LES "SCANDALEUSES BEATITUDES" DE L’EGLISE MODERNE (dimanche, 20 avril 2008)

ou

la désorientation naturaliste et panthéiste du catholicisme conciliaire

 
 

 

485400486.jpg


 

" NOUS AUSSI, PLUS QUE QUICONQUE NOUS AVONS LE CULTE DE L'HOMME. "

(Paul VI, Discours de clôture du Concile, 7 décembre 1965)

 

1584929950.jpg

 

 

«La fumée de Satan s’était répandue dans le Temple de Dieu
à la suite du Concile Vatican II.
On croyait qu’après le concile le soleil aurait brillé sur l’histoire de l’Église.
Mais au lieu de soleil, nous avons eu les nuages, la tempête,
les ténèbres, la recherche, l’incertitude ».
 
(Paul VI, Homélie du 29 juin 1972).

 

« Ne vous laissez par séduire ; on ne se moque pas de Dieu
Ce qu’un homme sème, il le récoltera.
Qui sème dans la chair, récoltera de sa chair la corruption ;
Qui sème dans l’Esprit, récoltera de l’Esprit la vie éternelle. »
(Galates 6, 7-8)

« Je suis par la chair esclave du péché. »
(Romains 7, 25)



De grands cris semblent retentir à présent dans toute la catholicité moderne : « Qu'est-ce que l'amour ? le plaisir ? l'orgasme ? Comment faire jouir par l’art des caresses intimes ?  Que dit véritablement la Bible sur les relations sexuelles? Les fameux ‘‘tabous judéo-chrétiens’’ existent-ils vraiment ? Comment le plaisir sexuel peut-il être ‘‘sacré’’ ? Que doit-on penser de la masturbation et de la fellation ? » Ainsi, n’est-il plus rare de trouver des propos jadis destinés aux lecteurs des ouvrages licencieux et des revues pornographiques sous la plume de très nombreux auteurs prétendument « catholiques », visiblement emportés par une étrange fièvre charnelle qui a gagné le banc et l’arrière banc de l’Eglise conciliaire.

La « sexualité est une merveille » clament sur papier glacé de navrants magazines étiquetés « bonne presse » généreusement distribués par les chaisières, et d’ailleurs aujourd’hui, rajoutent en chœur d’autres voix, souvent des dames du catéchisme troublées par d’anciennes émotions sensuelles refoulées, on devrait avoir la liberté de pouvoir s'exprimer entièrement en ce qui concerne les désirs du corps. Les vieux tabous et les phobies puritaines qui ont été placés sur le sexe, s’exclament enfin de nombreux clercs, non sans une sourde excitation aisément perceptible derrière un air d’impressionnante autorité, sont erronés, la liberté du plaisir est « normale », naturelle, c’est une chose qui ne doit plus poser de problèmes pour personne, il faut en finir avec une religion culpabilisante – si Dieu nous a donné des organes c’est pour s’en servir !
65546119.jpg
 
"L'union des corps par amour est la plus belle prière..."
 
 
 
Il est même devenu courant de constater que l’on explique aux jeunes couples, avec un extraordinaire sérieux et un soupçon de complicité, que le mariage chrétien ne doit plus se limiter à la procréation ; le désir, la jouissance, l’érotisme participent de sa fécondité. On explique même que « la religion chrétienne peut porter le plaisir sexuel jusqu'à des « bonheurs réciproques que l'on n'atteint pas autrement », sous prétexte que la vraie foi embrasse tout l'être humain », s’appuyant, non sans établir des comparaisons invraisemblables, sur le fait que « ce qu'apporte la liturgie (l'offrande de soi et l'accueil de l'Autre), la sexualité l'apporte aussi. » Il n’est plus rare de trouver parfois des déclarations du type : « l'union conjugale est une liturgie ». Par exemple un prêtre nous explique : « dans mon accueil des couples dans le cycle de la préparation au mariage, j'ai été plus explicite. Je leur ai fait découvrir que l'union des corps par amour est la plus belle prière commune que peut faire un couple, car “il y a plus de joie, dit Jésus, à donner qu'à recevoir”. Ainsi ils louent le Seigneur dans leur plaisir. C'était une bonne nouvelle pour eux. » On veut bien le croire…
1238784473.jpg

 

"Ainsi ils louent le Seigneur dans leur plaisir... »

 

 

De la sorte on ne s’étonne plus du tout, ou presque, qu’avec une extravagante ardeur, un sexologue catholique comme Olivier Florant, expert dans l’art de réveiller les libidos endormies, nous invite dans un récent ouvrage, rien moins, qu’à célébrer une « liturgie de l’orgasme » qui nous permettra de ne pas « gâcher notre plaisir », puisque ce dernier est, nous dit-il, « sacré et ouvre des horizons qui bouleversent ». [1]


On l’aura compris, les grandes orgues de la « bonne nouvelle orgasmique » soufflent de tous leurs tuyaux, mais ce qui est surtout bouleversant dans ces propos incroyables, flattant, comme cela ne s’était jamais vu dans l’Eglise, les appétits des sens et la concupiscence charnelle qui n’en demandaient pas tant. Nous assistons donc, un peu surpris et inquiets, à la manifestation quasi officielle de la désorientation totale sur le plan spirituel qui s’est imposée en quelques années avec une folle rapidité, sachant qu’en ces domaines les vertiges de la chair possèdent une capacité foudroyante d’entraînement que traduisent d’ailleurs, chacun selon leurs dons particuliers, d’affligeants propos véhiculés par les innombrables opuscules qui sont distribués actuellement dans toutes les sacristies. Le dernier en date des ouvrages participant du nouvel élan hédoniste en milieu catholique, qui emporta l’admiration émue des abonnés à « Télérama » à la « Vie » ou « Famille Chrétienne » et « Le Pèlerin », n’est autre d’ailleurs que les ultimes révélations de ce bon abbé Pierre qui, dans un livre qu'il publia sous le titre de – « Mon Dieu, pourquoi ? » , déclara à 93 ans, certes qu'il n'était pas hostile au mariage des prêtres détail presque mineur, mais laissa surtout entendre qu'il avait lui-même eu des relations sexuelles avec des femmes.

Une question ne peut toutefois que surgir en nous devant ce raz-de-marée, que dis-je ce tsunami de libido débridée : d’où provient cet état d’esprit si peu conforme à la tradition spirituelle de l’Eglise qui cependant, s’est lentement imposé et est devenu aujourd’hui le discours dominant au point de s’être largement généralisé?

Les origines de la crise de l’Eglise conciliaire


Pour pouvoir répondre à cette interrogation, il faut savoir qu’il y a une quarantaine d’années, sous prétexte de soigner la névrose chrétienne - c’était l’époque de la révolution conciliaire et du triomphe des vues de l’abbé Marc Oraison - on a envoyé des centaines et des centaines de religieuses, ainsi que des moines et des prêtres, en psychanalyse, en thérapie corporelle, en stage de découverte de l’autre par le toucher, etc., conduisant la plupart, après s’être brutalement « réconciliés avec eux-mêmes » en donnant libre cours à leurs fantasmes inavoués et secrets désirs, à défroquer, à vivre des expériences sexuelles soi-disant « refondatrices ». Cependant, comme il était prévisible, on a rapidement vu tous ces êtres, dégrisés après des périodes plus ou moins longues de dévergondage, s’avouer littéralement cisaillés, mortifiés, fichus sur le plan psychique et spirituel pour le restant de leurs jours, à cause d’absurdes notions qui faisaient l’apologie de la liberté sexuelle décomplexée, notions importées du cerveau malade d’une foule d’analystes spécialistes en sexologie. Le  plus grave, c’est lorsque l’on sait que cet hallucinant travail destructeur, que l’Eglise moderne a laissé faire dans sa folie avec une coupable complaisance,  provient  d’ouvrages et de méthodes directement inspirés des théories du célèbre Alfred Kinsey (1894-1956) auteur du non moins fameux  « Rapport sur la sexualité masculine » (1948) et du  « Rapport sur la sexualité féminine » (1953), ancien entomologiste devenu subitement sexologue, père de famille pédophile, sadomasochiste, fraudeur scientifique, machiste, raciste, antisémite et haineusement antichrétien qui, en banalisant toutes les turpitudes sexuelles pour justifier les siennes, a imposé à nos sociétés de nouvelles visions de la sexualité humaine fondées sur l’idée d’une nécessaire destruction des anciennes normes morales [2].

 

Ces mêmes « folles visions » libératrices explique également pourquoi il ne fut pas rare de voir dans les séminaires, dans les années 60-70, toujours sous l’influence des théories de Kinsey « qui a enfin libéré l’humanité des tabous d’un autre âge » (sic !), des cours « d’instruction sexuelle » dispensés aux futurs prêtres, cours qui furent consacrés à conférer une « éducation nouvelle » à ces élèves dociles qui se destinaient originellement au sacerdoce, dans le but de les aider à se former une conception moins répressive du corps et les rendre capables de se dégager d’une étroite pudibonderie ridicule en se défaisant de leurs « préjugés » obscurantistes. On n’eut de cesse de les encourager à être moins sévères face aux plaisirs sexuels, et d’en finir avec la morale castratrice. De la sorte nos jeunes séminaristes, dont les cheveux et les barbes s’étaient rapidement mis à pousser, convertis aux vertus bénéfiques du déhanchement rock’n roll et aux miraculeux pouvoir de conversion des coeurs de la minijupe, se rendirent, avec un enthousiasme certain et une guillerette excitation,  en escapades sur les plages, les dancings, les concerts de pop music et les usines,  etc., afin d’y rencontrer le « peuple de Dieu », et de marcher avec lui vers une « nouvelle Pentecôte ».

 

Or ce bel élan « pneumatique » riche en « partages libres entre frères et soeurs » sous-tendu par une intense  «communion d’amour avec l’Univers » et une bonne dose de « solidarité prolétarienne », au moment où Johnny chantait sur RTL « Jésus-Christ est un hippie » et que David Berg, plus connu sous le nom de Moïse David, constituait aux Etats-Unis la secte des « Children’s of God » [3], se révèlera être, après quelques années de grande confusion, aidé en cela par l’effondrement du communisme, la récupération des comportements « déviants » par la société de consommation, le triomphe de l’argent roi, le tout télévision et la génération Sida, comme un rêve profondément trompeur et singulièrement illusoire.
798197416.jpg

 

Le « vent de folie » de Vatican II

 

On en viendrait presque, lorsque l’on se remémore l’ensemble de ces éléments qui participèrent à l’esprit « novateur » qui s’abattit sur l’Eglise et qui participa d’un mouvement de fond très puissant, à prendre très au sérieux Paul VI lorsqu’il soutenait, à la fin de son pontificat voyant les terribles effets de la réforme conciliaire qui joua un rôle actif de soutien objectif des thèses les plus révolutionnaires au sein des masses catholiques et du clergé, que la « fumée de Satan s’était répandue dans le Temple de Dieu à la suite du Concile Vatican II » ; rajoutant : « On croyait qu’après le concile le soleil aurait brillé sur l’histoire de l’Église. Mais au lieu de soleil, nous avons eu les nuages, la tempête, les ténèbres, la recherche, l’incertitude ». (Homélie du 29 juin 1972).

Tout ceci n’est pas pour rassurer, et il faut reconnaître qu’un examen attentif de l’état dans lequel se trouve aujourd’hui la catholicité contemporaine provoque des sueurs froides et des tremblements inquiets à celui qui, tout à coup réalise que les choses sont, hélas ! sans doute beaucoup plus graves que ce qu’il imaginait. Evidemment le concile Vatican II, qui se déroula presque exactement cent ans après la période de rédaction et de proclamation du Syllabus (1860-1864) [4], survint en une période troublée de grande crise, dans la société qui était traversée, comme nous l’avons vu, par un vent de révolution dans tous les domaines (libération des mœurs, militantisme politique, etc.). Le drame fut que l’Église se montra extrêmement perméable à ces sirènes, et la convocation de concile servit d’occasion et de prétexte pour que soient proclamées et imposée de grandes erreurs, ensuite propagées en son nom.
Par exemple celui qui était alors le cardinal Ratzinger, dans une interview à L’Osservatore Romano, affirma, en 1984 : « Les résultats qui ont suivi le concile semblent cruellement opposés à l’attente de tous… Il est incontestable que les dix dernières années ont été décidément défavorables pour l’Église catholique ». (L’Osservatore Romano, 24/12/1984 (cf. aussi Joseph, Card. Ratzinger, Vittorio Messori, Entretien sur la foi, Fayard, 1985, p. 30).

Certes, on pourrait épiloguer des heures et des heures sur l’abandon de la tradition liturgique, les défigurations architecturales qui vinrent des prêtres eux-mêmes ! briser des autels vénérables, et encourager leurs ouailles à ce que l’on réduise en cendres les signes de la piété (reliquaires, ex-voto, etc.), ou que l’on vende à des brocanteurs, comme de la vulgaire pacotille, les ornements qui étaient autrefois destinés au service sacré de la messe. Qu’il s’en soit suivi une chute catastrophique des vocations, la fermeture, les uns après les autres, des petits et grands séminaires, la désertification massive des paroisses, la multiplication des charges confiées à des laïcs ou des diacres incompétents, la déchristianisation générale de la société, les inconduites impardonnables en matières de moeurs de certains ecclésiastiques, les égarements monstrueux imposés dans le domaine pastoral par des curés « dans le coup » bien peu inspirés transformant les messes dominicales en de tristes spectacles de fêtes foraines, etc., tout cela était donc presque logique, malheureusement !

2087366805.jpg
 
 
« Tu es Bénis Dieu de l’Univers, toi qui nous donnes ce pain,
fruit de la terre et du travail des hommes »
 
 
 
Tout ceci nous le savons que trop bien et nul ne saurait l’ignorer, il suffit simplement pour en vérifier les négatives retombées, que de fréquenter, à l’occasion d’un événement familial (baptême, communion, mariage ou sépulture), ou des fêtes liturgiques de Noël et Pâques, telle ou telle église, ou même de brancher passivement son téléviseur le dimanche matin à 10h30 sur la chaîne chargée de retransmettre les émissions religieuses, pour constater les manifestations des identiques tendances. L’abbé Christophe Héry écrit justement à propos de cette révolution liturgique, montrant  par ailleurs que la messe de Paul VI reprend l’invocation de Caïn sur les offrandes « Tu es Bénis Dieu de l’Univers, toi qui nous donnes ce pain, fruit de la terre et du travail des hommes », prière rejetée par Yahvé, au livre de la Genèse : « Caïn offrit à Yahvé le fruit de la terre en oblation […] Mais Yahvé ne regarda pas Caïn et son offrande » (Gn 4, 3) :  « Dans la liturgie de Paul VI, c’est surtout la célébration de l’homme qui prévaut, et de son activité, présentée à Dieu comme apte à être agréée, sans référence au sacrifice du Christ. Il n’est question dans ce rite d’offrande que du sacrifice de l’Église, c’est-à-dire des hommes croyants. L’offertoire traditionnel avait pour fonction de joindre l’offrande du labeur des hommes à celle du Christ, au titre d’un sacrifice spirituel associé au sacrifice de la Croix et qui prenait valeur de pénitence par celui-ci. Dans la liturgie de Paul VI, en revanche, l’homme semble faire seul, par son travail et par la solidarité humaine, le chemin vers Dieu. Il serait aisé de multiplier les exemples d’ajouts et d’omissions dans la liturgie de Paul VI, significatifs d’un changement en profondeur qui ne laisse pas d’évoquer à la fois le déisme et l’humanisme des Lumières. »  (Abbé Christophe Héry, La messe des Lumières, Objections - n°5 - avril 2006).
104172383.jpg
 
"Il n’est question dans ce rite d’offrande que du sacrifice de l’Église..."
Une inacceptable « nouvelle théologie », hérétique et révolutionnaire
 
 

Cependant, et on tarde toujours à vouloir le reconnaître au sein de l’immense majorité silencieuse des fidèles, quelque chose de bien plus grave encore, s’il se peut, que les faits décriés et exposés ci-dessus, s’est produit dans l’Eglise depuis plusieurs décennies. Ce fait ignoré et dont bien peu sont conscients, consiste en une terrible désorientation doctrinale et spirituelle qui a touché profondément tout le catholicisme moderne, et dont les premiers signes ne datent pas d’hier bien sûr, mais qui, grâce à l’emblématique symbole que représente la réforme engagée et mise en oeuvre après Vatican II, est lentement devenue, en s’imposant, la pensée dominante se donnant comme étant la seule « orthodoxe » et authentiquement d’église, s’appuyant même, extravagant paradoxe pour un courant nourri d’idées ultra novatrices, sur la fallacieuse autorité des actes conciliaires pourtant entachés d’importantes erreurs dogmatiques.

 C’est pourtant dans cette atmosphère délétère pénétrée des rêves illusoires et naïfs du « vivre libre et jouir sans entraves » de l’ère post-hippie et de la messianité politique, à l’intérieur même du mouvement provoqué par ce « vent de folie révolutionnaire qui s’introduisit dans le Temple de Dieu » où il était de bon ton de faire exploser tous les cadres théoriques et moraux antérieurs, que doivent être replacées et situées, les positions doctrinales des derniers pontifes romains portant principalement sur la valeur et la « dignité de l’homme ».    

C’est donc dans ce cadre de rénovation doctrinale de l’Eglise qu’il faut situer les 129 discours donnés lors de ses audiences du mercredi dans la salle Paul-VI, de septembre 1979 à novembre 1984, que Jean-Paul II consacra à ce qu’il nomma « la théologie du corps », et que George Weigel n’hésite pas à considérer comme une « une des plus audacieuses reconfigurations de la théologie catholique depuis des siècles [...] une sorte de bombe à retardement théologique réglée pour exploser, avec des conséquences considérables, sans doute au XXIe siècle » (Witness to Hope, pp. 336, 343).
1027750506.jpg

 
« l’acte sexuel est le langage authentique des personnes »
(Jean-Paul II, Théologie du corps, Cité du Vatican, 22 août, 1984)


Une « bombe à retardement théologique réglée pour exploser »

Le terme « bombe à retardement théologique » est d’ailleurs parfaitement exact, tant le chef de l’Eglise catholique d’alors, cela dit avec respect sans vouloir attenter à la haute valeur de sa personnalité et son rôle majeur du point de vue politique et le sens traditionnel de certaines de ses positions, affirma sans complexe au cœur de saint Pierre à Rome que « la sexualité est un chemin privilégié pour comprendre le mystère de l’être intime de Dieu à travers le don absolu de soi-même », insistant sur le fait de façon démentielle et impie, que « l'acte sexuel s’inscrit dans une véritable relation d'alliance qui constitue l'image par excellence des relations qu'entretiennent les trois personnes de la Trinité divine. Le Père, l'Amour donné ; le Fils, l'Amour reçu ; l'Esprit saint, l'Amour transmis. »
Jean-Paul II se risqua même à soutenir de façon délirante, en contradiction avec tous les enseignements de la tradition ascétique et mystique, sacralisant de manière inimaginable de la part d’un pontife l’acte sexuel, que « l’homme est devenu image et ressemblance de Dieu non seulement à travers sa propre humanité mais aussi à travers la communion de personnes que l’homme et la femme forment dès l’origine. » (Théologie du corps, 14/11/1979). Ainsi, pour celui qui sous le nom de Karol Wojtyla avait déjà longuement exploré ces sujets délicats, défendant ce qu’il appela « la signification nuptiale de notre corps » [5], conférera une dimension de quasi infaillibilité à ses problématiques visions lorsque, sous le nom de Jean-Paul II, il soutint que par l’union sexuelle le corps parle un langage, puisque « l’acte sexuel est le langage authentique des personnes » (Théologie du corps 22 août, 1984), propos qui résumaient son souci permanent de démontrer que ce qui fait la « dignité de l’homme » c’est justement la « dignité de sa chair, vieux concepts plus que contestables, mais qui avaient déjà poussé Paul VI à écrire l’encyclique « Humanae Vitae » dans laquelle il affirmait : « L’homme et la femme expriment par le langage de leur corps le dialogue qui, (selon Genèse 2 :24,25), a son origine au jour de la création. »

L’hérésie wojtylienne, qui est aussi l’hérésie conciliaire, et l’hérésie de toute l’Eglise moderne dans son ensemble, est d’abord de nature philosophique, puisque c’est un « naturalisme » teinté de néothomisme qui inspire son éthique sexuelle et humaine. N’oublions pas que Karol Wojtyla est un penseur appartenant à la famille intellectuelle de la phénoménologie » [6], mais à l’inverse d’Edith Stein, qui partira de la phénoménologie pour aboutir au néothomisme, il partira malheureusement du thomisme, qu’il élargira en y intégrant le « point de vue » phénoménologique de la conscience de l’homme. Karol Wojtyla s'inscrit donc clairement dans un horizon philosophique phénoménologique puisque, après la guerre, envoyé à l’école théologique de l’Angelicum à Rome pour ses études doctorales et ayant soutenu en 1948 sa thèse en théologie, il reprendra ses études philosophiques jusqu'en 1953, où il soutint à l'Université de Lublin une thèse consacrée à l'éthique phénoménologique de Max Scheler, intitulée « Mise en valeur de la possibilité de fonder une éthique catholique sur la base du système éthique de Max Scheler », développée plus tard dans son livre « Personne et Acte ».
1584214673.jpg
 
"Par son incarnation, le Fils de Dieu
s’est en quelque sorte uni lui-même à tout homme. ”
(Mgr. Karol Wojtyla)
 
 
 
La manifeste erreur anthropologique et la fausseté radicale de la christologie ésotérique de Karol Wotyla
 
 
 
Or, l'erreur anthropologique provenant d’une conception phénoménologique erronée qui se trouve à la base des thèses de Karol Wotyla, consiste en une inexactitude christologique dont la gravité est extrêmement importante sur le plan des conséquences puisque, dans sa vision, se servant de la dualité des natures dans Jésus-Christ, Jean-Paul II en est arrivé à inférer en vertu de la “communication des idiomes ”, les attributs de la nature divine à la nature humaine dans le Christ, pour ensuite considérer qu’ils lui appartiennent en propre, et donc, par cette appartenance, l’étendre à tout homme en tant qu’il est homme – ce qui apparente objectivement cette position aux visions panthéistes du new âge – sachant que le jeune Karol Wojtyla découvrit la théosophie de Rudolph Steiner à Wadowice où il rencontra Mieczyslav Kotlarczyk, metteur en scène féru d’occultisme qui développait, par ses références, allant de la linguistique de Otto Jespersen à la tradition kabbaliste hébraïque d’un Ismar Elbo-gen, une dramaturgie ésotérique. Wojtyla ira jusqu’à préfacer un livre de Kotlarczyk et prêcher à ses funérailles. Lorsqu’il évoque cette période Jean-Paul II écrit : « C’était une mission, une vocation; c’était le sacerdoce de l’art. Les acteurs, en tant que «prêtres de l’art», dotés d’une force illimitée pour renouveler le monde, pour refaire l’humanité entière, pour guérir la morale à travers la beauté prêchée, transmettaient les plus hautes valeurs métaphysiques. Tel-les étaient les idées chantées par l’ «archiprêtre» Kotlarczyk » (in « Pierre m’aimes-tu ? »,  p. 64).
631316343.jpg
 
 
Rudolph Steiner
Fondateur de l'anthroposophie,
l'un des inspirateurs de la pensée du new-âge
 
 
 
Jean-Paul II cherchera il est vrai de nombreuses fois à dissimuler la nouveauté de sa pensée, en citant inlassablement afin de conférer un vernis de crédibilité à ses thèses, une phrase du paragraphe 22 de la Constitution conciliaire « Gaudium et spes » selon laquelle « le Fils de Dieu s’est en quelque sorte uni lui-même à tout homme par son Incarnation ». Mais ce que l'on sait moins, et que l'on évite évidemment de trop mettre en lumière, c'est que cette phrase a été introduite dans le schéma conciliaire sur proposition de Mgr Karol Wojtyla lui-même, alors archevêque de Cracovie !

De la sorte en citant continuellement « Gaudium et spes 22, 2 », faute de trouver le moindre fondement à une telle pensée dans la Sainte Écriture ou dans les Pères de l’Église, Jean-Paul II, tout au long de son pontificat, se citait donc lui-même ! [7]


De la conjugaison de ces deux erreurs, anthropologique et christologique, résulte une idée: selon la doctrine de Jean-Paul II, qui a pu affirmer en effet dans une allocution, se citant lui-même : « Le concile Vatican II l’a rappelé avec acuité : “ Par son incarnation, le Fils de Dieu s’est en quelque sorte uni lui-même à tout homme. ” » [8].  Et nous retrouvons, encore et toujours ce dogme impie et hérétique de « l’homme-dieu » qui conduit à la divinisation de l'homme en tant que tel, c'est-à-dire du seul fait qu'il soit homme (la fameuse « dignité de la chair »), et à la naturalisation de Dieu dont les échos se font sentir dans les terribles déviations de l’Eglise d’aujourd’hui.

On est en présence ici, comme on le constate, de tous les éléments propres à définir une hérésie : appropriation et réinterprétation du rôle et de la personne du Christ, dévolution à l’homme des idiomes propres à la Divinité, aboutissant concrètement à une naturalisation du surnaturel, et surnaturalisation du naturel, dérive hérétique qui se rapproche des thèses panthéistes des Nicolaïtes ou des Ubiquitaires soutenant que Jésus-Christ était formellement présent partout et en tous par communication de son essence, selon les seules vertus de la nature humaine, thèses qui se retrouvent pourtant dans tous les textes et ouvrages publiés s’appuyant sur les théories wojtyliennes.
1640109507.jpg
 
"Rien de ce que nous faisons avec notre corps n'est étranger à notre foi."
De la « dignité de la chair » à sa « divinisation » par l’orgasme


De la sorte, par un glissement stupéfiant, le corps de l’homme étant pourvu des attributs d’une improbable « dignité divine » nous subissons la dictature des sens et l’impératif de la jouissance auxquels il nous faudrait impérativement parvenir, et que les magazines chrétiens nous vendent comme une obligation absolue, ceux qui ne sont pas de cet  avis étant stigmatisés, montrés du doigt, invités à aller se faire soigner chez les nouveaux gourous catholiques du sexe dont les cabinets prospèrent à grande vitesse. Cette dictature impérative de la jouissance a atteint une telle dimension qu’aujourd’hui l'inflation du plaisir est même remise en question par de nombreux auteurs, parmi lesquels Jean-Claude Guillebaud qui n’hésite pas à parler d’une « immense corvée de plaisir ». Nous serions ainsi passés de « la libération des plaisirs à l’injonction [du plaisir] ». Raoul Vaneigem écrit : « Le plaisir obligatoire remplace aujourd’hui le plaisir prohibé. La jouissance s’affronte à la façon d’un examen, avec échec ou réussite à la clé. Boire, manger, s’adonner à l’amour participe désormais des ornements de la bonne réputation. Pour le brevet de radicalité, indiquez ici la moyenne horaire de vos orgasmes ! … On se jetait jadis sur les plaisirs comme en un combat sans espoir. Maintenant ce sont les plaisirs qui se jettent sur nous ». (Cf. J.-C. Guillebaud, « La tyrannie du plaisir » p.109)

Quelques exemples, parmi des centaines d’autres, relativement emblématiques des conceptions répandues un peu de partout dans la catholicité moderne, illustreront cette dérive démentielle dont celui-ci, dans «Le Pèlerin», ce qui laisse rêveur lorsque l’on se remémore ce que fut ce magazine  :

-  « Dieu est-il contre le sexe? Ce serait difficile puisque c'est lui qui l'a créé ! (…) Nous avons été marqués par des siècles de méfiance et de puritanisme mais il ne faut pas mêler la Bible à tout ça. Pour la Bible, l'être humain est créé sexué. Il a un corps et c'est ce corps qui entre en contact avec Dieu, c'est ce corps qui est appelé à être sauvé, qui est appelé à s'unir à d'autres (…) c’est dans l’acte sexuel que cette union prend le plus fortement sens. Rien de ce que nous faisons avec notre corps n'est étranger à notre foi. N'oublions qu'au au cœur de l'Ancien Testament il y a ce magnifique chant d'amour très sensuel le Cantique des Cantiques (…) Nous avons encore du chemin à parcourir pour développer, dans le cadre du couple, une vraie culture érotique ». (Marie-Noëlle Florant, conseillère conjugale).
- « Si nous accueillions réellement, à l'intime de notre être, la grâce régénératrice, nous serions transformés et capables de vivre une totale communion des personnes, y compris dans son incarnation la plus physique, et de signifier ainsi la parfaite Communion des Personnes Divines. » (Ibid.)  Pélerin.info



On assiste ainsi à une célébration satisfaite de la chair et des corps aux  désastreuses conséquences car oublieuse du fait que le monde dans lequel nous nous trouvons n'est pas dans l'état qui était originellement le sien, puisque nous sommes dans un monde abîmé par le péché d'Adam et même maudit à cause de lui : « Maudit est le sol à cause de toi ; tu en mangeras en travaillant péniblement tous les jours de ta vie. Et il te fera germer des épines et des ronces... » (Genèse 3, 17-18), sans compter qu’il fut souillé par le crime de Caïn, puis noyé lors du Déluge, et enfin divisé en langues multiples après Babel (Genèse 11, 1-9), d'où ce rappel formel des Ecritures : «N’aimez pas le monde, ni les choses qui sont dans le monde : si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est pas en lui. » (1 Jean 2,15) ; « Quiconque donc voudra être ami du monde, se constitue ennemi de Dieu. » (Jacques 4, 4).

Le monde, rappelons-le, au moment de l'injonction divine : « soyez féconds, multipliez-vous, emplissez la terre », ne connaissait originellement ni le péché, ni la mort, ni la maladie, ni la division, ni le crime, ceci expliquant pourquoi la réalité existentielle que nous subissons pour notre pénible honte, résultant d'un dégradation survenue à la suite des actes malsains, répétés  et reproduits de génération en génération, d'une humanité insoumise, est à présent dans un état de profonde corruption, ainsi que le martèle avec une souveraine lucidité l'apôtre Paul face à l'hédoniste aveuglement des païens  : « Car nous savons que toute la création ensemble soupire et est en travail jusqu'à maintenant ; et non seulement elle, mais nous-mêmes aussi qui avons les prémices de l'Esprit, nous aussi nous soupirons en nous-mêmes attendant l'adoption, la délivrance de nos corps. » (Romains 8, 22-23).

Au prétexte que le Christ s’est incarné et est venu habiter parmi nous, quelques piètres penseurs, enseignants et thérapeutes en goguettes s’imaginent qu’il nous faudrait, tout à coup, poussés par un retour des vieilles tendances naturalistes qui ne demandent qu’à refaire surface, nous mettre à nous extasier de nos corps et à exprimer des cris de joie d’être « couverts de peaux de bêtes » (Genèse 3, 21). Curieuse conception du sens de la Rédemption !


Notre « Royaume n’est pas de ce monde » et notre vocation est  céleste


Rappelons que le Royaume de Dieu, le Royaume des Cieux, n'est pas de ce monde, la « vocation », la « délivrance » et le « salut » du chrétien ne sont pas d'ordre temporel, humain, mais d'ordre religieux et transcendant : « Car notre citoyenneté est dans les cieux, d’où aussi nous attendons le Seigneur Jésus Christ » (Philippiens 3,20) ; « C’est pourquoi, frères saints, participants à l’appel céleste, considérez l’apôtre et le souverain sacrificateur de notre confession » (Hébreux 3,1).
Les communications de l’Éternel à Israël en tant que nation, avaient trait à la terre. S’ils demeuraient fidèles et obéissants, la grandeur, les richesses et le pouvoir terrestre leur étaient assurés : « L’Éternel, ton Dieu, te fera entrer dans un bon pays, un pays de ruisseaux d’eau, de sources, et d’eaux profondes… un pays de blé, et d’orge, et de vignes, et de figuiers… où tu ne manqueras de rien » (Deutéronome 8, 7-9). ; s’ils étaient infidèles et désobéissants, la nation serait dispersée par toute la terre (Deutéronome 28, 64). Mais l’Écriture fait mention d’un autre corps, l’Église, qui elle aussi a des relations particulières avec Dieu et a reçu de Lui des promesses spéciales. Mais elle est très différente d’Israël :


*        Pour Israël l’obéissance est source de grandeurs et de richesses terrestres ;             

*       l’Église, par le Christ, est uniquement rattachée aux choses spirituelles et célestes.


Ainsi à l’inverse des aspirations purement charnelles des hébreux, les « béatitudes » de la Nouvelle Alliance sont toutes situées dans le Ciel. En effet, les bénédictions promises à Israël étaient essentiellement terrestres, mais nous sommes sur cette terre, en tant que chrétiens, en attente du Royaume, non pour chercher à reproduire au Ciel nos activités d’ici-bas par une distorsion anthropomorphique du divin, ou tenter d’imaginer vainement ce que sera notre vie post-mortem par des supputations emplies des rêves de ce monde, mais en laissant nos esprits en repos sur ce sujet [9], et surtout nous mettre dans les dispositions requises pour rejoindre, le jour venu, notre véritable patrie céleste.

Jésus a dit à ses disciples : «Je vais vous préparer une place. Et si je m’en vais... je reviendrai, et je vous prendrai auprès de moi ; afin que là où moi je suis, vous, vous soyez aussi» (Jean 14, 3). L’avenir des croyants est donc entièrement céleste et il doivent se préparer dès ici-bas à cette destination. Prétendre qu’ils ressusciteront ou vivront éternellement sur la terre, ou dans le ciel, dans un « corps de chair et de sang » est en contradiction formelle avec l’Écriture, c’est un mensonge [10].
Laissant le chemin de séparation du monde à la suite du Seigneur selon la vocation céleste qui s’impose à chaque fidèle, les théologiens modernes, par l’effet d’une néfaste désorientation naturaliste impie, se sont servis, en ayant perverti leur foi, des textes de l’Ancien Testament pour justifier nombre de leurs dérives doctrinales et changer les bienheureuses promesses de l’Evangile, toutes emplies de bénédictions spirituelles, en de « scandaleuses béatitudes charnelles » alors que notre fin et notre destination sont de nous attendre au Ciel :  « Les élus participeront de la nature de Dieu ; ils y participeront pleinement et parfaitement. Car Dieu par la lumière de sa gloire, se montrant clairement aux bienheureux, les changera en lui-même, afin de se les rendre semblables, c’est-à-dire glorieux. Le terme de toutes les actions et de toutes les contemplations des élus de l’Eternel est la déification : ils deviendront en Dieu ce que le fer devient au feu. » (Cornelius a Lapide, Commentaire sur l’Ecriture Sainte, t. I, p. 295).

Alors en ce qui ne sera ni un temps, ni un lieu, mais un état inconcevable, inaccessible à nos pauvres facultés limitées et imparfaites :

« Dieu se reposera comme au septième jour, lorsqu’il nous fera reposer en lui, nous qui serons ce septième jour. (…) C’est là que nous nous reposerons et que nous verrons, que nous verrons et que nous aimerons, que nous aimerons et que nous louerons. Voilà ce qui sera à la fin sans fin. Et quelle autre fin nous proposons-nous que d’arriver au royaume qui n’a point de fin? » (S. Augustin, La Cité de Dieu, ch. XX.)
480247652.jpg

 

 

"Je reviendrai, et je vous prendrai auprès de moi ;

afin que là où moi je suis, vous, vous soyez aussi"

 

(Jean 14, 3)

 

 

 

 

Notes.

1. O. Florant, « Ne gâchez pas votre plaisir, il est sacré: pour une liturgie de l'orgasme », Presses de la Renaissance, 2006.
2. « Si vous voulez comprendre la révolution sexuelle et le déclin moral de l’Amérique au cours du demi-siècle écoulé, il vous est tout simplement impossible de ne pas tenir compte d’Alfred Kinsey. En résumant le travail considérable du Dr Judith Reisman, Susan Brinkmann, une journaliste primée, apporte au lecteur un aperçu sur le monde inquiétant des recherches de Kinsey en matière de sexe. Fondée sur une méthodologie erronée, sur des renseignements défectueux et des "expérimentations" sexuelles criminellement imposées à des adultes, des adolescents, des enfants – jusqu’à des nourrissons –, la conception pervertie de Kinsey sur le sexe continue à affecter quasiment tous les aspects de notre culture. Elle s’est infiltrée dans nos couples, dans nos familles, dans nos écoles, dans nos hôpitaux, et même dans nos églises. Pendant une période de ma vie, j’ai fait miennes certaines des forgeries dont Kinsey et ses épigones étourdis promouvaient la "normalité". Mais si la sexualité permissive était la norme – la manière dont elle " devrait être " – et si toute retenue relevait de tabous religieux d’un autre âge, pourquoi, alors, mes "libertés" sexuelles me causaient-elles – ainsi qu’à d’autres – une telle souffrance ? J’ai commencé à me poser ces questions alors que je poursuivais mes études supérieures, réfléchissant sur ces cœurs blessés, ces corps malades, ces vies brisées qui étaient – en grande partie à cause de Kinsey – un aspect "normal" de la vie de nos turnes. » (Christopher West, 20 sept. 2004)
3. David Brandt Berg (1919-1988), prophète incestueux et pornographe, qui poussa jusqu’à la prostitution sacrée ses adeptes est le fondateur, mieux connu sous les noms de “Père David” ou encore de “Moïse David”, de la secte des « Enfants de Dieu ». Il fut un temps pasteur dans une communauté de “l’Alliance chrétienne missionnaire” en Arizona. Ensuite, il commença dans les années 50 à travailler pour l’évangéliste Fred Jordan en présentant et animant des émissions à la TV. En 1966, il quitta Jordan et reprit un ministère itinérant accompagné de son épouse et de ses quatre enfants. Deux ans plus tard, il se fixera à Huntington Beach et se lancera dans un travail d’évangélisation parmi la jeunesse révolutionnaire. C’est la “Révolution pour Jésus” qui verra des milliers de jeunes vont se convertir. Toutefois, rapidement une dérive verra le jour, et ce mouvement prometteur déviera radicalement vers le sectarisme. Au printemps 1969, un long exode tout au travers des Etats-Unis et du Canada est entrepris. En 1970, accompagné de sa secrétaire Maria, Moïse David part pour l’Europe afin d’y implanter des « colonies ». Les nombreuses colonies sont soudées les unes aux autres par les lettres de Berg, Moïse David, qui deviennent littéralement la Parole de Dieu pour notre époque. En février 1978, le nom de l’organisation est changé. Les “Enfants de Dieu” deviennent la “Famille d’amour”. La théologie de la secte se focalise bien sûr sur la personne de David Berg. Il aurait été, à l’instar du Baptiste, rempli du Saint-Esprit dès le ventre de sa mère et serait en fait le prophète des derniers temps ! (Lettre du 20 juin 1971, par. 2). Se signalant par une doctrine sexuelle très libre, Moïse David qui encourageait à la masturbation, à la fellation, à l’échangisme, poussera même ses disciples féminins, pour être plus efficaces dans leur évangélisation, à la prostitution organisée.

Quelques extraits des édifiantes déclarations de Moïse David :
« Ton corps est l'amour de Dieu, ton sexe est l'amour de Dieu. »
(Moïse David, Lettre DS N° 699, 1972)
« Dieu lui-même a dû avoir des relations sexuelles avec Mère Marie afin d’avoir Jésus. »
(Lettre du 27 mars 1973, § 71.)
« Il n’existe aucune raison qu’il y ait eu de relations sexuelles avec Marie et Marthe ! Et il en a eues ! Parce que je l’ai vu une fois faire l’amour dans une vision. »
(Lettre de mai 1976, § 47, 48.)
« L’adultère ne doit plus être considéré comme un péché ! »
(Lettre de janvier 1978, § 41.)
4. Il n’est pas interdit de supposer que les Pères conciliaires de Vatican II se sont donné pour tâche d’effacer ce qu’ils considéraient à leurs yeux comme le “ honteux ” souvenir du « Syllabus » afin de rendre l’institution ecclésiale plus conforme aux exigences du monde moderne. Cette opposition apparaît clairement si l’on compare la dernière proposition du « Syllabus » (qui écarte tout devoir de réconciliation entre le pape et le monde moderne) au mot d’ordre de l’aggiornamento qui veut ouvrir l’Eglise au monde comme le montrent les déclarations affligeantes de « Gaudium et Spes ».
5. Une anecdote est particulièrement révélatrice de l’état d’esprit de Karol Wojtyla quelques années avant de devenir le Pape Jean-Paul II. La version polonaise de son livre « Amour et responsabilité » comprenait un appendice intitulé « Sexologie et morale ». Lorsqu’il s’est agi de publier la traduction française, c’est le Père de Lubac qui avait été pressenti pour en rédiger la préface. Mais certains se sont sentis bien avisés de lui suggérer de demander que l’appendice en question soit retiré de l’édition française au motif que les questions qui y étaient abordées étaient tellement concrètes qu’elles semblaient en deçà de la dignité des prêtres et des évêques. A cela Karol Wojtyla s’est opposé farouchement en affirmant que les pasteurs devaient pouvoir parler avec simplicité du désir et de la satisfaction sexuelle avec leurs fidèles, sauf à ne pas être à la hauteur des exigences de leur mission. Et que s’il se trouvait des prudes pour s’en offusquer, c’était tant pis pour eux !
6. Le groupe polonais auquel fut lié intellectuellement Karol Wojtyla, avec Przywara et Ingarden, est un médiateur historiquement crucial pour les phénoménologues de Göttingen et pour Max Scheler. Karol Wojtyla sera formé à cette école extrêmement riche, pépinière de la philosophie contemporaine, puisque s'y mêlent des confluents brentaniens (les analyses de l'intentionnalité par Kazimir Twardowsky) et husserliens, avec des traditions scolastiques et logiciennes puissantes, et dont on retrouve l’héritage jusque chez des logiciens israéliens comme Yoshua Bar-Hillel, à l'Université de Jérusalem.
7. Ainsi dans l’encyclique "Redemptor hominis", la référence reviendra à quatre reprises.
On remarquera d'ailleurs qu’au paragraphe n° 13 la restriction “ en quelque sorte ” a disparu :
- « Jésus-Christ s’est uni à chacun, pour toujours, à travers ce mystère de la Rédemption. »
Le théologien privé, Karol Wojtyla, confond en réalité la nature et la grâce, la vie humaine et la vie divine, l’une étant “ en quelque sorte ” présente à l’autre, selon lui, en tous et pour toujours, comme il le répète clairement au paragraphe 14 de "Redemptor hominis" : « Le Christ est en quelque sorte uni à l’homme, à chaque homme sans aucune exception, même si ce dernier n’en est pas conscient. » L’absence de toute condition à l’union de tous au Christ, et donc au salut de tous, conduit à l’affirmer comme donné à tous, sans distinction de religion. « L’événement de la Rédemption est le fondement du salut de tous », écrira Jean-Paul II dans son encyclique "Redemptoris Missio", citant à l’appui de cette affirmation son encyclique inaugurale "Redemptor hominis" : « Parce que chacun a été inclus dans le mystère de la Rédemption, et Jésus-Christ s’est uni à chacun, pour toujours, à travers ce mystère. » On peut affirmer que cette pensée a gouverné tout le pontificat de Jean-Paul II, jusqu’à son ultime Lettre apostolique "Mane nobiscum" du 7 octobre 2004, instituant l’année de l’Eucharistie :
« En Lui, Verbe fait chair, se révèle en effet non seulement le mystère de Dieu, mais le mystère même de l’homme. Parce que dans le Christ la nature humaine a été assumée, non absorbée, par le fait même, cette nature a été élevée en nous à une dignité sans égale. Car, par son Incarnation, le Fils de Dieu s’est en quelque sorte uni lui-même à tout homme (G. S. 22, 2). »
8. Il n'y a pas que dans Gaudium et spes que Karol Wojtyla, futur Jean-Paul II, a introduit des thèses naturalistes hérétiques portant sur une abusive « communication des idiomes » entre le Verbe incarné, Dieu fait homme, et tout homme ; comme si, du seul fait que Dieu s’est fait homme, l’homme était devenu Dieu. Dans une autre encyclique (Dominum et vivifican-tem, 18 mai 1986), Jean-Paul II affirme la prétendue habitation de l’Esprit Saint « dans le cœur de chaque homme ». Le Saint-Esprit « est donné aux hommes. Et de la surabondance de ce Don incréé, chaque homme reçoit dans son cœur le don créé particulier par lequel les hommes deviennent participant de la nature divine. Ainsi, la vie humaine est pénétrée de la vie divine », écrit-il d'une manière stupéfiante. Et il y a de quoi sursauter à une telle proposition car dire que Dieu « s’est fait proche de chaque homme » en prenant chair dans le sein de la Vierge Marie, est une chose. Dire qu’il « s’est en quelque sorte uni lui-même à tout homme » en est une autre. Cette affirmation, extraite de « Gaudium et Spes », respire en réalité positivement l'hérésie, symétrique de l’hérésie nestorienne, mais de sens contraire dont les conséquences désastreuses sur les folles affirmations de certains est d'une claire évidence. Nestorius niait toute « communication des idiomes », ou échange entre le Fils de Dieu et le Fils de Marie, de leurs attributs et opérations propres, de telle sorte qu’il niait la maternité divine de Marie. Le concile d’Éphèse l’a condamné en 431, en proclamant la Vierge Marie “ Mère de Dieu ”, Theotokos. Puisque Marie a donné naissance à Jésus de Nazareth, elle est Mère de Dieu, car Jésus est Fils de Dieu, Dieu lui-même. La nouvelle hérésie, introduite au concile Vatican II par le jeune archevêque de Cracovie, Karol Wojtyla, consiste, au contraire de l’ancienne, à affirmer une abusive « communication des idiomes » entre le Verbe incarné, Fils de Dieu fait homme, et tout homme ; comme si, du seul fait que Dieu s’est fait homme, l’homme était fait Dieu !
9. Voici quelques lignes, tirées d’un texte de référence, capables de nous être très utiles : « Ni les saintes Écritures, ni les théologiens ne donnent une lumière suffisante permettant de décrire de façon juste la vie à venir après la mort 4659; entre la vie présente dans le Christ et la vie à venir il existe un lien fondamental et une grande différence 4659. »
10. Le peuple d’Israël, seul, a reçu des promesses de bénédictions concernant un royaume sur la terre, et il ne faut jamais confondre Israël et l’Église ; ils ne sont pas interchangeables et Dieu accomplira ses plans à l’égard des uns et des autres, à l’heure qu’il choisira. On peut de la sorte dire sans se tromper que la judaïsation de l’Église moderne, c’est-à-dire l’adaptation de l’église de l’Écriture aux promesses réservées à Israël, a plus fait pour pervertir sa mission et la détruire spirituellement, que toutes les autres causes combinées.

 

12:16 | Lien permanent | Commentaires (566) | Tags : littérature, église, foi, catholicisme, christianisme, benoît xvii |  Imprimer | | | | | Pin it!