Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 19 février 2009

Mgr Lefebvre : Le Coran, la loi de l'islam, provoque à la haine et à la violence !

 

 

Coran.jpg

 

 

 

"Le Coran, la loi de l'islam, provoque à la haine et à la violence !"

 

 

 

Si Mgr Lefebvre s’éleva très souvent contre la complaisance vis-à-vis du judaïsme et les faiblesses de l’Eglise conciliaire à l’égard des religions non chrétiennes,  considérées de façon irréalistes par Vatican II - religions non chrétiennes dont on sait d'ailleurs l’énorme pénétration qu’elles ont réalisée en Occident depuis plusieurs décennies à la faveur d’une grande désorientaion des esprits conséquence d'une perte terrifiante des fondements essentiels de la Foi - il insista tout particulièrement sur le danger très important que représentait l’islam pour une chrétienté aujourd’hui si éloignée vis-à-vis de la Tradition catholique.

 

A cause de l’affirmation de ses positions en la matière, qu’il soutint avec une certaine vive fermeté, la LICRA, indignement et de façon totalement scandaleuse, traîna Mgr Lefebvre en 1990 devant la justice, alors qu’il mettait sévèrement en garde contre l’érection, soutenue par l’Etat républicain et laïc, de nombreuses mosquées, et qui, dans ce domaine comme dans bien d’autres, oeuvrait à contribuer, plus encore et comme s’il en était besoin, à la lente disparition du tissu spirituel chrétien en France.

 

Le 12 Mai 1990, suite à ces poursuites infâmes, Mgr Lefebvre déclarait :

 

- « Le Coran, qui est la loi de l'Islam, provoque à la discrimination, à la haine et à la violence. Ne m'attribuez pas ce que je dénonce. Les preuves de cette haine et de cette violence sont légions dans le passé et dans le présent. Tant que les Musulmans sont une minorité insignifiante dans un pays chrétien, ils peuvent vivre amicalement parce qu'ils acceptent les lois et les coutumes du pays qui les reçoit. Mais dès qu'ils sont nombreux et organisés, ils deviennent agressifs et veulent imposer leurs lois hostiles à la civilisation européenne. Les exemples abondent.

- Demain ils seront maires de nos communes et transformeront nos églises en mosquées […] Me condamner comme raciste parce que je cherche à protéger ma patrie menacée dans son existence et ses traditions chrétiennes, ce serait se servir de la justice pour l'injustice, ce serait la justice au service des bourreaux contre les victimes qui ont tout juste droit de périr en se taisant. Ce serait le comble de l'injustice. »

 

Admirable plaidoyer évidemment, pertinente analyse, quasi visionnaire de l’ancien évêque de Tulle qui avait parfaitement compris la menace que représentait l’islam.

 

 

 

Mecque.JPG

"En inspirant la religion islamique,

le démon a véritablement empêché la conversion de millions d'hommes"

 

 

 

 

lefebvre5.jpg

"C'est moi l'accusé qui devrait vous juger"

 

 

 

Mais pour mieux s’imprégner de la pensée de Mgr Lefebvre, qui fut tout de même Archevêque de Dakar et vicaire apostolique pour l'Afrique Française et qui donc savait de quoi il parlait pour avoir vu de près ce que signifiait la domination de la loi du Coran, rien n’est plus utile que de relire les retranscriptions des cours qu’il donna en 1980 et 1981 à Ecône auprès des séminaristes qui se destinaient à la prêtrise. Ces textes, réunis dans une ouvrage posthume : C'est moi l'accusé qui devrait vous juger, montrent en quoi les thèses modernistes du Concile de Vatican II, décelables en particulier dans la Déclaration Nostra Aetate, sont absolument ignorantes de ce qu’est véritablement l’islam sur le plan concret, et profèrent des absurdités considérables au sujet de la nature de la religion de Mahomet.

 

 

Voici donc quelques passages significatifs de Mgr Lefebvre qu’on lira avec attention :

 

 

 

En inspirant la religion islamique;

le démon a véritablement empêché la conversion de millions d'hommes

 

- « Je me suis trouvé pendant quinze ans à Dakar avec trois millions de musulmans, cent mille catholiques et quatre cent mille animistes, et si pendant ces quinze ans on a pu convertir dix musulmans, c'est un maximum. Je veux dire les convertir vraiment, les faire passer de l'islam au catholicisme. Je ne dis pas qu'il n'y ait pas eu une certaine influence catholique grâce à nos écoles où nous avions jusqu'à 10 à 15% de musulmans. Je n'en voulais pas davantage, sinon ils auraient imposé l'islam dans nos écoles. Une fois qu'ils sont forts, ils s'imposent, prennent la tête du mouvement et essayent de convertir les autres. Quand ils sont faibles, ils écoutent et se taisent.

Les jeunes gens qui ont été dans nos écoles ont certainement été influencés, peut être certains d'entre eux ont-ils désiré le baptême c'est très possible. Mais c'est très difficile pour un jeune homme de se convertir au catholicisme, car il est chassé de sa famille, il sait qu'il risque même d'être empoisonné. […] Il n'y a que ceux qui sont étudiants en université qui arrivent à se convertir parce qu'ils sont indépendants. Ils savent que leur avenir est assuré; dont ils n'ont plus besoin de leur famille et partiront en Europe, ils peuvent se convertir. Mais convertir quelqu'un qui est dans sa famille, c'est pratiquement impossible. En inspirant la religion islamique; le démon a véritablement empêché la conversion de millions d'hommes »

 

 

 

ecoute_coran21_1222597708.jpg

 

 

"Si les libertés étaient accordées aux musulmans,

c 'est la polygamie qu'il faudrait admettre dans les Etats.

L'islam, (…) c'est la menace de la soumission, c'est à dire de « Dhimmi »"

 

 

 

 

 

 

L’islam c’est la soumission

 

- « Et si toutes les libertés étaient accordées aux musulmans, c 'est la polygamie qu'il faudrait admettre dans les Etats. L'islam, ce n'est pas seulement les prosternations à genoux que les musulmans font dans les rues au moment de la prière; c'est aussi la menace de la soumission, c'est à dire de « Dhimmi » pour tous ceux qui ne sont pas comme eux. Peut-on admettre cela dans les Etats catholiques? Peut-on admettre que ces Etats ne se défendent pas ? »

 

Tout musulman qui se convertit doit être exécuté

 

- « Un proverbe musulman dit : « Baise la main que tu ne peux pas couper ». Oui, il n'y a que la force qui peut intervenir. Quand la force est présente, alors ils baisent la main. Mais quand ce sont eux qui disposent de la force: alors ils coupent la main. Cela a toujours été ainsi.

 

Récemment, les journaux l'ont rapporté, les communautés musulmanes égyptiennes ont décrété que tout musulman qui se convertirait au catholicisme serait exécuté. Les représentants de ces communautés musulmanes voulaient absolument voir figurer cela dans la constitution, ou tout au moins voir cette décision consacrée par des accords officiels. C'est ainsi que les journaux l'ont publié, parce que c'était quelque chose d'officiel : tout musulman qui se convertirait à une autre religion subirait la peine de mort.

 

Eh oui, on l'oublie, mais c'est cela l'islam. Pour les musulmans, il n'y a que l'islam et tout le monde devrait s'y soumettre, soit en devenant musulman, soit en étant esclave de l'islam. L'un ou l'autre. C'est ainsi qu'ils ont procédé en réduisant en esclavage tous ceux qui ne voulaient pas se soumettre. Souvenons-nous des ordres religieux : les Trinitaires et l'oeuvre de Notre-Dame de la Merci, qui ont été fondés pour aller délivrer les chrétiens captifs qui étaient retenus esclaves chez les musulmans. Ils razziaient les côtes de France, d'Espagne et de toute la Méditerranée, enlevaient des chrétiens dont ils faisaient chez eux des esclaves. Cela est encore dans leur esprit.

 

Si on demande à un évêque de France s'il faut essayer de convertir les musulmans, qu'ils soient de France, ou qu'ils soient ailleurs, de convertir les animistes, les bouddhistes...Ah mais non! Il ne faut pas les convertir. Au contraire, il faut les affermir dans leur religion, leur faire comprendre les beauté de leur religion. C'est invraisemblable, mais c'est cependant la réalité. »

 

- Mgr Lefebvre, C'est moi l'accusé qui devrait vous juger, Clovis, 1997 – (Extraits)

 

 

 

Note.

 

[1] Notons qu’en 2003, la LICRA a également poursuivi un prêtre catholique, l’abbé Sulmont, âgé de 80 ans, qui avait la charge de huit églises de la Somme, et qui imprudemment publia dans son bulletin paroissial quelques propos plutôt sévères sur l’islam : « l’islam modéré n’existe pas. Toutes les populations infectées par la religion musulmane sont endoctrinées par le Coran (…) qui est le manuel pratique pour que s’étende le règne du démon au dépens du Royaume du Christ. […] si les familles occidentales se sont réduites en nombre d’enfants comme peau de chagrin […] les Asiatiques prolifèrent et nous envahissent, véhiculant une idéologie menaçante pour le monde entier. » Il est à remarquer que le vieux prêtre curé fut poursuivit par la LICRA avec l’assentiment de l’évêque d’Amiens, Mgr Noyer, qui le rappela à l’ordre pour cause d’islamophobie.

 


Source :


Observatoire de l'islamisation

 

 

 


12:49 Publié dans Religion | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : islam, infidèles, mahomet, coran, église, hérésie, blasphème, théologie |  Imprimer | | | | | Pin it!

Commentaires

Mahomet était un personnage agressif, belliqueux et ambitieux, qui ne cessa de guerroyer contre tous ceux qui refusaient de se soumettre à ses dictats. Les crimes de guerre dont il s’est personnellement rendu coupable, s’ils étaient perpétrés de nos jours, seraient passibles de la Cour de justice internationale ! Mahomet était un criminel de guerre ! Nier cette évidence est une attitude qui porte à présent un nom précis. C’est du négationnisme historique et le négationnisme historique est devenu un délit pénal... comme on le sait

Écrit par : Gédéon | jeudi, 19 février 2009

Le Coran est un faux spirituel. Le Coran est aussi entièrement faux historiquement. Il est scientifiquement prouvé que tout est légende : les soi-disants prophètes détruits par Allah, les gens des Castels, Moïse déclaré oncle de Jésus, la terre plate (étendue comme un tapis), la confusion entre un roi perse et un ministre d'un pharaon, les niaiseries sur Jésus fabriquant des oiseaux en terre, la représentation blasphématoire de la Cène, transformée en tour de passe-passe, les âneries concernant Jean Baptiste recevant un "Livre", etc.

Il n'est plus possible de parler de l'islam, du Coran, de l'islamisme, et du terrorisme islamiste sans avoir lu Un Juif nommé Mahomet de Bernard Raquin. Une quarantaine de rédacteurs plausibles des différents corans y sont nommés, mais il y eut aussi de nombreux Perses et également des Grecs qui introduisirent les superstitions des êtres hybrides. Le Coran arabe est un ensemble de platitudes, assorties de 250 menaces contre ceux qui doutent, ce qui explique qu'il plonge ceux qui y croient dans la névrose.

Écrit par : Karl | jeudi, 19 février 2009

Les chrétiens et les musulmans n’envisagent pas du tout leurs textes sacrés de la même manière. Pour les premiers, il s’agit de textes révélés, pour les seconds d’un texte éternel, incréé, intouchable. Il s’agit là déjà d’une différence non négligeable.

Les musulmans aussi tiennent qu’ils ont reçu une révélation. Elle est conçue comme la transmission d’un texte préexistant. Dans cette transmission, le prophète ne joue aucun rôle actif. Il ne fait que recevoir des textes (…) qu’il répète comme sous une dictée. A la différence de la Bible que les chrétiens proclament « inspirée », le Coran est incréé. Il est la Parole incréée de Dieu.

Outre son caractère sacré, une des particularités du Coran est qu’il s’approprie et islamise toute une série de personnages bibliques : Abraham, Isaac, Jacob, Noé, David, Salomon, Job, Joseph, Moïse, Aaron, Zacharie, Jean-Baptiste, Jésus, Elie, Ismaël, Elisée, Jonas et Loth y sont mentionnés (voir par exemple la sourate 6, versets 83 à 86), mais en tant que musulmans. La sourate 3, 67 , quant à elle, dit explicitement : « Abraham n’était ni juif ni chrétien. Il était entièrement soumis à Allah (musulman) ». Comme le signalent notamment Anne-Marie Delcambre et Daniel Sibony, le texte joue sur le double sens du mot muslim, qui signifie « soumis » et aussi « musulman ». Cette particularité de la langue arabe permet au Coran d’islamiser toutes les grandes figures de la Bible et d’opérer un véritable renversement de la chronologie traditionnelle des religions. Le Coran « accueille » Jésus, Moïse et les prophètes hébreux d’une façon particulière : il les accueille, après en avoir fait des musulmans.

Ainsi l’islam « avale » ou englobe tout ce qui le précède et transforme a posteriori toute une série de personnages bibliques en musulmans. Déposséder les juifs et les chrétiens de leur mémoire est une curieuse façon de leur témoigner du respect. Quand Mohammed lia le nom d’Allah aux récits pieux du Judaïsme et du Christianisme, ce fut pour l’Islam une manière de les revendiquer comme siennes. A la lumière des événements qui suivirent, l’allégation selon laquelle l’Islam est la religion originelle et tous les prophètes précédents déjà des musulmans peut être considérée comme une tentative de s’approprier les récits des autres religions. L’effet produit est de dépouiller le Christianisme et le Judaïsme de leur mémoire.

Écrit par : Hellingrath | jeudi, 19 février 2009

Le Coran est une abomination selon Mgr Lefebvre. Mais alors pourquoi Jésus est-il évoqué dans le livre du Prophète, et que l'on parle de lui avec respect ?

Écrit par : C. Kintzler | jeudi, 19 février 2009

Le Jésus du Coran n’a pas grand-chose à voir avec celui des chrétiens : selon le Coran, son vrai nom était Issa ; son message était l’islam pur, la soumission à Allah (sourate 3, 84); il a reçu sa révélation de l’islam sous la forme d’un livre, l’ Injil ou « Evangile » (sourate 5, 46) ; sa mère, Maryam, était la sœur d’Aaron et de Moïse (sourate 19, 28) ; il a annoncé la venue de Mahomet (sourate 61, 6) ; il n’a pas été tué ni crucifié, et ceux qui affirment le contraire mentent (sourate 4, 157) ; le jour de la résurrection, Issa lui-même témoignera contre les juifs et les chrétiens qui croient en sa mort (sourate 4, 159).

Les chrétiens sont parfois impressionnés par la place que tient Jésus dans le Coran. Mais ce n’est pas celui auquel ils ont donné leur foi. Le Jésus du Coran répète ce qu’avaient annoncé les prophètes antérieurs, Adam, Abraham, Lot, etc. : en effet, tous les prophètes ont le même savoir et proclament le même message, qui est l’islam. Tous sont musulmans. Jésus est envoyé pour prêcher l’unicité de Dieu. Il proteste qu’il n’est pas un « associateur ». « Ne dites pas Trois ». Il n’est pas le fils de Dieu, mais une simple créature. (…) Comme il est pour l’islam inconcevable qu’un envoyé de Dieu soit vaincu, Jésus n’est pas mort sur la croix. Un sosie lui a été substitué. Cette christologie, du point de vue chrétien, présente des marques mélangées de nestorianisme et de docétisme.

Le Jésus du Coran est un musulman qui appelle ses propres adeptes à rejeter leur idolâtrie et accuse les chrétiens d’avoir manipulé les Ecritures.

Il est (…) faux de dire que le Isâ du Coran ne fait qu’un avec le Jésus des Evangiles. Ce Jésus, réduit dans le Coran à un prophète purement humain, ne peut que choquer un chrétien, puisque ce statut est en discordance totale avec ce que relatent les Evangiles. (…)

Écrit par : Lapide | jeudi, 19 février 2009

Ce qui est arrivé à Mgr Lefebvre, me fait penser à cette remarque : "Il faut en finir avec cette situation absurde où plus l'islam est violent, moins on a le droit de parler de la violence de l'islam." (Alain Finkielkraut)

Écrit par : Hire | jeudi, 19 février 2009

« Des signes montrent qu'Allah accordera la grande victoire en Europe - sans épée, sans arme, sans conquête. En quelques décennies, cinquante millions de musulmans transformeront l'Europe en un continent musulman. » (Colonel Kadhafi, 10 avril 2006)

Écrit par : Pierre | jeudi, 19 février 2009

Le Coran est destiné à hébéter l'intelligence et à humilier la spiritualité humaine, par la répétition de mensonges et de menaces, les platitudes consternantes, la médiocrité de la langue par rapport aux autres textes religieux. Cela provient du fait que l'Allah du Coran est un dieu archaïque. En aucun cas cet Allah n'est le dieu unique, en aucun cas Mahomet n'est son prophète. Le Coran a été rédigé par les judaïsants les plus rétrogrades.

Écrit par : Sulpice | jeudi, 19 février 2009

Eh bien ! Mgr Lefebvre ne mâchait pas ses mots : "Pour les musulmans, il n'y a que l'islam et tout le monde devrait s'y soumettre, soit en devenant musulman, soit en étant esclave de l'islam. L'un ou l'autre. C'est ainsi qu'ils ont procédé en réduisant en esclavage tous ceux qui ne voulaient pas se soumettre. Souvenons-nous des (...)chrétiens captifs qui étaient retenus esclaves chez les musulmans (...) ils enlevaient des chrétiens dont ils faisaient chez eux des esclaves. Cela est encore dans leur esprit."

Écrit par : Antoine de la Croix de Berny | jeudi, 26 février 2009

je suis fière d'être musulman car l 'islam est une religion d paix et de contraire de tout que vous avez entraine de dire le coran est est un livre sacré ,c'est le parole de Dieu malgré les incroyants.

Écrit par : bahani abderrahim | dimanche, 23 janvier 2011

Jésus a dit: aimez vos ennemis (espérez pour eux qu'ils se tournent vers le bien). Il nous dit aussi de tendre l'autre joue à celui qui nous frappe (il veut dire en réalité de ne pas rendre le mal pour le mal, Socrate lui avait dit: "si c'était un âne qui avait rué, est-ce que j'aurais dû lui rendre son coup de pied?"). Il s'est laissé livrer pour que s'accomplissent les Ecritures, mais il nous enjoint à nous délivrer du mal.

Écrit par : Pythagore | lundi, 28 mars 2011

Les commentaires sont fermés.