Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 07 mai 2007

Questions sur le monde

 

medium_thumb_Tocqueville2.3.jpg

 

 

Nous vous signalons que

 

Patrick Ferner

 

vient de mettre en ligne sur son blog la note  suivante




Alexis de TOCQUEVILLE : Quelle espèce de despotisme les nations démocratiques ont à craindre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

20:00 Publié dans Messages | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : littérature, réflexion, politique, elections présidentielles |  Imprimer | | | | | Pin it!

Commentaires

Toute cette publicité autour de ce philosophe libéral, qui prônait par ailleurs une politique laïque et despotique en Algérie, me paraît abusive.
Chateaubriand, passe encore, Chateaubriand n'est pas un philosophe et puis il incarne le style français, mais Tocqueville laissons ça aux démocrates-chrétiens.

Écrit par : Lapinos | jeudi, 08 mars 2007

Lapin, ma parole, vous êtes l'anti-Soral !

Écrit par : fromageplus | jeudi, 08 mars 2007

Soral fait de la pub pour Tocqueville ? Qu'est-ce qu'il en dit, Fromage ? Notez que je n'ai rien contre une petite citation de T. ici ou là, c'est de faire de T. une sorte de prophète qui est agaçant, étant donné que la critique de la démocratie par Tocqueville est assez ambiguë, tardive et superficielle (Au plan politique Chateaubriand a l'avantage de dire n'importe quoi et de nous entraîner ainsi au-delà des idées.)

(Pour préciser ma conception personnelle des démocrates-chrétiens :
- Agitent le fantasme du retour de Soliman parce qu'ils craignent que leur Citroën Picasso ne finisse par cramer un jour. Retournement comique : à la fin ils connaissent mieux le Coran que la Bible.
- Évitent soigneusement les manifs anti-avortement, au cas où, on ne sait jamais.
- Aiment bien citer Maritain, Kierkegaard, Heidegger, Ellul, Gabriel Marcel, voire Nitche, pourquoi se gêner ? bref tous les trucs existentialistes qui ne mangent pas de pain, obéissant ainsi au vœu tacite de ceux qui voudraient transformer les catholiques en consommateurs normaux, avec le moins d'aspérités possible.

Écrit par : Lapinos | jeudi, 08 mars 2007

Pour une fois j'approuve.

Il faut bien reconnaître qu'il y du vrai dans ce que dit Lapinos, le chrétien démocrate est un "chrétien tranquille" avec une petite pointe d'angoisse existentielle, mais pas trop tout de même on reste raisonnable chez ces gens là.

Écrit par : @@@ | jeudi, 08 mars 2007

« Mais cette même égalité, qui facilite le despotisme, le tempère ; nous avons vu comment, à mesure que les hommes sont plus semblables et plus égaux, les mœurs publiques deviennent plus humaines et plus douces (…) »

Cette observation selon laquelle les mœurs publiques deviennent plus "humaines" paraît très superficielle, surtout si on se place au plan moral, assez étranger à la pensée de Tocqueville.
Plus généralement, ce passage - parmi d'autres -, montre que Tocqueville tâtonne, on est en plein brouillard d'hypothèses. D'ailleurs l'immixtion de l'État dans la vie quotidienne n'est pas une particularité des États démocratiques modernes, sauf à considérer que l'URSS ou la Chine sont des "démocraties" comme les États-Unis.
Sur la politique algérienne, quand Tocqueville prône une répression féroce, Veuillot est plus pertinent qui signale que l'interdiction du gouvernement français faite aux missionnaires d'aller faire leur boulot au Maghreb est sans doute lourde de conséquences pour l'avenir.

Bref, il vaut mieux laisser Tocqueville à quelqu'un comme Sarkozy.

Écrit par : Lapinos | vendredi, 09 mars 2007

"Limitons notre ambition à pratiquer contre le monde moderne un sabotage spirituel méthodique".

"Le monde moderne n'est pas une calamité définitive. Il y a des dépôts d'armes clandestins".

"L'absence de vie contemplative fait de la vie active d'une société un grouillement de rats pestilentiels".

Nicolas Gomez Davila.

Écrit par : Jean | dimanche, 01 avril 2007

Les commentaires sont fermés.