Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 21 janvier 2007

ETERNELLE MEMOIRE !

medium_louis.gif
A la Sainte et Pieuse Mémoire du Roi Louis XVI
exécuté
le
21 janvier 1793
Requiem à la mémoire de Louis XVI
Luigi Cherubini
( 1760-1842)





14:20 Publié dans In Memoriam | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : politique, femmes, littérature, catholicisme |  Imprimer | | | | | Pin it!

Commentaires

Meilleurs voeux !!

http://www.radioblogclub.com/open/72470/cure/The%20Cure%20-%20Just%20Like%20Heaven.mp3

Écrit par : Danielle | dimanche, 21 janvier 2007

.

Écrit par : Les guillotinés de la révolution Française | dimanche, 21 janvier 2007

Les rois ont fait la France, elle se défait sans roi...

Écrit par : Joe | mardi, 23 janvier 2007

Je vous remercie d'autant plus de me lier que sur de nombreux points nous défendons des valeurs différentes...quoique ? Vous avez peut-être au contraire su déceler ce qui nous rapproche (et je note que vous liez aussi Askesis) et qui de ce fait nous distingue de "nos ennemis" (soyons schmittiens !).
A vous lire !

Écrit par : Ludovic | mercredi, 24 janvier 2007

Faut arrêter avec Louis XVI, c'est un des pires rois de France et il a une lourde responsabilité dans les crimes de la Révolution.

Écrit par : Lapinos | mercredi, 31 janvier 2007

Lapinos vous êtes un ignorant doublé d'un imbécile ; Louis XVI, comparé à ses ancètres, fut le Roi le plus débonnaire et bienveillant qui soit, ne sacrifiant ni aux guerres inutiles et vaniteuses (Louis XIV), ni aux dépenses somptuaires pour ses menus plaisirs (Louis XIV et Louis XV).

Avant d'écrire des bêtises révisez votre histoire, Lapin qui méritez vos grandes oreilles... d'âne !

Écrit par : Baruel | mercredi, 31 janvier 2007

D'accord sur les guerres inutiles et vaniteuses de Louis XIV, qui a eu l'humilité d'admettre lui-même ses erreurs ; en revanche Louis XV et ses grands ministres ont modernisé la France et fait régner la paix pendant une des périodes les plus longue de l'histoire. L'apogée de la France coïncide avec son règne, que quelques Républicains puritains aient tenté de le discréditer par des slogans n'y change rien.

Louis XVI en revanche mérite bien, lui, le qualificatif d'imbécile, incapable de mater la révolte au commencement, il a en outre vidé les caisses de l'État avec la guerre d'Indépendance, fournissant ainsi un prétexte aux bourgeois pour comploter ; pour finir, son refus de fuir la France, compromettant ainsi la possibilité d'une restauration rapide, est établi. Il est bien sûr un des principaux responsable sinon LE principal responsable de ce qui a suivi. Quand on a un minimum de principes monarchiques, on regarde vers le haut pour chercher le coupable.

En outre il faut en finir avec le mythe du saint roi Louis XVI. Il a dans son testament des mots qui sont tout sauf magnanimes vis-à-vis de ceux qui dans son entourage ont voulu le sauver malgré lui et qu'il rend responsable de ses malheurs. C'est manquer d'honneur. En vérité Louis XVI préfigure le démocrate-chrétien. Qu'est-ce que les royalistes attendent pour lire Gaxotte en lieu et place des mièvreries de Raspail ou des rêves de Maurras ?

Le besoin d'une figure de martyr pour soutenir la cause des royalistes est parfaitement compréhensible, c'est le choix de Louis XVI qui ne l'est pas.

Écrit par : Lapinos | jeudi, 01 février 2007

Vous progressez mon garçon, voilà mieux jugé et beaucoup mieux analysé ; encore un effort cependant avant que je ne vous transforme en un délicieux civet !

En fait de lectures, un petit conseil l'ami de la luzerne, pour éviter d'autres criantes imbécilités sur "le besoin d'une figure de martyr"(sic) celle-là vous vaudra votre isolement en clapier jusqu'à Pâques, plongez vous sans tarder dans les Considérations sur la France.

Écrit par : Baruel | jeudi, 01 février 2007

Il est bon de savoir que ce Roi avait une vision des choses particulière, il pensait que le peuple devait par lui même comprendre qu'il faisait erreur ! Comme un enfant que l'on laisse toucher un poêle brûlant afin qu'il en tire lui même une leçon. Ce qui était quand même très naïf, je trouve, mais lié à sa formation. Tout comme le refus qu'il avait de faire couler le sang d'autrui.... Il avait le sens de son devoir un peu trop aigü!
Le traiter d'imbécile est un peu court et dénote quelques lacunes à combler dans le terrier!
Du reste, Louis XVI a tout de même eu une mort injuste, et même si personnelement son personnage me passionne, comme toute cette prériode du reste, je n'en fais pas un saint, il a des torts, celui de ne pas avoir été plus dur et d'avoir un peu trop été illuminé par des idées nouvelles..... (d'autres ont mieux navigué et s'en sont très bien sortis!). Cependant, il est vrai que cette figure est un peu trop utilisée..... elle est devenue valeur marchande pour des nostalgiques désabusés par notre société actuelle.
Mais il est vrai qu'il est toujours facile de juger avec 200 ans de plus dans les manuels! "y avait cas faire"....

Écrit par : Marquise de Carabas | dimanche, 04 février 2007

Au contraire je trouve le qualificatif d'"imbécile" un peu léger, Marquise, "imbécile criminel" serait plus juste. Ne pas vouloir que le sang de quelques émeutiers coule, quand on sait le flot de sang qui a suivi !
Au-delà de la Terreur même, car Napoléon est un enfant de la Révolution, et qu'après Napoléon plus jamais la France ne tiendra le rôle qu'elle a eu pendant plusieurs siècles jusqu'à l'apogée de Louis XV.

Il n'est pas si facile de juger deux cent ans après, comme vous dites, puisque certains n'hésitent pas à voir encore dans ce roi un martyr et un saint, malgré les historiens qui ont crevé les brouillards de l'histoire.

Écrit par : Lapinos | lundi, 12 février 2007

Isabelle, vous n'allez pas aimer: j'ai tentance pour le coup à partager l'avis de Lapinos, même si j'ai de la tendresse pour Louis XVI.

S'il avait couché 50 personnes parterre, les guerres Napoléoniennes auraint été évités.
Les faits sont tétus.

Écrit par : XP | lundi, 12 février 2007

Du point de vue strictement "politique", il est vrai que la faiblesse de Louis XVI conduisit la nation à la catastrophe.

Cela n'enlève en rien, sur le plan concret, au crime que représenta l'exécution ignoble, honteuse et scandaleuse du Roi à la suite d'une caricature de procés, et au caractère proprement "satanique de la Révolution" selon l'expression fort juste et pertinente de Joseph de Maistre.

Écrit par : Benoît-Joseph | lundi, 12 février 2007

@Benoît-Joseph:Nous sommes bien d'accord

Écrit par : XP | lundi, 12 février 2007

Toutes les guerres ont un caractère satanique. Je ne vois pas bien l'intérêt de ce genre d'argument. Il a même l'inconvénient d'occulter les responsabilités humaines, de laisser entendre que les guerres civiles, les révolutions sanglantes, sont avant tout le résultat de l'action du diable. Et donc, a contrario, que seul Dieu peut faire revenir la paix.

Mon désaccord avec XP est bien là. Il croit que les idées, les livres, le Coran, contiennent les germes de guerres et de révolutions sataniques. C'est un préjugé d'idéologue. Il faut être un idéologue soi-même pour accorder une telle importance aux idées. Toute l'histoire montre que les idées ne font que servir de slogan, de prétexte. Dans la guerre néo-colonialiste des États-Unis contre l'Irak, par exemple, la paix, l'égalité, la démocratie, les droits de l'homme, ne sont que des drapeaux qui recouvrent des intérêts stratégiques. Le gouvernement yanki doit s'efforcer d'autant plus de le dissimuler que le régime yanki est fondé sur des slogans, justement, mais ces intérêts sont bien là, sous-jacents mais primordiaux.

Écrit par : Lapinos | mardi, 13 février 2007

Les commentaires sont fermés.