Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 29 juin 2007

LA MESSE DE SAINT PIE V

 

4f76aaad4478514fb380506796258671.png

 


 

Mozart 
 
 

 "Divine liturgie" au service de la foi, priante nourrie du sens du sacré et de la Vérité, telle est la messe dite de saint Pie V.

Parmi bien des raisons justifiant la nécessité du maintien de cette messe pour la préservation de la foi et la réaffirmation du caractère sacrificiel du rite célébré par l'Eglise, insistons sur l'importance fondamentale de l'usage du latin en raison de sa vocation à l'universalité et sa fonction de préservation et conservation du dogme : "L'emploi de la langue latine, en usage dans une grande partie de l'Eglise, est un signe manifeste et éclatant, et une protection efficace contre toute corruption de la doctrine originale." (Pie XII, Mediator Dei, 20 nov. 1947).

Il y a donc un préjugé à combattre, à savoir que la fixité, l’immutabilité de la liturgie seraient l’opposé du progrès, - qui est d’aller, comme nous le savons, de changement en changement,  et sans doute d’un bien relatif au mieux. Or, le mot de progrès  a pris de nos jours une signification magique. Le progrès semble être arrivé aux proportions d’un culte qui menace de remplacer tout autre culte. Par conséquence, la messe traditionnelle, ce signe d’une religion immuable, ne paraît plus possible, puisque son immobilité magistrale au milieu du mouvement ne peut qu’enrayer le « char » de l’avenir…

Cependant le vrai progrès, le progrès de l’homme, c’est de réaliser sa sanctification, soleil de l’âme qui est un « centre » fixe autour duquel doit graviter l’existence ici-bas.

On le voit, si le caractère sacrificiel de l’office est écarté, la nécessité de l’expiation ouverte par l’abîme créé par la prévarication d’Adam n’est plus comblé par le sang de Jésus-Christ versé sur la Croix – et il fallait rien moins que le sang du Seigneur pour opérer cette grande réparation !
Si la messe a un sens, c’est qu’elle est, et reste selon le rite traditionnel, le monument de la suprême préoccupation depuis l’origine des jours, c’est qu’elle est un monument qui remonte au berceau de l’humanité et nous révèle sa faute et le prix de son rachat. La messe de saint Pie V est le monument de l’expiation : elle est la clef qui ferme l’abîme et ouvre le port du Salut éternel.




Benoît Fulbert

 

 

 

 

 

AUTRES LIENS : 

 

Messe à Lille 

 

Messe des cathécumènes 

 

Procession sortie 

 

Jeudi Saint : Canon 

 

Jeudi Saint : Offertoire 

 

Jeudi Saint : Evangile 

 

Jeudi Saint : Lavement des pieds 

 

Vendredi Saint 

 

Chandeleur 2006 

 

Jeudi Saint : Offertoire 

 

Messe en latin 

 

Messe en latin en Corse 

 

 

 

15:15 Publié dans Le sens de la messe grégorienne, Réflexion | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : Eglise, Religion, Foi, Catholicisme, Prière, Vatican, Messe |  Imprimer | | | | | Pin it!

Commentaires

Félicitations Isabelle des Charbinières, la messe traditionnelle est le bon combat, l'enjeu, vital et quasi unique, en nos temps de confusions, afin que puisse perdurer la foi catholique.

Célébrer, assister, prier le Seigneur Notre Dieu à la messe du dimanche, tel est le devoir des chrétiens. Vous faites oeuvre sacrée par votre défense de la divine liturgie !

Écrit par : La Messe du dimanche | mercredi, 20 juin 2007

Qui a vidangé l'église?

http://www.dailymotion.com/relevance/search/%2BMonseigneur%20Lefebvre/video/xh2st_dueleglise87

Écrit par : QUIZZ | mercredi, 20 juin 2007

Divine Liturgie, Divine musique!

Écrit par : Quizz | mercredi, 20 juin 2007

Doctrine touchant au Saint Sacrifice de la Messe



Concile de Trente

XXIIIème SESSION qui est la troisième sous Jules III, Souverain Pontife, le 11 octobre 1551



Décret du Très-Saint Sacrement de l’Eucharistie

Le saint concile oecuménique et général de Trente s’est réuni, non sans être particulièrement conduit et gouverné par l’Esprit Saint, dans le but d’exposer la véritable et antique doctrine sur la foi et les sacrements et pour porter remède à toutes les hérésies et à tous les autres très graves dommages qui, aujourd’hui, troublent malheureusement l’Église de Dieu et la divisent en de nombreuses et diverses parties. Il a cependant, dès le début, eu spécialement à coeur d’arracher jusqu’à la racine l’ivraie des erreurs et schismes exécrables que l’ennemi, en ces temps malheureux qui sont les nôtres, a semé (Mt 13, 15) dans la doctrine de la foi, dans l’usage et le culte de la sainte eucharistie, elle que notre Seigneur a pourtant laissée dans son Église comme le symbole de cette unité et de cet amour par lesquels il a voulu que tous les chrétiens soient unis et reliés entre eux. C’est pourquoi ce même saint concile, transmettant la saine et authentique doctrine concernant ce vénérable et divin sacrement de l’eucharistie, que l’Église catholique, instruite par Jésus Christ notre Seigneur lui-même et par les apôtres, enseignées par l’Esprit Saint lui rappelant de jour en jour la vérité tout entière (Jn 14, 26) , a toujours gardée et conservera jusqu’à la fin du monde, interdit à tous les chrétiens d’oser croire, enseigner ou prêcher désormais sur la très sainte eucharistie autre chose que ce qui est expliqué et défini par le présent décret.




Chapitre 1. De la présence réelle de Notre Seigneur Jésus Christ dans le Très Saint Sacrement de l’Eucharistie

En premier lieu, le Saint concile enseigne et professe ouvertement et sans détour que, dans le vénérable sacrement de la sainte eucharistie, après la consécration du pain et du vin, notre Seigneur Jésus Christ, vrai Dieu et vrai homme, est vraiment, réellement et substantiellement contenu sous l’apparence de ces réalités sensibles. Il n’y a en effet aucune opposition à ce que notre Sauveur lui-même siège toujours dans les cieux à la droite du Père, selon un mode d’existence qui est surnaturel, et à ce que néanmoins il soit pour nous sacramentellement présent en de nombreux autres lieux en sa substance, par un mode d’existence que nous pouvons à peine exprimer par des mots, et que nous pouvons cependant reconnaître et constamment croire comme possible à Dieu (Mt 19, 26 ; Lc 18, 27) par notre pensée éclairée par la foi. C’est ainsi en effet que tous nos ancêtres, qui ont tous été dans la véritable Église du Christ et ont traité de ce très saint sacrement, ont professé très ouvertement que notre Rédempteur a institué ce sacrement si admirable lors de la dernière Cène, lorsque, après avoir béni le pain et le vin, il attesta en termes clairs et précis qu’il leur donnait son propre Corps et son propre Sang. Ces paroles, rappelées par les saints évangélistes (Mt 26, 26-29 ; Mc 14, 22-25 ; Lc 22, 19-20) et répétées ensuite par saint Paul (1Co 11, 24-25), se présentent en un sens propre et très clair, selon ce que les Pères ont compris. Aussi est-ce le scandale le plus indigne de voir certains hommes querelleurs et pervers les ramener à des figures de style sans consistance et imaginaires, par lesquels est niée la vérité de la Chair et du Sang du Christ, contre le sentiment universel de l’Église, elle qui en tant que colonne et fondement de la vérité « (1Tm 3, 15) déteste comme sataniques ces inventions imaginées par des hommes impies, elle qui reconnaît, d’un esprit qui sait toujours rendre grâces et se souvenir, cet insigne bienfait du Christ.



Chapitre 2. De la manière de l’Institution du Très-Saint Sacrement.

Donc, notre Sauveur, allant quitter ce monde pour le Père, a institué ce sacrement dans lequel il a en quelque sorte répandu les richesses de son amour divin pour les hommes, « laissant un mémorial de ses merveilles « (Ps 110, 4), et il nous a donné dans la réception de ce sacrement de célébrer sa mémoire (Lc 22 ,19 , 1Co 11, 24) et d’annoncer sa mort jusqu’à ce qu’il vienne (1Co 11, 26) pour juger lui-même le monde. Il a voulu ce sacrement comme aliment spirituel des âmes (Mt 26, 26) qui nourrit et fortifie ceux qui vivent de sa vie 1655, lui qui a dit « qui me mange vivra lui-même par moi » (Jn 6, 57), et comme antidote nous libérant des fautes quotidiennes et nous préservant des péchés mortels. Il a voulu, en outre, que ce soit le gage de notre gloire à venir et de notre félicité éternelle, en même temps qu’un symbole de cet unique corps dont il est lui-même la tête (1Co 11, 3 ; Ep 5, 23) et auquel Il a voulu que nous, en tant que ses membres, nous soyons attachés par les liens les plus étroits de la foi, de l’espérance et de la charité, en sorte que nous disions tous la même chose et qu’il n’y ait pas de divisions parmi nous (1Co 1, 10).



Chapitre 3. De l’excellence de la Très-Sainte Eucharistie, par dessus tous les autres Sacrements.

La très sainte eucharistie a, certes, ceci de commun avec les autres sacrements qu’elle est « le symbole d’une réalité sainte et la forme visible d’une grâce invisible ». Mais ce que l’on trouve en elle d’excellent et de particulier est que les autres sacrements ont la vertu de sanctifier lorsque quelqu’un y a recours, alors que dans l’eucharistie se trouve l’auteur même de la sainteté avant qu’on ne la reçoive. En effet, les apôtres n’avaient pas encore reçu l’eucharistie de la main du Seigneur (Mt 26,26 ; Mc 14,22) qu’il affirmait pourtant que c’était vraiment son Corps qu’il présentait ; et ce fut toujours la foi dans l’Église de Dieu que, immédiatement après la consécration, le véritable Corps et le véritable Sang de notre Seigneur se trouvaient sous les espèces du pain et du vin en même temps que son âme et sa divinité. Certes, si le Corps se trouve sous l’espèce du pain, et le Sang sous l’espèce du vin par la vertu des paroles, le Corps lui-même est aussi sous l’espèce du vin, et le Sang sous l’espèce du pain, et l’âme sous les deux espèces, en vertu de cette connexion naturelle et de cette concomitance qui unissent entre elles les parties du Christ Seigneur qui, ressuscité des morts, ne meurt plus (Rm 6, 9). La divinité est unie, à cause de cette admirable union hypostatique avec son corps et son âme. C’est pourquoi il est tout à fait vrai que le Christ est contenu sous l’une ou l’autre espèce et sous les deux espèces ensemble. En effet, le Christ est totalement et intégralement sous l’espèce du pain et sous n’importe quelle partie de cette espèce ; il est de même totalement sous l’espèce du vin et sous les parties de celle-ci.



Chapitre 4. De la transsubstantiation

Parce que le Christ notre Rédempteur a dit qu’était vraiment son corps ce qu’il offrait sous l’espèce du pain (Mt 26, 26-29 ; Mc 14, 22-25 ; Lc 22, 19 ; 1Co 11, 24-26) on a toujours été persuadé dans l’Église de Dieu - et c’est ce que déclare de nouveau aujourd’hui ce saint concile - que par la consécration du pain et du vin se fait un changement de toute la substance du pain en la substance du corps du Christ notre Seigneur et de toute la substance du vin en la substance de son sang. Ce changement a été justement et proprement appelé, par la sainte Église catholique, transsubstantiation.



Chapitre 5. Du culte et de la vénération, qu’on doit rendre au Très-Saint Sacrement.

C’est pourquoi il ne reste aucune raison de douter que tous les chrétiens selon la coutume reçue depuis toujours dans l’Église catholique, rendent avec vénération le culte de latrie, qui est dû au vrai Dieu, à ce très saint sacrement. En effet, celui-ci ne doit pas être moins adoré parce qu’il a été institué par le Christ Seigneur pour nous nourrir (Mt 26, 26-29). Car nous croyons qu’en lui est présent ce même Dieu que le Père éternel a introduit dans le monde en disant « Et que tous les anges de Dieu l’adorent » (He 1, 6 ; Ps 96, 7) lui que les mages ont adoré en se prosternant (Mt 2, 11) , lui enfin dont toute l’Écriture témoigne qu’il fut adoré en Galilée par les apôtres (Mt 28, 17 ; Lc 24, 52).

En outre, le saint concile déclare que la coutume a été pieusement et religieusement introduite dans l’Église de Dieu de célébrer chaque année, en un jour de fête particulier, ce sacrement éminent et vénérable dans une vénération et une solennité spéciales, et de porter celui-ci avec respect et honneur dans des processions à travers les rues et les places publiques.

Il est, en effet, très juste qu’il y ait des jours saints fixés où tous les chrétiens, par des manifestations singulières et extraordinaires, attestent de leur reconnaissance et de leur mémoire envers leur commun Seigneur et Rédempteur pour un bienfait si ineffable et vraiment divin, par lequel sont représentés sa victoire et son triomphe sur la mort. Et ainsi a-t-il fallu que la vérité victorieuse du mensonge et de l’hérésie triomphe, pour que ses adversaires, placés face à une si grande splendeur et à la joie si grande de l’Église universelle, ou bien affaiblis et brisés dépérissent, ou bien, pris de honte et de confusion, viennent un jour à résipiscence.



Chapitre 6. De la coutume de conserver le Sacrement de la Sainte Eucharistie, et de le porter aux malades

La coutume de conserver la sainte eucharistie en un lieu sacré est si ancienne que le siècle du concile de Nicée la connaissait déjà. En outre, porter cette sainte eucharistie aux malades et, pour ce faire, la conserver soigneusement dans les églises non seulement est chose très équitable en même temps que conforme à la raison, mais est aussi prescrit par de nombreux conciles et observé par une très ancienne coutume de l’Église catholique. C’est pourquoi ce saint concile a statué qu’il fallait garder absolument cette coutume salutaire et nécessaire.



Chapitre 7. De la préparation qu’il faut apporter, pour recevoir dignement la Sainte Eucharistie

S’il ne convient pas que qui que ce soit s’approche d’une fonction sacrée si ce n’est saintement, à coup sûr plus un chrétien découvre la sainteté et le caractère divin de ce sacrement céleste, plus il doit diligemment veiller à ne s’en approcher pour le recevoir qu’avec grand respect et sainteté, d’autant plus que nous lisons dans l’Apôtre ces mots pleins de crainte : « Qui mange et boit indignement, mange et boit sa condamnation, ne discernant pas le corps du Christ » 1Co 11,29. C’est pourquoi il faut rappeler à qui veut communier le commandement : « Que l’homme s’éprouve lui-même » 1Co 11,28.

La coutume de l’Église montre clairement que cette épreuve est nécessaire pour que personne en ayant conscience d’un péché mortel, quelque contrit qu’il s’estime, ne s’approche de la sainte eucharistie sans une confession sacramentelle préalable.

Ce saint concile a décrété que cela devait être observé toujours par tous les chrétiens, même par les prêtres qui sont tenus par office de célébrer, du moment qu’ils peuvent avoir recours à un confesseur. Que si, en raison d’une nécessité urgente, un prêtre a dû célébrer sans confession préalable qu’il se confesse le plus tôt possible.



Chapitre 8. De la manière de recevoir cet admirable Sacrement

Pour ce qui est de l’usage, nos pères ont justement et sagement distingué trois manières de recevoir ce saint sacrement. Ils ont enseigné que certains ne le reçoivent que sacramentellement en tant que pécheurs. D’autres ne le reçoivent que spirituellement : ce sont ceux qui, mangeant par le désir le pain céleste qui leur est offert avec cette « foi vive qui opère par la charité » Ga 5,6 , en ressentent le fruit et l’utilité. D’autres, enfin, le reçoivent à la fois sacramentellement et spirituellement: ce sont ceux qui s’éprouvent et se préparent de telle sorte qu’ils s’approchent de cette table divine après avoir revêtu la robe nuptiale Mt 22,11-14 .

Dans la réception sacramentelle, l’usage a toujours été dans l’Église de Dieu que les laïcs reçoivent la communion des prêtres et que les prêtres qui célèbrent se communient eux-mêmes ; cette coutume, en tant que venant de la tradition apostolique, doit être maintenue à juste titre et à bon droit.

Enfin, avec une affection paternelle, le saint concile avertit, exhorte, demande et conjure, « par les entrailles de la miséricorde de Dieu » Lc 1,78 , tous et chacun de ceux qui portent le nom de chrétiens de se retrouver enfin désormais ne formant qu’un seul coeur, dans ce « signe », dans ce « lien de la charité », dans ce symbole de l’accord des coeurs ; se souvenant de la majesté si grande et de l’amour si admirable de notre Seigneur Jésus Christ, qui a donné sa chère vie pour prix de notre salut et sa chair pour que nous la mangions Jn 6,48-58 qu’ils croient et vénèrent les saints mystères de son Corps et de son Sang avec une foi si constante et ferme, avec un coeur si dévot, avec une piété et un respect tels qu’ils puissent recevoir fréquemment ce pain supersubstantiel Mt 6,11 . Qu’il soit vraiment la vie de leur âme et la santé perpétuelle de leur esprit ; que, fortifiés par sa vigueur 1R 19, 8 , ils soient à même de terminer le chemin de leur malheureux pèlerinage pour entrer dans la patrie céleste, où ils seront nourris sans aucun voile par ce pain des anges Ps 77,25 qu’ils mangent seulement sous des voiles sacrés.

Puisqu’il ne suffit pas de dire la vérité si l’on ne fait apparaître et si l’on ne réfute pas les erreurs, le saint concile a décidé d’ajouter les canons suivants pour que tous, une fois bien connue la doctrine catholique, comprennent aussi quelles hérésies doivent être écartées et évitées.





Du très Saint Sacrement de l’Eucharistie



Canon 1. Si quelqu’un dit que dans le très saint sacrement de l’eucharistie ne sont pas contenus vraiment, réellement et substantiellement le Corps et le Sang en même temps que l’âme et la divinité de notre Seigneur Jésus Christ et, en conséquence, le Christ tout entier, mais dit qu’ils n’y sont qu’en tant que dans un signe ou en figure ou virtuellement qu’il soit anathème.

Canon 2. Si quelqu’un dit que, dans le très saint sacrement de l’eucharistie, la substance du pain et du vin demeure avec le Corps et le Sang de notre Seigneur Jésus Christ, et s’il nie ce changement admirable et unique de toute la substance du pain en son Corps et de toute la substance du vin en son Sang, alors que demeurent les espèces du pain et du vin, changement que l’Église catholique appelle d’une manière très appropriée transsubstantiation : qu’il soit anathème.

Canon 3. Si quelqu’un nie que, dans le vénérable sacrement de l’eucharistie, le Christ tout entier soit contenu sous chaque espèce et sous chacune des parties de l’une ou l’autre espèce, après leur séparation : qu’il soit anathème.

Canon 4. Si quelqu’un dit que, une fois achevée la consécration, le Corps et le Sang de notre Seigneur Jésus Christ ne sont pas dans l’admirable sacrement de l’eucharistie, mais seulement quand on en use en le recevant, ni avant, ni après, et que le vrai Corps du Seigneur ne demeure pas dans les hosties ou les parcelles consacrées qui sont gardées ou restent après la communion : qu’il soit anathème.

Canon 5. Si quelqu’un dit ou bien que le fruit principal de la très sainte eucharistie est la rémission des péchés ou bien qu’elle ne produit pas d’autres effets : qu’il soit anathème.

Canon 6. Si quelqu’un dit que, dans le saint sacrement de l’eucharistie, le Christ, Fils unique de Dieu, ne doit pas être adoré d’un culte de latrie, même extérieur et que, en conséquence, il ne doit pas être vénéré par une célébration festive particulière, ni être porté solennellement en procession selon le rite ou la coutume louables et universels de la sainte Église, ni être proposé publiquement à l’adoration du peuple, ceux qui l’adorent étant des idolâtres : qu’il soit anathème.

Canon 7. Si quelqu’un dit qu’il n’est pas permis de garder la sainte eucharistie dans le tabernacle, mais qu’elle doit nécessairement être distribuée aux assistants immédiatement après la consécration, ou qu’il n’est pas permis de la porter avec honneur aux malades : qu’il soit anathème.

Canon 8. Si quelqu’un dit que le Christ présenté dans l’eucharistie est mangé seulement spirituellement et non pas aussi sacramentellement et réellement : qu’il soit anathème.

Canon 9. Si quelqu’un nie que, une fois qu’ils ont atteint l’âge de discrétion, tous et chacun des chrétiens de l’un et l’autre sexe sont tenus de communier chaque année au moins à Pâques, conformément au commandement de notre sainte mère l’Église : qu’il soit anathème.

Canon 10. Si quelqu’un dit qu’il n’est pas permis au prêtre qui célèbre de se communier lui-même : qu’il soit anathème.

Canon 11. Si quelqu’un dit que la foi seule est une préparation suffisante pour recevoir le sacrement de la très sainte eucharistie : qu’il soit anathème.

Et pour qu’un si grand sacrement ne soit pas reçu indignement et donc pour la mort et la condamnation, ce saint concile statue et déclare que ceux dont la conscience est chargée d’un péché mortel, quelque contrits qu’ils se jugent, doivent nécessairement au préalable se confesser sacramentellement, s’il se trouve un confesseur.

Si quelqu’un a l’audace d’enseigner, prêcher ou affirmer opiniâtrement le contraire ou même le défendre dans des disputes publiques, qu’il soit par le fait même, excommunié.







Extrait de : Symboles et définitions de la Foi Catholique, Enchiridion Symbolorum, ou Denzinger









Extrait de : Symboles et définitions de la Foi Catholique, Enchiridion Symbolorum, ou Denzinger

Écrit par : Doctrine touchant au Saint Sacrifice de la Messe | mercredi, 20 juin 2007

RAPPEL FONDAMENTAL AU SUJET DE LA MESSE DE St. PIE V :



Le Missel de saint Pie V, qui ne fut jamais modifié dans son fond, a subi au cours des âges quelques très légères retouches de rubriques par les Brefs de Clément VIII, Urbains VIII et Saint Pie X. Le Canon est inchangé depuis l’âge apostolique, c’est-à-dire d’après l’étude critique de Mgr Batiffol, depuis la fin du III siècle. Le Canon du Missel traditionnel dit de saint Pie V a donc dix-sept siècles.


BULLE "QUO PRIMUM TEMPORE "

du Pape Saint Pie V ( 1570 ), organisant définitivement la célébration du Saint Sacrifice de la Messe.

( Bullarium Romanum )


Pie, évêque, serviteur des serviteurs de Dieu, pour mémoire à la postérité.

" Quo primum tempore ad Apostolatus apicem assumpti fuimus, ad ea libenter animum… "

Dès le premier instant de Notre élévation au sommet de la Hiérarchie Apostolique, Nous avons tourné avec amour notre esprit et nos forces, et dirigé toutes nos pensées vers ce qui était de nature à conserver la pureté du culte de l’Eglise, et, avec l’aide de Dieu Lui-même, Nous nous sommes efforcé de le réaliser en plénitude, en y apportant tout notre soin. Comme parmi d’autres décisions du Saint Concile de Trente, il nous incombait de décider de l’édition et de la réforme des livres sacrés, le Catéchisme, le Bréviaire et le Missel ; après avoir déjà, grâce à Dieu, édité le Catéchisme pour l’instruction du peuple, et, pour qu’à Dieu soient rendues les louanges qui Lui sont dues, corrigé complètement le Bréviaire, pour que le Missel répondit au Bréviaire, ce qui est convenable et normal puisqu’il sied qu’il n’y ait dans l’Eglise de Dieu qu’une seule façon de psalmodier et un seul rite pour célébrer la Messe, il Nous apparaissait désormais nécessaire de penser le plus tôt possible à ce qui restait à faire dans ce domaine, à savoir : éditer le Missel lui-même.

C’est pourquoi Nous avons estimé devoir confier cette charge à des savants choisis ; et, de fait, ce sont eux qui, après avoir soigneusement rassemblé tous les manuscrits, non seulement les anciens de Notre Bibliothèque Vaticane, mais aussi d’autres recherchés de tous les côtés, corrigés et exempts d’altération, ainsi que les décisions des anciens et les écrits d’auteurs estimés qui nous ont laissé des documents relatifs à l’organisation de ces mêmes rites, ont rétabli le Missel lui-même conformément à la règle antique et aux rites des Saints Pères.

Une fois celui-ci révisé et corrigé, après mûre réflexion, afin que tous profitent de cette disposition et du travail que nous avons entrepris, Nous avons ordonné qu’il fût imprimé à Rome le plus tôt possible, et qu’une fois imprimé, il fût publié, afin que les prêtres sachent quelles prières ils doivent utiliser, quels sont les rites et quelles sont les cérémonies qu’ils doivent conserver dorénavant dans la célébration des messes : pour que tous accueillent partout et observent ce qui leur a été transmis par L’Eglise Romaine, Mère et Maîtresse de toutes les autres églises, et pour que par la suite et dans les temps à venir dans toutes les églises, patriarcales, collégiales, paroissiales de toutes les provinces de la Chrétienté, séculières ou de n’importe quels Ordres monastiques, tant d’hommes que de femmes, même d’Ordres militaires réguliers, et dans les églises et chapelles sans charge d’âmes dans lesquelles la célébration de la messe conventuelle à haute voix avec le Chœur, ou à voix basse suivant le rite de l’Eglise Romaine est de coutume ou d’obligation, on ne chante ou ne récite d’autres formules que celle conforme au Missel que Nous avons publié, même si ces mêmes églises ont obtenu une dispense quelconque, par un indult du Siège Apostolique, par le fait d’une coutume, d’un privilège ou même d’un serment, ou par confirmation apostolique, ou sont dotées d’autres permissions quelconques ; à moins que depuis la première institution approuvée par le Siège Apostolique ou depuis que s’est établie la coutume, et que cette dernière ou l’institution elle-même aient été observées sans interruption dans ces mêmes églises par la célébration de messes pendant plus de deux cents ans. Dans ce cas Nous ne supprimons aucunement à ces églises leur institution ou coutumes de célébrer la messe ; mais, si ce Missel que Nous avons fait publier leur plaisait davantage, de l’avis de l’Evêque ou du Prélat, ou de l’ensemble du Chapitre, Nous permettons que, sans que quoi que ce soit y fasse obstacle, elles puissent célébrer la messe suivant celui-ci.

Par notre présente constitution qui est valable à perpétuité,nous avons décodé et nous ordonnons, sous peine de notre malédiction, que pour toutes les autres églises précitées l’usage de leurs missels propres soit retiré et absolument et totalement rejeté et que jamais rien ne soit ajouté, retranché ou modifié à notre missel que nous venons d'éditer.

Nous avons décidé rigoureusement pour l’ensemble et pour chacune des églises énumérées ci-dessus, pour les Patriarches, les Administrateurs et pour toutes autres personnes revêtues de quelque dignité ecclésiastique, fusent-ils même Cardinaux de la Sainte Eglise Romaine ou aient tout autre grade ou prééminence quelconque, qu’ils devront, en vertu de la sainte obéissance, abandonner à l’avenir et rejeter entièrement tous les autres principes et rites, si anciens fusent-ils, provenant des autres missels dont ils avaient jusqu’ici l’habitude de se servir , et qu’ils devront chanter ou dire la Messe suivant le rite, la manière et la règle que Nous enseignons par ce Missel et qu’ils ne pourront se permettre d’ajouter, dans la célébration de la Messe, d’autres cérémonies ou de réciter d’autres prières que celles contenues dans ce Missel.

Et même, par les dispositions présentes et au nom de notre autorité apostolique, nous concédons et accordons que ce même missel pourra être suivi en totalité dans la Messe chantée ou lue, dans quelque église que ce soit, sans aucun scrupule de conscience et sans recourir aucune punition, condamnation ou censure, et qu'on pourra valablement l'utiliser librement et licitement, et cela, à perpétuité.

Et, d’une façon analogue, Nous avons décidé et déclarons que les supérieurs, administrateurs, chanoines, chapelains et autres prêtres de quelques nom qu'ils seront désignés, ou les religieux de n'importe quel ordre, ne peuvent être tenus de célébrer la Messe autrement que nous l'avons fixé, et que jamais et en aucun temps, qui que ce soit ne pourra les contraindre et les forcer à laisser ce missel ou à abroger la présente instruction ou la modifier, mais qu'elle demeurera toujours en vigueur et valide, dans toute sa force, nonobstant les décisions antérieures et les Constitutions et Ordonnances Apostoliques, et les Constitutions Générales ou spéciales émanant de Conciles Provinciaux et Généraux, pas plus que l’usage des églises précitées confirmé par une prescription très ancienne et immémoriale, mais ne remontant pas à plus de deux cents ans, ni les décisions ou coutumes contraires quelles qu’elles soient.

Nous voulons, au contraire, et Nous le décrétons avec la même autorité, qu’après la publication de Notre présente Constitution ainsi que du Missel, tous les prêtres qui sont présents dans la Curie Romaine soient tenus de chanter ou de dire la Messe selon ce Missel dans un délai d’un mois ; ceux qui sont de ce côté des Alpes, au bout de trois mois ; et, enfin, ceux qui habitent de l’autre côté des montagnes, au bout de six mois ou dès que celui-ci leur sera offert à acheter. Et, pour qu’en tout lieu de la terre il soit conservé sans corruption et exempt de fautes et d’erreurs, Nous interdisons par Notre autorité apostolique et par le contenu d’instructions semblables à la présente, à tous les imprimeurs domiciliés dans le domaine soumis directement ou indirectement à Notre autorité et à la Sainte Eglise Romaine, sous peine de confiscation des livres et d’une amende de deux cents ducats d’or à payer au Trésor Apostolique, et aux autres, domiciliés en quelque lieu du monde, sous peine d’excommunication et d’autres sanctions en Notre pouvoir, de se permettre en aucune manière ou de s’arroger le droit de l’imprimer ou de l’offrir, ou de l’accepter sans notre permission ou une permission spéciale d’un Commissaire Apostolique qui doit être chargé par Nous de ce soin, et sans que ce Commissaire n’ait comparé avec le Missel imprimé à Rome, suivant la grande impression, un original destiné au même imprimeur pour lui servir de modèle pour ceux que ledit imprimeur doit imprimer, ni sans qu’on n’ait préalablement bien établi qu’il concorde avec ledit Missel et ne présente absolument aucune divergence par rapport à celui-ci.

Cependant, comme il serait difficile de transmettre la présente lettre en tous lieux de la Chrétienté et de la porter tout de suite à la connaissance de tous, Nous ordonnons de la publier et de l’afficher, suivant l’usage, à la Basilique du Prince des Apôtres et à la Chancellerie Apostolique, ainsi que sur le Champ de Flore, et d’imprimer aussi des exemplaires de cette même lettre signée de la main d’un notaire public et munis du sceau d’une personnalité revêtue d’une dignité ecclésiastique, auxquels on devra partout, chez tous les peuples et en tous lieux, accorder la même confiance absolument exempte de doute que si l’on montrait ou exposait la présente.

Qu'absolument personne, donc, ne puisse déroger à cette page qui exprime notre permission, notre décisions, notre ordonnance, notre commandement, notre précepte, notre concession, notre indult, notre déclaration, notre décret et notre interdiction, ou n'ose aller témérairement à l'encontre de ces dispositions. Si cependant, quelqu'un se permettait une telle altération, qu'il sache qu'il encourrait l'indignation de Dieu tout puissant et de ses bienheureux apôtres Pierre et Paul.

Donné à Rome, à Saint-Pierre, l’an mil cinq cent soixante dix de l’Incarnation du Seigneur, en la cinquième année de Notre pontificat.


Sa Sainteté le Pape Pie V

Écrit par : BULLE "QUO PRIMUM TEMPORE " | mercredi, 20 juin 2007

Isabelle comme les commentaires sur la note de paix liturgique sont fermés je note ce lien ici!!
Bien à vous!

http://www.dailymotion.com/video/x2dglz_20070624niaflesattaquedeleglise

Écrit par : Pierre Genlis | vendredi, 29 juin 2007

Les commentaires sont fermés.