plus de dégâts envers des femmes innocentes et les chiffres sont là pour le prouver. Mais, mais ... l'idée fondatrice de telles argumentations sont avant tout de salir l'Eglise catholique romaine. Seuls les idiots ne s'en seraient jamais rendu compte.

Quant à l'islam, n'en parlons pas, c'est même pas une religion mais une idéologie de destruction humaine avant tout (observer tout les pays mahométans) et écologique surtout (presque tous des pays de déserts) et tous ce que l'islam prétend avoir eu de science et de savoir ne vient que des chrétiens résidents en terre d'islam et réduit à citoyen de seconde zone et donc noms ont été pour la plus part arabisés. La soi-disante science islamique n'est qu'une science volée aux peuples colonisés et qui étaient pour la plupart des peuples chrétiens.

Merci Seigneur de m'avoir ouvert les yeux ! La Vérité m'a rendu libre

Jésus, tu es le Christ, le Messie et le Fils Unique de Dieu.

Alexandre,

... Fils et descendant de Croisés
... Occidental fier de son identité et de son histoire
... Catholique orgueilleux de son Eglise
... Croyant en Jésus, l'Unique Sauveur

Écrit par : Alexandre | samedi, 28 février 2009

@ Alexandre. Je pense que vous êtes un humoriste : "l'islam, c'est même pas une religion mais une idéologie de destruction humaine avant tout (observer tout les pays mahométans) et écologique surtout (presque tous des pays de déserts)". Hum, oui c'est vrai qu'il y a du sable dans le désert, mais c'est pas la faute de Mahomet !

@ La Fouine. Heureusement qu'il y a les petits camarades pour voler à votre secours, autrement c'est pas très brillant sur le plan des arguments.

@ Hire. Je suis parfaitement calme.

@ Falk. Le Bédouin vous répond que votre défense qui s'appuie sur le fait que les versets de la Bible ne concernent que certains peuples et non tous, n'enlève rien à ce que je disais au sujet de la nature violente de ces passages. Donc revoyez votre copie.


Je constate le grand silence de Patrick Ferner qui doit méditer combien lui coûtera son prochain passage devant les tribunaux pour islamophobie.

Écrit par : Ali Kitab | samedi, 28 février 2009

Al Kitab, vote malhonnêteté apparaît dans la citation de l'Evangile de Luc car ce n'est pas le Christ qui dit de tuer mais le seigneur de la parabole. Je vous rappelle les deux commandements du Christ : "Tu aimeras ton Seigneur Dieu de toute ta force, de toute ton âme, et le second qui lui est semblable : tu aimeras ton prochain comme toi-même" ; ce qui n'annule pas les dix commandements. Ensuite, vous vous livrez à une statistique ridicule concernant les versets violents contenus respectivement dans la Bible et le Coran. Cela n'a aucun sens, puisque la Bible c'est aussi l'histoire du peuple hébreu qui a du à certains moments, sortir l'épée. Mais, à aucun moment, cela fut érigé en loi divine, alors que dans le Coran ce sont des COMMANDEMENTS toujours en vigueur aujourd'hui. Je ne développe pas ce point, Falk vous ayant très bien répondu. Comme je l'ai dit dans un commentaire précédent, l'islam s'est, à partir du Xème siècle figé en rendant le Coran intouchable, de sorte que les muslims se sont eux-mêmes exclus de la marche du monde tout en rendant le monde entier responsable de cette situation, alors qu'il sont leurs propres geôliers.

Écrit par : Patrick Ferner | samedi, 28 février 2009

Mon pauvre Ali,

C'est un régal pour moi d'argumenter mais devant les gens comme vous qui me rappellent les témoins de Jéhovah, je préfère rigoler.
En effet, mes petits copains expriment tout à fait ma pensée.
Continuez à compter les mots de la Bible, pendant ce temps là, vous nous oublierez.
Quant à l'islamophobie, c'est que votre tête vide qui le voie.
Au vue du texte de Ferner, je vous rappelle qu'il ne fait que citer votre livre d'amour et de compassion humaine.

Écrit par : La Fouine | samedi, 28 février 2009

"Je constate le grand silence de Patrick Ferner qui doit méditer combien lui coûtera son prochain passage devant les tribunaux pour islamophobie".

Ali Kitab, redescendez sur terre et citez-moi un article du code pénal qui a trait à l'islamophobie. Vous n'en trouverez évidemment pas. Alors, arrêtez, vous devenez ridicule car vous ne m'impressionnez pas. En France, on a le droit de critiquer une religion et tous les "bouffeurs de curés" que notre pays a connus et connaît encore ne sont pas allés devant les tribunaux pour christianophobie.

Écrit par : Patrick Ferner | samedi, 28 février 2009

"Je viens de lire votre article Patrick Ferner. C'est très instructif. Mais moi qui suis encore étudiant, je peux vous dire qu'à la fac, les musulmans sont beaucoup plus pieux, leurs copines voilées et non, comme les françaises, en string, fumant des joints buvant de la bière et couchant avec tous les garçons".

Jean-Charles vos propos sont d'une stupidité consternante : considérez-vous les musulmans comme n'étant pas français?(C'est un acte manqué, docteur Freud) Premier point. Entre les femmes voilées et les femmes en string, il y a l'immense majorité de celles qui sont ni putes, ni soumises. Deuxième point.

Conclusion : la morale a bon dos car la vision minable que vous avez de la gente féminine laisse fortement supposer que vous n'arrêtez pas de vous prendre des râteaux auprès de vos copines de fac. Dans le fond, c'est très freudien tout ça. Vous nous avez appris plus sur vous-mêmes que sur vos idées.

Écrit par : Ronin | samedi, 28 février 2009

Ronin,

N'attaquez pas ainsi nos petits étudiants qui préfèrent fantasmer sur les voiles que les strings.
Vous imaginez une soirée avec lui !!!!!
A l'heure qu'il est, il doit échanger son adresse avec Ali pour des soirées qui n'auront rien des contes des mille et une nuits.
ceci dit, votre remarque est judicieuse car depuis le début de ce blog, il y a confusion entre musulman et arabe de façon à faire penser que c'est le racisme qui est cause de cela.
D'ailleurs, mon ami Rachid qui n'a aucune attirance vers le Coran lit toutes ces lignes au dessus de mon épaule. Il est mort de rire (Lol comme disent les autres !)

Écrit par : La Fouine | samedi, 28 février 2009

Prénom : Jean-Charles
Nom : DHIMMI

Écrit par : Ronin | samedi, 28 février 2009

@ Ronin et la Fouine


Il se trouve que la plupart des musulmans que je rencontre sont des étudiants d'origine arabe. C'est tout. Je sais très bien que des Français passent à l'islam, mais dans ma fac je n'en connais pas. En revanche vos propos pourraient bien m'inciter à considérer ce choix comme étant parfois plus que justifié !

Écrit par : Jean-Charles | samedi, 28 février 2009

@ Jean-Charles, vous avez avec nos énergumènes un bon exemple de la bêtise antimusulmane. Votre analyse était juste et raisonnable. Poursuivez sur ce chemin et qu'Allah vous guide.


@ Patrick Ferner. Encore une fois ne faites pas semblant de ne pas comprendre, le 3 décembre 2007, le président français Nicolas Sarkozy a fait un parallèle direct entre l'islamophobie et l'antisémitisme : « En France comme en Algérie, nous devons combattre avec une détermination sans faille toute forme de racisme, toute forme d'islamophobie, toute forme d'antisémitisme. Il n'y a rien de plus semblable à un antisémite qu'un islamophobe. Tous deux ont le même visage : celui de la bêtise et de la haine. (…) Le racisme, l'islamophobie et l'antisémitisme ne s'expliquent pas. Ils se combattent. Ce qui vaut pour la France vaut partout ailleurs dans le monde. »



http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/international/europe/20071203.FAP2953/a_alger_nicolas_sarkozy_denonce_lantisemitisme.html

Écrit par : Ali Kitab | samedi, 28 février 2009

Ali Kitab, vous devenez fatigant : ça fait la nième fois que vous nous citez les propos de Sarkozy. C'est du psittacisme. Patrick Ferner vous a expliqué les arguments juridiques que vous faites semblant de ne pas comprendre. Comme il vous l'a dit, ne rêvez pas car le chef de l'état nous a habitué, soit à ne pas tenir ses promesses, soit à faire le contraire de ce qu'il a annoncé.

jean-Charles, vous vous êtes une fois de plus pris les pieds dans les tapis (de prière?): "Il se trouve que la plupart des musulmans que je rencontre sont des étudiants d'origine arabe. C'est tout. Je sais très bien que des Français passent à l'islam, mais dans ma fac je n'en connais pas". Je vous signale, pour votre information, que le fait d'être arabe n'a rien à voir avec la nationalité française et que ceux qui se nomment eux-mêmes les Beurs sont français.

Écrit par : Ronin | samedi, 28 février 2009

Ali,

Allez y, c'est bon, le Jean Charles est sur la voie !

Une petite question quand même, pourquoi ne peut-on être critique ?

Tous les procès récents ont été perdus (caricatures, Charlie hebdo).

Votre attitude est aussi débile que si, nous chrétiens, attaquions en justice l'islam sous prétexte que le Coran nie la divinité du Christ et prône la destruction de tout ce qui n'est pas musulman.

Continuez sereinement dans votre croyance mais cessez de vouloir nous faire confondre l'islam et Walt Disney. Ferner vous a présenté des versets qui mettent en doute votre bonne foi. C'est le Coran qui parle, pas nous.
Je sais que vous avez l'habitude de côtoyer des chrétiens pour qui tout est en tout et vis versa. Je sais aussi que le politiquement correct impose une vue idyllique de l'islam.Nous ne faisons que vous faire remarquer vos propres contradictions. Vous pouvez toujours nous traiter d'intégrisme (ce serait un comble !) mais l'étude de la chrétienté impose de suivre celui qui a dit qu'il était la vie, la voie et la vérité; que nul ne pouvait voir le Père sans passer par lui. Nous ne pouvons servir deux Dieux !
J'essaie de vous dire encore une fois que votre point de vue est fondé sur ce livre. Comme chrétien, nous ne pouvons accepter une autre révélation faite par le même Dieu à 700 ans d'écard et qui dit le contraire.
Non, Ali, votre Allah n'est pas Notre Père, loin s'en faut.

Écrit par : La Fouine | samedi, 28 février 2009

Mais puisque la Fouine vous le dit joliment et avec gentillesse Monsieur Kitab, est-ce que vous allez finir par comprendre :

"Ali, votre Allah n'est pas Notre Père..."

Écrit par : Dan | samedi, 28 février 2009

Cela dit il faut reconnaître une certaine vérité dans les propos d'Ali, effectivement, nous reconnaissons avec lui que ce n'est pas Mahomet qui a mis du sable dans le désert !

Écrit par : Fs | samedi, 28 février 2009

Merci Ali Kitab, vous êtes le seul sur ce blog à être humain et ouvert au dialogue. Je ne souhaite pas me faire musulman, mais je vous respecte. Contrairement à ceux qui se complaisent dans l'invective et l'hostilité. Il y a des trésors de grande valeur dans l'islam comme dans les autres religions, et il est important de le faire savoir, autrement on tombe dans la caricature.

Écrit par : Jean-Charles | samedi, 28 février 2009

@ Patrick Ferner. Décidément vous aimez les dialogues de sourds. L'islamophobie dont vous faites profession sur votre blog, et maintenant ici, vous conduira un jour devant la justice car tel le souhaite le Président Sarkozy à l'endroit de cette attitude inacceptable.

Ainsi, ce qui devrait vous mettre en garde, Nicolas Sarkozy a promis en janvier 2009 la "tolérance zéro" contre les antisémites,les islamophobes (...) a martelé Nicolas Sarkozy lors d'un discours à Orléans (Loiret). "La tolérance sera la tolérance zéro".

"L'antisémitisme, l'islamophobie seront condamnés avec la même sévérité", a-t-il promis, parce qu'il "n'y a pas de place dans la République pour des antisémites ou des islamophobes". AP

http://www.islamophobie.net/art_read.php?ai=2


Enfin méditez tranquillement ceci :


Le verdict est tombé : Brigitte Bardot vient d’être condamnée par le tribunal correctionnel de Paris pour islamobhopbie et incitation à la haine envers la communauté musulmane. Elle devra s’acquitter d’une amende de 15 000 euros, mais échappe aux deux mois de prison avec sursis requis par la procureure. Mme Bardot est une récidiviste, puisque cette condamnation est la cinquième depuis 1997.

L’objet du délit est une lettre adressée à Nicolas Sarkozy alors ministre de l’Intérieur. Elle lui demandait que les musulmans soient contraints lors de l’aïd al-kebir d’étourdir les animaux avant le sacrifice. Et d’y affirmer : “Il y en a marre d’être menés par le bout du nez par toute cette population qui nous détruit, détruit notre pays en imposant ses actes”.


Voyez M. Ferner, commencez à économiser.

Écrit par : Ali Kitab | samedi, 28 février 2009

Alors là, Ali, j'en reste baba.

Répéter cinq fois la même connerie, il faut le faire.

Quant à vous, Jean Charles, vous me faites trop d'honneur. Continuez vos lamentations bisounours et ne vous inquiétez surtout pas, on ne se fréquentera jamais.

Écrit par : La Fouine | samedi, 28 février 2009

Ali Kitab,

Qu'est-ce que vous espérez? me faire taire? vous n'y arriverez pas! pas plus que tous les blogs qui ne font que révéler la vraie nature de l'islam. En clair, vos menaces, je m'assois dessus.

Écrit par : Patrick Ferner | samedi, 28 février 2009

Patrick,

Vous pouvez d'autant plus vous assoir dessus que si l'on suit le raisonnement de notre troll mahométan, les versets coraniques seraient islamophobes. S'il continuait dans cette voie, c'est lui qui serait menacé d'une fatwa par ses coreligionnaires, version islamique de l'arroseur arrosé. En "répétant cinq fois la même connerie" pour citer notre ami La Fouine, son trollage avait pour but de vous provoquer, espérant vous faire tenir des propos outranciers tels que l'on puisse vous attaquer pour racisme ou incitation à la haine. En tout cas tout ceci en dit long sur les méthodes des islamistes qui ne savent répondre que par la menace, soit physique, soit judiciaire.

Écrit par : Ronin | dimanche, 01 mars 2009

Excellente analyse, Ronin : je l'ai vu venir de loin et il sait très bien que mon texte est inattaquable juridiquement parlant car il reste dans le cadre d'un approche théologique et pose le problème des versets violents qui ont gardé valeur de commandement religieux, et qui, je le répète, seraient condamnés par nos tribunaux si par exemple ils étaient prononcés à la télévision le dimanche matin sur France 2 dans le créneau horaire dévolu aux émissions religieuses.
Ce type de comportement haineux ne fait qu'illustrer ce que j'ai dit dans mon article:
"S'il y a une chose que les islamistes redoutent par-dessus tout, c'est qu'on porte à la connaissance du public tous les versets guerriers,haineux et vengeurs qui représentent à peu près un tiers du Coran". Avec cette attitude, les islamistes risquent de susciter une véritable islamphobie. Comme la quasi-totalité des musulmans de France pratique l'islam d'une façon tout à fait paisible et pour assurer la paix civile, on pourrait s'inspirer de la charte proposée par Sam Salomon au Parlement européen pour la soumettre au CFCM (Conseil Français du Culte Musulman):

"Respecter les religions non musulmanes et prononcer une fatwa (décret religieux islamique) interdisant l'utilisation de la force, la violence ou les menaces vis-à-vis des membres de ces religions.

Respecter toutes les civilisations, cultures et traditions et promouvoir la compréhension de la prééminence des lois nationales sur la Charia.

Respecter les libertés occidentales, spécialement de croyance et d'expression, et interdire les réactions violentes contre les personnes qui font usage de ces libertés.

Interdire de prononcer toute fatwa qui résulterait en violence et menaces contre des individus ou des institutions.

Exige des institutions islamiques de réviser et donner de nouvelles interprétations des versets coraniques appelant au Jihad et à la violence contre les non musulmans."

Ce ne serait pas inutile car il y a une chose qui m'a toujours gêné: Quand la France a connu des attentats islamiques perpétrés par le GIA algérien, on n'a pas vu un seul musulman descendre dans la rue pour se joindre aux manifestants qui protestaient contre ces attentats, ce qui n'a pas été le cas des musulmans espagnols après les attentats de Madrid. Les musulmans français feraient bien de méditer là-dessus et de se positionner sans ambiguïté sur l'aspect violent du Coran s'ils veulent éviter que se développe une islamophobie qui pour l'instant, et heureusement, n'existe que dans la tête des dirigeants du CCIF.

Écrit par : Patrick Ferner | dimanche, 01 mars 2009

#
Décès de Bruno Etienne, pionnier de la recherche sur le phénomène religieux


AIX-EN-PROVENCE (Bouches-du-Rhône), 5 mars 2009 (AFP) - Le professeur Bruno Etienne, pionnier de la recherche sur le phénomène religieux, est décédé mercredi à l’âge de 71 ans "au terme d’un combat courageux contre +la maladie+", a-t-on appris jeudi auprès de l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône).

Bruno Etienne qui est mort chez lui à Aix-en-Provence, "demeurera pour le monde universitaire un pionnier de la recherche pluridisciplinaire sur le phénomène religieux et plus particulièrement sur la dimension politique dans l’espace euro-méditerranéen", a souligné l’IEP dans un communiqué. L’IEP déplore la perte d’"un ami et un enseignant-chercheur de renommée internationale" et précise qu’un rassemblement est prévu pour lui rendre hommage à l’occasion de son enterrement vendredi à Aix-en-Provence. Bruno Etienne avait fondé en 1992 l’Observatoire du religieux à l’IEP d’Aix-en-Provence pour fédérer les recherches en sciences politiques, en sociologie et en anthropologie sur le phénomène religieux. Né le 6 novembre 1937 à La Tronche (Isère), Bruno Etienne était diplômé de l’IEP d’Aix-en-Provence, diplômé d’arabe de l’Institut Bourguiba des langues (Tunis) et avait obtenu son agrégation en sciences politiques en 1975. Sa thèse en 1965 était intitulée "Les Européens et l’indépendance de l’Algérie". Il avait aussi enseigné en Tunisie, en Egypte, en Turquie, en Syrie, en Israël/Palestine, aux Etats-Unis et au Japon.

Écrit par : AFP | jeudi, 05 mars 2009

Bon article de la Voix dans le désert

Écrit par : Nihil novi sub sole | dimanche, 08 mars 2009

Si une femme en France mérite la médaille de la collaboration, c'est bien l'indéboulonnable Chazal. Dernière facétie télévisée, hier soir, nous annonçant fièrement une manifestation à Paris pour les droits de la femme et le droit à l'avortement, sur des images de cortège de ... femmes voilées !

Écrit par : Claire Chazal islamo-progressiste ? | dimanche, 08 mars 2009

L'année passée, il y a eu une campagne concertée au sein du gouvernement américain pour interdire le franc-parler à propos de la nature de l'ennemi islamiste. Cela a commencé avec le Département de « Homeland Security » (Sécurité de la Patrie) puis cela s'est transféré au Centre national de lutte contre le terrorisme et aux départements d'Etat et de la Défense. Déjà en mai 2008, j'avais entendu une excellente analyse de l'ennemi par l'adjoint du Secrétaire de la Défense Thomas Mahnken qui bizarrement n'a jamais mentionné une seule fois les mots « islam » ou « jihad ».

Écrit par : « La voix de l'Amérique » réduite au silence à propos de l'Islam radical | dimanche, 08 mars 2009

Lu dans Minute :

"Le 25 février, le Service de la législation fiscale, qui dépend de la Direction générale des Finances publiques, a publié une instruction portant la référence 4 FE/09. [...] [Elle] a pour objet de préciser le régime fiscal applicable à deux des principaux outils de la finance islamique : le contrat de murabaha et les sukuk. Cette instruction forte de 86 articles, signée de Marie-Christine Lepetit, énarque et polytechnicienne, est proprement hallucinante :

«La finance islamique représente environ 400 à 500 Md€ d’investissements à travers le monde. Elle concerne les investisseurs qui souhaitent investir dans des instruments financiers respectueux des principes du Coran et notamment la prohibition de l’intérêt. Le développement de la finance islamique en France, destiné à faire bénéficier ces investisseurs des services de la place financière française, permettra d’attirer sur notre territoire une part de ces investissements. Cela suppose de mettre en place un cadre juridique et fiscal de nature à procurer la sécurité et la prévisibilité nécessaires aux investisseurs.»

[...] A l’image des supermarchés qui se sont mis à vendre des produits halal pour satisfaire une clientèle musulmane toujours plus nombreuse, l’Etat français précise sa législation pour attirer sur son territoire une partie des 400 à 500 milliards d’euros de la finance islamique. Les mêmes qui, à longueur d’année, n’ont que le mot «laïcité» à la bouche, sont prêts à toutes les contorsions pour remplir leur portefeuille. Imagine-t-on une instruction du ministère des finances venant parler des «instruments financiers respectueux des principes de l’Evangile» et de la nécessité de mettre «en place un cadre juridique et fiscal de nature à procurer la sécurité et la prévisibilité nécessaires aux chrétiens» ? [...] Le Coran et les prescriptions islamiques viennent donc de faire leur entrée au sein de la législation fiscale française. La formidable progression de l’islam en France nous enseigne qu’à force d’avoir oublié comment cela a commencé, nous ne savons plus où cela va s’arrêter."

Écrit par : Quand il s'agit d'islam, il n'y a plus de laïcité | mardi, 10 mars 2009

A hauteur de 20 millions d'euros

et ben voyons!!

Écrit par : La Mairie de Paris finance l'islam | mardi, 10 mars 2009

43 mosquées wallonnes ont été reconnues par le ministre wallon des affaires intérieures, Philippe Courard.


Pour une communauté, être reconnue signifie que le traitement des ministres des cultes est pris en charge par le ministère fédéral de la Justice.
Et pendant ce temps là, de plus en plus de familles, d'isolés, de pensionnés n'arrivent plus à se loger, voire à se nourrir décemment.
Des autochtones souffrent sans que l'on en tienne compte dans la réalité.
Des Wallons , des Liégeois ! Des gens qui souvent cotisent ou ont cotisé au bien-être général avec leurs petits sous.
Et dont les parents ont trinqué pour que notre pays soit ce qu'il est.

Et je voudrais bien aller demander le financement d'une église ou d'une chapelle à Islamabad !
Mais est-ce qu'on devient fou chez nous ! Je ne fais pas du racisme primaire. J'en appelle au bon sens !
Il a fallu cent ans pour que la qualité de la femme soit reconnue chez nous.
Et pour que la laïcité soit une règle de société, la religion devenant une affaire aussi respectable que privée.
Et on va reculer avec des burkas, des tchadors et consorts, on va financer ces trucs-là qui sont des signes extérieurs de la soumission des femmes d'aujourd'hui dans un certain monde qui affronte sans vergogne nos notions si durement acquises sans respecter les normes des pays d'accueil ?

La prison de Lantin va faire une Mosquée à l'intérieur des lieux !
Et payer des tapis de prière !
Les gardiens devront accompagner ces fidèles cinq fois par jour à la prière.

Réveillez-vous, bande d'idiots ! Etes-vous devenus fous ?

Rappelez-vous la Guerre de Troie et ressaisissez-vous, sinon, celle-ci aura bien lieu !
C'est insidieusement et sans avoir l'air d'y toucher qu'on sape nos libertés futures !

La propagation des normes islamiques est notre péril du XXIème siècle !
Je ne suis pas un intolérant et un raciste ! Mais je ne veux pas être un imbécile non plus !

Même si pour certains, les voix des Turcs et autres sont si importantes aux élections !
Vivons-nous donc dans un pays de fous de Dieu et de la Politique ? et merci qui...encore une fois ?

Censure sur le forum Le soir

http://209.85.229.132/search?q=cache:PPIbp0dn4TYJ:forums.lesoir.be/lofiversion/index.php/t172.html+forum+le+soir+43+mosqu%C3%A9es+wallonnes+ont+%C3%A9t%C3%A9+reconnues+par+le+ministre+wallon+des+affaires+int%C3%A9rieures,+Philippe+Courard.+Pour+une+communaut%C3%A9,+%C3%AAtre+reconnue+signifie+que+le+traitement+des+ministres+des+cultes+est+pris+en+charge+par+le+minist%C3%A8re+f%C3%A9d%C3%A9ral&hl=fr&ct=clnk&cd=1&gl=fr&client=firefox-a

Écrit par : 43 mosquées wallonnes | mercredi, 11 mars 2009

Je viens de recevoir cela, info ou intox ?





GRAND ORIENT DE FRANCE
16, rue Cadet – 75009 Paris
Paris, le 6 mars 2009

COMMUNIQUÉ

Grand Orient de France
Grande Loge Féminine de France
Fédération Française du Droit Humain



Les Obédiences signataires tiennent à s’associer à toutes les institutions publiques nationales et internationales et à toutes les associations non gouvernementales de défense des droits de l’homme qui dénoncent l’orientation très dangereuse prise par le projet de déclaration finale de la Conférence des Nations Unies sur la lutte contre le racisme, la xénophobie et l’intolérance, dit de «Durban II », et qui sera examiné à Genève en avril prochain.

Présidé par la Lybie et vice-présidé par l’Iran, le Comité Préparatoire institué pour la finalisation du projet de déclaration se livre à un véritable détournement du concept de protection des droits de l’homme pour tenter :

a) d’imposer, au nom de la prétendue liberté religieuse, la supériorité d’une religion - l’Islam – sur toutes les autres religions et sur tous les mouvements d’idées en exigeant notamment l’établissement d’un délit de blasphème en contradiction ouverte avec la liberté absolue de conscience, la liberté d’expression et la laïcité ;

b) d’institutionnaliser l’antisémitisme au sein de la Conférence de l’ONU en mettant ouvertement et systématiquement en accusation l’Etat d’Israël par des thématiques racistes n’ayant aucun rapport avec le libre examen critique de la politique étrangère d’un Etat membre de l’ONU ;

c) de promouvoir des thèses sexistes, hostiles aux droits des femmes et contestant en particulier leur droit à l’émancipation ;

d) de refuser la condamnation des Etats qui pratiquent la discrimination, voire la répression, au sein de leur propre société ;

f) de rejeter l’universalité des droits de l’homme au profit d’un communautarisme exacerbé qui devrait tenir compte des « spécificités culturelles » pour mieux discriminer entre les catégories de citoyens.

Après le retrait du Canada et d’Israël de ce processus, l’Administration OBAMA a annoncé à son tour son retrait et sa participation en tant que simple observateur à la Conférence de l’ONU à Genève.

Devant la gravité de la situation, les Obédiences suscitées appellent Monsieur le Président de la République à agir pour que les pays membres de l’Union européenne refusent également de cautionner cette mascarade et s’abstiennent de participer à la Conférence de Genève autrement qu’en tant qu’observateurs.

En cette période de célébration du 60ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, la France doit vigoureusement dénoncer l’orientation de la Conférence dite de « Durban II » à Genève et peser de tout son poids pour stopper cette dérive inacceptable au sein des instances de l’ONU.

Écrit par : L'observateur | jeudi, 12 mars 2009

Non, je ne suis pas d'accord l'affaire du chevalier de la Barre est une affaire civile. L'Inquisition n'est pas ce que l'on décrit (lire "le manuel de l'inquisiteur" aux Editions "les Belles Lettres"). La "chasse au sorcières" est un concept historique dont j'aimerais savoir ce qu'il recouvre, l'Eglise n'a jamais été antisémite, ni même anti-judaïque etc. Ne peignez pas de fausses fenêtres, s'il vous plaît.

Écrit par : Denis Merlin | jeudi, 12 mars 2009

J'ajoute d'ailleurs que l'attaque de l'islam est contraire à la liberté religieuse (1Er commandement de Moïse) et que les laïcs n'ont à s'occuper que de la morale, du bien commun et non de religion, de doctrine religieuse (lire Dignitatis humanae) surtout de celle des autres pour la critiquer.

Écrit par : Denis Merlin | jeudi, 12 mars 2009

@ Denis Merlin - Vous déclarez : "les laïcs n'ont à s'occuper que de la morale, du bien commun et non de la religion". Il serait dès lors souhaitable que vous respectiez rapidement ce magnifique précepte que vous piétinez allègrement à chacune des lignes de votre blog. Merci donc pour l'instructive application que vous donnez du : "Faites ce que je dis pas ce que fais."

Écrit par : Falk | jeudi, 12 mars 2009

Falk ne prêtez point trop de sérieux au rigolo qui vient ici soutenir : "la liberté religieuse (1Er commandement de Moïse)" !

Sous doute un disciple moyennement doué du lapin anti-janséniste...

Écrit par : Dan | jeudi, 12 mars 2009

Vous avez raison Dan. Mais lorsque je découvre ce type de sublime perle sous la plume d'un aveugle spirituel qui prétend refuser aux laïcs la possibilité d'aborder des sujets religieux, j'avoue que j'ai beaucoup de mal à conserver mon calme : "le lefebvrisme, les exercices de saint Ignace en cinq jours forment des monstres. Il n'y a pas de solution miracle, il n'y a pas de talisman. Ceux qui croient aussi être en définitive sûreté par les exercices de saint Ignace en cinq jours, par le chapelet, par la messe, parce qu'ils sont catholiques pratiquant, sont dans une erreur évidente." http://denismerlin.blogspot.com/

Écrit par : Falk | jeudi, 12 mars 2009

L'observateur,

Hallucinant à plus d'un titre cette histoire de Durban II.

D'abord en soi, ensuite parce que cette réaction (légitime) vient de 3 Obédiences qui ont passé leur vie à mépriser notre propre religion. Elles ont largement contribué à complexer nos concitoyens sur le respect de notre tradition occidentale et qui aujourd'hui ne prennent pas encore conscience que ces projets sont le résultat de leur irresponsabilité.
En clair, ils ont fait le lit de cet intégrisme en ce qu'elles ont favorisé l'état d'indigence où nos sociétés se trouvent actuellement en les dévitalisant sur le plan spirituel.
CQFD.

Écrit par : La Fouine | vendredi, 13 mars 2009

Passons sur les injures qui ne font que démontrer votre impuissance à me réfuter.

Je ne dis pas que l'on ne peut pas parler du tout, je dis que nous ne pouvons parler que de morale (droit de l'homme). Donc je parle des dix commandements.

Ainsi, je maintiens que les intégristes catholiques violent les droits de l'homme notamment le droit à la liberté religieuse, le droit à une famille (quatrième commandement) et qu'ils forment des monstres par leur doctrine opposée aux droits de l'homme.

Ainsi, je ne parle pas, surtout pour les critiquer de leur conception du sacrifice de la croix ou de leur doctrine sur l'eucharistie : je laisse cela aux clercs.

Donc, je ne critiquerais par l'islam sur sa conception du paradis,mais je demanderais aux musulmans (comme à tout être humain) de respecter les droits de l'homme, la vérité, la justice.

Écrit par : Denis Merlin | vendredi, 13 mars 2009

@ Denis Merlin- Il n'y a pas d'injures à votre égard, quant à vous réfuter, soyons sérieux, ce n'est pas un exercice trop compliqué rassurez-vous. Les intégristes (sic) selon-vous, violeraient les droits de l'homme en s'opposant à la liberté religieuse. Mais vous oubliez de souligner que les droits de l'Homme sont la plus grande supercherie idéologique de la nouvelle religion de l’Occident.
C’est le mythe fondateur le plus mensonger de nos sociétés qui a émergé du siècle des Lumières. L’homme est devenu un nouveau Dieu. La dignité de sa personne est indiscutable, inaliénable, transcendante. Sa vie est sacrée. Ses droits sont imprescriptibles, les autres ayant les devoirs de les faire respecter. Sa religion, l'humanisme, est universelle et tous les peuples sont tenus de l’honorer sous peine d’être tenus pour barbares, désignés à l’opprobre et promis au bannissement. En un mot, d’être voués à l’enfer.

Or, comme l'écrit très bien Jean-Marc Berthoud, l’étude de la Bible permet de révéler les points suivants qui démontrent l’incompatibilité absolue entre l’idéologie des Droits de l’Homme et la pensée chrétienne.

- 1. L’idéologie des Droits de l’Homme est fondée sur une vision faussement optimiste de l’homme. La seule affirmation des Droits de l’Homme serait, dans cette perspective optimiste, suffisante pour établir et maintenir la justice sociale. La Bible nous présente, malgré son affirmation de la bonté originelle de la création et l’espérance de la rédemption, une vision beaucoup plus sombre de la nature humaine et du monde présent. La bonté originelle parfaite de la création de Dieu a été blessée par la faute du premier homme. Depuis la chute, l’homme est dégradé de sa perfection originelle et le monde corrompu. Dans une telle situation la seule affirmation de ses droits abstraits et absolus conduira immanquablement l’homme à en abuser.

-2. La conséquence de cette perspective réaliste va de soi. Nous ne trouvons dans la Bible aucune affirmation des Droits de l’Homme en tant que tels. Nous ne pouvons y trouver, ni la notion idéologique des droits théoriques, ni celle d’un homme conçu comme atome individuel, séparé de Dieu, de ses semblables et de l’ordre de la création. A la place de tels droits entièrement théoriques, nous trouvons une liste précise des devoirs des hommes envers Dieu et envers leur prochain, devoirs résumés dans les Dix Commandements et détaillés dans les lois contenues dans la Bible tout entière. La Bible tout entière ne doit-elle pas être considérée comme Loi ?
Il est faux d’affirmer que la contrepartie automatique de ces devoirs bibliques serait une liste des Droits de l’Homme. La loi de Dieu définit de façon exacte et détaillée la différence entre le bien et le mal. C’est en conséquence cette loi, et cette loi seule, qui doit déterminer notre attitude envers ce qui est bien et ce qui est mal. Il ne s’agit jamais dans la Bible du droit que nous aurions à revendiquer ce qui nous paraît bien ou à repousser ce qui nous paraît mal. Il s’agit toujours de notre devoir, de notre obligation, du commandement qui nous est fait de résister au mal - Ayez le mal en horreur (Romains XII, 13) - et d’aimer et d’obéir au bien - Attachez vous fortement au bien (Romains, XII,9). Le problème fondamental est celui d’un homme foncièrement pécheur, toujours tenté de réclamer abusivement des droits qui ne sont pas les siens. Il faut, en conséquence, limiter sa convoitise et diriger son attention vers ses devoirs.

- 3. Tous les droits appartiennent au Créateur. En conséquence tout ce qui nous vient de Lui doit être accepté dans un esprit de reconnaissance comme étant des grâces, qu’il s’agisse de notre vie, de nos circonstances, du cadre fixe de l’ordre de la création, de la loi divine, de la Révélation et, évidemment du salut lui-même. Nous sommes en conséquence exhortés, non à réclamer nos droits pour tout, mais à rendre grâce pour toutes choses.

- 4. La revendiction de ses droits manifeste une attitude où l’homme prétend que tout lui serait dû. L’homme imagine qu’il mérite que l’on satisfasse certains droits et il les réclame. Cette attitude de revendication est au fond une attitude de commandement ; ce commandement appartient à Dieu seul. Ce fut une telle attitude revendicatrice de la part de nos premiers parents - Donne moi le droit d’être comme Dieu - qui fut la cause de la chute de l’humanité. Cette attitude de revendication de ses droits est une infraction flagrante au Xe commandement qui nous interdit toute convoitise. La réclamation universelle des Droits de l’Homme est une incitation universelle à la convoitise.

- 5. Le Nouveau Testament, avec les apôtres Pierre, Paul et Jean nous fournit une définition précise de cette attitude de revendication. Il l’appelle la convoitise de la chair (Rom. 13: 14 ; Eph. 2:3 ; I Pi 2:11 ; 2 Pi 2:18 ; I Jn 2:16). Il s’agit avant tout de défendre et d’accroître la revendication des droits de notre moi au libre épanouissement. La Bible tout entière nous enseigne que le développement du moi pécheur, charnel, égoïste n’est que croissance dans le péché. La loi nous a été donnée, entre autres, pour brider ce moi et la croix du Christ a pour but de le faire mourir. En tant que chrétien ce n’est pas mon MOI qui doit s’épanouir. Je dois renoncer à moi-même, même mourir à moi-même afin que le Christ vive en moi, qu’il grandisse en moi. La revendication des Droits de l’Homme est ainsi en contradiction radicale avec l’oeuvre et la prédication de la croix de Jésus-Christ. De sorte qu’être partisan des Droits de l’Homme n’est pas autre chose qu’être ennemi de la croix du Christ, avoir pour dieu son ventre, c’est-à-dire la satisfaction de ses propres convoitises. (…)

- 6. La réclamation de nos droits est signe de notre orgueil et le chemin de l’enfer dans ce monde comme dans le monde à venir, tandis que le souci des droits de Dieu, c’est-à-dire le souci de se soumettre à sa souveraineté et d’obéir à ses commandements, est signe d’humilité et conduit à ce que le règne de Dieu vienne sur la terre comme au ciel. La revendication par des chrétiens des Droits de l’Homme est un signe manifeste de leur apostasie…”


BERTHOUD (Jean-Marc), Une religion sans Dieu. Les Droits de l’Homme contre l’Evangile, Paris, L’Age d’Homme, 1993.

Écrit par : Falk | vendredi, 13 mars 2009

De Durban à Genève : un tournant du mondialisme

Le gouvernement italien nous donne l'exemple en refusant de participer à la mascarade dite Durban-II.
090316La 4e conférence de l'ONU sur le racisme et les discriminations n'a pas encore été boycottée par l'ensemble des 27 pays de l'Union européenne. Une seule diplomatie nationale de notre Vieux Continent a pris cette salutaire et courageuse décision. On ne peut que la féliciter : il s'agit du gouvernement de Rome. Il ne suffit pas de déplorer en effet le caractère unilatéral de cette attitude : il faut encourager chacun de nos pays, et si possible notre communauté de nations libres à faire de même. On gagnera rien à se mêler à la réunion qui se tiendra dans les anciennes antichambres de la défunte SDN à Genève du 20 au 24 avril. Il ne faudrait pas recommencer l'erreur commise à Durban en septembre 2001. On ne devrait jamais participer à de tels débats, dès lors qu'on les sait piégés, formatés d'avance par leurs organisateurs. Car on se retrouve alors acculé à en récuser les conclusions, doublement vaincu puisque qualifié de mauvais perdant.

Écrit par : De Durban à Genève : un tournant du mondialisme | mardi, 17 mars 2009

C'est peut être ce qui nous sauvera car tout cela est tellement gros que ça risque d'ouvrir les yeux aux "bien pensant".
Peut être suis-je encore trop optimiste !!!

Écrit par : La Fouine | mercredi, 18 mars 2009

Il y a de l'ambiance chez les naturistes, qui viennent de se faire méchamment troller par un certain Zulfikar qui résonne comme un tonneau creux. Cela dit, ce petit épisode montre la difficulté des néo-cons à argumenter sérieusement face à un muss.

http://ilikeyourstyle.net/2009/03/18/le-sale-petit-secret-de-lislam/#comment-61946


Seul l'ami Restif, reconnaissons-le, positionne correctement le débat en indiquant, référence de la note de Patrick Ferner à l'appui, que l'islam est une hérésie chrétienne.

Écrit par : Falk | samedi, 21 mars 2009

- 1. L’idéologie des Droits de l’Homme est fondée sur une vision faussement optimiste de l’homme. La seule affirmation des Droits de l’Homme serait, dans cette perspective optimiste, suffisante pour établir et maintenir la justice sociale. La Bible nous présente, malgré son affirmation de la bonté originelle de la création et l’espérance de la rédemption, une vision beaucoup plus sombre de la nature humaine et du monde présent. La bonté originelle parfaite de la création de Dieu a été blessée par la faute du premier homme. Depuis la chute, l’homme est dégradé de sa perfection originelle et le monde corrompu. Dans une telle situation la seule affirmation de ses droits abstraits et absolus conduira immanquablement l’homme à en abuser.

Dans la situation de corruption consécutive au péché originel nous n'en restons pas moins créés à l'image de Dieu. Ce n'est pas parce que l'on peut abuser de quelque chose que cette chose est mauvaise en soi. A ce compte, il ne faudrait plus rien faire. Il ne faudrait même plus agir, ni boire, ni manger puisque nous sommes mauvais et que nous pouvons abuser de tout. Il n'est pas vrai que du moment que nous pouvons abuser de quelque chose, il ne faut pas en user.


-2. La conséquence de cette perspective réaliste va de soi. Nous ne trouvons dans la Bible aucune affirmation des Droits de l’Homme en tant que tels. Nous ne pouvons y trouver, ni la notion idéologique des droits théoriques, ni celle d’un homme conçu comme atome individuel, séparé de Dieu, de ses semblables et de l’ordre de la création. A la place de tels droits entièrement théoriques, nous trouvons une liste précise des devoirs des hommes envers Dieu et envers leur prochain, devoirs résumés dans les Dix Commandements et détaillés dans les lois contenues dans la Bible tout entière. La Bible tout entière ne doit-elle pas être considérée comme Loi ?
Il est faux d’affirmer que la contrepartie automatique de ces devoirs bibliques serait une liste des Droits de l’Homme. La loi de Dieu définit de façon exacte et détaillée la différence entre le bien et le mal. C’est en conséquence cette loi, et cette loi seule, qui doit déterminer notre attitude envers ce qui est bien et ce qui est mal. Il ne s’agit jamais dans la Bible du droit que nous aurions à revendiquer ce qui nous paraît bien ou à repousser ce qui nous paraît mal. Il s’agit toujours de notre devoir, de notre obligation, du commandement qui nous est fait de résister au mal - Ayez le mal en horreur (Romains XII, 13) - et d’aimer et d’obéir au bien - Attachez vous fortement au bien (Romains, XII,9). Le problème fondamental est celui d’un homme foncièrement pécheur, toujours tenté de réclamer abusivement des droits qui ne sont pas les siens. Il faut, en conséquence, limiter sa convoitise et diriger son attention vers ses devoirs.


Sed contra :

Mc 2,23. Il arriva encore que, le Seigneur passant le long des blés un jour de sabbat, Ses disciples se mirent, chemin faisant, à arracher des épis.

Mc 2,24. Et les pharisiens Lui disaient: Voyez, pourquoi font-ils, le jour du sabbat, ce qui n'est pas permis?

Mc 2,25. Il leur dit: N'avez-vous jamais lu ce que fit David lorsqu'il fut dans le besoin, et qu'il eut faim, lui et ceux qui l'accompagnaient;

Mc 2,26. comment il entra dans la maison de Dieu, au temps du grand prêtre Abiathar, et mangea les pains de proposition, qu'il n'était permis qu'aux prêtres de manger, et en donna à ceux qui étaient avec lui?

Mc 2,27. Il leur disait encore: Le sabbat a été fait pour l'homme, et non pas l'homme pour le sabbat.

Jésus passe son temps à défendre ses disciples.

Il défend même Marie-Madeleine, une femme richissime qui avait acheté du parfum pour lui. Certains disaient : on aurait pu donner aux pauvres avec le prix de ce parfum. et il répond "Pourquoi faites-vous de la peine à cette femme ?" (Mth, 26, 10)

Il défend son droit de propriété et son droit à répandre du parfum sur la tête de Jésus. Son droit à faire le bien sans tenir compte du jugement mauvais des autres.

Je ne vais pas citer tout l'évangile qui est souvent consacré aux droits de l'homme sans que s'y trouve l'expression.

- 3. Tous les droits appartiennent au Créateur. En conséquence tout ce qui nous vient de Lui doit être accepté dans un esprit de reconnaissance comme étant des grâces, qu’il s’agisse de notre vie, de nos circonstances, du cadre fixe de l’ordre de la création, de la loi divine, de la Révélation et, évidemment du salut lui-même. Nous sommes en conséquence exhortés, non à réclamer nos droits pour tout, mais à rendre grâce pour toutes choses.

Bien sûr tous les droits appartiennent au Créateur, mais Il nous en confère et malheur à celui qui ne les respecte pas ! Nous devons rendre grâce pour nos droits. Il a le droit de nous conférer des droits à tous égalitairement et personne ne peut nous en priver sans violer la volonté divine.

- 4. La revendiction de ses droits manifeste une attitude où l’homme prétend que tout lui serait dû. L’homme imagine qu’il mérite que l’on satisfasse certains droits et il les réclame. Cette attitude de revendication est au fond une attitude de commandement ; ce commandement appartient à Dieu seul. Ce fut une telle attitude revendicatrice de la part de nos premiers parents - Donne moi le droit d’être comme Dieu - qui fut la cause de la chute de l’humanité. Cette attitude de revendication de ses droits est une infraction flagrante au Xe commandement qui nous interdit toute convoitise. La réclamation universelle des Droits de l’Homme est une incitation universelle à la convoitise.

Berhoud confond ici (et ailleurs aussi) la revendication des droits et l'existence des droits. Ce qui est bien distinct. Mais le pire, c'est que dans le paragraphe ci-dessus, il utilse le dixième commandement en lui faisant dire l'inverse de ce qu'il dit. Le dixième commandement nous interdit de convoiter, les droits des autres sur leurs femmes, sur leurs propriétés. Il nous défend cela jusque dans notre âme. Il nous demande de respecter les droits de l'homme jusque dans nos pensées, c'est le dixième commandement.

- 5. Le Nouveau Testament, avec les apôtres Pierre, Paul et Jean nous fournit une définition précise de cette attitude de revendication. Il l’appelle la convoitise de la chair (Rom. 13: 14 ; Eph. 2:3 ; I Pi 2:11 ; 2 Pi 2:18 ; I Jn 2:16). Il s’agit avant tout de défendre et d’accroître la revendication des droits de notre moi au libre épanouissement. La Bible tout entière nous enseigne que le développement du moi pécheur, charnel, égoïste n’est que croissance dans le péché. La loi nous a été donnée, entre autres, pour brider ce moi et la croix du Christ a pour but de le faire mourir. En tant que chrétien ce n’est pas mon MOI qui doit s’épanouir. Je dois renoncer à moi-même, même mourir à moi-même afin que le Christ vive en moi, qu’il grandisse en moi. La revendication des Droits de l’Homme est ainsi en contradiction radicale avec l’oeuvre et la prédication de la croix de Jésus-Christ. De sorte qu’être partisan des Droits de l’Homme n’est pas autre chose qu’être ennemi de la croix du Christ, avoir pour dieu son ventre, c’est-à-dire la satisfaction de ses propres convoitises. (…)


Faudra-t-il se suicider par la faim, la soif et le froid pour être chrétien ? La résignation à la volonté du Seigneur, si elle est telle, n'interdit pas d'avoir des droits. Nous nous résignons au mystère de la croix. Si on me vole mes biens, celui qui en est l'auteur viole mes droits, mais si sons coup réussit, c'est que le Seigneur aura décidé de m'en priver. Cela est valable pour moi, pour mon âme, jamais pour les autres. Je peux renoncer à mes droits mais je ne peux pas priver les autres des leurs. Ne confondons pas les plans. Le mystère de la croix qui est très souvent consécutif à la violation des droits n'est pas une invitation à violer les droits d'autrui ou à renoncer à ses droits. Jésus lui-même ne renonce pas absolument à ses droits.

Mt 27,46. Et vers la neuvième heure, Jésus cria d'une voix forte: Eli, Eli, lamma sabacthani? C'est-à-dire: Mon Dieu, Mon Dieu, pourquoi M'avez-vous abandonné?
Ce qui signifie : mon Dieu pourquoi n'avez-vous pas fait respecter mes droits ? Il fait aussi respecter le droit à l'intégrité physique du policier ("serviteur du grand prêtre venu l'arrêter lorsque saint Pierre lui donne un coup d'épée et lui tranche l'oreille. (Jean 18, 10), il recole l'oreille de celui qui vient porter l'arrêter.

- 6. La réclamation de nos droits est signe de notre orgueil et le chemin de l’enfer dans ce monde comme dans le monde à venir, tandis que le souci des droits de Dieu, c’est-à-dire le souci de se soumettre à sa souveraineté et d’obéir à ses commandements, est signe d’humilité et conduit à ce que le règne de Dieu vienne sur la terre comme au ciel. La revendication par des chrétiens des Droits de l’Homme est un signe manifeste de leur apostasie…”

Je crois avoir démontré l'inverse. Il n'y a pas d'antinomie entre droit du Seigneur et droit de l'homme, au contraire, Dieu confère des droits et commande tout au long de l'évangile que nous les respections (les nôtres et ceux des autres). Le mystère de la croix ne dit rien contre cela.

Écrit par : Denis Merlin | samedi, 21 mars 2009

L'homme a tous les droits car il est à l'image de Dieu mais il n'en a aucun car il L'a trahi, Denis Merlin.

Écrit par : La Fouine | samedi, 21 mars 2009

L'homme n'a aucun droit Denis Merlin, précisément parce qu'il a rompu le lien sacré qui l'unissait à Dieu. En l'état l'homme n'a que des devoirs, le devoir d'aimer et servir Dieu, le devoir de se conduire vertueusement, le devoir de piété, etc.

Vous ne percevez pas ce qu'il y a de profondément non chrétien dans l'idéologie des Droits de l'Homme qui, précisément, souhaita mettre l'Homme à la place de Dieu, voulut renverser l'ordre originel au profit d'une entreprise prométhéenne diabolique.

L'homme, depuis le chute, est soumis à Satan, ses désirs, sa volonté, sont l'otages des forces négatives. Le Christ est donc venu pour nous libérer de ces puissances nocives, non pas pour célébrer la gloire de l'homme et le triomphe de l'humanité. Votre interprétation de l'évangile de Marc est à cet égard singulièrement erronée, l'idée que "le sabbat a été fait pour l'homme, et non pas l'homme pour le sabbat", n'est en aucune manière une façon de tresser des couronnes à la créature, mais a pour objet de mettre en lumière la nécessaire repentance du coeur, et la réforme intérieure de l'âme qui doivent se manifester le jour du sabbat.

N'oubliez-pas que le premier message de l’Évangile annoncé par Jean-Baptiste et Jésus lui-même , est : "Repentez-vous, et croyez !" Marc 1.15; Mt 3.2, 11; 4.17; Marc 1.4; Luc 3.3 La repentance est à la base du message de l'Évangile. L'apôtre Paul écrit d'ailleurs : "J'ai prêché la repentance envers Dieu et la foi en Notre Seigneur Jésus-Christ." (Actes 20.21) Et la première prédication de l'apôtre Pierre se conclue par : "Repentez vous !" Et la deuxième également : (Actes 2.38 - 3.19) De même l'apôtre Jacques exhorte à l'humiliation et à la repentance (Jacques 4.9)

Ainsi, "Repentez-vous" est l'exclamation que l'on entend dans toute la Bible, lorsque Dieu appelle les hommes à prendre conscience de leurs péchés et à revenir vers Lui, mais les hommes, malgré l'appel de Dieu et sa patience, refusèrent de reconnaître les causes de leurs malheurs et ne voulurent jamais se repentir, au nom de leurs prétendus "Droits" à présent érigés en dogme.
Aujourd'hui, ennivré par ses droits, le monde vit comme si le péché n'existait pas. Malheureusement, nous savons qu'il est la cause de tous les malheurs du monde : Les mensonges, les meurtres, les vols, les impuretés de toutes sortes : pornographie, sodomie, homosexualité, pédophilie, adultère, fornication, mauvais désirs. Les querelles, la cruauté, la brutalité, l'orgueil, l'ambition, l'incrédulité et j'en passe, sont les causes de bien des malheurs, mais une cause est à la base de ceux-ci, le rêve satanique que l'Homme ait des droits quelconques à revendiquer face à Dieu !

Écrit par : Lozère | dimanche, 22 mars 2009

Le mot repentance est la traduction du Grec "metanoia" qui veut dire, justement : changer d’intention. C’est la tristesse qu’on éprouve de ses péchés, et la douleur d’avoir offensé Dieu (Romains 12:2)

Cela signifie : Ne vous coulez pas simplement dans le moule de tout le monde. Ne conformez pas votre vie aux principes qui régissent le siècle présent; ne copiez pas les modes et les habitudes du jour. Laissez-vous plutôt entièrement transformer par le renouvellement de votre coeur. Adoptez une attitude intérieure différente. Donnez à vos pensées une nouvelle orientation afin de pouvoir discerner ce que Dieu veut de vous. Ainsi, vous serez capables de reconnaître ce qui est bon à ses yeux, ce qui lui plaît et qui vous conduit à une réelle maturité (Ephésiens 4:23).

Écrit par : Henri | dimanche, 22 mars 2009

Jésus dit même que si nous ne nous repentons pas, nous périrons ; ce n'est pas vraiment la religion des Droits de l'Homme, et même en contradiction complète avec ses présupposés rousseauistes concernant le caractère bon de la créature à l'état naturel :

"Si vous ne vous repentez, vous périrez tous également".

(Mt 9.12-13 - Lu 13.3)

Écrit par : Falk | dimanche, 22 mars 2009

Rousseau était hostile aux droits de l'homme. Il voulait une religion d'Etat (contre la liberté religieuse) absolutisant la tolérance, il croyait que rien pas même le droit de propriété, ne pouvait faire obstacle à la "volonté générale". Rousseau était un petit esprit qui ne doit sa notoriété qu'au soutien des francs-maçons (qui font et défont les réputations).

Quant à la question que l'homme soit bon ou mauvais, elle n'entre pas en ligne de compte. L'homme doit pouvoir de jouir de droits de par la volonté divine (veuillez lire et méditer les dix commandements) et cela dès sa conception et jusqu'à sa mort. C'est péché de violer ses droits.

Alors repentez-vous de prêcher l'irrespect des droits de l'homme sous prétexte de foi.

"Si vous ne vous repentez, vous périrez tous également".

(Mt 9.12-13 - Lu 13.3)"

Écrit par : Denis Merlin | samedi, 28 mars 2009

Ce ne serait pas cela que l'on appellerait "des T.O.C." Denis ?

Écrit par : La Fouine | samedi, 28 mars 2009

Denis vous êtes en plein délire, refusant de voir les sources perverses qui sous-tendent la pensée libérale.

Les Droits de l'Homme sont positivement une idéologie anti-chrétienne, forgée de toute pièce par des philosophes athées afin d'abattre la religion lors de la Révolution Française.

Relisez les déclarations de Pie IX :

- « L'idéologie des Droits de l'Homme, le libéralisme, n’est pas une hérésie ordinaire, c’est l’hérésie propre, personnelle de Satan, puisqu’elle consiste, pour la créature, à usurper à son profit l’indépendance et la souveraineté qui n’appartiennent qu’à Dieu, de toute éternité, et dans l’ordre des temps à Notre Seigneur Jésus-Christ. (…) On voit par là en quoi le libéralisme moderne diffère de tout ce qui l’a précédé en fait de révolte et de péché. C’est le péché lui-même, le dernier terme et le plus haut degré du péché. Le libéralisme appelle “l’homme de péché”, il prépare les voies à l’Antéchrist. "Suivre le courant", c'est à quoi se résument ces fameuses inventions et ces grandes fiertés du Libéralisme catholique.Le libéralisme "catholique" n'est autre chose, en effet, que l'esprit révolutionnaire cherchant à s'introduire dans l'Eglise elle-même.» (Pie IX, Déclaration du 18 juin 1871, Société de Saint-Augustin, Desclée De Brouwer et Cie, Paris 1899, p. 223)

Écrit par : Sulpice | samedi, 28 mars 2009

"L'homme doit pouvoir de jouir de droits de par la volonté divine", nous dit Denis Merlin qui ne se rend pas compte ce que cette phrase possède de sens pervers.

En effet, celui qui pense que "l'Eglise est pour le sexe à fond" et qui prétend le démontrer en une heure, soit le pétitionnaire Fabrice Hadjadj, écrit finalement la même chose, avec une légère variante qui en dit long sur la nature de ses visions béatifiques :

"L'homme doit pouvoir de jouir de droit de par la volonté divine"

Écrit par : Falk | samedi, 28 mars 2009

Le libéralisme et les Droits de l'Homme, à tous ses degrés et sous toutes ses formes, a été formellement condamné ; si bien que, en outre des motifs de malice intrinsèque qui le rendent mauvais et criminel, il a contre lui, pour tout catholique fidèle, la suprême et définitive déclaration de l'Église qui l'a jugé tel et comme tel l'a anathématisé.

En effet, lors de la fameuse "Déclaration des droits de l'homme", qui contient en germe toutes les folies du moderne libéralisme, le pape Pie VI, éclairé par le Saint-Esprit réprouva fermement les erreurs de ce texte et dénonça fermement le caractère inacceptable de cette idéologie révolutionnaire.

Plus tard, en 1832, Grégoire XVI publia son encyclique "Mirari vos" qui est la condamnation explicite du libéralisme et des Droits de l'homme. Bien sûr, le pape Pie IX, comme le rappelle Sulpice, fut un des plus célèbres pourfendeurs du libéralisme. Il le qualifiait comme une "idée absolument fausse du gouvernement social", "un délire", "une liberté de perdition" et le "fléau du siècle".

Écrit par : Lozère | samedi, 28 mars 2009

PS. D'ailleurs pour en finir avec les divagations sur ces sujets, écoutons, pour plus de précisions le Saint Père Pie VI, à propos de la fameuse et antireligieuse Déclaration des "Droits de l'Homme":

"La Constitution décrétée par l’Assemblée n’a en vue et ne poursuit d’autre but que d’anéantir la Religion catholique, et avec elle l’obéissance due aux rois.

C’est dans cette vue qu’on établit, comme un "droit de l’homme" en société, cette liberté absolue, qui non seulement assure le droit de n’être pas inquiété sur ses opinions religieuses, mais qui
accorde encore cette licence de penser, de dire, d’écrire et même de faire imprimer à son gré en matière de religion tout ce que peut suggérer l’imagination la plus déréglée : droit monstrueux, qui
parait cependant à l’Assemblée résulter de l’égalité et de la liberté naturelles à tous les hommes.

Proclamation insensée des chimériques liberté absolue et égalité

Mais que pouvait-il y avoir de plus insensé, que d’établir parmi les hommes cette égalité et cette liberté effrénée qui étouffe complètement la raison, le don le plus précieux que la nature ait
fait à l’homme, et le seul qui le distingue des animaux ? Dieu, après avoir créé l’homme, après l’avoir établi dans un lieu de délices, ne le menaça-t-il pas de la mort s’il mangeait du fruit de
l’arbre de la science du bien et du mal ? Et par cette première défense ne mit-il pas des bornes à sa liberté ? Lorsque dans la suite sa désobéissance l’eut rendu coupable, ne lui imposa-t-il pas de
nouvelles obligations par l’intermédiaire de Moïse ? Et quoiqu’il eût laissé à son libre arbitre le pouvoir de se déterminer pour le bien ou pour le mal, ne l’environna-t-il pas de préceptes et de
commandements, qui pouvaient le sauver s’il voulait les accomplir ?

Où est donc cette liberté de penser et d’agir que l’Assemblée nationale accorde à l’homme social comme un droit imprescriptible de la nature ? Ce droit chimérique n’est-il pas contraire aux
droits du Créateur suprême, à qui nous devons l’existence et tout ce que nous possédons ? Peut-on d’ailleurs ignorer que l’homme n’a pas été créé pour lui seul, mais pour être utile à ses semblables ?
car telle est la faiblesse de la nature, que les hommes, pour se conserver, ont besoin du secours mutuel les uns des autres ; et voilà pourquoi Dieu leur a donné la raison et l’usage de la parole,
pour les mettre en état de réclamer l’assistance d’autrui, et de secourir à leur tour ceux qui imploreraient leur appui.

C’est donc la nature elle-même qui a rapproché les hommes et les a réunis en société : en outre, puisque l’usage que l’homme doit faire de sa raison consiste essentiellement à reconnaître son souverain Auteur, à l’honorer, à l’admirer, à lui rapporter sa personne et tout son être ; puisque, dès son enfance, il faut qu’il soit soumis à ceux qui ont sur lui la supériorité de l’âge ; qu’il se laisse gouverner et instruire par leurs leçons ; qu’il apprenne d’eux à régler sa vie d’après les lois de la raison, de l’humanité et de la religion : cette égalité, cette liberté si vantées, ne sont donc pour lui dès le moment de sa naissance, que des chimères et des mots vides de sens.

Par nécessité, soyez soumis, dit l’Apôtre saint Paul : ainsi les hommes n’ont pu se rassembler et former une société civile, sans établir un gouvernement, sans restreindre cette liberté, et sans l’assujettir aux lois et à l’autorité de leurs chefs. La société humaine, dit saint Augustin, n’est autre chose qu’une convention générale d’obéir aux rois ; et ce n’est pas tant du contrat
social, que de Dieu lui-même, auteur de tout bien et de toute justice, que la puissance des rois tire sa force.

Que chaque personne soit soumise aux puissances supérieures, dit le grand Apôtre dans la même Épître : car toute puissance vient de Dieu ; celles qui existent ont été réglées par Dieu même : leur résister, c’est résister à l’ordre que Dieu a établi ; et ceux qui se rendent coupables de cette résistance, se vouent eux-mêmes à des châtiments éternels.


C’est ici le lieu de rapporter le canon du second Concile de Tours, tenu en 567, qui frappe d’anathème, non seulement quiconque a la hardiesse de contrevenir aux décrets du Siège apostolique, mais encore celui qui, par une plus grande témérité, ose réfuter et combattre, de quelque manière que ce soit, une pensée que l’Apôtre saint Paul, ce vase d’élection, a publiée d’après l’inspiration
de l’Esprit-Saint, surtout, puisque le Saint-Esprit lui-même a dit par l’organe de cet Apôtre : « Que celuiqui prêchera le contraire de ce que j’ai prêché, soit anathème ».

Mais pour faire évanouir aux yeux de la saine raison ce fantôme d’une liberté indéfinie, ne suffit-il pas de dire que ce système fut celui des vaudois et des béguards, condamnés par Clément V, avec l’approbation du Concile oecuménique de Vienne : que dans la suite les
wicléfites, et enfin Luther, se servirent du même appât d’une liberté effrénée pour accréditer leurs erreurs, disant : Nous sommes affranchis de toute espèce de joug."


SS Pie VI, Quod Aliquantum
10 mars 1791

Écrit par : Lozère | samedi, 28 mars 2009

Un article relativement complet de nos amis du Christ-Roi :


« Si, arrachant le masque à la Révolution, vous lui demandez : Qui es-tu ? elle vous dira : «… Je suis la haine de tout ordre religieux et social que l’homme n’a pas établi et dans lequel il n’est pas roi et Dieu tout ensemble ; je suis la proclamation des droits de l’homme contre les droits de Dieu… » (Mgr Gaume, La Révolution, recherches historiques sur l’origine et la propagation du mal en Europe, tome I, page 46.)

L’article premier de la Déclaration des droits de 1789 proclame, on le sait, que «tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits». Affirmation réitérée, sous forme méthodologique, à l’article 3, «Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation» et à l’article 6, «La Loi est l’expression de la volonté générale».

Droits de Dieu ou droits de l’homme, ordre ou désordre : il faut choisir!...

Fonder la société sur la seule volonté des hommes, est une chimère dont les conséquences n’ont pas fini de se faire cruellement sentir : «C’est en vain que, inspiré par l’orgueil et l’esprit de rébellion, l’homme cherche à se soustraire à toute autorité ; à aucune époque, il n’a pu réussir à ne dépendre de personne» (Léon XIII, Encyclique Diuturnum illud sur l’origine du pouvoir civil.)

L’homme ne peut être «libre» au sens de l’idéologie des droits, puisqu’il n’est aucunement autonome, ni quand il naît, ni quand il est adulte.

Animal social, l’homme ne se développe que grâce à la coopération d’autrui dans toute société. Seul le Bien commun peut permettre le bien particulier: «Ce qui réunit les hommes pour les faire vivre en société, c’est la loi de nature ou, plus exactement, la volonté de Dieu auteur de la nature ; c’est ce que prouvent avec évidence et le don du langage, instrument principal des relations qui fondent la société, et tant de désirs qui naissent avec nous, et tant de besoins de premier ordre qui resteraient sans objet dans l’état d’isolement, mais qui trouvent leur satisfaction dès que les hommes se rapprochent et s’associent entre eux» (Léon XIII, Encyclique Diuturnum illud sur l’origine du pouvoir civil.) Telle est la vraie science politique chrétienne, à l’exact opposé du «contrat social» de John Locke et de Rousseau.

* Au reniement de Dieu qui prévaut à la révolution française succède depuis et très logiquement un reniement de l'homme (culture, racines, traditions)

* Les droits de l'homme inversent l'ordre des fins: "culte de l'homme" d'abord "qui fait primer le mythe libertaire ou égalitaire sur la vérité" (Rémi Fontaine, La laïcité dans tous ses états).

* Ils conduisent paradoxalement à la destruction des vrais droits (naturels) de l'homme : droit à la - vraie - Liberté, droit à la propriété, droit à la sécurité, droit à manifester librement et extérieurement sa religion, etc., et aboutissent donc à l'inverse du but initial qui devait être (soit-disant) de libérer l'homme, d'établir son indépendance vis-vis de tout pouvoir humain et religieux et de le protéger de toute contrainte extérieure...

* Ils sont donc dans leur essence même un pur mensonge fabriqué par le Prince du mensonge Satan.

* Ils détruisent progressivement la relation de l'homme à Dieu;

* Ils suppriment mensongèrement au nom de la Liberté, tout règne social de notre Seigneur Jésus-Christ. Exit la royauté sociale de Jésus-Christ, place aux droits de l'homme.

* Ils constituent une machine satanique ordonnée à la destruction de la civilisation chrétienne et placent directement l'homme, au nom de la Liberté, sous la servitude du démon et sous la servitude d'une théocratie gnostique de droit occulte: l'homme est placé sous la tutelle d'un Etat auto-divinisé Tout-Puissant qui se veut au-dessus de la Vérité et de toutes les religions (c'est le propre de l'exaltation satanique).

Écrit par : LES PERVERS DROITS DE L'HOMME | samedi, 28 mars 2009

Pour revenir au sujet, je croyais que la Turquie était laïque !


Des pays musulmans ne veulent pas que Rasmussen dirige l'Otan


Plusieurs pays musulmans ont demandé à la Turquie d'opposer son veto à la nomination de l'actuel Premier ministre danois, Anders Fogh Rasmussen, à la tête de l'Otan, déclare le chef du gouvernement turc, Recep Tayyip Erdogan.

Écrit par : La Fouine | samedi, 28 mars 2009

"Ils conduisent paradoxalement à la destruction des vrais droits (naturels) de l'homme : droit à la - vraie - Liberté, droit à la propriété, droit à la sécurité, droit à manifester librement et extérieurement sa religion, etc., et aboutissent donc à l'inverse du but initial qui devait être (soit-disant) de libérer l'homme, d'établir son indépendance vis-vis de tout pouvoir humain et religieux et de le protéger de toute contrainte extérieure..."

Il existe donc de vrais droits de l'homme à la - vraie liberté- à la propriété et à manifester extérieurement sa religion. Donc nous sommes d'accord.

Il faudrait qu'avant de discuter, nous sachions de quoi nous parlons. Sinon nous risquons une pure querelle de mots.

Sachez que je suis d'accord avec les textes des papes que vous citez. Je condamne avec eux, en raison de leur autorité et de celle de la raison, par exemple, la liberté de conscience à l'égard de la vérité.

Pour être plus clair, je proposerais de distinguer le droit de l'hommisme qui est la traduction morale de l'athéisme et du libertarianisme, des droits de l'homme qui ont pour source le décalogue.

Écrit par : Denis Merlin | samedi, 28 mars 2009

Alors Denis, nommez-les pour éviter toute confusion, si vous êtes en accord avec Pie VI, les "droits naturels de l'homme", qui relèvent effectivement du droit positif et naturel conféré par la Providence, mais qui sont des "droits" en opposition radicale avec les pervers et révolutionnaires "Droits de l'homme" d'essence antireligieuse et athée.

Écrit par : Lozère | samedi, 28 mars 2009

Les droits de l'homme relèvent du droit naturel. Ils peuvent être inscrits dans le droit positif. Ils sont inscrits dans le coeur de tout homme.

Il ne m'est pas possible de citer tous les droits. Cela demanderait des réflexions et des recherches hors de proportion avec un commentaire.

Mais ces droits je les ai déjà cité en partie en regard des dix commandemts.

Le droit fondamental de tous les autres droits est celui de la liberté religieuse fondé sur le 1er commandement. Cette liberté est opposable à toute autorité profane (sauf l'Eglise qui n'est pas une autorité profane, ni, encore moins, le Seigneur évidemment).

Puis il y a le droit à la vie (à ne pas être tué, ni maltraité et au droit de NE PAS TUER et de NE PAS MALTRAITER), à l'égalité dans les droits fondamentaux, à la non discrimination dans les droits fondamentaux, au mariage, à la propriété, à la liberté d'expression etc.

Ces droits sont énoncés dans la déclaration universelle des droits de l'homme rédigée par des maritainiens (ONU 10 décembre 1948). Cette déclaration comme tout droit positif n'est pas parfaite, mais est très utile. Par exemple il faudrait préciser que l'homme n'est pas nécessairement doué de raison mais est capable de raison (quand je dors, ou que je suis malade, ou quand je suis bébé ou très vieux, je jouis des droits fondamentaux comme tout être humain)

En revanche la déclaration des droits de l'homme du 24 août 1789 est très déficiente notamment sur la "volonté générale" comme source de droit. Elle contient cependant des dispositions de droit naturel (préomption d'innocence par exemple)

Ne pas confondre droits de l'homme et droitdelhommisme qui énonce des droits inexistants et donc tyranniques ("droit" à l'avortement par exemple).

Écrit par : Denis Merlin | samedi, 28 mars 2009

Une nouvelle fois vous faites une importante erreur Denis.Les droits de l'homme ne relèvent absolument pas du droit naturel, il n'y a qu'un droit naturel, que l'on pourrait avantageusement baptiser "Ordre naturel" qui est inscrit dans le coeur de tout homme.

D'autre part, la liberté religieuse n'est pas, et en aucun cas, "le droit fondamental de tous les autres droits fondé sur le 1er commandement."

Pie IX le dit clairement dans le Syllabus :

77. " A notre époque, il n’est plus utile que la religion catholique soit considérée comme l’unique religion de l’Etat, à l’exclusion de tous les autres cultes.
78. Aussi c’est avec raison que, dans quelques pays catholiques, la loi a pourvu à ce que les étrangers qui s’y rendent y jouissent de l’exercice public de leurs cultes particuliers.
79. Il est faux que la liberté civile de tous les cultes et que le plein pouvoir laissé à tous de manifester ouvertement et publiquement toutes leurs pensées et toutes leurs opinions, jettent plus facilement les peuples dans la corruption des mœurs et de l’esprit, et propagent la peste de l’Indifférentisme"10.

Léon XIII. Encyclique Immortale Dei, du 1er novembre 1885, sur la constitution chrétienne des Etats, réitèrera cette condamnation de la liberté religieuse :

" ... et dès lors que le peuple est censé la source de tout droit et de tout pouvoir, il s’ensuit que l’Etat ne se croit lié à aucune obligation envers Dieu, ne professe officiellement aucune religion, et n’est pas tenu de rechercher quelle est la seule vraie entre toutes, ni d’en préférer une aux autres, ni d’en favoriser une principalement ; mais qu’il doit leur attribuer à toutes l’égalité de droit, du moment que la discipline de la chose publique n’en subit pas de détriment. Par conséquent, chacun sera libre d’embrasser la religion qu’il préfère, ou de n’en suivre aucune si aucune ne lui agrée... etc"



Vous affirmez : "Cette liberté est opposable à toute autorité profane (sauf l'Eglise qui n'est pas une autorité profane, ni, encore moins, le Seigneur évidemment)." C'est pourquoi, le concept de droit à la liberté religieuse n'a pas de sens sur le plan théologique.

Il est absurde, impie, et mène les peuples à l’indifférence religieuse :

— Absurde, la liberté religieuse l’est, puisqu’elle accorde le même droit à la vérité et à l’erreur, à la vraie religion et aux sectes hérétiques ; or, dit Léon XIII " le droit est une faculté morale, et comme nous l’avons dit et comme on ne peut trop le redire, il serait absurde de croire qu’elle appartienne naturellement et sans distinction ni discernement à la vérité et au mensonge, au bien et au mal"23.

— Impie, la liberté religieuse l’est aussi : puisqu’elle " attribue à toutes les religions l’égalité de droit" , et " met au rang des sectes hérétiques et même de la perfidie judaïque, l’Epouse sainte et immaculée du Christ" ; puisque de plus, elle implique " l’indifférentisme religieux de l’Etat" qui équivaut à son " athéisme" , ce qui est l’impiété légale des sociétés, l’apostasie forcée des nations, le rejet de la royauté sociale de Notre Seigneur Jésus-Christ, la négation du droit public de l’Eglise, son élimination de la société ou son assujettissement à l’Etat.

— Enfin, elle conduit les peuples à l’indifférence religieuse, comme le déclare le Syllabus en condamnant la proposition 77. C’est l’évidence : si actuellement, l’Eglise conciliaire et la majorité des catholiques en arrivent à voir dans toutes les religions des voies de salut, c’est parce que ce venin de l’indifférentisme leur a été administré, en France et ailleurs, par bientôt deux siècles de régime de liberté religieuse.


Il n'y a donc aucun "droits" à accorder à l'erreur, qui répand ses théories mortifères en toute impunité depuis des siècles.

Écrit par : Sulpice | samedi, 28 mars 2009

Je connais ces arguments sédévacantistes ou lefebvristes.

Cependant, réfléchissez au titre qui vous fait parler. Vous voulez m'imposer VOTRE opinion sour couvert de pape et d'Eglise.

Vous n'avez aucun titre à le faire.

Pas plus que vous, l'Etat ou n'importe quel parti ou n'importe quel humain (hors le pape et les évêques à lui unis) ne peut imposer son opinion religieuse. Les laïcs font partie de l'Eglise enseignée.

J'ai répondu déjà à tous ces arguments sur mon blog. Il serait encore mieux de lire attentivement la déclaration Dignitatis humanae laquelle ne contredit en rien Pie IX ou Léon XIII, mais au contraire les confirme.

A mon avis, vous luttez contre le Christ-Roi en croyant lutter pour Lui. Le Christ a une épouse qui est l'Eglise, quiconque veut se substituer à Elle dans ses droits ne peut plaire à son Epoux.

Vive le Christ-Roi qui, par son Eglise, enseigne la liberté religieuse et ordonne de la respecter !

Écrit par : Denis Merlin | samedi, 28 mars 2009

Il va être difficile de nous entendre Denis, surtout si vous vous référez sur La Question à Dignitis Humanae - vous n'êtes pas sans ignorer les critiques sévères qui ont été exprimées en ces lieux au sujet de ce texte absolument hérétique en son essence.

http://www.la-question.net/archive/2008/04/19/d2bb8633e39b52be2d812eb1b18acd2d.html

L’un des rédacteurs de Dignitatis humanae, le Père Congar, écrivait que d’après ce texte, la liberté religieuse était conte­nue dans la Révélation. Or il avoua lui-même qu’une telle affirma­tion était mensonge. « À la demande du pape, j’ai collaboré aux der­niers paragraphes de la déclaration sur la liberté religieuse: il s’agissait de montrer que le thème de la liberté religieuse appa­raissait déjà dans l’Écriture, or il n’y est pas » (in: Éric Vatré: A la droite du Père, Paris 1994, p. 118).

Quel aveu! Déclarer qu’une doctrine est révélée, alors que l’on sait pertinemment que cela est faux! Les évêques du conciliabule qui ont approuvé ce texte - dont Montini - sont des imposteurs!

La liberté religieuse est même contraire à la Révélation. Quand les juifs rendaient un culte au veau d’or, Moïse les a-t-il fé­licités? II ne les a pas encouragés à « manifester librement l’efficacité singulière de leur doctrine pour organiser la société et vivifier toute l’activité humaine » (Dignitatis humanae, § 4).

C'est donc bien plutôt "l’inexistence du droit à la liberté religieuse" qui est une vérité révélée.

Écrit par : Sulpice | samedi, 28 mars 2009

@ Denis. Ce ne sont pas des arguments "sédévacantistes ou lefébvristes", mais ceux du Magistère de l'Eglise jusqu'au concile hérétique et apostat de Vatican II !

Écrit par : Hire | samedi, 28 mars 2009

N'oublions pas que Dieu ordonna à Gédéon de renverser l’autel dressé à Baal par son propre père (Juges VI, 25). Le prophète Élie ÉGORGEA ! de ses propres mains les prêtres de Baal (3. Rois XVIII, 40). Or Élie est le plus grand des prophètes, puisqu’il fut spécialement honoré par NSJC lors de la Transfiguration (donc le Christ est contre la liberté re­ligieuse).

Le successeur d’Élie, Elisée sacra Jéhu. Le roi Jéhu fit massacrer tous les fidèles de Baal, démolit l’autel et « ils démolirent aussi le temple de Baal et en firent un cloaque, ce qu’il est resté jusqu’à maintenant » (4. Rois X, 27). Ce cloaque à côté de Jérusalem s’appelle la Géhenne...

« La liberté religieuse demande, en outre, que les grou­pes religieux ne soient pas empêchés de manifester librement l’efficacité singulière de leur doctrine pour organiser la société et vivifier toute l’activité humaine » (Dignitatis humanae, § 4). Or le Christ a dit: « Je suis la voie, la vérité, la vie » (Jean XIV, 6). Il n’a pas dit que d’autres religions que la sienne apportaient la vie.

D’autre part, le Christ a dit: « Sans moi, vous ne pouvez rien faire » (Jean XV, 5). Il n’a pas dit que l’on pouvait faire quelque chose (organiser avec « efficacité » la société) grâce à Bouddha ou Mahomet. Le Christ a dit: « Celui qui ne croira pas sera condamné » (Marc XVI, 16). Il n’a donc pas donné l’autorisation d’honorer l’Être su­prême (terme cher aux francs-maçons) selon un culte X.

Si Vatican II prétend que les bouddhistes, musulmans, protestants, animistes etc. ont le droit d’ « honorer d’un culte public la divinité suprême » (Dignitatis humanae, § 4; l’expression « divinité suprême » figure aussi dans Nostra aetate), cela prouve que les prélats ont adopté l’idéologie et le langage des loges maçonniques, tout comme Woj­tyla à Assise, demandant à ses invités de prier simplement « une puissance suprême », « l’Être absolu », « une puissance au-dessus de toutes nos forces humaines », « cette réalité qui est au-delà de nous ».

« Divinité suprême »? Un commentateur attentif pourrait même souligner que l’adjectif « suprême » implique qu’il existe également des divinités inférieures. Vatican II professerait alors le polythéisme...

Écrit par : Lozère | samedi, 28 mars 2009

@ Denis Merlin

"Je connais ces arguments sédévacantistes ou lefebvristes".

C'est tout ce que vous avez à répondre à vos interlocuteurs? Et quelle prétention dans vos propos! Méfiez-vous, vous êtes en train de virer Torquemada. Ne vous en déplaise c'est la FSSPX qui a raison.. et Benoît XVI contre Vatican II ; à propos du Pape je vous conseille la lecture de son "Jésus de Nazareth" qui nous donne une leçon de théologie. Benoît XVI est parfaitement conscient des ravages de Vatican II sur son Eglise et essaie de sauver ce qui peut l'être. De plus, sur ce blog, nous n'avons cessé, les uns et les autres, de soutenir le Pape dans sa démarche non seulement courageuse mais héroïque. Alors, vos accusations de sédévacantisme sont complètement à côté de la plaque.

"Il serait encore mieux de lire attentivement la déclaration Dignitatis humanae laquelle ne contredit en rien Pie IX ou Léon XIII, mais au contraire les confirme."

On ne vous a pas attendu, et c'est parce que nous connaissons parfaitement ce texte, les uns et les autres, que nous sommes à même d'en dénoncer les conséquences funestes pour l'Eglise. Au bout du compte, vous confondez deux choses : la liberté religieuse tel qu'elle est reconnue dans les textes de loi qui régissent les sociétés humaines et l'œcuménisme qui, sous couvert de tolérance, tend à mettre sur le même plan la Révélation et les autres religions et contrairement à ce vous prétendez, Dignitatis humanae est en complète rupture avec Pie IX et Léon X : vouloir affirmer, comme ce texte le fait, la liberté religieuse, n'a aucun sens pour l'Église : on croit au message du Christ ou on n'y croit pas comme Lozère vient de vous l'expliquer. En tant que chrétien, on ne peut que prier pour la conversion de tous ceux qui ne connaissent pas la Bonne Nouvelle, attitude qui se situe au-delà de la notion de tolérance.

Écrit par : Ronin | samedi, 28 mars 2009

Qui est compétent pour juger en matière religieuse ? L'Etat ? Ou peut-être vous ?

Moïse avait une autorité religieuse (il était inspiré de Dieu qui avait conclu un alliance avec son peuple, vous prenez-vous pour Moïse ? Pensez-vous avoir ses droits ?). Elie était inspiré de Dieu, il était un prophète ce que je ne suis pas (vous, peut-être ?).

Ne voyez-vous pas que l'Eglise est partagée entre laïcs et Eglise enseignante ?

Ne voyez-vous pas que la société est formée de diverses croyances et qu'aucun laïc n'a compétence pour juger son prochain a fortiori s'il est musulman, juif ou de toute autre opinion religieuse en matière religieuse ?

Que l'Eglise ne se reconnaît juridiction que sur les baptisés et que l'Etat est institué pour le bien commun (justice, vérité, droits de l'homme) et en aucun cas pour juger en matière religieuse ?

C'est d'ailleurs pourquoi votre fil qui tend à condamner l'islam, est immoral. Nous ne pouvons juger qu'en matière de bien commun et donc des droits de l'homme. Nous devons respecter les croyances des musulmans en vertu du premier commandement. Ils doivent faire de même, ainsi que tout croyant ou incroyant.

Autrement dit, "à chacun son métier et les vaches seront bien gardées" (morale d'une fable de Florian)

Écrit par : Denis Merlin | samedi, 28 mars 2009

Dans tout ce que vous dites, Denis Merlin, il n'y a qu'une chose que j'ai apprécié, c'est votre ton calme. L'intervention de Ronin, oh combien pertinente semble vous agacer.
Vous parlez de Christ Roi à chaque intervention mais je me demande si vous êtes à la hauteur de votre Foi !
Car celui qui a dit qu'il était la vie, la voie et la vérité demande une exigence à toute épreuve que vous semblez vendre pour un oecuménisme (c'est le printemps !) dérisoire.
Nous respectons les musulmans mais s'ils détiennent la vérité, le Christ n'est qu'un révolutionnaire hébreux en guerre contre Rome !
Je suis désolé mais l'exigence de la Révélation nous pousse à reconnaître les religions pré chrétiennes comme préparation à la Révélation et les post chrétiennes comme fausses car le Christ Roi nous a éclairé sur les prophêtes qui viendront après lui.
Bien évidemment ce n'est pas politiquement correct mais être chrétien c'est certainement cela.
Donc, ne m'en veuillez pas si je suis plus intéressé par les devoirs de l'homme par rapport à Dieu plutot que par les droits de l'homme, sujet récurent (pour le moins !!!) chez vous.

Écrit par : La Fouine | samedi, 28 mars 2009

Vous multipliez erreurs sur erreurs Denis. Fort mis à mal sur le plan doctrinal, et réduit au silence par l'éclatante preuve d'une incompatibilité du droit à la liberté religieuse avec la doctrine de l'Eglise d'avant Vatican II, vous essayez maintenant de vous retrancher derrière le ridicule "qui êtes-vous pour juger" ?

Mais nous sommes tout simplement, contrairement à vous, des catholiques fidèles à l'enseignement de l'Eglise de toujours. C'est pas plus compliqué que ça, sachant que les déclarations du Magistère engagent tout chrétien, tout membre de l'Eglise, clerc ou laïc, en matière de doctrine et de foi, et qu'il a toute autorité ce chrétien pour en rappeler la teneur et le sens si cette doctrine et cette foi sont contredites ou foulées aux pieds, comme vous le faites de façon maladroite en vous retranchant derrières des arguties absurdes.

Rappelez-vous ce que disait le futur Benoît XVI : "Puissent les fidèles être désireux de pouvoir mener toutes leurs activités terrestres en unissant dans une vivante synthèse tous les efforts humains (...) et les valeurs religieuses, sous la haute ordonnance desquelles tout est coordonné à la gloire de Dieu." (Rome, au siège de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, le 24 novembre 2002, Solennité du Christ Roi de l’Univers.)

Ou plus récemment :

« ... comme aux commencements, aujourd'hui aussi le Christ a besoin d'apôtres prêts à se sacrifier eux-mêmes. Il a besoin de témoins, prêtres ou laïcs, et de martyrs comme saint Paul: autrefois violent persécuteur des chrétiens, lorsque sur le chemin de Damas il tomba à terre ébloui par la lumière divine, il passa sans hésitation du côté du Crucifié et il le suivit sans regret. Il vécut et travailla pour le Christ; pour Lui, il souffrit et il mourut. Combien son exemple est aujourd'hui d'actualité! »

(Homélie du Pape Benoît XVI, 28 juin 2007, à Saint-Paul Hors-les-Murs)


D'ailleurs dans le Nouveau Testament, l’apostolat, c’est-à-dire la proclamation du message, n’est pas uniquement le privilège des Douze.
L’apostolat est aussi une exigence individuelle et personnelle. De la sorte, chaque chrétien, de par son baptême qui l’incorpore au Christ, reçoit cette mission apostolique, élément essentiel du sacerdoce des baptisés. Le sacerdoce hiérarchique, évidemment, garde sa fonction, son service de sanctification, de proclamation et de régence à l’intérieur du peuple unique et apostolique de Dieu. Mais le chrétien est astreint lui aussi à la mission de témoignage et de défense de la vérité, ce que dans l'histoire de l'Eglise vient confirmer toutes les innombrables associations de fidèles, ou les tiers ordres, qui ont constitué depuis des siècles une ligne continue, comme le montrent jusqu'à nos jours les diverses confréries pieuses.

Il n'y a donc strictement aucune immoralité à sanctionner l'islam et dénoncer son hérésie blasphématoire, comme il n'y a que saint et excellent "devoir" (un mot que vous semblez ignorer) à condamner l'erreur lorsqu'elle s'exprime et cherche à contredire la vérité traditionnelle de l'Eglise.

Vos thèses erronées sur les "droits de l'homme" n'ont donc aucun sens, et vos grossières échappatoires font l'évidente démonstration de votre confuse déroute sur le plan argumentaire et doctrinal.

Écrit par : Lozère | samedi, 28 mars 2009

@ Denis Merlin,

Il ne s'agit pas de juger les gens sur leurs croyances religieuses, mais de situer les autre religions par rapport à la Révélation. C'est vous qui portez des jugements, nous, nous ne faisons, sur ce blog que nous reposer sur les Saintes Écritures qui sont sans équivoque sur les autres religions. Et puisque vous citez sans cesse les commandements, rappelons ceux du Christ : "Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de toute ta force, de toute ton âme et le second qui lui est SEMBLABLE : et tu aimeras ton prochain comme toi-même". A partir de là, un chrétien n'a pas besoin des droits de l'homme pour respecter son prochain. Vous êtes-vous seulement demandé pourquoi on a fait une déclaration des DROITS de l'homme et non des DEVOIRS de l'homme? Je laisse ce point à votre réflexion. Quant à qualifier d'"immoral" ce qui a été dit sur l'islam , je ne vous suis pas, à moins de considérer St Jean Damascène et St Thomas d'Aquin qui dénoncèrent en leur temps l'hérésie mahométane comme "immoraux", ces saints faisant partie de cette Église dont vous vous réclamez.Et si vous avez bien lu la note sur l'islam, il y est dit que le Dieu des musulmans n'est pas le Yahvé du premier commandement mais une projection humaine. Tenez-le vous pour dit, la transcendance de la Révélation n'est pas soluble dans les droits de l'homme.

Écrit par : Ronin | samedi, 28 mars 2009

Avant de vous quitter, je voudrais remercier Lozère de m'avoir permis de (re)lire Pie VI. Ce passage fait réfléchir à la société politique.

Écrit par : Denis Merlin | dimanche, 29 mars 2009

"C’est dans cette vue qu’on établit, comme un "droit de l’homme" en société, cette liberté absolue, qui non seulement assure le droit de n’être pas inquiété sur ses opinions religieuses"

Ne pas être inquiété : certes, mais par qui ? Par Sarkozy ? Par mon voisin qui se prétend plus religieux que moi ? Par le juge civil ?

Liberté effrénée. Effrénée, mais pas toute liberté, une certaine liberté existe. La liberté n'est pas effrénée, mais elle existe.

Egalité absolue : évidemment non ! Egalité des droits fondamentaux établis par les dix commandements. "tu ne tueras point." établit une égalité de tous mes prochains à ne pas être tués par moi et, corollaire à ne pas être tué par mes prochains.

Notez bien que Pie VI prêche en fait la liberté religieuse, la liberté de l'Eglise. La déclaration des droits de l'homme, c'est dire à l'Eglise : tu n'as aucun droit, seul l'homme a des droits. Je peux, moi, refuser toute vérité révélée, c'est le droit absolu de tout homme.

Cette affirmation est contraire à la liberté religieuse qui établit pour les croyants la possibilité de se soumettre à un vérité révélée authentiquement interprêtée par l'Eglise. Ce que tendait à nier la "déclaration" de 1789 avec sa volonté générale source de toutes lois, l'égalité absolue (contraire à la constitution hiérarchique de l'Eglise), la liberté absolue (contraire à la limitation de la liberté humaine par la nature), toute choses contraires à la foi catholique qui devenait selon cette idéologie, immorale, ce qu'elle n'avait aucun titre à déclarer.

Ce qui nous trompe, c'est que cette déclaration, fondamentalement irreligieuse, fondamentalement contraire à la liberté religieuse, énonçait aussi, par une ruse démoniaque si l'on veut, des principes parfaitement valables comme la présomption d'innocence ou d'autres principes de droits pénal comme celui de la légalité des infractions et des peines.

Ce qui nous trompe c'est de croire que l'Ancien Régime était totalement chrétien, or beaucoup de pratiques d'Ancien Régime étaient immorales (l'esclavage, le maintient en détention après accomplissement de la peine, l'appel comme d'abus contre les tribunaux ecclésiastiques, la réglementation du baptême par les autorités laïques etc.) Il ne suffit pas de se dire chrétien pour l'être ou du moins pour conformer ses actes à l'Evangile.

C'est pourquoi Pie VI défend ici, dans vos citations, la liberté religieuse.

Écrit par : Denis Merlin | dimanche, 29 mars 2009

@ Ah ! Denis, ne faites pas semblant de ne pas comprendre après avoir reçu une leçon démonstrative et annoncé, faussement, votre retrait des débats.

Pie VI, qui eut tellement à souffrir des folies de cette fameuse liberté religieuse, qui est en fait une objective contrainte anticatholique, deviendrait par vos soins un chantre de la liberté religieuse ? étonnante manipulation de texte de votre part !

Rappelons une nouvelle fois les termes de sa Déclaration magistérielle :

"C’est dans cette vue qu’on établit, comme un "droit de l’homme" en société, cette liberté absolue, qui non seulement assure le droit de n’être pas inquiété sur ses opinions religieuses, mais qui accorde encore cette licence de penser, de dire, d’écrire et même de faire imprimer à son gré en matière de religion tout ce que peut suggérer l’imagination la plus déréglée : droit monstrueux, qui parait cependant à l’Assemblée résulter de l’égalité et de la liberté naturelles à tous les hommes.

Proclamation insensée des chimériques liberté absolue et égalité

Mais que pouvait-il y avoir de plus insensé, que d’établir parmi les hommes cette égalité et cette liberté effrénée qui étouffe complètement la raison, le don le plus précieux que la nature ait fait à l’homme, et le seul qui le distingue des animaux ? Dieu, après avoir créé l’homme, après l’avoir établi dans un lieu de délices, ne le menaça-t-il pas de la mort s’il mangeait du fruit de l’arbre de la science du bien et du mal ? Et par cette première défense ne mit-il pas des bornes à sa liberté ? Lorsque dans la suite sa désobéissance l’eut rendu coupable, ne lui imposa-t-il pas de nouvelles obligations par l’intermédiaire de Moïse ? Et quoiqu’il eût laissé à son libre arbitre le pouvoir de se déterminer pour le bien ou pour le mal, ne l’environna-t-il pas de préceptes et de commandements, qui pouvaient le sauver s’il voulait les accomplir ?

Où est donc cette liberté de penser et d’agir que l’Assemblée nationale accorde à l’homme social comme un droit imprescriptible de la nature ? Ce droit chimérique n’est-il pas contraire aux droits du Créateur suprême, à qui nous devons l’existence et tout ce que nous possédons ? Peut-on d’ailleurs ignorer que l’homme n’a pas été créé pour lui seul, mais pour être utile à ses semblables ? car telle est la faiblesse de la nature, que les hommes, pour se conserver, ont besoin du secours mutuel les uns des autres ; et voilà pourquoi Dieu leur a donné la raison et l’usage de la parole, pour les mettre en état de réclamer l’assistance d’autrui, et de secourir à leur tour ceux qui imploreraient leur appui."

SS Pie VI, Quod Aliquantum
10 mars 1791


Comment ? écrit le Saint Père : "Ce droit monstrueux (à la liberté religieuse), qui parait cependant à l’Assemblée résulter de l’égalité et de la liberté naturelles à tous les hommes [est une]Proclamation insensée des chimériques liberté absolue et égalité. Ce droit chimérique n’est-il pas contraire aux droits du Créateur suprême, à qui nous devons l’existence et tout ce que nous possédons."

Et vous voudriez toujours persister à soutenir que Pie VI soutient la liberté religieuse ?

Il sont pourtant difficilement conciliables avec vos thèses Denis, vous ne trouvez pas, ces qualificatifs au sujet du droit, et plutôt vigoureux : "monstrueux, insensé, chimérique, contraire aux droits du Créateur" ?

Votre position est donc intenable et contradictoire. Un peu de rigueur et de sérieux vous feraient le plus grand bien.

Écrit par : Lozère | lundi, 30 mars 2009

La liberté reliigieuse n'est pas absolue, même en société. Les droits de l'homme, le bien commun, la limitent.

La liberté religieuse est opposable à l'autorité laïque et a fortiori, aux autres citoyens avec lesquels je suis, en matière de religion, parfaitement égal. Mais, je le répète cette liberté reliigieuse n'est pas absolue (lire Dignitatis huamanae)

La liberté religieuse n'est pas opposable à la hiérarchie de l'Eglise. Mais, à mon avis, lorsque Paul VI tente d'interdire les prières publiées par son prédécesseur saint Pie V, il outrepasse ses droits. Cela parce qu'une prière approuvée par un pape (où il ne peut y avoir erreur en matière de foi ou de moeurs) ne peut plus être interdite. Donc même dans l'Eglise, le fidèle garde une certaine liberté en vertu de sa nature raisonnable et du 1er commandement. Les autorités ecclésiastiques ne sont pas supérieures à Dieu. Elles doivent respecter la liberté des fidèles. Elles ne peuvent leur interdire une pratique (une prière par exemple) que si elle est contraire à la foi ou au moeur, étant sauve, bien sûr, la discipline.

L'homme n'est pas un robot. "L'homme passe infiniment l'homme" (Pascal cité par Benoît XVI).

La liberté religieuse est SOCIALE, comme le confirme le titre de Dignitatis humanae.

Comme je vous l'ai dit et prouvé, les dix commandements établissent une égalité des êtres humains dans les droits fondamnentaux. Les dix commandements ne font acception de personne.

Cette égalité des être humains dans les droits fondamentaux ne fait pas obstacle à l'inégalité dans la société. Les uns sont riches, les autres pauvres et c'est voulu par Dieu, les uns intelligents, les autres non, les uns instruits, les autres non etc. (Lire saint Pie X sur la question) Mais le riche commet une faute en tuant le pauvre (et inversement), le pauvre doit la vérité au riche, il ne peut lui mentir (et inversement), le pauvre et le riche obéissent au premier commandement comme leurs consciences le leur intiment et ils sont sur ce point dans une parfaite égalité.

Bien mieux, si, comme saint Paul l'enseigne, il faut obéir aux autorités, soit au "prince", nous dirions à l'Etat, celui-ci dans la personne de son représentant est, en cette matière, sur un absolu pied d'égalité avec les citoyens (sous réserve de l'abus de la liberté religieuse, où l'Etat peut et doit réprimer les violations des droits de l'homme)

Elle ne fait pas obstacle non plus à l'inégalité dans l'Eglise, les uns enseignent les autres sont enseignés, les uns commandent, les autres obéissent. Ici non plus ces principes ne sont pas à prendre absolument, car il existe une certaine égalité.

Donc il n'existe ni liberté absolue, ni égalité absolue. Mais la liberté et l'égalité ne sont pas de vains mots et encore moins de mauvaises choses.

Ne pas oublier que l'inepte Jean-Jacques Rousseau considérait l'inégalité comme un mal absolement.

"Ce droit monstrueux (à la liberté religieuse), qui parait cependant à l’Assemblée résulter de l’égalité et de la liberté naturelles à tous les hommes [est une]Proclamation insensée des chimériques liberté absolue et égalité. Ce droit chimérique n’est-il pas contraire aux droits du Créateur suprême, à qui nous devons l’existence et tout ce que nous possédons."

C'est vous qui ajoutez "à la liberté religieuse".

"accorde encore cette licence de penser, de dire, d’écrire et même de faire imprimer à son gré en matière de religion tout ce que peut suggérer l’imagination la plus déréglée"

Ce droit n'existe pas dans notre âme, nous devons nous soumettre à la vérité telle qu'elle nous apparaît. C'est la condamnation de la liberté de pensée (différente de la liberté religieuse SOCIALE). Dieu étant la vérité, nous n'avons aucune liberté de pensée.

Ce droit à la licence (ne pas confondre avec liberté) n'existe pas dans l'Etat qui doit faire respecter les droits de l'homme et donc les abus en matière de liberté religieuse.

En note : sur le P. Congar. J'observe que Congar n'était pas un oracle. C'est dans la déclaration Dignitatis humanae qu'il est remarqué que cette liberté religieuse n'est pas mentionnée dans l'Ecriture. Son petit air de nous faire partager un secret honteux avec un clin d'oeil complice, est donc ridicule et sans intérêt.

Attention parce que les intégristes rejoignent ici les progressistes-autoproclamés dans la confusion entre licence et liberté entre liberté religieuse sociale et liberté de pensée.

Car s'il est vrai que ce terme n'est pas mentionné dans les Ecritures, il y est implicitement dans le premier commandement. Et dans l'évangile selon st Mathieu :

Mt 22,21. Ils Lui dirent: De César.Alors Il leur dit: Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. (traduction Fillion site magnificat)

Donc, les affaires de Dieu ne regardent pas César, César s'Y soumet en ce qui le concerne.

Il n'y a aucune mauvaise foi chez moi. Je ne cherche pas mon intérêt.

Écrit par : Denis Merlin | lundi, 30 mars 2009

Lozère, il me paraît utile de rappeler à notre juriste sur quels fondements repose la déclaration des droits de l'homme et la devise républicaine:

"Une devise trompeuse

Pour parler de cette devise, il faut commencer par l'égalité qui en est à la base. La notion révolutionnaire d'égalité repose sur le fait que "les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit" (11 ) puisqu'ils ne sont plus qu'une abstraction rationnelle. Cette égalité n'est qu'une uniformité. Elle n'a rien à voir avec une quelconque notion de justice, comme le croient la plupart de nos concitoyens. Elle est l'expression dévoyée de l'égalité chrétienne qui se fonde sur le fait que les hommes sont tous les enfants de Dieu,  portent tous la marque du péché originel et partagent cet état de chute dans cette "vallée de larmes" qu'est l'univers dans lequel se déroule leur existence, vision insupportable pour le révolutionnaire qui veut faire un paradis sur terre: "Tout en se revendiquant des valeurs évangéliques, les révolutionnaires, en expulsant Dieu, se sont coupés de la source sans laquelle on ne peut plus reconnaître les fruits. Ainsi, une liberté qui n'est pas donnée par un Père est un mouvement incohérent; une égalité qui ne reconnaît pas le choix préférentiel d'un amour est mensongère et une fraternité qui s'autoproclame sans référence à une origine commune est fausse, tout simplement. Vouloir tuer le Père tout en gardant les valeurs, par lui, léguées, est impossible". (12)  [...] Cet égalitarisme conduit inexorablement à tout rabaisser au niveau du plus petit dénominateur commun et n'a rien à voir cette égalité "à l'américaine" décrite par Tocqueville qui pousse l'homme à tenter d'égaler ceux qui lui sont supérieurs.
En ce qui concerne la liberté, affirmer que les hommes naissent libres conduit à une contradiction : "Si les hommes naissaient libres, c'est que cela se ferait naturellement et il est donc contradictoire de le décréter par écrit. Ce qui est écrit est justement ce qui n'est pas naturel et a besoin de cet écrit pour exister". (13) Mais le plus dangereux, c'est précisément de vouloir imposer la liberté par le droit en se fondant sur une conception erronée de celle-ci: "En confondant et en mélangeant les libertés publiques (qui existaient sous la royauté et dont le roi était le garant puisqu'elles tenaient sur sa parole, autrement plus solide que l'écrit) et la liberté personnelle (dont le siège est ma conscience), les révolutionnaires ont pris le risque qu'elles se contredisent l'une l'autre et s'empêchent de fonctionner". (14) [...] "L'idée selon laquelle un régime des libertés publiques protège la liberté individuelle est un leurre, il ne peut éventuellement que garantir des contrats qui lient les hommes entre eux. Une liberté se conquiert, c'est ce qui fait son essence même. Prétendre protéger la liberté individuelle, c'est l'annihiler". (15) C'est d'autant plus vrai quand on examine l'article 4 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen qui définit la liberté d'une manière négative, étant donné qu'elle "consiste à faire tout ce qui ne nuit pas à autrui" faute d'en avoir une conception claire, et surtout en fixe les limites par la loi, ouvrant ainsi la porte à  l'arbitraire. Puisque l'homme est "naturellement bon", il va aliéner sa liberté au profit de la société pour son plus grand bien : " Il y a derrière cette idée de régime de libertés publiques, l'idée du progrès moral de l'humanité et donc la négation de la possibilité du mal". (16) Selon cette idéologie, si les hommes sont "libres et égaux" ils ne peuvent qu'être fraternels.
Avec la fraternité, on se heurte à une nouvelle contradiction car il ne peut y avoir de frères sans parents: "A partir de la Révolution, nous ne sommes plus les fils de nos pères, nous sommes de la même génération". (17) [...] "Exit la naissance, nous n'existons que par bloc générationnel. Or une génération ne crée pas que des frères, elle crée des individus juxtaposés qui passeront leur temps à comprendre ce qui les lie à ces autres individus, qui ne sont pas leurs frères, ni leurs pères et pourtant d'où ils sont nés. C'est le principe des signes des temps". (18) [...] "Dans cette histoire où les générations se suivent en se différenciant, chacune d'entre elles, dans un mouvement qu'elle croit être généreux, veut que la suivante soit composée, non d'héritiers, mais de fondateurs. Chaque génération politique veut que la suivante recrée le monde. Cri désespéré des pères qui s'aperçoivent qu'ils n'ont rien réussi à transmettre d'autre que le vide et le chaos". (19 ) C'est pourquoi la république française a trouvé une nouvelle parenté: la patrie, ou devrait-on dire la " matrie ", Marianne, pour laquelle on va aller se faire tuer au "champ d'horreur" (20), ne rendant la fraternité possible qu'en fraternité d'armes. (21) Enfin, "c'est au moment où les républicains proposaient la fraternité comme projet politique qu'ils abolissaient les conditions possibles de son application" (22) avec la loi Le Chapelier du 14 juin 1791 qui interdisait toute forme d'association.
Toujours est-il que l'application de ce système de pensée politique, bancal parce que reposant sur des idées à la fois fausses, contradictoires et dangereuses, ne pouvait que conduire au désastre de la Révolution en rendant impossible toute réforme  de l'Ancien Régime en monarchie constitutionnelle". (Extrait de "L'héritage funeste de la révoulution française")

Écrit par : Patrick Ferner | lundi, 30 mars 2009

@ Patrick Ferner, on se demande si, bien que courtois ce qui est appréciable, nous parlons toute de même le même langage avec M. Denis Merlin, et si notre ami entend le français de la même manière que nous ?
Lorsqu'on lui rappelle que le Saint Père Pie Vi écrit : "Ce droit monstrueux (à la liberté religieuse), qui parait cependant à l’Assemblée résulter de l’égalité et de la liberté naturelles à tous les hommes [est une]Proclamation insensée des chimériques liberté absolue et égalité. Ce droit chimérique n’est-il pas contraire aux droits du Créateur suprême, à qui nous devons l’existence et tout ce que nous possédons."

Il continue toujours à soutenir, alors que les qualificatifs au sujet du droit, sont plutôt clairs : "monstrueux, insensé, chimérique, contraire aux droits du Créateur", que la liberté religieuse est inscrite dans les évangiles ? Mystère....

Écrit par : Lozère | lundi, 30 mars 2009

@Denis Merlin

Autisme : désigne une affection principalement stigmatisée par un défaut de communication total ou partiel. Le terme autisme est utilisé dans le langage courant dans une acceptation très floue, souvent péjorative pour pointer un refus de communication.

(Source : Wikipedia)

Écrit par : Ronin | lundi, 30 mars 2009

Une petite leçon d'Histoire ne ferait pas de mal à cet instant du débat, afin de montrer en quoi ces fameux "Droits de l'homme" foncièrement antireligieux, furent néfastes et terribles pour la sainte Eglise catholique, et comment le pauvre Pie VI en fut, directement, l'une des plus éminentes victimes malheureuses :


Pie VI aura à affronter durement les événements de la Révolution française :

*la nationalisation des biens du clergé,l'abolition arbitraire par l'assemblée constituante des vœux monastiques (loi du 13 février 1790) et la suppression des ordres réguliers hors ceux ayant pour activité l'éducation et les œuvres de charité, conduisant à la mise à l'écart de 100 000 religieux (moines, chanoines, etc.), soit les deux tiers du clergé de l'époque en France, le projet de constitution civile du clergé (adopté par la Constituante le 12 juillet 1790),
ainsi que la situation de schisme qu'elle entraîna entre les prêtres et les évêques "constitutionnels" et les prêtres et les évêques "réfractaires".

Pie VI fait savoir le 22 juillet 1790 au roi de France Louis XVI qu'il s'oppose au projet de constitution civile du clergé. Il excommunie la Nation Française.

En 1793, après la proclamation de la République en France, une commission décide de supprimer le calendrier grégorien, et de le remplacer par un calendrier républicain avec des semaines de dix jours, sans dimanche. Les campagnes françaises ne reçoivent plus les agendas traditionnels.

La France annexe Avignon et le Comtat Venaissin. Le 19 Février 1797, Napoléon Bonaparte contraint Pie VI à signer le traité de Tolentino (appelé aussi Paix de Tolentino) avec la France du Directoire, qui concède à la France les légations de Romagne, de Bologne et de Ferrare.

A la nouvelle de l'assassinat du général Duphot, le Directoire ordonne le 11 janvier 1798 l'occupation de Rome. Gaspard Monge part le 6 février pour Rome. La Révolution éclate dans la ville le 15 février. La "République romaine" est proclamée par le peuple réuni au Campo Vaccino (ancien forum).

Le pape Pie VI est contraint par la république française à de renoncer à son pouvoir temporel et de se contenter de son pouvoir spirituel.

On l'oblige à quitter Rome sous deux jours. Pie VI quitte le Vatican dans la nuit du 19 au 20 février 1798.

Réfugié à Sienne puis à la chartreuse de Florence (en juin 1798), Pie VI est en quelque sorte rattrapé par les troupes françaises et fait prisonnier.

Il est successivement emmené à Bologne, Parme, Turin, puis Briançon, Grenoble et enfin Valence (France) .

Malgré les bouleversements que connaissait alors la France, le pape octogénaire reçut de nombreuses et touchantes marques de respect, de compassion et de communion dans la foi de la part des petites gens, tout au long de sa route, entre Briançon et Valence. Le poète Paul Claudel le surnommera le père commun des fidèles.

Celui que l'on surnommait il Papa bello, imposant, affable et cultivé, finit tristement son règne, presque impotent.

C'est à Valence qu'il fut incarcéré par la République française, et qu'il mourut, épuisé, le 29 août 1799 à l'âge de 82 ans.



Pie VI, sera d'abord enseveli civilement à Valence ! république et droits de l'homme obligent !! est enterré dans la basilique Saint-Pierre de Rome, son corps y ayant été ramené en triomphe le 17 février 1802.

Les États pontificaux, symbole du pouvoir temporel du pape, institution qui durait depuis plus de mille ans (donation de Pépin) furent remplacés par la République romaine, sous la pression des révolutionnaires français avant d'être annexé par Napoléon Ier dont le fils portera le titre de "Roi de Rome".


Ah ! Denis, qu'elle merveille que ces Droits de l'Homme, n'est-ce pas, pour la religion et la catholicité !

Écrit par : Sulpice | lundi, 30 mars 2009

Petit blog intéressant !

http://lecoran.over-blog.com/

Écrit par : La Fouine | mercredi, 01 avril 2009

Sulpice cite :

"*la nationalisation des biens du clergé,l'abolition arbitraire par l'assemblée constituante des vœux monastiques (loi du 13 février 1790) et la suppression des ordres réguliers hors ceux ayant pour activité l'éducation et les œuvres de charité, conduisant à la mise à l'écart de 100 000 religieux (moines, chanoines, etc.), soit les deux tiers du clergé de l'époque en France, le projet de constitution civile du clergé (adopté par la Constituante le 12 juillet 1790),
ainsi que la situation de schisme qu'elle entraîna entre les prêtres et les évêques "constitutionnels" et les prêtres et les évêques "réfractaires"."

Evidemment les autorités laïques n'avaient aucun titre à régir ainsi les croyants. Les moines, les moniales qui faisaient partie des ordres religieux vivaient une vie qui ne regardait pas la république. Elle viole la liberté religieuse en supprimant les ordres réguliers.

La constitution civile du clergé d'un autre côté n'est pas moins un viol manifeste de la liberté religieuse. Les autorités laïques n'ont aucun droit à régir l'Eglise et à changer sa constitution.

C'est l'irrespect de la liberté religieuse qui rend la république française schismatique.

Lorsque Chesterton dit que la société moderne est faite d'idée chrétienne devenues folles, il donne un explication, une clé pour comprendre le monde maçonnique dans lequel nous vivons. La maçonnerie "enchante" la réalité. "Enchanter", c'est à dire que par magie, c'est-à-dire par mensonge, elle change le sens des mots et donc des conventions sociales, conventions qu'elle veut détruire subrepticement. Les mots qui expriment des idées sont tordus, c'est pourquoi le chrétien est dérouté, désorienté.

Ce qui explique que les auteurs maçons (Descartes, Hobbes, Locke, Rousseau, Kant, Marx, Darwin et à leur remorque les libéraux chrétiens) en utilisant des notions chrétiennes, en puisant dans les auteurs chrétiens nous aient déroutés. C'est ce qui explique notre débat aujourd'hui.

C'est ce qui explique notre malentendu. Je suis fondamentalement d'accord avec vous sur le Christ-Roi, sur la liberté de l'Eglise, les textes que vous citez (surtout ceux des papes) sont éclairants. En revanche je déplore que vous rejetiez Vatican II, provoqués que vous êtes par les maurrassiens, les jansénistes et les francs-maçons infiltrés dans les milieux catholiques.

Écrit par : Denis Merlin | vendredi, 10 avril 2009

Religion de paix? Vous êtes sérieux?
Vous vous voilez la face?
Que faites vous de ces passages qui sont "La Parole de "DIEU""?
Le Coran est la parole de Dieu???
Y a t'il autant de passage sur son amour pour nous?
Ou sur l'amour entre frères et soeurs musulmans?
Mais je sais que vous allez vous voiler la face, aveuglé par le fait que vous êtes menacé de mort si vous laissez tomber cette haine.
Ou avez vous peur de ne pas trouver des Houris pour vous au paradis?

Coran 4:102 Prendre la garde en armes pendant la prière
Coran 4 : 102

"102 .Quand tu fais la prière avec les croyants (les mahométans), que certains se tiennent debout en armes avec toi et que les croyants soient derrière vous. Une fois que ceux-ci se sont prosternés, que ceux qui n'ont pas fait la prière la fassent avec toi et que les autres alors prennent la garde, en armes. [...]"


Coran 4:95 Le dieu de Mahomet préfère les guerriers
Coran 4 : 95

"95 Les croyants qui restent chez eux sans être infirmes ne sont pas les égaux de ceux qui combattent corps et biens au sentier de Dieu. Dieu met ceux qui combattent corps et biens un degré au-dessus de ceux qui restent chez eux. Dieu promet à tous le meilleur, mais Dieu met les combattants au-dessus de ceux qui restent chez eux et il leur donne un salaire sans borne,"


Coran 2:190-191 Les mahométans doivent combattre, chasser, tuer les incroyants
Coran 2 : 190-191

"190 Combattez au sentier de Dieu ceux qui vous combattent, mais ne soyez pas transgresseurs, Dieu n'aime pas les transgresseurs. 191 Tuez-les où que vous les trouviez, chassez-les d'où ils vous chassaient. La persécution est pire que le meurtre. Mais ne les combattez pas près de la mosquée sainte (La Mecque) avant qu'ils vous combattent. S'ils vous combattent, tuez-les, c'est le salaire des incroyants."


Coran 48:28 Combat contre les autres religions
Coran 48 : 28

« 28 Il a envoyé son apôtre (Mahomet) avec le guide et la vraie religion pour la faire triompher de toute religion, oui Dieu suffit comme témoin. »


Coran 5:33 Tueries, crucifixions et banissement contre les résistants anti-islam
Coran 5 : 33

« 33 Ceux qui font la guerre à Dieu et à son messager (Mahomet) et cherchent le désordre sur terre, leur salaire sera d’être tués ou crucifiés ou d’avoir une main et le pied opposé coupés ou d’être bannis du pays. Ce sera leur honte en cette vie et ils auront dans l’autre le tourment sans borne, »

Ce verset accuse ceux qui "cherchent le désordre sur terre". Les combattants mahométans (les "moudjahidin") répandent eux-mêmes le désordre sur terre depuis le début de l'islam partout dans le monde par des persécutions contre les autres religions, des guerres, des dictatures islamiques, des massacres, des actes de saccage et de terrorisme.


Coran 47:4 Prise d'otages, massacres, rançons, guerres...
Coran 47 : 4

« 4 Quand vous rencontrez des incroyants, frappez-leur la nuque jusqu’à les abattre et liez-les bien fort. Puis quand cesse le fardeau de la guerre, libérez-les ou exigez rançon. Voilà. Si Dieu voulait, il se déferait d’eux, mais il vous éprouve les uns par les autres. Ceux qui combattent dans le sentier de Dieu, Dieu ne perdra pas leurs œuvres. »


Coran 9:39 Djihad, incitation à la guerre contre les autres religions
Coran 9 : 39

« 39 Si vous n’allez pas au combat, Dieu vous frappera d’un affreux tourment et vous remplacera par un autre peuple. Vous ne sauriez nuire à Dieu, car Dieu peut tout. »

Le "combat" ("djihad" en arabe) désigne clairement dans le Coran la guerre contre les autres religions.


Coran 9:33 L'islam veut détruire toutes les autres religions
Coran 9 : 33

« 33 Il a envoyé son apôtre (Mahomet) comme guide avec la religion vraie pour la faire triompher de toutes les religions malgré les ajouteurs. »


Coran 40:84 Violence de l'islam
Coran 40 : 84

« 84 Devant notre violence ils dirent : Nous ne croyons qu’en Dieu, nous ne croyons plus aux dieux que nous lui ajoutions. »


Coran 9:29 Racket contre les non-mahométans
Coran 9 : 29

« 29 Ceux qui ne croient pas en Dieu et au jour dernier et n’interdisent pas ce qu’interdisent Dieu et son apôtre (Mahomet) et ont le livre sans pratiquer la religion vraie, combattez-les jusqu’à ce qu’ils paient le tribut directement et humblement. »


Coran 9:5 Appel au meurtre des non-mahométans
Coran 9 : 5

« 5 Une fois passés les mois sacrés, tuez les incroyants où que vous les trouviez. Prenez-les, assiégez-les, dressez-leur des embuscades. S’ils se repentent, font la prière, acquittent l’aumône, laissez-leur le champ libre, car Dieu pardonne, il a pitié. »

Écrit par : jcp | mardi, 09 juin 2009

Bonjour, je voudrais débattre sur msn, j'ai lié mon adresse msn pour les intéressers, je voudrasi débattre avec plusieurs personnes sur l'Islam. Moi même musulman, je voudrais lancer un sujet bien précis et que tout le monde donne son opinion, son idée et que l'on puisse de contre dire en dirècte. N'hésitez donc pas à me rajouter à votre liste de contacts si cela vous intéresse.

Écrit par : Haouassi Billal | dimanche, 14 juin 2009

Je pense pour dire une chose globale de se que vous montrer dans ce site,c'est que vous prenez des partis du Saint Coran qui vous "choque" sans même en comprendre le sens ni même la phrase et parfois même la sourate entière. Car les sourates (châpitres) dans le Coran on une histoire un sens comparément aux autres livres je parle de la Thora et de la Bible. Les sourates on été descendu au prophète Mohamed (sws) pour résoudre des porblèmes passés et futurs. Donc s'il vous plait avant de copié, collé les partis du Coran qui soit disant insite à la Guerre et autre folie que vous insignuez, lisez, lisez, comprenez et ensuite vous verez.

Écrit par : Haouassi Billal | dimanche, 14 juin 2009

@ Haouassi Billal. Mais précisément, c'est ce que nous faisons. Nous lisons, lisons, lisons, puis nous comprenons, et ensuite nous voyons... et même nous voyons que trop bien ce que dit de démentiel et délirant ce pauvre livre baptisé Coran !

Écrit par : Falk | dimanche, 14 juin 2009

Au nom de Dieu, le tout Miséricordieux, le très Miséricordieux.

je voudrais parler de la présence du prophète Mohamed (sws) dans la Bible je vous invite à aller voir dans le deutéronome chapitre 18 versets 18-19 Dieu dit qu'il envera un prophète qui viendrais délivrer la parole de Dieu de sa bouche et qui sera semblable à Moïse(les ismaélites). Si vous doutez toujours?

Je vous invite à aller voir dans la Bible selon Saint Jeau chapitre 16 Versets 7 à 14


Issa (Jesus) dit:

7-Cependant je vous dis la vérité : il vous est avantageux que je m'en aille, car si je ne m'en vais pas, le consolateur ne viendra pas vers vous; mais, si je m'en vais, je vous l'enverrai.

on parle de "consolateur" on peut voir souvent aussi réconforteur, mais ce mot "consolateur" est une mauvaise traduction car si nous prenons le cantique des cantiques chapitre 5 verset 16.

Nous pouvons lire en hébreux "Mohamadim" le "im" est le pluriel de respect en hébreux.
Nous pouvons lire en français "bien-aimé"
Mohamadim a été traduis par le "bien-aimé"
Je vous invite à aller voir dans le cantique des cantiques en hébreux et lire ce même verset. Vous verrez "Mohamadim", le mot est là.
Donc nous avons une mauvaise traduction.

8- Et quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement

Le prophète Mohamed (sws) a convaincu les musulmans du péché (exemple:les musulmans ne sont pas des criminels (évitons de parler de Ben Laden car le sujet serai trop long et nous savons qu'il travaillait pour le FBI)),Le prophète Mohamed (sws) et l'extention de la religion Islamique ont faient régnés la justice et le jugement du début à la fin des temps dans les pays musulmans et dans le coeur des musulmans.
9 - en ce qui concerne le péché, parce qu'ils ne croient pas en moi;

le péché car les gens de l'époque de Jésus étaient de mauvaise foie car comme on peut le lire plus loin.

"J'ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant." En quelque sorte vous ne croyrez pas à ce que je vous direz.

10 - la justice, parce que je vais au Père, et que vous ne me verrez plus;

la justice car après la Mort du prophète Issa (Jésus) que la paix soit sur lui le désordre et la corruption reprirent place et la venu de ce prophète vous remettra dans le droit chemin.

11 - le jugement, parce que le prince de ce monde est jugé.

Le Jugement car le Jugement de Dieu est sans conteste et Dieu dit se qu'on doit faire dans le Saint Coran

12 - J'ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant.

J'ai beaucoup de choses à vous dire mais vous ne pouvez pas les porter maintenant (car vous êtes des hommes de peut de foie)

13 - Quand le consolateur sera venu, l'Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu'il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir.

"Le prophète Mohamed (sws) n'a pas parler de lui même", Dieu parlat par l'intèrmédiaire de son prophète (Mohamed (sws)).

"il dira tout ce qu'il aura entendu", le prophète Mohamed (sws) récita les sourates après les avoirs apprisent avec l'ange gabriel à ses compagnons pour rendre écrit les sourates.

"et il vous annoncera les choses à venir."
Le prophète annonca les signes de la fin du monde

Je vais vous en donner quelques un pour que si vous les remarquiez peut être vous serez enfin reconnaissant.

50 femmes pour 1homme, l'augmentation des femmes par rapport au hommes dans le monde.

Voilà pourquoi l'Islam autorise le mariage de jusqu'a 4 femmes par homme.

le mélange des eaux des océans.

le soleil levant de son couchant.

les hommes vivront de moin en moin longtemps, malgré se que l'on nous dit dans les actuallités à propos de la téchnologie et de la meilleur qualité de vie. Malgré tout cela Dieu a décidé que nous vivrons de moin en moin longtemps.

Vous voulez des exemples? le prophète Adam et 1er homme a vecu plus de 800ans, Ramses au début de l'annalisation de son cadavre les scientifiques disaient qu'il a vecu 35 ans puis après approfondissement ils disent qu'il a vecu plus de 135 ans, vous voulez du résent et plus concret? Gustave Effeil à vecu plus de 90ans, aujourd'hui essayer de vivre plus de 90ans gens de ma génération j'ai 17ans et je suis sur de mourir avant avoir met 90ans.

14 - Il me glorifiera, parce qu'il prendra de ce qui est à moi, et vous l'annoncera.

Le prophète Mohamed (sws) glorifie le prophète Issa et chaque musulmans glorifients les prophètes cités dans le Coran, chaque jour 1 Milliards de musulmans se prosternent devant Dieu et en priant pour le prophète Mohamed (sws). Chaque jour les noms de différent prophètes (selon les sourates) les prophètes sont cités à voix haute ou basse.


"parce qu'il prendra de ce qui est à moi, et vous l'annoncera."

Le prophète Mohamed (sws) annonca qu'il n'y à qu'un Dieu qu'il faut l'adorer et le Glorifier se prosterner 5fois par jour et acquiter la Zaqat. Mohamed (sws) a annoncé la venu de la foie et vous invite à ouvrir votre coeur et votre bon sens.

Si je me suis tromper si un point je vous demande des excuses, je voudrais qu'on me contredise en débattant et non en pausant des questions incésantes.

Si le Coran est un "pauvre livre" et la religion Islamique "UNE HÉRÉSIE BLASPHÉMATOIRE" contredisez moi sur se que je viens de dire et à coup sur vous ni parviendrez pas car j'ai dit la vérité de cette corruption.

Frères et Soeurs, Dieu a donner des signes aux peuples préssedant le notre mais ils n'ont pas cruent malgré les signes clairs et Dieu a décider de donner un dernier signe évident et clair, ne soyez pas géné ou n'ayez pas honte de vous Islamisez car vous gagnerez dans cette vie et dans l'au delà, car Dieu est le tout Miséricordieux, le très Misericordieux, et en vous convertissant vous vous ferez du bien en vous même. Les Juifs ont eut des signes t'elle que la mer rouge sécarter devant eux et ils n'ont pas cru. Ne faites pas comme eux et réfléchissez et soumissez vous à Dieu et croyez à la parole de Dieu, le saint Coran car rien ne viens sans Dieu et rien ne part sans Dieu.



Al Hamdoulilah

Écrit par : Haouassi Billal | lundi, 15 juin 2009

Haouassi Billal,
Je crois que vous fvous vous trompez de film !
Ici, ce sont des chrétiens qui échangent. Ces gens là ont une fois pour toutes décidé que le Christ Jésus est Fils de DIEU, ce qui est incompatible avec votre foi.
Ces gens là savent que notre Seigneur a toujours été et qu'il sera toujours. Qu'il a ressuscité des morts non sans avoir sauvé l'humanité et non les chrétiens seulement.
Le coran est un livre qui enseigne le contraire et ses enfants sont les fils de la servante donc non légitimes. L'héritage, vous le savez bien, ne peut aller qu'aux enfants légitimes.
Votre Dieu que certains assimilent à tord au Père n'est pas le notre car on ne peut pas dire deux théories différentes par le même archange.
Alors, une des deux est fausse comme religion et vous imaginez bien que nous préférons notre Seigneur Jésus Christ, prêtre,prophète et roi qui s'est sacrifié au Nom du Père pour nous sauver à celui qui égorgea pléthore de chrétiens et de juifs pour le seul fait qu'ils n'étaient pas dans son hérésie.
A bon entendeur, salut, partrez et ne prêchez plus !

Écrit par : La Fouine | lundi, 15 juin 2009

@ Haouassi Billal.


Votre démonstration est amusante, car elle contient une immense erreur qu'il est aisé de mettre en lumière. Le texte de saint Jean annoncerait Mohamed ? Quel miracle si cela était vrai ! Ainsi le passage de Jean [Jean 14:16 : Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu'il demeure éternellement avec vous], parlerait du Prophète ?

Vous écrivez d'ailleurs pour asseoir votre démonstration :
- "on parle de "consolateur" mais ce mot "consolateur" est une mauvaise traduction car si nous prenons le cantique des cantiques chapitre 5 verset 16. Nous pouvons lire en hébreux "Mohamadim" le "im" est le pluriel de respect en hébreux. Nous pouvons lire en français "bien-aimé" Mohamadim a été traduis par le "bien-aimé" Je vous invite à aller voir dans le cantique des cantiques en hébreux et lire ce même verset. Vous verrez "Mohamadim", le mot est là. Donc nous avons une mauvaise traduction."

Or, le problème, le gros problème Haouassi Billal, l'auriez-vous oublié, c'est que l'Evangile n'est pas écrit en hébreu, mais en grec ! ce qui n'est pas le fait du hasard. Et en grec quel est le mot employé par Jean pour consolateur ?

le voici : PARAKLETOS !


C'est-à-dire le Saint-Esprit - puisque le Paraclet veut dire en grec l'Esprit de Dieu ou "l'Esprit Saint".


Mais, bien que le Nouveau Testament fut rédigé en grec, les musulmans inspirés par quelques rabbins trompeurs, ont substitué à "Paraklétos" l’orthographe "Périklytos", qui traduit "glorieux".
Et sur la base de la sourate 61, 6 les musulmans prétendent depuis que les textes bibliques dans l'Evangile de Jean, seraient une prédiction de l’avènement de Mohammed car, disent-ils, le mot Périklytos (glorieux) se réfère à Ahmed, qui tout comme le nom Mohammed, signifie « le loué ».

1) LA LANGUE GRECQUE CONFIRME PARAKLETOS
Les musulmans, naïvement car le gec n'est pas une langue sémitique et est très peu réceptif au bricolage, ont essayé de changer les voyelles dans le mot Paraklétos ( a-a-e-o) avec celles du mot Périklytos (e-i-y-o). Effectivement en hébreu et en arabe, il y a lieu de débat lorsqu’un texte n’est pas vocalisé. Mais dans un texte en grec TOUTES les voyelles sont clairement écrites !

2) LES MANUSCRITS GRECS CONFIRMENT PARAKLETOS
Si des doutes subsistent sur l’orthographe de ce mot, il est facile de consulter des manuscrits historiques. Deux des plus anciens d’entre eux, le Codex Siniaticus et le Codex Alexandrinus se trouvent au British Museum à Londres. Il y a plus de 70 manuscrits grecs du Nouveau Testament qui furent rédigés avant l’époque de Mohammed. Mais pas un seul n’emploie l’orthographe Périklytos. Tous utilisent le mot Paraklétos.

Voici le texte originel de l'Evangile de Jean qui fait la démonstration de ce qui vient d'être dit :

16 Kι εγώ θα παρακαλέσω τον Πατέρα και θα σας δώσει άλλον Παράκλητο, για να παραμένει μαζί σας για πάντα,
17 το Πνεύμα της αλήθειας, που ο κόσμος δεν μπορεί να το δεχτεί, γιατί δεν το διακρίνει ούτε το γνωρίζει. Eσείς όμως το γνωρίζετε, γιατί μαζί σας μένει και μέσα σας θα κατοικεί.
18 Δε θα σας αφήσω ορφανούς. Θα έρθω κοντά σας.

Et rajoutons, le mot Périklytos ne se trouve même pas une seule fois dans tout le Nouveau Testament. Ni dans ce passage, ni ailleurs !

Mais poursuivons plus avant encore, notre examen de la question.

3) QUI EST DONC LE PARACLET ?
Le musulman qui lit le verset en Jean 14, 16 se trouve face à un dilemme. Car ce texte dit : « Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, (Paraklétos) afin qu’il demeure éternellement avec vous. »

Celui qui lit ce verset ainsi que Jean 16, 7, mais ne les étudie pas dans leur contexte, ne peut pas les comprendre. Et, comme nous le savons, il est toujours dangereux de sortir un verset ou un texte hors de son contexte, quel que soit le livre en question. Mais s’il lit au-delà de Jean 14 : 16 et 16 ; 7, il verra que Jésus prédit en détail la venue et l’identité du Paraklétos.

D’après le contexte de l’Evangile selon Jean chapitres 14 et 16, Jésus dit que le Paraklétos n’est pas un être humain.

Lisons le texte :

· 14 : 16 – « afin qu’il demeure éternellement avec vous ».

Or un être humain ne vit pas éternellement !

·14 : 17 - « l’Esprit de vérité ».

Or un être humain n’est pas un esprit !

· 14 : 17 – «… le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point ».

Or un être humain est visible !

· 14 : 17 « il sera en vous ».

Or un être humain ne peut pas être en quelqu’un !


Jésus rajoute que la mission spécifique du paraklétos sera de témoigner de Jésus :

· 14 : 26 « le consolateur, l’Esprit Saint, que le Père enverra en mon nom (celui de Jésus)».
· 14 : 26 « vous rappellera tout ce que je (Jésus) vous ai dit ».
· 16 : 14 « Il me (Jésus) glorifiera ».

Jésus dit que le paraklétos est un esprit :

· 14 : 17 « l’Esprit de vérité ».
· 14 : 26 « le consolateur, l’Esprit Saint ».

De qui parle cette phrase « un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous » ? Voir 1 Jean 2 : 1 « Mes petits enfants, je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus Christ le juste. »

4) LE PARACLET EST LE SAINT ESPRIT QUI EST VENU 50 JOURS APRES PAQUES
Le contexte nous montre clairement qu’aucun prophète ni être angélique ne peut être le Paraklétos.

Considérez ceci : il sera avec les disciples de Jésus éternellement, il ne sera ni visible, ni connu mais vivant dans le croyant. Il rappellera le croyant de tout ce que Jésus a fait et il rendra gloire à Jésus. Le Saint Esprit de Dieu, que Jésus appelle le Paraklétos, n’est-il pas le seul qui peut faire tout cela ?

Dans le premier chapitre du livre des Actes dans le Nouveau Testament, Jésus promit de nouveau la venue du Paraklétos. Il parla ainsi juste avant son ascension au ciel après sa résurrection d’entre les morts. « Comme il se trouvait avec eux, (les disciples) il leur recommanda de ne pas s’éloigner de Jérusalem, mais d’attendre ce que le Père avait promis, ce que je vous ai annoncé, leur dit-il ; Jean a baptisé d’eau, mais vous, dans peu de jours, vous serez baptisés du Saint Esprit. » Actes 1 : 4,5. Il est évident que ce consolateur dont parle Jésus, n’est autre que le Saint Esprit qui est venu en puissance dix jours plus tard au jour de la Pentecôte (mot qui signifie 50 jours).

Voici le texte :

« Le jour de la Pentecôte, ils étaient tous ensemble dans le même lieu. Tout à coup il vint du ciel un bruit comme celui d’un vent impétueux, et il remplit toute la maison où ils étaient assis. Des langues, semblables à des langues de feu, leur apparurent, séparées les unes des autres, et se posèrent sur chacun d’eux. Et ils furent tous remplis du Saint Esprit… » Actes 2 : 1-4.

5) QU’EN EST-IL DONC DE LA PREDICTION ?
Cher Haouassi Billal, à la lumière de ce que nous venons de dire, nous sommes bien obligés de conclure que Mohammed ne peut-être le consolateur le PARAKLETOS dont il est question dans Jean 14 16-7.

Y a-t-il alors une prédiction de la venue de Mohammed dans l’Injil ? La réponse est NON !

Où donc est-il fait mention de Mohammed alors ? NULLE PART !

Le PARAKLETOS n'est donc pas Mohamed, qui n'est annoncé à aucun endroit dans l'Evangile, ni dans ce passage de Jean 16, ni ailleurs.

Ainsi, le Coran, livre mensonger, se trompe et trompe ceux qui lui font confiance !

Écrit par : Zak | lundi, 15 juin 2009

@Haouassi Billal,

Vous voulez nous la jouer Ancien et Nouveau Testament? OK, Allons-y:

Deutéronome

18.18
Je leur susciterai du milieu de leurs frères un prophète comme toi, je mettrai mes paroles dans sa bouche, et il leur dira tout ce que je lui commanderai.

18.19
Et si quelqu'un n'écoute pas mes paroles qu'il dira en mon nom, c'est moi qui lui en demanderai compte.

18.20
Mais le prophète qui aura l'audace de dire en mon nom une parole que je ne lui aurai point commandé de dire, ou qui parlera au nom d'autres dieux, ce prophète-là sera puni de mort.

18.21
Peut-être diras-tu dans ton cœur: Comment connaîtrons-nous la parole que l'Éternel n'aura point dite?

18.22
Quand ce que dira le prophète n'aura pas lieu et n'arrivera pas, ce sera une parole que l'Éternel n'aura point dite. C'est par audace que le prophète l'aura dite: n'aie pas peur de lui.

Où voyez-vous que, comme vous dites : " Dieu dit qu'il enverra un prophète qui viendrait délivrer la parole de Dieu de sa bouche et qui sera semblable à Moïse(les ismaélites) ". Au mieux, c'est une affabulation, au pire, c'est un mensonge.
En revanche, j'ai trouvé dans le Nouveau Testament un texte qui s'applique à votre " prophète " :

Matthieu

7.15
Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtement de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs.

7.16
Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons?

7.17
Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits.

7.18
Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre porter de bons fruits.

7.19
Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits est coupé et jeté au feu.

7.20
C'est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez.
7,21
Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur! n'entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux.

7.22
Plusieurs me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophétisé par ton nom? n'avons-nous pas chassé des démons par ton nom? et n'avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom?

7.23
Alors je leur dirai ouvertement: Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquité.

7.24
C'est pourquoi, quiconque entend ces paroles que je dis et les met en pratique, sera semblable à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc.

7.25
La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont jetés contre cette maison: elle n'est point tombée, parce qu'elle était fondée sur le roc.

7.26
Mais quiconque entend ces paroles que je dis, et ne les met pas en pratique, sera semblable à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable.

7.27
La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et ont battu cette maison: elle est tombée, et sa ruine a été grande.

Qu'est-ce qu'a prophétisé Mahomet? Rien, sinon, il aurait prédit la victoire de Charles Martel à Poitiers, la reconquista espagnole. Et quels sont les fruits de l'islam? La destruction de l'agriculture dans les pays qu'il a soumis, les persécutions religieuses, les massacres, l'esclavage, et après l'échec du motazilisme, une coupure avec le reste du monde et de son évolution. La conquête du monde par le djihad est une prophétie qui ne s'est pas réalisée, d'où l'aigreur d'une partie du monde musulman qui se traduit par une fuite en avant avec le terrorisme. Voilà les fruits de l'islam.
Mahomet, en réalité, assassin, queutard et pédophile, est bien un faux prophète, et vous, jeune homme, vous vous faites bourrer le mou par votre imam de quartier. A votre stade, ce n'est plus du lavage de cerveau, c'est de la lobotomie. En plus, votre grammaire et votre orthographe sont déplorables ; cela est dû probablement à l'effet abrutissant des versets coraniques conjugué à celui, dévastateur, de l'apprentissage de la lecture par la méthode globale dispensée depuis des lustres par notre chère Éducation Nationale et dont on peut par ailleurs mesurer les dégâts sur les forums d'internet.

Après la réponse magistrale de Zak, vous devez réaliser que vous ne faites pas le poids. En conclusion, et d'accord avec La Fouine, circulez, il n'y a rien à voir!

Écrit par : Ronin | lundi, 15 juin 2009

Ah Ronin, j'ai toujours apprécié ces arguments frappants qui nous éloignent du politiquement correct en nous faisant passer pour des racistes alors que nous ne sommes qu'islamophobe.
Il est vrai que dès que nous sortons de la pensée unique, la vérité n'est pas belle à entendre !

Écrit par : La Fouine | lundi, 15 juin 2009

Au nom de Dieu, le Tout Misericordieux, le Très Misericodrieux.


Chèr Ronin

Veuilliez m'excuser mais je n'ai que 17ans, c'est justement grace au Coran que je suis à même de pouvoir vous parler moi petit homme de 17ans qui découvre le monde et sa folie croissante, je ne suis pas un professeur en théologie comme vous... . Et cela n'est pas dû au Coran mais bien à cause de mon comportement en classe que j'ai du mal à former mes phrases ^^ mais bref.


Tout dabord si, les mots sont là et clairs

"Je leur susciterai du milieu de leurs frères un prophète comme toi, je mettrai mes paroles dans sa bouche, et il leur dira tout ce que je lui commanderai."

Désoler mais si vous ne comprenez pas cela, je ne peut rien pour vous.
Apart si vous pouvez me dire si se n'est pas Mohamed (sws) alors qui est-ce? Qui est le prophète que Dieu va succité si se n'est Mohamed (sws)?

Vous avez abordez le sujet de la récolte des fruits.

Tout dabord je voudrais eclairsire le sujet des Terrosistes, la religion Islamique nous interdis de tuer les innocens, donc même si un barbu apparet à la TV en revendiquant son acte pour Dieu, pour moi il n'est pas Musulman.

L'Islam est la seule religion des 3 grandes religions qui a réussi sous la garde de Dieu lui même à conserver ses écrits et son code (5 piliers, etc...)

L'Islam est la seule religion qui interdis l'alcool le célèbre Hadith du prophète Mohamed (sws) "Ce qui rend ivre en grande quantité est interdis en grande quantité.
Pourquoi l'avoir interdis ? Car cela met l'homme hors de lui il bat sa femme il devient presque incontrolable.

Le peuple Musulman est le peuple avec le plus haut don de charité, le plus bas tôt dans les prisons, le plus bas tôt de fornication ( aujourd'hui on revendique la fornication et on l'aclamme, je ne parle pas des musulmans mais des non musulmans).

Je ne préfère pas donner les récoltes des Chrétiens car je ne veut pas vous offenser ou que vous croyez que je suis quelqu'un de mauvais ou autre.

Ronin tu donnes des textes sans les expliquer et tu te crois permis de critiquer une religion qui a gouverner de l'Espagne jusqu'en Chine grace à un simple livre ( ne me dites pas que les croisades Musulmannes ont été faites avec le sang car comparé aux croisades chrétiennes, les musulmans sont les saints et ils le sont vraiments). Les croisades musulmannes ont juste imposé l'impot pour les non musulmans et peut etre autres points que je ne connais pas mais surtout pas la violence. Mais cela est hors sujet.


La destruction de l'agriculture dans les pays qu'il a soumis, les persécutions religieuses, les massacres, l'esclavage

"persécutions" si tu parle des persécutions de la femme sache que la femme Musulmannes est plus heureuse avec un vraie Musulman qui ne la bas pas que la femme X avec un non Musulman qui ne la bas pas.
Dans l'Islam la femme est égal à l'homme dans aucun verset Dieu dit la femme est inférieur à l'homme ces même pour vous montrer concrétement que Eve a été crée de la cote de Adam c'est pour vous dire qu'elle est son égal. elle n'a été crée ni d'une phalange pour être inférieur à Adam, ni X os supérieur pour être supérieur à Adam.


"les massacres"

Je ne vois absolument pas de quoi tu veu parler si ces des croisades tu te trompe largement.

"l'esclavage"


"Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre porter de bons fruits."

Mohamed(sws) (un bon arbre) a porter de bons fruits (les Musulmans).

et vous chrétiens, juifs ou Athée qui ne croyez pas en la vérité car Dieu vous la cache et vous plonge encore plus loin dans votre folie, vous n'accépterez la vérité que lorsqu'il sera trop tard, et Inchallah le jour ou vous la verez je serai là pour vous dire , " je et ont vous aura prévenu".

Car moi Musulman je me sent bien dans ma peau car selon moi j'adore Die et je lui rend bien. Donc il me donne la joie de vivre et il me suffit. Alors que les non croyants qui gagnent de l'argent à en pleuvoir jusqu'a même ne plus savoir quoi en faire et bien ils veulent encore plus en gagner car Dieu agrandir leur coeur et leur ventre pour les rendres encore plus cupides.

Bref Ronin je ne trouve pas de plaisir à débattre avec vous car vous êtes encore un de ceux qui s'énerve après quelque réponse trouver à vos questions, j'ai démontrer que dans votre Bible le venu du prophète Mohamed (sws) est écrite, vous avez décider de m'envoyez en l'air des sujets différents comme à chaque fois en oubliant le sujet de départ. Au bout je retrouve la même insatisfaction de parler car je reçoit des termes irréspéctueux.



Chère La Fouine
J'ai encore le droit d'aller dans un forum et de poster pour défendre mon idée et ma foie, et ce n'est pas une raison pour que je vous laisser vous et vos Djinns insulters ma religion surtout dérière le dos des gens, je suis devant vous pour débattre si vous ne le voulez pas très bien mais ne parlez pas sans connaitre notre religion et en savoir juste se que disent les JT.

Chère ZAK
"Or, le problème, le gros problème Haouassi Billal, l'auriez-vous oublié, c'est que l'Evangile n'est pas écrit en hébreu, mais en grec ! ce qui n'est pas le fait du hasard. Et en grec quel est le mot employé par Jean pour consolateur ?"


Esque lorsque j'ai parler de Mohamed (sws) dans le Cantique de Salomon ou Cantique de Cantiques j'ai parler d'Evangile? Non chère La Fouine.

J'ai seulement dis Cantique de Cantiques et j'ai préciser en hébreux plus loin, donc ne dites pas se que je n'ai pas dis. (Anciant Testament(hébreux)).

Très belle explication et bonne culture générale mais vous y êtes allez un peu trop vite, je pense.

Désoler d'être nul en orthographe.


Hamdoulilah

Écrit par : Haouassi Billal | mardi, 16 juin 2009

Haouassi Billal,

La différence entre vous et nous, c'est que si un chrétien fait de même dans un pays musulman, il est condamné à mort.
Vous vous permettez de nous "coraniser" en pratiquant, comme les témoins de Jéhovah, des morceaux choisis alors qu'évangéliser vos congénères nous feraient gouter vos geôles !

Écrit par : La Fouine | mardi, 16 juin 2009

Cher Haouassi Billal,

Votre jeune âge, si ce que vous dites est vrai, vous vaudra ma clémence !

Vous déclarez :

"Esque lorsque j'ai parler de Mohamed (sws) dans le Cantique de Salomon ou Cantique de Cantiques j'ai parler d'Evangile? Non. J'ai seulement dis Cantique de Cantiques et j'ai préciser en hébreux plus loin, donc ne dites pas se que je n'ai pas dis. (Anciant Testament(hébreux)."

Relisez-vous :


"Je voudrais parler de la présence du prophète Mohamed (sws) dans la Bible je vous invite à aller voir dans le deutéronome chapitre 18 versets 18-19 (...) Je vous invite à aller voir dans la Bible selon Saint Jeau chapitre 16 Versets 7 à 14."


Saint Jean ce n'est pas l'Evangile ?

Vous poussiez le zèle jusqu'à copier/coller le passage de l'Evangile selon saint Jean :

"7-Cependant je vous dis la vérité : il vous est avantageux que je m'en aille, car si je ne m'en vais pas, le consolateur ne viendra pas vers vous; mais, si je m'en vais, je vous l'enverrai.

Puis vous rajoutiez, pour avoir l'air plus docte sans doute, vous fiant naïvement au piètre savant qui vous servit d'inspirateur :

"On parle de "consolateur" on peut voir souvent aussi réconforteur, mais ce mot "consolateur" est une mauvaise traduction car si nous prenons le cantique des cantiques chapitre 5 verset 16. etc."


Alors on reprend tranquillement, suivez bien et ne rêvassez pas :

- 1) Pour parler de la présence de Mohamed dans la Bible vous avez cité l'Evangile de Jean, car c'est là seulement où se trouve la source du nom ""consolateur".
- 2) Pour situer sa place vous avez utilisé la supercherie coranique visant à substituer au nom PARAKLETOS (consolateur) celui de Périklytos (miséricordieux).
- 3) Est-ce que ce nom de "consolateur" se retrouve ailleurs dans Bible ? réponse non.

---------------------------------------------

Note : 3/20
Avis : Soyez plus assidu pendant les cours Haouassi ; attention à votre français, cela nuit à l'exposé. Ainsi, votre bonne volonté affichée lors de cette fin de trimestre doit se poursuivre. Ne relâchez pas vos efforts.

Écrit par : Zak | mardi, 16 juin 2009

@Haouassi Billal,

votre cas relève en plus de l'autisme : le récit des versets du Coran, ça rend sourd. Nier la réalité historique à propos de l'islam relève de la plus parfaite mauvaise foi. Vous ne pouvez pas nier que Mahomet fit massacrer toute une tribu juive à Médine. Comme tous les muslims, on vous voit arriver de loin avec vos grosses babouches : vous nous ressassez l'histoire des croisades mais si elles ont eu lieu, c'est précisément parce que les chrétiens n'avaient plus accès à leur sanctuaire à cause des muslims qui occupaient Jérusalem. Et cela n'est rien au regard des 14 siècles de persécution de votre religion d' "amour et de paix " : massacre des chrétiens animistes du sud Soudan, exactions islamistes en Egypte à l'égard des chrétiens coptes, intimidations de l'administration turque à l'égard des chrétiens syriaques pour les faire partir du pays, etc...

Vous dites : " persécutions" si tu parle des persécutions de la femme sache que la femme Musulmannes est plus heureuse avec un vraie Musulman qui ne la bas pas que la femme X avec un non Musulman qui ne la bas pas.
Dans l'Islam la femme est égal à l'homme dans aucun verset Dieu dit la femme est inférieur à l'homme ces même pour vous montrer concrétement que Eve a été crée de la cote de Adam c'est pour vous dire qu'elle est son égal "

MENSONGE!

Sourate IV

34. LES HOMMES ONT AUTORITÉ SUR LES FEMMES, en raison des faveurs qu'Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu'ils font de leurs bien. Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l'absence de leurs époux, avec la protection d'Allah. Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous d'elles dans leurs lits et FRAPPEZ-LES. Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles, car Allah est certes, Haut et Grand !

" Les croisades musulmannes ont juste imposé l'impot pour les non musulmans et peut etre autres points QUE JE NE CONNAIS PAS mais surtout pas la violence. Mais cela est hors sujet. "

Je vous invite donc à approfondir votre propre religion car il semble que vous ayez quelques lacunes.

Vous dites : "J'ai encore le droit d'aller dans un forum et de poster pour défendre mon idée et ma foie, et ce n'est pas une raison pour que je vous laisser vous et vos Djinns insulters ma religion surtout dérière le dos des gens, je suis devant vous pour débattre si vous ne le voulez pas très bien mais ne parlez pas sans connaitre notre religion et en savoir juste se que disent les JT ".

Argumentation nulle, car les JT se gardent bien de révéler la véritable nature de l'islam, et c'est justement parce qu'on le fait sur internet que vous venez non pas débattre mais faire votre propagande islamiste : un muslim ne débat jamais, il cherche à imposer son point de vue, et n'y arrivant pas, il se lance dans une imprécation, comme vous l'illustrez vous-même :

" et vous chrétiens, juifs ou Athée qui ne croyez pas en la vérité car Dieu vous la cache et vous plonge encore plus loin dans votre folie, vous n'accépterez la vérité que lorsqu'il sera trop tard, et Inchallah le jour ou vous la verez je serai là pour vous dire , " je et ont vous aura prévenu".

Le masque tombe : même en paroles, vous ne pouvez pas vous empêcher de vous livrer à une sorte de terrorisme. Mais sachez que ce genre de propos non seulement ne nous impressionne pas mais nous font rire. Nous ne sommes pas sur un blog à vocation généraliste dans lequel vos arguments pourraient être confrontés à toutes sortes d'idées, mais sur un blog CHRETIEN, vous captez? Nous croyons en la Sainte Trinité composée du Père, du Fils et du Saint Esprit, et en dehors de celle-ci, il n'y a pas de salut. Par conséquent, et afin de vous éviter d'inutiles et vains efforts, et de perdre votre temps, allez" débattre " sur MSN car vous n'arriverez jamais à convaincre ni à tromper qui que ce soit ici. Si vous considérez que citer des versets du Coran qui mettent en exergue la nature violente et totalitaire de votre religion est une insulte à celle-ci, vous vous mettez en grand danger vis-à-vis de vos coreligionnaires qui pourraient prononcer une fatwa à votre encontre.

Écrit par : Ronin | mardi, 16 juin 2009

^^ Bien joué Zak pour le brin d'humour, je vous invite à me contact à mon adresse email que j'ai jointe plus haut.


Mais pour en revenir à :


"Esque lorsque j'ai parler de Mohamed (sws) dans le Cantique de Salomon ou Cantique de Cantiques j'ai parler d'Evangile? Non. J'ai seulement dis Cantique de Cantiques et j'ai préciser en hébreux plus loin, donc ne dites pas se que je n'ai pas dis. (Anciant Testament(hébreux)."

Pourquoi esque j'ai répondu cela? car vous m'avez dit:


"Or, le problème, le gros problème Haouassi Billal, l'auriez-vous oublié, c'est que l'Evangile n'est pas écrit en hébreu, mais en grec ! ce qui n'est pas le fait du hasard. Et en grec quel est le mot employé par Jean pour consolateur ?"

En parlant bien sur de ce passage la:

cantique des cantiques chapitre 5 verset 16. Nous pouvons lire en hébreux "Mohamadim" le "im" est le pluriel de respect en hébreux. Nous pouvons lire en français "bien-aimé" Mohamadim a été traduis par le "bien-aimé" Je vous invite à aller voir dans le cantique des cantiques en hébreux et lire ce même verset.



Donc ne substituez pas les passages lorsque vous voyez que vous avez fais une érreur car en 1er lieu vous avez lié le passage du cantique des cantiques et maintenant vous me parler de l'evangile il faudrait bien savoir de quoi vous parler car ni moi ni vous le savons apart si vous l'avez fais avec mauvaise foie pour avoir l'air plus crédible.

J'ai parler du prophète Mohamed (sws) dans le deutéronome et dans la Bible selon Saint Jean mais le point sur le quel vous vous appuyer est celui du cantique de Salomon en hébreux relisez se que vous avez marquez:


"Vous écrivez d'ailleurs pour asseoir votre démonstration :
- "on parle de "consolateur" mais ce mot "consolateur" est une mauvaise traduction car si nous prenons le cantique des cantiques chapitre 5 verset 16. Nous pouvons lire en hébreux "Mohamadim" le "im" est le pluriel de respect en hébreux. Nous pouvons lire en français "bien-aimé" Mohamadim a été traduis par le "bien-aimé" Je vous invite à aller voir dans le cantique des cantiques en hébreux et lire ce même verset. Vous verrez "Mohamadim", le mot est là. Donc nous avons une mauvaise traduction."

Or, le problème, le gros problème Haouassi Billal, l'auriez-vous oublié, c'est que l'Evangile n'est pas écrit en hébreu, mais en grec ! ce qui n'est pas le fait du hasard. Et en grec quel est le mot employé par Jean pour consolateur ?"

Vous parliez du cantique des cantiques, je vous assur et vous jure sur Dieu que j'ai eu 17ans le 16 Mars 2009, et je trouve enfin quelqu'un qui veuille bien parler sans lancer des propos à la limite du vulgaire je dirais même rasiste, je vous apprécie beaucoup Zak.


Pour dieu un petit mot à Ronin, vous dites:

"Argumentation nulle, car les JT se gardent bien de révéler la véritable nature de l'islam, et c'est justement parce qu'on le fait sur internet que vous venez non pas débattre mais faire votre propagande islamiste : un muslim ne débat jamais, il cherche à imposer son point de vue, et n'y arrivant pas, il se lance dans une imprécation, comme vous l'illustrez vous-même :"

Et bien si pour vous informer de la religion Islamique vous regardez le JT vous feriez mieu de lire des livres et parler avec des bons musulmans car votre image de l'Islam et des musulmans et de la caricature simple.

Pour re parler du cas de l'égalité de la femme.

Le passage du Coran que vous avez lié est bien un passage du Coran, mais vous avez encore lié que les passages dur, enfaite c'est comme si vous filmiez un père qui frappe son enfant sans savoir pourquoi mais une fois sachant la raison de cette punition vous vous dites qu'il l'a mérité.


Pour dire que la femme est égale à l'homme par les droits, le porphète Mohamed (sws) a dit:
"Les meilleurs d'entre vous sont les meilleurs avec leurs femmes"

Pour vous montrer encore que la femme est à respecter avec beaucoup d'égard:
Un homme vint voir le prophète Mohammed (sws) et lui demanda:
"O messager de Dieu, quelle est le perosnne qui mérite le plus que je lui tienne compagnie?"Le prophète sws répondit: "Ta mère."
L'homme dit: "Qui encore?" le prophète (sws) répondit: "Ta mère."
L'homme demanda encore et le prophète (sws) répondit: "Ta mère."
L'homme reposa la question et le prophète (sws) dit:"Ton père."



(...Et que la haine pour un peuple ne vous incite pas à être injustes. Pratiquez l'équité cela est plus proche de la piété...)
(Coran,5:8)

Voilà un passage du Coran qui vous contredis dans votre image du Coran et de l'Islam.

Écrit par : Haouassi Billal | mardi, 16 juin 2009

"Le passage du Coran que vous avez lié est bien un passage du Coran, mais vous avez encore lié que les passages dur, enfaite c'est comme si vous filmiez un père qui frappe son enfant sans savoir pourquoi mais une fois sachant la raison de cette punition vous vous dites qu'il l'a mérité".

Donc, vous considérez comme normal le fait de battre une femme quelle qu'en soit la raison!

"Et bien si pour vous informer de la religion Islamique vous regardez le JT vous feriez mieu de lire des livres et parler avec des bons musulmans car votre image de l'Islam et des musulmans et de la caricature simple"

Vous le faites exprès ou quoi? J'ai dit que je ne me fiais pas aux JT, et pour votre information, j'ai lu le Coran et l'histoire de Mahomet, sinon d'où croyez-vous que je vous cite des versets?

C'est l'islam qui est une caricature de religion.

Écrit par : Ronin | mardi, 16 juin 2009

"(...Et que la haine pour un peuple ne vous incite pas à être injustes. Pratiquez l'équité cela est plus proche de la piété...)
(Coran,5:8)

Voilà un passage du Coran qui vous contredis dans votre image du Coran et de l'Islam."

Sûrement pas, car après ça se gâte :

Sourate V

9. Allah a promis à ceux qui croient et font de bonnes oeuvres qu'il y aura pour eux un pardon et une énorme récompense.

10. Quant à ceux qui ne croient pas et traitent de mensonge Nos preuves, ceux-là sont des gens de l'Enfer.

L'équité ne s'applique que si le peuple est musulman.

Écrit par : Ronin | mardi, 16 juin 2009

Mon Cher Haouassi,

Passez me voir, si vous avez une minute, à la permanence en salle des profs en fin de journée. On poursuivra la conversation derrière un bon thè à la menthe, et on réfléchira à votre orientation pour l'année prochaine - c'est une chose sérieuse, vos parents travaillent dur pour vous payer les cours, soyez en conscient tous les jours que Dieu fait.

Pour l'heure, soyez studieux et concentrez-vous sur vos examens ;-)

Ma'as-salama

إلى اللقاء

Écrit par : Zak | mardi, 16 juin 2009

Zak je crois que vous avez vu votre érreu et merci pour votre proposition.

Quant à Ronin on peut se lancer des centaines de versets qui peuvent nous contredire mais laissez moi vous expliquer les versets que vous avez lié et vous prouvez que vous dites faux.

Vous avez dit: Donc, vous considérez comme normal le fait de battre une femme quelle qu'en soit la raison!

Cela est faux car dans le Coran Dieu autorise au marie te frapper sa femme. Alors tout de suite vous allez me dire Battre et bien non c'est faux les musulmans qui croivent que Dieu leur a donner le droit de battre leurs femmes ceux là sont bien des mécréants. Dieu donne le droit de frapper sa femme quand elle n'écoute pas ou bien quand elle fais quelque chose de mal pour le couple mais de la frapper au niveau du bas du corps pas du haut, donner une petite pinssé, une petite féssé, voila comment la frapper. Ce n'est pas en la battant que la femme va comprendre. Et vous avez raison certains musulmans se permettent de les battres je ne dis pas le contraire. Mais le message 1er du Coran est d'autoriser de frapper sa femme pour lui faire comprendre quelque chose sans être violent.

9. Allah a promis à ceux qui croient et font de bonnes oeuvres qu'il y aura pour eux un pardon et une énorme récompense.

10. Quant à ceux qui ne croient pas et traitent de mensonge Nos preuves, ceux-là sont des gens de l'Enfer.

Vous dites qu'on doit être musulman pour avoir l'équité alors que Dieu dit qu'il faut faire de bonnes oeuvres et croire.


Musulman veut dire Soumis à Dieu donc on peut être musulman(soumis à dieu) sans suivre la religion Islamique. par exemple tout les autres prophètes venu avant le prophète Mohamed(sws) et la religion Islamique étaient Musulmans(soumis à Dieu) y compris Issa (Jésus)
Si vous voulez débattre sur le vraie du prophète Issa nous pouvons aussi mais la n'est pas le problème.

Vous dites de Dieu se qu'il n'a pas dit.

Dieu a dit :"...croient et font de bonnes oeuvres..."

Donc si vous faites de bonnes oeuvres et croyez vous aurez l'équité encore une fois musulman veut dire soumis à Dieu en arabe.


Hamdoulilah

Écrit par : Haouassi Billal | mardi, 16 juin 2009

"Mais le message 1er du Coran est d'autoriser de frapper sa femme pour lui faire comprendre quelque chose sans être violent".

Vous ne savez plus comment argumenter et maintenant selon vous, battre sa femme, ce n'est pas être violent!

Comme tous les muslims, vous n'avez aucun humour et vous n'avez pas compris que Zak en a usé à votre égard. Mais je lui laisse le soin de lui répondre s'il le juge nécessaire.

Écrit par : Ronin | mardi, 16 juin 2009

Correction : Mais je lui laisse le soin de vous répondre s'il le juge nécessaire

Écrit par : Ronin | mardi, 16 juin 2009

Haouassi Billal,
Si un jour, par malheur, la France s'islamisait, les joyeux comparses que vous côtoyez sur ce blog seraient la dernière garde.
Alors, ne pétez pas plus haut que votre "terma" et allez coraniser les cités, les prisons ou autres. Vous perdez autant votre temps que vous nous prenez la tête.
Ici, on se bat pour une virgule sur les évangiles ou une encyclique mais pas un seul, je vous l'assure n'envisage, dans ses plus terrifiants cauchemars, la possibilité de rejoindre une religion comme la votre !
Haouassi Billal, lâchez nous, vous savez ce que l'on en pense maintenant!

Écrit par : La Fouine | mardi, 16 juin 2009

La Fouine je vous lache mais Ronin et Zak veulent je pense débattre.

Je voulais débattre en effet mais vous êtes devenu insolant pour la plus part.

"J'ai compris que Zak excusez moi le terme ses foutu de ma gueule"

Et ça, ce n'est pas vulgaire?


C'est vous qui êtes vulgaire envers moi voilà se que je voulais dire en disant çà.

Écrit par : Haouassi Billal | mardi, 16 juin 2009

Vous voulez toujours continuer à débattre sur ce sujet ou voulez vous en choisir un autre? Car je pense qu'il est inutile de continuer sur celui la vu que j'ai tout expliqué et que personne ne me contredis.

Et à vrai dire je me sent seule.

Écrit par : Haouassi Billal | jeudi, 18 juin 2009

@ Haouassi Billal,

Je crois qu'il faut vous en tenir à ce que vous a dit Zak :


Avis : Soyez plus assidu pendant les cours Haouassi ; attention à votre français, cela nuit à l'exposé. Ainsi, votre bonne volonté affichée lors de cette fin de trimestre doit se poursuivre. Ne relâchez pas vos efforts.

Ecrit par : Zak | mardi, 16 juin 2009




Mon Cher Haouassi,

(...) On réfléchira à votre orientation pour l'année prochaine - c'est une chose sérieuse, vos parents travaillent dur pour vous payer les cours, soyez en conscient tous les jours que Dieu fait.

Pour l'heure, soyez studieux et concentrez-vous sur vos examens ;-)

Ma'as-salama

إلى اللقاء

Ecrit par : Zak | mardi, 16 juin 2009




Sages conseils. Et bon courage !

Écrit par : Falk | jeudi, 18 juin 2009

I am a poor lonesome cow-boy and a long way from home...

Écrit par : Lucky Luke | jeudi, 18 juin 2009

Christine Boutin lance la Conférence des imams de France

Écrit par : Daoudal Hebdo | jeudi, 18 juin 2009

8 députés de toutes tendances politiques (3 PCF, 7 PS, 43 UMP, 2 NC, 3 NI) ont déposé une proposition de résolution visant à créer une commission d’enquête parlementaire sur le port, par certaines femmes musulmanes, de la burqa ou du niqab - un voile qui les recouvre entièrement laissant apparaître les yeux - :

Écrit par : Des députés contre la burqa | jeudi, 18 juin 2009

Je vais prendre les conseils de Zak au sérieux, mais je suis venu sur ce site pour débattre hors vous ne voulez pas et pour essayer de détourner le sujet vous me dites cela.

J'en suis conscient que j'ai une mauvaise orthographe mais cependant je suis compréhencible se qui m'autorise à débattre sur ce site.

J'en conclus que vous n'avez plus rien à dire au sujet du débat que j'ai lancé.

Écrit par : Haouassi Billal | jeudi, 18 juin 2009

"J'en conclus que vous n'avez plus rien à dire au sujet du débat que j'ai lancé".

Et vous non plus...

Écrit par : Le Furtif | jeudi, 18 juin 2009

Pour débattre il faut que sa vienne des deux cotés et au lieu de me reprocher de n'avoir rien à dire dites quelque chose.

Moi j'ai dis se que j'avais à dire et j'attend qu'on me contredise mais pour l'instant il n'y a que Zak qui a à peut pret réussi à me contredis car il avait vu mon érreur.

Si vous voulez changer de sujet il n'y a aucun problème, car sur celui la il n'y a rien d'autre à dire, je pense apart si vous pouvez me montrer que j'ai faux sur toute la ligne.

Écrit par : Haouassi Billal | vendredi, 19 juin 2009

salut à toutes et à tous,


Je vous écris ce message pour vous signaler l’existence du site



www.islam-documents.org

Plus de 20 000 documents sur la naissance de l'islam. Dans un but de dévoilement, scientifique et critique, et parfois moqueur. Il s'agit de la plus grosse ressource documentaire sur le sujet , au contenu souvent inédit et toujours authentique: les biographies de Muhammad (SIRA), extraits des chroniqueurs musulmans (Tabari...), recueils biographiques (Ibn Sad), versets coraniques, commentaires coraniques (TAFSIR), les corpus principaux de traditions (HADITH) inscriptions arabes, codes juridiques, géographes arabes, auteurs chrétiens orientaux et byzantins (et meme des sources chinoises!).


C'est une petite équipe d'universitaires qui s'en est chargé.
Une nouvelle version est enfin disponible , revue et augmentée.
Elle compte 2700 pages mars 2008. Nous ferons une version encore améliorée tous les ans.

ça y est : la version 2009 d’islam-documents.org est enfin disponible: 3700 pages et 3 ans de travail. bonne lecture et bon courage!

N’ayez pas peur. Allez voir.

Portez vous bien.

Écrit par : iskender | jeudi, 02 juillet 2009

Test

Écrit par : Haouassi Billal | lundi, 17 août 2009

J'ai cessé de lire votre texte lorsque je me suis aperçu que vous citiez cet idiot de Robert REDEKER.

Pour votre information, il a reconnu lui même sur un plateau de télé n'avoir jamais lu le coran, mais de s'être inspiré des écrits d'auteurs dont la réputation d'islamophobe n'est plus a faire !

Enfin Redeker est un sioniste acharnée et convaincu du caractère divin de l'état d'israel.

Encore un shabat goy zélé qui trompe son monde pour le bien être de ces maitres juifs...

accorder crédit a un sioniste notoire vous discrédite DEFACTO !

Écrit par : VESPA | mardi, 18 août 2009

"Pour votre information, il a reconnu lui même sur un plateau de télé n'avoir jamais lu le coran, mais de s'être inspiré des écrits d'auteurs dont la réputation d'islamophobe n'est plus a faire !"
Quel plateau de télé, et quand? Quels auteurs?

"Encore un shabat goy zélé qui trompe son monde pour le bien-être de ces maîtres juifs"...

Allez exprimer votre puante libido antisémite ailleurs car à défaut d'être une guêpe au dard venimeux, vous n'êtes qu'une mouche bourdonnante sur un tas de défécations.

Écrit par : Ronin | mercredi, 19 août 2009

Revenons au sujet de ce post, c'est à dire que l'Islam est "UNE HÉRÉSIE BLASPHÉMATOIRE". J'attend de mes chèrs fervant chrétiens qu'ils me lancent un débat pour que je puisse vous montrez que la religion qui soit disant est une hérésie et bien qu'elle est tout le contraire de se que vous disez et que vous êtes vous et vos croyances bien les mécréants.

Si vous ne vous décider pas à lancer un débat je le lancerai de moi même et il aura pour thème "Voilà un Chrétien!" en gros je vais vous montrez que le Christianisme Orthodoxe est une supèrcherie.

Écrit par : Haouassi Billal | lundi, 24 août 2009

Pardon non le christianisme Orthodoxe mais le Christianisme Catholique.

Écrit par : Haouassi Billal | jeudi, 27 août 2009

Selem Wahleykoum
Bismillahi Rahmani Rahim


Je mets un nouveau post pour expliquer un peu la religion Catholique et ses origines.

Sommaire :

1/Origine du mot Christianisme
2/Trinité
3/Invocation devant des idoles
4/Joyeux Noël/ Happy Santa




1/ Comment est apparu le mot Christianisme ?
Est-ce que c’est dans la bible des chrétiens ?
Non, il n’apparaît pas, ce mot n’apparaît pas
Mais il y a le mot « Chrétiens » ce mot apparaît dans le nouveau testament, à l’époque , dans la ville d’Antioche les ennemis des partisants appelaient les croyants « Chrétiens » impliquant que c’était les vénérateurs du Christ.
Jésus a jamais dit qu’il était Chrétien et a-t-il dit à ses disciples qu’ils étaient chrétiens ?
Non, ce sont leurs ennemis qui les ont nommés ainsi.

Si Jésus était vivant aujourd’hui et qu’on lui demanderai qu’elle religion il prêche, il ne répondrait pas par le Christianisme, mais par ma religion est la pleine soumission à Dieu et un mot existe pour dire cela et ce mot est l’Islam (arabe).

2/Trinité
Saint Paul de son vraie nom « Saùl » et ses adeptes ont crée le christianisme d’aujourd’hui.
Saùl persécutais le nouveau culte pratiquer par les disciples de Jésus qui reconnaissent en lui le Messie. Il n’y a aucune preuve comme quoi Saùl est rencontré Jésus « Issa ».
Saùl considérais sa doctrine comme blasphématoire.
Saùl tuais les petits groupes qui se formaient sur toute la Palestine il pensait quand les tuants il pourrait éliminer cette nouvelle religion.
Ses antécédents conservateurs, rationaliste et anti chrétiens qui rendent l’histoire de la conversion de Saùl d’autant plus remarquable.
Le nouveau testament montre qu’il pourchasse des disciples de Jésus qui fuient la cité de Damas. En chemin il est terrassé par une lumière aveuglante on dit que Jésus lui apparaît et Saùl se repend et se transforme en messager de l’évangile.

Avant sa soit disant « conversion, Saùl chassait les partisants de Issa afin de les faire exécuter à Rome.

Maintenant imaginez : Que Hitler après avoir tuer des millions de juif disait en allant à Berlin qu’il eu une vision le faisant devenir un apôtre pour les juifs et qu’ensuite il écrit 20 livres que les juifs doivent suivre.
Vous pensez que les juifs suivraient ces livres ?

Et pourtant vous chrétiens vous suivez et acceptez les 17 livres de Paul ou devrai je dire Saùl.

Saùl introduit la notion de Jésus comme fils de Dieu et la notion de trinité.
La trinité explique que Dieu est 3 : le Père, le Fils et le Saint Esprit impliquant donc que Jésus est Dieu.

La trinité a été invoqué avec les égyptiens, elle a été invoqué avec les Hindus ( Brahma, Vishny et Shiva elle a été invoqué avec les cultes païens.

Toutes les religions païennes ont adopté depuis le temps de Babylone dans une forme ou une autre une doctrine de trinité, qui a commencé à Babylone avec Nimrod, Tammuz et Semiramis.

D’un coté vous prétendez être de bon chrétiens envers la communauté et d’un autre coté , vous pratiquez des doctrines païennes, ce qui est complètement incompatible avec la croyance en un seul Dieu.

Le Coran dit à votre sujet

« Croyez donc en Allah et en ses messagers. Et ne dites pas « Trois ». Cessez ! Ce sera meilleur pour vous. Allah n’est qu’un Dieu unique. Il est trop glorieux pour avoir un enfant .

Quel a donc été le resultat de la nouvelle religion et doctrine introduit par Saùl ?

Avec le temps se sont formés plusieurs groupes de chrétiens avec des pensées différentes.
Ces différents groupes essayaient de se convertir entres eux.
Il y avait les personnes qui suivaient la doctrine de Saùl et il y en avait qui suivaient toujours la doctrine de Issa (SA) jusqu’au jour ou l’empereur Constantin décida de choisir laquelle des deux doctrines étaient la bonne. En 325, Constantin réunit tous les évêques et prêtres pour qu’ils se mettent d’accord, bien entendu ils ne se sont pas mit d’accord.
Alors l’Empereur décida de trancher par lui-même et se fut un gros problème.
Pourquoi ?
Car Constantin était celui qui a dirigé le conseil de Nicée et pourtant il était Païen, il vénérait des dieux soleil.
Il faisait parti d’un culte appelé « Sol Invictis » Sol veut dire Soleil en latin et invictis veut dire invincible. Ils croyaient que le soleil était invincible.

Il a donc été decidé que la doctrine de Saùl était la véritable et depuis ce jour , Jésus est officiellement considéré par les chrétiens comme étant divin… .
A la fin du concile, la profession de foi chrétienne (Credo) est établie.
L’Histoire nous démontre donc que la divinité de Jésus a été choisi par Constantin qui obligea par la suite son peuple à adhérer à cette doctrine sous peine de mort.
Mais alors pourquoi obligeai-t-il son peuple à vénérer Jésus alors que lui-même vénérait le soleil ?
Jésus est-il en réalité une représentation du soleil ?
Constantin établie le shabbat des chrétiens le jour du soleil ( Sun day en anglais(dimanche)).
Et il changea la date de naissance de Jésus au 25 décembre.
Date de la renaissance du soleil. Un nombre incalculable de logos d’églises ou d’associations chrétiennes comportent un soleil. Jésus est toujours représenté avec un soleil derrière lui. Tout comme le « dieu » soleil Horus, d’on le symbole est un œil. Et comme par hasard il y a parfois un œil dans les églises ou sur.


3/Lorsque vous allez dans une église catholique, vous priez devant des statues et des images.
C’est ce qu’on appel de l’idolâtrie ou la vénération d’idoles, l’idolâtrie est généralement définie comme étant la vénération d’images, d’objets ou d’idée qui est en opposition avec la vénération d’un seul Dieu.
Cela viole le 2ème commandement de la Torah : »Ne venerez pas d’idoles ».
Malgré tout les avertissements des prophètes qui ont dit aux hommes de ne vénérer que le seul et unique Dieu et de ne lui associer aucune représentation, il y en a qui vénère le pape. Il y en a qui vénère Jésus. Et il y en a qui vénère Marie. Donc vous vénérer des choses autres que Dieu et en plus vous en faites des représentations. Et comment pouvez vous être sur que ces représentations sont celles de Marie et de Jésus ?
Ce genre de culte revient au point précédent qui a été instauré qu’a partir de 325 après JC.
Lors de ce Concile fut instauré :
-Le principe de la trinité
-L’établissement de papes
Le changement du Shabbat au dimanche
- Le statut de Jésus comme étant le Fils de Dieu.

Le concile fut mené par Constantin comme je viens de le dire plus haut et plusieurs évêques (corompu). En changeant et infiltrant les principes de la religion, leur plan était siniste.
Vous avez surement déjà vu une représentation de Marie allaitant Jésus ou Marie au prêt de Jésus? Et bien cela proviens d'anciennes statuts égyptiennes d'Isis allaitant Horus.
Vous vénérer un faux "dieu" sans même vous en rendre compte. Votre religion a été corrompue en 4siècle maximum alors que l'Islam persiste depuis 14siècles entiers et le message est le même… .

L'Acteur qui jouais Jésus dans la passion du Christ a répondu a une interview et je cite "Je jouais peut être Jésus mais souvent je pensais que je jouais satan".

4/ Le vatican a changé le Shabbat au dimanche
"Sun" Day en anglais le jour du soleil donc le jour de satan. Donc en priant dimanche vous priez satan.
Le pape porte le Chapeau poisson, pourquoi c'est le même que le "dieu" poisson de Babylone?
Ce "dieu" poisson (mauvaisgenie / demon) était appelé Dagon.
Ensuite vous avez le Crucifix, la croix penchée, cette croix penchée est un symbole sinistre utilisé par satanistes au 6ème siècle.
Vous allez me dire " Oh mais comment c'est possible que le pape invique des demons ?!!!
Et bien si vous faites juste quelque recherches sur l'histoire et que vous étudiez notamment l'histoire du vatican vous découvririez que beaucoup de papes pratiquent et on pratiqués eux même de la magie.

Ne me dites pas je ne crois pas ce que tu dis dans ce que tu avance car sans avoir fais des recherches vous n'êtes pas en droit de me contre dire appart si vous avez des preuves historique, scientifique, théologique, moral et bon sens.

Noël le 25décembre soit disant la naissance de Issa, beaucoup de professeur de sciences religieuses prétendent que Issa serait né en été. Mais si la représentation catholique de Jésus est réalité Horus, ça devrait être la date de sa naissance non?
Autrement dit , la naissance du soleil.
Le 25 décembre le soleil bouge d'un degré cette fois ci au nord, ce qui annonce des jours plus long, l'hiver et le printemps. Et le soleil "Re nait".
Et Happy Santa veut dire Joyeux Noël en anglais. "Santa" pas ressemblent avec Satan? Bizarre
Sur ce j'attends des éventuelles re vers pas très imposant mais mineur, du genre tu dis n'importe quoi. Ou alors quelqu'un de balaise et j'espère qu'elle sera là cette personne.

J'espère ne m'être pas tromper sur un point pas par peur d'avoir tort mais par respect envers vous.
Selem Wahleykoum

Écrit par : Haouassi Billal | mardi, 08 septembre 2009

Qui va avoir le courage de répondre à ce tissu de conneries !!!!!
Vous m'êtes plutôt sympathique, mon pauvre Haoussi Billal et j'avoue que votre prose a au moins le mérite de montrer le christianisme par les yeux de l'islam non intellectuel.
Vous espérez ne pas vous être trompé sur un point. N'ayez pas d'inquiétude pour cela, vous vous êtes trompé sur tous les points!!!!
Lisez les évangiles et connaissez les autant que nous connaissons le coran.

Écrit par : La Fouine | mercredi, 09 septembre 2009

@Haouassi Billal,


Votre exposé sur le christianisme est typique de la vision caricaturale et mensongère qu'ont les musulmans du christianisme :

"Comment est apparu le mot Christianisme ?
Est-ce que c’est dans la bible des chrétiens ?
Non, il n’apparaît pas, ce mot n’apparaît pas
Mais il y a le mot « Chrétiens » ce mot apparaît dans le nouveau testament, à l’époque , dans la ville d’Antioche les ennemis des partisants appelaient les croyants « Chrétiens » impliquant que c’était les vénérateurs du Christ.
Jésus a jamais dit qu’il était Chrétien et a-t-il dit à ses disciples qu’ils étaient chrétiens ?
Non, ce sont leurs ennemis qui les ont nommés ainsi".

- Et alors? Où est le problème? A-t-on jamais entendu un roi dire qu'il était royaliste? Votre argument est sans objet.

"Si Jésus était vivant aujourd’hui et qu’on lui demanderai qu’elle religion il prêche, il ne répondrait pas par le Christianisme, mais par ma religion est la pleine soumission à Dieu et un mot existe pour dire cela et ce mot est l’Islam (arabe)".
Jésus ne prêche pas de religion : il a été envoyé par son Père car il est LE FILS DE DIEU et quand vous dites:

"Saùl introduit la notion de Jésus comme fils de Dieu et la notion de trinité", c'est faux car cette filiation divine est affirmée à de nombreuses reprises dans les quatre évangiles:

- "Jésus garda le silence. Et le souverain sacrificateur, prenant la parole, lui dit: Je t'adjure, par le Dieu vivant, de nous dire si tu es le Christ, le Fils de Dieu. Jésus lui répondit: Tu l'as dit. De plus, je vous le déclare, vous verrez désormais le Fils de l'homme assis à la droite de la puissance de Dieu, et venant sur les nuées du ciel". (Matthieu, 26.63-64)

Pour votre information, je vous donne toutes les références évangéliques se rapportant à l'affirmation du Christ comme étant Fils de Dieu:

Matthieu, 26.63-64, 27.43, 27.54
Jean, 1.34, 1.49, 5.25, 9.35, 10.36-37, 11.4, 11.27, 20.31
Marc, 1.1, 3.11, 15.39
Luc, 1.35, 3.38, 4.3, 4.41, 22.70

Une remarque en passant : le nom de Saul devient caduc à partir du passage suivant des Actes des Apôtres pour céder la place à celui de Paul:
"Alors Saul, appelé aussi Paul, rempli du Saint Esprit […]"., (Actes, 13.9).

Ce changement de nom correspond à un accomplissement total de sa conversion puisqu'il est complètement habité par le Saint Esprit. On est loin de vos assertions comme: "Saùl tuais les petits groupes qui se formaient sur toute la Palestine il pensait quand les tuants il pourrait éliminer cette nouvelle religion".

Faux! Il n'avait pas de sang sur les mains même si "Saul avait approuvé le meurtre d'Étienne" (Actes 8.1); il envoyait des chrétiens en prison.

Mais quand vous écrivez : "Maintenant imaginez : Que Hitler après avoir tuer des millions de juif disait en allant à Berlin qu’il eu une vision le faisant devenir un apôtre pour les juifs et qu’ensuite il écrit 20 livres que les juifs doivent suivre.
Vous pensez que les juifs suivraient ces livres "?

Vous venez de remporter un "point Godwin" dont je vous rappelle le principe: lorsqu'une discussion se prolonge et qu'un interlocuteur se trouve à court d'arguments, il se réfère au nazisme qui n'a bien sûr rien à voir avec l'objet du débat; sans autres commentaires...

"Il n’y a aucune preuve comme quoi Saùl est rencontré Jésus « Issa ». Il n'y a aucune preuve comme quoi Mahomet ait rencontré l'Ange Gabriel.

Ce qui est sûr, c'est que le "prophète" fit massacrer toute une tribu juive à Médine, "au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux "...

Mais revenons à la notion de Trinité qui, une fois de plus, se trouve dans les Évangiles: "L'ange [Gabriel] lui [à Marie] répondit: Le Saint Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très Haut te couvrira de son ombre. C'est pourquoi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu ".

On y trouve donc bien le Père, le Fils et le Saint Esprit. Cela n'a rien à voir avec la trimurti hindoue qui n'est que la partie manifestée de la divinité suprême et qui symbolise le fonctionnement de l'Univers caractérisé par les forces de création (Brahma), de préservation (Vishnu) et de destruction (Shiva). Vous paraissez faire une telle fixation sur cette notion de Trinité que vous la voyez partout : "Toutes les religions païennes ont adopté depuis le temps de Babylone dans une forme ou une autre une doctrine de trinité, qui a commencé à Babylone avec Nimrod, Tammuz et Semiramis".

Faux, encore une fois! Dans le monde romain de l'époque, c'est le polythéisme qui domine, de même dans toutes les religions chamaniques comme, actuellement, le shintoïsme au Japon.

A propos de l'accusation d'idolâtrie que font régulièrement les musulmans aux chrétiens et que vous reprenez à votre compte, voici ce que disait St jean Damascène (676-749):

- " Ils nous accusent injustement d'être idolâtres, Car nous vénérons la Croix, et qu'eux la méprisent. A cela nous leur répondons :

" Comment se fait-il que vous vous frottiez à une pierre, à votre Habathan. et que vous exprimiez votre vénération à la pierre en l'embrassant ? "

Certains répondent en affirmant qu'Abraham y eut des relations sexuelles avec Agar; d'autres disent que c'est là qu'il avait attaché son chameau avant de sacrifier Isaac. Et à nous de leur répondre:

- " Puisque l'Ecriture dit qu'il y avait une montagne et une forêt, d'où Abraham a coupé du bois pour l'holocauste sur lequel il coucha Isaac, et également qu'il laissa les ânes en arrière avec les serviteurs; d'où tirez vous alors votre histoire ? En cet endroit il n'y avait ni de bois provenant de la forêt, ni sentier pour les ânes " Alors les voilà embarrassés. Toutefois, ils affirment bien qu'il s'agit de la pierre d'Abraham. Nous leur répondons : " Supposons que ce que vous affirmez de manière insensée soit vrai, n'éprouvez vous pas de honte à embrasser cette pierre, uniquement parce qu'Abraham y a eu des rapports avec une femme, ou parce qu'il y attacha son chameau ? Et vous nous blâmez, parce que nous vénérons la croix du Christ, par laquelle le pouvoir des démons et la ruse du Diable ont été annihilés ! ! !" Ainsi donc, ce qu'ils appellent " pierre " est la tête d'Aphrodite qu'ils adoraient. Eux l'appelaient Haber et on voit des entailles dans la pierre encore aujourd'hui, ceux qui les comprennent y voient des gravures." ( St jean Damascène, Des Hérésies).


Je ne vais pas ainsi, reprendre une à une toutes les inepties que vous énoncez dans votre exposé, mais j'en termine simplement par un point d'étymologie. Le mot "satan " vient de l'hébreu qu'on traduit par tentateur, accusateur ou ennemi. Le mot "saint " vient du latin sanctus, lui même provenant du sanskrit sat qui signifie " ce qui est "...

Écrit par : Patrick Ferner | mercredi, 09 septembre 2009

Mes félicitations, Ferner mais n'avez vous pas le sentiment d'initier un unijambiste au kamasoutra !

Écrit par : La Fouine | jeudi, 10 septembre 2009

@La Fouine,

Je n'avais pas l'illusion d'initier ce jeune homme, mais de mettre en exergue son ignorance crasse du christianisme qui l'a poussé à proférer de telles imbécilités, ce qui est inévitable quand on parle de ce qu'on ne connaît pas.

Écrit par : Patrick Ferner | jeudi, 10 septembre 2009

"- Et alors? Où est le problème? A-t-on jamais entendu un roi dire qu'il était royaliste? Votre argument est sans objet."

Si j'ai donner l'origine du mot Christianisme c'est pour vous prouver que même dans votre livre et bien il n'y a pas une foi le mot Christianisme alors que dans le Coran il y a écrit le mot Islam vous comprenez se que je veut dire? Je veut dire que nous disons nous même se que nous sommes alors que vous le Christianisme ce nom a été donner par des énemis des chrétiens et non par Dieu, Jésus ou vous même.


"Il n'y a aucune preuve comme quoi Mahomet ait rencontré l'Ange Gabriel."
Le Coran suffit de preuve.

"Saùl introduit la notion de Jésus comme fils de Dieu et la notion de trinité", c'est faux car cette filiation divine est affirmée à de nombreuses reprises dans les quatre évangiles:

En quoi ce que j'ai dis est faux ? J'ai seulement dis qu'il avait introduis la notion de Jésus comme fils de Dieu je n'ai pas dis que c'était le seule mais c'est lui en personne et personnelement qui a donner cette notion comme quoi Jésus (ISSA ou Ishoa en hébreu) était soit disant le fils de Dieu. Il est possible que les autres saints on suivis l'idée et Saùl est l'auteur qui a écrit la plus grande partit de la Bible pour rappeler un peut.


"Jésus ne prêche pas de religion : il a été envoyé par son Père car il est LE FILS DE DIEU et quand vous dites:"

A partire du moment ou une personne appel à une croyance comme l'on fait les prophètes cela s'appel prêcher, en ce qui concerne Issa il a appeler les gens a le suivre peut importe quelle religion le contexte n'est pas là mais le contexte est qu'il ai prêcher en les appeleant peut importe à faire quoi que se soit l'adorer lui et adorer Dieu il a appeler les gens à croire en lui. Donc on appel cela prêcher.

définition: Enseigner la parole de Dieu sous la forme d'un sermon.


"Ce changement de nom correspond à un accomplissement total de sa conversion puisqu'il est complètement habité par le Saint Esprit. On est loin de vos assertions comme: "Saùl tuais les petits groupes qui se formaient sur toute la Palestine il pensait quand les tuants il
pourrait éliminer cette nouvelle religion".



Faux! Il n'avait pas de sang sur les mains même si "Saul avait approuvé le meurtre d'Étienne" (Actes 8.1); il envoyait des chrétiens en prison."

Ces bien beau de dire non c'est faux non c'est pas comme ça mais moi je vous ai donner des faits historiques (ce qui c'est vraiment passé).
Un documentaire sur la chaine planète a été fait sur se que je dis et ils disent qu'il poursuivis les disciples de Issa qui ont fuient la cité de Damas ils disent que c'est dans le nouveau testament.



"Mais quand vous écrivez : "Maintenant imaginez : Que Hitler après avoir tuer des millions de juif disait en allant à Berlin qu’il eu une vision le faisant devenir un apôtre pour les juifs et qu’ensuite il écrit 20 livres que les juifs doivent suivre.
Vous pensez que les juifs suivraient ces livres "?"

Ce que vous venez de dire est totalement faux car si vous regardez se que j'ai marquer juste après çà vous voyez que j'avais beaucoup d'autre chose à dire et si j'ai donner cette exemple c'était pour vous montrer un petit exemple plus concret. Voila tout.


- " Ils nous accusent injustement d'être idolâtres, Car nous vénérons la Croix, et qu'eux la méprisent. A cela nous leur répondons :

" Comment se fait-il que vous vous frottiez à une pierre, à votre Habathan. et que vous exprimiez votre vénération à la pierre en l'embrassant ? "

Tout d'abord nous ne crions pas haut et fort que nous adorons cette pierre et l'embrassement de cette pierre est un signe de respect et non un signe d'adoration, lorsque quelqu'un sur le front se n'est pas un signe d'adoration mais un signe de respect.
Comme moi par exemple quand je dis bonjour à ma mère je lui dis: Selem Wahleykoum et je l'embrasse sur le front.

Et nous n'exprimons pas notre vénérations à la pierre je crois qu'on peut faire des voeux en la touchant mais un musulman n'ira jamais dire à l'oreil de la pierre noir qu'il l'adore. Car se que l'on dis de nous est tout le contraire (Musulman) et se que vous dites de vous et se que vous faites prouve que vous êtes Polythéistes.

Si nous embrassons cette pierre c'est parce quelle vient du Paradis et que lorsqu'elle est venu du Paradis elle était blanche et à force que les hommes commaitaient des péchés et bien elle est devenu noir.

Voilà un Hadith qui parle de ce sujet:
"Il a été rapporté qu’Omar baisa la Pierre et dit :« Je sais que tu n’es qu’une pierre et que tu ne peux ni apporter un profit ni provoquer une nuisance. Si je n’avais pas vu le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) te baiser, je ne l’aurais pas fait »."

Vous dites de vous que vous adorez le père, le fils et le saint ésprit, vous dites de vous que Jésus est Dieu vous priez devant des images, statut... . Donc ne me dis pas que vous êtes Monothéiste car se serai mentir après tous ces aveux.

Ne disons de nous que nous adorons Allah, nous disons de nous que l'on prient 5 fois par jour Allah dans la diréction de la Kabbah.
Nous disons de nous que l'on doit embrasser la pierre noir par signe de respect car si quelqu'un ne peut l'embrasser ou bien un signe de la main et en même temps la prononciation des mots "Allahou Akbar" suffisent.

Donc ne dites pas que nous sommes Polythéiste car nous nous disons qu'il n'y a d'autre Dieu qu'Allah tendis que vous affirmez et confirmez que Jésus est Dieu, le père est Dieu... .

A propos de cette adoration de la trinité Allah parle de vous dans le Coran:
Sourate "Les Femmes"
4.171. Ô gens du Livre (Chrétiens), n’exagérez pas dans votre religion, et ne dites d’Allah que la vérité. Le Messie Jésus, fils de Marie, n’est qu’un Messager d’Allah, Sa parole qu’Il envoya à Marie, et un souffle (de vie) venant de Lui. Croyez donc en Allah et en Ses messagers. Et ne dites pas «Trois». Cessez! Ce sera meilleur pour vous. Allah n’est qu’un Dieu unique. Il est trop glorieux pour avoir un enfant. C’est à Lui qu’appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre et Allah suffit comme protecteur.

Lorsque Allah dit "Ô gens du Livre", il dit enfaite Ô gens de la bible car le mot « bible » vient du grec ancien βιϐλία, c'est un mot neutre au pluriel qui signifie « livres ».


Je ne suis pas étoner de vous car vous êtes l'auteur de ce sujet qui est "L'ISLAM : UNE HÉRÉSIE BLASPHÉMATOIRE" (soit disant). Donc on reconnait là votre mauvaise foi.

A propos de mauvaise foi Jésus dit dans la Bible, Bible selon Saint Jean chapitre 16 versets 12-13

12 - J'ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant.

"J'ai beaucoup de choses à vous dire mais vous ne pouvez pas les porter maintenant (car vous êtes des hommes de peut de foie)"

13 - Quand le consolateur sera venu, l'Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu'il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir.

"Le prophète Mohamed (sws) n'a pas parler de lui même", Dieu parlat par l'intèrmédiaire de son prophète (Mohamed (sws)).


Voilà qu'avez vous d'instructif à ajouter? Dans un débat il faut faire avancer le débat car vous ne faites que le reculer en disant se que vous dites, en lançant des mensonges... je dois corrigé ces mensonges et je ne peut pas contredire quelque chose qui est par rapport au sujet car vous n'avez rien à dire.

Selem Wahleykoum

Écrit par : Haouassi Billal | vendredi, 11 septembre 2009

Haouassi Billal,

Vous voulez jouer sur les mots alors que votre français est exécrable. Cela dit, il y a une différence entre vous et moi: quand je traite un sujet, je prends la peine de me documenter et moi, J'ai lu le Coran et le vie de Mahomet et vous, vous n'avez pas étudié le nouveau testament et vous en faites même l'aveu: "bien beau de dire non c'est faux non c'est pas comme ça mais moi je vous ai donner des faits historiques (ce qui c'est vraiment passé).
Un documentaire sur la chaine planète a été fait sur se que je dis et ils disent qu'il poursuivis les disciples de Issa qui ont fuit la cité de Damas ils disent que c'est dans le nouveau testament". A ce moment-là, lisez les actes des apôtres qui font partie du Nouveau Testament. Quand je cite dans mon article des versets du Coran, ce sont des mensonges? Non et vous le savez bien; au risque de me répéter, vous ne supportez pas que je révèle la vraie nature de l'islam. Un exemple de votre mauvaise foi : vous invoquez des faits historiques à propos de Paul, par contre quand je mets en doute la rencontre de Mahomet avec Gabriel vous répondez: "Le Coran suffit de preuve". Et puisque la chaîne "Planète" se réfère au Nouveau Testament, voici ce qui est dit à propos du terme "chrétien" :

"et, l'ayant trouvé [Saul], il l'amena à Antioche. Pendant toute une année, ils se réunirent aux assemblées de l'Église, et ils enseignèrent beaucoup de personnes. Ce fut à Antioche que, pour la première fois, les disciples furent appelés chrétiens. (Actes, 11.26)

Comme vous pouvez le constater, ce sont les disciples du Christ qui se sont eux-mêmes appelés chrétiens, et non leurs ennemis; encore un mensonge grossier de votre part. Entre Mahomet qui prétend se soumettre (islam) à la volonté de Dieu et le Christ qui est son fils, il n'y a pas de commune mesure. Et dans les versets de l'Évangile que vous citez, Jésus parle au nom de son Père et non de lui-même. En attendant cela fait la deuxième fois que vous nous ressortez le verset de votre "prophète" sur la Trinité et c'en devient lassant, vous rabâchez. Nous sommes ici sur un blog chrétien, pas à la mosquée.

Écrit par : Patrick Ferner | vendredi, 11 septembre 2009

Quelle Patience, Ferner !
Je pense que là, il vaut mieux ne plus répondre, on a affaire à un troll qui croit coraniser les chrétiens avec des arguments à deux balles ! Quand il cite les Évangiles, on se croirait dans une réplique "d'Ali Baba'et les quarante voleurs"!

Écrit par : La Fouine | vendredi, 11 septembre 2009

@La Fouine,

Et je dirais même plus: c'est de la purée muslim

Écrit par : Ronin | vendredi, 11 septembre 2009

@La Fouine,

"On a affaire à un troll qui croit coraniser les chrétiens avec des arguments à deux balles"!

"Les cons, ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnaît"

(Réplique de Lino Ventura dans le film "Les tontons flingueurs", dialogues de Michel Audiard)

Écrit par : Ronin | vendredi, 11 septembre 2009

Quand je cite dans mon article des versets du Coran, ce sont des mensonges? Non et vous le savez bien; au risque de me répéter, vous ne supportez pas que je révèle la vraie nature de l'islam.

Non vous recitez les vraies versets du Coran, je ne vais pas faire semblant de ne pas reconnaitre les versets. Mais vous faites expret de prendre des mots ou des versets du Coran qui peuvent être choquant en lisant simplement ces mots tout seule mais lorque l'on lit ou entend la sourate l'histoire devient plus claire.
Je pourrais dire de même de votre livre Ezechiel chapitre 16 on a l'impression de lire le scénario d'un film pornographique... .


Je vais prendre un passage que vous avez mentionné:

"Ne faiblissez donc pas et n'appelez pas à la paix
alors que vous êtes les plus hauts,
qu'Allah est avec vous,
et qu'Il ne vous frustrera jamais [du mérite] de vos œuvres".

(S.47, v.35)
Sourate Mohamed
Elle est également connue sous le nom de 'Al-Qital' ( Le Combat), puisque c'est son thème principal.

La Sourate commence par donner une image sur les deux groupes qui se confrontaient à l'époque, l'un avait refusé la vérité, alors que l'autre avait accepté cette vérité envoyée par Allah - Exalté et Glorifié soit-il- à son prophète. Les fidèles seront récompensés aussi bien dans ce monde que dans l'au-delà, alors que les mécréants recevront un lourd châtiment de Dieu.

Ensuite, elle détaille les premières instructions de guerre aux musulmans qui furent rassurés et réconfortés par l'aide et le conseil de Dieu.''Quand vous êtes en guerre avec les impies, passez-les au fil de l'épée jusqu'à leur reddition. Enchaînez alors les prisonniers que vous pourrez ensuite libérer gracieusement ou contre rançon quand la guerre aura pris fin. Tel est l'ordre de Dieu qui, s'Il voulait, les réduirait Lui-même à l'impuissance, mais Il tient à vous éprouver les uns par les autres. Et ceux qui seront tués pour la Cause de Dieu, Il ne rendra jamais vaines leurs actions , mais Il les guidera, améliorera leur condition et les admettra au Paradis qu'Il leur aura fait connaître. O croyants ! Si vous défendez la Cause de Dieu, Il vous soutiendra et raffermira vos pas. Malheur donc aux négateurs ! Dieu réduira leurs oeuvres à néant, et c'est en punition de l'aversion qu'ils éprouvent pour Ses révélations que Dieu rendra vaines toutes leurs actions. Que ne parcourent-ils la Terre pour voir ce qu'il est advenu des peuples qui les ont précédés ? Dieu les a exterminés et a réservé un pareil sort à tous les impies, car Dieu est le Protecteur des croyants, tandis que les infidèles n’ont personne pour les soutenir. .''


Donc avant de dire des choses du Coran apprenez les histoires de chaque sourates car chaque sourates ont été décendu pour répondre a des questions de l'humanité. Les versets que vous cités sont logiquement en accord avec l'histoire de la sourate, donc l'Islam et le Coran n'insite pas à la guerre mais juste à ne pas se laisser écraser par un peuple barbare en ayant des limites imposer par Dieu car il est le Sage et il connait les limites de chacuns.

Écrit par : Haouassi Billal | vendredi, 11 septembre 2009

"Et tuez-les [les chrétiens], où que vous les rencontriez;

et chassez-les d'où ils vous ont chassés :

l'association est plus grave que le meurtre.''

(S.2, v.191)
Sourate Al Baqara (La vache, la génisse) est la plus longue sourate du Coran (286 versets) et la première sourate qui a été révélée à Médine à l'exception du verset 281 -qui est le dernier verset à être révélé par Dieu-. Ce dernier a été révélé le jour du Na7r (Aid Al Kébir) lors de Hajjat Al Wada3 à Mina.

Elle a été nommée ainsi en référence au récit cité dans les versets 67 à 73. Autrement on l'a nommé ainsi non pas parce qu'elle traite de la vache mais pour rappeler aux gens que c'est la Sourate où on cite le récit de la vache des fils d'Israël puisqu'on ne peut englober par un mot ou deux tous les thèmes cités dans la sourate. Ceci est tout aussi valable pour les autres sourates.

Cette Sourate -qui est nommée aussi 'Foustat du Coran' est la deuxième Sourate du Coran-, elle comporte un bon nombre de dispositions. On dit qu'elle comporte 1000 ordres ( Amr), 1000 interdictions ( Nahy), 1000 jugements ( 7oukm) et 1000 informations ( Khabar).

Le thème principal de Sourate Al-Baqara est l'invitation à être guidé par Dieu, elle s'adresse aussi aux juifs et cite un bon nombre d'événements historiques tirés de leurs propres traditions dans le but de les avertir que leur bien se trouve dans l'acceptation du message révélé au prophète Muhammad - paix et bénédictions sur lui- et dont les fondements ne diffèrent pas de ceux révélés au prophète Moïse que la paix soit sur lui.
Elle comporte aussi le Verset du Koursi (verset 255) qui a une valeur spéciale chez les musulmans.


Je pense qu'il faudrait siter aussi les versets précédents et suivants:

190. Combattez dans le sentier d'Allah ceux qui vous combattent, et ne transgressez pas. Certes. Allah n'aime pas les transgresseurs!.

Allah dit de combattre ceux qui nous combattent, de la légitime défense.

191. Et tuez-les, où que vous les rencontriez; et chassez-les d'où ils vous ont chassés : l'association est plus grave que le meurtre. Mais ne les combattez pas près de la Mosquée sacrée avant qu'ils ne vous y aient combattus. S'ils vous y combattent, tuez-les donc. Telle est la rétribution des mécréants.

"chassez-les d'où ils vous ont chassés" ( cela me parret normal que après que quelqu'un vous tape vous allez soit vous venger soit vous plaindre à la police et ne pas aller sans rien dire). Allah dit aussi de ne pas combattre pret de la Mosquée sacrée apart si ils viennent provoquer le combat en ce lieu

192. S'ils cessent, Allah est, certes, Pardonneur et Miséricordieux.

Donc la fin n'appartient qu'aux ennemis, si ils veulent continuer alors ils seront seules résponsable de leurs actes.

193. Et combattez-les jusqu'à ce qu'il n'y ait plus d'association et que la religion soit entièrement à Allah seul. S'ils cessent, donc plus d'hostilités, sauf contre les injustes.

"[...]. S'ils cessent, donc plus d'histilités, sauf contre les injustes."
Encore une fois la fin n'appartient qu'aux énnemis et les injustes mériterons leur sort.

C'est pas bien encore une fois de copier coller des versets qui en les lisant seulement eux donne a pensé que c'est un livre barbare alors que c'est bien loin de là, il faut juste que tu copie et que tu colle l'ensemble des versets qui éclaircicent le contexte d'eux mêmes.

Écrit par : Haouassi Billal | mercredi, 16 septembre 2009

@Haouassi Billal

"Je pourrais dire de même de votre livre Ezechiel chapitre 16 on a l'impression de lire le scénario d'un film pornographique"... .

Apparemment, vous ne savez pas ce qu'est un film pornographique mais si vous voulez vous instruire, sur internet, ce n'est pas un problème. Vous ne savez pas ce qu'est non plus une allégorie et dans le passage d'Ézéchiel que vous citez, Jérusalem est figurée comme une prostituée et une corruptrice.

Merci de me donner raison en citant vous-même des versets violents du Coran dont j'ai déjà dit (veuillez relire ma note, SVP) qu'ils en représentaient à peu près un tiers. Ne pouvant nier cette évidence, vous leur donnez un caractère purement historique, laissant supposer qu'ils appartiennent au passé; dans cette hypothèse, pourquoi figurent-ils encore dans le Coran dont ils auraient dû logiquement être retirés? Réponse: parce qu'ils ont toujours d'actualité. Quand à l'argument de la légitime défense, c'est un vieux prétexte pour persécuter les autres religions. Car dès le départ, l'islamisation de l'Arabie s'est faite au fil de l'épée.

Enfin, merci encore de me donner raison quand je dis dans ma note:

"Or s'il y a une chose que les islamistes redoutent par-dessus tout, c'est qu'on porte à la connaissance du public tous les versets guerriers, haineux et vengeurs qui représentent à peu près un tiers du Coran".

Écrit par : Patrick Ferner | mercredi, 16 septembre 2009

""Or s'il y a une chose que les islamistes redoutent par-dessus tout, c'est qu'on porte à la connaissance du public tous les versets guerriers, haineux et vengeurs qui représentent à peu près un tiers du Coran"."

Tout d'abord c'est totalement faux, le terme islamiste a été crée par les occidentaux pour dénigrer l'Islam en croyant que les musulmans veulent controler la politique par la religion mais c'est tout à fait faux les islamistes cela n'existe pas il y a des musulmans et point à la ligne.

Tout d'abord le Coran ne comporte pas à peu près un tiers de versets haineux. Car vous ne lavez pas lu en entier vous ne faites que subjuguer les lecteurs en leur montrent des versets qui comme je le répète en les lisants seule pourraient donners à une interprétation haineuse mais lorsque l'on lit le versets qui précendes ou qui suives nous pouvons voir la vraie signification de ces versets et leur valeur autant historique que Moral car nous vivons actuelllement ce qu'on vécu les musulmans dans le passé c'est-à-dire des gens qui veulent l'effondrement de l'Islam.

Le Coran est de libre accès sur internet, dans les Mosquées, dans les Bibliothèques. Donc nous n'avons pas peur de montrer se qu'il y a dans ce livre Saint.
Je pense que vous n'avez pas la capacité nécessaire pour lire et comprendre le Coran c'est pourquoi vous vous vengez de ne pas pouvoir le comprendre en le dénigrant en lui donnant une image qui n'est pas du tout la sienne.
Vous vous efforcez de continuer dans votre thèse qu'Il est un livre barbare juste parcequ'il y a écrit des versets qui une fois lu sans avoir lu les versets précédents ou suivant pourrait donner une idée guerrière, haineuse, violente. Mais pourquoi vous ne faites pas un copier coller de lorsque Allah parle des fais historiques t-elle que l'histoire de Moïse, Marie, ou encore Issa? Ou bien pourquoi vous ne montrer pas une autre image de l'Islam que celle que l'on voit à la télévision?
Et bien j'ai les réponses c'est tout simplement que vous ne voulez pas montrer le vraie visage de l'Islam parceque vous partagez peut-être des idées farfelues et vous voulez conserver l'image de l'opinion publique pour avoir le soutien de quelque personne qui ne connaissent même pas les fondements de la religion Islamique pour en prétendre le droit de la dénigrer.
En tout cas, vous êtes encore une fois comme tout les autres c'est-à-dire ignorant et ne voulant pas savoir la vérité car elle vous ferait trop peur.

Selem Wahleykoum, Allah sait mieux.

Écrit par : Haouassi Billal | jeudi, 17 septembre 2009

@Haouassi Billal,

Ne vous en déplaise, j'ai lu le Coran et le vie de Mahomet; de plus, il y a en France une spécialiste de l'islam, Anne-Marie Delcambre qui sait de quoi elle parle quand elle dit:

" Les textes fondateurs constituent un édifice à trois étages : le coran en est le premier, la tradition prophétique (sunna), le deuxième et le droit musulman (fiqh) le troisième. Ces étages sont reliés et renvoient le même écho. Ce que le musulman lit dans le coran, il en trouve l'exemple illustré par le prophète dans la sunna et il découvre la réglementation dans les traités de droit musulman. Tous ces textes fondateurs ont finalement acquis un statut anhistorique d'éternité selon lequel ils sont considérés comme valables pour tous les temps et pour tous les lieux. Seuls les savants de l'islam connaissent avec précision les textes du coran, de la tradition et du droit musulman. Le pieux musulman a certes une culture islamique mais il ne sait pas toujours très bien si telle injonction se trouve dans le coran, dans la sunna ou dans le droit musulman seulement. Il s'agit souvent pour lui d'une culture par osmose. Cette culture islamique n'a que peu à voir avec la civilisation artistique brillante qualifiée d'arabo-musulmane, qui est d'abord le fait des apports civilisationnels des peuples conquis comme les Byzantins et les Persans. En d'autres termes, les arts et les sciences qui ont fleuri en terre d'islam sont en grande partie étrangers à la pure religion des Arabes à Médine au VIIe siècle. En revanche, le droit musulman, qui est à la base de la culture islamique, repose entièrement sur le coran et la sunna. Il faut avoir le courage de regarder le catalogue des interdits islamiques pour constater le poids du carcan qui pèse sur le musulman et encore plus sur la musulmane" (Anne-marie Delcambre, l'islam des interdits)

"Mais pourquoi vous ne faites pas un copier coller de lorsque Allah parle des fais historiques t-elle que l'histoire de Moïse, Marie, ou encore Issa"? Parce que je l'ai déjà fait dans ma note (voir le chapitre "Une lamentable appropriation du Messie")

Quant à la vraie nature de l'islam, je donne un dernière fois la parole à Anne-marie Delcambre:

Cette invention des "deux islams" est extrêmement pratique car elle rassure l'Occident non musulman sur la nature de l'islam. Malheureusement il s'agit là d'un énorme mensonge car il n'y a qu'un seul islam et il n'a pas deux visages mais un seul à facettes multiples. La facette mystique et la facette terroriste sont les deux extrêmes, mais de nombreuses facettes se situent entre ces deux facettes extrêmes et toutes ont toujours coexisté et s'abreuvent aux mêmes sources, le Coran, considéré comme la Parole de Dieu et la personne de Muhammad -Mahomet- qui constitue pour tous les musulmans, sans exception, le beau modèle à suivre, comme le prescrit le Coran. (Sourate 33, les Factions, verset 21 "Vous avez dans l'Apôtre d'Allah, un bel exemple (uswatun Hasanatun) pour quiconque espère en Allah et au Dernier Jour et invoque (dhakara) Allah fréquemment")[Traduction Régis Blachère].

Or, dans le Coran, Parole de Dieu, il est difficile de nier que les ordres de Dieu n'appellent à la paix que lorsqu'il n'est pas possible de faire autrement... Dans la sourate 47, Muhammad (Mahomet), verset 35 ou 37, il est prescrit "Ne faiblissez donc pas! N'appelez point à la paix alors que vous avez la supériorité! Allah est avec vous et II n'abolira pas vos [louables] actions". Et ces ordres de Dieu, il serait sacrilège d'y toucher. Les paroles divines emprisonnent le croyant, lequel n'aurait jamais l'idée d'en sortir. Comme le fait remarquer Jean-Paul Roux, dans son dernier livre "les Ordres d'Allah": "Au cours des siècles, on en a fait des commentaires [de ces paroles], on les a expliquées, on a essayé de tirer au clair ce qu'elles avaient d'obscur. On ne les a jamais contestées. Toutes les tentatives d'interprétation libérale ont été vouées à l'échec, que ce soient celles des mutazilites du IX ème siècle, qui soutenaient la théorie d'un Coran créé, et non pas incréé, ou celles des chiites ismaéliens qui en faisaient une lecture ésotérique. Toute personne qui prétend user de son intelligence, de son jugement, de sa science pour aboutir à des conclusions même justes, mais opposées au sens obvie est dans l'erreur car son intelligence, son jugement, sa science ne sauraient égaler ceux d'Allah. Il en découle que toute étude historique et épistémologique semblable à celles qui ont été réalisées en Occident sur la Bible et les Évangiles est impensable et n'a effectivement pas lieu." (Anne-Marie Delcambre, l'islam n'a pas deux visages, article paru sur Libertyvox le 25/06/2006)

Enfin, j'ai eu l'occasion de rencontrer, à l'occasion d'une conférence qu'il avait donné dans ma ville, le Sheikh Khaled Ben Tounes, soufi dirigeant la zaouïa (tariqa) de Mostaganem en Algérie; il nous racontait qu'il était allé en Arabie Saoudite, et, demandant aux autorités la possibilité de pratiquer le dikhr, celles-ci lui répondirent de le faire discrètement, entre les quatre murs d'un appartement et pas dans une mosquée. Le soufisme est certainement ce qu'il y a de plus présentable dans l'islam. Mais il est au mieux marginalisé par les autorités religieuses, au pire persécuté : Le soufisme représente une tradition mystique, à côté et non au cœur de l'islam, car la quête mystique n'est tolérée que si elle se fait sous forme de communauté, la tarîqa, ou la zaouïa (terme utilisé en Afrique du Nord) : "le droit musulman est au cœur de l'islam sunnite mais le mysticisme, la mystique individuelle furent toujours proscrits comme totalement hérétiques. En effet, pour les juristes de l'islam, le coran est avant tout un message d'ordre éthique et social. Or 'Ayn Al-Quzât Hamadanî, mystique persan du XIIe siècle, accusé d'hérésie, fut écorché vif, pendu et jeté au feu, le 7 mai 1131. il avait trente-trois ans. Son seul crime était d'être mystique.

J'en finirai avec cette citation du Coran:

"A vous votre religion, à moi ma religion" (Sourate 109, verset 6)

La mienne, c'est la sainte religion chrétienne que vous ne pouvez pas comprendre alors que j'ai parfaitement compris la vôtre.

Écrit par : Patrick Ferner | vendredi, 18 septembre 2009

C'est très bien tu a compris la notre et j'ai compris la vôtre aussi, et nous ne faisons que débattre après dites se que vous voulez, comme quoi votre religion est la vraie religion ce n'est pas forcement vraie et ce ne l'est pas vraiment.

Mais comme les juifs demandaient des signes d'Allah par l'intermédiaire de Moïse. Vous êtes orgueilleux comme eux, et l'orgueille vient du diable car quand Ibliss a désobeillit à Allah de se prosterner devant Adam il était prit d'orgueille.

Qu'Allah vous guides. Dites Amin.

Écrit par : Haouassi Billal | dimanche, 20 septembre 2009

Et puis Anne-Marie Delcambre est islamologue mais islamophobe et elle ne fait que de jouer avec les sourates du Coran.

Écrit par : Haouassi Billal | dimanche, 20 septembre 2009

Buzzz! Buzzz! Buzzz!

Mais sans éclair (de génie). ^^

On appelle cela de la "rhétorique biaisée", c'est à dire bâtir un argumentaire sur la base de commentaires ou de faits sortis hors contexte. C'est une technique vieille comme le monde, mais ça fait toujours du bruit quand ça pète. ( much ado about nothing ?... ).

Si l'Islam fait autant "peur", c'est justement qu'il dérange...Au sens noble du terme. ^^

Débat éculé ( j'ai failli dire émasculé ^^) donc et sans intérêt pour tout intellectuel qui se respecte. Mais si cela vous apporte du réconfort dans votre détresse, tant mieux pour votre âme torturée.

Continuez à jaser mes bien chers frères et mes bien chères sœurs. Il est un proverbe qui dit: " Dans la vie, on ne voit que ce qu'on veut bien bien voir".

Que la paix soit avec vous. Amen. ( hum...ils vont encore nous dire qu'on leur a chipé aussi ce mot-là. ^^)

Écrit par : Tarek | lundi, 01 février 2010

L'INDE, UNE AUTRE VICTIME DE L'ISLAM
par Serge Trifkovic
Adapté de : « Le Sabre du Prophète : Un guide de l'Islam politiquement
incorrect », par Serge Trifkovic*.
Traduction de l'article « Islam's Other Victims : India »
paru dans « Front Page Magazine.com » du 18 novembre 2002
[...] Avant les invasions musulmanes, l'Inde jouissait d'une des
civilisations les plus élaborées dans le monde. L'Hindustan du 10ème
siècle égalait ses contemporains de l'Est et de l'Ouest dans les
domaines de la philosophie, des mathématiques et des sciences
naturelles. Les mathématiciens indiens avaient découvert le zéro, sans
oublier l'algèbre et d'autres théories, qui furent transmises plus tard
au monde musulman auquel on en attribua faussement le mérite. L'Inde
médiévale, avant l'invasion musulmane, était une culture richement
imaginative, une des cinq ou six civilisations les plus avancées de tous
les temps. Ses sculptures étaient vigoureuses et sensuelles, son
architecture richement ornée et envoûtante. Et tout ceci était une
réalisation purement autochtone et non, comme c'est le cas de nombre des
plus fameux hauts-lieux de la culture musulmane, des reliquats de
civilisations pré-islamistes dont les musulmans s'étaient rendus maîtres.
Les envahisseurs musulmans commencèrent leurs incursions au début
du 8ème siècle, sous le règne de Hajjaj, le gouverneur de l'actuel Irak.
[...] En 712, sous le commandement de Mohammed Kasim, les auteurs des
raids démolirent les temples, brisèrent les sculptures, pillèrent les
palais, tuèrent un nombre incalculable d'hommes – le massacre des
habitants de Debal se prolongea pendant trois jours – et emmenèrent les
femmes et les enfants en esclavage, certains réservés aux pratiques
sexuelles. Après la vague de violence initiale, Kasim tenta toutefois de
rétablir la loi et l'ordre sur ces terres nouvellement conquises, et à
cette fin, il autorisa même un certain degré de tolérance religieuse.
Mais quand Hajjaj, son maître, entendit parler de ces usages pleins
d'humanité, il objecta : « Il apparaît dans votre lettre que l'ensemble
des règles que vous avez promulguées pour le confort et le bien-être de
vos hommes est en parfait accord avec la loi religieuse. Mais la manière
d'accorder le pardon prescrite par la loi est différente de celle que
vous avez adoptée, puisque vous accordez votre pardon à chacun, riche ou
pauvre, sans faire aucune distinction entre ami et ennemi. Le Grand Dieu
dit dans le Coran [47.4] : "O Vrais Croyants, quand vous rencontrez des
incroyants, coupez-leur la tête." Ce commandement du Grand Dieu est un
commandement supérieur et doit être respecté et suivi. Vous ne devez pas
être trop indulgent et montrer de la pitié, ceci pourrait anéantir la
portée de l'acte. Désormais, n'accordez de pardon à aucun ennemi et n'en
épargnez aucun, car si vous le faites, tous vous considéreront comme un
homme à l'âme faible. »
Dans une communication ultérieure, Hajjaj répéta que tout homme
valide devait être tué, et que les fils et filles en bas âge devaient
être emprisonnés et retenus en otages. Kasim obéit, et en arrivant à la
ville de Brahminabad, il massacra entre 6 000 et 16 000 hommes.
La portée de ces événements ne se limite pas seulement à l'horreur
qu'inspire le nombre de personnes massacrées, mais étend sa
signification au fait que les auteurs de ces massacres n'étaient pas les
soudards d'une armée désobéissant aux enseignements éthiques de leur
religion, comme l'étaient les croisés européens en Terre Sainte, mais
bien qu'ils faisaient exactement ce que leur religion enseignait. (On
peut noter que le Christianisme a évolué et ne prêche plus les
croisades, ce qui n'est pas le cas de l'Islam. Il est abondamment prouvé
que la jihad a été prêchée depuis les centres officiels de l'Islam et
non pas seulement par des groupes marginaux d'extrémistes fanatiques.)
Les exploits de Kasim le précurseur se poursuivirent au début du
11ème siècle, quand Mahmoud de Ghazni « traversa l'Inde comme une
tornade, détruisant, pillant et massacrant », appliquant avec zèle
l'injonction coranique qui demande la mort des idolâtres qu'il avait
juré de châtier chaque jour de sa vie.
Au cours des dix-sept vagues successives de cette invasion, du
propre aveu de l'érudit Alberuni que Mahmoud avait emmené en Inde, «
Mahmoud ruina complètement la prospérité du pays, et accomplit de
merveilleux exploits, dignes de figurer dans la mémoire du peuple, telle
une ancienne légende, réduisant les hindous en atomes de poussière
éparpillés dans toutes les directions. Les restes dispersés [de cette
population] nourrirent de ce fait, une aversion invétérée à l'encontre
des musulmans. »
Doit-on s'en étonner ? À ce jour, les citoyens de Bombay, New Delhi,
Calcutta et Bangalore vivent dans la crainte du Pakistan, pays
politiquement instable et détenteur de l'arme nucléaire, qui
contrairement à l'Inde (mais comme tout pays musulman), n'a pas réussi à
maintenir la démocratie depuis l'indépendance.
Mathura, la ville sainte du dieu Krishna, fut la victime suivante :
« Au milieu de la ville se trouvait un temple plus grand et plus
finement ouvragé que tout le reste, impossible à décrire par un texte ou
une peinture. » Le sultan Mahmoud pensait qu'il avait fallu plus de 200
ans pour le construire. Les idoles, parmi lesquelles « cinq statues d'or
rouge de cinq mètres de haut » avaient les yeux sertis de pierres
précieuses inestimables. « Le sultan donna l'ordre de brûler tous les
temples par le naphte et le feu, et de les raser jusqu'au niveau du sol. »
Conséquences de cette invasion, dans les antiques cités de
Vanarasi (Bénarès), Mathura, Ujjain, Maheswar, Jwalamukhi et Dwaraka,
pas un seul temple intact ou complet ne subsistait. C'est comme une
armée qui marcherait sur Paris, Rome, Florence et Oxford et qui
annihilerait tous ces trésors architecturaux. Il s'agit d'un acte qui
dépasse le nihilisme ; un négativisme absolu, une haine de la culture et
de la civilisation.
Dans son livre « Histoire de la Civilisation », le célèbre
historien Will Durant s'affligeait des conséquences de ce qu'il nommait
« probablement l'épisode le plus sanglant de l'Histoire ». Il
considérait cette invasion comme « une histoire décourageante, puisque
l'évidente morale qui s'en dégage nous assène que la civilisation est un
bien précieux, dont la liberté et l'ordonnancement délicat et complexe
peuvent à tout moment être balayés par des barbares déferlant de
l'extérieur et se multipliant de l'intérieur ».
Les envahisseurs musulmans « détruisirent et brûlèrent tout ce
qu'ils rencontrèrent de beau dans l'Hindustan », affichant le
ressentiment de guerriers sous-développés, intimidés par la
confrontation avec « une culture plus raffinée », comme le souligne un
commentateur indien. « Les sultans musulmans construisirent des mosquées
sur l'emplacement des temples détruits, et de nombreux hindous furent
vendus comme esclaves. Ils étaient des kafirs, des païens par
excellence. À la différence des chrétiens et des juifs, ils n'étaient
pas des peuples "du Livre", et ils furent les victimes toutes désignées
– les pacifiques bouddhistes également mais dans une moindre mesure – de
l'injonction de Mahomet contre les païens : "Tuez ceux qui rejoignent
d'autres dieux que Dieu, où que vous puissiez les découvrir." (Non pas
que le fait d'être "du Livre" ait beaucoup aidé les juifs et les
chrétiens contre d'autres agressions musulmanes, mais ceci est une autre
histoire.)
Depuis cette époque, les abords montagneux du Nord-Ouest de l'Inde
se nomment Hindu Kush, « le massacre des hindous » en souvenir du temps
où les esclaves hindous du sous-continent mouraient dans les rudes
montagnes d'Afghanistan sur le chemin de la déportation vers les cours
musulmanes d'Asie centrale. La boucherie de Somnath, sur le site d'un
temple hindou célèbre, où 50 000 hindous furent tués sur l'ordre de
Mahmoud, a donné le ton pour des siècles.
Les paisibles bouddhistes furent les victimes suivantes à être
désignées pour les massacres de masse en 1193, quand Mohammed Khilji
incendia également leur célèbre bibliothèque. À la fin du 12ème siècle,
après la conquête musulmane de leur bastion du Bihar, ils perdirent
toute présence significative en Inde. Les survivants se retirèrent au
Népal ou au Tibet ou s'échappèrent vers le Sud du sous-continent. Les
restes de leur culture s'éparpillèrent dans des contrées aussi
lointaines que le Turkestan. À la merci des conquérants musulmans et de
leurs héritiers, ces témoignages furent systématiquement anéantis, comme
le furent, de nos jours encore, les quatre statues géantes des Bouddhas
d'Afghanistan en mars 2001.
Le fait qu'une disposition à la culture et une sensibilité
développée puissent aller de pair avec la bigoterie et la cruauté trouva
son illustration avec Firuz Shah, qui gouverna le Nord de l'Inde à
partir de 1351. Ce chef musulman tyrannique, bien qu'éduqué, surprit un
jour une célébration hindoue dans un village, et ordonna que toutes les
personnes présentes soient exécutées. Il raconta fièrement qu'après
avoir perpétré le massacre, il détruisit les temples et fit ériger des
mosquées à leur place.
L'empereur Moghol Akbar a laissé le souvenir d'un monarque
tolérant, du moins selon les standards musulmans en Inde : au cours de
son long règne (1542-1605), on ne peut porter à son actif qu'un seul
massacre, quand, le 24 février 1568, il ordonna la mise à mort de près
de 30 000 prisonniers rajpoutes après la bataille de Chitod. Mais si
Akbar accepta les autres religions et toléra la célébration publique de
leurs cultes, s'il abolit l'impôt sur les non-musulmans, son intérêt
pour les croyances différentes ne reflétait pas un quelconque esprit de
tolérance musulman. Bien au contraire, cette attitude indiquait une
propension à la libre-pensée dans le domaine religieux qui l'amena
finalement à une apostasie complète. Ses plus hautes actions
consistèrent en une déclaration formelle de son infaillibilité en
matière religieuse, sa promulgation d'un nouveau credo et son adoption
des fêtes et pratiques hindoues et zoroastriennes. C'est un modèle dans
l'histoire musulmane que l'on ressasse encore et toujours, y compris à
l'heure actuelle : pour peu que l'on découvre un musulman raisonnable,
éclairé et tolérant, un examen plus minutieux laisse apparaître qu'il
s'agit de quelqu'un qui a commencé par être musulman, et qui
progressivement s'est éloigné de l'orthodoxie de cette foi. En d'autres
termes : les meilleurs musulmans sont souvent les moins musulmans (un
théorème qui ne semble pas s'appliquer aux autres religions.)
Les choses reprirent un cours normal avec Shah Jahan (1593-1666),
un petit-fils d'Akbar le Grand et le cinquième empereur Moghol. La
plupart des occidentaux se souviennent de lui comme le commanditaire du
Taj Mahal, mais n'ont aucune idée de la cruauté de ce roi qui engagea
quarante-huit campagnes militaires contre les non-musulmans en moins de
trente ans. Sur le modèle de ses coreligionnaires ottomans, à l'occasion
de son couronnement, il tua tous les membres mâles de sa famille sauf un
qui réussit à s'enfuir en Perse. Shah Jahan avait 5 000 concubines dans
son harem, ce qui ne l'empêchait pas d'entretenir des rapports
incestueux avec deux de ses filles, Chamani et Jahanara. Au cours de son
règne, rien qu'à Bénarès, 76 temples hindous furent détruits, ainsi que
des églises chrétiennes à Agra et Lahore. À la fin du siège de Hugh (une
enclave portugaise près de Calcutta) qui dura trois mois, dix mille
habitants furent « déchiquetés par la poudre, étouffés par noyade ou
brûlés. » Quatre mille captifs furent emmenés à Agra où on leur offrit
de choisir entre l'Islam ou la mort. La plupart refusèrent de se
convertir et furent tués, à l'exception des jeunes femmes qui
rejoignirent des harems.
Ces massacres perpétrés par les musulmans en Inde n'ont pas de
parallèle dans l'histoire. En valeur absolue, ils sont plus importants
que l'holocauste des juifs, la Terreur soviétique, les massacres
japonais sur les Chinois pendant la seconde guerre mondiale, les
dévastations de Mao contre la paysannerie chinoise, le génocide des
Arméniens par les Turcs, ou que tout autre de ces fameux crimes contre
l'humanité du 20ème siècle. Hélas, ils restent pratiquement ignorés à
l'extérieur de l'Inde.
Plusieurs raisons expliquent ce fait. À l'époque où ils
dirigeaient l'Inde, les Britanniques, fidèles à leur politique du «
diviser pour régner », blanchirent les archives musulmanes pour que les
membres de cette communauté puissent contrebalancer politiquement le
poids de leurs administrés hindous plus nombreux. Dans la période de la
lutte pour l'indépendance, Gandhi et Nehru minimisèrent l'étendue
historique des atrocités afin de présenter la façade d'une unité
hindou-musulmane contre les Britanniques. (Bien entendu, cette façade
s'évanouit immédiatement après l'indépendance, et plusieurs millions de
personnes furent tuées dans les violences religieuses qui accompagnèrent
la partition de l'Inde britannique et la création du Pakistan.) Après
l'indépendance, les écrivains indiens marxistes, aveuglés par leur
idéologie, supprimèrent la vérité des registres musulmans, parce qu'elle
ne correspondait pas à la théorie marxiste de l'histoire. Aujourd'hui,
l'équivalent indien de la mode du « politiquement correct » passe sous
silence les crimes des musulmans qui sont devenus une « minorité
opprimée » dans une Inde majoritairement hindoue. Enfin, les
intellectuels de gauche du pays ne cessent de blâmer l'Inde et haïssent
leur propre civilisation hindoue, de la même manière que leurs
congénères de Berkeley condamnent sans relâche les États-Unis et l'Occident.
À la différence de l'Allemagne qui a présenté des excuses à ses
victimes juives et de l'Europe de l'Est, contrairement au Japon qui a au
moins su se tenir depuis la seconde guerre mondiale, et même comparé aux
États-Unis qui sont allés jusqu'au paroxysme de la culpabilisation pour
les actes commis à l'encontre d'un nombre bien plus réduit
d'Amérindiens, les agresseurs musulmans de l'Inde et leurs successeurs
n'ont même jamais cessé leurs tentatives pour finir le travail qu'ils
avaient commencé. À ce jour, les militants islamistes considèrent encore
l'Inde comme « une affaire non réglée », et le problème est inscrit tout
en haut de l'agenda de certains pays musulmans enrichis par leur
pétrole, comme l'Arabie Saoudite, qui dépensent des millions chaque
année pour tenter de convertir les hindous à l'Islam.
Une petite satisfaction nous est laissée : ils trouvent que cela
avance plutôt lentement.
Robert Locke
(* Serge Trifkovic a obtenu son Doctorat de Philosophie à l'Université
de Southampton en Angleterre, et a poursuivi ses recherches à l'Institut
Hoover de Stanford. Ses antécédents journalistiques comprennent : « BBC
World Service », « Voice of America », « CNN International », « MSNBC »,
« U.S. News and World Report », « The Washington Times », « The
Philadelphia Inquirer », « The Times of London », et le « Cleveland
Plain Dealer ». Il est rédacteur en chef du service étranger et
chroniqueur à : « A Magazine of American Culture ». Cet article a été
adapté par Robert Locke pour« Front Page Magazine ».)

Écrit par : Philippe | dimanche, 07 février 2010

salut à toutes et à tous,


Je vous écris ce message pour vous signaler l’existence du site


www.islam-documents.org.

Plus de 20 000 documents sur la naissance de l'islam. Dans un but de dévoilement, scientifique et critique, et parfois moqueur. Il s'agit de la plus grosse ressource documentaire sur le sujet , au contenu souvent inédit et toujours authentique: les biographies de Muhammad (SIRA), extraits des chroniqueurs musulmans (Tabari...), recueils biographiques (Ibn Sad), versets coraniques, commentaires coraniques (TAFSIR), les corpus principaux de traditions (HADITH) inscriptions arabes, codes juridiques, géographes arabes, auteurs chrétiens orientaux et byzantins (et meme des sources chinoises!).


C'est une petite équipe d'universitaires qui s'en est chargé.
Une nouvelle version est enfin disponible , revue et augmentée.
Elle compte 2700 pages mars 2008. Nous ferons une version encore améliorée tous les ans.

ça y est : la version 2009 d’islam-documents.org est enfin disponible: 3700 pages et 3 ans de travail. bonne lecture et bon courage!

N’ayez pas peur. Allez voir. Et ne vous voilez pas la face! Il ne peut y avoir de dialogue que par la transparence et l’honnêteté. IDO est actuellement l’un des très rares moyens d’accéder à une documentation rarement éditée en langue occidentale, et considérée comme une référence « authentique » dans le monde musulmane.

Portez vous bien.

PS: 4 courts extraits, comme il y en a des centaines, parmi les textes les plus incontestés de la Sunna:
(Muslim, Sahih 1/200). (L’envoyé d’Allah a dit): J’ai reçu l’ordre de combattre les hommes jusqu’à ce qu’ils disent: point de dieu sinon Allah.
(Dawud , Hadith 19/2996).
Récit de Muhayyisa.
L’envoyé d'Allah a dit:
-Si vous remportez une victoire sur les Juifs , tuez-les.
Alors Muhayyisa a sauté sur Shubayba , un marchand parmi les Juifs. Il avait d’étroites relations avec lui auparavant. Il le tua.
A ce moment , son frère Huwayyisa n’avait pas accepté l’islam. Il était aussi plus vieux que Muhassiya. Quand il a tué (le Juif) , Huwayyisa l’a frappé , en disant:
-Ô ennemi d’Allah , je jure par Allah , tu as sur le ventre un bon paquet de graisse qui vient de ses biens!

(Muslim, Sahih 2/ 510)Abdullah ibn Omar a dit : 
- Je suis allé sur le toit de ma soeur Hafsa et j'ai vu le messager d'Allah faire ses besoins face à la Syrie, orienté de dos à la qibla.
(Bukhari, Sahih 54/464) 
Le prophète a dit : 
- J'ai regardé le paradis et j'ai trouvé que les pauvres gens formaient la majorité des habitants ; j'ai regardé en enfer et j'ai vu que la majorité des habitants étaient des femmes.

Écrit par : kebabi | jeudi, 18 février 2010

PS: 4 courts extraits, comme il y en a des centaines, parmi les textes les plus incontestés de la Sunna: parus dans www.islam-documents.org
(Muslim, Sahih 1/200). (L’envoyé d’Allah a dit): J’ai reçu l’ordre de combattre les hommes jusqu’à ce qu’ils disent: point de dieu sinon Allah.
(Dawud , Hadith 19/2996).
Récit de Muhayyisa.
L’envoyé d'Allah a dit:
-Si vous remportez une victoire sur les Juifs , tuez-les.
Alors Muhayyisa a sauté sur Shubayba , un marchand parmi les Juifs. Il avait d’étroites relations avec lui auparavant. Il le tua.
A ce moment , son frère Huwayyisa n’avait pas accepté l’islam. Il était aussi plus vieux que Muhassiya. Quand il a tué (le Juif) , Huwayyisa l’a frappé , en disant:
-Ô ennemi d’Allah , je jure par Allah , tu as sur le ventre un bon paquet de graisse qui vient de ses biens!

(Muslim, Sahih 2/ 510)Abdullah ibn Omar a dit : 
- Je suis allé sur le toit de ma soeur Hafsa et j'ai vu le messager d'Allah faire ses besoins face à la Syrie, orienté de dos à la qibla.
(Bukhari, Sahih 54/464) 
Le prophète a dit : 
- J'ai regardé le paradis et j'ai trouvé que les pauvres gens formaient la majorité des habitants ; j'ai regardé en enfer et j'ai vu que la majorité des habitants étaient des femmes.

Écrit par : iskender | samedi, 27 février 2010

Haouassi Billal ‎

‎"Et tuez-les [les chrétiens], où que vous les rencontriez;‎

Je vous rejoins sur l'ensemble de votre point de vue. Vos arguments sont raisonnables et fiables. Je ‎vous en remercie. ‎
J'aimerais ajouter une précision : Patrick Ferner a commis une faute en disant que Allah a ordonné de ‎massacrer " les chrétiens " dans le verset 191 de la sourate 2. C'est faux. Dans ce verset il n'est pas ‎question de tuer les chrétiens,ceux qui sont visés sont les IDOLATRES . ‎

Ce verset a été révélé six ans après l'Hégire. A cette époque, beaucoup de Mecquois avaient émigré à ‎Médine, fuyant les persécutions morales des associants . Ces mécréants maintenaient de force les ‎croyants à La Mecque et s'emparaient des maisons et des biens de ceux qui leur parvenaient à leur ‎échapper. Entre temps, les Musulmans s'étaient constitués en une forte et agissante communauté. Il ‎était de leur devoir de riposter et de défendre leur religion menacée par les idolâtres et de restaurer ‎leurs droits dans la cité où se dressait la Ka'ba. ‎

Pour votre info M Ferner, Pendant les premières années de l'islam, les musulmans, qui étaient ‎minoritaires, luttaient pour sauvegarder leur foi, subissant l'oppression et la torture des païens de la ‎Mecque. Ces persécutions décidèrent quelques musulmans à quitter la Mecque pour rejoindre un ‎pays sûr avec un gouverneur juste. Le Prophète Muhammad leur recommanda de se réfugier auprès ‎de Négus, roi chrétien de l'Ethiopie. Les musulmans, qui suivirent ce conseil, trouvèrent un pouvoir ‎très juste qui les accueillit avec amour et respect à leur arrivée en Ethiopie. Le Roi Négus refusa la ‎demande des païens de leur livrer les musulmans, et annonça que ces derniers pouvaient vivre ‎librement dans son pays.‎

Lorsque les Qouraichites apprirent que les émigrants s’étaient établis en sécurité en Ethiopie, ils ‎décidèrent d’envoyer deux hommes fermes et robustes de Qouraïch à Al-Najashi (le Négus, roi ‎d’Abyssinie) pour qu’il renvoie les émigrants et les expulsent de son pays. Ils envoyèrent alors ‎‎‘Abdullah Ibn Abi Rabi’a et ‘Amr Ibn Al-‘As, chargés de cadeaux à l'intention du Négus et de ses ‎généraux. ‎
Les deux hommes arrivèrent chez les patriarches auxquels ils fournirent des arguments en faveur de ‎l'expulsion des musulmans et leur offrirent les cadeaux afin d’obtenir leur soutien dans leur plaidoirie ‎auprès du Négus. Après cela, ils rencontrèrent le Négus et lui offrirent également des présents que ‎ce dernier accepta.‎
Ils lui parlèrent ensuite en ces termes : «Des jeunes gens insensés se sont réfugiés dans votre pays. Ils ‎ont quitté la religion de leur peuple et n'ont pas pour autant embrassé la vôtre. Ils ont suivi une ‎religion qu'ils ont créée de toutes pièces et que personne ne connaît, ni nous, ni vous-mêmes. Aussi, ‎avons-nous été dépêchés auprès de vous par les nobles de leur peuple, par leurs pères, leurs oncles ‎et leurs clans qui vous demandent de les leur rendre, car ils veillent sur eux mieux que quiconque et ‎savent mieux que quiconque ce qu'ils ont eu à leur reprocher ». Les généraux dirent : « Ô Roi ! Livre-‎les à ce deux hommes pour qu'ils retournent avec dans leur pays et auprès de leur peuple ». ‎
Le Négus tenait, avant de prendre sa décision, à examiner la question et à écouter toutes les parties. ‎Il envoya donc chercher les musulmans qui, ensuite, se présentèrent, prêts à dire la vérité sous ‎toutes ses formes. Le Négus leur dit : « Quelle est donc cette religion pour laquelle vous vous séparez ‎de votre peuple, sans embrasser la mienne, ni aucune des autres religions ? ». ‎

Ja'far ibn Abi Talib , en qualité de porte-parole dit : ‎
‎«Nous faisions partie des gens de l'ignorance et comme eux, adorions les idoles, mangions de la bête ‎morte, pratiquions les turpitudes, rompions les liens de parenté et maltraitions nos voisins. Les plus ‎forts parmi nous se nourrissaient des plus faibles. Nous vivions ainsi jusqu'au jour où Allah nous ‎envoya un Messager qu'il choisit parmi nous, un Messager dont nous connaissons la généalogie, la ‎franchise, l'honnêteté et la chasteté. Il nous a appelé à croire en un Dieu unique que nous devons ‎adorer, et à abandonner tout ce que nous adorions autre que Lui, nous et nos ancêtres, comme ‎pierres et idoles. Il nous a ordonné de dire la vérité, d’être fidèles à nos engagements, d’honorer les ‎liens de parenté, d’assurer le bon voisinage, d’éviter le crime et le versement du sang. Il nous a ‎interdit la turpitude, le mensonge, l'abus des biens des orphelins et l'accusation des femmes ‎vertueuses. Il nous a ordonné d'adorer Allah, Lui Seul, sans L'associer à rien ni à personne, ‎d’accomplir la prière, de s'acquitter de la Zakat et d'observer le jeune. Nous avons cru en lui et nous ‎l'avons suivi en ce qui lui venait d’Allah : nous avons adoré Allah, Lui Seul, sans Lui associer aucun ‎autre ; Nous avons considéré comme illicite ce qu'on nous a interdit et comme licite ce qu'on nous a ‎autorisé. Alors notre peuple nous a agressés, torturés, tourmentés à cause de notre religion, afin de ‎nous faire retourner à l'adoration des idoles au lieu d'Allah le Très Haut, et aux perversités que, jadis, ‎nous considérions comme licites. Lorsqu'ils nous eurent contraints, lésés de nos droits, réduits à la ‎misère, ne nous laissant aucune chance de pratiquer notre religion, nous sommes partis vers votre ‎pays ; Nous vous avons choisi à l'exclusion des autres, pour être sous votre protection et nous ‎espérons qu'auprès de vous, nous ne subirons aucune forme d'injustice ».‎
Le Négus dit alors : « Peux-tu me dire tant soit peu de ce qu'Allah a révélé ? ». Ja'far répondit : « Oui ‎‎». Le Négus lui dit : « Récite-le moi ». Ja'far lut des passages de la sourate Mariam (Marie).‎
‎"‎
Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.‎
‎1.‎ Mentionne, dans le Livre (le Coran), Mariam (Marie), quand elle se retira de sa famille en un ‎lieu vers l’Orient. ‎
‎2.‎ Elle mit entre elle et eux un voile. Nous lui envoyâmes Notre Esprit (Gabriel), qui se présenta ‎à elle sous la forme d’un homme parfait. ‎
‎3.‎ Elle dit : “Je me réfugie contre toi auprès du Tout Miséricordieux. Si tu es pieux, [ne ‎m’approche point]. ‎
‎4.‎ Il dit : “Je suis en fait un Messager de ton Seigneur pour te faire don d’un fils pur”. ‎
‎5.‎ Elle dit : “Comment aurais-je un fils, quand aucun homme ne m’a touchée, et je ne suis pas ‎prostituée ? ” ‎
‎6.‎ Il dit : “Ainsi sera-t-il ! Cela M’est facile, a dit ton Seigneur ! Et Nous ferons de lui un signe ‎pour les gens, et une miséricorde de Notre part. C’est une affaire déjà décidée”. ‎
‎7.‎ Elle devient donc enceinte [de l’enfant], et elle se retira avec lui en un lieu éloigné.‎
‎ "‎

Le Négus pleura alors jusqu’à mouiller sa barbe. Ses évêques pleurèrent aussi lorsqu'ils eurent ‎entendu la sourate. Le Négus dit ensuite aux évêques : « II ne fait pas de doute que ceci et ce que ‎‎‘Issa ( Jésus )avait apporté sortent de la même niche ». Se retournant vers les deux émissaires, il dit : ‎‎« Partez ! Par Allah, je ne vous les livrerai pas. Ils sont sous ma protection ».‎

Cependant ‘Amr Ibn Al-‘As persista dans sa démarche il dit au Négus : «Ils disent des choses étranges ‎au sujet de Jésus, le fils de Mariam. questionnez-les sur ce sujet ». le Négus interrogea les musulmans ‎sur ce qu'ils disaient au sujet du Messie, et Ja'far répondit : « Nous disons de lui ce que nous a ‎enseigné notre Prophète à savoir que ‘Issa est le serviteur d’Allah, Son messager, Son esprit et Sa ‎parole qu’Il a insufflé à la vierge Mariam ». Le Négus ramassa un bâton à terre et dit : « Par Allah ! Ce ‎que tu viens de dire ne dépasse la vérité sur ‘Issa Ibn Mariam ( Jésus fils de Marie ) d’une longueur ‎plus grande que ce bâton ». Voyant que ses généraux grommelèrent, il leur dit : « Ne vous en ‎déplaise ! ». Il dit ensuite aux musulmans : « Allez ! Vous êtes en sécurité dans mon pays, quiconque ‎vous insulte paiera une amende, quiconque vous insulte paiera une amende, quiconque vous insulte ‎paiera une amende. Je n'aimerais pas avoir une montagne d'or si je devais l'obtenir en portant ‎préjudice à l'un d'entre vous ». ‎

Il faut savoir également que Dieu fait état dans le Coran de telles attitudes des chrétiens basées sur la ‎compassion, la miséricorde, la modestie et la justice: ‎
La foi chrétienne et la foi musulmane ont beaucoup d'aspects en commun. Le judaïsme partage aussi ‎plusieurs croyances avec l'islam.‎
Je suis musulmane et j'aime ma religion car L'islam est une religion de paix de tolérance et de ‎miséricorde, tout ‎comme les deux autres religions monothéistes. Et c'est pour cela aussi que je ‎respecte les autres religions. je ne me permettrais jamais de me comporter comme vous M Ferner ‎en critiquant les autres religions, en donnant fausses informations et en interprétant mal les livres ‎saints. ‎

De tout façon, vous n'arriverai jamais à convaincre les gens de votre opinion, car les gens respectent ‎toutes les religions. ‎

Cordialement
‎ ‎
Amira

Écrit par : amira-93 | vendredi, 01 octobre 2010

Amira,

S'il y a une qualité qu'il faut reconnaître au Coran, c'est son caractère explicite: tout est au premier degré et il n'y en a pas de deuxième ou troisième. De ce fait, la sourate 191, v.2 s'en prend aux associateurs et les chrétiens sont considérés comme tels en raison du dogme de la Sainte Trinité :

"Ce sont, certes, des mécréants ceux qui disent : “En vérité, Allah c'est le Messie, fils de Marie.” Alors que le Messie a dit : "Ô enfants d'Israël, adorez Allah, mon Seigneur et votre Seigneur”. Quiconque associe à Allah (d'autres divinités) Allah lui interdit le Paradis; et son refuge sera le Feu. Et pour les injustes, pas de secoureurs "! (S.5, v.72)
"Ce sont certes des mécréants, ceux qui disent : “En vérité, Allah est le troisième de trois.” Alors qu'il n'y a de divinité qu'Une Divinité Unique ! Et s'ils ne cessent de le dire, certes, un châtiment douloureux touchera les mécréants d'entre eux". (S.5, v.73)

Pour Mahomet, la Sainte Trinité consiste à ajouter, selon lui, des "associés" à Allah, ce sont donc des mécréants (ou infidèles) :

"Certes Allah ne pardonne pas qu'on Lui donne quelqu'associé. A part cela, Il pardonne à qui Il veut. Mais quiconque donne à Allah quelqu'associé commet un énorme péché". (S.4, v.48)
"Et tuez-les [les chrétiens], où que vous les rencontriez; et chassez-les d'où ils vous ont chassés: l'association est plus grave que le meurtre.'' (S.2, v.191).

N'allez pas après cela dire que j'ai commis une erreur car non seulement le Coran s'en prend aux idolâtres mais aussi aux associateurs. N'allez pas davantage nous servir un joli conte oriental à l'usage des enfants qui ne correspond pas à la réalité quant à la prétendue tolérance de l'islam, surtout quand on voit la situation des chrétiens dans les pays musulmans comme le Soudan où les chrétiens animistes sont persécutés, en Egypte, où les coptes sont de plus en plus agressés par des milices islamistes. Il n'y a pas d'islam modéré, il y a seulement des musulmans modérés et apparemment, vous en faîtes partie. De deux choses l'une: ou vous refusez de voir la réalité en face, ou vous êtes d'une parfaite mauvaise foi. Enfin, il faut que je vous explique une chose: nous sommes en France, pas en Arabie Saoudite, notre pays comme le reste de l'Europe, repose sur une civilisation chrétienne et nous sommes de ce fait d'autant plus fondés à critiquer l'islam qu'il s'érige en ennemi déclaré du christianisme. Cette note que j'ai écrite s'adresse aux chrétiens dont ce blog se fait l'expression en abordant l'islam sous l'angle théologique afin de leur montrer que ce n'est pas une religion comme les autres.

Écrit par : Patrick Ferner | lundi, 04 octobre 2010

Haouassi Billal ‎

‎"Et tuez-les [les chrétiens], où que vous les rencontriez;‎

Je vous rejoins sur l'ensemble de votre point de vue. Vos arguments sont raisonnables et fiables. Je ‎vous en remercie. ‎
J'aimerais ajouter une précision : Patrick Ferner a commis une faute en disant qu’Allah a ordonné de ‎massacrer " les chrétiens " dans le verset 191 de la sourate 2. C'est faux. Dans ce verset il n'est pas ‎question de tuer les chrétiens,ceux qui sont visés sont les IDOLATRES . ‎

Ce verset a été révélé six ans après l'Hégire. A cette époque, beaucoup de Mecquois avaient émigré à ‎Médine, fuyant les persécutions morales des associants . Ces mécréants maintenaient de force les ‎croyants à La Mecque et s'emparaient des maisons et des biens de ceux qui leur parvenaient à leur ‎échapper. Entre temps, les Musulmans s'étaient constitués en une forte et agissante communauté. Il ‎était de leur devoir de riposter et de défendre leur religion menacée par les idolâtres et de restaurer ‎leurs droits dans la cité où se dressait la Ka'ba. ‎

Pour votre info M Ferner, Pendant les premières années de l'islam, les musulmans, qui étaient ‎minoritaires, luttaient pour sauvegarder leur foi, subissant l'oppression et la torture des païens de la ‎Mecque. Ces persécutions décidèrent quelques musulmans à quitter la Mecque pour rejoindre un ‎pays sûr avec un gouverneur juste. Le Prophète Muhammad leur recommanda de se réfugier auprès ‎de Négus, roi chrétien de l'Ethiopie. Les musulmans, qui suivirent ce conseil, trouvèrent un pouvoir ‎très juste qui les accueillit avec amour et respect à leur arrivée en Ethiopie. Le Roi Négus refusa la ‎demande des païens de leur livrer les musulmans, et annonça que ces derniers pouvaient vivre ‎librement dans son pays.‎

Lorsque les Qouraichites apprirent que les émigrants s’étaient établis en sécurité en Ethiopie, ils ‎décidèrent d’envoyer deux hommes fermes et robustes de Qouraïch à Al-Najashi (le Négus, roi ‎d’Abyssinie) pour qu’il renvoie les émigrants et les expulsent de son pays. Ils envoyèrent alors ‎‎‘Abdullah Ibn Abi Rabi’a et ‘Amr Ibn Al-‘As, chargés de cadeaux à l'intention du Négus et de ses ‎généraux. ‎
Les deux hommes arrivèrent chez les patriarches auxquels ils fournirent des arguments en faveur de ‎l'expulsion des musulmans et leur offrirent les cadeaux afin d’obtenir leur soutien dans leur plaidoirie ‎auprès du Négus. Après cela, ils rencontrèrent le Négus et lui offrirent également des présents que ‎ce dernier accepta.‎
Ils lui parlèrent ensuite en ces termes : «Des jeunes gens insensés se sont réfugiés dans votre pays. Ils ‎ont quitté la religion de leur peuple et n'ont pas pour autant embrassé la vôtre. Ils ont suivi une ‎religion qu'ils ont créée de toutes pièces et que personne ne connaît, ni nous, ni vous-mêmes. Aussi, ‎avons-nous été dépêchés auprès de vous par les nobles de leur peuple, par leurs pères, leurs oncles ‎et leurs clans qui vous demandent de les leur rendre, car ils veillent sur eux mieux que quiconque et ‎savent mieux que quiconque ce qu'ils ont eu à leur reprocher ». Les généraux dirent : « Ô Roi ! Livre-‎les à ce deux hommes pour qu'ils retournent avec dans leur pays et auprès de leur peuple ». ‎
Le Négus tenait, avant de prendre sa décision, à examiner la question et à écouter toutes les parties. ‎Il envoya donc chercher les musulmans qui, ensuite, se présentèrent, prêts à dire la vérité sous ‎toutes ses formes. Le Négus leur dit : « Quelle est donc cette religion pour laquelle vous vous séparez ‎de votre peuple, sans embrasser la mienne, ni aucune des autres religions ? ». ‎

Ja'far ibn Abi Talib , en qualité de porte-parole dit : ‎
‎«Nous faisions partie des gens de l'ignorance et comme eux, adorions les idoles, mangions de la bête ‎morte, pratiquions les turpitudes, rompions les liens de parenté et maltraitions nos voisins. Les plus ‎forts parmi nous se nourrissaient des plus faibles. Nous vivions ainsi jusqu'au jour où Allah nous ‎envoya un Messager qu'il choisit parmi nous, un Messager dont nous connaissons la généalogie, la ‎franchise, l'honnêteté et la chasteté. Il nous a appelé à croire en un Dieu unique que nous devons ‎adorer, et à abandonner tout ce que nous adorions autre que Lui, nous et nos ancêtres, comme ‎pierres et idoles. Il nous a ordonné de dire la vérité, d’être fidèles à nos engagements, d’honorer les ‎liens de parenté, d’assurer le bon voisinage, d’éviter le crime et le versement du sang. Il nous a ‎interdit la turpitude, le mensonge, l'abus des biens des orphelins et l'accusation des femmes ‎vertueuses. Il nous a ordonné d'adorer Allah, Lui Seul, sans L'associer à rien ni à personne, ‎d’accomplir la prière, de s'acquitter de la Zakat et d'observer le jeune. Nous avons cru en lui et nous ‎l'avons suivi en ce qui lui venait d’Allah : nous avons adoré Allah, Lui Seul, sans Lui associer aucun ‎autre ; Nous avons considéré comme illicite ce qu'on nous a interdit et comme licite ce qu'on nous a ‎autorisé. Alors notre peuple nous a agressés, torturés, tourmentés à cause de notre religion, afin de ‎nous faire retourner à l'adoration des idoles au lieu d'Allah le Très Haut, et aux perversités que, jadis, ‎nous considérions comme licites. Lorsqu'ils nous eurent contraints, lésés de nos droits, réduits à la ‎misère, ne nous laissant aucune chance de pratiquer notre religion, nous sommes partis vers votre ‎pays ; Nous vous avons choisi à l'exclusion des autres, pour être sous votre protection et nous ‎espérons qu'auprès de vous, nous ne subirons aucune forme d'injustice ».‎
Le Négus dit alors : « Peux-tu me dire tant soit peu de ce qu'Allah a révélé ? ». Ja'far répondit : « Oui ‎‎». Le Négus lui dit : « Récite-le moi ». Ja'far lut des passages de la sourate Mariam (Marie).‎
‎"‎
Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.‎
‎1.‎ Mentionne, dans le Livre (le Coran), Mariam (Marie), quand elle se retira de sa famille en un ‎lieu vers l’Orient. ‎
‎2.‎ Elle mit entre elle et eux un voile. Nous lui envoyâmes Notre Esprit (Gabriel), qui se présenta ‎à elle sous la forme d’un homme parfait. ‎
‎3.‎ Elle dit : “Je me réfugie contre toi auprès du Tout Miséricordieux. Si tu es pieux, [ne ‎m’approche point]. ‎
‎4.‎ Il dit : “Je suis en fait un Messager de ton Seigneur pour te faire don d’un fils pur”. ‎
‎5.‎ Elle dit : “Comment aurais-je un fils, quand aucun homme ne m’a touchée, et je ne suis pas ‎prostituée ? ” ‎
‎6.‎ Il dit : “Ainsi sera-t-il ! Cela M’est facile, a dit ton Seigneur ! Et Nous ferons de lui un signe ‎pour les gens, et une miséricorde de Notre part. C’est une affaire déjà décidée”. ‎
‎7.‎ Elle devient donc enceinte [de l’enfant], et elle se retira avec lui en un lieu éloigné.‎
‎ "‎

Le Négus pleura alors jusqu’à mouiller sa barbe. Ses évêques pleurèrent aussi lorsqu'ils eurent ‎entendu la sourate. Le Négus dit ensuite aux évêques : « II ne fait pas de doute que ceci et ce que ‎‎‘Issa ( Jésus )avait apporté sortent de la même niche ». Se retournant vers les deux émissaires, il dit : ‎‎« Partez ! Par Allah, je ne vous les livrerai pas. Ils sont sous ma protection ».‎

Cependant ‘Amr Ibn Al-‘As persista dans sa démarche il dit au Négus : «Ils disent des choses étranges ‎au sujet de Jésus, le fils de Mariam. questionnez-les sur ce sujet ». le Négus interrogea les musulmans ‎sur ce qu'ils disaient au sujet du Messie, et Ja'far répondit : « Nous disons de lui ce que nous a ‎enseigné notre Prophète à savoir que ‘Issa est le serviteur d’Allah, Son messager, Son esprit et Sa ‎parole qu’Il a insufflé à la vierge Mariam ». Le Négus ramassa un bâton à terre et dit : « Par Allah ! Ce ‎que tu viens de dire ne dépasse la vérité sur ‘Issa Ibn Mariam ( Jésus fils de Marie ) d’une longueur ‎plus grande que ce bâton ». Voyant que ses généraux grommelèrent, il leur dit : « Ne vous en ‎déplaise ! ». Il dit ensuite aux musulmans : « Allez ! Vous êtes en sécurité dans mon pays, quiconque ‎vous insulte paiera une amende, quiconque vous insulte paiera une amende, quiconque vous insulte ‎paiera une amende. Je n'aimerais pas avoir une montagne d'or si je devais l'obtenir en portant ‎préjudice à l'un d'entre vous ». ‎

Il faut savoir également que Dieu fait état dans le Coran de telles attitudes des chrétiens basées sur la ‎compassion, la miséricorde, la modestie et la justice: ‎
La foi chrétienne et la foi musulmane ont beaucoup d'aspects en commun. Le judaïsme partage aussi ‎plusieurs croyances avec l'islam.‎
Je suis musulmane et j'aime ma religion car L'islam est une religion de paix de tolérance et de ‎miséricorde, tout ‎comme les deux autres religions monothéistes. Et c'est pour cela aussi que je ‎respecte toutes les religions. ‎

Cordialement
‎ ‎
Amira

Écrit par : amira-93 | mardi, 05 octobre 2010

Parfaitement Patrick, ce qu'Amira du 9-3 nous sert, ce n'est pas le Coran mais un edulCoran

Écrit par : Ronin | jeudi, 07 octobre 2010

Patrick Ferner

Je voudrais juste vous montrer l'histoire d'un Perse qui s'est convertit à l'Islam et est devenu, un compagnon du prophète Mohamed (sws).Il s'agit de Salman Al Farisi.

"La vie de ce compagnon fut une véritable et inlassable quête de la Vérité. C'est l'histoire d'une âme passionnée et assoiffée de Dieu, qu'elle chercha à travers plusieurs cultes et religions avant de Le trouver dans l'islam, la dernière et ultime Vérité.

Dans un récit émouvant, Salmân nous raconte lui-même les péripéties de son cheminement spirituel qui le mena vers le Prophète de l'islam dont il devint un des plus fidèles compagnons :

« J'étais un persan originaire d'Ispahân. Notre village s'appelait Jayyân. Mon père était un des notables du village et un des hommes les plus en vue par leurs richesses et leurs connaissances dans la religion de Zoroastre. Moi-même, j'étais un adepte de la religion des Mages adorateurs du feu et j’avais tellement de ferveur pour cette religion qu'il m’arrivait de rester des heures durant devant le feu sacré pour attiser ses flammes à chaque fois qu'il risquait de s'éteindre. Mon père possédait, à quelques kilomètres de notre village, une ferme qui lui procurait beaucoup de richesses. Il entretenait lui-même cette ferme et y allait plusieurs fois par mois. Un jour, ne pouvant y aller, il me chargea de cette tâche. Sur mon chemin, je vis une église chrétienne où on célébrait le culte chrétien. C'était la première fois que je voyais une église chrétienne car mon père m'empêchait de sortir de notre village. Ma curiosité était telle que j'entrai à l'intérieur de l’église pour écouter les chants des fidèles. Leurs prières m’attirèrent et je me suis dit que cette religion était meilleure que la mienne. Je restai donc avec eux jusqu’au soir, oubliant et mon père et la tâche dont il m’avait chargé. Je sentis que cette religion m’attirait et me fascinait. Je demandai à ses adeptes d’où elle venait. On me répondit de Damas.

Une fois la nuit tombée, je revins chez moi où je trouvais mon père très inquiet à mon sujet. À sa question de savoir ce que j’avais fait, je répondis que j’avais fait la découverte d’une religion meilleure que la nôtre et que ceci m’avait amené à entrer dans l’église où les adeptes de cette religion faisaient leurs prières, et à rester avec eux jusqu’à oublier d’aller à la ferme.

Ces paroles déplurent à mon père qui essaya de me convaincre de la supériorité de notre religion sur celle des chrétiens, mais en vain, car je persistais à croire que la religion chrétienne était meilleure que la nôtre. Alors en désespoir de cause, et craignant que je n’abandonne ma religion pour celle des chrétiens, il m’enchaîna dans une chambre pour que je ne puisse sortir.

Or, je réussis à transmettre un message aux chrétiens leur disant que j’avais embrassé leur religion et que je voulais partir à Damas. Je les priai donc de m’informer du départ de la prochaine caravane pour Damas afin que je parte avec elle. Quelques jours après, on vint m’informer de me tenir prêt au départ :

Je me débarrassai donc de mes chaînes et m’enfuis en cachette de la maison pour rejoindre la caravane en partance pour la Syrie.

Là-bas, j’ai demandé aux chrétiens de m’indiquer où se trouvait le plus grand de leurs prêtres. Ils me répondirent que c’était l’évêque qui officiait à la grande église. J’allai le trouver et lui demandai la permission de rester dans son entourage et de le servir à condition qu’il m’apprenne les enseignements du christianisme. Il accepta et me permit de demeurer avec lui.

Je me rendis compte, quelque temps après, combien cet évêque était mauvais. Il n’hésitait pas à accaparer les aumônes destinées aux pauvres et à les garder pour lui. À cause de son comportement, je me mis à le haïr et à le mépriser. Mais il ne tarda pas à mourir. Son successeur fut tout à fait différent. C’était un homme bon, pieux, charitable et détaché des plaisirs de ce monde. Je l’ai aimé comme je n’ai jamais aimé quelqu’un d’autre. Je restai avec lui jusqu’à ce qu’il fut sur le point de mourir.

À sa mort, je lui demandai : "À qui me recommandes-tu mon père ?" - "Mon fils, je ne connais qu’une seule personne qui me ressemble et de qui tu peux apprendre. Cette personne se trouve à Mossoul, en Irak. Vas et trouve-la."

Je me rendis chez la personne indiquée et lui exposai l’objet de ma visite. Elle accepta que je demeure chez elle et que j’apprenne sous sa conduite. Cet homme aussi était bon et pieux. Je demeurai chez lui un certain temps jusqu’à ce qu'il fut sur le point de mourir.

Je lui demandai alors de me confier à quelqu’un d’autre pour parfaire mon éducation spirituelle. Il m’indiqua la demeure d’un moine à Nassibin. Je me rendis à cet endroit et trouvai l’homme que je cherchais. Après avoir écouté l'objet de ma visite, il accepta de me prendre à son service. Au cours de mon séjour chez ce vieux moine, j’eus l'occasion d’apprécier sa bonté et sa piété. Je restai avec lui jusqu’à ce qu’il mourut à son tour. Avant de quitter ce monde, il eut, cependant, l’amabilité de me confier à un autre moine établi à `Ammuriya, du côté de Byzance.

À la mort du moine de Mossoul, j’allai à la recherche de son coreligionnaire de `Ammuriya. Je le trouvai et lui rapportai les recommandations du défunt moine de Mossoul. Il m’accueillit chaleureusement et m’accepta à son service. Je m'installai donc chez lui en emmenant avec moi les vaches et les brebis que j’avais acquises grâce à mon travail. Lorsqu’il fut sur le point de mourir, je lui demandai :

"À qui me recommandes-tu ô mon père ?" - "Ô mon fils ! Je ne vois personne ayant les qualités que tu recherches mais je sais qu’un prophète va apparaître, prêchant la religion d'Ibrâhîm. Son avènement est imminent. Il sortira du pays des Arabes et émigrera vers une terre plantée de palmiers située entre deux zones couvertes de pierres volcaniques.

Cet homme possède des signes particuliers par lesquels tu peux le reconnaître. Il refuse les aumônes mais accepte les cadeaux. Entre ses épaules, se trouve le sceau de la prophétie. Si tu le vois, tu le reconnaîtras aisément. Si tu trouves le moyen de rejoindre ce pays, n'hésite pas."

Après la mort de ce moine, je demeurai à `Ammuriya jusqu’à l’arrivée de négociants arabes de la tribu des Kahb en Arabie. Je suis allé les voir en leur proposant de m’emmener en Arabie en échange des vaches et brebis que j’avais avec moi. Ils acceptèrent ma proposition et je partis avec eux. Or, en cours de route, ils trahirent leurs engagements et me vendirent à un juif de Wâdi Al-Qurâ. Je restai chez lui jusqu’à ce qu’un de ses cousins des Banû Qurayda vienne lui rendre visite et m’achète pour me prendre à son service. C’est ainsi que je parvins à Médine.

L’homme qui m’avait acheté possédait une palmeraie à Yathrib. J’étais chargé de son entretien. Un jour, alors que j'étais sur le sommet d’un palmier, j’entendis mon maître, assis dans le jardin, discuter avec un de ses cousins. Ce dernier lui disait : "Maudits soient les Banû Qâhila - les Aws et les Khazraj - : ils se sont rassemblés à Quba autour d’un homme venu de la Mecque qui prétend être prophète..." En écoutant ces paroles, je me mis à trembler et faillis tomber sur mon maître assis sous le palmier. Je descendis précipitamment de l’arbre en demandant à l’homme de répéter ce qu’il venait de dire. Mon audace déplut à mon maître qui me donna un coup de poing en me disant : "Ceci ne te concerne pas, retourne à ton travail".

Je remontai sur le palmier et repris mon travail. Le soir venu, je pris avec moi une quantité de dattes que j’avais pu économiser et je partis à la recherche du Messager de Dieu . Arrivé à Qubâ où celui-ci s’était établi, je le trouvai avec un groupe de ses compagnons . Je me suis adressé à lui en ces termes : "J’ai appris que tu étais un saint homme et que tes compagnons sont étrangers à cette ville et ont besoin d’aide. Voici de la nourriture que j'envisageais de donner en aumône, je crois que vous en avez besoin plus que d’autres.".

Le Prophète avança le sac de dattes vers ses compagnons et leur dit : "Mangez." Quant à lui, il s’abstint de manger. Voyant cela, je me suis dit : "Voilà un premier signe. Après son déplacement de Qubâ à Médine, je revins voir le Messager de Dieu en apportant avec moi une autre quantité de dattes que j’avais économisées sur mes parts. Je lui dis : "J’ai remarqué que tu ne mangeais pas les aumônes. C’est pourquoi je t’ai apporté cette quantité de dattes comme cadeau." Il en mangea cette fois-ci et invita ses compagnons à en faire de même. Je fus réjoui par ce geste et me suis dit : "Par Dieu, il mange ce qui lui est offert comme cadeau. C’est le deuxième signe.".

Quelque temps après, je revins le voir alors qu’il était à Al-Baqî` pour l’enterrement d’un de ses compagnons. Je le vis assis, drapé de deux manteaux, au milieu de ses compagnons. Je le saluai et il me rendit mon salut. Je me mis alors à regarder le haut de son dos, dans l’espoir de voir le sceau de la prophétie, ce qui attira son attention. Devinant ma pensée, il ôta l’un de ses manteaux, et je vis entre ses épaules le fameux sceau de la prophétie, tel que décrit par le vieux moine. Je l’entourai de mes bras et l’embrassai en pleurant. Il m’invita à m’asseoir et me demanda de lui relater les péripéties vécues avant ma venue à Médine. À la fin de mon récit, il me souhaita la bienvenue et m'accueillit parmi ses compagnons ."



Voilà l'exemple, d'un homme qui cherche la vérité, qui l'a trouvé dans le Christianisme lorsqu'il était encore pour une minorité monothéiste et qui était en connaissance d'un dernier prophète envoyé par Dieu.

L'histoire de ce compagnon me touche vraiment, et est un exemple pour les chrétiens et les juifs. Car dans vos livres l'arrivée du dernier prophète et messager (sws) y est mentionné, comme l'a compris le moine qui a prédit l'arrivé du prophète (sws) chez les arabes... .

Ne soyez pas orgueilleux acceptez l'Islam, ne pensez pas de se que vont vous dire les gens après ça ( votre conversion ) car Dieu facilitera vôtre parcours. Soyez sincère avec Dieu et sincère avec vous même.

Soyez comme le perse, à la recherche de la vérité, non à la recherche des plaisirs de ce bas monde. Car tôt ou tard, vous mourrez et à partir de ce moment là, se sera fini. Il n'y aura pas de retour en arrière. C'est dans la vie que l'on a toute ses chances, n'attendez pas la mort et la rencontre pour regretter. Agissez maintenant.

Que cette lecture de l'histoire de l'illustre compagnon vous soit bénéfique et que la paix soit avec vous.

Écrit par : Haouassi Billal | jeudi, 11 novembre 2010

"Ne soyez pas orgueilleux acceptez l'Islam" Ce n'est pas une question d'orgueil mais de FOI.
" Car dans vos livres l'arrivée du dernier prophète et messager (sws) y est mentionné, comme l'a compris le moine qui a prédit l'arrivée du prophète (sws) chez les arabes... ."
 
Où est-ce que vous avez vu ça? Vous ne connaissez même pas les Saintes Écritures qui disent exactement le contraire!

Évangile de Matthieu:

"Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtement de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs.
7.16
Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons?
7.17
Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits.
7.18
Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre porter de bons fruits.
7.19
Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits est coupé et jeté au feu.
7.20
C'est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez".

Epître de Paul aux Galates:

1.6
"Je m'étonne que vous vous détourniez si promptement de celui qui vous a appelés par la grâce de Christ, pour passer à un autre Évangile.
1.7
Non pas qu'il y ait un autre Évangile, mais il y a des gens qui vous troublent, et qui veulent renverser l'Évangile de Christ.
1.8
Mais, quand nous-mêmes, quand un ange du ciel annoncerait un autre Évangile que celui que nous vous avons prêché, qu'il soit anathème!
1.9
Nous l'avons dit précédemment, et je le répète à cette heure: si quelqu'un vous annonce un autre Évangile que celui que vous avez reçu, qu'il soit anathème!"

L'islam est un mauvais arbre qui donnent de mauvais fruits: 14 siècles de persécutions et dernièrement, 80 chrétiens massacrés en Irak. Pour le reste, je vous renvoie à la réponse que j'ai faite à Amira.
Enfin, mettez-vous bien ça dans la tête: votre islam, on n'en veut pas!

Écrit par : Patrick Ferner | dimanche, 14 novembre 2010

Jean
16.7
Cependant je vous dis la vérité: il vous est avantageux que je m'en aille, car si je ne m'en vais pas, le consolateur ne viendra pas vers vous; mais, si je m'en vais, je vous l'enverrai.
16.8
Et quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement:
16.9
en ce qui concerne le péché, parce qu'ils ne croient pas en moi;
16.10
la justice, parce que je vais au Père, et que vous ne me verrez plus;
16.11
le jugement, parce que le prince de ce monde est jugé.
16.12
J'ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant.
16.13
Quand le consolateur sera venu, l'Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu'il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir.
16.14
Il me glorifiera, parce qu'il prendra de ce qui est à moi, et vous l'annoncera.

Deuteronome
18.18
Je leur susciterai du milieu de leurs frères un prophète comme toi, je mettrai mes paroles dans sa bouche, et il leur dira tout ce que je lui commanderai.
18.19
Et si quelqu'un n'écoute pas mes paroles qu'il dira en mon nom, c'est moi qui lui en demanderai compte.
18.20
Mais le prophète qui aura l'audace de dire en mon nom une parole que je ne lui aurai point commandé de dire, ou qui parlera au nom d'autres dieux, ce prophète-là sera puni de mort.
18.21
Peut-être diras-tu dans ton coeur: Comment connaîtrons-nous la parole que l'Éternel n'aura point dite?
18.22
Quand ce que dira le prophète n'aura pas lieu et n'arrivera pas, ce sera une parole que l'Éternel n'aura point dite. C'est par audace que le prophète l'aura dite: n'aie pas peur de lui.


Je te renvoie aux conférences d'Ahmed Deedat pour avec d'autre explications.

PS: Le Christianisme a promulgué l'Inquisition. L'Islam n'encourage en rien les actes terroristes, et les assassinats.

Écrit par : Haouassi Billal | mardi, 07 décembre 2010

Dans le Deutéronome, le prophète annoncé est Josué et pas celui auquel vous pensez.

Dans l'évangile de Jean, le consolateur, l'Esprit de Vérité, c'est le Saint-Esprit auquel le Christ fait allusion, pas l'arrivée d'un nouveau prophète.

Ceci est conforme au dogme de la Sainte Trinité: Dieu le Père, Jésus son Fils, et le Saint-Esprit.

Enfin, à propos de l'Inquisition, il y aurait beaucoup à dire; je vous renvoie à ce sujet à un article paru sur ce blog en 2009.

http://lebloglaquestion.wordpress.com/2010/05/25/linquisition-du-mythe-a-la-realite/


Quoi qu'il en soit, les condamnations à mort restaient l'exception, et c'est sans commune mesure avec les quatorze siécles de persécutions et de massacres commis au nom de l'islam.

Si, de votre point de vue, "l'islam n'encourage en rien les actes terrorristes et les assassinats", expliquez moi pourquoi les organisations musulmanes ne descendent pas dans la rue avec les autres manifestants pour protester et dénoncer un attentat, lorsqu'il s'en commet un ?

Qui ne dit mot consent !

Écrit par : Patrick Ferner | mercredi, 08 décembre 2010

Mahomet n' a jamais existé (Etienne Couvert, dans la gnose). C'est un golem, un gros golem.

Écrit par : trallahla | mardi, 21 décembre 2010

"Jésus n'est pas un prophète, désolé d'avoir à vous decevoir, mais le FILS DE DIEU ! C'EST DIEU LUI-MÊME !!"

Faudrait choisir: fils de dieu ou dieu lui-même? Si je suis le fils de mon père, je ne suis pas mon père.

quelle cuisine que cette idée bizarre, saugrenue (et infondée d'un point de vue scripturaire) de trinité.

De plus, vous fustigez la violence qui serait promue dans le coran mais, en ce cas, pourquoi ne rejetez-vous pas l'ancien testament? Yahvé sabaot, c'est un blasphème aussi? Enfin, condamnez-vous ces propos: "je suis venu apporter l'épée". Parole d'un blasphémateur selon vous ?

Derniere remarque: vous dites que la religion de Christ se resumerait, ou aurait comme commandement principal apres l'amour de Dieu celui du prochain (quel qu'il soit). C'est assurément beau, mais c'est complètement utopique et illusoire. On ne peut aimer tout le monde (d'ailleurs, cela équivaut à n'aimer personne): vous le prouvez vous-meme ici en manifestant par vos paroles votre haine des musulmans (justifiée ou non, peu importe). Bref, votre religion trinitaire me semble bien bancale.

Écrit par : ARIUS | vendredi, 31 décembre 2010

Arius, votre commentaire repose d'emblée sur une malhonnêteté intellectuelle en laissant croire que les propos que vous citez sont de mon fait alors que ce sont ceux de Falk postés le 21 février 2009.

Deuxième malhonnêteté: faire une citation tronquée que je complète aussitôt:


"Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l'épée.

Car je suis venu mettre la division entre l'homme et son père, entre la fille et sa mère, entre la belle-fille et sa belle-mère;

et l'homme aura pour ennemis les gens de sa maison.

Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n'est pas digne de moi, et celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n'est pas digne de moi;

celui qui ne prend pas sa croix, et ne me suit pas, n'est pas digne de moi.

Celui qui conservera sa vie la perdra, et celui qui perdra sa vie à cause de moi la retrouvera". Math. 10.34-38.

Comme vous voyez, cela n'a rien à voir avec une incitation au massacre comme on peut le voir dans le Coran.

Quant à l'Ancien Testament, les musulmans en ont une perception très incomplète, puisqu'ils n'en connaissent que les cinq premiers livres (Pentateuque). Cela dit, Yahvé Sabaoth signifiant "Dieu des armées" se réfère dans la Bible, à des périodes durant lesquelles les hébreux, devenus les juifs après leur arrivée à Jérusalem, reçurent l'appui divin pour combattre les ennemis païens qui voulaient les anéantir. Il s'agit là d'évènements qui se sont produits à un moment donné de l'Histoire mais en aucun cas des commandements, contrairement au Coran.
En ce qui concerne la loi d'amour de Jésus, elle ne peut qu'échapper à votre compréhension, puisque le mystère chrétien repose précisément sur la double nature du Christ, humaine et divine et ce mystère dépasse l'intelligence humaine, tant il est vrai que l'islam fait une dichotomie totale entre Dieu et l'homme et que cette religion ignore toute anthropologie et toute ontologie. Idem pour la Sainte Trinité dont le dogme fut établi par l’Église; et ce n'est pas parce qu'il n'est pas scripturaire qu'il n'a pas de valeur doctrinale, autre incompréhension des musulmans qui bornent leur perception du divin à la seule lecture de leur livre.
Enfin, ce n'est pas parce que je me suis attaché à montrer le vrai visage de l'islam en le dénonçant comme un hérésie blasphématoire que j'ai quoique ce soit contre ceux qui le pratiquent dès lors qu'ils le font en conformité avec les lois et les règles de notre société.

Écrit par : Patrick Ferner | lundi, 03 janvier 2011

Certains intervenants s'étonnent de la méfiance, de la défiance des Chrétiens envers l'Islam.

Il faut reconnaitre que, en 13 siècles d,invasions, de pillages, de réduction en esclavage, de Dhimmitude, de harems, de Janissaires, de néomartyrs, ils n'ont guère fait d,efforts pour se faire aimer.

C'Est beau l,amour du Christianisme?

Et les atrocités commises en Arménie, dans les balkans, chez les Arabes Chrétiens, en Espagne, en Hongrie...ça respire la bienveillance sans doute.

Enfin, pour la Shoah, les divisions Handschar, Skanderberg, Kama et autres y ont joué plus que leur part, et pas que dans la Shoah d,ailleurs.

Étrange que certains se permettent sur un site Chrétien des discours qui, faits par des Chrétiens sur un site musulman, seraient certainement réprouvées.

Écrit par : Tchetnik | mardi, 25 janvier 2011

Je vois que ce fil dure depuis..très longtemps !!!
J'aimerais juste apporter ma petite pierre à l'édifice.
Il y a quelques années, j'ai failli plonger et devenir témoin de jéhovah. J'étais mal dans ma peau, et avec leur petit livre rouge tout paraissait tellement simple ! tellement évident !!Un enfant aurait pu comprendre tout aussi bien qu'un adulte !
Mais quelqu'un devait veiller sur moi là-haut puisque ça ne s'est pas fait.
Il y a quelque temps de ça, j'ai failli de nouveau plonger, et cette fois pour l'islam. A force de lire des sites où la propagande bat son plein, j'ai fini par croire que tous ces contes étaient réels.
Mais heureusement je suis revenue à la raison.
Les soi disant miracles du Coran n'en sont pas.
Le consolateur attendu, bien évidemment, n'est pas Mahomet.

De plus, on ne peut prétendre respecter des gens et renier leurs croyances. Pourquoi donc le Coran serait-il resté le même depuis le début ? Et pourquoi la Bible aurait-elle été falsifiée ?.... Simplement pour permettre au Coran de s'ajuster à la Bible....et d'ôter tout ce qui ne le sert pas ....
Ce qui m'a très vite mis la puce à l'oreille est ce besoin des musulmans de prouver par a + b qu'ils ont raison. ça ressemble plus à de l'embrigadement qu'à la foi !! De plus, s'acharner comme ils le font, jusque dans les mosquées, afin de dénigrer les autres religions, signifie bien qu'ils craignent que le pot aux roses ne finisse par être découvert : à savoir que l'islam est un mélange abracadabrant de plusieurs religions, que les versets ont été abrogés suivant le bon vouloir de Mahomet, et qu'il est avant tout la religion des hommes, mais certainement pas une religion venue de Dieu.
Le christianisme enseigne la patience, demande à voir au-delà des apparences. L'islam indique juste la façon de vivre sur terre. Mais ce qui me choque le plus sont toutes les explications concernant la façon de s'épiler le pubis par exemple .... Croyez-vous vraiment que Dieu aurait dit ça ????????
Tout ce que j'ai pu lire de l'islam, ou sur l'islam, n'était que de la propagande, de la manipulation. Je ne doute pas que beaucoup de musulmans soient sincères dans leur foi. Mais beaucoup sont de grands manipulateurs, les imams les premiers.
Et je pense de plus en plus qu'il faut rester aux aguets.....

Écrit par : Ysé | lundi, 07 mars 2011

salut;
j ai bien apprécier les commentaires basés sur les vérités scientifiques objectifs et je viens vous demander chers internautes de bien me fournir les deux traductions du coran en format PDF ( celle du Régis blachère et celle d'Edouard Montet) afin de les comparer avec la bible . merci
mon émail est:
etuderecherche.2012@yahoo.fr

Écrit par : luis benjamin | lundi, 07 mai 2012

je ne comprend pourquoi certaines personnes vont encore à la mosquées après avoir lu le coran,ce livre démoniaque révèle dans la sourate 19 verset 66 à 72 que les musulmans vont en enfer après leur mort et de la manière l'enfer est décris dans la sourate 101:1 à 11 je ne comprend pas pourquoi cette religion maudite existe

Écrit par : kouakou david | samedi, 21 juillet 2012

Les commentaires sont fermés.